Henri-Auguste-Georges de La Rochejaquelein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri-Auguste-Georges de La Rochejaquelein
Henri de La Rochejaquelein en 1865.
Henri de La Rochejaquelein en 1865.
Fonctions
Sénateur du Morbihan
Député du Morbihan à l'Assemblée nationale législative
Élection
Député du Morbihan à l'Assemblée nationale constituante
Élection
Député du Morbihan à la Chambre des députés
Élection
Réélection
Prédécesseur Alphonse Joseph Constant Bourelle de Sivry
Pair de France
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Château Citran
(Gironde, France)
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Le Pecq
(Yvelines, France)
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique Droite légitimiste
Père Louis du Vergier de La Rochejaquelein
Profession Militaire

Henri-Auguste-Georges du Vergier de La Rochejaquelein (château de Citran, Gironde, le - ) était un homme politique français.

Sa famille[modifier | modifier le code]

Son père Louis du Vergier de La Rochejaquelein et son oncle Henri comptent parmi les plus célèbres des généraux royalistes qui ont combattu pendant la guerre de Vendée.

Sa vie[modifier | modifier le code]

La Rochejaquelein à l'Assemblée nationale constituante (1848-49), caricature de Cham.

Il entre à l'École militaire de Saint-Cyr en 1823, et devient officier des grenadiers à cheval de la Garde[1]. Il prend part à l'expédition d'Espagne de 1823 et à la guerre russo-turque de 1828-1829. Il fut officier de la Légion d'honneur, chevalier de 4e classe de l'Ordre de Sainte-Anne, chevalier de 4e classe de l'Ordre de Saint-Vladimir.

Membre de la Chambre des pairs dès 1825, il démissionne après la révolution de juillet 1830 et l'accession au trône de Louis-Philippe, qui appartient à la branche cadette de la maison de Bourbon. Il est élu député du Morbihan en 1842, et siège à droite, parmi les légitimistes[2].

En 1848, la Gazette de France soutient sa candidature à l'élection présidentielle, mais il n'obtient qu'un nombre de votes insignifiant. Fait sénateur par Napoléon III en 1852, au grand étonnement des autres légitimistes, il défend ardemment le catholicisme ; sa nomination au Sénat peut peut-être s'expliquer par ses positions en matière de politique extérieure, où il se montre moins intransigeant sur la question romaine : il soutient d'ailleurs toujours la politique impériale dans ce domaine.

Ses publications[modifier | modifier le code]

Il a publié de nombreux ouvrages traitant de questions économiques ou politiques, entre autres des Considérations sur l'impôt du sel (Paris, 1844), Situation de la France (1849), À mon pays (1850), La France en 1853 (1853), La politique internationale et le droit des gens (1860).

Iconographie[modifier | modifier le code]

Une médaille à l'effigie de La Rochejaquelein a été exécutée en 1844 par le graveur Maurice Borrel. Un exemplaire en est conservé au musée Carnavalet (ND 0350).

Titulature[modifier | modifier le code]

  • 26 septembre 1805 : Monsieur Henri-Auguste-Georges du Vergier de La Rochejacquelein[3]
  • 1833 : Monsieur Henri-Auguste-Georges du Vergier, marquis de La Rochejacquelein[4]

Références[modifier | modifier le code]

  1. sur la base LEONORE
  2. La Rochejaquelein sur le site de l'Assemblée nationale
  3. À sa naissance ; en tant que fils du marquis de La Rochejaquelein.
  4. À la mort du marquis de La Rochejaquelein, son frère.

Sources[modifier | modifier le code]