Pleuven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pleuven
Pleuven
Mairie de Pleuven.
Blason de Pleuven
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Fouesnantais
Maire
Mandat
David Del Nero
2020-2026
Code postal 29170
Code commune 29161
Démographie
Gentilé Pleuvennois
Population
municipale
2 987 hab. (2017 en augmentation de 11,5 % par rapport à 2012)
Densité 218 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ nord, 4° 02′ ouest
Altitude Min. 2 m
Max. 77 m
Superficie 13,69 km2
Élections
Départementales Canton de Fouesnant
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Pleuven
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Pleuven
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pleuven
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pleuven
Liens
Site web Site de la commune

Pleuven [pløvɛn] (en breton : Pluwenn) est une commune du Pays fouesnantais située dans le département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Pleuven est une commune du Pays fouesnantais située dans le sud du département du Finistère (au sud de Quimper) et littorale (à peine !) de l'Océan Atlantique grâce à l'estuaire du ruisseau de l'Anse de Saint-Cadou, ria affluente de rive gauche de celle que forme l'Odet, aux environs de Moulin du Pont ; ce ruisseau de l'Anse de Saint-Cadou, un petit fleuve côtier, qui a sa source dans la commune voisine de Saint-Évarzec, forme d'ailleurs la limite nord de la commune, la séparant de Quimper (antérieurement d'Ergué-Armel avant l'annexion de cette commune par Quimper). D'autres tronçons de minuscules fleuves côtiers servent aussi de limite communale à l'ouest avec Gouesnac'h (ruisseau de l'Anse de Kerandraon), au sud avec Clohars-Fouesnant (ruisseau de l'Anse du Petit Moulin) et à l'est avec Fouesnant (ruisseau se jetant dans l'Anse de Penfoulic, qui a sa source à l'est du bourg de Pleuven).

Carte de la commune de Pleuven.

Le finage de Pleuven est pour l'essentiel constitué d'un plateau situé vers une cinquantaine de mètres d'altitude (l'altitude la plus élevée atteint 66 mètres à l'ouest du bourg), qui constitue une zone de sources, et donc de divergence hydrographique pour les divers cours d'eau précités et certains de leurs petits affluents. Ce plateau est limité au nord par un talus visible principalement entre Creac'h Quetta, la chapelle Saint-Tudy et le Moulin du Pont, qui limite une zone de comblement alluvionnaire dépassant à peine le niveau de la mer et correspondant à la partie aval du ruisseau de l'Anse de Saint-Cadou (on y a installé une importante station d'épuration mise en service en 2014, juste à l'est de Moulin du Pont[1]).

Géologie et paléontologie[modifier | modifier le code]

Des végétaux fossiles caractéristiques d'une flore éocène (empreintes de feuilles, fruits, bois silicifiés) se trouvent dans des grès datant du tertiaire et reposant sur des gneiss, près de la chapelle Saint-Tudy et aux environs de Moulin du Pont. Ils ont été signalés pour la première fois par Henri du Laurens de la Barre en 1863[2].

Des affleurements d'amphibolite forment une traînée allant de Pleuven à Fouesnant[3].

Transports[modifier | modifier le code]

Le bourg de Pleuven est traversé par la D 45 qui prend naissance au giratoire de Moulin du Pont et va jusqu'à Fouesnant et Beg Meil ; la D 34, qui vient de Quimper, traverse l'ouest de la commune du giratoire de Moulin du Pont jusqu'à Ty Glaz, desservant plus au sud Bénodet.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le paysage agraire traditionnel était celui du bocage avec habitat dispersé en écarts formés de hameaux et fermes isolées, mais le voisinage de Fouesnant et de la Riviera bretonne, ainsi que la proximité de Quimper, a totalement transformé la commune, provoquant une notable rurbanisation : le bourg s'est beaucoup développé avec de nombreux lotissements créés principalement à l'ouest et au sud de celui-ci ; d'autres zones de lotissements se sont développées ailleurs sur le territoire communal, notamment à l'ouest de Moulin du Pont et au Prajou, ainsi qu'aux environs de Ty Glaz.

