Association sportive de Saint-Étienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la section féminine, voir Association sportive de Saint-Étienne (féminines).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Asse.

AS Saint-Étienne

Logo du AS Saint-Étienne
Généralités
Nom complet Association sportive de Saint-Étienne
Surnoms Les Verts, Sainté,
l'ASSE ou l'ASS (de l'ancien nom)
Noms précédents Amicale des employés de la Société des magasins Casino (1919)
Amicale Sporting Club (1920-1927)
Association Sportive Stéphanoise (1927-1933)
Fondation 1919
Statut professionnel Depuis le 26 juin 1933
Couleurs Vert et blanc
Stade Stade Geoffroy-Guichard
(41 965 places)
Siège 11 rue de Verdun
42580 L'Étrat
Championnat actuel Ligue 1
Président Drapeau : France Bernard Caïazzo
Drapeau : France Roland Romeyer
Entraîneur Drapeau : France Christophe Galtier
Joueur le plus capé Drapeau : France René Domingo (537)
Meilleur buteur Drapeau : France Hervé Revelli (175)
Site web www.asse.fr
Palmarès principal
National[note 1] Championnat de France (10)
Coupe de France (6)
Coupe de la Ligue (1)
Championnat de France de D2 (3)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2014-2015 de l'AS Saint-Étienne
0
Voir l’image vierge
Localisation de la ville de Saint-Étienne

L'Association sportive de Saint-Étienne, abrégée en ASSE, AS Saint-Étienne (ASS), les Verts ou encore Sainté, est un club de football français fondé en 1919 par le Groupe Casino, et basé à Saint-Étienne (Loire).

Dix titres de champion de France, six Coupes de France, une Coupe de la Ligue et une finale de Coupe des clubs champions européens composent principalement le palmarès d'un des clubs les plus titrés et les plus populaires du football français.

Officiellement professionnelle depuis 1933, l'AS Saint-Étienne atteint son apogée dans les années 1960 et 1970, lorsqu'elle remporte huit titres de champion de France en seulement treize saisons.

En 1976, les Verts de Robert Herbin provoquent une ferveur nationale peu commune en atteignant la finale de la Coupe d'Europe des clubs champions. Ils sont finalement battus par le Bayern Munich au stade Hampden Park à Glasgow.

En 2012, les Stéphanois entament leur 60e saison en première division du championnat de France, ce qui en fait le troisième club dans ce domaine.

Depuis qu'il est professionnel, le club réside au Stade Geoffroy-Guichard. Le club est depuis 2004 et jusqu'à aujourd'hui coprésidé par Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, qui sont les deux actionnaires principaux du club. L'équipe première, entraînée par Christophe Galtier depuis le 15 décembre 2009, évolue en première division.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse du club (1919-1933)[modifier | modifier le code]

Fondée au sein d'une région industrielle et ouvrière, l'AS Saint-Étienne trouve ses origines parmi des travailleurs. Elle naît plus précisément en tant que section sportive de l'« Amicale des employés de la Société des magasins Casino »[1], une organisation créée en 1912 par le groupe Casino, basé à Saint-Étienne, pour accompagner sa politique de corporatisme sportif. L'amicale reprend logiquement à son compte la couleur verte de la chaîne d'épiceries[d 1].

Quelques mois après la naissance de la Fédération française de football-association (FFFA), l'Amicale, plus communément désignée « AS Casino » (ASC), ouvre sa section football en juillet 1919[d 1],[note 2], en complément d'autres disciplines telles que l'athlétisme ou le basket-ball[d 1]. Le 29 mars 1920, sous l'impulsion d'Albert Jacquet, secrétaire général de l'entreprise, l'AS Casino devient l'« Amical Sporting Club » afin de respecter le règlement adopté par la Fédération interdisant l'utilisation des marques dans les noms des clubs, tout en en conservant les initiales[1]. Le club est alors réservé aux employés de Casino, le centre d'entraînement se trouvant sur le terrain du « Pont de l'âne », propriété du groupe.

Sept ans plus tard, sous l'impulsion de Pierre Guichard, fils du fondateur du groupe Casino Geoffroy Guichard devenu président du club à la suite de MM. Godot et Jean Moulin[d 1], l'Amical Sporting Club fusionne avec le Stade forézien universitaire au sein de l'« Association sportive stéphanoise » (ASS), qui conserve notamment la couleur verte de l'ASC[1].

En 1930, la fédération française vote l'adoption du professionnalisme en France. Il devient nécessaire pour l'ASS, dont les dirigeants sont ambitieux, d'avoir son propre stade. Le fondateur du groupe Casino achète un vaste terrain qu'il cède au club. Une souscription auprès des « amis » du club permet de réunir la somme nécessaire à la construction d'une première enceinte, baptisée stade Geoffroy-Guichard[2]. Mais le club ne se porte pas candidat à la première édition du championnat en 1932-1933 car il n'est pas encore sportivement et administrativement prêt au passage au professionnalisme[d 1].

Premiers succès nationaux (1933-1962)[modifier | modifier le code]

En 1933, le club se porte candidat à l'inscription en championnat professionnel. Son modeste rang en championnat départemental lui fait essuyer un premier refus de la part de la Fédération, qui lui préfère le Sporting Club de Saint-Étienne, club de Division d'Honneur de la Ligue du Lyonnais, 32e de finaliste de Coupe de France en 1930 et 1931. Le Sporting ne peut toutefois pas présenter les garanties financières exigées et les Verts sont finalement promus au statut professionnel en second choix[d 1]. Le 26 juin 1933, l'Association sportive stéphanoise devient l'« Association sportive de Saint-Étienne » et accède officiellement au professionnalisme[3],[d 1].

Le championnat professionnel de première division affichant complet, le club est inscrit dans le tout nouveau championnat inter-régional, initiateur de la deuxième division, divisé en deux poules Nord et Sud. Les dirigeants, issus du monde des industriels locaux, affichent les plus hautes ambitions pour ce qui reste un club patronal[4]. Le 3 septembre, l'ASSE dispute son premier match professionnel face à La Bastidienne à Bordeaux, qu'il remporte 3-2. Le premier match à Geoffroy-Guichard se joue le 17 septembre face au FAC Nice, pour une nouvelle victoire 3-2. Cette saison-là, les Stéphanois disputent leurs premiers derbys face au FC Lyon. Malgré des structures limitées, l'équipe manque de peu la promotion[d 1]. Le premier club de supporters est créé officiellement cette saison-là[d 1].

En 1934, la D2 est fusionnée en une poule unique. Après une première année décevante, le président stéphanois Pierre Guichard développe une politique de vedettariat, recrutant de nombreux joueurs internationaux, français et surtout étrangers, qui vaudra à l'ASSE d'être moquée dans la presse comme l'« équipe des millionnaires »[d 1]. Ces joueurs réputés sont recrutés à grand frais dans l'objectif d'attirer le public au stade avec des victoires et ainsi générer des recettes[4]… Sous la direction du Hongrois Zoltan Vago, venu de Rouen, elle manque la montée à la moyenne de buts. L'entraîneur écossais William Duckworth est rappelé en 1937 et parvient à atteindre finalement l'objectif. La montée se joue lors de la dernière journée, au cours de laquelle les hommes doivent l'emporter à domicile face à Tourcoing. C'est chose faite sur le score de 7-2[d 1]. Les difficultés financières apparaissent et s’aggravent vite. Les caisses sont régulièrement renflouées par le groupe Casino et par des souscriptions publiques, dès 1938[4].

Joueur en noir avec le ballon proche de lui, avec un adversaire à quelques mètres, et un coéquipier plus loin.
Scène de match entre l'Olympique de Marseille et l'ASSE en 1938.

Les Stéphanois, rejoints par un certain Jean Snella, découvrent la première division lors de la saison 1938-1939, qu'ils terminent à une prometteuse quatrième place[d 1]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le club poursuit ses activités au sein des poules « Sud-Est-Lyonnais ». En 1941, le club perd la finale régionale de la Coupe de France (la « Coupe Charles Simon ») face au Toulouse FC[f 1]. Le club s'affirme après-guerre comme une valeur sûre du football français, sous la direction sportive de l'Autrichien Ignace Tax, devenu entraîneur pendant le conflit. En 1943-1944, alors que le professionnalisme est réservé aux équipes fédérales créées par le gouvernement de Vichy, l'équipe amateur de Tax atteint les huitièmes de finale de la Coupe de France, un authentique exploit[f 1]. À la Libération, en 1946, les Verts terminent seconds du championnat à un point du Lille OSC, et s'installent dès lors durablement dans la première moitié du classement[d 1].

Cependant la situation financière reste mauvaise, et se détériore à tel point que l'ASSE paraît condamnée à disparaître en juillet 1950. Sauvé par un Conseil municipal extraordinaire tenu le 17 juillet, qui accorde une aide exceptionnelle de 10 millions de francs, le club repart mais doit opter pour à une autre politique[4]. Pierre Guichard fait son retour à la présidence, Jean Snella, revenu au club en 1948 pour y mettre en place une structure de formation, est chargé de l'équipe première, tandis que Charles Paret est détaché de Casino pour devenir secrétaire général du club stéphanois. Ce dernier s’emploie dès lors à le structurer comme une entreprise sportive, de façon à ce que la gestion au quotidien et la bonne tenue des finances ne soient plus problématiques[4]. Par ailleurs, l'ancien joueur Pierre Garonnaire est chargé de repérer les jeunes prodiges à travers la France, ce qu'il fera avec un certain bonheur[4].

Les résultats de l'équipe s'améliorent. En 1951 et 1953, les Stéphanois atteignent les demi-finales de la Coupe de France, dont ils sont respectivement éliminés par l'US Valenciennes-Anzin, pourtant en D2, et le Lille OSC[f 1]. En 1955, le club enlève son premier trophée, la Coupe Charles Drago. Mais surtout, les jeunes du club, couvés par Snella, remportent en 1956 le championnat de France amateurs avec la réserve[d 2]. Dès la saison suivante, l'équipe première, renforcée par ces jeunes, remporte son premier championnat de France[1], et connaît un succès populaire croissant : plus de 31 000 spectateurs assistent à la réception du Stade de Reims en février[d 2]. Après avoir été invités à la dernière édition de la Coupe Latine, les Verts découvrent la Coupe d’Europe des clubs champions en 1957-1958, mais sont éliminés au premier tour par les Glasgow Rangers, malgré une victoire à Saint-Étienne au retour (3-1, 1-2)[d 2].

En 1960, les hommes de René Vernier, qui a pris la succession de Snella l'été précédent, atteignent pour la première fois la finale de la Coupe de France, perdue après prolongation face à l'AS Monaco à l'issue d'une finale à rebondissements[f 1],[5].

Domination sur le football français (1962-1982)[modifier | modifier le code]

En avril 1961, l'industriel Roger Rocher est débauché comme président à la demande de Guichard[d 2]. Il va s'attacher à poursuivre l’œuvre de professionnalisation de l'ASSE dans tous les domaines : sportif, financier, formation[4]… L'équipe connaît sur le terrain une saison paradoxale : alors qu'elle passe les tours en Coupe de France, ses résultats en championnat sont catastrophiques. En dépit du remplacement de l'entraineur Henri Guérin par François Wicart, l'équipe est officiellement reléguée en deuxième division lorsqu'elle s'apprête à disputer une finale… boycottée par ses supporters. Les Stéphanois enlèvent le trophée au FC Nancy au bout d'un match crispant (1-0)[d 2]. Sous la direction de François Wicart, défenseur promu entraîneur en début de saison, les Verts passent en Coupe des coupes leur premier tour en compétition européenne et écrasent le championnat de D2. De plus le club prépare l'avenir puisque que les jeunes remportent la Coupe Gambardella[d 2].

Équipe posant sur deux rangs au centre du terrain. Un joueur accroupi tient un fanion.
L'équipe stéphanoise en 1968.

Pour son retour dans l'élite en 1963, le club rappelle Jean Snella, qui mène ses hommes à un deuxième titre de champion à la surprise des observateurs[d 2]. Ces premiers trophées, conjuguée à la relégation conjointe des grands anciens (le Stade de Reims, le RC Paris et l'OGC Nice), introduisent vingt années de domination sur le football français, qualifiée de « grande époque des Verts »[1]. Cependant les années d'après-titre sont plus difficiles : les Verts sont humiliés par les Suisses du FC La Chaux-de-Fonds au premier tour de la Coupe des clubs champions européens 1964-1965, et distancés par le FC Nantes de José Arribas en championnat. Il faut attendre 1967 pour voir les Stéphanois remporter de nouveau le championnat à l'issue d'un duel serré avec les Nantais[d 2].

Snella tire sa révérence et choisit comme remplaçant Albert Batteux, le fameux entraîneur du grand Stade de Reims[d 2]. La greffe prend exceptionnellement bien : l'AS Saint-Étienne remporte dès l'année suivante le premier doublé Coupe-championnat de son histoire[6], en dominant ses concurrents assez largement[d 3]. La star stéphanoise Rachid Mekhloufi achève sa carrière sur une finale dont il est le joueur déterminant[f 1]. Le club passe pour la première fois un premier tour de Coupe des clubs champions européens avant de s'incliner face au Benfica Lisbonne, futur finaliste.

