Hippolyte de Barrau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hippolyte de Barrau
Description de l'image Hippolyte_de_Barrau.jpg.
Naissance
Rodez (Aveyron)
Décès
Carcenac-Salmiech (Aveyron)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Officier de cavalerie, conseiller puis secrétaire général de préfecture
Autres activités
Historien, généalogiste, essayiste politique, homme politique local, initiateur, fondateur et président de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, ...
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur
Famille
Blason famille fr de-Barrau.svg

Hippolyte Justin de Barrau, né le à Rodez et mort le à Carcenac-Salmiech, est un officier, rédacteur de La Gazette du Rouergue de 1831 à 1836, fondateur et président d'une société savante en Aveyron en 1836, secrétaire général de la préfecture de l'Aveyron de 1853 à 1855, il est également historien et généalogiste.

Famille[modifier | modifier le code]

Hippolyte de Barrau naît le 23 mars 1794 à Rodez en pleine tourmente révolutionnaire, la demeure familiale à Carcenac-Salmiech a été pillée et incendiée en 1793 par un détachement révolutionnaire venu de Corrèze[1]. Son père, Pierre de Barrau, avait été garde du corps du roi Louis XVI.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Hippolyte de Barrau est admis à l'école spéciale militaire de Saint-Cyr en novembre 1812. Christian Paulin rapporte que « À Saint-Cyr, la vie des futurs officiers n'est ni sucre ni miel, forte tête ou plutôt homme de caractère, Hippolyte est cassé par deux fois, menacé de conseil de guerre pour “propos pessimistes” tenus au lendemain de la retraite de Russie. »[2]. Il est nommé garde du corps du roi Louis XVIII en 1814 (compagnie écossaise[3]), puis lieutenant au 17e régiment de chasseurs à cheval en 1815. Il se bat en duel et il est mis aux arrêts[3]. Il dit ne pas aimer la discipline et les assujettissements liés à la vie militaire[3]. Retiré du service en 1820, il est rappelé au 2e régiment de carabiniers en 1826 et quitte définitivement l'armée en 1829[4] (en réalité il est mis à la retraite d'office selon ses Mémoires).

Opinions politiques[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage consacré à l'affaire Fualdès, Philippe Méraux écrit qu'« Hippolyte de Barrau faisait partie des chevaliers de la Foi (Ordre catholique, royaliste et secret) attroupés au château de La Goudalie »[5] dans la nuit du 16 au 17 février 1814 avec pour objectif d'envahir Rodez afin de provoquer un soulèvement à partir du Rouergue, cela dans le but de faire reconnaître comme roi le comte de Provence, frère de Louis XVI. Ce projet avorta, et certains pensent que c'est la cause de l'assassinat en 1817 du procureur Antoine Bernardin Fualdès.

Il est rédacteur de La Gazette du Rouergue[4], éphémère journal d'opinion légitimiste, paru sous la Monarchie de Juillet de 1831 à 1836[6].

Article détaillé : La Gazette du Rouergue.

À la préfecture de l'Aveyron[modifier | modifier le code]

Il est d'abord nommé conseiller de préfecture en 1849[7],[8], puis, sous le Second Empire il est secrétaire général de la préfecture de l'Aveyron du 14 août 1853[9] jusqu'à sa révocation le 4 mars 1855[7],[8].

Un témoignage sur lui dit ceci : "L'Aveyron gardera longtemps le souvenir de ses services et de la courageuse énergie qu'il montra lors de l'invasion de la préfecture en décembre 1851. Connaissant à fond les affaires du département, il fut le conseil et l'ami de plusieurs préfets distingués et jouissait au plus haut point de la considération publique, lorsqu'en 1854, il fut tout à coup révoqué de ses fonctions, par suite de l'hostilité de certaines personnes que son influence offusquait."[10]

Fondation de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron[modifier | modifier le code]

À Rodez.

