Chilly-Mazarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chilly-Mazarin
Chilly-Mazarin
L’hôtel de ville.
Blason de Chilly-Mazarin
Blason
Chilly-Mazarin
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Intercommunalité Communauté d'agglomération Paris-Saclay
Maire
Mandat
Rafika Rezgui (PS)
2020-?
Code postal 91380
Code commune 91161
Démographie
Gentilé Chiroquois
Population
municipale
19 858 hab. (2018 en augmentation de 1,83 % par rapport à 2013)
Densité 3 565 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 09″ nord, 2° 18′ 45″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 101 m
Superficie 5,57 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Massy
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Chilly-Mazarin
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Chilly-Mazarin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chilly-Mazarin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chilly-Mazarin
Liens
Site web ville-chilly-mazarin.fr

Chilly-Mazarin (prononcé [ ʃiji mazaʁɛ̃] Écouter) est une commune française située à dix-huit kilomètres au sud de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France. Elle est le chef-lieu du canton de Chilly-Mazarin.

Reliée à Lutèce dès le IIIe siècle par un aqueduc, Chilly-Mazarin fut à partir du Moyen Âge le domaine de familles importantes puis de gentilshommes célèbres qui la dotèrent de châteaux, dont les héritiers du cardinal Jules Mazarin qui lui donnèrent son nom. Terres viticoles jusqu’au XVIIIe siècle, elle connut dès la fin du XIXe siècle une mutation démographique avec l’arrivée du chemin de fer puis au milieu du XXe siècle de l’autoroute qui la transforma en banlieue résidentielle à la population multipliée par deux en quatre décennies. La construction de l’aéroport Paris-Orly qui occupe une partie de son territoire acheva d’orienter l’économie locale vers le secteur tertiaire et notamment la logistique.

Ses habitants sont appelés les Chiroquois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Chilly-Mazarin en Essonne.

Chilly-Mazarin est située dans la région Île-de-France, au nord du département de l’Essonne, totalement intégré à l’agglomération parisienne, dans ce qui était autrefois le pays et aujourd’hui la région naturelle du Hurepoix.

Chilly-Mazarin est située à dix-huit kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame, point zéro des routes de France, douze kilomètres au nord-ouest d’Évry, six kilomètres au sud-est de Palaiseau, quinze kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes, trente-deux kilomètres au nord-est d’Étampes, huit kilomètres au nord-est de Montlhéry, quatorze kilomètres au nord-est d’Arpajon, vingt-quatre kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais, trente kilomètres au nord-est de Dourdan et trente-cinq kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt. Elle est aussi située à cent-vingt-six kilomètres au sud-ouest de son homonyme Chilly dans la Somme, deux-cent-un kilomètres au sud-ouest de Chilly dans les Ardennes, quatre-cent-sept kilomètres au nord-ouest de Chilly en Haute-Savoie, trois-cent-vingt-neuf kilomètres au nord-est de Chilly-le-Vignoble et trois-cent trente-trois kilomètres au nord-est de Chilly-sur-Salins, toutes deux dans le Jura.

La commune occupe un territoire approximativement trapézoïdal de mille-deux-cents mètres à l’ouest, trois-mille-sept-cents mètres à l’est, deux-mille-cinq-cents mètres au sud et mille-huit-cents mètres au nord, le tout pour une superficie totale de cinq-cent-cinquante-sept hectares. L’Institut national de l'information géographique et forestière attribue les coordonnées géographiques 48°42'10" N et 02°19'11" E au point central de ce territoire[2].

Occupation des sols en 2008.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 68,3 % 381,63
Espace urbain non construit 9,4 % 52,45
Espace rural 22,4 % 124,95
Source : Iaurif-MOS 2008[3]

Plus de 65 % de ce territoire est urbanisé et construit, auxquels s’ajoutent 8.63 % d’espaces urbains libres, les terrains ayant conservé un caractère « rural » en réalité composé pour cinquante-et-un hectare de prairie dans l’enceinte de l’aéroport et quatre-vingt-trois hectares de grandes cultures à ses abords[4]. Les limites sud et est sont matérialisées par deux cours d'eau, la rivière l’Yvette au sud et le ruisseau le Bief à l’est, des bassins d’agréments subsistent des anciens parcs des châteaux. Implanté sur le versant de la vallée, le territoire s’élève doucement entre l’altitude basse de quarante-deux mètres à l’extrême sud-est et l’altitude haute de cent un mètres au nord-ouest.

Il est aujourd’hui traversé par plusieurs grands axes routiers et ferrés, le tracé originel et la déviation de l’ancienne route nationale 20 à l’ouest, l’autoroute A6 au centre et l’autoroute A126 d’ouest en est, auxquelles s’ajoutent les routes départementales RD 217, RD 120 et RD 167. La ligne de Grande Ceinture traverse la commune par une boucle de l’ouest au sud-est et lui permet de disposer de la gare de Chilly-Mazarin desservie par la ligne C du RER. Outre le centre-ville ancien groupé autour de la mairie, des grands ensembles et des quartiers pavillonnaires constitue le tissu urbain communal.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau le Bief.

À l’extrême sud de la commune coule la rivière l’Yvette, sous-affluent de la Seine qui parcourt le territoire sur un kilomètre d’ouest en est. Juste à sa sortie du territoire, la rivière est rejointe par le ruisseau Le Bief, en partie souterrain, qui parcourt le domaine municipal sur plus d’un kilomètre à l’est. En centre-ville, dans l’ancien parc du château se trouve un grand canal large de vingt mètres et long de quatre cent soixante-dix mètres, relié à un bassin et aux douves par une rivière artificielle. À l’extrême nord-est de la zone industrielle du Moulin à Vent, proche de l’aéroport se trouve un bassin de rétention des eaux pluviales. Dans la résidence de Bel Abord subsistent encore deux bassins de l’ancien jardin à la française.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Chilly-Mazarin.

Auparavant simplement bordée sur sa partie ouest par l’ancienne route nationale 20, la commune se trouve aujourd’hui à un carrefour routier important.

Elle est toujours traversée à l’extrême ouest par la déviation de la route nationale 20 qui rejoint le tracé originel au carrefour des Champarts. Le tracé précédent nord-sud est aujourd’hui occupé par la RD 217, qui croise au même carrefour la RD 120. Légèrement plus au sud passe l’autoroute A126 assurant la liaison entre l’autoroute A10 dans la commune voisine de Champlan et l’autoroute A6 qui traverse Chilly-Mazarin du nord au sud-est. Longeant cette autoroute dans sa partie nord, la RD 167 forme une rocade autour de l’aéroport Paris-Orly. Elle est complétée au sud par la RD 118 qui forme une large boucle autour de la commune.

