Pocé-les-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pocé.
Pocé-les-Bois
Mairie de Pocé-les-Bois.
Mairie de Pocé-les-Bois.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Vitré
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Frédéric Martin
2014-2020
Code postal 35500
Code commune 35229
Démographie
Gentilé Pocéens
Population
municipale
1 259 hab. (2014)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 57″ nord, 1° 14′ 59″ ouest
Altitude Min. 47 m – Max. 112 m
Superficie 14,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Pocé-les-Bois

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Pocé-les-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pocé-les-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pocé-les-Bois

Pocé-les-Bois est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne, peuplée de 1 259 habitants[Note 1]. (les Pocéens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Pocé-les-Bois

Située en Bretagne, juste à l'ouest de Vitré, Pocé-les-Bois est traversée d'est en ouest par la Vilaine en son centre (elle passe juste au sud du bourg) et par la voie ferrée Paris-Brest dont le tracé suit cette vallée, passant sur la rive gauche de ce fleuve côtier (mais Pocé-les-Bois ne dispose pas de gare, celle de Vitré étant à proximité). Son finage est délimité à l'ouest et au nord-ouest par la Cantache, affluent de rive droite de la Vilaine, et au nord par le ruisseau de Gazon, affluent de cette dernière ; au sud-ouest par la Vilaine et au sud par la Valière, affluent de rive gauche de cette dernière ; au sud-est par le ruisseau de Herveleux, affluent de rive droite de la Valière ; seule la limite orientale du territoire communal, celle avec la commune de Vitré, est artificielle, ne s'appuyant pas sur le tracé d'un cours d'eau. La commune est en partie couverte par l'étang de la Cantache, qui est aussi à cheval sur les communes voisines de Champeaux, Landavran et Montreuil-sous-Pérouse.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Relief[modifier | modifier le code]

Les altitudes au sein du finage communal s'échelonnent entre 115 mètres pour le point le plus haut, situé au lieu-dit Bel-Air, le long de la D 857, au nord du bourg (de manière plus générale toute la partie nord de la commune dépasse légèrement ou avoisine les 100 mètres d'altitude à l'exclusion de la vallée du ruisseau de Gazon) et 50 mètres à l'extrême ouest du territoire communal au niveau de la confluence entre la Valière et la Vilaine (leur altitude est d'une soixantaine de mètres à leur entrée sur le territoire communal). Au sein de la presqu'île de confluence formée par les deux cours d'eau précités, le point le plus élevé est au niveau du menhir de la Pierre Blanche (109 mètres d'altitude). Le bourg de Pocé-les-Bois, exposé au sud, mais situé sur le versant nord (rive droite) de la vallée de la Vilaine est vers 66 mètres d'altitude ; les contraintes de son site expliquent que les nouveaux lotissements se sont développés exclusivement au nord du bourg, sur les pentes de la partie haute du versant, le fond de la vallée étant inconstructible en raison de la menace des inondations.

Habitat[modifier | modifier le code]

La commune est traditionnellement un pays de bocage avec un habitat dispersé en de nombreux écarts formés de fermes isolées le plus souvent. Le bourg formait une agglomération de quelques maisons seulement avant la création de lotissements ces dernières décennies. Ce paysage traditionnel a été modifié par le remembrement et par la périurbanisation liée à la proximité de la ville de Vitré, avec la création d'une zone artisanale entre le bourg et la D 857.

Réseaux[modifier | modifier le code]

Le bourg de Pocé-les-Bois n'est desservi que par des routes secondaires, la principale étant le CD 34 venant de Vitré et se dirigeant Vers Saint-Aubin-des-Landes.

La commune de Pocé-les-Bois est traversée :

Deux points de suivi de la qualité des eaux sont présents sur Pocé-les-Bois[1] :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia de Poceio en 1158, Poceyum en 1516[2].

En 1920, le nom de la commune de Pocé a été modifié en "Pocé-les-Bois", afin de différencier cette commune de celle de Pocé-sur-Cisse (Indre-et-Loire), qui jusque-là était également dénommée "Pocé".
Elle est appelée Pozieg en breton.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le menhir de la Pierre Blanche est situé entre le bourg de Pocé-les-Bois et Vitré, le long de la route dite de Beauvais[3]. Celui de Villaumur est désormais à proximité de l'étang de la Cantache.

Article détaillé : Pierre Blanche (Pocé-les-Bois).
Article détaillé : Menhir de Villaumur.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse de Pocé existait certainement au XIIe siècle et remonte vraisemblablement au XIe siècle ; dès 1152, elle était possédée par les Bénédictins de Saint-Melaine, qui y fondèrent en 1411 un prieuré réuni à leur mense abbatiale. Jusq'en 1770, le recteur de Pocé fut présenté par l'abbé de Saint-Melaine, qui jouissait de la moitié des dîmes de la paroisse, du presbytère et de son pourpris, composé d'un jardin, d'un champ et de deux prés[2].

