Saint-Aubin-des-Landes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Aubin.
Saint-Aubin-des-Landes
La mairie de Saint-Aubin-des-Landes
La mairie de Saint-Aubin-des-Landes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Vitré
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Janine Godeloup
2014-2020
Code postal 35500
Code commune 35252
Démographie
Gentilé Saint-Aubinois
Population
municipale
927 hab. (2014)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 39″ nord, 1° 17′ 43″ ouest
Altitude Min. 45 m – Max. 105 m
Superficie 10,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Landes

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Landes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Landes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin-des-Landes
Liens
Site web saintaubindeslandes.fr

Saint-Aubin-des-Landes est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 927 habitants[Note 1] (les Saint-Aubinois).

Géographie[modifier | modifier le code]

Site, situation et transports[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Saint-Aubin-des-Landes

Saint-Aubin-des-Landes est situé à l’est du bassin de Rennes, entre Châteaubourg et Vitré, au sud de la Vilaine et nettement au nord de la voie express route nationale 157 (l'ancienne RN 157, elle-même ancienne route royale de Paris à Rennes et ancienne Route nationale 12 jusqu'à son déclassement en 1952), désormais simple RD 857 d'Ille-et-Vilaine, passe par contre un peu au nord du territoire communal. La commune est traversée dans sa partie nord par la voie ferrée allant de Paris à Rennes et Brest et possède une halte ferroviaire, la Gare des Lacs, non prévue initialement lors de la construction de la ligne ferroviaire, mais demandée en 1874[1], construite après l'accident ferroviaire de 1878 pour remercier Mme Hue Beaulieu d'avoir accueilli chez elle de nombreux blessés, et où s'arrêtèrent notamment pendant longtemps les pèlerins fréquentant la chapelle de Notre-Dame-de-la-Peinière (située en Saint-Didier). Un vœu du Conseil général d'Ille-et-Vilaine demanda que la gare soit dénommée "Les Lacs-Saint-Aubin-des-Landes" fut refusé par la Compagnie des Chemins de fer de l'Ouest en 1907 « en raison du peu d'importance du commerce de Saint-Aubin-des-Landes »[2].

Le finage communal se trouve sur la rive gauche (rive sud) de la Vilaine, qui forme sa limite nord avec les communes de Saint-Jean-sur-Vilaine, Marpiré et Pocé-les-Bois ; sa limite nord-est est formée par le ruisseau de la Valière, autre affluent de rive gauche de la Vilaine, qui forme aussi limite avec Pocé-les-Bois ; sa limite ouest est formée par le ruisseau de la Bichetière, affluent de la Vilaine, qui sépare Saint-Aubin-des-Landes de la commune voisine de Cornillé. La Vilaine forme un obstacle aux communications nord-sud, seuls deux ponts l'enjambent à hauteur de la commune, celui de Brétigneul sur le CD 116 à l'ouest de la commune en direction de Marpiré et celui de la Courbe sur le CD 34 à l'est de la commune en direction de Pocé-les-Bois et Vitré.

La halte ferroviaire des Lacs ; à l'arrière-plan, l'usine de transformation des débris d'ardoise

Le bourg, excentré dans la partie sud du territoire communal, est au nord de la confluence des ruisseaux de Ginette et de la Bichetière. Le paysage rural traditionnel est celui du bocage avec un habitat dispersé en hameaux et fermes isolées.

Relief[modifier | modifier le code]

La majeure partie du territoire communal est formé par un bas plateau situé entre 101 mètres et 75 mètres d'altitude, les seuls escarpements de modeste ampleur étant formés par le versant sud de la vallée de la Vilaine et les vallons des ruisseaux affluents précités. La Vilaine coule à une cinquantaine de mètres d'altitude.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le gisement ardoisier (des schistes datant du briovérien supérieur[3]) des Lacs (dénommé initialement "Les Las") est exploité depuis le début du XIXe siècle par Ollivier Croizé ; en 1854, on y installa une machine à vapeur de la force de 12 chevaux pour faciliter l'extraction des ardoises[4]  ; en 1859, la carrière employait 136 ouvriers et sa propriétaire d'alors, Mme Hue Beaulieu[5], reçut une médaille de reconnaissance des mains de l'empereur Napoléon III ; en 1862 « l'ardoisière du Las (...), appartenant au sieur Beaulieu, occupe vingt-cinq ouvriers »[6]. En 1866, l'exploitation de la carrière fut temporairement abandonnée en raison de « deux éboulements considérables survenus »[7] et la carrière se remplit d'eau[8]. Rouverte en 1960 par la famille Hériau (les ardoises extraites ont été utilisées entre autres pour la couverture de nombreux monuments historiques), la carrière a à nouveau fermé en 1999, mais une activité de broyage des pertes d'ardoises (nombreuses, 95% des ardoises extraites devaient être mises au rebut pendant la période d'exploitation) en schiste, pour fabriquer notamment des parpaings, perdure, employant 35 salariés[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes capella Sancti Albini en 1158[10], ecclesia Sancti Albini de Landis en 1516[réf. nécessaire].

La commune doit son nom à saint Aubin, qui fut évêque d'Angers au début du VIe siècle.