Les hommes de Batteux conservent leur couronne la saison suivante, malgré la concurrence des Girondins de Bordeaux (déjà défaits en finale de Coupe l'année précédente), faisant de l'ASSE le premier club vainqueur de trois titres de champion de France d'affilée. En Coupe d'Europe, ils ne peuvent rien face au grand Celtic de Jock Stein, malgré une victoire 2-0 à l'aller dans le Forez[d 3]. En 1970, les Stéphanois remportent un triplé historique Coupe-championnat-Gambardella. Signes de la domination des Verts sur le football français, le dauphin en championnat, l'Olympique de Marseille, pointe à onze points en fin de saison, tandis que la finale de Coupe est remportée face à un FC Nantes ridiculisé par un cinglant 5-0[f 1]. La déception est cependant une nouvelle fois de mise en Coupe d'Europe : après une victoire prometteuse sur les Allemands du Bayern Munich, le Legia de Varsovie prend le meilleur sur les Français[d 3].

Les Marseillais prennent leur revanche la saison suivante, à l'issue d'un duel serré marqué par l'affaire Carnus-Bosquier : le président Rocher décide d'écarter dans les dernières semaines ces deux joueurs majeurs, en fin de contrat et en contact avec l'OM[f 1],[7]. De nombreux joueurs majeurs quittent le Forez en 1971, notamment pour Marseille[d 3], et c'est finalement sur une deuxième saison blanche que Batteux, lassé par les interventions du président Rocher, décide de démissionner[8].

Joueurs stéphanois se congratulant après un but. Au fond de l'image, le but.
Célébration stéphanoise après la victoire sur le PSV Eindhoven en 1976 (Ćurković, Janvion, Santini).

Le capitaine Robert Herbin, tout juste retraité, prend place sur le banc en remplacement de Batteux. S'appuyant notamment sur les vainqueurs de la Gambardella en 1970 (Gérard Janvion, Christian Lopez, Dominique Bathenay, Christian Sarramagna), il reconstruit une équipe redoutable[d 3]. En 1972, le stade est réaménagé[4]. Dominés en 1973 par le FC Nantes, les Verts prennent leur revanche l'année suivante en signant un nouveau doublé Coupe-championnat. Les Nantais, dauphins en championnat, sont battus en quart de finale de la Coupe, remportée face à l'AS Monaco. Les Stéphanois remportent le quatrième doublé Coupe-championnat de leur histoire, malgré la crise provoquée par la démission en décembre du président Rocher - ce dernier revient sur sa décision le mois suivant[d 4]. La finale de Coupe, disputée face au RC Lens dans un stade acquis à la cause des Verts, voit Larqué marquer un but exceptionnel[f 1]. Mieux encore, ils s'offrent leur première épopée européenne : ils éliminent les Portugais du Sporting, l'Hajduk Split de Tomislav Ivić à l'issue d'un match retour mémorable (1-4, 5-1ap) puis les Polonais de Chorzów avant de s'incliner en demi-finale face au Bayern Munich. Les Verts y gagnent une grande popularité à travers le pays[d 4].

En 1975-1976, les Verts, qui bénéficient de l'explosion au premier plan de Dominique Rocheteau, remportent le championnat de France pour une troisième année consécutive, et réalisent un parcours européen resté dans les mémoires : ils éliminent successivement le KB Copenhague, les Glasgow Rangers, le Dynamo Kiev du ballon d'or Oleg Blokhine après prolongation et enfin le PSV Eindhoven[d 4]. En finale, ils affrontent le 12 mai le Bayern Munich, double tenant du titre, au Hampden Park de Glasgow. Privés au coup d'envoi de Rocheteau blessé, les Verts touchent deux fois les poteaux (devenus les fameux « poteaux carrés ») avant l'ouverture du score des Allemands, sur un coup franc de Franz Roth. Rentré en jeu à huit minutes de la fin, Rocheteau manque de peu de renverser à lui seul la situation, en vain[1]. À leur retour en France, ils sont reçus en grande pompe par le président de la République Valéry Giscard d'Estaing et défilent à Paris sur les Champs-Élysées[d 4],[9].

Éliminée en quart de finale de la Coupe d'Europe des clubs champions 1977 par Liverpool après un match retour de légende à Anfield Road, distancée par le FC Nantes en championnat, l'ASSE parvient tout de même à remporter la Coupe de France, en battant les Nantais à l'arrachée en demi-finale puis le Stade de Reims en finale (2-1)[d 4].

Joueurs en civils discutant. Une femme tient Robert Herbin et Ivan Curkovic.
Déplacement à Eindhoven en 1979 (de g. à d. : Johnny Rep, Ivan Ćurković, l'entraîneur Robert Herbin et Dominique Rocheteau).

Les deux dernières années des années 1970 voit le club perdre un peu de sa superbe. Au printemps 1977, le capitaine Larqué est écarté puis transféré suite à un conflit avec l'entraîneur Herbin. Visiblement en fin de cycle, les Stéphanois réalisent une saison 1977-1978 sans relief[d 4]. Le rajeunissement de l'effectif permet aux Verts de connaître un mieux en 1978-1979. Le recrutement du jeune Michel Platini et de l'international hollandais Johnny Rep replacent ensuite l'ASSE au sommet du football français : après une prometteuse 3e place en 1980, le championnat est bien remporté l'année suivante grâce à un Platini qui arrive au sommet de son art[d 5],[f 1]. Les Stéphanois sont par contre privés d'un cinquième doublé Coupe-championnat par le SC Bastia en finale. L'équipe atteint également les quarts de finale de la Coupe UEFA en 1980 et 1981, mais s'inclinent lourdement à Geoffroy-Guichard face au Borussia M'Gladbach puis Ipswich Town[1],[d 5]. La saison 1981-1982, la dernière de Platini en France avant son départ à la Juventus, est celle des occasions manquées puisque les Verts finissent 2e du championnat (à un petit point de Monaco) et perdent la Coupe de France aux tirs au but face au Paris Saint-Germain, après l'égalisation au bout de la prolongation de l'ancien « Ange vert » Rocheteau, parti à Paris[f 1].

Période terne (1982-1998)[modifier | modifier le code]

Les affaires financières, et notamment la fameuse « caisse noire » du président Roger Rocher dévoilée en 1982[10], marquent brutalement la fin du règne vert. Roger Rocher doit démissionner le 17 mai 1982. L'inflexible Robert Herbin est licencié en janvier 1983 par le nouveau président Paul Bressy, qui est lui-même mis en minorité dès le mois de mai. Le jeune André Laurent le remplace et nomme l'ancien international Jean Djorkaeff. La réduction nécessaire de la masse salariale entraîne le départ de nombreux joueurs majeurs. Un an plus tard, en mai 1984, le club est relégué en deuxième division après un barrage perdu à Geoffroy-Guichard face à l'ambitieux Racing Paris de Jean-Luc Lagardère[d 5].

Le club repart à l'étage inférieur avec un effectif rajeuni, dirigé par Henryk Kasperczak, mais avec un public toujours fidèle et dans un stade rénové à l'occasion de l'Euro 1984. Revenus d'un début de saison catastrophique, les Verts accrochent le droit de disputer un match de barrage mais s'y inclinent face au Stade rennais[d 5]. Confirmant en Coupe de France leurs bonnes dispositions, ils ne sont éliminés qu'en quart de finale de Coupe par le Lille OSC. L'année suivante est la bonne, « Sainté » retrouve la D1 en dominant largement le groupe A du championnat de France de Division 2[d 6]. Lors du « match des champions », la finale de la Division 2, les Verts s'inclinent de nouveau face au Racing, après prolongation (3-2, 1-1ap)[11].

Le retour dans l'élite est difficile mais s'achève sur un premier maintien, suite auquel la famille Guichard impose le retour de Herbin. Le groupe est renforcé et le club retrouve le haut du tableau en 1987-1988 avec une prometteuse 4e place… avant de retomber dans le ventre mou du classement les années suivantes[d 6]. Après une demi-finale de Coupe perdue à domicile face au Montpellier HSC d'Éric Cantona en 1990[f 1], Herbin quitte définitivement le banc, qui est confié à Christian Sarramagna, son ancien joueur et adjoint. Malgré un effectif intéressant sur le papier et l'éclosion de jeunes, le club n'atteint pas son objectif de retrouver l'Europe. Jacques Santini, autre glorieux ancien, est nommé entraîneur en 1992[d 6]. La saison suivante, l'Olympique de Marseille, futur champion d'Europe, tombe en quart de finale de Coupe à Geoffroy-Guichard, mais le FC Nantes a raison des Verts au tour suivant[f 1].

Alors que le président Laurent est en pourparlers avec l'homme d'affaires libanais Charlie Chaker, la famille Guichard décide de reprendre en main le club (toujours constitué à l'époque en association loi de 1901) via Yves Guichard, petit-fils de Geoffroy[12]. Jean-Michel Larqué, emblématique capitaine de 1976, est nommé manager général. Malgré un recrutement ambitieux, les résultats sont décevants. Les relations au sein de la direction sont difficiles[12]. Au printemps 1994, il est fait état d'un déficit de 37 millions de francs[d 6]. Yves Guichard démissionne, remplacé par Michel Vernassa, un sponsor du club. Ce dernier licencie Santini et Larqué démissionne[12]. La priorité va aux économies : le responsable du centre de formation Élie Baup est nommé entraîneur, tandis que les meilleurs joueurs sont vendus. Les résultats s'en ressentent : 18e en 1995, le club est repêché administrativement « grâce » à l'interdiction de montée imposée à l'Olympique de Marseille suite à l'affaire VA-OM, mais il finit par redescendre en D2 en 1996 suite à une piteuse 19e place[d 6].

Renfloué par la ville de Saint-Étienne, le club évite de peu le dépôt de bilan. Le nouveau patron Philippe Koehl change les hommes : Dominique Bathenay et Maxime Bossis, arrivés l'année précédente, et Baup sont licenciés, tandis que Pierre Mankowski est installé sur le banc[d 6]. Malgré des débuts prometteurs, la saison 96/97 tourne au cauchemar, au point de craindre la descente en championnat National. L'ASSE finira finalement 17e, avec un maintien qui ne s'obtiendra que lors de l'ultime journée. D'ailleurs, comme un triste signe du destin, c'est lors de cette période difficile pour l'ASSE que Roger Rocher, l'emblématique ancien président du club, disparaîtra. Le retour de Robert Herbin comme directeur sportif à l'été 1997, qui arrive avec Pierre Repellini comme entraîneur pour la saison 97/98 à venir tourne à la catastrophe : lanterne rouge de D2 à l'automne, l'ASSE est vendue par la ville à Alain Bompard. De leur côté, Herbin et Repellini parviennent finalement à sauvegarder l'essentiel : le maintien en D2 avec une nouvelle 17e place [d 6].

Ainsi, à la veille des années 2000, beaucoup de choses sont à reconstruire pour le club stéphanois qui a frôlé la relégation en National lors de ces deux dernières saisons. Seule lueur d'espoir : la victoire en Coupe Gambardella des jeunes Stéphanois[d 6].

Deux remontées et une stabilisation (depuis 1998)[modifier | modifier le code]

Portait de Aloisio dans le tunnel d'entrée, le gardien Janot dans son dos.
Janot et Aloisio, capitaine, en 2001.

L'intersaison 1998 est mouvementée : Herbin et Repellini partent, remplacés par l'expérimenté Robert Nouzaret et Gérard Soler comme président délégué[d 6]. L'effectif est largement renouvelé. Enfin, le stade, rénové, profite à plein de l'« effet Coupe du monde 1998 ». Les Stéphanois réalisent une saison exemplaire, remportant le titre de champion de France de D2 et ainsi leur retour dans l'élite[d 7].

L'espoir d'un retour au premier plan est réel, incarné par les exploits des attaquants brésiliens Aloisio et Alex, qui hissent les Verts à une 6e place en 2000. Mais la saison suivante tourne au désastre, en septembre éclate l'affaire des faux passeports, impliquant notamment les deux stars stéphanoises et leurs dirigeants[13]. Les rebondissements judiciaires sont nombreux tout au long de la saison, le club se voyant menacé de nombreux points de pénalité. Quatre entraîneurs, dont le Gallois John Toshack, se succèdent en vain : « Sainté » termine 17e et redescend en D2.

Malgré l'élargissement de l'élite de dix-huit à vingt clubs, l'ASSE met trois saisons à gagner son billet. Les premiers mois difficiles sont fatals à Alain Michel, arrivé à l'intersaison. Le bouillant Frédéric Antonetti parvient à rétablir la situation, malgré l'interdiction de recrutement imposée par la DNCG. En 2004, après deux saisons passés dans le ventre mou de la Ligue 2, les Verts sont de nouveau champions et retrouvent la Ligue 1. Ils atteignent également les demi-finales de la Coupe de la Ligue mais s'inclinent à Geoffroy-Guichard face au FC Sochaux après les prolongations.

4 joueurs en vert formant un mur, l'arbitre étant positionné derrière celui-ci.
Joueurs stéphanois en 2006.