Le château de Gazon appartenait en 1408 à Raoul Busson, chevalier, seigneur de Gazon, chambellan du duc Jean V de Bretagne et capitaine de Rennes. Il eût un bras coupé en défendant le duc, lors de l'attentat des Penthièvre, qui firent prisonnier ce dernier, ainsi que son frère Richard, au pont de la Tourbade[4] le ; après sa libération, le duc donna à Raoul Busson une rente de 500 livres à prendre sur les domaines de Bretagne[5].

Selon un aveu de 1475 le seigneur de Gazon « noble escuyer Robert Busson, (...) subjet de très redoubté seigneur Guy compte de Laval, seigneur de Vitré et de Chevré » possédait un fief qui s'étendait jusqu'en Brielles, Gennes et Le Pertre[6] ; selon un aveu de 1546, il possédait aussi de nombreux droits forestiers dans les forêts « de Vitré » (en fait les bois de Fregonnay, de la Corbière et de Chevré situés dans les paroisses de La Bouëxière, Broons et Marpiré), d'un droit de prééminence en l'église de Saint-Georges-de-Chesné, plusieurs fiefs (Croullays, Rotières, Tadé, Grand-Gast) de cette paroisse lui appartenant également, de même que le fief de Mondale en Montreuil-sous-Pérouse, le fief de la Greusrie en la paroisse Notre-Dame-de-Vitré, le fief de Villaumur (en Pocé-les-Bois), les moulins Rabault (en Champeaux) et de la Roche (en Balazé), sur la Cantache, alors dénommée "rivière de Châtillon" ; etc.[7]

Les seigneurs de Gazon se disaient « fondateurs de l'église de Pocé » et y prétendaient « aux droits d'enfeu prohibitif, bancs à accoudoir, ceintures et écussons tant par dehors que par dedans, et armoiries en toutes les vitres »[8].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Jacques Savinel, sieur du Tertre en Pocé, fut un lieutenant du célèbre bandit et ligueur Guy Éder de La Fontenelle à la fin du XVIe siècle[9].

Selon un aveu de 1546, les habitants de Marpiré devaient fournir un garde forestier et un cheval aux seigneurs de Gazon en Pocé-les-Bois pour la garde des parties de la forêt de Chevré et de l'étang de Chevré qui leur appartenaient[10]. La tenue de Gazon, possédée en 1595 par la famille Beaumanoir (des huguenots), fut démembrée au cours du XVIIe siècle, formant trois juridictions distinctes : Gazon en Pocé, Gazon en Brielles et La Motte en Champeaux[11].

Selon une tenue rendue le par la baronnie de Vitré, les fiefs de la Masure-Macé et de la Masure Gouverneur, tous deux en Étrelles, devaient obéissance et payer chaque année une « rente amandable » à la seigneurie de Troussanaye, située en Pocé[12].

L'église paroissiale bénéficiait des fondations du Pain bénit, faite en 1596 par Julienne Le Cocq[13], dame de la Gaulairie, et de la Cour Bénite, fondée en 1629 par André Mazure et valant en 1790 environ 100 livres[14]. Une confrérie du Rosaire y avait été aussi érigée en 1702 par Julien Huet, prieur des Dominicains de Vitré[8]. Amédée Guillotin de Corson fournit la liste des recteurs de Pocé de 1530 à 1863[15].

Pocé possédait alors sept chapelles : la chapelle du Prieuré, celle des Saints-Anges-Gardiens (reconstruite en 1843 par la famille Du Bourg), de Saint-Jean de la Rouxière (dite aussi Saint-Jean des Mauviettes), de Saint-Gorgon (une chapelle frairienne mentionnée en 1702), de Notre-Dame du Bois-Bide (construite au XVIIe siècle), de Notre-Dame de Gazon (restaurée en 1753, détruite depuis), de la Gaulairie (dépendant du manoir du même nom, restaurée en 1880)[16].

Le manoir du Bois-Bide, ancienne métairie noble citée pour la première fois en 1606 et appartenant alors au marquis d'Espinay (en Champeaux), habité au XVIIe siècle par la famille Le Clavier, puis au XVIIIe siècle par la famille Picquet[17], fut acquis à la fin du XVIIIe siècle par Jean-Baptiste Le Moyne des Grands-Prés, un négociant de Vitré[18], puis passa par alliance à la famille Du Bourg[19], puis par le mariage le à Pocé-les-Bois de Jeanne Joséphine Louise Du Bourg avec Louis Marie du Pontavice[20] à la famille Du Pontavice[21].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Pocé (Pocé-les-Bois) en 1778 :

« Pocé, dans un fond, au bord de la rivière de Vilaine ; à sept lieues à l'est de Rennes, son évêché et son ressort et à trois quarts de lieue de Vitré, sa subdélégation. On y compte 600 communiants[22]. La cure est présentée par l'abbé de Saint-Melaine de Rennes. Le territoire offre à la vue des terres en labour, des prairies et des arbres fruitiers. C'est un pays couvert. Il s'exerce une moyenne justice dans le bourg. (...)[5] »

Révolution française[modifier | modifier le code]

Julien Rouxel, recteur de Pocé, pourvu [nommé] le , cessa ses fonctions pendant la Révolution française ; il fut réinstallé en 1803 et mourut le , âgé de quatre-vingt ans[23].

