Primogéniture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant le [[droit <adj>]] image illustrant le Moyen Âge
Cet article est une ébauche concernant le droit et le Moyen Âge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Types de succession des monarchies en Europe.
  •      Primogéniture cognatique
  •      Primogéniture cognatique avec préférence masculine devant être changée en primogéniture équitable
  •      Primogéniture cognatique avec préférence masculine
  •      Primogéniture agnatique
  •      Par élection ou désignation

Le terme primogéniture (du latin primo, « premier » et genitura, de gignere, « engendrer ») désigne l'antériorité de naissance et les droits qui en découlent, en particulier en matière de succession.

C'était la norme dans le système féodal au cours du Moyen Âge : le fils aîné hérite de la totalité des terres afin d'éviter un morcellement du domaine, ce qui entraînerait un affaiblissement du pouvoir de la lignée.

Pour la succession au trône de France, par exemple, on parle de primogéniture masculine lorsque seul le fils ainé du roi hérite de la couronne, comme c'était devenu le cas depuis 987 sous Hugues Capet. Auparavant, tous les enfants masculins des rois (Mérovingiens ou Carolingiens) héritaient chacun d'une parcelle du domaine royal, ce qui pouvait provoquer des luttes fratricides.

Articles connexes[modifier | modifier le code]