Jean-François Le Nepvou de Carfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Patrice Le Nepvou de Carfort.

Jean-François Le Nepvou de Carfort
Surnom Le Chef
Naissance
Saint-Brieuc
Décès (à 72 ans)
Trébry
Origine Français, Breton
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Flag of Royalist France.svg Chouan
Arme Armée catholique et royale des Côtes-du-Nord
Grade Brigadier
Commandement Division de Saint-Brieuc
Conflits Chouannerie
Distinctions Chevalier de Saint-Louis

Jean-François le Nepvou de Carfort né le à Saint-Brieuc, mort à Trébry (Côtes-du-Nord) le , fils de Godefroy le Nepvou, chevalier de Carfort, Seigneur de La Grivelais, et de Catherine Emmanuelle de Gouyon, était un chef chouan.

Dès 1790, les habitants de Plémy le mirent à leur tête. D'abord lieutenant de Boishardy, Carfort fut reconnu colonel de la division de Saint-Brieuc en février 1795, puis fut nommé major général des armées royales de Bretagne, division des Côtes-du-Nord, en 1799. Du mois d'octobre 1805 au mois d'avril 1814, Il fut emprisonné au château d'If. Libéré à la Restauration il fut décoré de l'ordre de Saint-Louis.

En mai 1832, lors de l'insurrection légitimiste de 1832, une révolte chouanne, soutenant les légitimistes, considérant Henri V comme roi légitime, contre la Monarchie de Juillet (le roi Louis-Philippe étant considéré comme un usurpateur), nécessita la présence de détachements de troupes du 46e régiment d'infanterie et de la Garde nationale à Châteaubourg, Saint-Jean-sur-Vilaine, Saint-Aubin-des-Landes, Pocé-les-Bois, etc. ; le , un combat oppose les chouans commandés par Alexandre Courson de la Villevalio et Jean-François Le Nepvou de Carfort d'une part, et les forces de l'ordre commandées par le général de Castres sur la lande de Touchenaux, près de la ferme de la Gaudinière en Vergeal[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]