Le sud du territoire est aussi traversé par l’importante ligne de Grande Ceinture principalement empruntée par la ligne C du RER d'Île-de-France, la commune dispose ainsi de la gare de Chilly-Mazarin et d’un accès privilégié à la gare de Longjumeau dans la zone d’activités de La Vigne aux Loups et la gare de Gravigny - Balizy pour les quartiers sud. Cette ligne devrait à horizon 2017 être remplacée par le projet de Tram Express Sud[5].

Plusieurs lignes d’autobus complètent cette desserte ferroviaire avec les lignes 10.07 entre La Ferté-Alais et la gare de Denfert-Rochereau à Paris[6], 10.20 entre Angerville et Paris[7], 10.21 entre Méréville et Paris[8] du réseau de bus CEAT, les lignes DM151 et DM152 vers la porte d’Orléans à Paris du réseau de bus Daniel Meyer[9], les lignes 297[10], 299[11], 399[12] et 492[13] du réseau de bus RATP, la ligne 91.10 du réseau de bus Albatrans[14] et la ligne N21 du réseau Noctilien[15] assurant la continuité de service nocturne. Et la navette gratuite de la ligne G de la communauté d'agglomération Europ'Essonne desservant la ville.

Au total, 2,8 % de l’emprise au sol de l’aéroport Paris-Orly se trouve sur le territoire de Chilly-Mazarin à son extrémité nord, le bout sud-ouest de la piste 06-24 est ainsi implanté sur le domaine de Chilly-Mazarin. Elle est aussi située à trente-huit kilomètres au sud-ouest de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, l’aviation de tourisme et d’affaires est orientée vers l’aéroport de Toussus-le-Noble distant de seize kilomètres au nord-ouest.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Chilly-Mazarin est implantée sur le versant nord de la vallée de l’Yvette et sur la partie sud du plateau d’Orly, le territoire s’étage entre une altitude basse de quarante-deux mètres à l’extrême sud de la commune proche de la confluence de l’Yvette et du Bief[16] et une altitude haute de cent-un mètres à l’est dans le quartier des Quatre Fourchettes[17],[18]. Le terrain s’élève lentement au sud entre le cours de la rivière et le centre-ville pour atteindre soixante-quatre mètres d’altitude à proximité de la gare[19] distante de mille-cinq-cents mètres, puis plus rapidement vers le nord-ouest pour atteindre quatre-vingt-quinze mètres d’altitude dans le quartier du Sans Souci[20] distant de mille-deux-cents mètres. La partie chiroquoise de l’aéroport Paris-Orly est située à une altitude approximative de quatre-vingt-sept mètres[21].

Située au nord du pays Hurepoix dans le Bassin parisien, la commune est implantée sur un sous-sol caractéristique de la région composé de couches successives de sable de Fontainebleau et meulière, de marne mêlée de gypse reposant sur une couche profonde de calcaire[22].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Chilly-Mazarin est bordée au nord-ouest par Massy à proximité du « carrefour des Champarts », aussi appelé « carrefour des Quatre Fourchettes ». Au nord et au nord-est se trouve la commune de Wissous avec laquelle elle partage une emprise importante de l’aéroport de Paris-Orly. À l’est, la rue des Édouets, l’avenue Victor-Hugo, l’avenue des Pommiers, l’avenue de la Cour-de-France, le cours du Bief et la voie de Corbeil marquent la frontière avec Morangis. Du sud-est au sud-ouest, le Bief, l’Yvette, la rue de Gravigny, la rue Georges-Bizet, la rue Denis-Papin, l’avenue Arago, la rue Blaise-Pascal et la rue du Chemin-Blanc matérialisent la limite avec Longjumeau. À l’ouest, le village d’entreprises délimite la frontière avec Champlan.

Climat[modifier | modifier le code]

Chilly-Mazarin, située en Île-de-France, bénéficie d’un climat océanique dégradé. En moyenne annuelle, la température relevée s’établit à 10,8 °C avec une moyenne maximale de 15,2 °C et une moyenne minimale de 6,4 °C. La température réelle maximale intervient en juillet avec 24,5 °C et la réelle minimale en janvier avec 0,7 °C. Elle se distingue de Paris par un écart constant négatif de deux degrés Celsius, qui s’explique notamment par la différence de densité urbaine entre la capitale et sa banlieue. L’influence du climat continental engendre des records extrêmes avec −19,5 °C relevés le et 38,2 °C enregistrés le . L’ensoleillement est comparable aux régions du nord de la Loire avec 1 798 heures en moyenne sur l’année, et les précipitations sont également réparties avec une moyenne de cinquante millimètres par mois et un total de 598,3 millimètres de pluie sur l’année. Le record de précipitations a été établi le avec 78,9 millimètres tombés en vingt-quatre heures.

Données climatiques à Chilly-Mazarin.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[23],[24].


Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune est divisée en deux par les tracés parallèles de l'autoroute A6 et de la voie ferrée; la partie nord-est située sur le plateau d'Orly est communément appelée "le haut" et la partie sud-ouest située dans la vallée de l'Yvette est communément appelée "le bas". Elle est ensuite divisée en plusieurs quartiers ayant des identités urbaines distinctes, dont dans le haut: le centre-ville ancien autour du château devenu l’hôtel de ville, les Champarts, le Hameau du Parc et les Quatre Fourchettes au nord à la frontière avec Massy et Wissous, les grands ensembles de la Sablonnière, Bel Abord et la Cité Mazarin à l’est; et dans le bas l'ensemble d'immeubles résidentiels dits de Grands Jardins, le quartier pavillonnaire de la Ceinture, le quartier des Poètes et le nouvel ensemble résidentiel de la Fontaine Augère. Diverses zones d’activités sont réparties sur le territoire, la zone du Moulin à Vent au nord-est, la zone de la Butte aux Bergers au nord-ouest, la zone de la Vigne aux Loups à l’ouest, partagée avec Longjumeau, de la Fontaine Augère au sud-est.

Plusieurs lieux-dits ont conservé leurs appellations originelles, les Champs Foux en bordure de l’autoroute, les Mares Juliennes et la Voie de Launay à la frontière avec Morangis, le Parc correspondant à l’ancien jardin du château, le Sans Souci à l’ouest.

