Alexandre Jacques François de Courson de La Villevallio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courson.
Alexandre Jacques François de Couson de La Villevallio
Naissance
à Vauhéry en Trédaniel
Décès (à 80 ans)
à Fontainebleau
Origine Français, Breton
Allégeance Royaume de France Royaume de France, Armée de Condé, Chouan, Guerre de Vendée et Chouannerie de 1815
Arme Infanterie, garde royale du roi de France
Grade lieutenant d'Infanterie, colonel, général, Maréchal de camp
Années de service 1782-, démission
Commandement chef de division de l'Armée catholique et royale de Bretagne, Commandant en chef des volontaires royaux des Côtes du Nord, Colonel du 5e Régiment de la Garde Royale, puis Général
Conflits Chouannerie, Chouannerie de 1815
Distinctions Chevalier de Saint-Louis, Commandeur de la Légion d'honneur
Hommages créé Baron en 1815

Alexandre Jacques François de Courson de La Villevallio baron, est un militaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né au Vauhéry en Trédaniel le , il entre au service en qualité de cadet gentilhomme, sous-lieutenant le . Incorporé au Régiment de Lorraine, avec le grade de sous-lieutenant le , il est fait lieutenant d'Infanterie le Il émigre le et rejoint l'Armée de Condé ou il sert de 1792 à 1798.

Rentré en France le , il obtient le grade de Colonel, dans l'Armée catholique et royale de Bretagne le ;

Pendant les Cent-jours, il soutient le roi à la tête des volontaires royaux du Calvados, en qualité de Commandant, . Il y a organisé une superbe division très bien secondé par Jean-François Le Nepvou de Carfort, apportant leur aide à Louis-Marie-Céleste d'Aumont, duc d'Aumont de Rochebaron et de Piennes, commandant la 14e Division militaire lorsqu'il débarqua à la tête de 130 hommes, s'emparant d'Arromanches, marchant sur Bayeux et rentrant dans Caen, le . Promu Commandant du 5e régiment d'infanterie de la Maison militaire du Roi et Garde royale sous la Restauration française#Garde royale, il en devient Général le et le 2 novembre reçoit de Louis XVIII, la Croix de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis.

En 1816 il est désigné comme Président du Collège Électoral des Côtes du Nord.

Crée Baron par lettres patentes du , le il est élevé au grade de Maréchal de camp. Fait Chevalier de la Légion d'honneur le 18 mai 1820 et en devient Officier le 25 avril 1821. Il démissionne le . En mai 1832, lors de l'insurrection légitimiste de 1832, une révolte chouanne, soutenant les légitimistes, considérant Henri V comme roi légitime, contre la Monarchie de Juillet (le roi Louis-Philippe étant considéré comme un usurpateur), nécessita la présence de détachements de troupes du 46e régiment d'infanterie et de la Garde nationale à Châteaubourg, Saint-Jean-sur-Vilaine, Saint-Aubin-des-Landes, Pocé-les-Bois, etc.. ; le , un combat oppose les chouans commandés par Alexandre Courson de la Villevalio et Jean-François Le Nepvou de Carfort d'une part, et les forces de l'ordre commandées par le général de Castres sur la lande de Touchenaux, près de la ferme de la Gaudinière en Vergeal[1].

Il s'éteint le à Fontainebleau, à l'âge de 80 ans.

Titres,distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste-Pierre Jullien de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des Généraux français, depuis le onzième siècle jusqu'en 1822 , tomes V et VI, Paris, 1822.
  • Bretagne, Revue de Bretagne et Vendée, 2008, Blibazaar, 508 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]