Saint-Jean-sur-Vilaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Jean-sur-Vilaine
Saint-Jean-sur-Vilaine
La mairie et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Marc Fauvel
2020-2026
Code postal 35220
Code commune 35283
Démographie
Gentilé Saint-Jeannais
Population
municipale
1 300 hab. (2018 en augmentation de 16,91 % par rapport à 2013)
Densité 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 01″ nord, 1° 21′ 39″ ouest
Altitude Min. 42 m
Max. 112 m
Superficie 10,73 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rennes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châteaugiron
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Jean-sur-Vilaine
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Jean-sur-Vilaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-sur-Vilaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-sur-Vilaine
Liens
Site web www.stjean-vilaine.fr

Saint-Jean-sur-Vilaine (/sɛ̃ ʒɑ̃ syʁ vilɛn/ ; gallo : Saent-Jan-sur-Vilaèyn ; breton : Sant-Yann-ar-Gwilen[1]) est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 300 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et site[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Saint-Jean-sur-Vilaine se trouve dans la partie orientale du Bassin de Rennes, sur la rive droite (rive nord) de la Vilaine qui limite au sud le finage communal. La majeure partie du territoire communal forme un bas plateau en pente douce dont les altitudes vont croissant vers le nord jusqu'à 112 mètres près de la limite communale avec Marpiré à proximité du hameau de la Baltière. Ce n'est que sur le versant nord de la vallée de la Vilaine, laquelle coule vers 50 mètres d'altitude, que les pentes s'accentuent, formant un dénivelé d'une trentaine de mètres entre le lieu-dit "Les Vaux" et la Fontenelle. Le bourg de Saint-Jean-sur-Vilaine, excentré dans la partie sud du finage communal, domine cet abrupt.

La Vilaine ne reçoit que de très modestes affluents (celui venant de la Hamonaye et celui venant de l'Ortie) qui échancrent le plateau par des vallons encaissés dans leur partie aval, juste avant leur confluence. Le moulin de Brétigneul[Note 2] est situé sur la Vilaine, juste à la limite sud-est de la commune, à proximité du hameau des Lacs, situé en Saint-Aubin-des-Landes.

Le paysage rural traditionnel est celui du bocage avec un habitat dispersé, disséminé en de nombreux hameaux et fermes isolées.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne de bus no 1 du réseau de bus urbain de Châteaubourg.

Saint-Jean-sur-Vilaine était sur l'itinéraire de la route royale allant de Rennes à Paris, devenue route nationale 12 jusqu'en 1952[Note 3], puis RN 157 jusqu'à la construction de la voie express prolongeant l'autoroute A81 entre La Gravelle et Rennes qui passe nettement plus au sud. Désormais, c'est la simple RD 857 en Ille-et-Vilaine.

La voie ferrée allant de Paris-Montparnasse à Rennes et Brest passe au sud de la commune, sur la rive gauche de la vallée de la Vilaine, donc sur le territoire de la commune de Saint-Didier ; en fait elle écorne légèrement le territoire de Saint-Jean-sur-Vilaine en raison de l'existence d'un méandre recoupé lors des travaux de construction de cette voie ferrée en face du lieu-dit « La Roche ».

La Vilaine forme un obstacle aux communications nord-sud : seuls deux ponts routiers en permettent le franchissement, l'un sur le CD 105 juste au sud du bourg, en direction de Saint-Didier, l'autre plus à l'est sur le CD 106 permet l'accès à la gare des Lacs, située dans la commune voisine de Saint-Aubin-des-Landes.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 11,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 13,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 5] : 801 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Launay-Villiers », sur la commune de Launay-Villiers, mise en service en 2001[8] et qui se trouve à 26 km à vol d'oiseau[9],[Note 6], où la température moyenne annuelle est de 11,3 °C et la hauteur de précipitations de 858,5 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Rennes-Saint-Jacques », sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande, mise en service en 1945 et à 27 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 11,7 °C pour la période 1971-2000[12], à 12,1 °C pour 1981-2010[13], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-sur-Vilaine est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rennes, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 183 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (95,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,9 %), zones agricoles hétérogènes (27,7 %), prairies (16,7 %), zones urbanisées (5,3 %), forêts (1,4 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme ecclesia Sancti Johannis super Vicenoniam en 1516.

Le nom de la commune vient de saint Jean-Baptiste et du fleuve Vilaine. La forme ancienne Sancti Johannis super Vicenoniam est attestée en 1211[22]. La paroisse doit probablement son nom à l'existence d'un fief, attesté par une charte datant de 1182, dépendant de la commanderie de La Guerche de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[23].

Son nom en breton est Sant-Yann-ar-Gwilen[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le tracé de l'ancienne RN 157 (actuelle RD 857 en Ille-et-Vilaine), passant par Saint-Jean-sur-Vilaine et Châteaubourg, correspond en gros au tracé de l'ancienne voie romaine allant de Vindunum (Le Mans) à Condate (Rennes)[24], laquelle passait à environ 300 mètres au nord du manoir de la Chaussée, au toponyme révélateur.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La trève de Saint-Melaine dépendait de la paroisse de Saint-Jean-sur-Vilaine et ne fut érigée en paroisse indépendante qu'en 1825[25].