La zone d'activités de Fouesnant s'est en partie étendue dans la partie orientale du finage communal, avec principalement le centre commercial "Quai 29", constitué principalement par un hypermarché et quelques autres magasins ; le lotissement de Pen Hoat Salaün s'est développé à proximité.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité est attestée sous la forme Ploeguen en 1402[4]. Le nom proviendrait du breton plou- (paroisse) et de Uuin (sainte Gwenn)[5]. Le nom de la commune est Pluwenn en breton[6].

La mention Ploe Meguen en 1468[7], semble provenir d'une confusion avec Ploeven.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Statue d'un barde à la lyre trouvée dans le camp gaulois de Paule (Côtes-d'Armor) en hornblendite provenant de Kerlévot en Pleuven.

Un tumulus se trouve dans la propriété du manoir de Créac'h Quetta[8]. Une hache en bronze et une soixantaine d'autres objets furent trouvés dans une cachette de fondeur à Kilivérien en Pleuven[9].

Le Chevalier de Fréminville écrit en 1845 : « Dans la paroisse de Pleuven, on trouve un assez grand système druidique [en réalité mégalithes] près du moulin nommé "le Moulin du Pont". Il consiste en un grand nombre de pierres brutes, les unes plantées, les autres simplement posées sur le sol d’une vaste lande. Parmi tous ces blocs, dont le plus haut a 2 mètres 30 d’élévation, on reconnaît avec peine l’enceinte elliptique d’un cromlech de 33 mètres de périmètre, qui est composé de 10 pierres, dont la plus occidentale est un vrai menhir de 3 mètres de hauteur. Quelques autres blocs, paraissant rangés sur deux lignes droites et parallèles, semblent indiquer une espèce d’avenue, se dirigeant du Moulin du Pont vers la lande où sont les autres pierres. Du reste l’ensemble a subi de grandes mutilations »[10]. De nos jours, seul subsiste un menhir.

La métahornblendite du carrefour de Kerlévot en Pleuven[11] qui se présente en quelques bancs de chlorito-amphibolite interstratifiés en un point très limité de la bande de micaschistes allant de Tréguennec jusqu'à Pont-Aven, a été exploitée dès le néolithique ; l'objet le plus connu retrouvé est la statuette à la lyre, représentant une divinité gauloise, retrouvée à Saint-Symphorien en Paule (Côtes-d'Armor) ; le lieu d'extraction de la pierre et celui de sa mise au rebut se trouvent tous deux dans le territoire de la tribu des Osismes[12] ; mais des objets divers provenant de ce gisement de métahornblendite ont été retrouvés jusque dans la Somme, une hache polie près d'Abbeville par exemple[13], une autre à l'Armor en Pleubian[14], etc..

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Pleuven est une ancienne paroisse de l'Armorique primitive qui couvrait initialement un vaste territoire, englobant les communes actuelles de Gouesnac'h, Bénodet, Fouesnant, Clohars-Fouesnant, La Forêt-Fouesnant, Saint-Évarzec et la partie sud de Saint-Ivy (d'où le "Bois de Pleuven" situé dans cette dernière commune)[5]. Le bourg est situé à une certaine distance de la côte, sur un plateau : c'est là une caractéristique commune à de nombreuses communes littorales bretonnes, les premiers émigrants bretons fixèrent le centre de leurs plous à l'intérieur des terres, probablement par crainte des pirates saxons[15].

En 1426 Yvon de Kergoët vivait au manoir de Keroulain, Tiphaine de Kervastar à celui de Kerc'houil et Yvon de Keranrais à celui de Keranrais, mais la majeure paie du territoire de Pleuven dépendait du fief de Bodigneau (en Clohars-Fouesnant). La montre de 1481 de l'évêché de Cornouaille cite trois nobles de Pleuven : Jehan de Kergoët, Yvon Servan et Louis Kergos ; celle de 1562 cite Jehan de Lanros, René Caryou (sieur de Kerguilly) et Jehan Quimarch, sieur de Lanros[5].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Pendant les guerres de la Ligue, le 17 janvier 1576, trente gentilshommes du pays, commandés par messires de Kermassouet et Baud de Vigne-la-Houlle, qui professaient la religion réformée prirent par ruse la ville de Concarneau. Les habitants des paroisses voisines, commandés par de Pratmaria[16] et Jean de Tyvarlen[17] s'assemblent au son du tocsin (« le tocsin sonnait dans les paroisses de Fouesnant, Pleuven, Saint-Évarzec et autres, et nous entourions la place , à la tête de 8 à 10 000 paysans » et se dirigent vers Concarneau, aidant à la reprise de la ville par les catholiques[18].

