Les Fougerêts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Fougerêts
Le Château de La Villechauve.
Le Château de La Villechauve.
Blason de Les Fougerêts
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Guer
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Redon
Maire
Mandat
Alain Greffion
2014-2020
Code postal 56200
Code commune 56060
Démographie
Gentilé Fougerêtais, Fougerêtaise
Population
municipale
940 hab. (2014)
Densité 47 hab./km2
Population
aire urbaine
10 480 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 25″ nord, 2° 12′ 31″ ouest
Altitude 42 m
Min. 2 m
Max. 101 m
Superficie 19,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Les Fougerêts

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Les Fougerêts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Fougerêts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Fougerêts
Liens
Site web Site officiel

Les Fougerêts [lɛ fuʒʁɛ] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Ses habitants sont les Fougerêtais.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les Fougerêts se situent dans l’est du Morbihan. Les Fougerêts se trouve en Haute-Bretagne, dans la partie gallaise de la Bretagne.

Communes limitrophes de Les Fougerêts
Saint-Nicolas-du-Tertre La Gacilly
Saint-Martin-sur-Oust Les Fougerêts Glénac
Peillac
Carte de la commune .

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte géologique simplifiée des Fougerêts[1].
  •      bourg et limite communales
  •      grès armoricain (b-O2)
  •      siltites du Briovérien supérieur (b2-3S)
  •      conglomérat de Montfort (kO-1M)
  •      schistes d'Angers (o3-4)
  •      formation de Saint-Marcel (o5-6)
  •      grès de Gandouin (s1-a)
  •      formation du Boisneuf (s1-b3)
  •      dépôts quaternaires composites (S)
  •      alluvions holocènes (Fz)
  • lignes rouges : failles

Appartenant au massif armoricain, le territoire des Fougerêts se caractérise, au plan géologique, par une succession de couches affleurantes orientées de l'ouest-nord-ouest à l'est-sud-est. La plus ancienne de ces strates est constituée de schistes du Briovérien (b-o2), dans la partie sud et au nord de la commune. Un peu plus récentes sont les siltites du Briovérien supérieur (b2-3s). Le synclinal de Réminiac, à l'extrême nord du territoire, est caractérisé par la présence du conglomérat de Montfort (kO-1M). Une série de terrains ordoviciens, schistes d'Angers (o3-4) et formation de Saint-Marcel aux faciès mal individualisés (o5-6) recouvrent les schistes briovériens, et sont eux-mêmes recouverts par les strates siluriennes du grès de Gandouin (s1-a) et des siltites des formations du Boisneuf (s1-b3) et de La Ville-Chauve (s4). Les alluvions récentes couvrent la vallée de l'Oust au sud, mais aussi des ruisseaux de moindre importance plus au nord (Fz). Des dépôts quaternaires composites (S) occupent localement les fonds de vallée. Des failles importantes liées au cisaillement sud-armoricain lors du cycle varisque parcourent le territoire dans la direction générale des strates géologiques, mais elles sont recoupées à angle droit par de petites failles secondaires de déchirement[2],[3].

Le point le plus élevé de la commune se trouve à une altitude de environ 105 mètres, au nord de la commune au niveau des landes de Couesmé. Le point le plus bas se trouve à une altitude de environ 3 mètres, au sud-est de la commune, là où l'Oust sort du territoire.

La superficie de la commune des Fougerêts (1 991 ha) est supérieure à la surface moyenne d'une commune française (1 488 ha)[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte du bassin versant de la Vilaine.

Les Fougerêts se trouve intégralement dans le bassin versant de la Vilaine.

L'Oust, principal affluent de la Vilaine, longe et constitue la frontière sud du territoire de la commune. L'Oust est canalisé et forme une partie du canal de Nantes à Brest.

Paysages naturels[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La territoire de la commune est traversé par les routes départementales D777, D137 et D149.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Du nord au sud et d'ouest en est, on trouve les principaux lieux-dits suivants : Couesmé, Saint-André, la Loirie, le Pâtis Sébillet, les Zéreux, la Croix Fourché, la Ville Macé, la Noë Cado, la Croix Neuve, la Ville Caro, Hôtel Chesnais (ou Auté Chesnais), la Brousse, la Hallais, la Vigne, Saint-Jacob, Hôtel Garel (ou Auté Garel), Launay, Marzan, les Loulais, la Chénais, les Rues Nevoux.