L’Insee découpe la commune en huit îlots regroupés pour l'information statistique (IRIS) soit la Plaine de Balizy, Mairie-Champs-Fous-Morangis, Croix-Blanche-Cardinal-Bel Abord, Domaine du château, zone industrielle, Terres blanches, Rue de Gravigny et Pavillons sud[25].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chilly-Mazarin est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[26],[27],[28]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[29] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[30],[31].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[32],[33].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cailliacum en 1110[34], Calliacum en 1187[34], Chilliacum[34], Challiacum au XIIIe siècle[34], Chailliacum en 1300[34], Chaliacum en 1458, Chailly en 1632, Challi[34], Chilly en 1711.

L’origine du nom du lieu provient du mot gaulois Cail signifiant « forêt » ou pré-indo-européenne Kal signifiant « pierre ». Elle fut créée sous le nom Chilly en 1711, la mention à la famille de Mazarin fut ajoutée en 1822[35].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

La découverte sur le territoire d’une pointe de flèche, de grattoirs et de lames du néolithique et de la sépulture d’une femme certifient l’occupation du lieu dès cette époque. Durant la période gallo-romaine au IIIe siècle sous le règne de Septime Sévère, les sources furent captées pour alimenter Lutèce en eau. Une rigole souterraine s'écoulait vers le nord pour se déverser dans un bassin collecteur situé au nord-est de l'actuel territoire communal de Wissous, qui recevait les eaux de sources de Wissous et de Rungis et d'où partait l'aqueduc[35].

Village agricole et seigneurs prestigieux[modifier | modifier le code]

Au VIIIe siècle, la population locale partageait son activité entre la viticulture et la culture de blé. Au XIIe siècle, le bourg appelé Chailly disposait déjà d’une église et d’un moulin.

Entre 1108 et 1148, les terres viticoles furent détachées du domaine royal et cédées par Louis VI au monastère de Longpont[35].

Plus tard, le domaine revint aux comtes de Dreux qui édifièrent un premier château et le prieuré du Val-Saint-Éloi. Au fil des mariages et successions, le tout appartint aux ducs de Bretagne et à la maison d’Anjou, la paroisse dépendant du doyenné de Montlhéry. Au cours du XIVe siècle, le village connut la jacquerie[35].

Chilly-Mazarin regard rue d'Effiat

En 1624, Antoine Coëffier de Ruzé d'Effiat revenu victorieux de sa mission d’ambassadeur à Londres pour négocier le mariage d’Henriette-Marie de France et Charles Ier d'Angleterre est décoré de l’Ordre du Saint-Esprit et reçoit les terres de Chailly, également écrit Cliavilly[réf. nécessaire], Longjumeau et Balizy, pour l’occasion réunies au sein d’un seul marquisat et modifie le nom du bourg pour Chilly. Il obtient de Louis XIII le droit d’utiliser les eaux de l’aqueduc Médicis pour alimenter les pièces d’eau du parc du château. Le tracé de cet aqueduc souterrain correspond à celui de l'ancienne rigole d'alimentation du bassin collecteur de l'aqueduc gallo-romain de Lutèce, sa pente étant inversée. Son parcours à Chilly sous la rue des Édouets, la rue de la Pointe, l'avenue Charles-de-Gaulle, la rue Pasteur et la rue d'Effiat est ponctué de deux regards, construits en 1630, d'architecture similaire à celle de la plupart des regards de l'aqueduc de Médicis, pour l'inspection et l'entretien, avenue Charles de Gaulle et à l'angle de la rue Pasteur et de la rue d'Effiat[36].

Le Louis XIII vient entendre la messe en l’église Saint-Étienne. En 1626, le clocher est reconstruit et en 1628 le cimetière attenant est transféré[37]. En 1630, il céde à Robert Godefroy le domaine de Bel Abord, où celui-ci fait construire le Château de Bel Abord[38].

En 1642, le maréchal d’Effiat fait construire la première école de la commune[39]. En 1661, son petit-fils Armand de La Meilleraye épouse Hortense Mancini, nièce du cardinal Mazarin qui l’autorise à porter son patronyme[35].

Carte de Cassini de la région de Chilly au XVIIe siècle.

En 1771, Louise d'Aumont épouse le prince Honoré IV de Monaco et lui apporte ainsi le titre de marquis de Chilly et duc de Mazarin[40].

Les Templiers et les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Le membre de Chilly qui lors de la dévolution des biens de l'ordre du Temple appartient aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et devient un membre qui relevait de la commanderie de Balizy[41].

Mutation et développement[modifier | modifier le code]

À partir du XVIIIe siècle, l’activité vinicole et meunière décline.

En 1804, Louise d’Aumont vend le château de Chilly à l’homme d’affaires Louis-Joseph Lecocq qui fait détruire en 1822 les deux ailes latérales avant de lotir le domaine en parcelles[42].

En 1856, la commune fait construire à l’emplacement de l’ancienne école une nouvelle mairie-école.

En 1870, durant la guerre franco-prussienne, le bâtiment sert d’infirmerie à l’occupant[39].

La commune bénéficie du chemin de fer avec la mise en service en 1883 de la ligne de Grande Ceinture et en 1893 de la ligne de tramway de l’Arpajonnais qui approvisionne les halles de Paris et facilite le déplacement des habitants. Les ateliers de l'Arpajonnais étaient à l'origine jusqu'en 1901 situés à proximité de la gare de grande ceinture. Le tracé de l'ancienne voie de l'Arpajonnais tracée en site propre à travers champs correspond à l'actuelle avenue Pierre-Brossolette. Cette desserte ferroviaire entraine le développement démographique de Chilly-Mazarin : le bourg rural du début du XXe siècle accueille de nouveaux habitants en grande partie dans des lotissements pavillonnaires, multipliant par trois sa population entre 1921 et 1926.

Seconde Guerre mondiale

Le , la commune est libérée par la deuxième division du général Leclerc[40].

Trente glorieuses

En 1956, le territoire communal est divisé par l’importante tranchée de la nouvelle autoroute A6[43]. En 1960, le château de Bel Abord est rasé pour construire la résidence du même nom[38].

En 1971, la mairie rachète ce qui subsistait du domaine de Chilly pour y installer l’hôtel de ville[42].