Pendant la guerre de Succession de Bretagne, les troupes anglaises commandées par le comte de Buckingham, qui soutenaient le duc de Bretagne Jean IV, campèrent à Saint-Jean-sur-Vilaine[25].

La famille Guyot du Pontrioul fut anoblie par le duc de Bretagne Jean V en 1440. Elle demeurait au manoir de la Baronnière[26] (trève de Saint-Melaine) et était seigneur de La Fontenelle, de la Baronnière, de Baillé, du Brossays, du Tremble[27]. La famille Dollier, établie dans les deux paroisses de Luitré et Saint-Jean-sur-Vilaine, est citée aux réformations et montres de 1427 à 1513 et reconnue d'extraction noble lors de la réformation de la noblesse en 1668[28].

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

En 1681, les vassaux de Saint-Jean-sur-Vilaine « confessent ne devoir aucune rentes par argent ny grain que peu de choses, mais des Pater noster et des Ave Maria, le Vendredi saint, pour le sieur commandeur des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem de La Guerche »[23].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

De 1474 à 1777, la cure paroissiale dépendit de la collégiale de Champeaux[29], un chanoine de cette collégiale étant toujours recteur de Saint-Jean-sur-Vilaine ; ensuite il fut présenté par le seigneur d'Espinay, toujours en Champeaux[30]. Par exemple Olivier Guyot du Brossay[Bio 1], chanoine des collégiales de Vitré et de Champeaux, fut recteur de Saint-Jean-sur-Vilaine entre 1789 et 1792, puis entre 1803 et 1810 ; sa tombe a été conservée[31].

Le combat de Châteaubourg, un épisode des guerres de la Ligue, se déroula le « entre Saint-Jean-sur-Vilaine [où les troupes anglaises avaient dormi la veille] et Châteaubourg, peu avant ce dernier bourg (…). Il opposa 1700 royaux (partisans d'Henri IV, en partie des huguenots vitréens), dirigés par La Hunaudaye[Bio 2] et anglais, ceux-ci commandés par lord Howard[Note 9], et 1 200 ligueurs commandés par le chef même de la Ligue en Bretagne, le duc de Mercœur, assisté du marquis de Chaussin[Bio 3] son frère et (…) [du] sieur d'Arradon[Bio 4] ». Les royaux, battus, auraient perdu jusqu'à 1 200 hommes, tués, blessés ou prisonniers, et les vainqueurs 300, dont le seigneur d'Avaugour, le jeune La Hunaudaye, le seigneur de Rosimont, gouverneur de Vitré, etc.[32]. « Les débris de la troupe vaincue s'enfuirent à la débandade jusqu'à Vitré »[33].

L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste bénéficiait de plusieurs fondations (du Poirier, de la Bâte (ou Baste) et de la Porte[30] ; et d'une donnée par Jeanne Guyot, dame de la Hamonaye « pour l'entretien de cierges pendant l'octave du Saint-Sacrement »)[34].

Plusieurs manoirs existaient alors à Saint-Jean-sur-Vilaine : celui de la Chaussée appartenait entre 1618 et 1660 à la famille Le Métayer, avant de passer successivement aux mains des familles Frémont, seigneurs de la Guilmautière, Le Ribault et, à la fin du XVIIIe siècle, Du Bourg ; le manoir de Dieu-le-Fit[35], propriété de la famille Champaigné ; le manoir de l'Espineray (le manoir, maison et métaierie noble d'Espineray appartient en 1635 à Eustache du Périer, écuyer, seigneur du Quériel), les manoirs de la Fresnais, de la Fleuriaye, de l'Ortie.

Une épidémie de dysenterie fit des ravages en 1756 : « les paroisses les plus affligées sont celles de Balazé, Châtillon-en-Vendelais, Étrelles, Erbrée, Teillé [en fait Taillis), Saint-Christophe-des-Bois, Saint-Jean-sur-Vilaine et les environs de Saint-Martin de Vitré. Il y a, à ce qu'on m'a assuré, dans ces paroisses, quatre, cinq ou six enterrements par jour et, ce qu'il y a de plus touchant dans une pareille désolation, c'est que la plupart des gens de campagne s'abandonnent, et qu'en quelques endroits on n'a pas pu faire la récolte de blé noir faute de monde » écrit le subdélégué Charil[36].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi la paroisse de Saint-Jean-sur-Vilaine en 1778[37] :