En 1836 il propose la création d'une société savante qui aura pour nom la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron[11]. Il en est l'un des fondateurs, avec quelques autres notables aveyronnais dont Jules Duval[12], et le président jusqu’à sa mort en 1863[4]. Il fait dans une lettre le commentaire suivant sur sa participation à cette société savante : « J'ai mené à bonne fin une assez grande entreprise : c'est la formation d'une société littéraire, scientifique et industrielle, composée des hommes distingués de toutes les opinions, tels monsieur de Bonald, monsieur de Gaujal, le général Tarayre, l'évêque de Rodez, Girou de Buzareingues, monsieur de Guizard, etc., et qui m'a élu pour président le 7 février dernier. Cette combinaison d'éléments hétérogènes est un assez joli coup de force. »[13]

Historien et mémorialiste[modifier | modifier le code]

À Carcenac-Salmiech.

Parmi ses nombreux manuscrits et études sur des sujets divers, les sciences historiques prennent une large place. Ses principaux travaux sont :

  • Étude relative à l'histoire du corps des carabiniers (étude inachevée)
  • Du monde invisible ou recherches sur les faits d'un ordre surnaturel
  • Mémoires privés d'un ruthénois. Sur ce manuscrit, deux témoignages : « Hippolyte de Barrau a laissé des souvenirs qui, publiés longtemps après sa mort dans le Journal de l'Aveyron, en 1900 et 1901, n'ont malheureusement pas été édités en volume. Ils ont pour titre Mémoires privés d'un ruthénois. Eux aussi constituent une source précieuse pour l'histoire de l'Empire et de la Restauration dans notre province. (...). Nous y trouvons un tableau vivant de la société ruthénoise depuis les beaux jours de l'Empire, avec des anecdotes savoureuses, le rappel discret de plus d'une intrigue galante, des portraits piquants, des souvenirs politiques. Il serait très souhaitable que cette œuvre fût reprise et publiée avec une annotation critique. Elle n'a rien perdu de son attrait et de son utilité documentaire. »[14]. « (...) précieux témoignage de cette époque écrit par un jeune officier demeuré profondément royaliste (...). »[15]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ordres équestres. Documents sur les Ordres du Temple et de Saint-Jean-de-Jérusalem en Rouergue, suivis d'une notice historique sur la Légion-d'Honneur et du tableau raisonné de ses membres dans le même pays
  • L'Époque révolutionnaire en Rouergue. Étude historique (1789-1801). Ouvrage préparé en collaboration avec son frère Eugène de Barrau, repris et publié par leur neveu Fernand de Barrau
  • Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes, publiée en 4 volumes, entre 1853 et 1860, et plusieurs fois réédité

Principaux mandats politiques[modifier | modifier le code]

Autres activités et fonctions[modifier | modifier le code]

  • Membre et président de divers groupements et instances au sein du département de l'Aveyron : fondateur et président du comice agricole de Cassagnes-Bégonhès en 1842 ; président du comice vinicole de Marcillac ; vice-président de la commission hippique du département de l'Aveyron ; etc.[16]
  • Capitaine commandant de la garde nationale de la commune de Salmiech (1830, 1834, 1837, 1840, 1848)[8]
  • Il fait partie du comité des sept membres investis de la mission de rétablir l'ordre dans l'arrondissement de Rodez (novembre 1848)[8]
  • Il est membre de diverses sociétés savantes : fondateur et premier président de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, membre de l'Institut des provinces, des sociétés savantes et des congrès scientifiques[17], etc.
  • Il contribue avec son frère, Adolphe de Barrau, à la rédaction d'un Catalogue des plantes collectées en Aveyron[18]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

À Rodez, rue Neuve, sur le mur de la maison natale d'Hippolyte de Barrau a été apposé une plaque commémorative : Hippolyte de Barrau, fondateur avec Jules Duval de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron en 1836, est né dans cette maison le 23 mars 1794

Par délibération du conseil municipal de la ville de Rodez en date du 12 décembre 2005 a été inauguré au lieu-dit Conque Saint-Jean (ou Val Saint-Jean), quartier de Saint-Félix-La Gineste, l'avenue Hippolyte de Barrau[19]

