Maylis de Kerangal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maylis de Kerangal
Maylis de Kerangal 2010.jpg
Maylis de Kerangal en 2010.
Biographie
Naissance
(51 ans)
Toulon, France
Nom de naissance
Le Gal de Kerangal
Nationalité
Formation
Activité
romancière
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
prix Médicis 2010
prix du Roman des étudiants France Culture-Télérama 2014
Œuvres principales

Maylis de Kerangal est une femme de lettres française, née le [1] à Toulon[2].

Famille[modifier | modifier le code]

La famille Le Gal de Kerangal est une famille d'ancienne bourgeoisie originaire de Bretagne[3]. Yves Le Gall (né vers 1641), était marchand à Landerneau, (Finistère). Urbain Le Gall (1674-1719), était notaire royal et apostolique de la juridiction de Daoulas. Urbain Julien Le Gall (né en 1711), était notaire et procureur de la juridiction de Crozon. Yves Le Gal de Kerangal(1788-1837), était bourgeois de Landévant. Arsène Le Gal de Kerangal (1827-1903), était imprimeur à Quimper.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Maylis Suzanne Jacqueline Le Gal de Kerangal[4] passe son enfance au Havre, fille et petite-fille de capitaine au long cours. Elle étudie en classe préparatoire au lycée Jeanne-d'Arc de Rouen et ensuite à Paris de 1985 à 1990 l'histoire, la philosophie et l'ethnologie.

Elle commence à travailler chez Gallimard jeunesse une première fois de 1991 à 1996, avant de faire deux séjours aux États-Unis, à Golden dans le Colorado en 1997. Elle reprend sa formation en passant une année à l'EHESS à Paris en 1998[5].

Carrière d'écrivain[modifier | modifier le code]

Maylis de Kerangal publie son premier roman, Je marche sous un ciel de traîne, en 2000, suivi en 2003 par La Vie voyageuse, puis par Ni fleurs, ni couronnes en 2006, Dans les rapides en 2007 et par Corniche Kennedy en 2008[6]. Ce dernier roman figure cette année-là dans la sélection de plusieurs prix littéraires comme le Médicis ou le Femina[7].

Elle crée en même temps les Éditions du Baron Perché spécialisées dans la jeunesse[8] où elle travaille de 2004 à 2008[5], avant de se consacrer à l'écriture. Elle participe aussi à la revue Inculte[5].

Le , Naissance d'un pont remporte à l'unanimité et au premier tour le prix Médicis[9]. Le livre remporte aussi le prix Franz Hessel ; la même année, il est sélectionné pour les prix Femina[10], Goncourt[11], et Flore[12]. Le prix Franz Hessel permet à l'ouvrage de bénéficier d'une traduction en allemand, parue en 2012 chez Suhrkamp.

En 2011, elle est l'une des participantes du Salon du livre de Beyrouth au BIEL (Beirut International Exhibition & Leisure Center).

En 2012, elle remporte le prix Landerneau pour son roman Tangente vers l'est paru aux éditions Verticales[13],[14].

En 2014, elle est la première lauréate du Roman des étudiants France Culture-Télérama (ancien prix France Culture-Télérama), pour son roman Réparer les vivants[15] qui a été aussi couronné par le grand prix RTL-Lire 2014 ainsi que par le prix des lecteurs de l’Express-BFM TV[16], le prix Relay[17], et le prix Orange du Livre. Dans cet ouvrage, elle suit pendant 24 heures le périple du cœur du jeune Simon, en mort cérébrale, jusqu'à la transplantation de l'organe.

En 2016, elle est « grand témoin » du Festival International de Géographie[18].

Style[modifier | modifier le code]

Le style de Maylis de Kerangal se caractérise essentiellement par l’usage d’une phrase ample [19]dans laquelle prévaut la juxtaposition[20]. Le recours à la liaison parataxique suggère un flux dynamisé par des indices connotant l’oralité[21], alternant entre vivacité du tempo et dilatation temporelle[22] ; c’est l’instant dans sa totalité que cette structure phrastique saisit et restitue[23].

