Quessoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quessoy
Le château de Bogard.
Le château de Bogard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Plaintel
Intercommunalité Lamballe Terre et Mer
Maire
Mandat
Jean-Luc Gouyette
2014-2020
Code postal 22120
Code commune 22258
Démographie
Gentilé Quessoyais, Quessoyaise
Population
municipale
3 857 hab. (2014)
Densité 132 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 19″ nord, 2° 39′ 25″ ouest
Altitude 90 m
Min. 37 m
Max. 161 m
Superficie 29,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Quessoy

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Quessoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quessoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quessoy
Liens
Site web Site officiel de la commune de Quessoy

Quessoy [kɛswa] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France. Le nom breton de Quessoy est Kesoe (Késoé).

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cheisoium vers 1140, Kessoe en 1160, Kessoi en 1167, Quesseium au XIIe siècle, Quessoyum en 1272, Parochia de Quessoi en 1274, Quessoy en 1311, Quessayum et Quesseyum en 1371, Quessouay et le Quessouay en 1405, 1426, 1480, 1514, 1536 et en 1569, Quenossay en 1443, Quiessoys en 1566[1].

Quessoy vient, semble-t-il, du gaulois casso (chêne)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Quessoy[3] porte les noms de 155 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale, dont huit sur le front belge pendant la Course à la mer, deux dans les Balkans alors qu'ils étaient membres de l'Armée française d'Orient, quatre alors qu'ils étaient prisonniers de guerre en Allemagne, les autres sur le sol français. Alfred Du Plessis de Grenédan, sergent au 48e régiment d'infanterie, disparu le à Prosnes (Marne), fut décoré de la Croix de guerre avec étoile de bronze et de la Médaille militaire ; Raoul Du Plessis de Grenédan, lieutenant au 22e régiment de dragons, fut tué par un officier allemand qui avait feint de se rendre le à Banteux (Nord) et fut décoré de la Légion d'honneur.

Pierre Lagrée, né en 1896 à Quessoy, soldat au 1er régiment d'infanterie coloniale, fut fusillé pour l'exemple le à Rennes (Ille-et-Vilaine), condamné à mort par le conseil de guerre de la 10e région militaire pour « homicide »[4].

La Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Quessoy[3] porte les noms de 10 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale, dont trois alors qu'ils étaient prisonniers de guerre en Allemagne.

L'après-Seconde-guerre-mondiale[modifier | modifier le code]

Un soldat originaire de Quessoy, Francis Baudet[5] est mort pendant la Guerre d'Indochine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
1892 1902 Raoul du Plessis de Grenédan    
1902 1904 Pierre Prual    
1904 1910 Raoul du Plessis de Grenédan    
1910 1921 Gabriel du Plessis de Grenédan    
1921 1933 Guillaume Prual    
1933 1947 Joseph Berthelot    
1947 1953 Louis Adam    
1953 1971 Marie du Plessis de Grenédan    
1971 mars 2001 Jean Labbé   Maçon
mars 2001 mars 2014 Constant Ramel   Agriculteur
mars 2014 en cours Jean-Luc Gouyette DVG Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 857 habitants, en augmentation de 12,81 % par rapport à 2009 (Côtes-d'Armor : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 245 1 820 2 067 2 559 2 674 2 806 2 709 3 301 3 301
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 955 2 970 3 002 2 851 2 886 2 869 2 857 2 862 2 806
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 724 2 779 2 598 2 270 2 243 2 178 2 146 2 076 2 024
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
2 055 2 006 2 275 2 864 3 105 3 184 3 383 3 694 3 857
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux
Patrimoine civil

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le club d'Union Sportive de Quessoy a été fondé en 1946. Il comportait au départ deux sections, le football et l'athlétisme, et depuis 1985 il ne reste que le football. Le club a joué jusqu'en DSR dans les années 1980. Depuis 1982 il navigue entre les championnats de PH et DRH. En 2014 ils finissent champions du DRH le 25 mai 2014. 32 ans après la descente de DSR, ils retrouveront ce championnat pour la saison 2014-2015. Deux ans après cette remontée historique fort d'un collectif hyper soudé, L'USQ réalise l'exploit de réussir la même année le titre de champion de D2 et de DRH grâce notamment à une tête rageuse de son défenseur latéral Thomas Glatre qui restera à tout jamais le dernier buteur de l'USQ dans l'histoire de la DRH

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Tous les ans la commune accueille des artistes et des comédiens pour le festival "Sons d'Automne".
  • Un carnaval a lieu aussi tous les deux ans durant la période de Pâques organisé par le Club des Jeunes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. L'Helgouach, Charles-Tanguy Le Roux, La sépulture mégalithique à entrée latérale du Champ-Grosset en Quessoy, Annales de Bretagne, no 72, 1, 1965, p. 5-31, no 74, 1, 1967, p. 53-69
  • Yannick Guyader, Fouille d'un souterrain de l'âge du fer en Quessoy, Annales de Bretagne, no 76, 1, 1969, p. 61-84