Le mot « lande » qualifie des communes, souvent récemment, pour les différencier d'autres communes dont le nom ancien est le même[style à revoir] [11][réf. incomplète].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dans des chartes datant de 1158, 1170 et 1185 qui confirment l'abbaye Saint-Melaine de Rennes en la possession de Saint-Aubin, celle-ci est dénommé capella Sancti Albini et disposait donc d'une simple chapelle ; il faut donc en conclure qu'au XIIe siècle, Saint-Aubin-des-Landes n'était pas encore une paroisse, mais dépendait de celle de Cornillé[12].

Saint-Aubin-des-Landes fut érigée en paroisse distincte de celle de Cornillé dans le courant du XIIIe siècle ; cette création coïncida peut-être avec l'abandon par les moines de l'abbaye Saint-Melaine de leur prieuré de Cornillé[13].

Une chapelle frairienne existait dans le village de Brétigneul, lequel doit son nom à l'existence d'un prieuré de Brétigneul, dont l'existence est attestée en 1411 dans la paroisse voisine de Saint-Didier. Une chapelle Saint-Julien existait à Brétigneul ; elle fut détruite dans la décennie 1850 lors de la construction de la ligne de chemin de fer. Une autre chapelle, elle aussi détruite, existait au manoir des Fresnais[14].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1516 est citée l'ecclesia Sancti Albini de Landis. Le registre des comptes de la fabrique de la paroisse de Saint-Aubin est conservé depuis 1533. Une école de garçons fut créée en 1537 à Saint-Aubin par son recteur Guillaume de Beaucé[15].

Selon un aveu en date du de la baronnie de Vitré, le seigneur de la Charonnière dispose du droit de sergentise[16] en la paroisse de Saint-Aubin-des-Landes[17].

La commune possédait alors plusieurs manoirs : la Blanchardière (qui appartenait par exemple en 1513 à Auffray Le Vayer, prieur de la collégiale de Notre-Dame de Vitré), la Poupardière (propriété des seigneurs de la Charonnière au XVIe siècle), de Boisramé, de la Bonnelaye, de la Grande et de la Petite Fresnais, de la Motte-au-Vayer, de Brétigneul, de la Maçonnière[18].

Le , Georges de Cadelac, écuyer, seigneur de La Motte, résidant en sa maison noble de Bonnelaye (désormais écrit Bonnelais), paroisse de Saint-Aubin-des-Landes, épousa Claude de l'Épronnière (ou Esperonnière), fille d'Arthur de L'Esperonnière, seigneur du dit-lieu (situé en Princé)[19].

Des actes de la baronnie de Vitré datant de 1635 et 1636 concernent l'afféagement des landes de la Vesquerie, un tiers de ces landes l'étant au profit du seigneur de la Charonnière « à charge de cinq deniers monnoye de rente annuelle par chacun journal (...) »[20].

Au XVIIe siècle, le recteur de Saint-Aubin-des-Landes était grand décimateur de sa paroisse, et devait payer, grâce à l'argent de la dîme qu'il percevait de ses paroissiens, chaque année 160 boisseaux de seigle et 96 boisseaux d'avoine au prieur de Notre-Dame de Vitré (qui dépendait de l'abbaye Saint-Melaine de Rennes). En 1790, cette rente en grains est remplacée par une somme de 440 livres ; il devait alors aussi payer 350 livres son vicaire, 10 livres au seigneur d'Espinay (en Champeaux), 63 livres pour les décimes, etc.[21]. Le seigneur du Bois-Bide (en Pocé-les-Bois), qui possédait aussi la Charonnière (en Saint-Aubin-des-Landes), disposait du droit de prééminence dans l'église paroissiale[22].

La Moinerie, qui selon Jacques-Xavier Carré de Busserole, serait un lieu-dit de Saint-Aubin-des-Landes (mais l'auteur s'est probablement trompé, un lieu-dit "La Moinerie" existant par contre à Saint-Aubin-des-Bois) appartenait aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle à l'abbaye de Fontaine-les-Blanches, proche de Tours[23].

En 1740, Françoise Onffroy, veuve de Charles Piquet de Montreuil, seigneur du Bois-Bide et de Saint-Aubin-des-Landes, ayant en cette dernière qualité droit de soule le jour de Noël, après vêpres, en cette paroisse, renonça à ce privilège, voulant éviter les inconvénients du jeu de soule « tels que ivrogneries, coups, inimitiés et vengeances »[24], qu'elle remplaça par « deux cierges de cire blanche d'une honneste grandeur » qui brûleraient pendant le saint office et que lui offriraient les derniers mariés de la paroisse[25].

En 1759 a lieu la bénédiction de la grosse cloche de l'église paroissiale :

« Le vingt huitième août mille sept cent cinquante neuf aux onze heures du matin la cérémonie de la nomination et bénédiction de la grosse Cloche de cette Paroisse a été faitte; et a été bénie par noble et discret Pierre Degennes Licentier en droit canon et civil Doyen et seul dignitaire de la Collégiale de Champeaux et recteur doyen rural de Ste Marie Magdelaine dudit lieu, & a été nommée Charlote Anthoinette par Messire Vharles Isaac de Boispeau chevalier seigneur dudit lieu conseiller du Roy en son parlement de Bretagne et dame Anthoinette Julie Hoisnard épouse d'Écuyer Jean Baptiste Le Moyne Secrétaire du Roy maison et couronne de France seigneur des terres et seigneuries de La Charronnière, Rousserie, Bois Bide et autres lieux de cette paroisse, cy présent, avec Messire Jean Marie Nicolas actuel seigneur de Pelan et dame Renée Mathurinne Le Moyne son épouse, Messieurs les recteurs des paroisses de Torcé, St M'Hervé, Pocé, Montreuil sur Perrouze, St Jean sur Vilaine et Vergéal, et autres ecclésiastiques et laïques soussignés, présent vénérable et discret Messire Pierre Pairel Recteur de cette paroisse aussy soussigné »