Une compagnie chouanne exista à Pocé-les-Bois ; elle était membre de la "colonne de Saint-Didier et Pocé", qui elle-même dépendait de la division de Vitré de l'Armée catholique et royale de Rennes et de Fougères ; elle fut dirigée par Pierre Rossignol, puis par Louis de Chabert[24]. La "colonne de Saint-Didier et Pocé" était divisée en plusieurs compagnies : la compagnie de Pocé (dont le capitaine était Jean Allaire, les lieutenants Pierre Enault et Jean Chatelais), la compagnie de Saint-Didier, la compagnie de Torcé, la compagnie de Cornillé. Ce groupe chouan participa notamment au combat de Bais et au combat de Cornillé.

À la limite de la commune, le , se déroula le combat du Pont de Cantache.

Article détaillé : Combat du Pont de Cantache.

À la fin d'octobre 1795, une armée chouanne commandée par le marquis de Pontbriand fit mettre bas les armes un corps d'infanterie escortant un approvisionnement destiné à l'armée républicaine qui campait sur une hauteur dominant le pont sur la Cantache (à la limite des communes de Pocé-les-Bois, Saint-Jean-sur-Vilaine et Champeaux), sur la route de Châteaubourg à Vitré[25].

En mai 1796, des Chouans, venus du château de l'Épinay (en Champeaux), commandés par Alexis du Couësbouc et Henri du Boishamon attaquèrent une colonne républicaine de 1 000 soldats escortant un convoi de munitions de guerre (combat de Pocé)[26].

Article détaillé : Combat de Pocé.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En mai 1832, lors de l'insurrection légitimiste de 1832, une révolte chouanne, soutenant les légitimistes, considérant Henri V comme roi légitime, contre la Monarchie de Juillet (le roi Louis-Philippe étant considéré comme un usurpateur), nécessita la présence de détachements de troupes du 46e de ligne et de la Garde nationale à Châteaubourg, Saint-Jean-sur-Vilaine, Saint-Aubin-des-Landes, Pocé-les-Bois, etc. ; le , un combat oppose les chouans commandés par Alexandre Courson de la Villevalio et Jean-François Le Nepvou de Carfort d'une part, et les forces de l'ordre commandées par le général de Castres sur la lande de Toucheneau, près de la ferme de la Gaudinière en Vergeal[27].

Article détaillé : Combat de Toucheneau (1832).

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée décrivent ainsi Pocé (Pocé-les-les-Bois) en 1853 :

« Pocé (sous l'invocation de la Vierge, fêtée à la Nativité) ; commune formée par l'ancienne paroisse du même nom, aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Villaumur, le Teilleul, , le Bois-Chalet, le Fouilleul, la Massais, la Béhourdière, la Roussière, la Gaulairie, l'Angellerie. Maisons principales : Gazon, le Bois-Bide. Superficie totale: 1525 hectares dont (...) terres labourables 986 ha, prés et pâtures 243 ha, bois 69 ha, vergers et jardins 25 ha, landes et incultes 128 ha (..). Moulins : 6 (de la Courbe, de la Roussière, des Piles, de Malipasse, de Bressac, à eau). Cette commune (...) est traversée de l'est à l'ouest par la route royale de Paris à Brest. (...). Géologie : schiste argileux. On parle le français [en fait le gallo][28]. »

En 1876, le conseil municipal de Pocé refuse toute imposition supplémentaire, pourtant indispensable pour des travaux concernant son école mixte (laquelle existait déjà en 1873[29]) ; en conséquence le Conseil général d'Ille-et-Vlaine, lors de sa séance du , supprima la subvention de 250 francs qu'il était disposé à accorder à la commune[30]. En 1883 à nouveau, le Conseil général diffère une subvention pour l'achat des bâtiments de l'école et la construction de deux préaux couverts, car le Conseil municipal ne consent pas « les sacrifices que sa situation financière comporte [permet] »[31].

En 1877, la construction du chemin vicinal no 5 de Pocé en direction du sud, nécessitant de traverser la Vilaine à 150 mètres environ au sud du bourg, fut contestée en raison des expropriations et des remblais à édifier que la construction de cette route rendait nécessaire[32].