Bernard Caïazzo, qui a renfloué le club en 2003, le rachète finalement entièrement à l'été 2004 avec l'aide de Roland Romeyer, sponsor du club. Le départ du recruteur Christian Villanova provoque celui d'Antonetti[14]. Avec le revenant Élie Baup sur le banc et le jeune Vincent Tong Cuong comme directeur, les Verts connaissent un début de saison difficile, provoquant la colère des supporters. Ils se reprennent finalement et terminent à une inattendue sixième place, atteignant de nouveau les demi-finales de la Coupe de la Ligue (éliminés par Strasbourg). Après une première partie de saison 2005-2006 excellente, l'équipe récolte étonnamment des résultats moyens et terminera 13e. Quant à Baup, en fin de contrat, il quitte le Forez au terme de la saison[15].

Sa succession ne se fait pas sans heurt entre les deux actionnaires. Finalement Romeyer impose son choix en la personne d'Ivan Hašek et en profite pour devenir officiellement coprésident. L'entraîneur tchèque apporte une rigueur nouvelle à l'équipe, sans qu'elle puisse cependant se mêler à la lutte pour la qualification européenne (11e place). Roussey, l'adjoint, dont Hašek mettra publiquement en cause la fidélité[16] lui succède et mène l'équipe à la 5e place en 2008. Qualifiés pour la Coupe UEFA, les Verts font bonne figure et tombent face au Werder Brême en 8e de finale. Cependant, ils connaissent des résultats catastrophiques en championnat[1]. Roussey est limogé dès le mois de novembre et remplacé par Alain Perrin, qui arrive avec le directeur sportif Damien Comolli. L'équipe n'assure le maintien (17e) qu'à la dernière journée. La saison 2009-2010 démarre avec de nombreux départs remplacés tardivement. Les résultats ne sont pas plus cléments que la saison précédente ; en décembre, les présidents écartent Comolli et Tong Cuong[17], puis Perrin, remplacé par son adjoint Christophe Galtier. « Sainté » ne termine à nouveau qu'à la 17e place, la première non relégable. Après deux saisons catastrophiques consécutives, en dépit d'objectifs élevés, de nombreux changements sont réalisés parmi le staff et l'effectif, qui sont réduits.

Pour tenter d'améliorer les résultats du club, Caiazzo et Romeyer, qui se sont adjoint les services de l'« ange vert » Dominique Rocheteau[18], recrutent des joueurs d'expérience pour encadrer les jeunes du centre de formation. La saison 2010-2011 démarre de façon prometteuse : après six journées, les Verts occupent pour la première fois depuis 28 ans la tête du classement de la Ligue 1. Les Stéphanois remportent ensuite le 100e derby face à Lyon, leur première victoire à Gerland depuis 1993[19]. La seconde partie de saison est plus quelconque et les Verts terminent à la 10e place du championnat. Avec un effectif largement renouvelé, « Sainté » finit la saison suivante à la 7e place, ratant de peu une qualification en Ligue Europa.

Avec un groupe en progression alliant l'expérience, avec des joueurs tels que Stéphane Ruffier, Loïc Perrin, Brandão mais aussi la jeunesse comme Pierre-Emerick Aubameyang, Kurt Zouma ou encore Josuha Guilavogui, les hommes de Christophe Galtier réalise une saison 2012/2013 complète. Non seulement les Verts termineront 5e du championnat avec un total de 63 points mais aussi, ils se qualifieront pour la finale de la Coupe de la Ligue. Le 20 avril 2013, cette finale que le peuple vert attendait depuis trop longtemps est remportée par l'ASSE face au Stade rennais sur le score de (1-0), grâce à un but de l'inévitable Brandão[20]. Cette victoire est synonyme d'un premier titre depuis celui de champion de Ligue 2 en 2004. Grâce à ce titre, les Verts s'assurent une qualification en Ligue Europa 2013-2014.

L'intersaison voit le départ (compensé par l'arrivée de Mevlüt Erding) de l'attaquant vedette Pierre-Emerick Aubameyang chez les vice-champions d'Europe 2013 du BV 09 Borussia Dortmund. Malgré cela, la saison 2013-2014 s'annonce prometteuse pour des Verts qui auront la tâche de confirmer leurs bons résultats de l'année passée.

L'année 2013-2014 fut une bonne année et voit l'équipe finir à la 4e place du championnat de France, à seulement 2 points de Lille. En revanche, l'ASSE n'a pas brillé en Ligue Europa en se faisant éliminer aux barrages par le modeste club danois d'Esbjerg fB. Avec cette 4e place, les Verts décrochent à nouveau leur ticket en Ligue Europa pour la saison 2014-2015.

Le match de barrage de la Ligue Europa 2014-2015 opposera les Verts au 7e du championnat turc de football 2013-2014, l'équipe de Karabükspor. Après un match difficile et engagé en Anatolie perdu 1-0 contre une équipe turque accrocheuse, les Verts vont très vite ouvrir le score au match retour (17e minute) dans un Stade Geoffroy-Guichard bouillant grâce à une reprise de volé de leur recrue estivale Kévin Monnet-Paquet, mettant ainsi les deux équipes à égalité sur l'ensemble des deux matchs. Malgré ce début de match retour parfait les stéphanois n'arriveront pas à retrouver le chemin des filets du portier de Karabükspor durant le temps réglementaire ni durant les prolongations. Les deux équipes vont alors devoir se départager aux tirs aux buts. Les deux équipes pleines de réussites sont alors à 3-3 dans cet exercice lorsque le milieu de terrain stéphanois Jérémy Clément voit sa frappe arrêtée par Boy Waterman. Dans la foulée Stéphane Ruffier arrête deux pénaltys tandis que Max-Alain Gradel, aidé de la barre transversale transforme avec succès le sien. Les Verts se qualifient ainsi pour la phase de poules de la Ligue Europa 2014-2015.

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances de l'AS Saint-Étienne dans les diverses compétitions françaises et européennes.

Côté hexagonal, Saint-Étienne est le club le plus couronné avec dix titres de champion de France professionnel, juste devant l'Olympique de Marseille qui occupe en 2012 la deuxième place avec neuf titres. Cependant, le dernier titre stéphanois de champion remonte à l'année 1981.

En 1975, le club obtient le Prix Emmanuel Rodocanachi de l'Académie des sports, destiné à récompenser la meilleure performance réalisée par une équipe sportive français dans l'année[21].

Palmarès de l'AS Saint-Étienne[22]
Compétitions nationales Compétitions internationales

Outre ces titres officiels, le club remporte des tournois amicaux ou saisonniers comme le Tournoi international d'Évian en 1956, 1957 et 1958[24], le Tournoi de la communauté urbaine de Lille en 1979[25] et le Tournoi de Toulouse en 1980[26]. Il participe également à trois reprises à la prestigieuse Coupe Mohammed V, qu'il ne remporte cependant jamais.

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

À l'issue de la saison 2011-2012, l'Association sportive de Saint-Étienne totalise 59 participations au championnat de France de première division et neuf participations au championnat de deuxième division nationale. Saint-Étienne est en 2012 4e au classement toutes saisons confondues de première division, derrière les Girondins de Bordeaux qui comptent le même nombre de saisons dans l'élite[27].

Bilan par championnat[27]
Championnat Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Division 1/Ligue 1 61 10 2238 953 587 698 3507 2893 +614
Division 2/Ligue 2 9 3 340 150 105 85 466 352 +114

En 2009, l'International Federation of Football History & Statistics (IFFHS) publie un classement des meilleurs clubs de football du XXe siècle, continent par continent. L'AS Saint-Étienne y apparaît au 79e rang européen, et sixième club français[28].

Records[modifier | modifier le code]

L'Association sportive de Saint-Étienne a accumulé quelques records en France durant toute son histoire. Il s'agit ainsi du club le plus titré en France avec dix titres de champion de France[29]. Le club ligérien compte également le plus grand nombre de doublés Coupe-Championnat en France (4 doublés en 1968, 1970, 1974 et 1975)[30], le plus grand nombre de victoires à domicile sur une saison (19 victoires en 19 matchs en 1974-1975), le plus grand nombre de points sur une saison en Division 1 (56 en 1969-70, victoire à deux points), le plus grand nombre de victoires sur une saison (25 en 1969-70, championnat à 18 clubs), le plus grand nombre de victoires à l'extérieur sur une saison (12 en 1969-70, championnat à 18 clubs)[note 3], le plus grand nombre de buts à l'extérieur sur une saison (41 en 1969-70, championnat à 18 clubs), et enfin le plus petit nombre de buts encaissés à domicile sur une saison (4 en 2007-08).

Sur le plan européen, l'ASSE est avec le Stade de Reims, l'AS Monaco et l'Olympique de Marseille l'un des quatre clubs français à avoir participé à une finale de Ligue des champions, en l’occurrence en 1976.

En termes de scores, la plus large victoire de l'ASSE en championnat date du 25 août 1971 : pour la 3e journée de première division, Saint-Étienne écrase à domicile le Stade de Reims 9-1. À l'extérieur, le record de la plus large victoire est établi sur le terrain de l'Olympique de Marseille le 16 septembre 1951 : le club stéphanois bat le club olympien 3-10. Le record de la plus lourde défaite à domicile est établi contre l'AJ Auxerre : les Bourguignons terrassent l'ASSE 0-5 le 19 novembre 1995. Hors de ses bases, le record de la plus large défaite date de la saison 1951-1952, l'ASSE s'incline lourdement face aux Girondins de Bordeaux sur le score de 9-0[31].

Image et identité[modifier | modifier le code]

Couleurs[modifier | modifier le code]

La couleur verte de la chaîne d'épiceries Casino, à l'origine de la création du club, est adoptée dès la fondation du club[32], et n'a jamais été remise en cause[1].

Écusson[modifier | modifier le code]

En 1933, à l'introduction du professionnalisme en France, le premier logo connu du club reprend le sigle du club « ASSE » ainsi que la couleur verte du Groupe Casino, fondateur du club. L'acronyme est incliné et représenté sur un fond blanc. La forme du logo évolue au début des années 1940 puis reprend dans les années 1960 la forme d'un écu avec une pointe inférieure en ogive, dont l'arrondi part en haut des flancs. Les couleurs du club sont également introduites sous forme de bandes verticales vertes et blanches[33].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

En 1968, les dirigeants, considérant qu'ils ne disposent pas d'emblème marquant, adopte la panthère noire, qui se trouve être le surnom de leur attaquant vedette Salif Keïta[34]. Un concours est lancé auprès de l’école des Beaux-Arts, qui s'achève sur le choix d'un nouvel écusson rond dans lequel une panthère saute sur un ballon[34]. La panthère apparaît largement dans les fanions des matchs européens des années 1970. Dans les années 1980, le club revient à une plus grande sobriété avec un écu français ancien en ogive à rayures verticales blanches et vertes. Après un retour temporaire de la panthère à la fin de la décennie, le club adopte un logo rond reprenant le sigle « ASSE » ainsi que les bandes verticales vertes et blanches[33]. Depuis 1993, le logo est orné d'une étoile tricolore bleu blanc rouge symbolisant les dix titres de champion de France remportés par le club[35].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Structures du club[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stade Geoffroy-Guichard[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade Geoffroy-Guichard.

Le stade Geoffroy-Guichard est depuis 1931 l'enceinte où évolue l'Association sportive de Saint-Étienne. Le match d'inauguration est joué le 13 septembre 1931 face à l'AS Cannes en amical. Construit à l'initiative du club grâce au support financier de Geoffroy Guichard, le stade est devenu la propriété de la municipalité. Surnommé le « Chaudron », il dispose depuis 1998 d'une capacité de 35 616 spectateurs, ce qui en fait en 2012 le 8e stade de France en termes de places disponibles[1].

Le stade connaît plusieurs rénovations d'importance au cours de son histoire. Acheté le 14 juin 1965 par la ville, qui s'engage à louer le stade au club pour 30 ans pour un loyer annuel d'un franc, il est modernisé à l'occasion des compétitions internationales de football organisées par la France, Euro 1984 (pour lequel sa capacité atteint 48 000 places) et Coupe du monde 1998[2]. Il ne fait cependant pas partie des stades évalués par l'UEFA en première catégorie. Geoffroy-Guichard est l'objet depuis 2009 de plusieurs projets visant à fermer les virages et à l'agrandir. Le 21 octobre 2010, le conseil municipal adopte un projet de reconfiguration du Chaudron, comprenant la fermeture de trois des quatre virages du stade et une capacité portée à un peu plus de 40 000 places, en vue d'accueillir quelque matchs de l'Euro 2016[36]. En septembre 2012, la communauté d'agglomération décide la fermeture du 4e virage[37], portant la capacité du futur stade à environ 42 000 places.

Le stade est entouré d'équipements annexes. Autrefois située dans un petit local à l'entrée du stade, la boutique officielle de l'ASSE est depuis le début des années 2000 un « mégastore » de 800 m2, la « Boutique des Verts », posé à côté du stade Geoffroy-Guichard. Une Cafétéria Casino jouxte également le magasin[38].

Le record d'affluence est battu le 11 mai 1985 lors de la réception du Lille OSC avec 47 747 spectateurs[d 5], avant la rénovation du Stade Geoffroy-Guichard de 1998 qui réduit sensiblement la capacité du stade[39].

Centre de l'Étrat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centre de l'Étrat.

Le centre d'entraînement de l'Étrat est inauguré en avril 1997. Il porte le nom de la commune accueillant le centre, L'Étrat. En 2005, ce centre situé à quelques kilomètres de Saint-Étienne est totalement reconverti pour former les joueurs[40].

