Que sais-je ?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir QSJ.
Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 1941
Fondée par Paul Angoulvent
Fiche d’identité
Slogan « Une question à toutes les réponses »
Siège social Paris  (France)
Dirigée par Julien Brocard
Société mère Presses universitaires de France / Humensis
Site web www.quesaisje.com

Que sais-je ? (QSJ) est une des collections majeures de l'édition française, fondée en 1941 par Paul Angoulvent et publiée par les Presses universitaires de France. Elle rassemble des livres didactiques exposant l'essentiel d'un sujet particulier dans un format court. Depuis décembre 2016, elle est une marque du groupe d'édition Humensis.

Présentation[modifier | modifier le code]

Traduite en 44 langues et diffusée à plusieurs centaines de millions d'exemplaires, cette collection est riche d'un catalogue de plus de 700 titres régulièrement réédités et mis à jour, conçus pour le grand public par des spécialistes de chaque discipline[1].

Retirés du catalogue lorsque leur contenu est dépassé, ces livres de vulgarisation – plus de 4 000 titres depuis la création, alors que Paul Angoulvent n'en prévoyait initialement pas plus de 100[2] – constituent une vaste encyclopédie touchant tous les domaines de la connaissance universitaire ou de la culture populaire. Collection au format de poche, elle se distingue par sa présentation formatée (128 pages), chaque volume étant actuellement vendu à 9 . Le logo représente une boussole et une étoile figurant l'étoile polaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la collection s'inspire de la devise de Montaigne, qu'il emprunte, dans le droit fil de la réflexion humaniste de la Renaissance, à Sextus Empiricus et qui traduit la modestie du savoir humain face à l'étendue infinie de l'objet du savoir.

À l'origine : une pénurie de papier[modifier | modifier le code]

En 1941[3], sous l’Occupation, Paul Angoulvent (1899-1976), ancien conservateur au musée du Louvre formé à HEC, a l'idée, pour pallier la restriction de papier[4], d'une collection dont chaque volume serait réalisé à partir d’une seule feuille de 1,20 m sur 1,60 m, imposée en deux temps. La feuille serait ensuite pliée six fois pour obtenir 4 cahiers de 32 pages et un total de 128 pages[5]. Que sais-je ? est né.

La fabrication est économique. Les couvertures, qui ont toutes le même dos, sont imprimées à la chaîne. Le format (176 mm × 115 mm) se veut original et harmonieux, le rapport entre la hauteur et la largeur étant proche du nombre d’or.

La médaille de Montaigne, où est inscrite la devise : « Que sçay-ie ? »

Paul Angoulvent a souhaité une collection dont les volumes soient maniables et peu chers (12 F de 1941). Mais l'innovation n'est pas que technique et commerciale, elle est aussi éditoriale : chaque volume est envisagé comme un long article d’une encyclopédie totale imaginaire. Le lecteur est libre de se constituer la sienne en fonction de ses goûts, de sa curiosité, de ses besoins. Cette grande souplesse permet à la politique éditoriale de suivre de près les sujets d’actualité et les préoccupations du temps tout en proposant des rééditions le plus à jour possible[6].

Douze ans avant l'invention du livre de poche, Paul Angoulvent a pressenti que les éditeurs devaient s'adapter à un grand public de plus en plus soucieux de s’informer par lui-même et que le nombre d’étudiants ne va bientôt plus cesser de croître[7].

Les trois premiers titres sortent de l'imprimerie des Presses Universitaires de France de Vendôme et sont tirés à 5 000 exemplaires chacun.

Si le numéro 10, de Henri Denis, est consacré à la corporation[8], publication pour le moins opportuniste dans le cadre de la révolution nationale du régime de Vichy, en février 1944 Maurice Duverger y écrit Les Constitutions de la France, où il remet en cause la constitutionnalité du régime de Vichy, gouvernement de fait et non de droit. La Milice saisit tous les exemplaires encore en stock.

Une politique d'auteurs de référence[modifier | modifier le code]

Les titres de la série suivent le même format.

En plus de 75 ans d'existence, la catalogue a été le reflet des grands courants de la pensée française contemporaine et a accueilli aussi bien des représentants du personnalisme (Emmanuel Mounier, Jean-Marie Domenach) que des historiens de l'École des Annales (Jacques Le Goff, Emmanuel Le Roy Ladurie, Maurice Agulhon) ou encore des marxistes (Henri Lefebvre, Albert Soboul).

En 1958, Pierre Bourdieu y publie son premier livre, Sociologie de l'Algérie. En 1961, la Sociologie du droit d'Henri Lévy-Bruhl contribue à faire connaître cette discipline en France.

Alfred Sauvy, Jean Fourastié, Jean Delay, René Rémond, Jean Piaget, Jacques Soustelle, Régine Pernoud, Jacqueline de Romilly, entre autres figures marquantes, ont également écrit en Que sais-je ?.