« Saint-Jean-sur-Vilaine, sur la route de Rennes à Vitré ; à cinq lieues à l'Est de Rennes, son évêché et son ressort, et à trois lieues de Vitré, sa subdélégation. On y compte 1 100 communiants[Note 10], y compris ceux de Saint-Melaine, sa trève. La collation[Note 11] de la cure appartient à M. de Châteaugiron [qui y nommait toujours un chanoine de la collégiale de Champeaux]. Le territoire, coupé par la rivière de Vilaine, offre à la vue des terres bien cultivées, des prairies, quelques petites landes, et beaucoup d'arbres fruitiers et autres. Les maisons nobles de l'endroit, dans le XIVe siècle, étaient la Hammonaye, la Flouraye, la Fontenelle et le manoir de Dieu-Lefit. Le prieuré de Fayel, haute justice, appartient aux religieux de Savigni ; et la Porte-Duval, aussi haute justice, aux enfants de M. de Bois-Péan[Bio 5]. »

En 1782, les généraux [assemblées paroissiales] de Saint-Jean-sur-Vilaine, Saint-Didier, Domagné, Châteaubourg, Broons, Servon et Brécé se plaignent : « la corvée des grands chemins [la route de Rennes à Paris] est un fardeau d'autant plus onéreux pour les habitants des campagnes qu'ils y sont les seuls assujettis, qu'ils sont forcés de se livrer à un travail qu'elle exige dans les tems [temps] de l'année les plus précieux pour eux »[38].

François Jougan, dit La Violette, né en 1736 à Saint-Jean-sur-Vilaine, combattit dans la compagnie de Bien de Chevigny[Bio 6], qui faisait partie du régiment de Soissonnais, pendant la Guerre d'indépendance des États-Unis[39].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Une compagnie chouanne exista à Saint-Jean-sur-Vilaine ; elle était membre de la « colonne d'Izé », dirigée par Henri du Boishamon, qui elle-même dépendait de la division de Vitré de l'Armée catholique et royale de Rennes et de Fougères. La « colonne d'Izé » était divisée en plusieurs compagnies : la compagnie de Saint-Jean-sur-Vilaine (dont les capitaines étaient François Huet[Bio 7], dit La Fleur et Charles Lelièvre[Bio 8]), la compagnie de Montreuil-sous-Pérouse et Saint-Christophe-des-Bois, la compagnie de Champeaux et Taillis, la compagnie d'Izé, la compagnie de Balazé, la compagnie de Princé et Montautour. D'autres compagnies chouannes existaient dans les environs, notamment à Saint-Didier, une autre à Cornillé et une autre à Domagné.

Paul Féval a décrit Saint-Jean-sur-Vilaine et les combats qu'y s'y sont déroulés pendant la Révolution française en 1793 dans une nouvelle publiée en 1848 et intitulée Fleur des batailles. Il décrit ainsi la maison de son personnage principal[Note 12] : « Sa maison, couverte moitié de chaume, moitié d'ardoises moussues, s'élevait à l'extrémité du bourg de saint-Jean (…). L'ameublement était celui de toutes les demeures villageoises : une table flanquée de deux bancs rouges, un bahut à serrure de cuivre, une armoire historiée, une pendule en caisse et un dressoir. Au-dessus de la haute cheminée, un fusil et un tromblon formaient sautoir (…) [Le maître des lieux] portait le costume des paysans de Bretagne, qui consiste en une veste de toile, feutrée de laine, sur gilet à revers ; culotte flottante de velours ; hautes guêtres boutonnées jusqu'au genou et chapeau représentant exactement une moitié de fromage de Hollande fichée au centre d'un parapluie renversé »[40].

Il rajoute plus loin :

« Nous étions un demi-cent de bons garçons à Saint-Jean-sur-Vilaine (…). Un jour, il y a trente-cinq ans de cela, c'était en janvier 93, nous partîmes pour Châteaubriant où les bleus faisaient le diable. On nous vendit ; le coup fut manqué. Nous laissâmes une douzaine des nôtres dans les fossés de Châteaubriant, et comme les bleus nous coupaient la retraite du côté de Vitré, nous prîmes, à travers champs, la direction opposée. (…) Nous avancions toujours, poursuivis de près par les soldats de la Convention et, plus nous avancions, plus notre péril augmentait, car la Loire allait bientôt nous barrer le passage. (…)[40] »

Le 24 brumaire an II (), la division du général Muller campe à Saint-Melaine et sa réserve à Saint-Jean-sur-Vilaine ; elles font partie des troupes de l'armée de l'Ouest, dirigées par le général Kléber[41].

À la limite de la commune, le , se déroula le combat du Pont de Cantache.

En , le chef chouan Henri du Boishamon, informé qu'une colonne républicaine forte de 300 hommes, qui avait couché à Châteaubourg, devait se rendre à Vitré, décida de l'attaquer, bien qu'il n'eût qu'à peine 250 soldats. Il tendit une embuscade aux troupes républicaines à Saint-Jean ; le combat fut longtemps indécis, mais les chouans parvinrent à adosser les républicains à la Vilaine et durent fuir jusqu'à Saint-Melaine et perdirent une quarantaine d'hommes[42]. François Huet, qui commandait la compagnie chouanne de Saint-Jean-sur-Vilaine, fut blessé lors de ce combat.