— Registre communal des Baptêmes, Mariages et Sépultures de 1759 et 1760 de la paroisse de Saint-Aubin-des-Landes[26]

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi la paroisse de Saint-Aubin-des-Landes vers 1778 :

« Saint-Aubin des Landes, sur un coteau, à six lieues et demie à l'Est de Rennes, son évêché et son ressort, et à une lieue et demie de Vitré, sa subdélégation. On y compte 600 communiants[27] ; la cure est présentée par l'Abbé de Saint-Melaine. Le territoire, couvert d'arbres et buissons, et arrosé de la rivière Vilaine et d'un ruisseau sur lequel le bourg est situé, produit du grain et du cidre[28]. »

Révolution française[modifier | modifier le code]

Saint-Aubin-des-Landes fait partie des communes déclarées totalement insurgées en 1793-1794[29]. Pierre Geslin[30], laboureur à La Mazure en Saint-Aubin-des-Landes, membre de l'Armée catholique et royale de Rennes et de Fougères, fut blessé le lors du combat du Pont de Cantache qui opposa des Chouans et des Bleus (membres de l'armée révolutionnaire française)[31].

Article détaillé : Combat du Pont de Cantache.

Un épisode de ce combat concerne Saint-Aubin-des-Landes :

« C'était un total de près de quinze cents hommes [de l'Armée révolutionnaire], dont trois cents se portèrent sur la route de Saint-Aubin-des-Landes, en passant par Vitré, pour tourner les royalistes. La situation devenait des plus critiques. Couësbouc se battait toujours dans les bas-fonds avec son intrépidité ordinaire (...). Boishamon et Pontbriand s'établirent sur les petites hauteurs du Bois-Bide, qui bordent la rive droite de la Vilaine, et arrêtèrent la garnison de Vitré, pendant qu'ils faisaient passer la Vilaine à leurs troupes. (...) Sitôt le passage de la Vilaine effectué, la fusillade éclata sur les hauteurs de Saint-Aubin avec le détachement qui opérait le mouvement destiné à cerner les royalistes. Pontbriand la soutint avec quelques compagnies, pendant qu'Henri de Boishamon tenait ferme, à l'arrière, sur les bords de la Vilaine. Ils donnaient ainsi le temps au gros de leurs forces de se retirer au-delà de la rivière d'Étrelles (...). Le passage en fut assez lent car une simple poutre y servait de pont. (...) On s'était battu pendant près de trois heures ; plus de 2 000 hommes avaient été engagés[32]. »

Six chouans furent fusillés en 1795 sur la lande de Saint-Aubin au chemin de la Housselais[33].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En mai 1831, un détachement de soldats envahit la cour du presbytère de Saint-Aubin-des-Landes à la recherche d'un déserteur susceptible d'y être caché et malmena quelque peu le curé, suspecté d'être hostile au nouveau régime de la Monarchie de Juillet[34].

En mai 1832, lors de l'insurrection légitimiste de 1832, une révolte chouanne, soutenant les légitimistes, considérant Henri V comme roi légitime, contre la Monarchie de Juillet (le roi Louis-Philippe étant considéré comme un usurpateur), nécessita la présence de détachements de troupes du 46e de ligne et de la Garde nationale à Châteaubourg, Saint-Jean-sur-Vilaine, Saint-Aubin-des-Landes, Pocé-les-Bois, etc.. ; le , un combat oppose les chouans commandés par Alexandre Courson de la Villevalio et Jean-François Le Nepvou de Carfort d'une part, et les forces de l'ordre commandées par le général de Castres sur la lande de Touchenault, près de la ferme de la Gaudinière en Vergeal[35].

En 1845, A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Saint-Aubin-des-Landes :

« (...) Principaux villages : Brétigneul, le Plessix, Souillet, la Charronnière, les Mâzures, les Beutrières. Superficie totale 1028 ha (..;) dont terres labourables 696 ha, prés et pâtures 142 ha, bois 68 ha, vergers et jardins 16 ha, landes et incultes 56 ha (...). Moulins : 3 (de Brétigneul, de la Motte, de Lambert; à eau). Cette commune, limitée par la Vilaine au nord, offre quelques bons pâturages. Quant aux landes qui lui ont jadis donné son nom, l'on voit par ce qui précède qu'elles ne répondant pas aujourd'hui à un vingtième du sol. Il y avait jadis un prieuré à la présentation de l'abbé de Marmoutier et valant 800 livres ; de plus une chapellenie dite de Janne-Parathe. Géologie : schiste argileux. On parle le français [en fait le gallo][36] »

Le , le train express allant de Paris-Montparnasse à Saint-Malo dérailla au kilomètre 346 au lieu-dit les Lacs entre Vitré et Châteaubourg[37]. L'accident fit cinq morts (le chauffeur et un conducteur du train, ainsi que trois voyageurs) et neuf blessés graves[38]. L'enquête qui suivit montra que le train roulait beaucoup trop vite[39].