Consécutivement aux Attentats du 11 septembre 2001, la commune est à la une de l’actualité avec l’arrestation dans l’une des résidences de ressortissants présumés membres de l’organisation Al-Qaïda[44].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[45], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne et à son arrondissement de Palaiseau après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1793 à 1975 du canton de Longjumeau , année où elle devient le chef-lieu du canton de Chilly-Mazarin[46]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables de Chilly-Mazarin au tribunal d’instance et conseil de prud’hommes de Longjumeau, aux tribunaux de grande instance et de commerce d’Évry, à la cour d'appel de Paris[47] et au tribunal administratif de Versailles.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Massy

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la sixième circonscription de l'Essonne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Chilly-Mazarin était membre de la communauté d'agglomération Europ'Essonne, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2006 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la Loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles (loi MAPTAM) du 27 janvier 2014, qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante, notamment en Île-de-France afin d'équilibrer leurs relations avec la Métropole du Grand Paris[48], le Schéma régional de coopération intercommunale prévoit la fusion de[49], cette intercommunalité a fusionné avec la communauté d'agglomération du Plateau de Saclay pour former, le 1er janvier 2016, la communauté d’agglomération de Paris-Saclay (CPS) dont Chilly-Mazarin est désormais membre.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Chilly-Mazarin affiche une nette différence de vote selon qu’il s’agisse d'enjeux locaux ou nationaux. Ainsi, en 2004 le candidat socialiste Jean-Paul Huchon remporte dans la commune les élections régionales avec 53,59 % des voix, près de vingt points de plus que son adversaire Jean-François Copé (UMP) ; cette même année, le candidat socialiste remportant les élections européennes avec néanmoins une avance inférieure sur le candidat de la droite.

Toutefois, lors des consultations à portée nationales, en 2002 et 2007 pour les élections législatives et présidentielles, les chiroquois ont régulièrement placé en tête les candidats de la droite parlementaire avec entre 51,50 % et 53,50 % pour la candidate à la députation Véronique Carantois (UMP), 53,83 % pour le candidat à la présidence de la République Nicolas Sarkozy (UMP) et 84,67 % pour le candidat Jacques Chirac, déjà en tête devant Lionel Jospin (PS) au premier tour en 2002. Ils ont encore suivi la tendance nationale lors des élections européennes de 2014 en positionnant en tête la liste du Front National (FN) avec 24,5 % des voix devant celle de l'UMP (22,02 %).

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours
Élections législatives, résultats des deuxièmes tours
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores
Élections cantonales et départementales, résultats des deuxièmes tours
Élections municipales

Lors du second tour des élections municipales de 2014 dans l'Essonne marqué par une quadrangulaire, la liste d'union de la droite menée par Jean-Paul Beneytou remporte la majorité des suffrages exprimés, avec 2 582 voix (39,64 %), devançant de 130 voix celle d'union de la gauche menée par la maire sortante, Rafika Rezgui — qui avait succédé en 2012 à Gérard Funès, démissionnaire — (2 452 voix, 37,65 %), ainsi que celles menée par Olivier Christ (FN, 825 voix, 12,67 %) et par Henri Fiori (DVG, 654 voix, 10,04 %), l'abstention s'étant élevée à 38,49 %[61].

Au premier tour des élections municipales de 2020 dans l'Essonne, la liste menée par le maire sortant LR Jean-Paul Beneytou est devancé de 481 voix par celle (DVG) de sa prédecétrice, Rafika Rezgui, qui obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 2 588 voix (55,12 %, 27 conseillers municipaux, 4 conseillers communautaires) contre 2 107 voix (44,88 %, 8 conseillers municipaux, 1 conseiller communautaire) pour Jean-Paul Beneytou, lors d'un scrutin marqué par 50,71 % d'abstention[62],[61].

Référendums

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Compte tenu de la population de la commune, son conseil municipal est composé de 35 membres, y compris le maire et ses adjoints[65].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[66],[67]
Période Identité Étiquette Qualité
août 1944 mai 1945 Marcel Giollot   Résistant
mai 1945 octobre 1947 Louis Gaillot   Résistant
octobre 1947 décembre 1948 Emmanuel Grimont    
décembre 1948 mai 1953 André Bayard    
mai 1953 juin 1958 Fernand Henry   Meurt en cours de mandat
août 1958 mars 1959 André Bayard    
mars 1959 juillet 1966 Théophile Balu[68]   Cultivateur
Démissionnaire
juillet 1966 mars 1977 Claude Ehrhart[69] DVD Commerçant
Chevalier des Palmes académiques
mars 1977 octobre 2012[70] Gérard Funès[71] PS Cadre juridique retraité
Conseiller général de Chilly-Mazarin (1976 → 1979 puis 1998 → 2015)
Démissionnaire
octobre 2012[72],[73] avril 2014 Rafika Rezgui[74] PS Ancienne directrice de cabinet
Vice-présidente de la CA Europ'Essonne (2013 → 2014)
avril 2014[75] mai 2020[76] Jean-Paul Beneytou UMPLR Cadre supérieur
mai 2020[77] En cours
(au 27 mai 2020)
Rafika Rezgui DVG[78] Ancienne directrice de cabinet
Vice-présidente de la CA Paris-Saclay (2020 → )

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[79].

Démocratie participative[modifier | modifier le code]

La municipalité a mis en place un conseil municipal des enfants[80].

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

La commune a été récompensée en 2010 par trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[81].

Jumelages[modifier | modifier le code]

En 1986, la commune scelle un jumelage avec Diéma au Mali puis en 1988 avec Carlet en Espagne[82].

Chilly-Mazarin a développé des associations de jumelage avec :

À l'été 2014, la municipalité affiche son ambition de jumelage avec une commune anglo-saxonne.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[85],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 19 858 habitants[Note 4], en augmentation de 1,83 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
449435469369377353360332346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
344360371341397381412396456
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4224294153981 0231 5071 6811 6972 188
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 4119 92316 23617 27116 93917 73718 63918 84320 133
2018 - - - - - - - -
19 858--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[46] puis Insee à partir de 2006[86].)
Histogramme de l'évolution démographique

Avec quatre-cent-quarante-neuf habitants lors du premier recensement des personnes en 1793 suivi par une longue période de décroissance démographique portant la population à seulement trois-cent-trente-deux personnes en 1846, Chilly-Mazarin est longtemps un petit village.

Durant la seconde moitié du XIXe siècle se déroule une évolution chaotique, notamment du aux pertes subies lors de la guerre franco-prussienne de 1870 qui fait chuter le nombre d’habitants de presque 10 %, la barre des quatre-cents résidents n'est à nouveau franchie qu’en 1886 avant une nouvelle baisse.

En 1901, le XXe siècle est entamé avec quatre-cent vingt-deux habitants avant une nouvelle chute sous les quatre cent consécutivement à la Première Guerre mondiale précédant une première explosion démographique liée au développement de l'agglomération parisienne.

Dès le recensement de 1926 apparait une forte progression jusqu’à mille-vingt-trois habitants puis mille-six-cent-quatre-vingt-sept dix ans plus tard. La Seconde Guerre mondiale met un frein à cette évolution qui reprit avec les Trente Glorieuses et la construction des grands ensembles et des lotissements pavillonnaires pour porter le nombre d’habitants à trois-mille-quatre-cent-onze en 1962, trois fois plus six ans plus tard, plus de seize mille en 1975, dix-sept-mille-deux-cent-soixante-et-onze en 1982 avant une nouvelle baisse au recensement de 1990.