À la fin d', une armée chouanne commandée par le marquis de Pontbriand fit mettre bas les armes un corps d'infanterie escortant un approvisionnement destiné à l'armée républicaine qui campait sur une hauteur dominant le pont sur la Cantache (à la limite des communes de Pocé-les-Bois, Saint-Jean-sur-Vilaine et Champeaux), sur la route de Châteaubourg à Vitré ; d'autres combats se déroulèrent en , notamment à Champeaux, au Bois-Bide et à Saint-Jean-sur-Vilaine, opposant les chouans, toujours dirigés par le marquis de Pontbriand, aux troupes républicaines dirigées par le général Spital[43].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En , lors de l'insurrection légitimiste de 1832, une révolte chouanne, soutenant les légitimistes, considérant Henri V comme roi légitime, contre la Monarchie de Juillet (le roi Louis-Philippe étant considéré comme un usurpateur), nécessita la présence de détachements de troupes du 46e de ligne et de la Garde nationale à Châteaubourg, Saint-Jean-sur-Vilaine, Saint-Aubin-des-Landes, Pocé-les-Boisetc. ; le , un combat oppose les chouans commandés par Alexandre Courson de la Villevalio et Jean-François Le Nepvou de Carfort d'une part, et les forces de l'ordre commandées par le général de Castres sur la lande de Touchenault, près de la ferme de la Gaudinière en Vergéal[44],[45].

Pierre-Jean Lejeay, né le à Saint-Jean-sur-Vilaine, engagé volontaire au 86e régiment d'infanterie, participa en 1831 à la campagne de Belgique ; devenu garde municipal à Paris, il fut tué en défendant le poste de la place Maubert contre les émeutiers le , jour des obsèques du général Lamarque[46].

En 1845, A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Saint-Jean-sur-Vilaine :

« (…) Principaux villages : le Bâme, l'Épineray, la Chaussée, Grand et Petit-Gavouyère, la Bertoisière, les Gérardais, la Roche, l'Ortie, la Hamonaye. Superficie totale : 1 583 hectares, dont (…) terres labourables 1 096 ha, prés et pâtures 205 ha, bois 87 ha, vergers et jardins 44 ha, landes et incultes 67 ha (…). Moulin de Brétigneul, à eau. La commune est limitée au sud par la rivière de Vilaine, et à l'est par la Cantache, qui se jette dans celle-ci. (…) Parmi les maisons nobles citées par notre auteur [Jean-Baptiste Ogée], il n'y en a plus qu'une qui soit debout, c'est la Hammonaye. La Chaussée, connue dès le XVe siècle, a été omise par Ogée : elle appartient à M. Dubreuil de Pont-Briand[Bio 9]. Géologie : schistes argileux. On parle le français [en fait le gallo][47]. »

Ange-Marie-Xavier du Breil, vicomte de Pontbriand, maire de la commune, fonda vers 1850 une école religieuse devant être dirigée par des institutrices congréganistes, qu'il dota d'une rente annuelle de 250 francs[48]. En 1851, le journal La Presse écrit[49] :

« Les loups commencent à s'agiter dans les forêts enclavées entre les bourgs de La Bouëxière, Servon, Dourdain, Marpiré, Broons et Saint-Jean-sur-Vilaine, et la gendarmerie de Châteaubourg a déjà eu à constater de graves dégâts. Ces redoutables animaux paraissent jusqu'à présent sortir plus particulièrement de la forêt de la Corbière. Le 31 décembre [1850], un cheval et un poulain ont été dévorés sur le territoire de Saint-Jean, et une génisse sur celui de Broons. Les loups doivent être nombreux, car on entend beaucoup de hurlements dans les campagnes. On a rencontré, dans la commune de Broons, une louve et quatre louveteaux. »

François Coudray[Bio 10], agriculteur à Saint-Jean-sur-Vilaine, fut à la fin du XIXe siècle conseiller d'arrondissement[50].

Le , un cyclone [en fait un orage violent] ravagea Saint-Jean-sur-Vilaine, ainsi que les communes avoisinantes : « (…) Plus de 5 000 arbres ont été déracinés ou brisés. Les toitures de beaucoup de fermes ont été enlevées (…). Jamais pareils désastres ne s'étaient vus dans la contrée »[51].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Une pétition signée entre autres par 166 hommes de Saint-Jean-sur-Vilaine et protestant contre la loi sur les congrégations fut déposée le sur le bureau de la Chambre des députés par Louis Félix Ollivier, député des Côtes-du-Nord[52]. La même année, l'école privée catholique de garçons, qui était tenue précédemment par les Frères de Ploërmel, fut sécularisée ; l'instituteur qui les remplaça, fut poursuivi devant la justice, ainsi que M. de La Grimaudière, devenu le propriétaire de l'école[53].