Une confrérie du Rosaire est créée à Pleuven le  : « Promesse fut faite de célébrer solennellement chaque année la fête du Rosaire le premier dimanche d'Octobre (...) »[5].

Les paysans étaient astreints aux corvées : par exemple une ordonnance du , les habitants des paroisses d'Ergué-Armel, Saint-Évarzec, Clohars-Fouesnant, Gouesnac'h et Pleuven « se rendront au nombre de vingt hommes de chaque paroisse, et chaque jour alternativement suivant les rôles qui seront à cette fin arrêtés » pour réparer un tronçon du « chemin de la ville de Quimper à celles de Concarneau et Rosporden » jusqu'à ce que les réparations « soient finies et parfaites » ; les paysans devaient aussi souvent participer à des transports (par exemple de bois depuis la forêt de Carnoët) liés aux arsenaux de Brest et Lorient[19].

En 1759 la paroisse de Pleuven devait chaque année fournir 11 hommes pour servir de garde-côtes[20].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Pleuven en 1778 :

« Pleuvin-Fouesnant ; à 2 lieues au sud-sud-est de Quimper, son évêché ; à 39 lieues de Rennes et à 1 lieue et demie de Concarneau, sa subdélégation et son ressort. Cette paroisse compte 450 communiants[Note 1] ; la cure est à l'alternative. Son territoire est borné à l'ouest par la rivière d'Odet ; il est rempli de vallons et de monticules, mais exactement cultivé ; on y voit peu de landes. La haute, moyenne et basse justice de Bodiguio [ou Bodigneau, en Clohars-Fouesnant ] appartient à M. de Chef-Fontaine (..). »[21]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le cahier de doléances de Pleuven, rédigé le par l'assemblée électorale du tiers-état de Pleuven, réunie sous la présidence d'Alain Clorennec[Note 2], notaire royal en la sénéchaussée de Concarneau, est en majeure partie une copie des « Délibérations du Tiers de Rennes », des 22 au  ; parmi les articles originaux, l'article 1 : « Que la religion catholique soit toujours constante en Basse-Bretagne », l'article 12 : « Q'il sera fait également répartition égale entre les trois ordres pour la capitation, dans un seul et même rôle », l'article 13 : « Que la corvée en nature soit supprimée (...) »[22]. Les paysans de Pleuven se plaignent aussi que « le droit de moute est ruineux, car au lieu du seizième, le meunier prend souvent le quart ou même le tiers »[23]. Les deux députés élus pour représenter le tiers-état de Pleuven à l'assemblée générale de la sénéchaussée sont Alain Clorennec et Pierre Nédélec[Note 3]. Henri Quéré était recteur de Pleuven lors du déclenchement de la Révolution française ; il se réfugia dans sa famille à Plussulien pendant la Terreur car on retrouve sa signature sur des actes de baptêmes de cette paroisse[24].

Le décret de l'Assemblée nationale du précise que hors la ville, les paroisses du district de Quimper sont réduites à 18. Parmi elles, Clohars, qui aura pour succursales les ci-devant paroisses de Goefnac (Gouesnac'h), Pleuven et Perguet [Bénodet actuellement]»[25]. Ce découpage ne fut que provisoire et non repris lors de la création des communes par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ().

Des habitants de Perguet, Fouesnant et Pleuven participèrent en 1792 à la révolte de Fouesnant dirigée par Alain Nédélec.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Pleuven en 1845 :

« Pleuven : commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui succursale. Cette petite commune n'offre rien de remarquable, si ce n'est un assez grand nombre de taillis qui, aux dires de Cambry, étaient autrefois d'un très bon produit. Géologie : granite au sud du bourg, gneiss dans le nord. On parle le breton. »[26]

Un soldat du 95e de ligne originaire de Pleuven, Corentin Le Déon[Note 4], fut blessé à la jambe droite pendant la Guerre de Crimée[27].