La création de la halte ferroviaire des Lacs est demandée pour la troisième fois en 1875 par le conseil général d'Ille-et-Vilaine[40] ; ce vœu est encore renouvelé en 1879. Cette halte n'avait pas été prévue lors de la construction de la ligne ferroviaire allant de Paris-Montparnasse à Brest ; sa création permit notamment de desservir le sanctuaire de Notre-Dame de la Peinière (situé dans la commune de Saint-Didier, les pèlerins parcourant à pied le trajet restant (un peu moins de 2 km).

La carrière de schiste ardoisier, mise en exploitation aux Lacs au début du XIXe siècle, profita de la proximité de la halte ferroviaire pour acheminer les matériaux qui en étaient extraits.

En 1864, le Conseil général d'Ille-et-Vilaine indique dans une délibération que l'ancien chemin reliant Saint-Aubin-des-Landes à Cornillé est « complètement impraticable et peut occasionner de très grands malheurs. Il y a donc urgence [à achever le chemin d'intérêt commun n° 16]. La commune n'a pas de mairie, il serait nécessaire qu'elle en fit construire une ; mais elle est sans ressource, ayant sacrifié tout ce qu'elle possédait pour la construction de sa maison d'école »[41].

En 1867, la construction du chemin d'intérêt commun n° 76 entre Les Lacs et le bourg de Saint-Aubin-des-Landes est demandée par le Conseil général d'Ille-et-Vilaine[42]. Sa construction, commença en 1874 ; les tronçons allant des Lacs à Marpiré et du bourg de Saint-Aubin-des-Landes à Étrelles furent aménagés et empierrés à leur tour les années suivantes[43].

En 1879 et 1881, une école congréganiste mixte existait à Saint-Aubin-des-Landes[44].

Le , un cyclone [en fait un orage violent] ravagea Saint-Aubin-des-Landes, ainsi que les communes avoisinantes : « (...) Plus de 5 000 arbres ont été déracinés ou brisés. Les toitures de beaucoup de fermes ont été enlevées. Près des Lacs, la route de Rennes, sur une longueur de 200 mètres, était jonchée d'arbres ne laissant aucun passage aux voitures. (...) Jamais pareils désastres ne s'étaient vus dans la contrée »[45].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Par arrêté du , l'école des filles de Saint-Aubin-des-Landes est laïcisée en vertu de la loi sur les congrégations[46]. Le , le journal Ouest-Éclair écrit, peu avant le moment où les Sœurs durent partir car elles étaient menacées d'expulsion[47] :

« Il y a deux ans environ, leur école ayant été laïcisée, les habitants résolurent de garder les Sœurs tout de même à leurs frais. La paroisse est pauvre : il n'y a pas une seule famille riche. N'importe ! Les uns apportèrent des matériaux, les autres donnèrent leur travail, et on arriva à bâtir de quoi mettre au moins les enfants à l'abri. Comme on ne put loger les Sœurs dans l'école, les religieuses furent recueillies par un propriétaire et nourries par les aumônes[48]. »

En 1904, une épidémie de typhoïde sévit à Saint-Aubin-des-Landes et Étrelles[49].

Le , deux habitants de la commune, Jean-Marie Texier et Jean Delalande, sont condamnés à 15 jours de prison et 50 francs d'amende chacun par le tribunal correctionnel de Vitré pour injures et voies de fait lors de l'inventaire des biens d'église à Saint-Aubin-des-Landes[50].

En 1908, le conseil municipal, qui avait précédemment refusé l'installation d'une cabine téléphonique au bourg, demande par contre l'installation de celle-ci à la halte ferroviaire des Lacs[51].

Par décret en date du est autorisée la création d'un bureau de bienfaisance dans la commune de Saint-Aubin-des-Landes dont la dotation est constituée des biens ayant appartenu à la fabrique de l'église[52].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Saint-Aubin-des-Landes : le monument aux morts

Le monument aux morts de Saint-Aubin-des-Landes porte les noms de 28 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale : parmi eux Edmond Balluas[53] décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre et son frère Pierre Emmanuel[54], décoré lui aussi de la Croix de guerre. Deux autres soldats, également frères et portant aussi ce même nom de famille sont aussi morts pendant cette guerre : Louis Balluas[55]et Pierre Marie Balluas[56] ; parmi les autres soldats morts, Henri Schwend[57] était capitaine au 45e régiment d'infanterie[58]. Gilles Châtelais[59], mortellement blessé le à La Vallée-aux-Bleds (Aisne), fut décoré de la Médaille militaire à titre posthume en 1922[60], de même que Pierre Lemée[61] la même année[62] et François Gaudin[63] en 1923[64].

Isidore Rubin[65], non inscrit sur le monument aux morts de la commune (mais inscrit sur celui de Cornillé), mais dont la famille habitait Saint-Aubin-des-Landes, soldat au 70e régiment d'infanterie, reçut la Médaille militaire à titre posthume en 1923[66].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le pont de la Courbe, sur la Vilaine, entre Saint-Aubin-des-Landes et Pocé-les-Bois, est reconstruit en 1920[67]. Une photographie du moulin de la Motte et du vieux pont est disponible sur le site des Archives départementales d'Ille-et-Vilaine[68].

Des fêtes populaires étaient alors organisées chaque année dans la commune[69].

Selon un article publié en 1926, l'école laïque de Saint-Aubin-des-Landes n'aurait eu à cette date aucun élève, mais conservait un enseignant titulaire[70].