Le 28 juin 2012, l'AS Saint-Étienne devient officiellement propriétaire du centre, qu'elle louait jusque là à la Communauté d'agglomération Saint-Étienne Métropole, contre 6,2 millions d'euros. Ce rachat permet au club d'envisager la modernisation des installations sportives et l'amélioration des conditions d'accueil des spectateurs en construisant une tribune et une brasserie[41].

Siège du club[modifier | modifier le code]

Sous Roger Rocher, le siège social déménage de la rue de la Résistance, où sont également regroupés le centre de formation et les installations sportives[4]. En février 2006, l'ASSE rapatrie son siège administratif, installé en 1972 dans les locaux du stade Geoffroy-Guichard, au centre de l'Étrat. À l'écart du centre ville, l'exposition médiatique moindre permet le traitement de certains dossiers dans une plus grande discrétion, notamment lorsqu'il s'agit d'accueillir dirigeants de club ou agents de joueurs[39].

Formation[modifier | modifier le code]

La formation a souvent été une priorité pour l'ASSE, notamment dans les années 1950 à 1970, sous l'impulsion conjuguée de Jean Snella et de Pierre Garonnaire, ou depuis la fin des années 1990. La majorité des acteurs de l'épopée européenne de 1976 avaient gagné la Coupe Gambardella en 1970[42]. L'objectif du club est actuellement d'arriver à professionnaliser plusieurs jeunes de chaque classe d'âge.

Les jeunes de l'ASSE sont pris en charge scolairement par le lycée Tézenas du Montcel[43], situé dans le centre de la ville, où ils reçoivent une scolarité normale mais aux horaires adaptés aux nécessités sportives. Le centre de formation, lui, se situe dans les environs de Saint-Étienne, à l'Étrat, où s'entraînent aussi les professionnels et où est situé le siège du club[39].

Aspects juridiques, économiques et financiers[modifier | modifier le code]

Statut juridique et légal[modifier | modifier le code]

L'AS Saint-Étienne a longtemps été constitué en une simple association loi de 1901. La loi du 16 juillet 1984 oblige les clubs constitués en association loi 1901 ayant franchi un certain seuil financier à constituer une société anonyme. À partir de 1987 les clubs associatifs ne dépassant pas le seuil sont autorisés à se doter simplement de statuts « renforcés » tant qu'il n'enregistre pas de perte pendant deux exercices d'affilée, ce qui va être le cas du club stéphanois jusqu'en 1996[44]. La crise traversée par le club à l'été 1996, qui oblige la mairie à le renflouer, conduit à sa recapitalisation au sein d'une Société anonyme d'économie mixte sportive (SAEMS)[d 6]. Quand le club, sain financièrement mais en mauvaise posture, est vendu par la mairie, la structure professionnelle devient une société anonyme à objet sportif (SAOS)[d 7], détenue principalement par la société Exodia dont Alain Bompard est l'actionnaire majoritaire. Enfin, lors de la cession du club à Henri Grange en mai 2003, celui-ci transforme la SAOS en société anonyme sportive professionnelle (SASP), une structure permettant notamment de rémunérer ses dirigeants.

En 2012, les principaux actionnaires sont Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, qui détiennent à eux deux depuis 2005 la totalité des actions de Veridis, la société qui contrôle Exodia, la holding de tête du club[45].

La SASP « Association sportive de Saint-Étienne Loire » est liée par le biais d'une convention à l'association loi de 1901 « Association sportive de Saint-Étienne Loire Association », structure qui regroupe le centre de formation et les équipes amateurs du club. Cette association a signé des conventions de partenariat avec une dizaine de clubs amateurs de la région comme le FCO Firminy[46], l'AS Poissy[47], l'AS Valence[48], le FC Rhône Vallées[49], l'ASF Andrézieux[49] ou encore le Puy Foot 43 Auvergne[50].

Organigramme[modifier | modifier le code]

La SASP possède un conseil de surveillance qui a pour rôle de veiller au bon fonctionnement du club. Ce conseil nomme notamment le président du club et les membres du directoire. En 2012, le conseil est présidé par Bernard Caïazzo, ancien directeur de Call Center Alliance. Roland Romeyer, ancien directeur de SACMA Agencements, est le président du directoire, Stéphane Teissier le directeur général du club. Nicolas Jacq est responsable de la branche commerciale, François-Xavier Luce est responsable financier[51].

Plusieurs anciens joueurs figurent également en 2012 dans l'organigramme du club : Dominique Rocheteau est conseiller sportif, Christophe Galtier est l'entraîneur de l'équipe professionnelle, Jean-Philippe Primard entraine l'équipe réserve, Thierry Oleksiak et Gérard Fernandez sont responsables du recrutement de la section professionnelle et de la formation. Alain Blachon et Romain Revelli sont entraîneurs adjoints, le préparateur physique est Thierry Cotte, Fabrice Grange est l'entraîneur des gardiens[52], l'intendant du club est Frédéric Emile. Enfin le responsable du centre de formation est Bernard David depuis mai 2012[53].

Aspects financiers[modifier | modifier le code]

Le budget prévisionnel de l'AS Saint-Étienne pour la saison 2012-2013 est de l'ordre de 50 millions d'euros, soit le 7e budget de France à égalité avec le Stade rennais[54]. En 2007-2008, avec un budget proche de 65 millions d'euros, l'ASSE se classait au 6e rang national[55].

Historique des budgets de l'AS Saint-Étienne[55]
Saison 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014
Budget 64,6 M€ 66,7 M€ 66,3 M€ 52,7 M€ 52 M€ (prév.)[56] 40 M€[57] 39 M€[57]
Légende : M€ = millions d'euros.

Personnalités historiques du club[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Stéphanois ayant disputé plus de 400 matchs officiels[58].
no  Nom Période App.
1 Drapeau : France René Domingo 1949-1964 518
2 Drapeau : France Robert Herbin 1957-1972,
1974-1975
489
3 Drapeau : France Christian Lopez 1971-1982 453
4 Drapeau : France Gérard Farison 1967-1980 412
5 Drapeau : France Hervé Revelli 1966-1971,
1973-1978
405
6 Drapeau : France Jean-Michel Larqué 1966-1977 403

Tout au long de son histoire, l'AS Saint-Étienne a compté de grands joueurs, parmi lesquels de nombreux internationaux.

Photo d'équipe sur deux rangs, un des joueurs accroupis tenant un fanion.
Les fameux Verts de 1976. Ici, debout : Curkovic, Janvion, Bathenay, Piazza, Farison, Lopez, Synaeghel. Accroupis : Rocheteau, Larqué et les frères Revelli.

Le club atteint son apogée entre 1974 et 1976 en remportant trois titres de champion de France, deux fois la Coupe de France et surtout en atteignant la finale de la Coupe d'Europe des clubs champions. Lors de ce fameux match, Robert Herbin aligne l'équipe suivante : le Yougoslave Ivan Ćurković comme gardien de but ; Pierre Repellini, l'Argentin Oswaldo Piazza, Christian Lopez et Gérard Janvion en défense ; Dominique Bathenay, Jacques Santini et Jean-Michel Larqué, capitaine, en milieu de terrain ; enfin les frères Patrick Revelli et Hervé Revelli, le plus grand buteur de l'histoire du club[1], et Christian Sarramagna (remplacé en fin de match par un Dominique Rocheteau blessé en demi-finales, et alors surnommé l'« Ange vert »[d 4]) en attaque[59]. Tous sont internationaux à l'exception de Santini. Christian Synaeghel et Gérard Farison blessés pour la finale, avaient pris quant à eux part aux demi-finales.

Ćurković, inamovible gardien de 1972 à 1980, est réputé pour sa volonté de fer et sa capacité de travail[60]. Le charismatique Piazza (au point que l'artiste Bernard Sauvat lui dédie une chanson), doté d'un puissance hors-norme et d'une capacité à se projeter vers l'avant, forme avec Lopez, libéro rigoureux, sûr et rapide, une défense particulièrement efficace[61]. Le milieu de terrain est dominé par Bathenay, infatigable et brillant milieu défensif[62], et Larqué, plaque tournante de l'équipe grâce à son aisance technique et au respect et à la confiance qu'il inspire à ses partenaires[63]. En attaque, les frères Revelli forment un duo de canonniers : Hervé, le plus vieux, est un avant-centre complet, meilleur buteur du championnat en 1967 et 1970 et élu meilleur joueur français du championnat en 1969, Patrick lui fait parler sa vitesse et son explosivité, que ce soit à droite, à gauche voire parfois au centre [64]. Enfin, les ailiers sont à gauche Christian Sarramagna et surtout à droite Dominique Rocheteau qui atteindra lors de l'épopée européenne de 1976 un statut de véritable idole auprès de la jeunesse française. Son dribble exceptionnel et ses buts importants seront responsable de ce qu'on appellera alors la "Rocheteaumania" (la chanson stupide de Monty "Le Petit Rocheteau" que le joueur lui-même tentera de faire interdire en étant l'expression la plus désolante) et qui lui vaudra le surnom de l'Ange Vert.

Avant cet âge d'or, d'autres joueurs ont marqué l'histoire du club. Les Verts d'avant-guerre, même en D2, comptent déjà quelques stars : les internationaux français René Llense (gardien de but), Max Charbit et Roger Rolhion, mais surtout de nombreux joueurs étrangers composant l'« équipe des millionnaires », parmi lesquels Ignace Tax ou Yvan Beck[d 1]. Après-guerre, les internationaux français Guy Huguet et Antoine Cuissard sont des joueurs majeurs du club stéphanois.

Le premier titre de champion en 1957 est l’œuvre d'une équipe de fidèles : le milieu de terrain René Domingo, emblématique capitaine stéphanois[65] qui reste aujourd'hui le joueur ayant disputé le plus de rencontres sous le maillot vert (537, de 1949 à 1964)[1] et ; Rachid Mekhloufi, considéré comme le premier grand inter du club stéphanois, marquant 137 buts sous le maillot vert entre 1954 et 1968 ; mais aussi l'international hollandais Kees Rijvers, le Camerounais Eugène N'Jo Léa, les frères Richard et Michel Tylinski, René Ferrier, Yvon Goujon et le gardien de but Claude Abbes[d 2].

Au milieu des années 1960, les Verts débutent leur période de domination grâce à leurs meneurs Mekloufi et Robert Herbin, qui comptera lui aussi près de 500 matchs au compteur, l'éclosion des Hervé Revelli, Jean-Michel Larqué, Aimé Jacquet et Georges Bereta, transféré contre son gré fin 1974[d 4], le recrutement de Bernard Bosquier et André Fefeu[d 2]. Rejoints bientôt par le gardien de but Carnus, Durković, Parizon[d 3] et le Malien Salif Keïta, qui remplacera Mekloufi dans le cœur du public par ses buts, passes, dribbles et chevauchées[1].

En 1979, le club s'offre deux stars : Michel Platini, meneur de jeu international français et futur triple Ballon d'or avec la Juventus, qui se montrera décisif dans la quête de son seul titre de champion de France en 1981, et l'international hollandais Johnny Rep qui réalisera quatre saisons pleines[1],[d 5]. Illustration du niveau de ses performances, Platini est classé respectivement 5e, 3e puis 4e au classement Ballon d'or du meilleur footballeur européen en 1979[66], 1980[67] et 1981[68], malgré la modestie du palmarès stéphanois ces années-là.

Le gardien de but Jérémie Janot, en 2011.

En 1984, malgré la descente en D2, l'international camerounais Roger Milla arrive à Geoffroy-Guichard[d 5]. L'international tchécoslovaque Lubomir Moravcik est le meneur de jeu de l'ASSE de 1990 à 1996[1]. Il est accompagné des Jean-Pierre Cyprien, élu meilleur footballeur de D1 par France Football, Sylvain Kastendeuch, Jean-Claude Pagal[d 6]. En 1993, Yves Guichard obtient le transfert de Laurent Blanc, dit « le Président ». En deux saisons il marque 18 buts en 70 rencontres mais ne remporte aucun titre avec le club[1].

Dans les années 1990 et 2000, l'ASSE permet à certains joueurs de se révéler comme Willy Sagnol. Les internationaux français Bafétimbi Gomis et Grégory Coupet s'affirment sous le maillot stéphanois avant de rejoindre l'Olympique lyonnais. Arrivé au club en 1997, le capitaine Julien Sablé[1] joue en dix saisons 306 matchs, remportant deux fois le championnat de France de football de Ligue 2 en 1999 et 2004. Jérémie Janot[1], gardien de but de 1996 à 2012, dispute 386 matchs sous les couleurs stéphanoises.

Internationaux français de l'AS Saint-Étienne[modifier | modifier le code]

Cinquante-sept footballeurs ont été sélectionnés en équipe de France de football au cours de leur passage à l'AS Saint-Étienne, entre 1933 et 2014. Le premier d'entre eux est l'attaquant Yvan Beck, ancien international yougoslave naturalisé français, tandis que celui comptant le plus de sélections est le milieu de terrain Georges Bereta avec 41 capes entre 1967 et 1974, suivi de près par le défenseur Gérard Janvion (40 capes entre 1975 et 1982)[69].