Une nouvelle église paroissiale, de style néogothique, est construite entre 1890 et 1903 par l'architecte Arthur Regnault. Elle remplace la précédente, décrite en ces termes par Amédée Guillotin de Corson :

« La Nativité est la fête patronale de Pocé. L'église, en partie fort ancienne, se compose d'une nef et d'un chœur à chevet droit, séparés l'un de l'autre par un arc triomphal en ogive. La nef n'a point de style et semble des XVIe siècle et XVIIe siècle, mais le chœur est roman et mérite d'être signalé : il était éclairé à l'origine par d'étroites meurtrières, dont une subsiste encore au nord ; son chevet, soutenu extérieurement par trois contreforts plats, devait avoir aussi deux meurtrières qui ne paraissent plus. Ce chœur peut remonter au XIIe siècle, et par suite aux origines même de la paroisse. Au haut de la nef, et de chaque côté de l'arc triomphal, sont deux petits autels dédiés à la Sainte Vierge et à saint Étienne. (...) À l'extérieur apparaissent les vestiges d'une litre, probablement celle des seigneurs de Gazon[8]. »

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

L'abbé Gallais, recteur de Pocé, mais antérieurement vicaire à Argentré-du-Plessis où il avait créé un groupe de musique instrumentale, un prêtre très dynamique, décéda le en son presbytère[33].

Le maire de Pocé, Auguste du Pontavice, fut suspendu de ses fonctions le , pour avoir énergiquement protesté contre l'expulsion des Frères des écoles de Vitré en application de la loi sur les congrégations religieuses[34] et condamné le à 15 jours de prison avec sursis et 200 francs d'amende par le tribunal correctionnel de Vitré pour violences, « qui consistent en jets de pierres qui n'ont blessé personne »[35] ; puis il fut verbalisé en 1906 pour avoir refusé d'afficher des discours d'Aristide Briand, de Jules-Auguste Lemire et d'autres responsables politiques concernant la Loi de séparation des Églises et de l'État, dite aussi loi de 1905[36].

Le eût lieu l'inventaire des biens d'église : « à Pocé et à Balazé où les églises étaient bien gardées et barricadées ; malgré tout les crocheteurs ont effectué leur besogne ; l'attitude des populations est crâne et ferme, mais on sent l'inquiétude, la nervosité, et l'on peut dire que l'agitation va croissant »[37]. Par décret du , les biens ayant appartenu à la fabrique de l'église de Pocé-les-Bois, qui étaient placés sous séquestre, sont attribués à la commune[38]. Une partie de ces biens fut vendu par mise aux enchères publiques le à la sous-préfecture de Vitré[39].

Un pont précaire existait sur la Vilaine à proximité du lieu-dit au toponyme révélateur : "Malipasse" : le , un jeune conscrit de Pocé s'y noya en tombant dans le cours d'eau, un autre étant secouru de justesse, en revenant de la ferme de la Santé, située sur l'autre rive[40].

En 1909, l'école mixte de Pocé, appropriée par la commune en 1906, est dédoublée en deux écoles, une pour chaque sexe[41].

En 1913, le tracé du chemin de grande communication no 34, qui jusque-là effectuait un double coude très accentué et très court, dangereux pour la circulation, dans la traversée du bourg de Pocé, fut rectifié[42].

Sous le titre La triste fin d'un pauvre vieux, le journal Ouest-Éclair raconte les circonstances affligeantes du décès, le , à Tournebride, d'un ancien journalier, Ringlé, âgé de 74 ans, devenu miséreux, dont le cadavre fut laissé sur le tas de racines où il était décédé et porté en terre tout nu dans un cercueil de fortune. Le journal ajoute : « C'est ainsi que le père Ringlé quitta Pocé, petite commune bien située et riche, dont nous avions ouï dire l'an passé qu'elle n'avait pas d'indigents, ce dont M. le Sous-préfet l'avait félicité »[43].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Pocé-les-Bois porte les noms de 30 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, quatre (Jean Bellier[44], Pierre Esnault[45], Joseph Loury[46], Joseph Terrière[47]) sont morts en 1914 en Belgique, la plupart des autres sont décédés sur le sol français ; parmi eux, deux frères, Joseph[48] et Pierre Poirier[49] ; Jean Alix[50] a été décoré de la Croix de guerre et de la Médaille militaire, Louis Alix[51] et Pierre Roussel[52] ont reçu la Croix de guerre. Léon Gieux[53] fut le dernier soldat de la commune mort pendant cette guerre[54].

Eugène Genouel, né le à Pocé, soldat au 115e régiment d'infanterie, fut décoré à titre posthume en 1922 de la Médaille militaire avec la citation suivante : « Grenadier énergique, à l'attaque du , s'est porté courageusement en avant et est tombé mortellement blessé en atteigant la position ennemie devant Moronvilliers »[55]. Pierre Ménager, né le à Izé (Val d'Izé), soldat au 76e régiment d'infanterie territoriale, obtint à titre posthume en 1923 la Médaille militaire et la Croix de guerre avec médaille de bronze avec la citation suivante : « Soldat courageux et dévoué. Mort pour la France à son poste de combat le à Kortekeer [Cabaret] » (Belgique) [lors de la Première bataille d'Ypres][56]. En 1925, Armand Alix[57] reçut lui aussi la médaille militaire à titre posthume[58].