En 1931, l'écroulement du pont de la Courbe sur le CD 34 entre Saint-Aubin-des-Landes et Pocé-les-Bois, permettant le franchissement de la Vilaine, rendit temporairement la circulation impossible jusqu'à sa reconstruction[71].

Saint-Aubin-des-Landes connaissait alors un solde naturel largement positif : par exemple, pour l'année 1934, la commune enregistrait 12 naissances et 3 décès, ainsi que 5 mariages[72].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Saint-Aubin-des-Landes porte les noms de trois soldats morts pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale : J. Chesnais ; Louis Esnault, minotier au moulin de Brétigneul[73] ; P. Hery[74]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'électrification des hameaux s'achève dans les deux décennies d'après-guerre et les routes sont alors bitumées. Le terrain de football est créé en 1969 à son actuel emplacement.

Le premier lotissement communal, celui du "Point du Jour", est créé en 1979. La salle communale est rénovée en 1980 ; une salle polyvalente est construite en 1989 et une halle des sports en 1994. L'assainissement collectif est mis en place dans le bourg entre 1995 et 1999.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

La polémique à propos du déplacement du monument aux morts[modifier | modifier le code]

En 2007, la municipalité d'Yves Gérard décide le déplacement du monument aux morts en raison d'un réaménagement du bourg, au grand mécontentement d'une partie de la population, notamment de la section locale des anciens combattants. Depuis cette date, deux célébrations ont lieu chaque 8 mai et chaque 11 novembre : l'un, officielle, devant la mairie où a été délénagé le monument aux morts, l'autre, officieuse, devant un monument fictif à l'ancien emplacement, organisé par les anciens combattants[75]. Un référendum devait être organisé le dans la commune pour faire cesser le désaccord, mais il fut finalement annulé[76].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1817 Michel Rétif[77]    
1817 1827 Jean Jeuland[78]   Laboureur à la Massonnière
1827 1848 Jacques Chenais[79]   Laboureur propriétaire
1848 1851 Joseph Perrudin[80]   Meunier au moulin de la Motte
1851 1855 Pierre Roussel[81]   Propriétaire laboureur
1855 1859 Jean-Marie Roussel[82]   Cultivateur aux Trémières. Fils de Pierre Roussel, maire précédent
1860 1862 Julien Giquel[83]   Cultivateur
1862 1878 Jean Rusard[84]   Laboureur
1878 1879 Jean-Marie Méhaignerie[85]   Cultivateur à Souillet
1879   Julien Martin[86]   Laboureur
1880 1895 François Mardelé[87]   Meunier
1895   Jean Marie Legendre    
  1920 Pottier[88]   Décédé en 1920
1920 1940 Joseph Henry[89]   Agent d'assurances. Conseiller d'arrondissement[90]. Habitait Les Lacs en Saint-Aubin-des-Landes
         
(avant 2001)[91] mars 2008 Yves Gérard   Cadre banque
mars 2008 en cours Janine Godeloup[92] SE Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 927 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Saint-Aubin-des-Landes[93]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
593 570 582 607 665 615 602 605 664
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
681 704 676 561 544 556 539 545 522
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
483 482 486 491 464 475 473 492 479
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
503 506 515 636 723 871 888 912 927
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[94] puis Insee à partir de 2006 [95].)
Histogramme de l'évolution démographique

Commentaire : La commune de Saint-Aubin-des-Landes connaît un premier pic démographique en 1861 avec 704 habitants, soit un gain modeste de 111 habitants en 68 ans entre 1793 et 1861. La population baisse ensuite pendant les dernières décennies du XIXe siècle et les premières décennies du Xe siècle, en raison de l'exode rural, le minimum démographique étant atteint en 1926 avec seulement 464 habitants, soit une perte de 260 habitants en 65 ans ; les décennies du milieu du XXe siècle voient la population stagner avant de commencer à croître nettement à partir de 1975 : la commune gagne 402 habitants en 38 ans entre 1975 et 2013, le rythme de croissance le plus rapide ayant été l'intervalle intercensitaire 1975-1982 avec un rythme moyen annuel d'accroissement total de + 3 % l'an (avec à cette époque une forte immigration nette : + 1,7 % l'an) et entre 1990 et 1999 où il était de + 2,1 % l'an ; le dynamisme est moindre désormais ( + 0,3 % l'an entre 2008 et 2013) ; depuis 1982 la population croît surtout grâce à un solde naturel positif, variant de + 1,5 à 1,2 % l'an selon les intervalles intercensitaires, le solde migratoire étant même redevenu négatif depuis 1999 ( - 0,7 % l'an entre 1999 et 2008, - 1,0 % l'an entre 2008 et 2013). Entre 2007 et 2015 par exemple, la commune a enregistré 112 naissances et 22 décès. En conséquence, la population communale est plutôt jeune : en 2013 les 0 à 19 ans représentaient 29,3 % de la population totale, contre 12,3 % pour les 65 ans et plus. Cette croissance démographique depuis une quarantaine d'années s'explique par la situation de la commune qui profite du dynamisme économique du Pays de Vitré, de la proximité de la ville de Vitré (Saint-Aubin-des-Landes est désormais une commune périurbaine) et de sa position géographique en plein cœur de l'axe Vitré - Rennes, porte d'entrée principale en Bretagne depuis Paris, qui attire les investisseurs. La commune elle-même fournit peu d'emplois : en 2013, sur les 439 personnes ayant un emploi qui ont été recensées, 73 seulement étaient employées dans la commune, les 366 autres étant des migrants pendulaires[96].