L'inventaire des biens d'église provoqua une rixe entre manifestants et contre-manifestants à Saint-Jean-sur-Vilaine : un manifestant, François Poirier, fut condamné pour coups et blessures par le tribunal de Vitré, avant d'être relaxé par la Cour d'appel de Rennes[54].

Par décret du , les biens ayant appartenu à la fabrique de l'église de Saint-Jean-sur-Vilaine, qui étaient placés sous séquestre, sont attribués au bureau de bienfaisance de la commune[55]. L'école congréganiste (tenue par les Sœurs de l'Immaculée Conception) des filles de Saint-Jean-sur-Vilaine est laïcisée par arrêté préfectoral du , la mesure prenant effet le [56], mais elle rouvrit immédiatement comme école privée avec des enseignants non religieux[57].

Le , M. de La Grimaudière, maire de Saint-Jean-sur-Vilaine et conseiller général, tint une conférence à laquelle furent convoqués par le curé tous les hommes de la paroisse, après les vêpres, au presbytère afin de critiquer l'école laïque et la presse républicaine ; il indiqua qu'il fallait proscrire la lecture du journal Ouest-Éclair et de son hebdomadaire L'Ille-et-Vilaine, leur reprochant d'être neutres dans les querelles en cours entre laïques et catholiques[58].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le vitrail patriotique de 1922 dans l'église paroissiale

Le monument aux morts de Saint-Jean-sur-Vilaine porte les noms de 26 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux cinq (Jean Allard, Jean Duperray, Auguste Legros, Maurice Vétier, Jean Voisin) sont morts sur le front belge en 1914 ou 1915, un (Joseph Rétif) est mort lors de l'Expédition de Salonique en 1918 en Grèce, tous les autres sont décédés sur le sol français[59].

Un vitrail a été réalisé en 1922 dans l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste par le curé de l'époque, Morin, qui s'opposait à la construction d'un monument aux morts civil sur la place communale[60].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Une cabine téléphonique fonctionna au bourg de Saint-Jean-sur-Vilaine à partir du [61].

L'affaire de « L'écolier le plus cher de France »[modifier | modifier le code]
L'article du journal Le Populaire du

Une revue catholique écrit en 1926 :

« Saint-Jean-sur-Vilaine a possédé deux écoles laïques, une de garçons pendant 30 ans, une de filles pendant 26 ans. Durant ce temps, les deux écoles n'ont eu entre elles deux, en tout et pour tout, un seul élève, le fils d'un cantonnier. Évidemment ce n'était pas le même enfant qui, pendant ces trente ans, était à l'école : le sujet changeait, mais toujours il était seul et c'était le fils du cantonnier parce que le cantonnier n'avait pas la liberté d'envoyer ailleurs son fils (…). On a fait le calcul que cet enfant avait coûté, depuis 30 ans, tant en frais de traitement de l'instituteur et de l'institutrice qu'en constructions et en frais de mobilier et de chauffage imposés à la commune, la somme de 23 000 francs[62]. »

Cette information, qui provoqua à la fois hilarité et indignation, fut reprise, sans être vérifiée, par la plupart des journaux conservateurs de l'époque en France métropolitaine, par exemple par L'Action française[63], Le Petit Journal[64], L'Homme libre[65]etc., ainsi que par la presse catholique[66], et même outre-mer[67]. Certains journaux allèrent même plus loin, précisant à leurs lecteurs : « Nous avons pu nous procurer l'adresse de ce jeune phénomène et nous lui avons demandé une interview par écrit. Malheureusement nous avons appris qu'il fallait renoncer à recevoir jamais sa réponse : l'écolier le plus cher de France est illettré ». Or toutes ces informations étaient fausses ; le journal Le Populaire écrit, après avoir enquêté près de l'institutrice de la commune :

« Depuis 1897, il n'existe à Saint-Jean-sur-Vilaine qu'une seule école [publique] mixte. Le registre officiel de l'école porte pour 1897 neuf inscriptions ; celui de 1902, douze ; jusqu'en 1910 le chiffre des élèves inscrits à chaque rentrée atteint une moyenne de sept à huit ; il baisse jusqu'en 1914, la réaction redoublant d'efforts dans ce coin d'Ille-et-Vilaine où la lutte contre la laïque est particulièrement odieuse. La guerre terminée, le poste est à nouveau ouvert, mais l'école libre ayant « travaillé » seule pendant les quatre années de guerre, l'école publique reste alors vide. Paie-t-on pour cela un maître à ne rien faire ? Non point ; on sait d'ailleurs que « chaque fois qu'une école est sans élèves, elle existe en principe, mais non en fait » et les maîtres titulaires sont détachés pour faire des suppléances. C'est ce qui se passa à Saint-Jean-sur-Vilaine. Toutefois, après 1918, on note de temps en temps quelques inscriptions. Malgré les pressions de tout ordre exercées par l'Église sur la population pour empêcher les enfants d'aller à l'École laïque ; en 1925, un ouvrier retire son enfant de l'école libre ; le châtiment ne se fait pas attendre ; deux mois après, cet ouvrier n'a plus de travail et doit partir pour Vitré, la ville voisine. Pour rester en règle avec la vérité, je dois indiquer que l'institutrice du poste à cette époque () ne faisait alors pas de suppléance en raison de cette situation particulière : son mari était aveugle de guerre et elle avait deux enfants en bas âge[68]. »