Le recensement de 2006a évalue la population à dix-huit-mille-six-cent-trente-neuf personnes.

L’immigration compte pour une part relativement faible dans cette croissance démographique puisqu’en 1999 seulement 7,7 % de la population était étrangère[87], avec une répartition de 3 % de Portugais, 1 % d’Algériens, 0,6 % de Marocains, 0,4 % de Tunisiens, 0,3 % d’Italiens et 0,2 % d’Espagnols[88].

Pyramide des âges en 2009

L’analyse de la pyramide des âges de Chilly-Mazarin comparée à celle du département montre quelques différences notables, avec dans la commune une plus forte présence d’habitants entre trente et quarante-quatre ans et d’hommes de plus de quatre-vingt-dix ans et à l’inverse, un net déficit d’homme entre quarante-cinq et soixante-quatorze ans, mais aussi une présence moindre de femmes âgées de moins de quatorze ans et entre soixante et soixante-quatorze ans. En 1999, 30,7 % de la population était âgée de moins de vingt-cinq ans et 14,5 % des foyers était des familles monoparentales[87].

Pyramide des âges à Chilly-Mazarin en 2009 en pourcentages[89].
HommesClasse d’âgeFemmes
2,7 
90 ans ou +
0,8 
4,0 
75 à 89 ans
6,8 
9,9 
60 à 74 ans
12,0 
17,2 
45 à 59 ans
18,3 
25,1 
30 à 44 ans
23,7 
19,2 
15 à 29 ans
19,9 
21,9 
0 à 14 ans
18,6 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[90].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège des Dines-Chiens.

Les élèves de Chilly-Mazarin sont rattachés à l’académie de Versailles.

En 2010, la commune dispose sur son territoire des écoles maternelles Pauline-Kergomard, du Centre, des Saules et des Roseaux, des écoles élémentaires La Fontaine et Pierre-et -Marie Curie, et des écoles primaires Louis-Pasteur et du Parc-du-Château[91]. La poursuite d’études s’effectue ensuite au collège Les Dines-Chiens[92] et au lycée Marguerite-Yourcenar de Morangis[93]. L’accueil des jeunes enfants s’effectue dans une crèche familiale et à la maison de la petite enfance Mazarin[94], hors périodes scolaires les enfants sont accueillis aux centres de loisirs Le Petit Prince, Les Albatros et Les Temps-Modernes[95]. La commune dispose en outre d’un centre de vacances à Montcel en Savoie[96].

La commune de Chilly-Mazarin accueille l'Institut-Médico-Professionnel "Valentin Hauy", lequel accueille en internat de semaine 36 adolescents déficients visuels ou aveugles avec troubles associés. Ces derniers reçoivent un enseignement adapté et participent quotidiennement à des ateliers pré-professionnels (Horticulture, Repasserie, Cuisine, Conditionnement).

Santé[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose sur son territoire d’aucun établissement de santé, les urgences et pathologie graves sont traitées au centre hospitalier Jacques-Cartier à Massy ou au centre hospitalier de Longjumeau.

Une résidence Arpage pour personnes âgées valides est installée en centre-ville, complétée par l’institut médico-professionnel Valentin Haüy[97] qui accueille 36 adolescents déficients visuels avec troubles associés.

Un centre de protection maternelle et infantile[98] et un centre de planification familiale[99] sont implantés dans la commune.

En 2010, quarante-deux médecins[100] et quinze chirurgiens-dentistes[101] exercent dans la commune, cinq pharmacies y sont installées[102].

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste du Centre.

Certains services publics sont présents dans la commune avec deux bureaux de poste en centre-ville[103] et à la Ceinture[104] une antenne de la caisse d'allocations familiales[105], une trésorerie principale[106].

En avril 2017, la majorité des services de la mairie, auparavant dispersés sur plusieurs sites, a pris place dans l'immeuble "Le Signal" situé en plein centre-ville, place de la Libération.

La sécurité de la ville est assurée par le commissariat de police de Longjumeau[107] et un centre de première intervention des sapeurs pompiers[108].

En 2010, six avocats[109] exercent dans la commune.

Culture[modifier | modifier le code]

La salle de cinéma François-Truffaut.

Chilly-Mazarin dispose de plusieurs équipements d’accès à la culture dont la médiathèque Albert-Camus, le conservatoire municipal de musique et de danse, et la salle de cinéma François-Truffaut classée « Art et Essai »,

S’ajoute une « maison des ados » orientée vers les cultures urbaines[110]. Vingt-et-une associations œuvrent pour l’animation locale[111].

L'ancienne maison des jeunes et de la culture Gérard-Blotnikas a été rasée en 2016, le maire souhaitant y construire des logements "haut de gamme" mais l'opération a échoué[112],[113].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

De 2001 à 2014, le Festival Guinguettes et Compagnies, organisé par l'association des Guinguettes de l'Yvette, la MJC et la Ville de Chilly-Mazarin, a rassemblé une centaine de bénévoles et plusieurs milliers de personnes dans le parc de l'Hôtel de Ville, festival qui a disparu avec l'équipe de la MJC. Il a accueilli chaque année au mois de juin une quinzaine de spectacles (théâtre, danse, musique, acrobaties...) dans une ambiance festive et familiale[114][source insuffisante].

Tous les ans au mois de juin, l'Impro Valentin Haüy organise ses journées portes ouvertes pour permettre aux chiroquois de venir découvrir comment sont accompagnés les jeunes déficients visuels.

Sports[modifier | modifier le code]

Le sport est pratiqué à Chilly-Mazarin sur plusieurs installations dont le complexe sportif Jesse-Owens équipé de la piscine communale, de terrains de rugby et football, de courts de tennis, d’une salle omnisports et de salles de gymnastique et tennis de table ; le complexe des Chardonnerets équipé d’une salle multisports, d’un dojo, d’une salle d'armes, d’une salle de musculation et d’un boulodrome ; et les deux gymnases du Parc et Pierre-de-Coubertin[115]. La plupart des disciplines sont regroupées par associations au sein du Centre d’animation aux activités physiques et sportives communal.

Du sport adapté pour les déficients visuels est pratiqué dans les équipements de la commune par les professionnels de l'Impro Valentin Haüy en collaboration avec la fédération Handi-sport et les clubs locaux.

