Philippe Gerbet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gerbet.
Philippe Gerbet
Biographie
Naissance
Poligny
Ordination sacerdotale
Décès (à 66 ans)
Perpignan
Évêque de l’Église catholique
Évêque de Perpignan
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Philippe Gerbet, aussi connu sous les noms de Philippe-Olympe ou Olympe-Philippe Gerbet, né le à Poligny (Jura) et mort le à Perpignan (Pyrénées-Orientales)[1], est un prêtre catholique, écrivain et journaliste français, évêque de Perpignan de 1854 à 1864.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre au séminaire de Besançon en 1814, puis au séminaire de Saint-Sulpice à Paris en 1818. Il suit parallèlement des études à la Sorbonne.

Philippe Gerbet est ordonné prêtre en 1822. Admirateur de Félicité de Lamennais, l'auteur célèbre de l'Essai sur l'indifférence avec qui il se lie très profondément, l'abbé Gerbet rejoint le cercle de ses disciples, réuni à La Chênaie, propriété de Lamennais, en Bretagne.

Polémiste, il publia plusieurs ouvrages pour défendre les idées mennaisiennes. Dans le même but, il crée en 1824 avec l'abbé de Salinis une revue, le Mémorial catholique.

À la suite de la révolution de juillet 1830, il fonde aux côtés de Lamennais et Lacordaire, le quotidien l'Avenir, auquel il collabore fréquemment. Il contribue aussi alors à la fondation de l'Agence générale pour la défense de la liberté religieuse. Puis, tout comme Lamennais, Lacordaire et Montalembert, il se soumet à la condamnation des idées de l'Avenir par le pape Grégoire XVI (encyclique Mirari Vos, 15 août 1832). Resté très proche de Lamennais jusqu'en 1834, il s'en sépare finalement en acceptant l'encyclique Singulari Nos, qui condamne l'auteur des Paroles d'un croyant.

Il est professeur à Juilly de 1833 à 1837. En 1836, il fonde avec l'abbé de Salinis et l'abbé de Scorbiac un nouvel organe, L'Université catholique. Chanoine de Meaux en 1838, il part pour Rome où il reste pendant dix ans. Il rédige un ouvrage important dans l'évolution spirituelle, philosophique et esthétique du catholicisme français : Esquisse de Rome chrétienne (1844-1850). En 1849, Mgr de Salinis, évêque d'Amiens, le nomme vicaire général. En avril 1854, il est élu évêque de Perpignan et est sacré le 29 juin en la cathédrale d'Amiens.

Philippe Gerbet est l'auteur d'ouvrages de théologie et de textes de défense du christianisme, notamment, le 23 juillet 1860, d'une instruction pastorale Sur diverses erreurs du temps présent. Cette instruction liste 85 propositions condamnées, réaffirmant les positions de son auteur, ultramontain, favorable au pouvoir temporel du pape, ainsi qu'aux congrégations religieuses. Par la suite, cette instruction sert de base aux travaux de la commission de théologiens rédigeant le Syllabus (encyclique Quanta Cura, 1864), du pape Pie IX.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Des Doctrines philosophiques sur la certitude, dans leurs rapports avec les fondements de la théologie, Librairie classique, Paris, 1826.
  • Considérations sur le dogme générateur de la piété catholique, bureau du Mémorial catholique, Paris, 1829.
  • Coup d'œil sur la controverse chrétienne, depuis les premiers siècles jusqu'à nos jours, bureau de l'Agence générale pour la défense de la liberté religieuse, Paris, 1831.
  • Conférences de philosophie catholique. Introduction à la philosophie de l'histoire, E. Renduel, Paris, 1832.
  • Considérations sur le dogme générateur de la piété catholique, Gaume frères, Paris, 1833.
  • Réflexions sur la chute de M. de Lamennais, au bureau de L'Université catholique, Paris, 1838.
  • Des Doctrines nouvelles de M. de Lamennais, Société nationale pour la propagation des bons livres, Bruxelles, 1838.
  • Esquisse de Rome chrétienne, bureau de l'Université catholique, Paris, 1844-1850.
  • Sainte Theudosie, Amiens, 1853 (consultable en ligne sur http://gallica.bnf.fr).
  • De la Papauté, en réponse à l'écrit intitulé : "Le Pape et le Congrès", Gaume fr. et J. Duprey, Paris, 1860.
  • Mémorandum des catholiques français sur les menaces du Piémont contre Rome, Tolra et Haton, Paris, 1862.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Bremond, Gerbet, Paris : Bloud, 1907.
  • Pierre Hourat, Le "Syllabus" : étude documentaire, Paris : Bloud, 1904. (vol 1, vol 2, vol 3).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]