Les Stéphanois sélectionnés en équipe de France[69]
no  Nom Période SE
1 Yvan Beck 1937-1937 1
2 René Llense 1938-1939 2
3 Antoine Cuissard 1946-1951 20
4 René Alpsteg 1947-1952 12
5 Guy Huguet 1948-1952 12
6 Ferenc Kocsur 1952 3
7 Jacques Foix 1953-1956 7
8 Rachid Mekhloufi 1956-1957 4
9 René Domingo 1957 1
10 Claude Abbes 1957-1958 9
11 Richard Tylinski 1957-1960 3
12 René Ferrier 1958-1964 24
13 Georges Peyroche 1960-1961 3
14 Roland Guillas 1960-1962 5
15 Robert Herbin 1960-1968 23
16 Jacques Faivre 1961 2
17 Pierre Bernard 1963-1965 7
18 André Guy 1964 3
19 Bernard Bosquier 1966-1971 26
20 Hervé Revelli 1966-1975 18
Les Stéphanois sélectionnés en équipe de France
no  Nom Période SE
21 Roland Mitoraj 1967-1968 3
22 Georges Bereta 1967-1974 41
23 Aimé Jacquet 1968 2
24 Georges Carnus 1968-1971 18
25 José Broissart 1969-1973 9
26 Jean-Michel Larqué 1969-1976 14
27 Francis Camerini 1971 1
28 Pierre Repellini 1973-1974 4
29 Alain Merchadier 1973-1975 5
30 Christian Sarramagna 1973-1976 4
31 Patrick Revelli 1973-1977 5
32 Christian Synaeghel 1974-1977 5
33 Yves Triantafilos 1975 1
34 Dominique Bathenay 1975-1978 12
35 Dominique Rocheteau 1975-1979 16
36 Gérard Janvion 1975-1982 40
37 Christian Lopez 1975-1982 34
38 Gérard Farison 1976 1
39 Jacques Zimako 1977-1981 11
40 Bernard Lacombe 1978-1979 4
Les Stéphanois sélectionnés en équipe de France
no  Nom Période SE
41 Jean-François Larios 1978-1982 17
42 Michel Platini 1979-1982 14
43 Patrick Battiston 1980-1983 12
44 Jean Castaneda 1981-1982 9
45 Laurent Roussey 1982 2
46 Bernard Genghini 1982-1983 9
47 Philippe Mahut 1982-1983 7
48 Jean-Louis Zanon 1983 1
49 Patrice Garande 1988 1
50 Philippe Tibeuf 1990 2
51 Laurent Blanc 1993-1995 15
52 Jean-Pierre Cyprien 1994 1
53 Bafétimbi Gomis 2008 4
54 Dimitri Payet 2010 3
55 Blaise Matuidi 2010-2011 3
56 Josuha Guilavogui 2013-2014 2
57 Stéphane Ruffier 2013-2014 2

Entraîneurs notables[modifier | modifier le code]

Trois entraîneurs marquent considérablement l'histoire de l'AS Saint-Étienne : Jean Snella, Albert Batteux et Robert Herbin[4].

Nommé entraîneur en 1950, Jean Snella est jusqu'alors chargé de sa formation après en avoir été un joueur à la fin des années 1930. Il apporte aux entraînements de l'équipe stéphanoise de la rigueur et du sérieux. C'est un homme de terrain, parfois dur. Il est soucieux de l'hygiène de vie de ses joueurs, à travers la diététique, le repos et la récupération, et de leur encadrement matériel : leur seul souci doit être de bien jouer, l'intendance du club n'étant pas de leur fait[4]. À son palmarès d’entraîneur, il compte quatre titres de champion de France en treize années sur le banc de l'ASSE de 1950 à 1959, puis de 1963 à 1967.

En 1967, Snella choisit son remplaçant en la personne d'Albert Batteux, l'emblématique entraîneur du grand Stade de Reims. Batteux fructifie l'héritage de son prédécesseur : il tire parti d'une génération de joueurs talentueux en leur faisant appliquer le jeu de passes, court et offensif, qui lui est cher. Batteux use d'une approche psychologique. Considéré comme un intellectuel du football, il est un excellent orateur dont les conférences d'avant-match aux joueurs sont réputées. Il cherche à connaître au mieux ses hommes pour en tirer le maximum[4]. Pour ses trois premières saisons, il remporte trois fois le championnat et deux fois la Coupe de France. Mais après deux saisons blanches, pendant lesquelles il supporte de moins en moins l'envahissant président Rocher, il décide de démissionner[8].

Joueurs en civils discutant devant un car.
Robert Herbin à gauche, avec Patrick Revelli et Jean-Michel Larqué, en 1976.

Robert Herbin, tout juste retraité de sa carrière de joueur à Saint-Étienne, prend la relève de Batteux. Son approche se veut plus scientifique. Le travail physique est plus important qu'avec ses prédécesseurs, Herbin considérant qu'une excellente condition athlétique est indispensable pour supporter l'intensité des matchs de Coupe d'Europe et tenir le même rythme sur toute la durée d'un match. Sa conception héritée du football total de l'Ajax d'Amsterdam demande une intelligence tactique de jeu et un engagement de ses joueurs. L'encadrement du groupe professionnel est complété par des médecins et kinésithérapeutes. Très entourés au quotidien, les joueurs sont au contraire laissés autonomes lors des matchs, Herbin parlant peu dans le vestiaire[4]. Il connait à son tour le succès avec quatre titres de champion de France et trois Coupes de France, ainsi que plusieurs épopées européennes qui rendront les Verts si populaires en France. Après plus de dix saisons sur le banc il est licencié quelques mois après la révélation de l'affaire de la caisse noire et le départ forcé du président Rocher. Il est rappelé de 1987 à 1990, puis en 1997-1998 comme directeur sportif, sans connaître le même succès[d 6].

Trois hommes debout au bord d'un terrain de football, dont un footballeur et deux personnes en survêtement.
Baup, en haut, sur le banc de l'ASSE, et Santini, ancien joueur et entraîneur des Verts, en 2006.

En 1998, Robert Nouzaret est engagé pour faire remonter l'AS Saint-Étienne en Division 1 après deux saisons catastrophiques. Il réussit à terminer champion de Division 2 dès sa première saison, puis à décrocher une place européenne via la Coupe Intertoto. Mais après un début de saison difficile, il est renvoyé par la direction. En 2001, l'entraîneur corse Frédéric Antonetti succède à Alain Michel limogé, l'ASSE étant alors relégable. Il sauve le club de la relégation lors de sa première saison et réussit à faire remonter le club en Ligue 1, terminant champion en 2004. Suite à différents conflits entre lui et la direction, et notamment le refus de prolonger le contrat de Christian Villanova, le directeur sportif arrivé avec lui, il décide de ne pas prolonger son contrat dans le Forez[70].

Le président Caïazzo rappelle à l'été 2004 Élie Baup, qui avait découvert le métier à Saint-Étienne entre 1994 et 1996. Ce dernier parvient non seulement à maintenir le club en Ligue 1 mais le qualifier pour la Coupe Intertoto. Il quitte pourtant le club après sa deuxième saison pour Toulouse. Lui succèdent le Tchèque Ivan Hašek (2006-2007), puis l'adjoint de ce dernier Laurent Roussey, qui est limogé le 10 novembre 2008 après un piètre début de saison (il obtiendra plus d'un million d'euros d'indemnité pour licenciement abusif)[71]. Alain Perrin, fraichement vainqueur du premier doublé Coupe-championnat de l'histoire du rival lyonnais, le remplace, accompagné de son adjoint Christophe Galtier. Perrin est écarté à peine plus d'un an plus tard contre un chèque estimé à près de deux millions d'euros[72], et remplacé le 15 décembre 2009 par Galtier[73]. Ce dernier parvient à assurer le maintien en Ligue 1 et voit son contrat prolongé. Il reconstruit progressivement l'équipe les saisons suivantes et ramène progressivement le club au premier plan. En 2013, il remporte le premier trophée du club depuis 1981 : la Coupe de la Ligue.

Présidents emblématiques[modifier | modifier le code]

Liste des présidents de l'ASSE[74]
no  Nom Période
1 Pierre Guichard 1929-1943, 1950-1952
et 1959-1961
2 Paul Laval 1943
3 Me Perroudon 1943-1950
4 Me Fieloux 1952
5 Pierre Faurand 1952-1959
6 Roger Rocher 1961-1982
7 Paul Bressy 1982-1983
8 André Laurent 1983-1993
9 Yves Guichard 1993-1994
10 Michel Vernassa 1994-1996
11 Philippe Koehl 1996-octobre 1997
12 Jean-Marie Caillat octobre 1997-novembre 1997
13 Alain Bompard décembre 1997-2003
14 Henri Grange 2003-décembre 2003
15 Thomas Schmider décembre 2003-2004
16 Bernard Caïazzo 2004-2006
17 B. Caïazzo et
R. Romeyer
depuis 2006

Fils du président-fondateur du groupe Casino Geoffroy Guichard, Pierre Guichard est président de l'ASSE sur trois périodes entre 1927 et 1961. Il a 21 ans quand il prend la tête de l’Association sportive stéphanoise en 1927, issue de l’ancienne « Amicale des employés de Casino ». Ambitieux, il dote en 1931 le club d'un stade grâce au financement de son père, dont le nom est donné à l'enceinte. Deux ans plus tard, il obtient l'inscription de son club en deuxième division nationale : le club, rebaptisé « Association sportive de Saint-Étienne », devient professionnel. La politique sportive du président consiste alors à recruter à grand frais des joueurs internationaux, notamment étrangers, afin de gagner rapidement des matchs et établir ainsi la popularité de club[4]. Les Verts manquent cependant à plusieurs reprises la montée dans l'élite et seront moqués par les observateurs comme l'« équipe des millionnaires »[d 1]. Finalement l'objectif est atteint en 1938, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Guichard quitte finalement la présidence en 1943, alors que les clubs professionnels sont mis en sommeil par le régime de Vichy au profit d'équipes fédérales.

Guichard retrouve son poste en 1950, alors que le club doit faire face à une grave crise financière. Il mène le renflouement du club et lance une nouvelle politique sportive et administrative, incarnée par l'entraîneur Jean Snella et le secrétaire Charles Paret[75], tous deux nommés à son arrivée. La gestion du club devient plus rigoureuse, tandis que l'accent est mis sur la détection et la formation de jeunes footballeurs[4]. Il cède alors son poste à Pierre Faurand en 1952, qui préside avec un certain succès le club jusqu'en 1959. Il est notamment le premier président stéphanois à remporter un titre national d'importance, la Coupe Charles Drago en 1955 puis surtout le championnat de France en 1957. Mais miné par la chute des résultats et le départ de Snella en 1959, Faurand tombe malade. Guichard doit reprendre la tête du club, le temps de trouver un successeur qui lui convienne[76].

Portrait d'un homme.
Roland Romeyer, coprésident de l'ASSE, en 2012.

Le successeur de Guichard est finalement Roger Rocher, ancien mineur élu « meilleur dirigeant sportif de France » en 1957 alors qu'il était à la tête de l'Association sportive des petites mines[77]. Sous son pouvoir, le club décroche neuf titres de champion (de 1964 à 1981), six Coupes de France (de 1962 à 1977) et atteint la fameuse finale de Coupe des clubs champions européens en 1976. Nommé président le 17 avril 1961, il poursuit la professionnalisation de l'ASSE dans tous les domaines : sportif, financier, formation… Les neuf membres du comité de direction se répartissent les responsabilités de trois commissions (sportive, financière, amateur), le conseil d'administration devenant l'organe de contrôle. L'organigramme s'étoffe, toutes les tâches étant professionnalisées et encadrées[4],[78]. Dans les années 1970, le club cherche à développer de nouvelles sources de recettes extra-sportives, indépendantes des résultats trop aléatoires de l'équipe, pour entretenir ce qui est devenu une entreprise de spectacle, via les contrats publicitaires notamment. En 1976, une SARL est créée spécifiquement pour développer l'exploitation commerciale de l'image de marque du club : ASSE Promotion. Elle prend en charge la gestion des contrats publicitaires, des buvettes, de la boutique, des éditions, et développe le merchandising, un concept novateur en France. Les maillots stéphanois inondent la France[4]. Soucieux de maintenir son avance commerciale, Rocher signe en janvier 1982 des accords avec l'International Management Group de Mark McCormack, auquel est délégué l'exploitation des marchés commerciaux, le développement de la clientèle et le sponsoring. Ces accords, dénoncés par les opposants au président Rocher, conduisent à la révélation de l'« affaire de la Caisse noire », qui provoque la démission de Rocher le 17 mai 1982[4]. Il est condamné en 1991 à 36 mois de prison dont 32 mois avec sursis et 800 000 francs d'amende, avant d'être gracié par le président Mitterrand[77].

La présidence d'André Laurent, de 1983 à 1993, parvient à réinstaller le club parmi l'élite dès 1986 mais au prix fort : le club enregistre des déficits considérables pour des résultats relativement décevants. Le retour de Casino à la tête du club après Laurent est un échec, qui rappelle la politique du club des années 1930 : recrues à grand frais et politique sportive à court terme. La ville de Saint-Étienne, aidée cette fois par le Conseil général, doit renflouer le club en 1996 pour éviter sa disparition[4].

La ville souhaitant se désengager, Alain Bompard reprend le club et le transforme en SAOS, dont l'association reste actionnaire. Le club devient une société commerciale composée uniquement de capitaux privés, et ne bénéficie plus de subventions, réservées à l'association. Son successeur Henri Grange le passe en SASP, forme plus libérale, mieux à même d'attirer de nouveaux investisseurs[4].