À Carcenac-Salmiech, face à l'église du village, se trouve la place Hippolyte de Barrau, historien du Rouergue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hippolyte de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes. Editeur : impr. de N. Ratery (Rodez) 1853-1860 Page 104.
  2. Cité page 155 dans l’article de Christian Paulin intitulé « Hippolyte de Barrau, 1794-1863, et le mouvement légitimiste dans l’Aveyron », tome XXXXIII (pages 153 à 158), procès-verbaux des séances de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron.
  3. a, b et c Les chemins d'une vie (Carnets intimes d'un notable aveyronnais, 1832-1862) (Mémoires d'Eugène de Barrau), Archives historiques du Rouergue, 27, éd. Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, 2007, page XXII.
  4. a, b et c Henri Affre, Biographie aveyronnaise, 1881, page 33.
  5. Philippe Méraux, Clarisse et les égorgeurs - L'affaire Fualdès, éd. du Rouergue, 1999, pages 267 et 321.
  6. Les chemins d'une vie (Carnets intimes d'un notable aveyronnais, 1832-1862) (Mémoires d'Eugène de Barrau), Archives historiques du Rouergue, 27, éd. Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, 2007 page XXVI.
  7. a et b Hippolyte de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes. Éditeur : impr. de N. Ratery (Rodez) 1853-1860 Page 100.
  8. a, b, c, d et e T. Lamathière, Panthéon de la Légion d'honneur, page 420.
  9. Archives nationales, Le personnel de l'administration préfectorale 1800-1880, répertoire nominatif par Christiane Lamoussière, documentaliste aux archives nationales, corrigé et complété par Patrick Laharie, répertoire territorial et introduction par Patrick Laharie, chargé d'études documentaires aux archives nationales, avant-propos par Philippe Bélaval, directeur des archives de France, Paris, centre historique des archives nationales, 1998, page 82.
  10. Extrait d'une note de Mr de Gibrac. Annuaire de l'institut des provinces, des sociétés savantes et des congrès scientifiques, année 1864, pages 8 et 9.
  11. Une société savante née en 1836.
  12. Jean-Michel Cosson, Histoire des rues de Rodez, 2003, page 86.
  13. Lettre du 10 avril 1837, archives de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron (citée par Robert Taussat dans le bulletin de liaison année 2004).
  14. Bernard Combes de Patris, « Mémorialistes aveyronnais », La Revue du Rouergue, octobre-décembre 1948, no 4, 2e année, page 445.
  15. Robert Taussat, cité par René Couderc, Le préfet de Trémont et son ami le compositeur Onslow, Études aveyronnaises, année 2001, pages 11 à 14.
  16. Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, fonds H. de Barrau.
  17. Mention dans la note de Mr de Gibrac. Annuaire de l'Institut des provinces, des sociétés savantes et des congrès scientifiques, année 1864, pages 8 et 9.
  18. Émile Vigarié, Les frères de Barrau, dans Esquisse générale du département de l'Aveyron, page 236.
  19. Les noms de voies à Rodez.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Affre, Biographie aveyronnaise, Rodez, éditions Pierre Carrère, 1881
  • Henry Bedel, Les trois historiens de Barrau (Hippolyte, Eugène et Fernand de Barrau dont des critiques avancent que les principaux ouvrages sont d'orientation monarchiste et anti-révolutionnaire)
  • Philippe Méraux, Clarisse et les égorgeurs. L'affaire Fualdès
  • Catherine de Sulzer-Wart, Hippolyte de Barrau (23 mars 1794 - 4 octobre 1863) et le mouvement légitimiste dans l'Aveyron (Mémoire faculté des lettres de Poitiers)
  • Émile Vigarié, Les frères de Barrau (dans Esquisse générale du département de l'Aveyron)
  • T. Lamathière, Panthéon de la Légion d'honneur, pages 420 à 421
  • Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, fonds H. de Barrau

Liens externes[modifier | modifier le code]