Bruno Questel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Questel.

Bruno Questel
Illustration.
Fonctions
Député de la 4e circonscription de l'Eure
En fonction depuis le
(1 an, 3 mois et 25 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur François Loncle
Conseiller général puis départemental de l'Eure
élu dans le canton de Bourgtheroulde-Infreville
En fonction depuis le
(14 ans, 6 mois et 14 jours)
Élection 28 mars 2004
Réélection 29 mars 2015
Prédécesseur Pierre-Louis Brau
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Bourg-Achard (Eure, France)
Nationalité française
Parti politique PRG (1989?-2004)
SE (2004-2005)

PS (2005-2015)
SE (2015-2017)
LREM (depuis 2017)
MRSL (depuis 2018)

Diplômé de Université Panthéon-Sorbonne
Profession Avocat

Bruno Questel, né le à Bourg-Achard, est un homme politique français.

D'abord membre du Parti radical de gauche, dont il préside la fédération de l'Eure, il rejoint le Parti socialiste (PS) en 2005, date à laquelle il est élu conseiller général de l'Eure. Il quitte le PS et le conseil général en 2015.

Membre de La République en marche et du Mouvement radical, social et libéral, il est élu député dans la 4e circonscription de l'Eure lors des élections législatives de 2017.

Depuis 2018, il est vice-président du groupe La République en marche chargé des relations institutionnelles et avec les territoires.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Ancien suppléant du député socialiste François Loncle, Bruno Questel a rejoint le Parti socialiste en 2005[1], peu après avoir quitté le Parti radical de gauche (dont il était président départemental) et avoir été élu en tant que divers gauche conseiller général de l'Eure[2].

En 2014, il est la tête de la liste du Parti socialiste aux élections sénatoriales dans l'Eure, qui recueille 17,06 % des voix et aucun siège.

En 2015, il quitte le Parti socialiste, s'opposant à son premier secrétaire fédéral Marc-Antoine Jamet[1].

En 2016, il exprime son intention de ré-adhérer[3] au PRG où il est accueilli « froidement » par le président départemental « Il y a laissé un très mauvais souvenir. (…) Il m’a fait part de sa demande d’adhésion mais je n’ai pas reçu sa cotisation. »

Il présente sa candidature à l'investiture de La République en marche pour les élections législatives de 2017 le soir de la victoire de Benoît Hamon à la primaire co-organisée par le Parti socialiste[2], après avoir soutenu la candidature d'Arnaud Montebourg[4].

Le 18 juin 2017, il est député sous l'étiquette LREM de la quatrième circonscription de l'Eure avec 60,51 % des suffrages face à une candidate du Front national[5].

En avril 2018, il participe à la réunion constitutive de la fédération Mouvement radical (social libéral) de l'Eure ; il siège de droit au sein de son bureau[6]. Alors que certains radicaux tentent de créer leur propre groupe parlementaire à l'Assemblée nationale, il indique ne pas envisager de quitter le groupe LREM[7].

En octobre 2018, après l'élection de Gilles Le Gendre comme président du groupe La République en marche, il devient vice-président du groupe chargé des relations institutionnelles et avec les territoires[8].

Synthèse des mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bruno Questel démissionne du Parti Socialiste », Caméra Diagonale,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Le député LREM Bruno Questel règle ses comptes », (consulté le 25 avril 2018)
  3. « Eure : avant de se relancer, le PRG ne se prive pas de quelques piques saignantes... », www.paris-normandie.fr,‎ (lire en ligne)
  4. « Législatives : qui est Bruno Questel, le nouveau député En Marche de la 4e circonscription de l'Eure ? », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  5. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  6. « Thierry Dupont a été élu sans souci à la tête des Radicaux de l’Eure », www.paris-normandie.fr,‎ (lire en ligne)
  7. Samuel Le Goff, « Un huitième groupe à l’Assemblée nationale ? Ce n’est pas pour tout de suite », sur contexte.com, (consulté le 18 mai 2018).
  8. « Groupe En marche à l'Assemblée : Gilles Le Gendre a choisi ses 5 vice-présidents », sur lejdd.fr, (consulté le 9 octobre 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]