Jacques de Bourbon (1870-1931)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques de Bourbon
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait du duc d'Anjou et de Madrid vers 1911 per Hermann Torggler. Col. Inigo Perez de Rada, Madrid.

Titres

Prétendant légitimiste aux trônes de France et de Navarre


(22 ans, 2 mois et 14 jours)

Nom revendiqué Jacques Ier
Prédécesseur Charles de Bourbon
Successeur Alphonse-Charles de Bourbon

Prétendant carliste au trône d’Espagne


(22 ans, 2 mois et 14 jours)

Nom revendiqué Jacques III
Prédécesseur Charles de Bourbon
Successeur Alphonse-Charles de Bourbon
Fonctions militaires
Grade militaire Colonel (Empire Russe) Imperial Russian Army Col 1917 v.png
Conflit Expédition russe en Chine contre les Boxers, Guerre russo-japonaise
Biographie
Titulature Duc d’Anjou
Duc de Madrid
Dynastie Maison de Bourbon-Anjou
Nom de naissance Jaime de Borbón y Borbón-Parma
Naissance
La Tour-de-Peilz (Suisse)
Décès (à 61 ans)
Paris (France)
Père Charles de Bourbon,
duc de Madrid
Mère Marguerite de Parme
Description de cette image, également commentée ci-après
Description de cette image, également commentée ci-après

Jacques de Bourbon (en espagnol : Jaime de Borbón y Borbón-Parma), né à La Tour-de-Peilz, près de Vevey, dans le canton de Vaud, en Suisse, le , et décédé à Paris (8e arrondissement) le , aîné des Capétiens et chef de la maison de Bourbon, qui porte les titres de courtoisie de duc d’Anjou et duc de Madrid, est le prétendant légitimiste au trône de France sous le nom de Jacques Ier et le prétendant carliste au trône d'Espagne sous le nom de Jacques III, de 1909 à 1931.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son état civil complet est : Jaime Pío Juan Carlos Bienvenido Sansón Pelayo Hermenegildo Recaredo Álvaro Fernando Gonzalo Alfonso María de los Dolores Enrique Luis Roberto Francisco Ramiro José Joaquín Isidro Leandro Miguel Gabriel Rafael Pedro Benito Felipe de Borbón y Borbón-Parma (traduction française : Jacques Pie Jean Charles Bienvenu Samson Pélage Herménégilde Recarède Alvare Ferdinand Gonzalve Alphonse Marie des Douleurs Henri Louis Robert François Ramire Joseph Joachim Isidore Léandre Michel Gabriel Raphaël Pierre Benoît Philippe de Bourbon). Il est baptisé à La Tour-de-Peilz le , avec pour parrain son grand-oncle le comte de Chambord et pour marraine sa grand-mère paternelle la comtesse de Montizon.

Jacques est le seul fils de Charles de Bourbon, duc de Madrid, prétendant légitimiste aux trônes de France et de Navarre, et, prétendant carliste au trône d’Espagne, et de sa première épouse Marguerite de Parme.

Jacques de Bourbon dans les bras de sa mère vers 1870

Le , il est proclamé prince des Asturies par les carlistes, en tant que fils de Charles VII, roi des Espagnes et des Indes, c’est-à-dire du duc de Madrid.

Jacques Ier de Bourbon en uniforme de hussard

Jacques de Bourbon fait toutes ses études chez les Jésuites, d’abord à Paris, à l’école de l’Immaculée-Conception (au n° 24 de la rue de Vaugirard) jusqu’en 1881, puis au collège de Beaumont (en Angleterre), et enfin au collège de Stella Matutina de Feldkirch (Autriche).

Le à Gorizia, actuellement à la frontière de l’Italie, il assiste aux côtés de son grand-père, de son père et de son oncle aux obsèques d’Henri d’Artois, comte de Chambord, prétendant légitimiste au trône de France. Selon les légitimistes, ce décès faisait de Jacques de Bourbon un fils de France, en tant que fils du nouveau dauphin de France, son père le duc de Madrid, lui-même fils aîné du nouveau chef de la maison de Bourbon et aîné des Capétiens, Jean de Bourbon, comte de Montizon. Puis à la mort de son grand-père, le , Jacques devient le nouveau dauphin de France pour les légitimistes.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

En 1890, il entre à l’académie militaire autrichienne de Wiener-Neustadt (près de Vienne), où il fit son apprentissage militaire. En 1896 le Tsar Nicolas II l'accepte dans l’armée impériale russe, dans laquelle il est officier d'abord comme enseigne dans le 24e régiment des Dragons de Loubny puis au régiment des Hussards de Grodno (ru) dans la garde impériale russe. Il est en poste en Pologne[1] aux frontières du Turkestan, de l'Afghanistan et de la Perse[2]. Il participe à la guerre des Boxers en Chine en 1900, retracée dans le film Les 55 Jours de Pékin et à l'occupation russe de la Mandchourie. Atteint par le typhus, il part en convalescence à Nagasaki au Japon où il rencontre Pierre Loti[3].