En 1871 et 1872, le tracé passant par le bourg de Pleuven du chemin d'intérêt commun n°12 [actuels D 34 et D 45] entre Quimper et Fouesnant, préféré à celui passant auparavant par le bourg de Saint-Évarzec, est retenu et aménagé[28].

En 1880 un rapport signale que Pleuven fait partie des six communes du Finistère encore dépourvues de tout moyen d'instruction[29].

La première pierre de la nouvelle église de Pleuven est posée par le curé d'Elliant le , en présence du maire[30].

Un rapport de l'inspecteur d'académie signale en 1880 que la commune de Pleuven fait partie des six communes du département du Finistère « encore dépourvues de tout moyen d'instruction »[31].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Un bureau téléphonique ouvre au bourg de Pleuven le [32].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pleuven : le monument aux morts.

Le monument aux morts de Pleuven porte les noms de 42 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale : parmi eux, 4 au moins sont morts en Belgique (Pierre Christien à Arsimont et Corentin Bertholom à Maissin, tous deux dès le  ; Alain Clorennec à Maissin et Joseph Quiniou à Rossignol, tous deux dès le  ; deux au moins (Yves Friant et Isidore Nédélec), membres de l'Armée française d'Orient, sont morts en 1915 lors de la bataille de Sedd-Ul-Bahr en Turquie ; Jean Christien, marsouin au 41e régiment d'infanterie coloniale, a été tué à l'ennemi le en Serbie où il combattait dans le cadre de l'expédition de Salonique ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français, par exemple François Thomas, soldat au 328e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Tahure (Marne), décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre ; François Garin, caporal au 77e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Craonne (Aisne) lors de la bataille du Chemin des Dames, décoré lui aussi de la Médaille militaire et de la Croix de guerre ; Pierre Bertholom, né le à la métairie de Kergoat en Clohars-Fouesnant, caporal au 90e régiment d'infanterie, blessé à Craonne lors de la bataille du Chemin des Dames, décéda le à l'hôpital d'évacuation numéro 13 de Courlandon (Marne), etc.[33]. Le livre d'or 14-18 de Pleuven précise les coordonnées de tous les soldats de Pleuven morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[34].

Cinq frères Montfort, dont les parents tenaient la ferme de Kerleverien Huella, ont participé à la Première Guerre mondiale : Jean Montfort, né le , gazé et réformé en (décédé en 1939) ; Paul Montfort, né le (décédé le à Fouesnant) ; Corentin Montfort, né le , prêtre émigré au Pays de Galles à partir de 1905, fut ambulancier au 118e régiment d'infanterie, puis au 261e régiment d'infanterie (prêtre à Beurlay (Charente-Inférieure) après la guerre, il est décédé en 1943) ; Alain Montfort, né le , maître pointeur au 28e régiment d'artillerie, victime d'un accident de tir le à Perthes-lès-Hurlus (Marne)[35] et Jean-Louis Montfort, né le , sergent au 116e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Lenharrée (Marne)[36].

D'autres soldats, revenus vivants, ont été distingués ; c'est le cas par exemple de Jean-Marie Le Loupp, de Pleuven, caporal brancardier au 2e régiment d'infanterie coloniale, décoré de la Médaille militaire au motif suivant : « Au front depuis le , s'est fait remarquer en de nombreuses circonstances par sa bravoure et son mépris du danger. À l'attaque du a accompagné sous une pluie de balles le médecin major du bataillon sur la première ligne pour relever un officier et un sous-officier blessés. A porté ce dernier sur le dos pendant un parcours de 3 kilomètres »[37].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En , Jean Chalony, maire de Pleuven, cultivateur propriétaire à Lesvez, président du syndicat agricole de Pleuven, dorgériste, est inculpé pour « tentative d'organisation du refus collectif de payer l'impôt et de tentative d'organisation du retrait des fonds des caisses de l'État » ; le non-versement par l'État d'une subvention promise lors de la construction d'une école, ce qui entraîna une hausse des impôts locaux, était à l'origine de cette fronde paysanne[38].