En mai 1927, la RN 777 fut bitumée entre Vitré et la limite des communes de Pocé-les-Bois et Étrelles[59].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le pont de la Courbe, sur la Vilaine, entre Saint-Aubin-des-Landes et Pocé-les-Bois, est reconstruit en 1920[60].

Le , le service téléphonique commença à fonctionner dans la commune, avec l'installation d'un poste téléphonique public[61]. En 1922, la "Société de distribution d'électricité de l'Ouest" mena une enquête publique sur la commune et quelques communes voisines envisageant la création d'un réseau électrique desservant la commune[62]. Mais ce n'est qu'en 1937 que la commune adhère au syndicat d'électrification rurale des deux cantons de Vitré[63]. En 1935, la commune ne possède encore aucun abonné au téléphone, en dehors du poste téléphonique public[64].

En 1931, l'écroulement du pont de la Courbe sur le CD 34 entre Saint-Aubin-des-Landes et Pocé-les-Bois, permettant le franchissement de la Vilaine, rendit temporairement la circulation impossible jusqu'à sa reconstruction[65]. Pourtant un projet de reconstruction du dit pont avait été adopté en 1921[66] et dès 1917 un rapport du Conseil général d'Ille-et-Vilaine dit que le tablier du pont, qui était en bois, menaçait ruine[67].

Les eaux de la Vilaine étaient alors périodiquement empoisonnées par les rejets des industries vitréennes, particulièrement ceux de la distillerie : « Au moulin de la Courbe, les eaux sont noires et nauséabondes, des quantités de poissons morts ou mourants flottent sur la rivière » écrit par exemple le journal Ouest-Éclair le [68]. La commune est aussi périodiquement concernée, dans ses fonds de vallée, par des inondations, par exemple en janvier 1936[69].

En septembre 1934, la ferme du Mesnil fut ravagée par un incendie, qui détruisit plusieurs bâtiments d'exploitation, épargnant toutefois la maison d'habitation[70]. En août 1932, un autre incendie avait en partie ravagé des dépendances de la ferme de la Touche[71]. Le , c'est le moulin de Bressac, situé sur la Valière, à la limite avec la commune de Torcé, qui était ravagé par un incendie[72].