Ce flux incorpore des éléments hétérogènes issus d’univers variés[24] que ce soit sur le plan lexical (où « une langue qui se signale comme littéraire »[25] côtoie « idiomes adolescents »[26], xénismes[27] et termes techniques[28]), ou encore sur le plan énonciatif (« la trame principale est segmentée par l’alternance des voix et des points de vue »[29]). Les registres participent aussi à ce « régime esthétique de l’hétérogénéité[30] » dans la mesure où les termes rares et précieux laissent parfois la place à l’argot voire au terme grossier[31].

Le travail du rythme s’appuie également sur un travail de densification impliquant des pratiques de liage entre ces unités hétérogènes[32]. Cet effet de condensation est particulièrement visible dans le traitement des discours rapportés : Maylis de Kerangal allège les marques typographiques des discours rapportés en supprimant les guillemets et, le plus souvent, les tirets dialogiques[33]. En outre, les ellipses grammaticales du pronom sujet et de l’article dans les groupes parallèles concourent au travail de condensation[34] et rappellent les effets obtenus sur le rythme par l’économie des marqueurs d’articulation[35] – de même que l’usage de la virgule comme « opérateur de lissage[36] » (et agissant ainsi sur la condensation) rappelle les usages du tiret et du point pour imposer une respiration singulière et créer du tempo[37].

La mise en œuvre de ces ressources stylistiques spécifiques permet ce que Claire Stolz nomme « sublimation poétique[38] ». Cet effet de poétisation de l’ensemble du texte repose en particulier sur : l’intensité résultant du sentiment de densité et de fusion ; « l’effet de brouillage[39] » des sources énonciatives provoquant une « confusion des voix[40] » ; et sur le recours massif à l’hypotypose, « ressort fondamental de la poésie de cette prose[41] », servie par un « rythme haletant[42] » et par l’utilisation quasi exclusive du présent dans tout le texte[43].

Le style de Maylis de Kerangal repose enfin sur un équilibre entre « emphase lyrique[44] », « précision technique[45] » et dimension humoristique[46] (activée grâce une distance différente de l’ironie[47]).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans, nouvelles et récits[modifier | modifier le code]

Grand prix RTL-Lire 2014
Roman des étudiants – France Culture-Télérama 2014[15]
Prix Orange du Livre 2014[49]
Prix des lecteurs de L’ExpressBFM TV 2014
Prix Relay 2014[17]

Albums pour enfants[modifier | modifier le code]

  • Maylis de Kerangal (texte), Alexandra Pichard (illustrations), Nina et les oreillers, Paris, Éditions Hélium, , 28 p. (ISBN 9782358510462)