En conséquence, le parc immobilier est récent (en 2013, 69,8 % des logements, dont 97,9 % sont des maisons individuelles, ont été construites entre 1971 et 2005) et formé quasi exclusivement de résidences principales (5 résidences secondaires seulement en 2013), la commune, qui ne possède ni hôtel ni camping, n'étant pas touristique. La commune n'est plus guère une commune agricole (20 emplois agricoles seulement subsistaient en 2014)[97].

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • L'école privée Sainte-Anne et Saint-Joseph accueille ; elle est issue du regroupement pédagogique intercommunal entre l'école Sainte-Anne de Cornillé et l'école Saint-Joseph de Saint-Aubin-des-Landes[98], laquelle accueille pendant l'année scolaire 2016-2017 86 élèves [99]. Il n'existe pas d'école publique dans la commune

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne compte aucune monument historique mais sept fiches à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • Église paroissiale Saint-Aubin : sa nef, de style roman, date en partie du XIe siècle, son chœur de 1623, les deux chapelles de 1838 ; l'église a été en partie reconstruite et la tour-clocher ajoutée entre 1872 et 1876 par l'architecte Audrouing, de Vitré)[100],
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Salette, chapelle de cimetière datant de 1878, de style néogothique[101],
  • Trois manoirs :
    • aux Fresnais[102] ;
    • à la Massonnière[103] ;
    • à la Charronnière[104] ;
  • une fiche sur les fermes de la commune (172 bâtiments dont 2 repérés)[105],
  • une fiche de présentation de la commune[106].
  • Un autre manoir, non répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel, est celui de la Gavouyère[107]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • L'Étoile sportive Saint-Aubin-Cornillé[108], club de football, créé initialement par l'abbé Jouzel, décédé en 2012.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014, légale en 2017.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", octobre 1874, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5568437r/f598.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=665239;2
  2. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", août 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5861470x/f270.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=386268;0
  3. L'industrie des carrières en Bretagne, " Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne", 2006, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96870331/f61.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=21459;2
  4. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", 1854, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5714584m/f428.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  5. Le , Rosalie Victorine Hue Beaulieu s'est mariée à Saint-Aubin-des-Landes avec Louis Eugène Pierre Despréaux
  6. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", 1862, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55620630/f104.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=879832;4
  7. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", 1867, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5564631q/f87.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  8. http://www.lejournaldevitre.fr/4318/a-cornille-les-heriau-se-transmettent-le-virus-de-lardoise/
  9. http://www.ouest-france.fr/bretagne/vitre-35500/la-carriere-des-lacs-expliquee-par-ivan-heriau-788740
  10. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Melaine.
  11. Jean-Yves Le Moing - Noms de lieux de Bretagne - Page 150.
  12. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f738.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=42918;4
  13. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f739.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=42918;4
  14. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f800.image.r=saint-jean-sur-vilaine
  15. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", 1880, volume 5, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f742.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  16. Les sergents féodés étaient des nobles chargés par leur suzerain de percevoir certains impôts
  17. M. Etasse, Documents inédits concernant la baronnie de Vitré, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207795g/f86.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  18. http://www.infobretagne.com/saint-aubin-des-landes.htm
  19. Théodore Courteaux, "Histoire généalogique de la maison de L'Esperonnière, de ses alliances et des seigneuries qu'elle a possédées", 1889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5530580s/f118.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  20. M. Etasse, Documents inédits concernant la baronnie de Vitré, "Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine", 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207795g/f86.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  21. http://rennes.catholique.fr/annuaire/paroisses/paroisse-saint-goulven-pres-la-peiniere/3120-eglise-de-saint-aubin-des-landes/
  22. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f741.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  23. Jacques-Xavier Carré de Busserolle, "Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine", tome III, 1878, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k210042r/f94.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=21459;2
  24. Un pré voisin du bourg est encore appelé le pré de la soule
  25. Amédée Guillotin de Corson, "Pouillé historique de l'archevêché de Rennes", volume 5, 1880, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75001z/f741.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  26. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine en ligne, cote 10 NUM 35252 58, p. 6/13, consulté le 19 octobre 2010.
  27. Personnes en age de communier
  28. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", volume 4, Nantes, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist04og
  29. Jean-Baptiste Kléber et Henri Baguenier-Desormeaux, "Kléber en Vendée (1793-1794) / documents publiés, pour la Société d'histoire contemporaine", 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111939x/f461.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  30. Pierre André Geslin, né le à La Mazure en Saint-Aubin-des-Landes