Le , le thermomètre descendit jusqu'à -8 °C à la station météorologique de l'école publique du bourg de Pleuven ; « des quantités de pommes de terre et de batteraves ont été gelées, des moteurs ont éclaté »[39].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Stèle commémorative à la mémoire des 5 aviateurs américains dont l'avion, un C 47, abattu par 2 Messerschmitt allemands, s'écrasa près de la chapelle Saint-Thomas en Pleuven le .

Le monument aux morts de Pleuven porte les noms de 6 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale, dont Yves Le Clac'h, matelot chauffeur à bord du cuirassé Bretagne, mort le lors de l'attaque anglaise de Mers el-Kébir[33].

Le , à la suite d'un combat aérien entre deux avions au sud de Fouesnant, un avion s'écrase près de Clohars-Fouesnant. Les quatre aviateurs américains (un cinquième sorti indemne du crash) sont enterrés le à Pleuven en présence d'une foule de 1 500 personnes[40].

Un groupe d'une dizaine de résistants du réseau Turma-Vengeance est basé au Moulin du Pont ; parmi ses membres, Alain Bodivit, qui renseigna les alliés sur les bateaux allemands s'abritant un temps dans l'Anse de Bénodet ; puis participa aux combats pour la libération de Quimper, puis aux opérations du siège de Lorient[41].

René Tressard[Note 5], instituteur à l'école de Pleuven, résistant, fut arrêté le et déporté le depuis le camp de Royallieu vers le camp de concentration de Buchenwald, disparût le lors de l'évacuation du camp[42].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Y. Rannou est mort pour la France pendant la guerre d'Algérie[33].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790   Pierre Nédélec[Note 6]   Cultivateur.
         
1803 1836 Corentin Clorennec[Note 7]   Notaire. Aussi maire de Clohars-Fouesnant entre 1815 et 1821.
1837 1863 Georges Lesneven[Note 8]   Notaire.
1863 1870 Joseph Hélias[Note 9]   Cultivateur à Kervénos.
1870 1876 Eugène Dubois[Note 10]   Notaire.
1876 1892 Noël Renot[Note 11]   Cultivateur.
1892 1904 Tristan Jan[Note 12]   Cultivateur à Kerlivirien. Gendre de Joseph Hélias, maire antérieurement
1904 1912 Ange Le Gualès[Note 13]   Notaire.
1912 1915 Guillaume Cosquéric[Note 14]   Cultivateur.
1918   Charles Rivière[Note 15]   Cultivateur.
1926 1929 Pierre Cosquéric    
1929 1945 Jean Chalony[Note 16]   Cultivateur.
1945 1965 François Renot[Note 17]   Cultivatrice.
1965 1973 Jean Diraison PCF  
1973 1977 Lucien Capp    
1977 2001 Corentin Renot    
2001 2014 Jean Loaec PS  
2014 25 mai 2020 Christian Rivière DVG Agriculteur
25 mai 2020 En cours David Del Nero[43]   Employé multiservices

Jumelages[modifier | modifier le code]