La collection aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Évolution des couvertures[modifier | modifier le code]

La marque[modifier | modifier le code]

L'ISSN de Que sais-je ? est 0768-0066[9].

D’abord technique, la contrainte du format est aujourd'hui devenue une contrainte imposée aux auteurs censés être en mesure de transmettre leur savoir de la façon la plus synthétique possible.

Poursuivant la même tradition, le catalogue actuel donne la parole aux meilleurs universitaires, aux spécialistes reconnus et aux penseurs importants de notre temps, issus des plus hautes institutions (Collège de France, École normale supérieure, Sorbonne, etc.) ou de la société civile. Parmi les plus connus : Alexandre Adler, Georges Bensoussan, Malek Chebel, Jean-Michel Déprats, Guillaume Erner, Claude Hagège, Olivier Houdé, Alain De Libera, Xavier Niel, Thomas Römer, Renaud Van Ruymbeke, Alain Supiot, Jacques Vergès, Frédéric Worms...

Au format numérique, la collection est disponible contre paiement sur le portail Cairn.

Séries[modifier | modifier le code]

Le format identique des Que sais-je ? masque une diversité de formes. Au catalogue, il est notamment possible de distinguer plusieurs séries[10] :

  • l'encyclopédie en tant que telle, composée de monographies réparties en 9 disciplines : droit-politique, économie, histoire-géographie-art, lettres, philosophie, psy, religions-sagesses, sciences-médecine, société.
  • « Les 100 mots... » : lancée en 2005 avec Les 100 mots de l'économie, cette série réunit des mini-dictionnaires pour découvrir un domaine ou le vocabulaire d’une discipline, mais aussi des abécédaires insolites[11] ou des parcours sensibles et subjectifs[12]. Comptant plus de 80 titres au catalogue 2017, elle est déclinée : « Les 100 dates... » , « Les 100 lieux... », « Les 100 histoires... », etc.
  • des biographies : Platon (no 2010), Nietzsche (no 2042), Homère (no 2218), René Descartes (no 3967), Shakespeare (no 4033), Simone Weil (no 4037), etc.
  • des lexiques : Vocabulaire psychologique et psychiatrique (no 2739), Vocabulaire de l'islam (no 3653), Lexique de droit constitutionnel (no 3655), Lexique des symboles chrétiens (no 3697), Lexique des symboles de la mythologie grecque (no 4060), etc.
  • des anthologies : Textes constitutionnels français (no 2022), Textes constitutionnels étrangers (no 2060), etc.
  • « Que sais-je ? en 1 heure » : livres audio lus par des comédiens (Fanny Cottençon, Thibault de Montalembert, Dominique Pinon...)

Format[modifier | modifier le code]

Des collections similaires ont été créées par d'autres éditeurs : « Repères » chez La Découverte, « Clefs » chez Montchrestien, « Le savoir suisse » aux Presses polytechniques et universitaires romandes, « Very Short Introductions » chez Oxford University Press, « Collection 128 » chez Armand Colin[13], « Wissen » chez C.H. Beck[14].

Dans la culture collective[modifier | modifier le code]

Dans le film Tchao Pantin (1983) de Claude Berri, le personnage de Youseff Bensoussan cache son argent dans ses Que sais-je ?.

Dans le film La Sentinelle d’Arnaud Desplechin, le personnage de Mathias Barillet se procure des Que sais-je ? chaque fois qu'il se pose une question.

Dans Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, Georges Perec note qu'il voit passer un camion Que sais-je ? sur la place Saint-Sulpice.

De nombreux artistes contemporains ont pris Que sais-je ? pour motif ou pour base à leurs travaux : Miller Levy[15], Mark Clare[16], Alice Lescanne & Sonia Derzypolski[17], Séverine Colmet Daâge[18]...

Liste des titres parus[modifier | modifier le code]

Un Répertoire bibliographique Que sais-je ? est paru hors collection en 1996 (158 pages). Il se présente comme une table thématique d'environ 36 000 entrées, suivie d'une liste des titres en ordre numérique. N'y ont été indexés que les volumes en vente à cette date et dans leur dernier état, soit seulement la moitié des titres réellement parus (3 100 numéros à l'époque).

Beaucoup de numéros ont été réédités à l'identique ou mis à jour, mais un certain nombre ont été réécrits par de nouveaux auteurs, parfois sous un autre titre. Pour exemples :

  • le numéro 1, Les étapes de la biologie de Maurice Caullery en 1941 est devenu Histoire de la biologie de Jean Théodoridès en 1965 qui a eu au moins sept éditions ;
  • le numéro 3, Les certitudes du hasard de Marcel Boll en 1941, qui a eu au moins six éditions est devenu La probabilité, le hasard et la certitude de Paul Deheuvels en 1982 qui a eu depuis au moins quatre éditions.

Cette liste de titres doit donc être vue dans cette limite, sachant que le thème associé à un numéro demeure néanmoins le même.