  31. Bibliographie des ouvrages et des écrits publiés sur les guerres de la Vendée et sur la Chouannerie, "Société d'émulation des Côtes-d'Armor ", 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802817k/f100.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=21459;2
  32. Paul du Breil de Pontbriand, "Un Chouan, le général Du Boisguy : Fougères-Vitré, Basse-Normandie et frontière du Maine, 1793-1800", 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9747371w/f216.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=429186;4
  33. http://rennes.catholique.fr/annuaire/paroisses/paroisse-saint-goulven-pres-la-peiniere/3120-eglise-de-saint-aubin-des-landes/
  34. "Revue judiciaire, civile, criminelle, administrative et commerciale. Journal des audiences de la Cour de cassation, des cours royales, des tribunaux civils et de commerce et du Conseil d'État", n° du 5 mai 1831, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1233674/f61.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=21459;2 et "Des visites domiciliaires", 1831, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5525498d/f27.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=536483;2
  35. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 5 juin 1832, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4377044/f2.image.r=Ch%C3%A2teaubourg?rk=729617;2 et J. Crétineau-Joly, "Histoire de la Vendée militaire", tome 4, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=vNNgAAAAcAAJ&pg=PA497&lpg=PA497&dq=lande+de+Touchenaux&source=bl&ots=zUkChGKJBB&sig=4Nzz4UtimpFDeeQiWyYt9uTGXiY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiKk4jwrePPAhVG1RoKHfa2DWcQ6AEIJTAA#v=onepage&q=lande%20de%20Touchenaux&f=false
  36. Jean-Baptiste Ogée, A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwixmIbq1IHQAhXCvRoKHQTWDBYQ6AEIHTAA#v=snippet&q=Saint-Aubin-des-Landes&f=false
  37. Journal Le Figaro, no 196 du 15 juillet 1878, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k276792r/f2.image.r=Ch%C3%A2teaubourg?rk=1180263;2
  38. Journal La Lanterne, no 450 du 15 juillet 1878, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7500382h/f2.image.r=Ch%C3%A2teaubourg?rk=1673828;0
  39. La Science française : revue populaire illustrée, no  du 6 août 1897, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k116378f/f8.image.r=Ch%C3%A2teaubourg?rk=21459;2
  40. Rapports et délibérations du Conseil général d'Ille-et-Vilaine, 1875, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55759016/f26.image.r=Ch%C3%A2teaubourg?rk=1115885;2
  41. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", 1864, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57145302/f63.image.r=Cornill%C3%A9?rk=493564;4
  42. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", 1867, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5564631q/f320.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=686698;4
  43. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", octobre 1874, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5568437r/f230.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=665239;2
  44. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", août 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5569883p/f480.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=429186;4 et août 1881, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6125463f/f412.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=214593;2
  45. Journal L'Univers no 8261 du 22 août 1890, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k707082v/f4.image.r=Saint-Jean-sur-Vilaine?rk=42918;4
  46. Journal L'Univers no 12091 du 29 mars 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k710683d/f2.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=64378;0
  47. Journal Ouest-Éclair no 1282 du 21 février 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6398900/f1.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=3004306;4
  48. Journal Ouest-Éclair no 1272 du 8 février 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k639877z/f2.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=2811172;4
  49. Journal Ouest-Éclair no 1650 du 25 février 1904, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640259x/f2.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=2060096;0
  50. Journal Ouest-Éclair no 3315 du 5 avril 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641029j/f3.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=2424904;4
  51. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", août 1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55693955/f613.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  52. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 27 juillet 1911, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63366777/f3.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=128756;0
  53. Edmond Balluas, né le à Saint-Jean-sur-Vilaine, soldat au 4e régiment de marche de zouaves, tué le dans la tranchée de Calonne aux Éparges (Meuse)
  54. Pierre Emmanuel Balluas, né le à Saint-Jean-sur-Vilaine, soldat au 4e régiment de marche de zouaves, mort des suites de ses blessures le à l'hôpital d'évacuation no 12 à Vadelaincourt (Meuse)
  55. Louis Balluas, né le à Saint-Didier, cavalier au 5e régiment de chasseurs à cheval, mort le à l'hôpital temporaire no 56 de Dunkerque
  56. Pierre Marie Balluas, né le à Saint-Didier, soldat au 72e régiment d'infanterie, mort des suites de ses blessures le à Servon-Melzicourt (Marne)
  57. Henri Schwend, né le à Rennes (son père Émile Schwend, décédé en 1928, voir journal Ouest-Éclair no 9780 du 4 août 1928, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657534f/f5.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=1974258;4, était propriétaire à la Gavouyère), mort des suites de ses blessures dans l'ambulance le à Septmonts (Aisne)
  58. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=23761
  59. Gilles Châtelais, né le à Saint-Aubin-des-Landes, soldat au 241e régiment d'infanterie
  60. Journal Ouest-Éclair no 7737 du 10 décembre 1922, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6471195/f5.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=3240359;2 et http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/base_morts_pour_la_france_premiere_guerre/detail_fiche.php?ref=275317&debut=0
  61. Pierre Lemée (et non Jean-Marie comme indiqué à tort sur le monument aux morts de la commune), né le à Saint-Aubin-des-Landes, soldat au 267e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le au Camp de César en Berry-au-Bac (Aisne)