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Mathurin.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle Saint-Thomas dont la construction semble remonter avant le XVIIe siècle est consacrée à saint Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry, dont le culte a été répandu dans le Pays fouesnantais par les moines de l'abbaye Notre-Dame de Daoulas (l'église paroissiale de la commune voisine de Bénodet est aussi dédiée à saint Thomas Becket)[45]. C'est un édifice long de 16 mètres, et de 6 mètres de large entièrement bâti en pierres de taille ; son chevet est aveugle, mais son chœur est éclairé par deux fenêtres latérales. Sa façade, étayée de deux contreforts, possède une porte surmontée d'un arc en plein cintre et de pinacles de style gothique. Des sculptures ornent les quatre angles de la chapelle, dont un dragon et un grotesque. Un écusson situé à la base du clocher porte les armes des Saint-Georges[46] et des Penfeunteniou. Certaines parties laissent supposer qu'elle fut édifiée sur une chapelle plus ancienne. Des restes d'une fresque jusque-là masquée sous la chaux et représentant un Christ en croix ont été découverts lors de la restauration effectuée au printemps 1986[45]. Les vitraux contemporains sont de Pierre Toulhoat.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle Saint-Tudy, dédiée à saint Tudy, édifiée au XVIe siècle et restaurée vers 1655. Jean Renault, artiste contemporain, a peint un Christ en croix au centre du retable de la Sainte-Famille, ainsi qu'un chemin de croix[5]. À proximité se trouvent les ruines d'un ermitage, avec une fontaine et une croix. Un petit livre lui a été consacrée[47]. Un pardon y est organisé chaque année au mpis de mai[48].
  • Le manoir de Créac'hquéta déjà mentionné lors de la Réformation de 1426, fut la propriété de la famille de Kerouant ; incendié pendant les Guerres de religion vers 1590 ; reconstruit vers 1636 par Jean de Plœuc, baron de Kergolay, seigneur de Kerouant (en Laz) et de Kernuz (en Plomeur), il fut acheté en 1792 par le général d'Empire Moreau dont ses descendants (famille Moreau de Lizoreux[Note 18]) sont toujours propriétaires de nos jours.
  • La mairie ancienne (propriété "Kervella"), construite après la Révolution par le juge et notaire Alain Clorennec qui fut un personnage très en couleur sur le canton de Fouesnant. L'un de ses descendants la vend à la municipalité à la fin du XIXe siècle.
  • Le gros chêne pédonculé, classé arbre remarquable en 2005, a été durement touché par une tempête en [49]. Il avait 8,80 mètres de circonférence à 1 mètre du sol et 9,60 mètres à 50 cm du sol avant sa destruction partielle. Il doit avoir plus de 700 ans[50].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[51]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[52].

En 2017, la commune comptait 2 987 habitants[Note 19], en augmentation de 11,5 % par rapport à 2012 (Finistère : +0,86 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
480509512559648733631631681
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
637669736694753756803862883
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
948995967882868915981978959
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0381 1071 3321 6901 9932 3562 5552 6362 777
2017 - - - - - - - -
2 987--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[53] puis Insee à partir de 2006[54].)
Histogramme de l'évolution démographique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Revue Foen Izella : spécial Pleuven