Clubs

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Chilly-Mazarin est rattachée au secteur pastoral de Longjumeau et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église Saint-Étienne et de l’église Notre-Dame-du-Concile[116].

Une salle de prière est à disposition des musulmans[117].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Médias[modifier | modifier le code]

L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Le centre de recherche et développement de Sanofi.

Chilly-Mazarin était autrefois réputée pour son activité vinicole et meunière, et est aujourd’hui une commune essentiellement résidentielle avec quelques zones d’activités industrielles, pour la plupart orientées dans le secteur tertiaire. En 2000, il n'existait plus d'exploitation agricole dans la commune alors qu’elles étaient encore quatre en 1988, occupaient alors six hectares de terre et employaient onze personnes.

Au nord se trouvent les zones d’activités du Moulin à Vent et de la Butte au Berger, à l’ouest la zone d’activités de la Vigne aux Loups partagée avec Longjumeau et au sud la zone d’activités de la Fontaine Augère.

Depuis 1958 est implanté le centre de recherche et développement de Sanofi qui avec plus de mille cinq cent salariés est en 2010 le premier employeur de la commune[118]. Le site de Sanofi est recensé au registre français des émissions polluantes pour ses rejets en 2003 de phosphore, sa production de déchets dangereux et ses prélèvements importants sur le réseau d’eau potable[119].

Proche de l’aéroport Paris-Orly, la commune accueille aussi les centres logistiques sud-franciliens d’UPS, Chronopost, Mistergooddeal et Auchan Logistique[120].

Chilly-Mazarin fait partie du bassin d'emploi d’Orly qui regroupe en 2006 trente communes et 469 279 habitants, les Chiroquois représentant 3,97 % de cette population totale. Dans cette zone d’emploi où 84 % des 164 263 emplois relevaient alors du secteur tertiaire, seulement 9,7 % de la population était au chômage en 2006[121].

La même année, la population active de la commune était évaluée à 10 134 personnes et le taux de chômage fixé à 8,0 %, la commune disposant sur son territoire de 8 955 emplois. Cependant, seulement 16 % des actifs exerçaient leur activité dans leur commune de résidence[122].

En 2008, la commune accueillait un total de huit cent cinquante-trois entreprises et cent six s’étaient créées dans l’année. Proche des centres d’affaires, la commune dispose de quatre hôtels totalisant en 2009 deux cent quatre-vingt-neuf chambres.

Un marché se tient les mardis, jeudis et dimanches en centre-ville[123]. Chilly-Mazarin a le siège des Supermarchés G20, avec l’entrepôt Diapar[124].

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

Chilly-Mazarin se distingue largement de la zone d’emploi avec une présence largement supérieure de cadres et professions intellectuelles supérieures et d’ouvriers et nettement inférieure d’employés et une forte proportion d’emplois dans le secteur des services aux entreprises. Parmi les personnes occupant un emploi, 93,5 % sont salariés, le revenu net imposable moyen est fixé à 24 611 euros mais seulement 69,6 % des ménages étaient imposables. Près des deux tiers de la population étaient propriétaires de leur logement et 13,1 % occupaient une habitation à loyer modéré[122].

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 34 428 €, ce qui plaçait Chilly-Mazarin au 7 228e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[125].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Chilly-Mazarin 0,1 % 3,7 % 21,6 % 25,1 % 20,2 % 29,3 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Chilly-Mazarin 0,6 % 9,2 % 5,3 % 18,4 % 31,3 % 6,6 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[126]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le parc des Champs Foux.

Plusieurs parcs et jardins sont répartis sur le territoire, dont le parc de l’hôtel de ville à l’ouest, le parc des Champs Foux à l’est, l’espace Rol Tanguy et le bois de Saint-Éloi au sud.

Le bois Saint-Éloi en bordure de la rivière a été classé « Espace naturel sensible » par le conseil général de l'Essonne[127].

L’église Saint-Étienne du XIIe siècle a été classée aux monuments historiques le et inscrite le [128]. Le château de Chilly-Mazarin du XVIIe siècle a été inscrit aux monuments historiques le et le et classé le [129], il abrite aujourd’hui l’hôtel de ville[130]. Le château de Bel Abord du XVIIe siècle a été inscrit aux monuments historiques le [131]. Deux portes cochères du XVIIe siècle dans l’avenue Mazarin sont elles aussi classées depuis la même date[132],[133].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Antoine Coëffier de Ruzé d’Effiat.

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Chilly-Mazarin :

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de Chilly-Mazarin

Les armes de Chilly-Mazarin se blasonnent : De gueules au chevron fascé ondé d’argent et d’azur de six pièces accompagné de trois lionceaux d’or, l’un en pointe deux en chef.[134]

La commune s’est en outre dotée d’un logotype.