Il combattit aussi dans la guerre russo-japonaise en 1904 en Mandchourie comme officier d'état-major au Ier corps d'armée. Il y obtint la croix de l'Ordre de Saint-Vladimir[4].

Il voyagea beaucoup, notamment en Indochine où il se lia d’amitié avec le gouverneur général, Paul Doumer, futur président de la République française.

Après avoir quitté l’armée russe avec le grade de colonel de hussards en 1909, il s’installa en Autriche, au château de Frohsdorf, hérité de sa grand-tante la comtesse de Chambord, morte en 1886.

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate en 1914, Jacques de Bourbon est placé aux arrêts dans son château de Frohsdorf - officiellement pour son grade dans l'Armée Russe, en fait pour avoir appelé ses partisans à soutenir la France. Il[Qui ?] lui donne la possibilité de choisir entre la captivité pour la durée de la guerre et l'exil - il part alors pour la Suisse[5].

Prétendant Légitimiste aux trônes de France et d'Espagne[modifier | modifier le code]

Au décès de son père le , les légitimistes français le reconnaissent comme roi de France et de Navarre sous le nom de Jacques Ier, et les carlistes espagnols comme roi des Espagnes et des Indes sous le nom de Jacques III. Il prend les titres de duc d'Anjou et de duc de Madrid. Il portent les insignes des ordres du Saint-Esprit et de la Toison d'Or lors des obsèques de son père à Varèse le [6].

Jacques de Bourbon, 22-07-1909, à Varèse aux obsèques de son père Charles de Bourbon, Le Monde illustré

Jacques de Bourbon s'affirma à plusieurs reprises chef de la Maison de France ou de la Maison de Bourbon, et successeur des Rois de France. Il revendiqua le port des pleines armes de France contre le Duc d'Orléans[7] et la Grand-maîtrise des Ordres Royaux, comme il l'affirme en particulier dans une lettre à M. Cathelineau : "J’accueille avec la même incrédulité l'information que vous me rapportez, selon laquelle le Duc d'Orléans parait quelquefois avec le Collier de Saint Esprit, qui est mon apanage exclusif. Le Chef de la Maison de Bourbon, c'est moi; moi qui, dans mon lettre aux Souverains, a l'occasion de la more de mon cher et regrette Père, ai solennellement déclare que j'entendais revendiquer tous les droits et prérogatives qu'il me transmettait en dépôt; moi qui tiens du Comte de Chambord, avec le Château de Fröhsdorf, les reliques, les archives et les papiers de la Monarchie légitime, ainsi que la Maîtrise des Ordres royaux. S.A.R. le Duc d'Orléans est d'autant moins qualifié pour faire un chevalier du Saint-Esprit, ou pour s'approprier cet Ordre, qu'il est le tout a fait dernier dans notre arbre généalogique, et que sa branche ne peut produire la moindre prétention qu'après la complète extinction non seulement de la mienne, mais encorde de celles d'Espagne, des Deux Siciles et de Parme."[8]

Jacques de Bourbon à son bureau, château de Frohsdorf vers 1910

Après la Première Guerre mondiale, il prend donc le titre de duc d’Anjou, en tant qu'aîné des descendants du roi Philippe V d’Espagne (1683-1746), né Philippe de France, duc d’Anjou. Ce titre d’attente sera par la suite repris par la plupart des prétendants légitimistes jusqu’à aujourd’hui. De son côté Philippe VI, actuel roi d’Espagne porte un écu aux armes d’Anjou (à savoir, d’azur à trois fleurs de lis d’or et à la bordure de gueules), placé au centre des armes d’Espagne.

En 1923, il fonde l'Ordre de la Légitimité Proscrite destiné à reconnaître les mérites de ses partisans carlistes les plus loyaux et en particuliers de ceux qui auraient été persécutés et auraient souffert du fait de leur foi politique[9].

Jacques de Bourbon vit une partie de son temps à Paris, où il a un pied-à-terre au no 43 de l’avenue Hoche, dans le 8e arrondissement. C'est là qu’il meurt, d’une angine de poitrine, le à 19 h 30, quelques jours après s’être réconcilié avec son cousin exilé l'ancien roi Alphonse XIII, qu’il fait chevalier[10] de l’ordre du Saint-Esprit[N 1] le .

Décès et succession[modifier | modifier le code]

Son acte de décès (no 1628) le mentionne comme « Jaime, Charles, Alphonse, Philippe de Bourbon, Duc d’Anjou et de Madrid, domicilié au château de Frohsdorf (Autriche) », l’employé de l’état civil ayant écrit le premier prénom en espagnol et ayant omis de nombreux prénoms parmi les siens. Ses obsèques françaises[N 2] ont lieu le à Paris, en l’église Saint-Philippe-du-Roule, en présence d’Alphonse XIII et de nombreux Bourbons. Le duc d'Anjou et de Madrid est ensuite[11] inhumé le à Viareggio (près de Lucques, en Italie), en la chapelle de la Tenuta Reale (« domaine royal ») — appelée aussi Villa Borbone (it)[12],[N 3] (« villa Bourbon ») —, en présence[13] de son oncle Alphonse de Bourbon, âgé de 82 ans, qui lui succède comme prétendant légitimiste au trône de France et comme prétendant carliste au trône d’Espagne.