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Personnes en âge de communier.
  2. Alain Clorennec, né le à Combrit, notaire royal, demeurant au manoir de Kerguily, décédé le au presbytère de Pleuven (qu'il avait acheté comme bien national).
  3. Pierre Nédélec, agriculteur à Kerlévot, né le à Pleuven, maire de Pleuven en 1790, décédé le à Pleuven. Il est le frère aîné d'Alain Nédélec, chef des révoltés de Fouesnant en 1792.
  4. Corentin Le Déon, né le à Keraris en Pleuven, cultivateur.
  5. René Tressard, né le à Quimper.
  6. Pierre Nédélec, né le à Kerlévot en Pleuven, décédé le à Pleuven.
  7. Corentin Clorennec, né le à Combrit, décédé le à Pleuven.
  8. Georges Lesneven, né le à Auray (Morbihan, décédé le à Quimper.
  9. Joseph Hélias, né le à Pleuven, décédé le à Pleuven.
  10. Eugène Dubois, né le à Pont-l'Abbé, décédé après 1868.
  11. Noël Renot, né le à Maner Bihan en Pleuven
  12. Tristan Jan, né le à Clohars-Fouesnant, décédé vers 1905 à Pleuven.
  13. Sa famille était probablement originaire d'Elliant où un Ange Le Gualès (sans doute son père) est décédé le au château de Kerveniou.
  14. Guillaume Cosquéric, né le à Roscoler en Pleuven.
  15. Charles Rivière, né le à Beuzec-Conq, décédé le à Kerguilavant en Pleuven.
  16. Jean Chalony, né le à Ru Alaë en Saint-Évarzec, décédé le à Pleuven.
  17. François Renot, né le à Pleuven, décédé le à Maner Traon en Peuven.
  18. La famille Moreau a été anoblie par Louis XVIII ; le suffixe "de Lizoreux", nom qui appartenait à ses ascendants paternels, a été ajouté par décret du (voir "Bulletin des lois de la République française", n° de juillet 1877, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k210072s/f620.image.r=Lizoreux?rk=536483;2), bénéficiant initialement à Joseph Louis Alexandre Moreau de Lizoreux, né le à Lorient, propriétaire, décédé le à Quimper.
  19. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.pleuven.fr/wp-content/uploads/2018/10/Pleuven-mag-janvier-2014.pdf et https://www.ouest-france.fr/bretagne/pleuven-29170/les-elus-visitent-la-nouvelle-station-depuration-2970510
  2. Henri du Laurens de la Barre, Sur un gisement de grès tertiaire fossilifère trouvé dans le Finistère, "Mémoires de la Société des sciences physiques et naturelles du département d'Ille-et-Vilaine", tome 1, 1863, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65664113/f41.image.r=Pleuven et Suzanne Durand, "Le tertiaire de Bretagne : étude stratigraphique, sédimentologique et tectonique", 1960, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9687182v/f162.image.r=Pleuven
  3. Charles Barrois, Légende de la carte géologique de Châteaulin, "Annales de la Société géologique du Nord", 1885, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5724016b/f77.image.r=Pleuven?rk=2403445;2
  4. Michel Priziac, Michel Mohrt, « Bretagne des saints et des croyances - Page 125, » (consulté le 5 décembre 2016)
  5. a b c d e et f « Pleuven », sur infobretagne.com.
  6. « La base de données KerOfis - Office Public de la Langue Bretonne », sur www.fr.brezhoneg.bzh (consulté le 22 avril 2020)
  7. Ernest Nègre, "Toponymie générale de la France" , Librairie Droz, 1990, volume 2, page 1045
  8. http://www.t4t35.fr/Megalithes/AfficheSite.aspx?NumSite=6942
  9. Présentations et communications,"Bulletin de la Société préhistorique de France", n° du 22 novembre 1928, consultable :https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56925112/f18.image.r=Pleuven?rk=21459;2
  10. Chevalier de Fréminville, "Le guide du voyageur dans le département du Finistère", 1845, pages 61-62.
  11. P.-R. Giot et J. Cogné, Étude pétrographique des haches polies de Bretagne. IV.- Les haches de combat en métahornblendite, "Bulletin de la Société préhistorique de France", tome 52, n°7, 1955, https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1955_num_52_7_3226
  12. Pierre-Roland Giot et Hervé Morzadec, Utilisation préhistorique de la « métahornblendite » de Pleuven (Finistère) : des haches néolithiques à la statuette gauloise de Paule (Côtes-d'Armor), étude pétroarchéologique, "Comptes rendus de l'Académie des sciences", série 2, octobre 1992, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6296920w/f317.image.r=Pleuven?rk=1459234;4
  13. J.-P. Hénocq, Une abbaye cistercienne aux XIIe et XIIIe siècles : Valloires, "Société d'émulation historique et littéraire d'Abbeville", 1967, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9739415z/f505.image.r=Pleuven?rk=3261818;4
  14. Gilles Chevalier, Une hache naviformeen métahornblendite trouvée à l'Armor-Pleubian, "Bulletin de l’A.M.A.R.A.I.", n° 20, 2007, consultable https://www.academia.edu/38386019/Une_hache_naviforme_me_m%C3%A9tahomblendite_%C3%A0_lArmor-Pleubian_C%C3%B4tes_dArmor_
  15. René Largillière, Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne, (lire en ligne)
  16. Vincent de Coatanezre, seigneur de Pratmaria (en Quimper).
  17. Jean de Tyvarlen, seigneur du Guilguiffin ; le château de Tyvarlen se trouvait en Landudec, voir http://patrimoine-landudec.olympe.in/Fr/Themes/chateau-tyvarlen.html.
