Marie-Thérèse de Modène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie-Thérèse de Modène (homonymie).

Naissance, mariage, décès et titulature[modifier | modifier le code]

Marie-Thérèse Béatrix Gaétane[1] de Habsbourg-Lorraine naît le 14 juillet 1817 princesse royale de Hongrie et de Bohême, archiduchesse d’Autriche-Este et princesse de Modène.

En 1846, par son mariage avec Henri d’Artois (1820-1883), prétendant légitimiste au trône de France et petit-fils du roi Charles X (1757-1836), elle deviendra théoriquement duchesse de Bordeaux, titre qu'elle n'arborera pas, son mari ayant abandonné cette titulature ducale en partant pour l'exil.

Elle porta en fait le titre de courtoisie de comtesse de Chambord. Le titre d'incognito de comte de Chambord avait été donné par la famille royale déchue au jeune Henri d'Artois à partir de 1830 en souvenir du domaine de Chambord, qui avait été offert au duc de Bordeaux par souscription nationale.

C'est la tante de Henri d'Artois, la dauphine de France (1778-1851), qui incite Henri d'Artois à épouser cette princesse, pour deux raisons principales  : elle est catholique ; son père est le seul souverain européen à ne pas avoir reconnu la monarchie de Juillet.

Le prince aurait préféré épouser la sœur cadette de Marie-Thérèse, Marie-Béatrice de Modène (1824-1906) qu'il estime plus jolie, mais elle lui préfère un frère du prétendant carliste au trône d'Espagne et le « comte de Chambord » convole avec Marie-Thérèse, qui a presque trente ans, soit trois ans de plus que lui, et qui souffre de surdité.

La branche aînée des Bourbons s'éteint avec Henri d'Artois, en 1883.

Marie-Thérèse de Modène meurt le au palais Lantieri à Gorizia (Italie).

Elle est inhumée au couvent des franciscains de Castagnavizza (à Nova Gorica, actuellement Slovénie).

Famille de Habsbourg-Lorraine issue de la famille d'Este[modifier | modifier le code]

Marie-Thérèse Béatrix Gaétane de Modène appartient à la branche des Habsbourg-Lorraine d'Autriche-Este, née d'une alliance matrimoniale entre l'ancienne maison d'Este et les Habsbourg-Lorraine.

La famille d'Este est issue des ducs de Toscane, Guy et Lambert, fils d’Adalbert II (875-915)[réf. nécessaire], qui gouvernent Florence au temps de Charlemagne et qui, en 926, ont été dépouillés de leurs États par les rois d’Italie.

La branche aînée[Laquelle ?] de cette famille règne sur Este, Modène, Padoue, Ferrare, Reggio. Les duchés de Carrare et de Massa font également partie de leurs possessions.

La branche cadette, les Este de Modène, naît du second mariage d’Azzo II (1009-1097). Cette branche, qui règne sur les duchés de Ferrare (de 1471 à 1597) et de Modène (de 1452 à 1797), s’éteint en 1803. Du premier mariage d'Azzo II, sont issus les rois du Royaume-Uni et de Hanovre (cette branche est représentée de nos jours par Ernst August de Hanovre (1954), neveu de la reine Frideríki de Grèce).

Ses grands-parents[modifier | modifier le code]

Le dernier prince de cette famille, Hercule III (1727-1803), qui a épousé Marie-Thérèse Cybo de Malaspina (1725-1790), duchesse de Carrare et Massa , meurt sans descendance mâle.

Par conséquent, l’aînée de ses filles, Marie-Béatrix d’Este-Modène (1750-1829), princesse de Modène et duchesse de Reggio, Massa et Carrare, devient son héritière.

En 1771, elle épouse l’archiduc Ferdinand de Habsbourg-Lorraine (1754-1806), dernier des fils de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche (1717-1780) et frère de la dauphine Marie-Antoinette (1755-1793). Elle lui apporte en dot le nom et la principauté d’Este et lui donne dix enfants.

Ses parents[modifier | modifier le code]

L’un de leurs fils, François Joseph Charles Ambroise Stanislas de Habsbourg-Lorraine (1779-1846), archiduc d’Autriche-Este, deviendra duc de Modène sous le nom de François IV.

Ce dernier épouse sa nièce, Marie-Béatrix Victoire Joséphine de Savoie (1792-1840) appelée également Marie-Béatrix Victoire Joséphine de Sardaigne.