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le journal L'Ouest-Éclair écrit le  :

« La famille Maudet, de la Gavouyère, à l'heure actuelle, a quatre garçons et deux gendres sous les drapeaux. Les parents âgés, restés à la ferme avec un autre garçon de la classe 1942 peinent à cultiver et à ensemencer le maximum de leurs champs[69]. »

Le monument aux morts de Saint-Jean-sur-Vilaine porte les noms de 6 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale : un soldat (Auguste Gillouard) est mort en Tunisie en , quatre (François Coudray[Bio 11], Louis Fréreux[Bio 12], Georges Guilard[Bio 13], Antoine Guilleux[Bio 14]) sont morts lors de la Débâcle ; François Morlier est mort aussi au printemps 1940, mais en Belgique[59].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Une photographie du bourg de Saint-Jean-sur-Vilaine en 1951 est disponible sur un site Internet[70].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1798 1807 Mathurin Bouvier[Bio 15]   Propriétaire à la Besnardière
1807 1818 Certenais[Bio 16]    
1818 1833 Du Bourg[Note 13]   Qualifié de « chevalier » en 1829[71]
1833 1841 René Rubion[Bio 17]   Cultivateur aux Guimières.
1841 1848 Dieudonné Melot[Bio 18]   Cultivateur, propriétaire
1848] 1853 Ange-Marie-Xavier du Breil de Pontbriand[Bio 19] Légitimiste Conseiller d'arrondissement de Vitré et conseiller général d'Ille-et-Vilaine de 1848 à 1852. Président du comice agricole du canton de Châteaubourg.
1855 1860 Toussaint Jameux[Bio 20]   Tourneur sur bois
1860 1870 Jean Marie Chenais[Bio 21]   Cultivateur aux Morandières
1870 1896 Joseph Marie Lami[Bio 22]   Cultivateur
1896 après 1915 Hippolyte Rubin de La Grimaudière[Bio 23]   Conseiller général. Chevalier de la Légion d'honneur. Habitait au château de Hamonaye[Note 14]
         
1919 1945 Michel Libault de La Chevasnerie[Bio 24]   Comte. Habitait le château de La Hamonaye. Médecin-chercheur à l'institut Pasteur. Croix de Guerre 14-18, Croix du Combattant, Médaille de Verdun.
         
Armand Pigeon    
Pierre de Langle   Agriculteur retraité
Émile Lejas[72]   Artisan
En cours Marc Fauvel[73] SE Ouvrier
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[74]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[75].

En 2018, la commune comptait 1 300 habitants[Note 15], en augmentation de 16,91 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : +4,83 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
875819896888919920882857879
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
816886863795775749739737709
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
701670667568585568552549514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
5545065096016758731 0101 0431 139
2018 - - - - - - - -
1 300--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[76] puis Insee à partir de 2006[77].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste[78].
  • Chapelle du cimetière datant de 1756[79].
  • Le château de la Hamonaye (écrit aussi Hamonais ou Hammonaye)[80],[34].
  • Le manoir de la Chaussée et sa chapelle Saint-Louis[81].
  • La maison des Tourelles[82].
  • La fontaine Saint-Laurent[83].
  • Le chêne de Dieu-le-Fit, classé arbre remarquable[83].
  • Le calvaire du bourg[31]

Activité culturelle et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. Un prieuré de Brétigneul a existé à Saint-Didier au Haut Moyen Âge.
  3. En 1952, c'est l'itinéraire par Dreux, Alençon et Fougères qui devint la RN 12.
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  6. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Probablement Charles Howard, 1er comte de Nottingham.
  10. Personnes en âge de communier.
  11. Droit de conférer un bénéfice ecclésiastique.
  12. Le Bohic, adjoint au maire de Saint-Jean-sur-Vilaine, selon Paul Féval.
  13. Maire presque toujours absent, suppléé par Pierre Georgeonnet, adjoint, puis à partir de 1832 par Toussaint Jamaux, adjoint.
  14. Ce château avait été acheté en 1837 par son père Hippolyte Marie Joseph Rubin de La Grimaudière.
  15. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Détails biographiques[modifier | modifier le code]