Le prétendant sur son lit de mort en 1931.

Décorations[modifier | modifier le code]

Ordres dynastiques français et espagnols[modifier | modifier le code]

En qualité de chef de la maison de Bourbon et prétendant légitimiste au trône de France, et comme prétendant carliste au trône d’Espagne, Jacques de Bourbon revendiquait la grande maîtrise des ordres dynastiques traditionnels[14],[15].

Ordres dynastiques français[modifier | modifier le code]

Comme prétendant légitimiste au trône de France, il revendiquait la grande maîtrise des ordres suivants :

Ordres dynastiques espagnols[modifier | modifier le code]

Comme prétendant carliste au trône d'Espagne, il revendiquait la grande maîtrise des ordres suivants  :

Ordres sous la protection du roi d'Espagne[modifier | modifier le code]

Décorations militaires[modifier | modifier le code]

Portrait de Jacques de Bourbon en uniforme des Hussards de Grodno où apparaissent ses décorations.

Titulature[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Les titres portés par les membres de la maison de Bourbon n'ont pas d'existence juridique en France et sont considérés comme des titres de courtoisie. Ils sont attribués par le chef de maison. Aîné des descendants de Louis XIV, Jacques de Bourbon a porté les titres suivants :

  •  : Son Altesse Royale, le prince Jacques de Bourbon, Prince du Sang ;
  •  : Son Altesse Royale Jacques, fils de France ;
  •  : Son Altesse Royale le dauphin de France ;
  •  : Son Altesse Royale le duc d'Anjou.

En raison de sa position de chef de la maison de Bourbon, mais surtout d'aîné des Capétiens, Jacques de Bourbon était considéré comme de facto le chef de la maison royale de France par une partie des royalistes français.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L’ordre du Saint-Esprit, n'étant plus attribué par un souverain français depuis 1830, est devenu un ordre dynastique.
  2. Un second service funèbre a lieu trois jours plus tard à Viareggio[11].
  3. À ne pas confondre avec la Villa Borbone delle Pianore (it)(« villa Bourbon des plaines »), qui se trouve 12 kilomètres plus loin, à Camaiore.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué de Charles de Bourbon (1848-1909)25 Décembre 1898
  2. Reynaldo Brea y Cuartero, Baron de Artagan,Príncipe heroico y soldados leales, éd. La Bandera Regional, Barcelone, 1912, p.24
  3. Pierre Loti, Troisième Jeunesse de Madame Prune, 1905 : "C'était dom Jaime de Bourbon, fils de dom Carlos, et prétendant carliste au trône d'Espagne. Engagé dans l'armée russe, il avait demandé d'aller en Extrême-Orient, pour guerroyer, par humeur française, et maintenant il était là, convalescent d'un typhus grave pris en Mandchourie."
  4. Patrick van Kerrebrouck, La maison de Bourbon (1256-1987), coll. Nouvelle histoire généalogique de l'auguste maison de France,éd. Patrick van Kerrebrouck, Villeneuve d'Ascq, 1987, pp.308-309
  5. Jacques Bernot, Les princes cachés : Histoire des prétendants légitimistes 1883-1989, Paris, Lanore, 2014
  6. Le Monde Illustré, 31/07/1909, p.80[1]
  7. Patrick van Kerrebrouck, La maison de Bourbon (1256-1987), coll. Nouvelle histoire généalogique de l'auguste maison de France,éd. Patrick van Kerrebrouck, Villeneuve d'Ascq, 1987, p.308
  8. Lettre de Jacques de Bourbon à M. Cathelineau, publiée dans la revue La Monarchie Française, N°10, 25 août-10 septembre 1911 et republiée dans le N° 15 de la même revue en 1912
  9. Melchor Ferrer Dalmau, Historia del Tradicionalismo Español, Tomo XXIX, editorial Católica Española, Sevilla, 1960, p.268, [2]
  10. Vicomtesse de Buysieulx, « Le prince Jaime de Bourbon, duc d'Anjou et de Madrid », Figaro, no 277 de 1931,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  11. a et b Comœdia, 25e année, No 6 837, 9 octobre 1931, p. 4, lire en ligne.
  12. Site officiel de la Villa Borbone, à Viareggio.
  13. Figaro, 13 octobre 1931, p. 2, lire en ligne.
  14. a et b Aymeric de Loyzeau, « Maison de Bourbon - Jacques 1er », La Légitimité,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juin 2019).
  15. On le voit en particulier porter le collier et la plaque de l'Ordre du Saint-Esprit lors des obsèques de son père le 22 juillet 1909 à Varèse : [3]
  16. Hervé Pinoteau, État de l’ordre du Saint-Esprit en 1830 et la survivance des ordres du roi, Paris, Nouvelles Éditions Latines, coll. « Autour des dynasties françaises », , 165 p. (ISBN 2-7233-0213-X), p. 138 et 140. Jacques de Bourbon créa des chevalier de l'Ordre du Lys, cette décoration n'était pas un ordre lors de sa création en 1814, mais le prétendant la considérait manifestement comme telle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]