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF
  2. « LMaylis de Kerangal », sur Francce Inter, (consulté le 19 mars 2015).
  3. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-Nobiliaire-Français, éd.Sedopols, 2012, p.496
  4. Légion d'Honneur du 14 juillet 2016 Ministère de la Culture et de la Communication page 24 / 27
  5. a, b et c « Comité de rédaction : Maylis de Kerangal », Inculte (consulté le 20 août 2010).
  6. Alain Beuve-Mery, « Le prix Médicis décerné à Maylis de Kerangal », Le Monde, 3 novembre 2010, consulté sur lemonde.fr le 4 novembre 2010.
  7. Hervé Bertho, « Le Médicis décerné à Maylis de Kerangal pour Naissance d'un pont », Ouest-France, 3 novembre 2010, consulté sur ouest-france.fr le 4 novembre 2010.
  8. « Le Baron perché - Bibliomonde » (consulté le 20 août 2010)
  9. a et b « Le Médicis à Maylis de Kerangal pour « Naissance d'un pont » », Libération,‎ (lire en ligne).
  10. « Première sélection du Femina » « Copie archivée » (version du 23 novembre 2010 sur l'Internet Archive), bibliobs, 17 septembre 2010, consulté sur bibliobs.nouvelobs.com le 4 novembre 2010
  11. « Goncourt. Houllebecq, Despentes, de Kerangal et Enard finalistes », sur letelegramme.com, (consulté le 5 novembre 2010).
  12. « La sélection du prix de Flore » « Copie archivée » (version du 12 novembre 2010 sur l'Internet Archive), 10 septembre 2010, consulté sur bibliobs.nouvelobs.com le 4 novembre 2010.
  13. Prix-littéraires.net
  14. Remise du prix Landerneau 2012.
  15. a et b Maylis de Kerangal. Interview par Marine Landrot. « Maylis de Kerangal, lauréate du Roman des étudiants France Culture - “Télérama” ». telerama.fr. 15 mars 2014. (Interview).
  16. Mohammed Aïssaoui, « Maylis de Kerangal, le nouveau phénomène littéraire », sur lefigaro.fr, .
  17. a et b Lauréats du prix Relay, sur le site officiel.
  18. « Maylis de Kerangal, grand témoin du FIG 2016 sur le site officiel du Festival International de Géographie
  19. Stéphane Bikialo & Catherine Rannoux, « Naissance d’un pont : une chorégraphie de la collision », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), La langue de Maylis de Kerangal, « étirer l’espace, allonger le temps », Dijon, Editions Universitaires de Dijon (EUD), 2017, p. 146.
  20. Mervi Helkkula, « Structure phrastique et cohérence textuelle dans Réparer les vivants », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 172.
  21. Valéria Gramigna, « Maylis de Kerangal : l’écriture et le réel », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 125.
  22. Stéphane Bikialo & Catherine Rannoux, p. 146.
  23. Judith Mayer, « Maylis de Kerangal l’écriture de l’espace dans l’œuvre de Maylis de Kerangal », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 67 : « le décor, l’action, les dialogues se livrent ainsi d’un seul tenant ».
  24. « inclure et articuler dans la phrase des éléments prélevés de multiples strates », ibid.
  25. Stéphane Chaudier & Joël July, « Des corps et des voix : l’euphorie dans le style de Maylis de Kerangal », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 141.
  26. Sylviane Coyault, « Le parti pris de la jeunesse », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 114.
  27. Aurélie Adler, « Naissance d’un pont et Réparer les vivants de Maylis de Kerangal : des romans épiques ? », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 38.
  28. Judith Mayer, p. 69. 
  29. Aurélie Adler, p. 38-39.
  30. « Une écriture avitaillée au multiple » in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 12.
  31. Sylivie Vignes, « Un temps retrouvé : Maylis de Kerangal et le présent », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 107.
  32. Stéphane Bikialo & Catherine Rannoux, p. 149.
  33. Karine Germoni, « Réparer les vivants ou comment greffer la parole vive : discourt direct, absence de guillemets et tirets dialogiques », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 181-182.
  34. Claire Stolz, « Poésie et fiction, l’hypotypose chez Maylis de Kerangal », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 160.
  35. Stéphane Bikialo & Catherine Rannoux, p. 147.
  36. id., p. 150.
  37. id., p. 151 : « S[i le point]disjoint par sa présence des unités qui devraient correspondre à des phrases, sa frontière est transgressée par la continuité syntaxique qui s’opère de part et d’autre ».
  38. Claire Stolz, p. 167.
  39. Karine Germoni, p. 180.
  40. Stéphane Chaudier & Joël July, p. 139.
  41. Claire Stolz, p. 160.
  42. id., p. 162.
  43. Sylvie Vignes, p. 103 : « On note aussi, sans surprise excessive, qu’en matière de temps verbaux, c’est aussi le présent qui semble avoir les faveurs de Maylis de Kerangal ».
  44. Valéria Gramigna, p. 126.
  45. ibid.
  46. Karine Germoni, p. 195.
  47. Dominique Rabaté, « Créer un peuple de héros. Le statut du personnage dans les romans de Maylis de Kerangal », in Mathilde Bonazzi, Cécile Narjoux & Isabelle Serça (dir.), p. 75-76.
  48. « Maylis de Kerangal et Antoine Laurain lauréats du prix Landerneau », sur http://www.livreshebdo.fr, (consulté le 17 février 2012)
  49. Voir sur rtbf.be.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]