Aménagements récents et en projet[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes attestées sont Feugeres (1340), Forgeray (1387), Fougeray (1387), Les Foulgerets (1476), Les Fougeretz (1516)[5].

En breton, Felgerieg-al-Lann, provient du latin Filgeriaca et se déforma au cours des siècles pour devenir Fougerêts.

Son nom breton est Felgerieg-al-Lann selon la politique de double-signalisation du Conseil Général [5],[6]. En gallo, le nom de la commune s'écrirait Lez Fourjaè[7].

La toponymie de la commune comporte 23,8 % de noms d'origine bretonne[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

De la Préhistoire à l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Le site de la commune est un emplacement particulier pour l'implantation humaine : coteaux orientés au sud, présence d'une rivière, l'Oust, et d'un espace forestier important.

Les plus anciennes traces d'occupations humaines remonteraient à l'époque romaine selon les sources orales locales (voie, villa et tuiles romaines).

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Mais c'est au Moyen Âge que cette paroisse prend une relative importance : présence des Templiers au Pont d'Oust, présence de la maison de Rieux, quelques châteaux ou manoirs ruraux.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1789 la rédaction des cahiers de doléances dans le village est compliquée[9].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au milieu du XXe siècle, ce village connaît un exode rural important. La population parvient à se fixer à partir des années 1970 grâce à l'entreprise locale Yves Rocher.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

Élection municipale de 2014[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
fl. 1914 - Paul de Freslon[10]    
2001 en cours Alain Greffion DVC Enseignant retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le , la commune quitte la communauté de communes du pays de La Gacilly pour rejoindre la communauté de communes du pays de Redon[11].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Eau potable et assainissement[modifier | modifier le code]

Déchets ménagers[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 940 habitants, en augmentation de 0,53 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
759 1 058 1 062 1 004 1 105 1 021 931 1 048 1 041
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 012 1 007 1 059 1 000 1 005 1 022 1 079 1 130 1 150
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 170 1 184 1 130 1 023 1 011 987 986 938 852
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
777 708 644 660 739 788 928 951 940
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

L'unique établissement scolaire est une école primaire privée catholique, il n'y a pas d'école publique aux Fougerêts. Elle est située dans l'académie de Rennes et elle suit le calendrier scolaire de la zone B.

  • École Notre-Dame, située 1 chemin des écoliers

À la rentrée de septembre 2017, l'école accueille 93 élèves de classes maternelles et élémentaires[16].

Enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

Collégiens et lycéens sont rattachés aux collèges[17] et lycées[18] de Redon, dans le département voisin d'Ille-et-Vilaine.

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

  • Église de la Nativité-de-la-Vierge

Culte protestant[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Activités sportives et culturelles[modifier | modifier le code]

Les Fougerêts possèdent un club sportif : l'Espoir de l'Oust (EDO).

Ce club comporte différentes sections :

Équipements collectifs[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

À partir de 1997, la mairie et l'ensemble des associations se mobilisent pour lutter contre la mucoviscidose[20]. Différentes randonnées sportives (pédestres, chevaux, vélos, motos, vtt) et animations sont organisées et évoluent au fil des années[21]. Les 20 éditions entre 1997 et 2016 ont permis de récolter la somme de 435 273 euros qui ont été reversés à l'association Vaincre la Mucoviscidose[21].

Festivals, spectacles et manifestations[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Épiciers : autrefois l’épicerie est aussi un café, puis une mercerie et vendra aussi du tissu[22]. Avec l'acquisition d'un cheval et d'une charrette, il devient épicier ambulant et proposera ensuite des sabots, de la location de matériel de noces ou des tables pour la moisson, les battages, puis de la vaisselle aux jeunes ménages ; l'épicier est également présent aux foires et marchés[22].
  • Boulangerie

Agriculture et pêche[modifier | modifier le code]

  • Secteur agricole (élevage et céréales, usine),
  • Secteur de la poissonnerie

Industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

Françoise Saget, entreprise textile spécialisée dans la vente de linge de maison par catalogue et par internet, est créée en 1982 sur la commune. Elle fait partie du groupe textile MK Direct qui possède également Linvosges et Envie de Fraise[23].