  1. Julien-Olivier Guyot du Brossay, né le à Izé, décédé le au presbytère de Saint-Jean-sur-Vilaine.
  2. René Tournemine, baron de la Hunaudaye (1572-1591), voir sur portailcrbc.univ-brest.fr.
  3. François de Lorraine, marquis de Chaussin, né le , décédé en 1592.
  4. René d'Arradon, seigneur d'Arradon, gouverneur de Vannes, Auray et Malestroit, capitaine de 50 hommes d'armes, né le , décédé le .
  5. Charles François du Boispéan, né le à Iffendic, conseiller au Parlement de Bretagne, décédé le à Rennes. La seigneurie de Boispéan se trouvait à Fercé.
  6. Frédéric-François-Louis de Bien de Chevigny, né le à Avallon. Cette compagnie fut engagée notamment dans la bataille de Yorktown.
  7. François Huet, né le à La Cocherie en Saint-Jean-sur-Vilaine, laboureur, décédé le à Saint-Didier.
  8. Charles Lelièvre, né le à Saint-Jean-sur-Vilaine, laboureur, décédé le à Montreuil-sous-Pérouse.
  9. Stanislas Marie Louis Du Breuil de Pontbriand, né le au château de Villerobert en Pluduno, décédé le .
  10. Probablement François Coudray, né le à Domagné, décédé le à Saint-Jean-sur-Vilaine.
  11. François Coudray, né le à Saint-Jean-sur-Vilaine, soldat au 404e régiment d'artillerie de défense contre les aéronefs, décédé le à Zuydcoote (dans le Nord).
  12. Louis Fréreux, né le à Saint-Jean-sur-Vilaine, soldat au 7e régiment d'artillerie, décédé le à l'hôpital de Saint-Dizier (en Haute-Marne).
  13. Georges Guilard, né le à Marpiré, soldat au 2e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Saint-Mesmin (dans l'Aube).
  14. Antoine Guilleux, né le à Saint-Jean-sur-Vilaine, soldat au 106e régiment d'infanterie, mort pour la France le à Lille (dans le Nord), inhumé à la nécropole nationale d'Haubourdin.
  15. Mathurin Bouvier, né le à Saint-Jean-sur-Vilaine, décédé le à Saint-Jean-sur-Vilaine.
  16. Probablement Jacques Certenais, marié le à Saint-Jean-sur-Vilaine avec Janne Pierre.
  17. René Jacques Rubion, né le à Saint-Jean-sur-Vilaine, décédé le à Saint-Jean-sur-Vilaine.
  18. Dieudonné Melot, né le à Saint-Aubin-des-Landes, marié le à Saint-Jean-sur-Vilaine avec Céleste Georgeonnet, décédé le à Saint-Didier.
  19. Ange-Marie-Xavier du Breil, né le à Dinan (Côtes-du-Nord), président des comices agricoles de Châteaubourg et de Matignon, décédé le au château de la Brousse-Briantais en Saint-Pôtan ; voir Auguste-René-Marie Dubourg, Vertu de nos pères, (lire en ligne).
  20. Né le 25 nivôse an IV () à Cornillé, décédé le à Saint-Jean-sur-Vilaine. Adjoint au maire, il assumait déjà les fonctions de maire à partir d'avril 1853.
  21. Jean Marie Chenais, né le à Saint-Aubin-des-Landes, décédé le à Saint-Jean-sur-Vilaine.
  22. Joseph Marie Lami, né le à Saint-Germain-du-Pinel, marié le à Saint-Jean-sur-Vilaine avec Marie Rose Ruffault, décédé le à La Porte en Saint-Jean-sur-Vilaine.
  23. Hippolyte Joseph Rubin de La Grimaudière, né le à Noyal-sur-Vilaine, décédé le à Saint-Jean-sur-Vilaine.
  24. Michel Libault de La Chevasnerie, né le à Nantes, inhumé le à Sablé-sur-Sarthe ; marié à Yvonne Le Barbier du Lescoat.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des villes bretonnes en gallo », sur Geobreizh (consulté le )
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Launay-Villiers - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Saint-Jean-sur-Vilaine et Launay-Villiers », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Launay-Villiers - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Saint-Jean-sur-Vilaine et Saint-Jacques-de-la-Lande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Rennes-Saint-Jacques - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. a et b « La base de données KerOfis - Office Public de la Langue Bretonne », sur www.fr.brezhoneg.bzh (consulté le ).
  23. a et b Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, vol. 3, (lire en ligne).
  24. René Kerviler, Étude critique sur la géographie de la presqu'île armoricaine au commencement et à la fin de l'occupation romaine, (lire en ligne).
  25. a et b http://fr.topic-topos.com/patrimoine-saint-jean-sur-vilaine
  26. http://fr.topic-topos.com/manoir-de-la-baronniere-chateaubourg
  27. Édouard Frain, Tableaux généalogiques, notices et documents inédits au soutien du Mémoire où il est fait mention de plusieurs familles établies à Vitré et paroisses environnantes aux XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, (lire en ligne).
  28. René Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, t. 1 : Les bretons, (lire en ligne), chap. 12 (« DEM-DUL »).
  29. Albert Le Grand, Les vies des saints de la Bretagne Armorique : ensemble un ample catalogue chronologique et historique des evesques d'icelle… et le catalogue de la plupart des abbés, blazons de leurs armes et autres curieuses recherches…, , 5e éd. (lire en ligne).
  30. a et b « Étymologie et histoire de Saint-Jean-sur-Vilaine », sur infobretagne.com (consulté le ).