En 2004, Bernard Caïazzo rejoint l'AS Saint-Étienne Loire. Après le départ de Thomas Schmider à l'été 2004, il est nommé président après avoir acheté l'intégralité des parts du club. En 2006, il est rejoint par Roland Romeyer, formant à eux deux une coprésidence. Le 27 janvier 2010, dans le cadre d'une refonte de l'organigramme du club, Bernard Caïazzo devient président du conseil de surveillance nouvellement créé et Roland Romeyer président du nouveau directoire dont les fonctions sont opérationnelles[79].

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2014-2015 au 18 août 2014[80],[81],[82]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[note 4] Nom Date de naissance Sélection[note 5] Club précédent Contrat
16 G Drapeau de la France Ruffier, StéphaneStéphane Ruffier 27/9/1986 (29 ans) France AS Monaco 2011-2015
30 G Drapeau de la France Moulin, JessyJessy Moulin 13/1/1986 (29 ans)
Clermont Foot Auvergne 2006-2014
1 G Drapeau de la France Valette, BaptisteBaptiste Valette 1/9/1992 (23 ans) France beach Montpellier HSC 2014-2015
24 D Drapeau de la France Perrin, LoïcLoïc Perrin Capitaine 7/8/1985 (30 ans) France espoirs Formé au club 2004-2016
23 D Drapeau de la France Baysse, PaulPaul Baysse 18/6/1988 (27 ans) France espoirs Stade brestois 2013-2017
26 D Drapeau : Sénégal Bayal Sall, MoustaphaMoustapha Bayal Sall 30/11/1985 (29 ans) Sénégal AS Nancy Lorraine 2006-2015
29 D Drapeau de la France Clerc, FrançoisFrançois Clerc 18/4/1983 (32 ans) France OGC Nice 2012-2015
20 D Drapeau de la France Brison, JonathanJonathan Brison 7/2/1983 (32 ans)
AS Nancy-Lorraine 2012-2016
5 D Drapeau de la Guinée Pogba, FlorentinFlorentin Pogba 19/8/1990 (25 ans) Guinée CS Sedan Ardennes 2012-2016
6 M Drapeau de la France Clément, JérémyJérémy Clément 26/8/1984 (31 ans) France espoirs Paris SG 2011-2016
2 D Drapeau de la France flèche vers la droite Théophile-Catherine, KévinKévin Théophile-Catherine 28/10/1989 (25 ans) France espoirs Cardiff City 2014-2015
10 M Drapeau de la France Cohade, RenaudRenaud Cohade 29/9/1984 (31 ans) Valenciennes 2012-2015
8 M Drapeau de la France Corgnet, BenjaminBenjamin Corgnet 6/4/1987 (28 ans) FC Lorient 2013-2017
18 M Drapeau de la France Lemoine, FabienFabien Lemoine 16/3/1987 (28 ans) France espoirs Stade rennais 2011-2015
21 M Drapeau de la France Hamouma, RomainRomain Hamouma 29/3/1987 (28 ans) SM Caen 2012-2016
28 M Drapeau : Côte d'Ivoire Diomandé, IsmaëlIsmaël Diomandé 28/8/1992 (23 ans) Côte d'Ivoire Paris FC 2012-2015
11 M Drapeau de la France Mollo, YohanYohan Mollo 18/7/1989 (26 ans) France espoirs AS Nancy-Lorraine 2013-2014
27 M Drapeau de la France Tabanou, FranckFranck Tabanou 30/1/1989 (26 ans) France espoirs Toulouse Football Club 2013-2017[83]
22 A Drapeau de la France Monnet-Paquet, KévinKévin Monnet-Paquet 19/8/1988 (27 ans) France espoirs Lorient 2014-2018
7 A Drapeau : Côte d'Ivoire Gradel, Max-AlainMax-Alain Gradel 30/11/1987 (27 ans) Côte d’Ivoire Leeds United 2011-2015
9 A Drapeau de la Turquie Erding, MevlütMevlüt Erding 25/2/1987 (28 ans) Turquie Stade rennais 2013-2017
13 A Drapeau des Pays-Bas flèche vers la droite van Wolfswinkel, RickyRicky van Wolfswinkel 27/1/1989 (26 ans) Pays-Bas Norwich City 2014-2015
12 A Drapeau de la France Saint-Maximin, AllanAllan Saint-Maximin 12/3/1997 (18 ans) France U17 Formé au club 2013-2017[84]
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Thierry Cotte
Entraîneur(s) des gardiens
Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Hubert Largeron
  • Drapeau : France Thibaut Lombard
  • Drapeau : France Mathieu Rachet
  • Drapeau : France Laurent Bensadi (masseur)
Médecin(s)
  • Drapeau : France Tarak Bouzaabia



Légende

Consultez la documentation du modèle


Soutien et image[modifier | modifier le code]

Groupes de supporters[modifier | modifier le code]

Tifo déployé par les spectateurs dans une tribune derrière un but.
Tifo des supporters du kop Sud du Stade Geoffroy-Guichard.
Article détaillé : Supporters de l'AS Saint-Étienne.

Les supporters de l’AS Saint-Étienne sont prépondérants dans la vie du club depuis près d'un demi-siècle. Les supporters stéphanois créent sous la présidence Guichard les Associés Supporters en 1934[86]. Ce groupe rassemble encore aujourd'hui 11 000 membres répartis dans 200 sections[86]. Le phénomène ultras en provenance d'Italie donne plus tard naissance à de nombreux groupes, dont les Magic Fans en 1991 ou les Green Angels à partir de 1992.

Récompensé par la Ligue de football professionnel en tant que « champion de France des tribunes » en 2007, 2008 et 2009, les groupes de supporters reversent leurs gains à des associations caritatives[87]. En 2011, on dénombre cinq groupes de supporters reconnus par le club[88] : les Associés Supporters de l'Association sportive de Saint-Étienne, l'Union des supporteurs stéphanois, les Green Angels 92, les Magic Fans 91 et les Indépendantistes stéphanois 98.

Affluence[modifier | modifier le code]

Le Stade Geoffroy-Guichard connait depuis de nombreuses années l'une des meilleures affluences de Ligue 1 (par exemple la 4e en 2008-2009 et 2011-2012)[89]. Au classement du championnat de France des tribunes, qui récompense la fidélité du public, l'ambiance et l'animation dans le stade, les supporters stéphanois se classent premiers de Ligue 1 en 2006-2007, 2007-2008 et 2008-2009[90]. Depuis la saison 2011-2012, Le stade est en travaux, limitant ainsi la capacité d'accueil. Néanmoins, cela n'empêche pas le club de réaliser lors de la saison 2013-2014 la meilleure affluence de son histoire avec 30 595 spectateurs en moyenne, malgré plusieurs huis-clos partiels de la tribune Snella.

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile en championnat depuis 1970[91],[92]


Les points roses indiquent les saisons jouées en D2.

Rivalités[modifier | modifier le code]

Rivalités aux niveaux local et régional[modifier | modifier le code]

Au moment de la fondation du club à la fin des années 1910, une autre équipe est basée dans la ville : le Sporting Club de Saint-Étienne. En 1933, à l’avènement du professionnalisme en France, les deux clubs se portent candidats à l'inscription dans la nouvelle Division 2. Or la Fédération souhaite à l'époque n'inscrire qu'un seul club professionnel par ville, et donne d'abord priorité au Sporting Club, qui évolue alors en Division d'honneur de la Ligue du Lyonnais contrairement à l'Association sportive. Le SCSE ne présentant pas de garanties financières suffisantes, l'AS Saint-Étienne obtient finalement sa place en D2 et prendra rapidement l'ascendant sur son rival local[d 1].

Rivalité avec l'Olympique lyonnais[modifier | modifier le code]

Parfois appelé le « derby rhônalpin » ou, plus rarement et à tort, « derby du Rhône », les différents affrontements entre l'AS Saint-Étienne et l'Olympique lyonnais sont empreints de symboles car le derby est souvent vu comme l'opposition de Saint-Étienne, la « cité ouvrière », contre Lyon, la « ville bourgeoise »[93]. Les deux clubs connaissent chacun leur période de domination sur le football français, dans les années 1960 et 1970 pour l'AS Saint-Étienne et dans les années 2000 pour les Lyonnais[94]. Si la première rencontre en championnat entre les deux clubs date de 1951, le derby prend de l'ampleur alors que l'AS Saint-Étienne commence à s'imposer au niveau national dans les années 1960 et 1970 : alors que les deux villes ne sont distantes que de 50 kilomètres, les succès de l'ASSE sont un moyen pour la ville en crise de prendre une revanche sur sa voisine, plus riche mais dont le club n'a pas de succès sportif[93].

Sur le plan statistique, l'ASSE mène encore en 2012 les débats avec 35 victoires, 29 nuls contre 30 succès lyonnais en première division[95],[96]. Le meilleur buteur de ces confrontations est le Stéphanois Hervé Revelli (11 buts), le plus expérimenté le Lyonnais Serge Chiesa avec 28 rencontres disputées[93]. Comme chaque derby, celui du Rhône a ses anecdotes. Par exemple Bernard Lacombe, ancien Stéphanois devenu conseiller du président lyonnais dans les années 2000, félicite ainsi l'ASSE pour son retour dans l'élite : « C'est bien de retrouver les Verts cette saison, ça nous fait six points et une bonne recette assurée ! »[93].

Autres rivalités[modifier | modifier le code]

Au niveau régional, une rivalité sporadique est née plus récemment, dans les années 2000, avec les clubs rhônalpins de l'AS Valence et du Grenoble Foot 38, que l'ASSE a affronté en championnat, engendrant une certaine virulence de la part des supporters des deux camps.

Une rencontre à Grenoble en 2004 est marquée par un drame : avant match, des supporters stéphanois sont pris à partie par des jeunes dans une cité à proximité du stade. Un Stéphanois est grièvement blessé par balle[97].

Rivalités au niveau national[modifier | modifier le code]

Rivalité avec l'Olympique de Marseille[modifier | modifier le code]

Dans la première moitié des années 1970, l'opposition entre l'AS Saint-Étienne et l'Olympique de Marseille est l'un des grands duels du football français. Les deux clubs sont alors présidés par deux hommes de tempérament, Marcel Leclerc et Roger Rocher, qui s’arrachent les meilleurs joueurs (les Stéphanois Georges Carnus, Bernard Bosquier ou encore Salif Keïta sont notamment débauchés par le président Leclerc). Les matchs dépassent parfois les limites du raisonnable, tant sur le terrain (Keïta fait un bras d'honneur à Roger Rocher en 1972[98]) que dans les tribunes avec des bagarres et des incidents multiples. Ce duel est aussi un duel de buteurs lors de la saison 1970-1971, quand le Marseillais Josip Skoblar et le Stéphanois Keïta terminent aux deux premières places du classement des buteurs avec respectivement 44 et 42 réalisations[99].

Rivalité avec le FC Nantes[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, les Verts entretiennent des rivalités sportives avec le FC Nantes[100] et l'OGC Nice. La concurrence avec Nice est devenue depuis une rivalité entre supporters. D'autres rencontres sont marquées par des tensions entre supporters, comme les oppositions avec le LOSC Lille, le Montpellier HSC, le Paris SG et le SC Bastia.

Médias[modifier | modifier le code]

Le club possède des médias officiels, notamment un site officiel asse.fr[101], un magazine (Maillot vert, anciennement nommé ASSE Mag), un compte Twitter[102], une page officielle Facebook[103], ainsi qu'une chaîne de télévision Onzéo. La radio officielle de l'ASSE est la station locale Radio Scoop[104]. La radio locale Activ commente également les matchs de l'ASSE, et les Green Angels animent une émission radio hebdomadaire sur Loire FM. La chaîne de télévision locale TL7 diffuse une émission consacrée aux Verts appelée "Autour des verts", diffusée toutes les semaines, mais aussi "Après match" le lundi suivant une journée de championnat. La chaîne rediffuse également en exclusivité lundi soir le match de championnat du week-end précédent. Un journal, But ! Spécial St-Étienne, un magazine mensuel, Le Foot St-Étienne, et un encart nommé La Gazette des Verts[105] dans le journal local La Gazette complètent la couverture médiatique spécifiquement dédiée aux Verts.

En 2006, le magazine France Football édite un livre collector sur l'épopée des Verts de 1976, à l'occasion des 30 ans de la finale de la Coupe d'Europe.

Partenariat et structure associative[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Association ASSE Coeur-Vert.

En signant une convention en 2004 avec Res Publica, association intervenant dans l'aide au développement en Afrique, notamment au Burkina Faso, concernant la construction de bâtiments scolaires, de forages d'eau potable, et bien d'autres actions, l'ASSE vise à déployer ses moyens sur un autre terrain que le rectangle vert en renforçant son implication sur le terrain de l'action sociale. Le thème de la mission sociale mis en place par le club, et menée conjointement avec l'association, est alors de « mener des actions d'assistance et d'entraide, dans un cadre médical ou d'éducation, au profit de particuliers ou d'associations dans la Loire et ses départements voisins »[106].