  62. Journal Ouest-Éclair no 8086 du 4 novembre 1923, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k647448r/f5.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=3755383;2 et http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/base_morts_pour_la_france_premiere_guerre/detail_fiche.php?ref=785277&debut=0
  63. François Gaudin, né le à Vergeal, soldat au 270e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Sillery (Marne)
  64. Journal Ouest-Éclair no 7833 du 16 mars 1923, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k647215z/f5.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=3497871;2 et http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/base_morts_pour_la_france_premiere_guerre/detail_fiche.php?ref=543428&debut=0
  65. Isidore Rubin, né le à Cornillé, tué à l'ennemi le à Vienne-le-Château (Marne), voir http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/base_morts_pour_la_france_premiere_guerre/detail_fiche.php?ref=1147000&debut=0
  66. Journal Ouest-Éclair no 7832 du 15 mars 1923, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k647214k/f4.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=2446364;0
  67. "Rapports et délibérations / Conseil général d'Ille-et-Vilaine", janvier 1920, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6125470k/f935.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=42918;4
  68. http://archives-en-ligne.ille-et-vilaine.fr/thot_internet/FrmLotDocFrame.asp?idlot=261483&idfic=0111648&resX=1600&resY=900&init=1
  69. Voir par exemple les journaux Ouest-Éclair no 4599 du 27 août 1911, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6429991/f4.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=515024;0 et no 9838 du 2 octobre 1928, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6575934/f6.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=944210;4
  70. Union des associations catholiques des chefs de famille, Écoles laïques sans élèves, "École et famille : bulletin mensuel de l'Union des associations catholiques des chefs de famille", juillet 1926, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5784375w/f124.image.r=Marpir%C3%A9?rk=21459;2
  71. Journal Ouest-Éclair no 12482 du 9 janvier 1931, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6584229/f6.image.r=Poc%C3%A9?rk=13004356;0
  72. Journal Ouest-Éclair no 13956 du 22 janvier 1935, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k660049f/f9.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=3948517;2
  73. Journal Ouest-Éclair no 15872 du 26 avril 1940, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661968t/f5.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=1072966;4
  74. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=23761
  75. Le Journal de Vitré, n° du 12 décembre 2013, consultable http://www.lejournaldevitre.fr/6144/saint-aubin-des-landes-quelle-place-pour-le-monuments-aux-morts/
  76. Le Journal de Vitré, n° du 15 mars 2013, consultable Le Journal de Vitré, consultable http://www.lejournaldevitre.fr/breves/saint-aubin-des-landes-le-referendum-du-24-mars-annule_6295/
  77. Michel Rétif, baptisé le à Balazé, décédé le à la Bruère en Saint-Aubin-des-Landes
  78. Jean Julien Jeuland, né le à Saint-Aubin-des-Landes, décédé le à Saint-Aubin-des-Landes
  79. Jacques Jean Chenais, né le à la Joramière en Saint-Didier, décédé le à la Bruère en Saint-Aubin-des-Landes
  80. Joseph Perrudin, né le à Saint-Aubin-des-Landes, décédé le au Pont d'Étrelles en Étrelles
  81. Pierre Paul Guillaume Roussel, né le à Saint-Aubin-des-Landes, décédé le à la Gendronnais en Saint-Aubin-des-Landes
  82. Jean-Marie Roussel, né le à Vitré
  83. Julien Marie Giquel, né le à Cornillé, décédé le à la Poupardière en Saint-Aubin-des-Landes
  84. Jean Marie Rusard, né le à la Bichetière en Cornillé, marié le à Saint-Aubin-des-Landes avec Rose Hervagault
  85. Jean-Marie Méhaignerie, né le à Saint-Aubin-des-Landes, décédé le à Saint-Aubin-des-Landes
  86. Julien Martin, né le à Étrelles, décédé le à Saint-Aubin-des-Landes
  87. François Mardelé, né le à Dourdain
  88. Journal Ouest-Éclair no 7286 du 17 novembre 1920, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6463663/f4.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=364808;4
  89. Son élection est relatée dans le jornal Ouest-Éclair no 7247 du 8 décembre 1920, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6463875/f4.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=815454;4 . Né le à Pocé-les-Bois, il est décédé fin juillet 1940, voir journal Ouest-Éclair no 15954 du 1er août 1940, consultable bpt6k5021967/f4.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=64378;0
  90. Journal Ouest-Éclair no 9903 du 27 décembre 1928, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657659b/f5.image.r=Saint-Aubin-des-Landes?rk=3154522;0
  91. « Élections municipales 2001 - Saint-Aubin-des-Landes », sur municipales2001.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 juillet 2014)
  92. Réélection 2014 : « Saint-Aubin-des-Landes (35500) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 19 juillet 2014)
  93. Date du prochain recensement à Saint-Aubin-des-Landes, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  94. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  95. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  96. http://www.insee.fr/fr/themes/dossier_complet.asp?codgeo=COM-35252
  97. http://www.insee.fr/fr/themes/dossier_complet.asp?codgeo=COM-35252
  98. http://ecoledecornillestaubin.fr/
  99. http://www.education.gouv.fr/annuaire/35-ille-et-vilaine/saint-aubin-des-landes/etab/ecole-primaire-privee-st-joseph.html
  100. « Église paroissiale Saint-Aubin », base Mérimée, ministère français de la Culture et http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_8=REF&VALUE_8=IA00007723
  101. « Chapelle Notre-Dame-de-la-Salette (chapelle de cimetière) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  102. « Manoir », base Mérimée, ministère français de la Culture
  103. « Manoir », base Mérimée, ministère français de la Culture
  104. « Manoir », base Mérimée, ministère français de la Culture
  105. « Fermes », base Mérimée, ministère français de la Culture
  106. « Présentation de la commune de Saint-Aubin-des-Landes », base Mérimée, ministère français de la Culture
  107. http://archives-en-ligne.ille-et-vilaine.fr/thot_internet/FrmLotDocFrame.asp?idlot=261482&idfic=0111647&resX=1600&resY=900&init=1
  108. http://saintaubindeslandes.footeo.com/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]