Les époux Loury, agriculteurs à la Roussière en Pocé-les-Bois, obtinrent en 1940 le prix Cognacq-Jay pour avoir mis au monde entre 1920 et 1939 16 enfants dont 12 étaient vivants lors de l'obtention de ce prix[73]. Le , Mgr Mignen, archevêque de Rennes, s'était déplacé à Pocé-les-Bois pour baptiser leur 15e enfant[74].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Pocé-les-Bois porte les noms de cinq victimes civiles (Pierre Fournier, Amand Veillard, Léon Rossignol et son épouse, Auguste Rossignol) mortes de faits de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale[54].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1821 Jean Perrussel[75]   Cultivateur
1821 1834 Antoine du Bourg[76]   Ancien capitaine du génie, chevalier de Saint-Louis, conseiller général d'Ille-et-Vilaine
1835 1840 Jean Marie Héry[77]   Propriétaire cultivateur
1840 1848 Michel Dufeu[78]   Propriétaire cultivateur
1848 1851 Jean Esnault[79]   Maréchal - taillandier
1851 1851 Antoine du Bourg   Déjà maire entre 1821 et 1834
1852 1865 Pierre Louaisil[80]   Propriétaire cultivateur
1865 1870 Évariste Lasne[81]    
1870 1903 Auguste du Pontavice[82]   Comte
1903 1904 Prosper Marquet[83]   Cultivateur à la Hunaudière
1904 1912 Auguste du Pontavice   Déjà maire entre 1870 et 1903
1913 1935 Jean du Pontavice[84]   Comte. Fils du maire précédent
1935 1950 Jean-Baptiste Souvestre[85]    
1950 1971 Auguste Beauducel[86]   Cultivateur
1971 1989 Jean Gardan    
1989 2001 Jean Bordais    
2001 2008 Maurice Doré    
2008 2014 René Février    
2014 en cours Frédéric Martin[87] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 1 259 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour Pocé-les-Bois[88]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
735 497 950 719 664 671 696 667 694
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
671 631 708 660 680 682 690 704 746
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
605 605 649 595 577 539 567 596 557
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
482 478 557 641 731 971 1 044 1 247 1 259
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[89] puis Insee à partir de 2006 [90].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de Pocé-Les-Bois.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • Calvaire et chapelle des Saint-Anges-Gardiens (1843).
  • Château du Bois-Bide. Demeure de style Louis XIII, reconstruite au XXe siècle. La façade est composée d'un long corps de logis encadré de pavillons carrés, surmontés de hautes toitures. Une tourelle polygonale qui côtoie un des pavillons possède un toit en carène. Le côté ouest est constitué de bâtiments comprenant une orangerie du XVIIIe siècle et un colombier coiffé d'un petit lanternon. Au XVIIIe siècle, il abrita la famille La Motte-Piquet.
  • Le château de Gazon[91].
  • Les menhirs de Villaumur et de la Pierre Blanche, ce dernier étant classé au titre des monuments historiques en 1970[92].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • L'Espérance de Pocé-les-Bois basket présente une équipe senior masculine et une équipe senior féminine[93].
  • L'Espérance de Pocé-Les Bois VTT.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Le bocage vitréen : Ille-et-Vilaine" de Jean-Pierre Ducouret et Jean-Jacques Rioult. Éditeur : APIB - (ISBN 2-905064-25-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014, légale en 2017.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Qualit'eau 35 n°30 p.5 - bulletin du réseau de suivi de la qualité des eaux superficielles en Ille-et-Vilaine » (consulté le 20 novembre 2013)
  2. a et b Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f503.image.r=Poc%C3%A9
  3. L. Collin, Quelques monuments mégalithiques de l'Est et du Centre d'Ille-et-Vilaine, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1932, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k122571j/f82.image.r=Poc%C3%A9?rk=42918;4
  4. Le pont de la Tourbade, ou Pont-Trabert, est situé sur la rivière Divatte en Anjou
  5. a et b Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 3, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og
  6. Aveu de 1475, Seigneur et Dame de Gazon, Archives départementales, cité par M. Etasse, Documents inédits concernant la baronnie de Vitré, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207795g/f71.image.r=Domagn%C3%A9
  7. M. Etasse, Documents inédits concernant la baronnie de Vitré, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207795g/f77.image.r=Poc%C3%A9 à http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207795g/f83.image.r=Poc%C3%A9
  8. a, b et c Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f504.image.r=Poc%C3%A9?rk=42918;4
  9. J. Baudry, "La Fontenelle le ligueur et le brigandage en Basse-Bretagne pendant la Ligue : 1574-1602", L. Durance, Nantes, 1920, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038234/f411.image.r=Vitr%C3%A9.langFR
  10. M. Etasse, Documents inédits concernant la baronnie de Vitré, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207795g/f103.image.r=Marpir%C3%A9
  11. Édouard Frain, "Une terre, ses possesseurs catholiques et protestants, de 1200 à 1600 : pour faire suite aux «Familles de Vitré»", 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54086453/f119.image.r=Poc%C3%A9
  12. M. Etasse, Documents inédits concernant la baronnie de Vitré, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207795g/f121.image.r=Domagn%C3%A9
  13. Julienne Le Cocq, femme de Jean Le Meulnier
  14. Édouard Frain, "Une terre, ses possesseurs catholiques et protestants, de 1200 à 1600 : pour faire suite aux «Familles de Vitré»", 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54086453/f120.image.r=Poc%C3%A9?rk=278971;2
  15. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f506.image.r=Poc%C3%A9
  16. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f504.image.r=Poc%C3%A9