Logotype de Chilly-Mazarin

Chilly-Mazarin dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Chilly-Mazarin », p. 169–174
  • J. Gehin, Chilly-Mazarin : L’Église, Les Tombeaux, Cinq-Mars, Quelques Notes Sur La Mort De Madame Henriette D’Angleterre, Les Oubliettes Du Château, Lebon,
  • René Nicot, Histoire et Évolution d’un Fief Royal : Chilly-Mazarin, Longjumeau, Soleil Natal, (ISBN 9782905270061)
  • Marie-Josèphe Bautrait, Si Chilly m’était conté : Historique De Chilly-Mazarin, Amattéis, (ISBN 9782868490377)
  • Patrice Salin, Notice sur Chilly-Mazarin, Livre d’Histoire (ISBN 9782844350510)
  • Gérard Funès, De Constantine à Chilly-Mazarin : 35 ans au service de la ville et de ses habitants, CSPDNA, (ISBN 9782955871904, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 02/04/2009.
  2. Données géographiques sur le site lion1906.com Consulté le 28/02/2010.
  3. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 01/11/2010.
  4. Fiche communale d’occupation des sols détaillés sur le site de l’Iaurif. Consulté le 28/02/2010.
  5. [PDF]Communiqué de presse du STIF présentant le projet de tram-train Évry - Massy sur son site officiel. Consulté le 28/02/2010.
  6. Fiche de la ligne 10.07 du réseau de bus CEAT sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/02/2010.
  7. [PDF]Fiche de la ligne de bus 10.20 du réseau de bus CEAT sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/02/2010.
  8. Fiche de la ligne 10.21 du réseau de bus CEAT sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/02/2010.
  9. Fiche des lignes DM151 et DM152 du réseau de bus Daniel Meyer sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/02/2010.
  10. Fiche de la ligne de bus 297 du réseau RATP sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/02/2010.
  11. Fiche de la ligne de bus 299 du réseau RATP sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/02/2010.
  12. Fiche de la ligne de bus 399 du réseau RATP sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/02/2010.
  13. Fiche de la ligne de bus 492 du réseau RATP sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/02/2010.
  14. Carte du réseau de bus Albatrans sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 28/02/2010.
  15. Fiche de la ligne N21 du réseau Noctilien sur le site officiel de la RATP. Consulté le 28/02/2010.
  16. Fiche de la borne géodésique n°P.A.F3-128 sur le site de l’Ign. Consulté le 28/02/2010.
  17. Fiche de la borne géodésique n° P.A.F3-3B bis sur le site de l’Ign. Consulté le 28/02/2010.
  18. « Données géographiques » sur Géoportail (consulté le 21/02/2013.)..
  19. Fiche de la borne géodésique n°KP-7 sur le site de l’Ign. Consulté le 28/02/2010.
  20. Fiche de la borne géodésique n°P.A.F3-3C sur le site de l’Ign. Consulté le 28/02/2010.
  21. Fiche de la borne géodésique n°P.A.F3-203 sur le site de l’Ign. Consulté le 28/02/2010.
  22. %2FS42 Fiche géologique de Chilly-Mazarin sur le site du Brgm. Consulté le 21/08/2012.
  23. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009).
  24. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009).
  25. Carte de zonage de Chilly-Mazarin sur le site de l’Insee. Consulté le 26/02/2011.
  26. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  27. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  28. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  29. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  30. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  31. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  32. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 5 avril 2021).
  33. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  34. a b c d e et f Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  35. a b c d et e « Chilly-Mazarin », sur Topic Topos (consulté le 25 avril 2016).
  36. « L'histoire de Chilly-Mazarin », sur gerard.filoche.free (consulté le 26 mai 2020).
  37. Fiche de l’église Saint-Étienne sur le site topic-topos.com Consulté le 04/04/2010.
  38. a et b Fiche du porche du château de Bel Abord sur le site topic-topos.com Consulté le 04/04/2010.
  39. a et b Fiche de l’école de garçons de Chilly sur le site topic-topos.com Consulté le 04/04/2010.
  40. a et b Histoire de la commune sur son site officiel. Consulté le 04/04/2010.
  41. Mannier (1872) p. 24
  42. a et b Fiche du château de Chilly sur le site topic-topos.com Consulté le 04/04/2010.
  43. Carte d’identité de Chilly-Mazarin sur son site officiel. Consulté le 04/04/2010.
  44. Vidéo du reportage Arrestations de terroristes islamistes diffusé au journal de 13h de France 2 le 21 septembre 2001 sur le site de l’Ina. Consulté le 04/04/2010.
  45. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  46. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  47. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 07/03/2010.
  48. Julien Monier, « Le Plateau de Saclay ne veut pas intégrer l’agglo géante : Réunis pour leur conseil d’agglomération jeudi dernier, les élus du Plateau de Saclay se sont prononcés à l’unanimité contre le projet d’intercommunalité de 800 000 habitants de Massy à Versailles », Essonne Info,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2018).
  49. « Arrêté du Préfet de la région Île-de-France du 4 mars 2015 portant adoption du schéma régional (la coopération intercommunale » [PDF], sur http://www.marneetgondoire.fr (consulté le 14 janvier 2016), p. 5.
  50. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 15/07/2009.
  51. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  52. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 15/07/2009.
  53. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 21/06/2012.
  54. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 15/07/2009.
  55. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 15/07/2009.
  56. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/03/2010.
  57. Résultats de l’élection régionale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 28/12/2015.
  58. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 15/07/2009.
  59. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 01/04/2011.
  60. Résultats de l’élection départementale 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 03/04/2015.
  61. a et b « Chilly-Mazarin 91380 », Résultats aux municipales 2020, sur https://www.lemonde.fr (consulté le 28 novembre 2020).
  62. Cécile Chevallier et Gérald Moruzzi, « Municipales à Chilly-Mazarin : Rafika Rezgui fait basculer la ville à gauche : La socialiste Rakifa Rezgui reprend à la droite les rênes de la ville qu’elle avait menée entre 2012 et 2014. », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2020).
  63. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 15/07/2009.
  64. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 15/07/2009.
  65. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  66. Les maires de Chilly-Mazarin, sur mairesgenweb.org (consulté le 26 mai 2009)
  67. Liste des maires de 1790 à aujourd'hui, sur le site du « tékitoi » des rues de Chilly-Mazarin (consulté le 27 décembre 2018)
  68. Biographie de Théophile Balu sur le site de l'Association d'histoire contemporaine de Chilly-Mazarin
  69. Biographie de Claude Ehrhart sur le site de l'Association d'histoire contemporaine de Chilly-Mazarin
  70. « Gérard Funès passe la main », sur Essonne Info, .
  71. Biographie de Gérard Funès sur le site de l'Association d'histoire contemporaine de Chilly-Mazarin
  72. « A 37 ans, elle s'apprête à diriger la ville », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2020) « Désigné vice-président du conseil général le 24 septembre, Gérard Funès, 75 ans dont 35 à la mairie de Chilly-Mazarin, a annoncé sa démission. L'un des plus anciens maires de l'Essonne veut passer le témoin à Rafika Rezgui (...) Ancienne collaboratrice de François Lamy, Rafika Rezgui, 37 ans, est la sixième adjointe à la mairie de Chilly-Mazarin ».
  73. Julien Monier, « Rafika Rezgui nouvelle maire de Chilly-Mazarin : Le conseil municipal de Chilly-Mazarin, réuni en séance extraordinaire ce dimanche matin, a élu Rafika Rezgui au poste de maire. A 37 ans, elle succède à Gérard Funès, figure locale et édile de la ville depuis 35 ans », Essonne info,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2020).