  31. a et b « Un peu d'histoire (5) », sur stjean-vilaine.fr (consulté le ).
  32. (frm) De Sainct Maixant, Advis de la deffaicte des Anglois et autres hérétiques, venus en Bretagne pour le Roy de Navarre, près Chasteaubourg, , publié dans Revue de Bretagne et de Vendée, 1889 [lire en ligne].
  33. Arthur de La Borderie, « Le combat de Châteaubourg, épisode des Guerres de la Ligue (1591) », Revue de Bretagne et de Vendée,‎ (lire en ligne).
  34. a et b « Un peu d'histoire (2) », sur stjean-vilaine.fr (consulté le ).
  35. http://fr.topic-topos.com/chene-de-dieu-le-fit-saint-jean-sur-vilaine
  36. Dr Raymond Petit, « La science et l'art de guérir en Bretagne », Annales de Bretagne,‎ (lire en ligne).
  37. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 4, Nantes, (lire en ligne).
  38. J. Lecatonnoux, « Le régime de la corvée en Bretagne au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne,‎ (lire en ligne).
  39. Henri Mérou, Les combattants français de la guerre américaine, 1778-1783 : listes établies d'après les documents authentiques déposés aux Archives Nationales et aux Archives du Ministère de la guerre, (lire en ligne).
  40. a et b Paul Lacroix, La Pervenche, livre des salons, (lire en ligne).
  41. H. Baguenier-Desormeaux, Kléber en Vendée (1793-1794), (lire en ligne).
  42. Henri Du Boishamon… : sa vie à travers la Révolution et la Terreur, ses services dans l'armée catholique et royale de Bretagne, ce qu'il fut pendant et après la Restauration, notes recueillies sur documents authentiques, (lire en ligne).
  43. M.-E. Pescalet, Le Biographe universel : revue générale biographique et littéraire, (lire en ligne).
  44. Journal des débats, numéro du [lire en ligne].
  45. J. Crétineau-Joly, Histoire de la Vendée militaire, t. 4, (lire en ligne).
  46. Rapport du Conseil municipal de Paris, (lire en ligne).
  47. Jean-Baptiste Ogée, A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, (lire en ligne).
  48. Paul du Breil de Pontbriand, Vertu de nos pères, (lire en ligne).
  49. Journal La Presse, numéro du [lire en ligne].
  50. Journal Ouest-Éclair, no 73 du [lire en ligne].
  51. Journal L'Univers, no 8261 du [lire en ligne].
  52. Journal officiel de la République française, Débats parlementaires : Chambre des députés, [lire en ligne].
  53. Bulletin des Congrégations, no 388 du [lire en ligne].
  54. Journal Ouest-Éclair, no 3391 du [lire en ligne].
  55. Journal officiel de la République française, Lois et décrets, numéro du [lire en ligne].
  56. Rapports et délibérations du Conseil général d'Ille-et-Vilaine, [lire en ligne].
  57. Journal La Croix, no 8691 du [lire en ligne].
  58. Journal Ouest-Éclair, no 4710 du [lire en ligne].
  59. a et b http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=64227
  60. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=137200 et http://www.stjean-vilaine.fr/patrimoine3.html
  61. Journal Ouest-Éclair, no 7303 du [lire en ligne].
  62. Union des associations catholiques des chefs de famille, École et famille : bulletin mensuel de l'Union des associations catholiques des chefs de famille, (lire en ligne).
  63. Journal L'Action française, no 313 du [lire en ligne].
  64. Journal Le Petit Journal, no 23307 du [lire en ligne].
  65. Journal L'Homme libre, no 3804 du [lire en ligne].
  66. Par exemple dans l'hebdomadaire L'Ami du clergé paroissial (supplément à L'Ami du clergé), publié à Langres, numéro du [lire en ligne] ; ou encore La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai, no 6 du [lire en ligne].
  67. Annales africaines : revue hebdomadaire de l'Afrique du Nord, numéro du [lire en ligne].
  68. Henri Siriez, journal Le Populaire, no 2133 du [lire en ligne].
  69. Journal Ouest-Éclair, no 15799 du [lire en ligne].
  70. http://www.geneanet.org/gallery/?action=detail&rubrique=cartes&id=282573
  71. Archives parlementaires, recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises de 1800 à 1860 [lire en ligne].
  72. Portail internet des services de l'État.
  73. « Municipales à Saint-Jean-sur-Vilaine. Marc Fauvel est le nouveau maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  74. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  75. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  76. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  77. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  78. Notice no IA00130755, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. Notice no IA00131010, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. http://fr.topic-topos.com/chateau-de-hamonaye-saint-jean-sur-vilaine
  81. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-louis-saint-jean-sur-vilaine
  82. « Un peu d'histoire (1) », sur stjean-vilaine.fr (consulté le ).
  83. a et b « Un peu d'histoire (4) », sur stjean-vilaine.fr (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]