  17. Par testament du , Charles Picquet, seigneur de Montreuil, greffier en chef du Parlement de Bretagne, fonde une messe en la chapelle du Bois-Bide tous les dimanches et jours fériés et en 1740 sa veuve, Françoise Onfroy, seigneur du Bois-Bide et de Saint-Aubin-des-Landes fit cesser la pratique du jeu de soule organisé chaque jour de Noël en son honneur
  18. Édouard Frain, "Tableaux généalogiques, notices et documents inédits au soutien du Mémoire où il est fait mention de plusieurs familles établies à Vitré et paroisses environnantes aux XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles", 1890, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k74143x/f27.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=665239;2
  19. Julie Le Moyne des Grands-Prés épousa le Joseph du Bourg, fils d'un sénéchal de Vitré. La famille du Bourg s'est établie dans le pays de Vitré à la fin du XVIIe siècle
  20. Louis Marie du Pontavice, né le à Fougères, fils de Louis André, comte du Pontavice des Renardières, né en 1774 au château des Renardières en Landéan et qui participa à l'insurrection de l'Armée catholique et royale de Rennes et de Fougères, voir Théodore Courtaux, "Histoire généalogique de la maison Du Pontavice et de ses alliances", 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55329015/f102.image.r=Poc%C3%A9?rk=1630909;2
  21. http://www.lejournaldevitre.fr/18325/patrimoine-le-bois-bidele-versailles-breton/
  22. Personnes en âge de communier
  23. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f507.image.r=Poc%C3%A9
  24. Il s'agit probablement de Louis Gabriel de Chabert, né le à Sainte-Marie-Laumont, dont le frère Pierre-Louis Chabert fut emprisonné au château de Thorigny comme "parent d'un chef de chouans", voir http://www.normannia.info/pdf/jourdan1907.pdf, page 174
  25. M.-E. Pescalet, "Le Biographe universel : revue générale biographique et littéraire", 1846, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6535477q/f143.image.r=Ch%C3%A2teaubourg
  26. "Henri Du Boishamon... : sa vie à travers la Révolution et la Terreur, ses services dans l'armée catholique et royale de Bretagne, ce qu'il fut pendant et après la Restauration, notes recueillies sur documents authentiques", 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9600743f/f66.image.r=Ch%C3%A2teaubourg
  27. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 5 juin 1832, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4377044/f2.image.r=Ch%C3%A2teaubourg?rk=729617;2 et J. Crétineau-Joly, "Histoire de la Vendée militaire", tome 4, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=vNNgAAAAcAAJ&pg=PA497&lpg=PA497&dq=lande+de+Touchenaux&source=bl&ots=zUkChGKJBB&sig=4Nzz4UtimpFDeeQiWyYt9uTGXiY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiKk4jwrePPAhVG1RoKHfa2DWcQ6AEIJTAA#v=onepage&q=lande%20de%20Touchenaux&f=false
  28. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1853, consultable https://books.google.fr/books?id=361CAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi_99avjK_RAhWBcRQKHZq0CHkQ6AEIJzAC#v=snippet&q=Poc%C3%A9&f=false
  29. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", août 1873, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5658807z/f37.image.r=Poc%C3%A9?rk=965670;0
  30. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", avril 1877, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5659781g/f62.image.r=Poc%C3%A9?rk=64378;0
  31. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", avril 1883, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55750421/f66.image.r=Poc%C3%A9?rk=643780;0
  32. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", août 1877, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56596814/f328.image.r=Poc%C3%A9?rk=21459;2
  33. Journal Ouest-Éclair no 606 du 6 avril 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k639211r/f2.image.r=Poc%C3%A9?rk=214593;2
  34. Journal Ouest-Éclair no 1585 du 22 décembre 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6401943/f3.image.r=Poc%C3%A9?rk=6845527;2
  35. Journal Ouest-Éclair no 1565 du 2 décembre 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640174d/f3.image.r=Poc%C3%A9?rk=7510766;4
  36. Journal Ouest-Éclair no 3301 du 22 mars 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641015p/f2.image.r=Poc%C3%A9?rk=1351938;0
  37. Journal Ouest-Éclair no 3288 du 9 mars 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6410026/f3.image.r=Poc%C3%A9?rk=5622345;2
  38. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 9 juin 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6254539w/f4.image.r=saint-jean-sur-vilaine?rk=107296;4
  39. Journal Ouest-Éclair no 4444 du 24 mars 1911, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642843q/f3.image.r=Poc%C3%A9?rk=8047250;0
  40. Journal Ouest-Éclair no 2947 du 5 février 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6413359/f3.image.r=Poc%C3%A9?rk=6480718;4
  41. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", août 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5658759b/f796.image.r=Poc%C3%A9?rk=386268;0 et août 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5568831n/f894.image.r=Poc%C3%A9?rk=407727;2
  42. Journal Ouest-Éclair no 5412 du 20 octobre 1913, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643784f/f4.image.r=Poc%C3%A9?rk=7897034;4
  43. Journal Ouest-Éclair no 5500 du 16 janvier 1914, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643872n/f4.image.r=Poc%C3%A9?rk=64378;0
  44. Jean Bellier, né le à Pocé-les-Bois, soldat au 124e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Virton (Belgique)
  45. Pierre Esnault, né le à Vitré, soldat au 76e régiment d'infanterie territoriale, mort des suites de ses blessures le à Lizerne (Belgique)
  46. Joseph Loury, né le à Saint-Didier, soldat au 76e régiment d'infanterie territoriale, morts des suites de ses blessures lors du combat de Pilkem dans le cadre de la Première bataille d'Ypres à Ypres (Belgique)
  47. Joseph Terrière, né le à Soulaire-et-Bourg (Maine-et-Loire), soldat au 135e régiment d'infanterie, mort des suites de ses blessures le à Zonnebeke (Belgique)
  48. Joseph Poirier, né le à Pocé-les-Bois, soldat au 124e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Baconnes (Marne)
