Thomas Eakins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thomas Eakins
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Thomas Cowperthwaite Eakins
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Lieux de travail
Mouvement
Conjoint
Susan Macdowell Eakins (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Œuvres principales

Thomas Cowperthwaite Eakins, né le à Philadelphie et mort dans la même ville le , est un peintre, sculpteur et photographe américain, associé au courant moderniste du réalisme américain[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tout en achevant sa formation artistique à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts, il est un étudiant passionné d'anatomie, assistant à des conférences dans les écoles de médecine locales. Les médecins et professeurs de médecine de Philadelphie figurent en bonne place parmi les sujets de ses portraits[2].

Il est admis à l'École des beaux-arts de Paris dans les ateliers de Jean-Léon Gérôme, puis de Léon Bonnat de 1866 à 1868. Il séjourne quelque temps à Pont-Aven à l'instigation de Robert Wylie[3].

Il voyage ensuite en Espagne avant de retourner aux États-Unis où il commence une brillante carrière de peintre réaliste.

Il est grand amateur de plein air, et surtout dans les années 1870, de retour d'Europe, alors que sa carrière ne fait que commencer, il peint de nombreux tableaux d'amis et de membres de sa famille à la chasse, à l'aviron, à la course de voiliers.

Un Arcadien, 1883, plâtre
Pennsylvania Academy of the Fine Arts

En 1882, il devient professeur à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts, une école d'art avant-gardiste où l'on enseigne notamment la photographie. Il a fait de l'étude du nu une partie intégrante de son enseignement et s'est inspiré des représentations classiques de l'Arcadie, une région de nature préservée où les hommes pouvaient se baigner et s'ébattre ensemble. Des accusations croissantes d'indécence liées à ses pratiques d'enseignement ont finalement contraint l'artiste à démissionner de son poste à l'académie et en 1886[4], il perd son poste de professeur à l'académie pour avoir admis un public féminin lors d'un cours d'anatomie d'après modèle masculin.

Sa démission forcée de l'Académie a provoqué un changement marqué dans son travail. Lorsqu'il a recommencé à peindre, après une période de dépression de deux ans, il s'est concentré sur les études de portrait pénétrantes qui constitueront la majorité de son travail jusqu'à sa mort.

Portrait de Mrs. Thomas Eakins, vers 1899
Hirshhorn Museum, Washington

Il aimait la musique et peignait souvent des répétitions, des comédies musicales à domicile et des concerts professionnels. Sa procédure laborieuse pour représenter exactement l'acte de chanter dans le tableau La Chanteuse de concert (1890-1892) a été décrite par Weda Cook, l'interprète représentée. Eakins lui faisait chanter à plusieurs reprises la même phrase - d'une composition de Felix Mendelssohn - alors qu'il regardait l'action de sa bouche et de sa gorge[5].

Il fonde la Philadelphia Art Students League en 1887. Douglass Morgan Hall, fils d'un ophtalmologiste de Philadelphie, qui avait étudié à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts en 1885-1886 y suit Eakins et restera jusqu'en 1890[6].

Son épouse est Susan Macdowell Eakins (en) (1851-1938), peintre également, ainsi que sa belle-sœur Elizabeth Macdowell (1858–1953) a étudié à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts de Philadelphie. Elisabeth a exposé professionnellement et beaucoup voyagé. Elle a épousé en 1889, Louis N. Kenton (1865–1947), modèle du Penseur. Son mariage avec Kenton a été orageux et apparemment bref[7].

Il est enterré au cimetière de Woodlands à Philadelphie[8](p46).

Œuvre[modifier | modifier le code]

Dans les années 1870, il commence une série de représentations du sport de la godille, un sujet pour lequel il est uniquement identifié. Le Vainqueur est la première œuvre majeure de cette série de peintures et d'aquarelles. On pense qu'il commémore la victoire de Max Schmitt (1843-1900), avocat et rameur amateur qualifié, lors d'une importante course sur la rivière Schuylkill en octobre 1870. Également passionné de rameur, Eakins s'est représenté tirant les avirons d'un godille dans le demi-fond[9].