Par son père, Victor Emmanuel Ier de Sardaigne (1759-1824), cette dernière est l'héritière directe des Stuart pour régner sur le Royaume-Uni, mais se trouve exclue de la succession en raison de l'acte de 1701 prohibant l'intronisation d'un roi favorable au catholicisme.

Sa fratrie[modifier | modifier le code]

De cette union naîtront quatre archiducs et archiduchesses : Marie-Thérèse (1817-1886) ; François (1819-1875), qui sera le dernier duc de Modène sous le nom de François V ; Ferdinand Charles (1821-1849), père de la dernière reine de Bavière ; Marie-Béatrix Anne Françoise (1824-1906) qui épouse Jean de Bourbon, comte de Montizon (1822-1887), prétendant carliste au trône d'Espagne et, à la mort du comte de Chambord, prétendant légitimiste au trône de France.

Les aléas du pouvoir[modifier | modifier le code]

L’avènement de Napoléon Ier porte préjudice à la famille.

En 1805, François IV perd son trône.

En 1814, la chute de l’empereur lui permet de le retrouver. Il pratique alors une politique réactionnaire mais développe l’agriculture.

Marie-Thérèse de Modène
Description de cette image, également commentée ci-après

Marie-Thérèse de Modène vers 1885

Titre

Épouse du prétendant légitimiste au trône de France


(36 ans 9 mois et 8 jours)

Prédécesseur Marie-Thérèse de France
Successeur Marie-Béatrice de Modène
(Succession légitimiste)
Marie-Isabelle d'Orléans
(Succession orléaniste)
Biographie
Titulature Archiduchesse d’Autriche
« Comtesse de Chambord »
Dynastie Maison de Habsbourg-Lorraine
Nom de naissance Maria Teresa Beatrice Gaetana[2] d'Austria d'Este
Naissance
Modène (Modène)
Décès (à 68 ans)
Goritz (Empire austro-hongrois)
Sépulture Couvent des Franciscains de Castagnavizza
Père François IV de Modène
Mère Marie-Béatrice de Savoie
Conjoint Henri d'Artois
Religion Catholicisme

Vie privée et controverses[modifier | modifier le code]

État de santé[modifier | modifier le code]

Le couple n'eut pas d'enfant, ce dont la « comtesse de Chambord » souffrit énormément. Elle présentait une malformation due à l'avancée d'une travée osseuse de son bassin qui barrait de long en large l'entrée de son utérus. Il lui était impossible d'enfanter ou d'avoir des rapports sexuels. Le terme usité à cette époque pour désigner une personne présentant ce type de malformation était bréhaigne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maria Theresia Beatrix Cajetana von Este : acte de mariage no 29, archives de Bruck an der Mur.
  2. (it) Duché de Modène, Almanacco di corte : per l'anno bisestile 1832. (almanach de la cour royale de Modène), Modène, per gli Eredi Soliani, Tip. Reali, coll. « Almanacco di corte », , 368 p. (OCLC 801118590, lire en ligne), Nascite de' sovrani e principi d'Europa., « Modena. », p. 31.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Serge Bernstein et Pierre Milza – Histoire du XIXe siècle – Collection Initial – Éditions Hatier – Paris 2013.

André Castelot – « Madame Royale » – Éditions Perrin – 1950.

C.J. Grand – « L’ange de l’exil – Madame la comtesse de Chambord – Marie Thérèse d’Este, reine de France et de Navarre » - Lecoffre – 1872.

Daniel de Montplaisir – « Le comte de Chambord, dernier roi de France » – Perrin – 2008.

Jean-Paul Roussilhe – La duchesse de Berry ou la mère persécutée – Éditions Rencontres de Lausanne – Lausanne 1966.

Souvenirs de la duchesse d’Uzès – Éditions Lacurne – Paris 2011.

Prosper Védrenne – «  La comtesse de Chambord – Marie Thérèse, reine de France, épouse d’Henri V – Enfance, vie, portrait, avenir » - Tolra – 1871.

Pierre Kalmar - «Marie-Thérèse Béatrix Gaétane d'Este-Modène, archiduchesse d'Autriche-Este, princesse de Modène, comtesse de Chambord, duchesse de Bordeaux et reine de France et de Navarre. Une petite biographie » - CRÉBU NIGO - 2017.