  49. Pierre Poirier, né le à Pocé-les-Bois, soldat au 130e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Mangiennes (Meuse)
  50. Jean Alix, né le à Pocé-les-Bois, soldat au 245e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Verdun (Meuse)
  51. Louis Alix, né le à Pocé-les-Bois, soldat au 117e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Châlons-sur-Marne (Marne)
  52. Pierre Roussel, né le à Étrelles, chasseur au 106e bataillon de chasseurs à pied, mort des suites de ses blessures le à Zuydcoote (Nord)
  53. Léon Gieux, né le à Pocé-les-Bois, conducteur au 5e escadron du train des équipages militaires, mort des suites de maladie contractée en service le à Écury-sur-Coole (Marne)
  54. a et b http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=23720
  55. Journal Ouest-Éclair no 7550 du 6 juillet 1922, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646962f/f5.image.r=Poc%C3%A9?rk=10257562;2
  56. Journal Ouest-Éclair no 7856 du 8 avril 1923, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k647238s/f4.image.r=Poc%C3%A9?rk=3326196;4
  57. Armand Alix, né le à Pocé, zouave au 3e régiment de marche de zouaves, tué à l'ennemi le dans le secteur d'Ormes ou de Vrigny (Marne)
  58. Journal Ouest-Éclair no 8813 du 5 décembre 1925, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k648210b/f5.image.r=Poc%C3%A9?rk=11115934;4
  59. Journal Ouest-Éclair no 9347 du 27 mai 1927, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657099v/f4.image.r=Poc%C3%A9?rk=8497896;0
  60. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", janvier 1920, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6125470k/f935.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=42918;4
  61. Journal Ouest-Éclair no 7354 du 25 mars 1921, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646494p/f3.image.r=Poc%C3%A9?rk=4442082;0
  62. Journal Ouest-Éclair no 7425 du 3 mars 1922, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6468370/f5.image.r=Poc%C3%A9?rk=1866962;0
  63. Journal Ouest-Éclair no 14802 du 20 mai 1937, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k660897w/f9.image.r=Poc%C3%A9?rk=12639548;2
  64. Journal Ouest-Éclair no 13973 du 8 février 1935, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6600660/f8.image.r=Poc%C3%A9?rk=14849858;4
  65. Journal Ouest-Éclair no 12482 du 9 janvier 1931, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6584229/f6.image.r=Poc%C3%A9?rk=13004356;0
  66. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", mai 1921, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5568638v/f581.image.r=Poc%C3%A9?rk=150215;2
  67. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", septembre 1917, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5727987f/f342.image.r=Poc%C3%A9?rk=1287560;0
  68. Journal Ouest-Éclair no 13497 du 20 octobre 1933, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k659437t/f8.image.r=Poc%C3%A9?rk=14399212;4 et no 13478 du , consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k659418h/f11.image.r=Poc%C3%A9?rk=15429260;4
  69. Journal Ouest-Éclair no 14304 du 5 janvier 1936, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k660397b/f6.image.r=Poc%C3%A9?rk=15622394;4
  70. Journal Ouest-Éclair no 13820 du 8 septembre 1934, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6597604/f7.image.r=Poc%C3%A9?rk=3218900;0
  71. Journal Ouest-Éclair no 13073 du 22 août 1932, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k659013c/f6.image.r=Poc%C3%A9?rk=3583708;4
  72. Journal Ouest-Éclair no 13434 du 18 août 1933, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k659374r/f7.image.r=Poc%C3%A9?rk=5128780;4
  73. Journal Ouest-Éclair no 16095 du 20 décembre 1940, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k662195h/f4.image.r=Poc%C3%A9-les-Bois?rk=343349;2
  74. Journal Ouest-Éclair no 14529 du 17 août 1936, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k660622z/f7.image.r=Poc%C3%A9?rk=3819761;2
  75. Jean René Guillaume Perrussel, né le au Pâtis en Saint-Jean-sur-Vilaine, décédé le à la Cour Bénite en Pocé-les-Bois
  76. Antoine Maurice Auguste du Bourg, né en 1773 (probablement au château du Bois-Bide), décédé âgé de 78 ans le au château du Bois-Bide en Pocé-les-Bois
  77. Jean Marie Joseph Héry, né le à Pocé-les-Bois, décédé le à l'Aubertière en Pocé-les-Bois
  78. Michel Dufeu, né le à Saint-Christophe-des-Bois, décédé le à la Chevrie en Balazé
  79. Jean François Esnault, né le à Pocé-les-Bois, décédé le à Pocé-les-Bois
  80. Pierre Auguste Louaisil, né le à Erbrée, décédé le à Pocé-les-Bois
  81. Évariste François Auguste Lasne, né le 19 floréal an XIII () à Vitré, décédé le à la Roche en Pocé-les-Bois
  82. Auguste Marie du Pontavice du Bois-Bide, né le à Pocé-les-Bois, marié le à Vitré avec Marie Joséphine Charlotte de Lantivy-Gillot de Kerveno, décédé le au château du Bois-Bide en Pocé-les-Bois
  83. Prosper Marie Marquet, né le à Pocé-les-Bois, décédé le à Pocé-les-Bois
  84. Jean Joseph Marie Auguste du Pontavice du Bois-Bide, né le à Vitré, décédé le à Rennes. Camérier secret du pape, voir journal Ouest-Éclair no 9087 du 9 septembre 1926, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6568390/f4.image.r=Poc%C3%A9?rk=12424954;0
  85. Jean-Baptiste Souvestre, né le à Torcé, décédé le à Pocé-les-Bois
  86. Auguste Pierre Marie Beauducel, né le à Pocé-les-Bois, décédé le à Pocé-les-Bois
  87. « L'annuaire des élus 2014 d'Ille-et-Vilaine », Dimanche Ouest-France, 20 avril 2014
  88. Date du prochain recensement à Pocé-les-Bois, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  89. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  90. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  91. « Notice no PA00090968 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  92. « Menhir dit La Pierre Blanche », base Mérimée, ministère français de la Culture
  93. « Espérance Pocé-les-Bois basket - Les équipes », sur site officiel du club (consulté le 2 mai 2014)


Liens externes[modifier | modifier le code]