  74. Biographie de Rafika Rezgui sur le site de l'Association d'histoire contemporaine de Chilly-Mazarin
  75. Valentin Chatelier, « Chilly-Mazarin passe à droite : Jean-Paul Beneytou (UMP) a remporté la mairie de Chilly-Mazarin, à gauche depuis 1977. Il distance la maire sortante, Rafika Rezgui (PS), ainsi que deux autres candidats : Olivier Christ (FN) et Henri Fiori (DVG) », Essonne info,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2020).
  76. Pauline Darvey, « À Chilly-Mazarin, la fin de règne du maire sortant tourne au règlement de comptes avec sa rivale : Le conseil municipal d’installation se tiendra le 27 mai. Plus de deux mois après l’élection du 15 mars, Rafika Rezgui (divers gauche) pourra succéder à Jean-Paul Beneytou, le maire (LR) sortant battu. Une échéance loin d’apaiser le climat dans la ville », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2020) « Quelques jours après le premier tour, le maire sortant et sa majorité ont par ailleurs déposé un recours au tribunal administratif de Versailles pour demander l'annulation de cette élection ».
  77. Nolwenn Cosson, « Essonne : après deux mois d’attente, Rafika Rezgui officiellement maire de Chilly-Mazarin : La candidate a été élue par ses colistiers ce mercredi soir lors d’un conseil municipal d’installation, organisé sans public. L’équipe sortante n’a pas souhaité prendre part au vote. », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2020) « Le 15 mars dernier, sa liste Réussir ensemble Chilly-Mazarin a remporté le premier tour des élections municipales avec 55,12 % des suffrages, battant celle du maire sortant Jean-Paul Beneytou (LR) de près de 500 voix ».
  78. Florian Garcia (avec Sébastien Morelli), « Chilly-Mazarin : Rafika Rezgui se lance dans la course aux municipales… sans l’investiture PS : Maire socialiste de Chilly-Mazarin entre 2012 et 2014, elle a annoncé, ce week-end sa candidature mais en gommant son appartenance au PS. », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2020) « Elle est membre du comité national du PS, a été maire de Chilly-Mazarin après avoir succédé à Gérard Funès (PS) entre 2012 et 2014. Rafika Rezgui, élue d'opposition, vient d'annoncer sa candidature pour les municipales de mars prochain à Chilly-Mazarin. Mais dans son tract, ne cherchez pas la moindre référence à son parti (...) « Je n'ai jamais eu le moindre reniement pour mon parti mais mettre l'étiquette PS sur la liste aurait été un hold-up, coupe la candidate. Certains d'entre nous ont des appartenances politiques mais notre liste est en très grande majorité composée de personnes non encartées ».
  79. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Chilly-Mazarin, consultée le 26 octobre 2017
  80. Présentation du conseil municipal des enfants sur le site officiel de la commune. Consulté le 07/03/2010.
  81. [Palmarès départemental des villes et villages fleuris sur le site officiel de l’association.] Consulté le 03/04/2010.
  82. Présentation des jumelages sur le site officiel de la commune. Consulté le 04/04/2010.
  83. Fiche du jumelage avec Carlet sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 07/01/2013.
  84. Fiche du jumelage avec Diema sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 07/01/2013.
  85. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  86. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  87. a et b Données démographiques communales sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 07/03/2010.
  88. Répartition par nationalité de la population sur le site de l’Insee. Consulté le 07/03/2010.
  89. Pyramide des âges à Chilly-Mazarin en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 31/07/2012.
  90. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  91. Fiche des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 01/09/2010.
  92. Carte des établissements du second degré du bassin de Savigny-sur-Orge sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 07/03/2010.
  93. Sectorisation des établissements scolaires sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 07/03/2010.
  94. Présentation des structures de petite enfance sur le site officiel de la commune. Consulté le 07/03/2010.
  95. Présentation des centres de loisirs sur le site officiel de la commune. Consulté le 07/03/2010.
  96. Présentation du centre de vacances à Montcel sur le site officiel de la commune. Consulté le 07/03/2010.
  97. « IMPRO Valentin HAUY », sur www.facebook.com (consulté le 20 avril 2019).
  98. Fiche du centre de PMI sur le site ddu conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  99. Fiche du centre de planification familiale sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  100. Annuaire des médecins sur le site du Conseil national de l’Ordre. Consulté le 03/04/2010.
  101. Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site de l’Ordre national. Consulté le 03/04/2010.
  102. Annuaire des pharmacies sur le site de l’Ordre national. Consulté le 03/04/2010.
  103. Coordonnées de l'agence postale de Chilly-Mazarin Centre sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  104. Coordonnées de l'agence postale de Chilly-Mazarin Sud sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  105. Coordonnées de la CAF de Chilly-Mazarin sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 03/04/2010.
  106. Liste des trésoreries de l'Essonne sur le site de la Drire d'Île-de-France. Consulté le 22/02/2011.
  107. Organisation des forces de l’ordre en Essonne sur le site de la préfecture. Consulté le 03/04/2010.
  108. Carte des groupements de sapeurs-pompiers en Essonne sur le site du SDIS91. Consulté le 03/04/2010.
  109. Annuaire des avocats sur le site du Conseil national des barreaux. Consulté le 03/04/2010.
  110. Présentation de la maison des Ados sur le site officiel de la mairie. Consulté le 03/04/2010.
  111. Annuaire des associations culturelles sur le site officiel de la commune. Consulté le 03/04/2010.
  112. Liste des salles classées Art et Essai sur le site officiel de l’AFCAE. Consulté le 03/04/2010.
  113. Liste des équipements culturels sur le site officiel de la mairie. Consulté le 03/04/2010.
  114. Archives du site Guinguettes et compagnies. Chilly mag' magazine de la ville de Chilly-Mazarin, no 342 juin 2014
  115. Liste des équipements sportifs sur le site officiel de la mairie. Consulté le 03/04/2010.
  116. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 28/10/2009.
  117. Liste des mosquées de l’Essonne sur le site mosquee.free.fr Consulté le 03/04/2010.
  118. Présentation du site de Chilly-Mazarin sur le site officiel de Sanofi Aventis. Consulté le 03/04/2010.
  119. Fiche du site Sanofi-Aventis sur le Répertoire du Registre français d’émissions polluantes. Consulté le 03/04/2010.
  120. Présentation économique de la commune sur son site officiel. Consulté le 03/04/2010.
  121. %5CDL_ZE19901144.pdf Fiche statistique de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. Consulté le 03/04/2010.
  122. a et b %5CCOM%5CDL_COM91161.pdf Fiche statistique communale sur le site de l’Insee. Consulté le 03/04/2010.
  123. Annuaire des marchés sur le site Marchés de France. Consulté le 25/04/2011.
  124. "Mentions légales." Supermarchés G20. Consulté le 24 décembre 2011.
  125. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 janvier 2013).
  126. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
  127. Carte des espaces naturels sensibles de Chilly-Mazarin sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 03/2019.
  128. Notice no PA00087858, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 18/02/2010.
  129. Notice no PA00087857, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 18/02/2010.
  130. Fiche de l’hôtel de ville sur le site topic-topos.com Consulté le 03/04/2010.
  131. Notice no PA00087859, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 18/02/2010.
  132. Notice no PA00087860, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 18/02/2010.
  133. Notice no PA00087861, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 18/02/2010.
  134. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 08/09/2009.
  135. Liste des films tournés à Chilly-Mazarin sur le site L2TC.com Consulté le 23/08/2012.