La SASP ASSE Loire et le club de l’AS Saint-Étienne créent en 2011 l'association ASSE Cœur-Vert, une structure associative confiée à Lionel Potillon ayant pour but d'accompagner ou d'organiser diverses actions d’intérêt général dans le département de la Loire et des collectivités limitrophes. Cœur-Vert a alors pour but de mettre en œuvre ou de soutenir toutes opérations ou associations d’intérêt général, notamment en faveur d’actions citoyennes, sociales et caritatives, de l’aide aux malades, personnes handicapées, de la promotion du développement durable et de la protection de l’environnement au travers notamment de la « Verte attitude » et de la promotion et du soutien au sport amateur[107].

Si Cœur-Vert joue le rôle de passerelle entre les associations et les donateurs, notamment en les mettant en lumières, les joueurs et le staff stéphanois participent également à certaines actions comme le parrainage d'une grande collecte du sang au stade Geoffroy-Guichard[108],[109], la dictée à des élèves au profit de l'association ELA[110] ou encore en des visites aux enfants des services pédiatriques de l’Hôpital Nord de Saint-Étienne[111].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Le film Le Ballon d'or, réalisé par Cheik Doukouré et sorti en 1994, s'inspire librement de la vie de l'ancien joueur emblématique des Verts Salif Keita, premier ballon d'or africain en 1970. Cette fable sportive décrit l'ascension d'un jeune footballeur guinéen quittant son village pour rejoindre un centre d'entraînement à Conakry puis l'Europe et le club de l'AS Saint-Étienne. Parmi les acteurs, Salif Keïta lui-même joue le rôle d'un entraîneur[112] ,[113].

Illustration de la place occupée par le club stéphanois dans l'imaginaire collectif français, de nombreux films français anciens et récents lui font référence.

Les Guignols de l'info ont pu aussi faire des références au club.

En musique[modifier | modifier le code]

De nombreuses chansons abordent le thème de l'AS Saint-Étienne : au milieu des années 1970, alors que le club domine le championnat français et rayonne au plan européen, Monty écrit et enregistre la chanson Allez les Verts !, sortie en 1976[114].

En 1977, Michel Sardou fait référence à la "stéphano-footballo-manie" dans sa chanson Manie-Manie[115]. En 1983, Daniel Balavoine enregistre la chanson Supporter, enjoignant les amateurs de football à ne « pas lâcher Saint-Étienne » dans la tourmente. La même année, Renaud, dans Ma chanson leur a pas plu indique avoir rencontré le Stéphanois Bernard Lavilliers à Geoffroy-Guichard, dans l'« enfer vert immaculé ». Plus récemment, le groupe Mickey 3D sort en 2004 en l'honneur de l'ancien joueur stéphanois Johnny Rep une chanson portant son nom. De nombreux artistes locaux ont également consacré des titres au club ou aux supporters : le groupe Full Faya écrit en vers et contre tous à propos des supporter stéphanois, ou Mc Pampille qui en parle de manière récurrente[116].

Partenaires[modifier | modifier le code]

Équipementiers[modifier | modifier le code]

En plus de quarante ans, sept équipementiers ont habillé les joueurs stéphanois : Le coq sportif de 1969 à 1984 puis depuis la saison 2014-2015 , puis Duarig une seule saison, Puma jusqu'en 1995, Lotto jusqu'en 1998, Asics jusqu'en 2000, Umbro jusqu'en 2003, de nouveau Duarig pendant deux saisons, et Adidas de 2005 à 2014

Sponsors maillot[modifier | modifier le code]

Au fil des ans, l'AS Saint-Étienne a eu de nombreux sponsors principaux ; certains sont éphémères, et d'autres sont restés sur le maillot vert pour plusieurs saisons. Le premier d'entre eux est l'entreprise stéphanoise Manufrance, créée en 1885. Première société de vente par correspondance française, elle est spécialisée dans les fusils de chasse, les bicyclettes et les machines à coudre. Surtout, depuis la mort de son fondateur Étienne Mimard en 1944, elle est détenue à 50 % par la municipalité de Saint-Étienne. Incapable de faire face à la modernisation du marché, la société, qui emploie près de 4 000 personnes au début des années 1970 mais enregistre ses premières pertes en 1975, est mise en liquidation judiciaire en 1979[117].

En décembre 1984, Cake Rocher, une société de biscuits de la Loire, devient le sponsor du club, descendu en division 2, pour 2 200 000 francs[118]. En pleine affaire de la caisse noire, l'entreprise joue sur son nom pour réaliser un coup publicitaire[119].

En 1986, c'est le groupe Casino, autre groupe historique de la ville et surtout à l'origine de la fondation du club, qui en devient le sponsor maillot[120]. Il le reste quinze saisons, d'abord en marque propre puis sous l'étiquette Géant. Il a depuis laissé sa place sur le maillot stéphanois mais reste engagé auprès du club, notamment en termes d'affichage dans le stade Geoffroy-Guichard[121].

Le dernier sponsor principal en date est Winamax, salle de poker en ligne, présent sur le maillot vert depuis 2010, faisant suite à un changement de législation en France sur la visibilité des marques de paris en ligne sur les maillots[122].

Historique des sponsors maillot de l'AS Saint-Étienne

Période Sponsor
1973 - 1979 Manufrance (société de vente par correspondance)
1979 - 1981 Super Télé (hebdomadaire de presse de télévision)
1981 - 1984 KB Jardin (produits de jardinage)
1984 - 1986 Cake Rocher (société de biscuits)
1986 - 1999 Casino (magasins de grande distribution à destination des particuliers)
1999 - 2000 Sega (société de développement et d'édition de jeux vidéo) et Géant (hypermarchés appartenant au Groupe Casino)
2000 - 2001 Dreamcast (console de jeu vidéo développée par Sega) et Géant (hypermarchés appartenant au Groupe Casino)
2001 - 2002 Game One (chaîne de télévision)
2002 - 2003 RMC (radio généraliste) et Alliance intérim (société spécialisée dans le recrutement par intérim)
2003 - 2004 SACMA Agencements (société de vente immobilière)
2004 - 2009 Konica Minolta (société de photographie et d'image)
2009 - 2010 Fruité (jus de fruits)
Depuis 2010 Winamax poker (salle de poker en ligne)

Autres équipes[modifier | modifier le code]

Équipe féminine[modifier | modifier le code]

Le 1er juillet 1977 est créé le Racing Club de Saint-Étienne, club uniquement féminin, suite à la fermeture de la section féminine de l'AS Saint-Étienne le 30 juin[123]. Les Stéphanoises atteignent pour la première fois de leur histoire la Division 1 en 1980, pour seulement deux petites saisons. Redescendu en Division 2 puis dans les divisions régionales de la Ligue de Rhône-Alpes, il va falloir attendre 2004 pour les voir réapparaître dans un championnat national, en Division 3. Après deux promotions rapprochées, elles retrouvent l'élite en 2007.

Absorbée par l'Association sportive de Saint-Étienne en 2009[124], l'équipe féminine évolue au stade Léon Nautin, dans le parc des sports de l'Étivallière à Saint-Étienne. La section décroche son premier titre majeur avec la Coupe de France (le « challenge de France ») en 2011, qui fait suite aux trois titres de champion du Rhône-Alpes et aux quatre Coupes de la Loire remporté sous l'identité « Racing Club ». Le tableau suivant liste le palmarès du club actualisé à l'issue de la saison 2011-2012 dans les différentes compétitions officielles au niveau national et régional.

Palmarès de la section féminine
Compétitions nationales Compétitions régionales
  • Division d'honneur du Rhône-Alpes (3)
    • Champion en 1992, 2004 et 2006[note 6].
  • Coupe de la Loire (4)
    • Vainqueur en 1985, 2003 et 2008, 2009[note 7].

Équipes réserves et de jeunes[modifier | modifier le code]

Les équipes réserves de l'ASSE servent de tremplin vers le groupe professionnel pour les jeunes du centre de formation. Jean-Philippe Primard en a été l’entraîneur à partir de 2007[125], suivi de Thierry Oleksiak à partir de 2013[126]. La première équipe réserve évolue en championnat de France amateurs, le plus haut échelon accessible aux réserves des clubs professionnels.

L'ASSE compte par ailleurs nombre de formations de jeunes, de l’école de football aux juniors. En 2012-2013, les « U19 » et les « U17 », rassemblant respectivement les joueurs de moins de 19 ans et les joueurs de moins de 17 ans du club, évoluent dans leur championnat national respectif. Le club a atteint à neuf reprises la finale de la Coupe Gambardella, un record pour cette compétition à élimination directe réservée aux « U19 », et l'a remporté à trois reprises.

Palmarès des équipes réserves et de jeunes[127]
Équipes réserves Compétitions de jeunes
  • Coupe Gambardella (3)
  • Championnat de France des moins de 17 ans (1)
    • Vainqueur en 1997 et 2013.
  • Coupe nationale des poussins (1)
    • Vainqueur en 1993.
  • Coupe nationale U13 (3)
    • Vainqueur en 2010, 2011 et 2012.
  • Coupe Euro poussins U10 (1)
    • Vainqueur en 2011.
  • Tournoi de Montaigu (4)
    • Vainqueur en 1997, 1998 et 2009.
    • Finaliste en 1999, 2008, 2010 et 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Le site coupfranc.fr affirme que la section football de l'AS Casino est ouverte le 23 juillet 1919, mais cette date n'apparaît pas par ailleurs : « Le foot un 23 juillet », sur Coupfranc.fr,‎ 23 juillet 2008
  3. Le record du plus grand nombre de victoires à l'extérieur sur une saison a depuis été égalé par l'Olympique de Marseille et l'Olympique lyonnais.
  4. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  5. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  6. En 2006, c'est l'équipe féminine réserve qui est sacrée championne.
  7. En 2008 et 2009, c'est la deuxième équipe réserve qui est sacré championne.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Dictionnaire historique des clubs de football français
  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p Collectif 1999, p. 381-382
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Collectif 1999, p. 383-384
  3. a, b, c, d, e et f Collectif 1999, p. 385-386
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Collectif 1999, p. 387-388
  5. a, b, c, d, e, f et g Collectif 1999, p. 389-390
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Collectif 1999, p. 391-392
  7. a et b Collectif 1999, p. 393
Coupe de France La folle épopée
  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Pierre-Marie Descamps, Gérard Ejnès et Jacques Hennaux, « Saint-Étienne, une belle tranche verte », dans Coupe de France: La folle épopée, L'Équipe,‎ 2007 (ISBN 2915535620), p. 106–110