Il a créé La Gross Clinic spécifiquement pour l'exposition du centenaire de Philadelphie en 1876. Ce tableau est reconnue comme l'une des plus grandes peintures américaines jamais réalisées. Pourtant le projet de l'artiste de se promouvoir et de promouvoir la ville de Philadelphie a échoué lorsque le jury d'art de la foire a rejeté ce tableau, jugeant peut-être le sujet trop sanglant et brutal pour être exposé dans le bâtiment d'art. Un critique d'art du Philadelphia Evening Telegraph du 16 juin 1876, remarque qu'"Il n'y a rien d'aussi beau dans la section américaine du département d'art de l'exposition et qu'il est dommage que la délicatesse du comité de sélection ait obligé l'artiste à trouver une place dans le bâtiment de l'hôpital des États-Unis[10].

Amoureux de la vérité optique, il s'intéresse à la photographie, et a utilisé des études de perspective et de la photographie dans la planification de ses huiles et aquarelles[2]. Cet interêt a alimenté une collaboration et une amitié de dix ans avec Rogers, un ingénieur civil. Pour son tableau A May Morning in the Park (The Fairman Rogers Four-in-Hand), il a utilisé les nouvelles informations scientifiques sur la locomotion des chevaux qui avaient été capturées photographiquement par Eadweard Muybridge (anglais, 1830-1904) tout en décrivant la vitesse de rotation relative des roues plus grandes et plus petites pour créer un hymne visuel aux sciences[11].


Dans son enseignement à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts à partir de 1882, il s'intéresse nonseulement aux nus mais aux analyses scientifiques des corps en mouvement. Dans son œuvre, The Swimming (La Baignade), la disposition de ses nageurs suggère le mouvement séquentiel d'une seule figure. Parce que les sujets de cette peinture étaient identifiables comme l'artiste et ses élèves (Eakins est à droite nageant vers son chien, Harry), les réactions négatives au sujet de l'œuvre ont éclipsé ses intentions artistiques.

Dans ses dernières années, Thomas Eakins s'est de plus en plus tourné vers le portrait et la plupart de ses modèles étaient des amis et des personnes qu'il admirait. Les commissions étaient rares[12]. Le portrait de l'enseignant et critique Leslie W. Miller (1848-1931), directeur de l'École d'art industriel de Philadelphie (aujourd'hui l'Université des arts), a été extrêmement bien accueilli et exposé fréquemment après son achèvement. Miller s'est senti honoré par le tableau - Eakins le lui a donné - mais il s'est opposé à l'ordinaire des vêtements, quEakins lui demandait de porter. À propos d'une telle simplicité, il a écrit: « Mais tout cela fait partie de la marque Eakins et bien sûr, cela ne peut être épargné. Il était l'un des grands et j'apprécie beaucoup l'image »[13].



Élèves[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gerry Souter, Le Réalisme américain, Parkstone, 2009, p. 36-50lire en ligne.
  2. a b et c (en) « Starting out », sur Musée des Beaux-Arts de Boston (consulté le )
  3. Voir sur vincentlecuyer.com.
  4. a et b (en) « The Swimming », sur Amon Carter Museum (consulté le )
  5. a et b (en) « Concert Singer », sur Philadelphia Museum of Art (consulté le )
  6. a et b (en) « Douglass Hall », sur Philadelphia Museum of Art (consulté le )
  7. a et b (en) « The Thinker », sur Metropolitan Museum (consulté le )
  8. (en) Thomas H. Keels, Philadelphia graveyards and cemeteries, Arcadia, , 128 p. (ISBN 978-0-7385-1229-7, OCLC 53017335, lire en ligne)
  9. a et b (en) « The Champion », sur Metropolitan Museum (consulté le )
  10. a et b (en) « Dr. Samuel Gross », sur Philadelphia Museum of Art (consulté le )
  11. (en) « A May morning », sur Philadelphia Museum (consulté le )
  12. a et b (en) « Maud Cook », sur Yale University (consulté le )
  13. a et b (en) « Leslie W. Miller », sur Philadelphia Museum of Art (consulté le )
  14. (en) « Frères Biglin », sur National Gallery of Art (consulté le )
  15. (en) « Chess players », sur Metropolitan Museum (consulté le )
  16. (en) « Le Vétéran », sur Yale University Art Gallery (consulté le )
  17. « Clara », sur Musée d'Orsay (consulté le )
  18. (en) « Amelia Van Buren », sur Phillips Collection (consulté le )
  19. (en) « The Pianist », sur Indianapolis Museum of Art (consulté le )
  20. (en) « Les Lutteurs », sur LACMA (consulté le )
  21. (en) « Mrs Thomas Eakins », sur Hirshhorn Museum (consulté le )
  22. (en) « Francesco Romano », sur Catalogue Sotheby's (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]