  18. Édouard Gorges, "Chroniques bretonnes. Fontenelle, histoire de la Ligue en Bretagne", tome 1, 1844, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5543439g/f130.image.r=Evarzec
  19. Jean Allouis, "Saint-Évarzec... d'hier à demain", tome 1, Imprimerie régionale, Bannalec, (ISBN 2-9505606-0-1)
  20. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne...", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f6.image.r=Pleuven?rk=107296;4
  21. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 3, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og/page/376/mode/2up
  22. http://www.infobretagne.com/pleuven-cahier-doleances.htm
  23. Jean Savina, Meuniers du temps jadis, "Notre vieux Quimper", 1951, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k165914n/f299.image.r=Pleuven?rk=2188852;0
  24. "Le diocèse de Saint-Brieuc pendant la période révolutionnaire : notes et documents", tome 1, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k939839z/f88.image.r=Pleuven
  25. « Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale. Tome 12 », sur Gallica, (consulté le 29 juin 2020).
  26. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, (lire en ligne)
  27. Jean-Charles Chenu, " Rapport au Conseil de santé des armées sur les résultats du service médico-chirurgical aux ambulances de Crimée et aux hôpitaux militaires français en Turquie, pendant la campagne d'Orient en 1854-1855-1856", 1865, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61150980/f438.image.r=Pleuven?rk=3540790;0
  28. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", n° de 1871, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55629544/f540.image.r=Pleuven?rk=42918;4 et n° d'avril 1872, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562178s/f78.image.r=Pleuven?rk=64378;0
  29. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", n° d'août 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5668228b/f436.image.r=Pleuven?rk=107296;4
  30. Serge Le Gall, "Le pays de Fouesnant", éditions Alan Sutton, 1996, (ISBN 2-910444-87-2)
  31. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", août 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5668228b/f436.image.r=Kergloff
  32. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 3 septembre 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643737v/f4.image.r=Pleuven?rk=1802584;0
  33. a b et c « Monument aux Morts- Pleuven », sur memorialgenweb.org.
  34. https://www.geneanet.org/archives/releves/search_etat_civil?clef=dep_25&ref=frabref29pleuven
  35. Sa notice nécrologique dit : « Soldat modèle, ayant donné de nombreuses preuves de sa bravoure », voir journal L'Ouest-Éclair, n° du 6 avril 1916, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k567201c/f5.image.r=Pleuven?rk=300430;4.
  36. Paul Quéméré, Famille Montfort, revue "Foen Izella", numéro 50, décembre 2017
  37. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 6 avril 1916, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k567201c/f5.image.r=Pleuven?rk=300430;4
  38. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 25 mai 1935, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6601724/f2.image.r=Pleuven?rk=2746794;4 et Journal des débats politiques et littéraires, n° du 14 juin 1935, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k508076w/f3.image.r=Pleuven?rk=21459;2
  39. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 20 décembre 1938, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k661475g/f4.image.r=Pleuven?rk=2811172;4
  40. Éric Rondel, La Bretagne bombardée, 1940-1944, éditions Ouest et Cie, 2011, [ (ISBN 9-782364-28007-6)], page 118
  41. http://www.lycee-laennec-pontlabbe.ac-rennes.fr/sites/lycee-laennec-pontlabbe.ac-rennes.fr/IMG/pdf/heros_et_martyrs_de_la_liberation.pdf
  42. « Plaque commémorative de l'école- Pleuven », sur memorialgenweb.org.
  43. « Pleuven. Premier mandat de maire pour David Del Nero », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  44. https://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/29-Finistere/29161-Pleuven/125018-EgliseSaint-Mathurin
  45. a et b http://www.fouesnant-les-ormeaux.fr/articles.php?lng=fr&pg=3550
  46. La famille Jobart de Saint-Georges était alliée à celle des Penfeuntenyo (Cheffontaines en français), Jean-Baptiste Sébastien de Penfeuntenyo (1623 - 1667) s'étant marié avec Marie Jobart de Saint-Georges, certains de leurs descendants habitant le château de Cheffontaines en Clohars-Fouesnant, mais situé tout près de la chapelle Saint-Thomas
  47. Eugène Royer et Joël Bigot, "La chapelle Saint-Tudy : 29170 Pleuven", 2000.
  48. https://www.ouest-france.fr/bretagne/pleuven-29170/preparation-du-pardon-de-la-chapelle-saint-tudy-4982414
  49. « Le gros chêne de Pleuven (Finistère) », sur Krapo arboricole, (consulté le 29 juin 2020).
  50. Jean Auffret, "Les arbres vénérables de Bretagne", Les éditions de la Plomée, 2002, (ISBN 2-912113-48-2)
  51. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  52. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  53. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  54. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]