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r « Saint-Etienne. Les Verts, populaires et légendaires », sur fifa.com, Fédération internationale de football association (FIFA) (consulté le 25 août 2012)
  2. a et b « Stade Geoffroy-Guichard », Archives municipales de Saint-Étienne (consulté le 17 septembre 2012)
  3. « C’était le 26 juin 1933… », sur site officiel, AS Saint-Étienne,‎ 26 juin 2008 (consulté le 17 septembre 2012)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t « L'Association sportive de Saint-Étienne », Archives municipales de Saint-Étienne (consulté le 14 septembre 2012)
  5. « Rétro Coupe de France : 1960, premier titre majeur ! », sur planete-asm.fr (consulté le 7 septembre 2012)
  6. « 1968 - Coup double pour Rachid Mekhloufi et Albert Batteux », Fédération française de football (consulté le 7 septembre 2012)
  7. « Et l'affaire Carnus-Bosquier éclata », Les Cahiers du football (consulté le 7 septembre 2011)
  8. a et b « Biographie d'Albert Batteux », sur asse-live.com (consulté le 7 septembre 2012)
  9. « Saint-Etienne - Bayern Munich 1976 : les fameux poteaux carrés ! », L'Internaute (consulté le 12 novembre 2008)
  10. « Du Chaudron au prétoire », L'Humanité,‎ 10 mai 1990 (consulté le 13 novembre 2008)
  11. « Calendrier 1985-1986 de l'AS Saint-Étienne », sur footballdatabase.eu (consulté le 11 septembre 2012)
  12. a, b et c Jean-Michel Larqué, « Retour au chaudron (1993-1994) », dans Vert de rage, Calmann-Lévy,‎ 2010 (ISBN 2702149227, lire en ligne)
  13. « L'affaire des faux papiers n'est pas pliée », Libération,‎ 16 janvier 2001 (consulté le 11 septembre 2012)
  14. « Schmider (ASSE) démissionne », L'Équipe,‎ 3 juin 2004 (consulté le 11 septembre 2012)
  15. « Pourquoi Baup quitte les Verts », Le Parisien,‎ 4 mai 2006 (consulté le 11 septembre 2012)
  16. « L'agent de Hasek accuse », L'Équipe,‎ 10 mai 2007 (consulté le 11 septembre 2012)
  17. « Vincent Tong-Cuong va quitter Saint-Etienne », Le Parisien,‎ 29 décembre 2009 (consulté le 11 septembre 2012)
  18. « Dominique Rocheteau, la confiance dans l’autre », La Croix,‎ 7 juin 2012 (consulté le 11 septembre 2012)
  19. « Lyon ne méritait pas ça », L'Équipe,‎ 25 septembre 2010 (consulté le 11 septembre 2012)
  20. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Sainte-c-est-enfin-arrive/365209
  21. « Prix Emmanuel Rodocanachi », Académie des sports (consulté le 11 septembre 2012)
  22. « Palmarès de l'AS Saint-Étienne », sur site officiel, AS Saint-Étienne (consulté le 11 septembre 2012)
  23. « Palmarès du championnat de France de football », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel
  24. (en) « Tournoi d'Evian », Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation (RSSSF) (consulté le 11 septembre 2012)
  25. (en) « Tournoi de la Communauté Urbaine de Lille », RSSSF (consulté le 11 septembre 2012)
  26. (en) « Toulouse - Friendly Tournaments », RSSSF (consulté le 11 septembre 2012)
  27. a et b « Classement de Ligue 1 toutes saisons confondues », sur lfp.fr (consulté le 6 mai 2011)
  28. (en) « Europe's Club of the Century » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), International Federation of Football History & Statistics, sur iffhs.de. Consulté le 25 novembre 2009
  29. (en) « France - List of Champions », Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation (consulté le 11 septembre 2012)
  30. « Lyon, le dix-septième doublé de l'histoire », L'Équipe,‎ 2007 (consulté le 11 septembre 2012)
  31. « AS Saint-Étienne > historique », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel (consulté le 13 septembre 2012)
  32. « Saint-Étienne : la grande histoire des Verts », sur allezredstar.com (consulté le 13 novembre 2008)
  33. a et b « Logos au fil du temps », sur asse-verts.fr (consulté le 13 septembre 2012)
  34. a et b « La naissance de la Panthère Verte », dans Barge, Christophe, 1933-2003 70 ans de passion, Timée éditions,‎ 2002 (lire en ligne), p. 26-27
  35. « La signification des étoiles sur les maillots de foot », sur memosport.fr,‎ 20 mai 2009 (consulté le 17 septembre 2009)
  36. Vergne, Frédérique, « Stade Geoffroy-Guichard à Saint-Etienne : en marche pour l’Euro 2016 », Le Moniteur,‎ 07 juin 2012 (consulté le 17 septembre 2012)
  37. Le 4e angle approuvé par Saint-Étienne Métropole, sur Geoffroy Guichard.com. consulté le 22 juillet 2013.</
  38. « La boutique des Verts », sur site officiel, AS Saint-Étienne (consulté le 19 septembre 2012)
  39. a, b et c [PDF] « Un club de légende », sur slideshare.net, AS Saint-Étienne (consulté le 19 septembre 2012)
  40. Rodolphe Montagnier, « Bienvenue dans l’intimité des Verts », La Gazette de la Loire, no 606,‎ 2012 (lire en ligne)
  41. « ASSE. L'ASSE propriétaire du site de l'Etrat », sur LeProgrès.fr,‎ 28 juin 2012
  42. « Les professionnels formés à Saint-Étienne », sur lequipe.fr (consulté le 12 novembre 2008)
  43. « Horaires aménagés pour les sportifs », sur Site du lycée Tézenas du Montcel (consulté le 12 novembre 2008)
  44. « Division 1: la valse des statuts », L'Humanité,‎ 31 janvier 1996 (consulté le 12 septembre 2012)
  45. « Roland Romeyer, l'homme clé de la reconstruction », Le Parisien,‎ 21 janvier 2005 (consulté le 12 septembre 2012)
  46. « Pré-formation », sur fco-firminy.com (consulté le 12 novembre 2008)
  47. « Quand l'AS Saint-Étienne rencontre l'AS Poissy », sur ville-poissy.fr,‎ novembre 2005 (consulté le 12 novembre 2008)
  48. « Partenaires de l'AS Valence », sur asvalence.fr (consulté le 12 novembre 2008)
  49. a et b « Interview de Luc Bruder », sur http://www.poteaux-carres.com (consulté le 17 novembre 2011)
  50. « L'USF et l'ASSE repartent pour un an », sur zoom43.fr (consulté le 18 novembre 2008)
  51. « AS Saint-Étienne > organigramme », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel (consulté le 19 septembre 2012)
  52. « ASSE: Un nouvel entraîneur pour les gardiens - Saint-Etienne - Football.fr », sur football.fr,‎ 5 septembre 2012 (consulté le 16 septembre 2012)
  53. « Staff Centre de formation », sur les.verts.pagesperso-orange.fr (consulté le 16 septembre 2012)
  54. « L1 : le PSG domine largement le classement des budgets de L1 et intègre le Top 5 européen ! », sur maxifoot.fr (consulté le 31 juillet 2012)
  55. a et b « Comptes individuels des clubs professionnels », sur lfp.fr, DNCG
  56. « PSG, OM, ASSE, OL… Les budgets de Ligue 1 saison 2011-2012 », sur sportune.fr,‎ 3 août 2011
  57. a et b Interview de Rolland Romeyer sur BeInSport le 12/08/2013
  58. « Jérémie Janot rejoint son idole, Ivan Curkovic », sur site officiel, AS Saint-Étienne,‎ 28 avril 2011 (consulté le 21 septembre 2012)
  59. « Glasgow 76: l'Espoir déçu », sur forez-info.com (consulté le 13 septembre 2012)
  60. « Yvan CURKOVIC », sur asse-live.com (consulté le 17 septembre 2012)
  61. « Oswaldo PIAZZA », sur asse-live.com (consulté le 17 septembre 2012)
  62. « Dominique BATHENAY », sur asse-live.com (consulté le 17 septembre 2012)
  63. « Jean-Michel LARQUE », sur asse-live.com (consulté le 17 septembre 2012)
  64. « Les frères Révelli », sur asse-live.com (consulté le 17 septembre 2012)
  65. « René Domingo au coup d’envoi », sur site officiel, AS Saint-Étienne,‎ 3 octobre 2008 (consulté le 21 septembre 2012)
  66. (en) « European Footballer of the Year ("Ballon d'Or") 1979 », RSSSF
  67. (en) « European Footballer of the Year ("Ballon d'Or") 1980 », RSSSF
  68. (en) « European Footballer of the Year ("Ballon d'Or") 1981 », RSSSF
  69. a et b (en) « CLUB: A.S. Saint-Étienne », sur eu-football.info
  70. « Antonetti quitte Saint-Etienne », L'Équipe,‎ 3 juin 2004 (consulté le 17 septembre 2012)
  71. « Saint-Etienne : Laurent Roussey indemnisé », sur fifa.com, AFP,‎ 17 mars 2010 (consulté le 17 septembre 2012)
  72. « Saint-Etienne: Alain Perrin viré, Luis Fernandez ne viendra pas », 20 minutes,‎ 15 décembre 2009 (consulté le 17 septembre 2012)
  73. « Saint-Etienne: Galtier promu, Perrin viré », Libération,‎ 15 décembre 2009 (consulté le 17 septembre 2012)
  74. « Histoire - Présidents », sur ASSE.fr,‎ consulté le 19 juin 2012
  75. « La fiche complète de l'ancien Vert Charles Paret », sur anciensverts.com (consulté le 20 septembre 2012)
  76. « PIERRE FAURAND LE FONCEUR », sur asse-live.com (consulté le 16 septembre 2012)
  77. a et b « Roger Rocher, mort du président Vert », L'Humanité,‎ 31 mars 1997 (consulté le 17 septembre 2012)
  78. Jean-Michel Delaplace, L'histoire du sport l'histoire des sportifs : Le sportif, l'entraîneur, le dirigeant, 19e et 20e siècle, L'Harmattan, coll. « Espaces et Temps du Sport »,‎ 1999, 412 p. (ISBN 9782296383883, lire en ligne), p. 222
  79. Communiqué officiel : la nouvelle organisation de l'ASSE, sur ASSE.fr. le 27 janvier 2010.
  80. « Effectif professionnel actuel », sur asse.fr (consulté le 10 juillet 2014)
  81. « Effectif 2013/2014 », sur transfermarkt.fr (consulté le 2 août 2013)
  82. « Pros - Staff médical », sur ASSE.fr (consulté le 16 juillet 2013)
  83. Tabanou à l'ASSE jusqu'en 2017, sur ASSE.fr. le 29 juillet 2013.
  84. Saint-Maximin signe pro, sur ASSE.fr. le 1er juillet 2013.
  85. « Romain Revelli intègre le staff pro », sur ASSE.fr,‎ 6 juin 2011
  86. a et b « Club - Groupes de supporters Associés supporters », sur http://www.asse.fr (consulté le 17 novembre 2011)
  87. « Champions toute catégorie », sur site officiel, AS Saint-Étienne,‎ 24 septembre 2009
  88. « Club - Groupes de supporters », sur site officiel, AS Saint-Étienne (consulté le 17 novembre 2011)
  89. « Classement de la Ligue 1 par affluence », sur lfp.fr, LFP (consulté le 18 septembre 2012)
  90. « Championnat de France des Tribunes 2008-2009 », sur lfp.fr, LFP (consulté le 16 septembre 2012)
  91. d'après les informations fournies par « Bilan des saisons de l'ASSE », sur http://www.asse-stats.com (consulté le 30 décembre 2011)
  92. « Historique des affluences de St-Etienne », sur stades-spectateurs.com (consulté le 16 septembre 2012)
  93. a, b, c et d « Saint-Etienne VS Olympique Lyon : Pour le trône du Rhône », sur fifa.com, FIFA (consulté le 20 septembre 2012)
  94. « 62 ans de derbys entre Lyon et Saint-Étienne », sur http://www.lequipe.fr/ (consulté le 27 août 2010)
  95. « Statistiques AS Saint-Etienne - Olympique Lyonnais », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel (consulté le 20 septembre 2012)
  96. « Statistiques Olympique Lyonnais - AS Saint-Etienne », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel (consulté le 20 septembre 2012)
  97. « Drame juste avant le match Grenoble - Saint-Etienne », Le Parisien,‎ 4 avril 2004 (consulté le 20 septembre 2012)
  98. Alain Pécheral, La grande histoire de l'OM (Des origines à nos jours), L'Équipe,‎ 2007, 507 p. (ISBN 2916400079), « L'Aigle et la Panthère », p. 214
  99. L'Équipe, « Top 5 des grands duels de l'Histoire », sur www.lequipe.fr,‎ 6 décembre 2011 (consulté le 14 février 2012)
  100. « Saint-Etienne-Nantes, une rivalité historique (1/6) », sur poteaux-carrées.com,‎ 28 février 2006 (consulté le 19 décembre 2011)
  101. « ASSE : le site officiel »
  102. « Twitter officiel de l'ASSE »
  103. « Facebook officiel de l'ASSE »
  104. « Evénements - Pack ASSE », sur www.radioscoop.com (consulté le 24 janvier 2011)
  105. « La Gazette des Verts »
  106. « Club - Partenariat Res Publica », sur ASSE.fr
  107. « Association ASSE Cœur-Vert », sur ASSE.fr,‎ 20 octobre 2011
  108. « Les Verts se mobilisent pour le don du sang », sur ASSE.fr,‎ 6 décembre 2011
  109. « Don du sang avec l'ASSE », sur ASSE.fr,‎ 6 décembre 2011
  110. « Loïc Perrin à la dictée ELA », sur ASSE.fr,‎ 9 décembre 2011
  111. « L’Association ASSE Cœur-Vert à l’Hôpital Nord », sur ASSE.fr,‎ 14 décembre 2011
  112. Aurélien Ferenczi, « La critique TV de Télérama du 23/10/2010 », sur telerama.fr, Télérama,‎ 23 octobre 2010 (consulté le 16 septembre 2012)
  113. Yves Lucas, Cinéfête : Le ballon d'or, Institut français d'Allemagne,‎ 2000 (lire en ligne), p. 3-5
  114. « Les chants des partisans », Libération,‎ 1er juin 2002 (consulté le 20 septembre 2012)
  115. http://www.youtube.com/watch?v=3fDEjBnKN-A
  116. [1]
  117. [PDF] Bing, Geoffroy, « Manufrance », sur millenaire3.com, Centre de ressources du Grand Lyon - Millénaire 3
  118. Philippe D'Espine, « Du drame au miracle », Journal de Genève, no 62,‎ 15 mars 1985, p. 13 (lire en ligne)
  119. Philippe D'Espine, « La fièvre verte monte à Geoffroy-Guichard », Journal de Genève, no 62,‎ 15 mars 1985, p. 13 (lire en ligne)
  120. « L'enfer des Verts est pavé de souvenirs », Libération,‎ 6 octobre 1997 (consulté le 20 septembre 2012)
  121. « Indispensable Casino », L'Express,‎ 3 novembre 2002 (consulté le 20 septembre 2012)
  122. (fr) « Ligue 1, ASSE - Winamax et Kaspersky sponsors maillot », sur Goal.com,‎ 6 août 2010
  123. « Le RC Saint-Etienne passe au sein de l'ASSE », sur footofeminin.fr,‎ 21 juillet 2009 (consulté le 22 juillet 2009)
  124. « Interview du responsable de la communication du Racing Club de Saint-Etienne », sur asse-live.com
  125. « Le staff du Centre de formation de l'AS SE », sur http://les.verts.pagesperso-orange.fr/ (consulté le 20 septembre 2012)
  126. La reprise pour le groupe Excellence, sur ASSE.fr. le 15 juillet 2013.
  127. (en) « France - List of Miscellaneous Champions and Trophy Winners », RSSSF

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 5 octobre 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Bon thème
20 articles
            Championnat de France de football masculin - les clubs champions
Ligue1 trophy.svg