Just Fontaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juste.
Just Fontaine
Just Fontaine.jpg
Just Fontaine en 2007
Biographie
Nom Just Fontaine
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 18 août 1933 (1933-08-18) (80 ans)
Lieu Marrakech (Protectorat français du Maroc)
Taille 1,74 m (5 9)
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
... Drapeau : Maroc SA Marrakech
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1950-1953 Drapeau : Maroc USM Casablanca ? (?)
1953-1956 Drapeau : France OGC Nice 83 (52)
1956-1962 Drapeau : France Stade de Reims 152 (145)
1953-1962 Total en France 235 (197)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1953-1960 Drapeau : France France 21 (30)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1967 Drapeau : France France
1973-1976 Drapeau : France Paris SG
1978-1979 Drapeau : France Toulouse FC
1979-1981 Drapeau : Maroc Maroc
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Just Fontaine, dit « Justo », né le à Marrakech dans le Sud du Maroc alors possession française, est un footballeur français.

Avant-centre des années 1950, il est toujours le meilleur buteur de tous les temps sur une seule phase finale de coupe du monde (13 buts en 6 matches lors de la Coupe du monde 1958 en Suède).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié au prestigieux Lycée Lyautey de Casablanca, c'est à l'US marocaine de Casablanca qu'il effectue ses débuts professionnels de 1950 à 1953. Puis il est recruté par l'OGC Nice où il inscrit 44 buts en 3 saisons. En 1956, il rejoint le Stade de Reims pour pallier le départ de Raymond Kopa et marque 121 buts en 6 saisons dont l'une d'elles passée à soigner une grave blessure à la jambe.

Au total, Just Fontaine a inscrit 165 buts en 200 matchs de Première division (soit une moyenne de 0,825 but par match) et a terminé à deux reprises meilleur buteur du championnat en 1958 et 1960 (et deux fois second, en 1957 et 59)[1].

Sous le maillot bleu, ses statistiques sont encore plus éloquentes. Ainsi, lors de sa première sélection le , il marque trois buts contre le Luxembourg (8-0). Jusqu'en 1960, il inscrit 30 buts en seulement 21 sélections (1,43 buts par match), avec en point d'orgue l'épopée de la Coupe du monde 1958 en Suède où il termine meilleur buteur avec 13 buts en 6 matchs[1], dont un quadruplé contre la RFA (6-3) qui conduit l'équipe de France à la troisième place.

Cette performance de 13 buts en une seule phase finale reste aujourd'hui un record et pourtant il n'était pas considéré comme titulaire avant l'aventure suédoise : il ne dut ce bonheur qu'à la blessure de René Bliard, attaquant habituellement titulaire aux côtés de ses comparses du Stade de Reims Roger Piantoni et Raymond Kopa.

Just en 2006, troisième debout en partant de la droite

Just Fontaine dut mettre fin prématurément à sa carrière de joueur suite à une blessure récurrente (double fracture de la jambe le contre Sochaux) : il joua son dernier match en juillet 1962, puis sortit major de la promotion des entraîneurs la même année.

Il prit ensuite les rênes de l'équipe de France de football en tant que sélectionneur en 1967 mais fut rapidement remplacé après deux défaites en matchs amicaux.

Quatre années durant, il entraîna le Paris-Saint-Germain, le faisant monter en 1re division en 1974.

Il fut également entraîneur du Toulouse Football Club durant la saison 1978-79.

Il fut sélectionneur de l'équipe du Maroc de football qui termina à la troisième place lors de la CAN 1980 au Nigeria.

Il est le fondateur des magasins Justo Sport et a lancé à l'occasion de la Coupe du monde 2006 son propre blog[2].

Il possède aussi 2 magasins Lacoste situés à Toulouse et Portet-sur-Garonne.

En parallèle, il devient également l'un des pronostiqueurs vedettes de l'hebdomadaire de paris sportifs Lotofoot Magazine, qui paraît chaque mercredi depuis plus de 22 ans.

Il est depuis longtemps un hôte assidu de Sainte-Maxime (Var) dans son « Mas suédois », appelé ainsi par allusion à son record à la Coupe du Monde en Suède. Trois ballons en céramique y sont posés sur les piliers de l’entrée.

Record Coupe du monde 1958[modifier | modifier le code]

Just Fontaine est très connu pour son célèbre record "imbattable" comme le décrivent certains. Aujourd'hui encore, on voit mal, même un grand buteur marquer 13 buts ou plus dans une seule coupe du monde. En effet, Fontaine a réussi l'exploit de marquer 13 buts en 6 matchs lors de la Coupe du monde 1958.

  • Lors du premier match où les Français s'imposent largement devant le Paraguay 7-3, Just Fontaine inscrit un triplé.
  • Lors du deuxième match contre la Yougoslavie, la France s'incline 3-2 malgré un doublé de Fontaine.
  • Le troisième match est remporté par la France 2-1 contre l'Écosse avec 1 nouveau but de Just Fontaine.
  • Le quart de finale fut assez facilement remporté contre l'Irlande du Nord 4-0 dont un doublé de Fontaine.
  • La demi-finale est perdue contre le Brésil 2-5 avec encore un but de Just Fontaine.
  • Lors du match pour la troisième place, Fontaine termine le tournoi français à son apogée en inscrivant un quadruplé et la France s'impose 6-3 devant la RFA.

En conclusion, Just Fontaine aura marqué 13 buts en 6 matchs dont :

Joueur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Just Fontaine, Reprise de volée, éd. Solar, 1970
  • Just Fontaine : mes 13 vérités sur le foot (avec Jean-Pierre Bonenfant), éd. Eurosport Solar, 2006
  • Just 13 !, coll. Témoin de l'Universel, éd. Elytis, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Just Fontaine : Le vieux fusil », sur http://fr.fifa.com,‎ 3 juillet 2008 (consulté le 6 février 2009)
  2. « 13buts.com, le blog de Just Fontaine », sur http://13buts.typepad.fr,‎ 24 mai 2006 (consulté le 24 octobre 2009)
  3. Le HuffPost/AFP, « Légions d'honneur : Roselyne Bachelot, Line Renaud et Marie-José Pérec décorées » sur Le Huffington Post, 14 juillet 2013