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Au centre du cimetière, on trouve la croix de cimetière des Fougerêts, c’est une croix bannière avec une « pietà ». Elle est classée monument historique[24].

On trouve plusieurs demeures simplement inventoriées :

Nombreuses croix de chemins, lavoirs, fours, puits etc. Présence de nombreuses anciennes carrières (« perrières » en langue gallèse) de schiste bleu, notamment à Saint-Jacob et à Croix-Fourché.

  • Église de la Nativité-de-la-Vierge[29],[30].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille Huchet
  • Philippe Danilo, député du Rhône et maire de La Mulatière.
  • Guillaume de Freslon de la Freslonnière, pionnier de chasse, né au château de Villechauve le 5 juin 1896, fantassin avant d'être pilote. Il fait partie des combats de Verdun du 10 octobre 1916 au 15 janvier 1917. Il prend part à la reprise de Bezonvaux et de Douaumont. Il est dans les combats de l'Aisne et de Belgique en 1917[31].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Les-Fougerêts (Morbihan).svg

Les armoiries de Les Fougerêts se blasonnent ainsi :

D’or au plant de fougère arraché de trois feuilles de sinople, à la champagne coupée ondée d’hermine et d’azur à un poisson d’argent ; au chef denché de sinople à cinq palis d’ardoise d’argent accolés.
Conc. J.P. Fernandez.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte géologique des Fougerêts », sur Géoportail (consulté le 8 octobre 2017).
  2. « Atlas de l'environnement du Morbihan - Géologie », sur Conseil départemental du Morbihan (consulté le 8 octobre 2017).
  3. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Malestroit » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le 8 octobre 2017).
  4. Christophe Meunier, Géographie - Professeur des écoles - Oral, admission - CRPE 2017, Dunod, , 256 p. (ISBN 978-210075-579-0, lire en ligne), p. 73.
  5. a et b « Résultats concernant « Les Fougerêts » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le 12 mars 2014).
  6. Article du Ouest-France du 8 juillet 2008, édition de Ploërmel
  7. Fiche descriptive de la ville de Les Fougerêts sur Geobreizh.
  8. Jean-Yves Le Moing, Les noms de lieux bretons de Haute-Bretagne, Coop Breizh, 1990, p. 350.
  9. Jean-Marie ROYER, Les Fougerêts Miettes d'Histoire, , p. 353
  10. Mémorial centenaire de la Grande guerre, collectif de la commnauté de commune de la Gacilly, ISBN 978-2-84497-288-0, p. 67
  11. Arrêté interpréfectoral n° 2016-20494 du 9 décembre 2016 portant extension du périmètre de la communauté de communes du Pays de Redon à la commune des Fougerêts
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. « École privée primaire », sur education.gouv.fr, (consulté le 9 octobre 2017).
  17. Secteurs de recrutements des collèges [PDF] [1]
  18. Carte des secteurs de recrutement des lycées morbihannais [PDF] [2]
  19. Site officiel de l'Église protestante unie de Vannes-Morbihan-est [3]
  20. « Les Fougerêts. Une forte mobilisation pour les Virades de l'espoir », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  21. a et b « 20e virade : 38500 euros contre la mucoviscidose », les infos du pays de La Gacilly, no 2122,‎ , p. 32
  22. a et b Aline et Jacques Guillet, 1850-1950 - La Gacilly et ses environs : Commerçants & Artisants en Pays gallo, Morlaix, éditions des Pins, , 273 p. (ISBN 2-9515523-0-0), p. 196-200
  23. Flore Fauconnier, « MK Direct rachète le site de vêtements de grossesse Envie de Fraise », LSA Textile connecté,‎ (lire en ligne).
  24. Notice no PA00091198, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Notice no IA00009731, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. Château, la Ville Chauve (Les Fougerêts), sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  27. Notice no IA00009730, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. Manoir puis château, la Jouardais (Les Fougerêts), sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  29. Notice no IA00009726, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. Notice no IA00009726, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  31. Les infos du pays de Redon, Les Fougerets du 10 mai 2016 page 23

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yoann Sevestre, Les Fougerêts : Patrimoine et identité d’une commune de Haute-Bretagne (thèse) (lire sur Wikisource)
mémoire dirigé par Alain Croix et soutenu en septembre 2002 à l’Université Rennes II

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :