Football Club des Girondins de Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Girondins de Bordeaux redirige ici. Pour les autres sections, voir Girondins de Bordeaux omnisports.

Girondins de Bordeaux

Logo du Girondins de Bordeaux
Généralités
Nom complet Football Club des Girondins de Bordeaux
Surnoms le FCGB,
les Girondins,
Le club au scapulaire,
Les Marine et Blanc
Fondation 1er octobre 1881 (section omnisports)
(132 ans, 11 mois et 1 jour)
1910 puis 1919 (section football)
Statut professionnel Juillet 1937
Couleurs Marine et blanc
Stade Stade Chaban-Delmas
(34 694 places)
Siège Rue Joliot-Curie
33185 Le Haillan
Championnat actuel Ligue 1
Propriétaire Drapeau : France Groupe M6
Président Drapeau : France Jean-Louis Triaud
Entraîneur Drapeau : France Willy Sagnol
Joueur le plus capé Drapeau : France Alain Giresse (587) [1]
Meilleur buteur Drapeau : France Alain Giresse (182) [2]
Site web www.girondins.com
Palmarès principal
National[3] Championnat de France (6)
Coupe de France (4)
Coupe de la Ligue (3)
Trophée des champions (2) Challenge des champions (1)
Championnat de deuxième division (1)
International[3] Coupe Intertoto (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2014-2015 des Girondins de Bordeaux
0
Voir l’image vierge
Localisation de la ville de Bordeaux

Le Football Club des Girondins de Bordeaux, appelé plus couramment les Girondins de Bordeaux (abrégé en FCGB), est un club de football créé en 1919 à Bordeaux. C'est une section du club omnisports des Girondins de Bordeaux omnisports jusqu'en 1981.

Le FC Girondins de Bordeaux est présidé par Jean-Louis Triaud depuis 1996. L’équipe première est entraînée par Willy Sagnol à partir de juin 2014. Il succède à Francis Gillot.

Les Girondins de Bordeaux évoluent au stade Jacques-Chaban-Delmas et s’entraînent au Centre international d’entraînement du FC Girondins de Bordeaux situé sur la commune du Haillan.

Le club a remporté six fois le Championnat de France, quatre Coupes de France et trois Coupes de la Ligue. Par ailleurs, il a atteint une finale de coupe européenne, en 1996 en coupe de l'UEFA battu par le Bayern Munich.

Le FC Girondins de Bordeaux a connu plusieurs années de gloire, notamment sous la présidence de Claude Bez entre 1978 et 1990. L'épopée européenne en 1995/1996 lance les Girondins de Bordeaux vers un titre de Champion de France, gagné en 1999. Depuis, le Club a acquis trois Coupes de la Ligue (2002, 2007 et 2009), un titre de Champion de France (2009) et une Coupe de France (2013).

Le FC Girondins de Bordeaux fait partie de l'association européenne des clubs depuis 2008.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Girondins de Bordeaux.

Repères historiques[modifier | modifier le code]

1881-1937, naissance du club[modifier | modifier le code]

Le 1er octobre 1881 est créée la Société de gymnastique et de tir des Girondins, club omnisports à l'origine des Girondins de Bordeaux. Ce club, présidé par André Chavois et domicilié rue Sanche de Pomiers à côté du marché des Capucins, comprend différentes sections : agrès, natation, aviron, course à pieds, sports équestres et escrime. Ce n'est qu'en 1910, sous la pression de Raymond Brard, qu'une section football voit le jour au sein de la SGTG. Cet essai ne dure qu'une saison mais reprend en 1919. Après fusions avec d'autres clubs de sports, changement de local et déménagement rue Henri IV, la section football du Girondins Guyenne Sport compte vingt-quatre licenciés. Les Girondins fusionnent quelques semaines plus tard avec l’Argus Sport qui transmet aux Girondins ses couleurs Marine et Blanc. Le nombre de licenciés de la section football passe alors à 70. Les joueurs disputent leur premier match en 1920 (défaite 12 à 0 contre la Section Burdigalienne)[4].

Avant que les Girondins n'accèdent au statut professionnel, Bordeaux comptait deux clubs professionnels situés rive droite de la Garonne : le Sporting Club de la Bastidienne et le Club Deportivo Espagnol de Bordeaux. Leur candidature ayant été acceptée le 28 juin 1933, ils évoluent dans le groupe Sud de D2 et leur classement est respectivement quatrième et septième (sur huit) pour le Deportivo et la Bastidienne. Les clubs sont contraints, sur ordre de la Fédération, de fusionner en 1934-1935 au nom du principe « une ville, un club » et forment le FC Hispano-Bastidienne. Le nouveau club termine quatorzième et dernier de la poule unique de D2. Cette union contre nature ne dure qu'une saison et Bordeaux reste orpheline d'un club professionnel pendant deux saisons.

Les Girondins de Bordeaux deviennent Champions de France amateurs en 1937 grâce à une victoire le 23 mai 1937 au Stade de Colombes face au Football Club de Scionzier 2 buts à 1. Le match s’est déroulé à Colombes en lever de rideau de la rencontre internationale France-Irlande. 17 000 spectateurs ont assisté à ce Bordeaux-Scionzier. Enfin, pour le moins, à ses dernières minutes. Les Bordelais doivent d’abord subir la loi des champions lyonnais. Les arrières ont du mal à enrayer les attaques. Surtout celle de l’inter gauche Cavalli. Mais bien vite, les Bordelais se reprennent, et à la 26e minute, Santiago Urtizberea le dos tourné au but et de volée, ouvre la marque. Cet avantage est détruit aussitôt par le dangereux Cavalli. Sur corner, il égalise. À plusieurs reprises, le gardien bordelais doit intervenir pour sauver son camp. L’attaque bordelaise repart de plus belle. Et à la 66e minute, Santiago Urtizberea bien servi par Massé, tire violemment. Le goal adverse repousse. Mais de volée, Catherineau loge le ballon dans les filets. Pour la première fois dans l’histoire du football, un titre national est enlevé par un club du Sud-Ouest » explique André Sainte-Cluque, l’historien du club, dans le livre d’or des Girondins paru en 1973.

L’équipe de Bordeaux était la suivante : Gérard – Popovici – Mancisidor – Dutour – Bazinette – Nalet – Santiago Urtizberea – Massé – Catherineau – Larnaudie – Miramon.

Le 2 juillet 1936, le Girondins Guyenne Sport fusionne avec le Bordeaux FC et les statuts de la nouvelle association sportive, Girondins de Bordeaux Football Club, sont déposés en préfecture le 17 octobre 1936. Les Girondins de Bordeaux F.C (nouvelle appellation) posent leur candidature pour le statut professionnel. Elle est admise le 8 juin 1937. et intègrent le groupe B de deuxième division la saison suivante (1937/1938).

1937-1945, débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Pour le détail des saisons voir : 1937-1938.
Équipe de 1941

Les Girondins disputent leur premier match professionnel à Toulouse le 22 août 1937 (défaite 3 à 2) mais leur début à Bordeaux est victorieux face à Nîmes. Les Girondins termineront leur première saison professionnelle avant-derniers et troisièmes de la poule de consolation. Au début de leur seconde saison en seconde division, les Girondins arborent pour la première fois un maillot avec un scapulaire, alors très à la mode sur les maillots des équipes.

« Les Girondins ont une grande équipe, une très grande équipe qui fera parler d'elle. »

— Henri Jooris, président Lillois

Les Girondins sont gâtés avec la Coupe du Monde de 1938 organisée en France. Pour l’occasion, un nouveau stade est inauguré le 12 juin 1938 : le Stade Municipal de Bordeaux qui deviendra plus tard Parc Lescure puis le stade Jacques Chaban Delmas où les Girondins évoluent encore aujourd'hui.

Lors de la saison 1938-1939, les Girondins finissent 11es d'une D2 fantaisiste à 23 clubs, dont 2 abandonnent en cours de saison, et où les deux leaders creusent un écart de 15 points avec le troisième.

Le 15 octobre 1940, les Girondins fusionnent avec l’Association Sportive du Port et le maillot s'orne dès lors d'une ancre de marine à la base du scapulaire, fusion plus « sociale » que sportive. En effet, alors que la France est plongée en pleine seconde Guerre mondiale en enrôlant les sportifs des Girondins dans le corps des pompiers du port de Bordeaux, Brard leur évite d'être déportés dans le cadre du service du travail obligatoire ou par l'organisation Todt pour la construction du mur de l'Atlantique.

Les Girondins A.S.P. (nouvelle dénomination à la suite de la fusion) remportent leur première Coupe de France en 1941. En raison de la géopolitique de l'époque, cette coupe se dispute en plusieurs finales. Bordeaux élimine le Red Star (France occupée) au Parc des Princes le 13 avril (3-1), Toulouse (zone libre) sur le même score puis à Saint-Ouen le club de la banlieue lilloise, le SC Fives (zone interdite) 2 à 0, deux buts de Santiago Urtizberea. Il faudra attendre quarante-cinq ans pour voir les joueurs au scapulaire soulever de nouveau la Coupe après six finales perdues entre-temps[5]. Lors du match contre le Red Star, Charles Rigoulot, haltérophile, « l'homme le plus fort au monde », donne le coup d'envoi[4].

1945-1978, entre joies et désillusions[modifier | modifier le code]

À la Libération, les Girondins repartent en Division 2 avant de retrouver l'élite en 1949. Le 7 mai 1950, à la fin de leur première saison en Division 1, les Girondins de Bordeaux sont sacrés champions de France avec 6 points d'avance sur Lille : c'est la première équipe à réaliser cet exploit en France[6]. L'entraîneur André Gérard est l'un des grands artisans de ce titre. Sous sa conduite, Bordeaux muscle son jeu et devient « l'imprenable forteresse ». Parmi les attaquants, trois noms se détachent : De Harder, Kargu et Libar, meilleurs buteurs de l'équipe[7].

Le 19 mars 1950, les Girondins sont champions de France avec 6 points d’avance sur les Lillois. C’est leur premier titre en pro. La meilleure attaque, c’est eux avec 88 buts. La meilleure défense, c’est eux avec 40 buts. Pour la première fois de l’histoire, une équipe venant de montrer de D2 est championne en D1. Entraînée par André Gérard la formation type est la suivante :

Depoorter ou Villenave - Garriga, Swiatek, Mérignac - M’Barek, Gallice, Persillon, Libar – Kargu, Mustapha, De Harder.

Les Girondins disputent alors la Coupe Latine 1950 qui oppose les champions de France, d'Espagne, d'Italie et du Portugal. Les équipes qualifiées sont respectivement l'Atlético de Madrid, la Lazio Rome et le Benfica Lisbonne. La finale contre Benfica disputée à Lisbonne doit être rejouée à la suite d'un match nul 2-2 et Bordeaux s'incline 2-3 lors d'un épique second match qui durera… 2 heures et 25 minutes, prolongation au but en or sans limite de temps comprise[4].

Les Girondins rentrent ensuite dans le rang malgré une seconde place en 1952 et deux finales de Coupe de France (1952, 1955). Avec l'arrivée de Salvador Artigas au poste d'entraîneur, Bordeaux revient au premier plan dans les années 1960 et flirte avec les sommets sans toutefois obtenir de trophée (trois places de second en Championnat, trois finales de Coupe de France perdues face à Lyon en 1964[8], Saint-Étienne en 1968[9], et Marseille en 1969[10]).

Bordeaux ne peut plus continuer à effectuer d’incessants va et vient entre la D1 et la D2. Il lui faut repartir sur des bases plus saines et solides. Trois hommes à forte personnalité, vont participer à ce renouveau. Henri Martin accède à la présidence du club. Président du CIVB, maire de Saint-Julien-Beychevelle, c’est un homme à poigne. Jean Maury devient le patron du football. C’est un enthousiaste doté d’une nature bouillante. Salvador Artigas revient. Il fut joueur. Le voila entraîneur. C’est un énorme travailleur, d’une rigueur sans faille. Leur tempérament est différent. L’entente sera pourtant excellente. Bordeaux est en D2 lors de la saison 1960/61. Il y sera encore la saison suivante. Pour la dernière fois jusqu’en 1991 !

C'est l'époque des Montes, Chorda, De Bourgoing, Couécou, ou autres Simon dans un style inspiré du catenaccio italien : physique, défensif. Cette solidité jamais récompensée fait ensuite place à un lent déclin dans les années 1970. Malgré l'éclosion de futurs internationaux (Gallice, Bergeroo, et surtout Giresse), le club végète en milieu du classement de la première division, luttant parfois pour le maintien, comme en 1978, année où Bordeaux finit avec un petit point d'avance sur le premier relégué[11]. La destinée de la section football des Girondins fut confiée à un triumvirat constitué de Jean Roureau, Jacques Descudet et M. Magré. Ce dernier renonça rapidement. Les deux premiers restèrent. Bordeaux allait connaître des années grises. Sixième en 1970. Cinquième en 1971. Le club restera figé dans le ventre mou du championnat jusqu'à l'arrivée en août 1978 d'un nouveau président, Claude Bez.

1979-1990, décennie couverte d'or[modifier | modifier le code]

Jean Tigana, joueur de 1981 à 1989
Trophée du Centenaire Tournoi des Girondins de Bordeaux

Trésorier du club depuis 1974, Claude Bez accède à la présidence du club au scapulaire en août 1978. S'appuyant sur sa fortune immobilière et résolu à remettre les Girondins aux premières loges sans tarder, Claude Bez injecte des millions de francs dans les caisses bordelaises. Il recrute une pléthore de joueurs internationaux dont Lacombe, Sahnoun ou encore Gemmrich et fait de Bordeaux, sur le papier, un rival crédible de grands clubs comme Nantes, Saint-Étienne, ou Strasbourg qui sont alors les ténors du football français.

Claude Bez prévient que trois ans seront nécessaires pour monter une formation susceptible de disputer une Coupe d’Europe et, surtout, de rester au sommet. La saison 1979-80 manque de peu de tourner au désastre : après un début de saison catastrophique, les Girondins sont relégables après treize journées sous la direction de l'entraîneur argentin Luis Carniglia. Claude Bez remplace alors celui-ci par Raymond Goethals, auréolé de ses succès européens avec Anderlecht, pour une « pige » de neuf mois. Pari gagné : les Girondins redressent la barre et terminent sixièmes, faisant jeu égal avec le champion Nantes malgré le tragique décès d'Omar Sahnoun d'une crise cardiaque à l'entraînement en avril 1980. (Sahnoun, alors âgé de 25 ans, décède quelques mois avant la naissance de son fils Nicolas qui jouera lui aussi aux Girondins[4].) Au départ de Goethals, et sur la foi de l'expérience lyonnaise de Bernard Lacombe, Bez recrute en provenance de l'OL un jeune entraîneur encore peu connu : Aimé Jacquet. Arrivent également de nouveaux joueurs : René Girard, François Bracci, ainsi que Jean Fernandez et Marius Trésor, qui quittent l'OM relégué en D2. Tous les ingrédients sont réunis pour partir à la conquête de l'Europe.

Jacquet impose son 4-4-2, ce qui implique que Soler et Gemmrich, pourtant tous deux internationaux, alterneront sur le banc, puisque Bernard Lacombe est titulaire indiscutable. En défense, Trésor et Bracci retrouvent une seconde jeunesse et une envie de jouer extraordinaire. Bilan : les Girondins terminent troisièmes de la saison 1980-1981 et obtiennent leur billet pour la coupe de l'UEFA ! Lors de l’été 1981, c’est Jean Tigana qui pose ses valises en Gironde. L’Europe s’arrête à Hambourg pour Bordeaux. Le championnat se passe bien. Bordeaux est quatrième. C’est mieux mais c’est insuffisant pour Claude Bez. Un grand nombre d'internationaux français et étrangers sont recrutés et jouent à Bordeaux autour de l'emblématique Alain Giresse. On peut citer Dropsy, Bracci, Domenech, Thouvenel, Specht, Tusseau, Trésor, Battiston, Girard, Tigana, Touré, Dieter Müller, ou encore les jumeaux Zlatko et Zoran Vujović[12].

Durant les années 1980, les Girondins sont l'équipe-phare du football français. Les Girondins remportent trois titres en 1984, 1985 et 1987, deux coupes de France et se qualifient chaque année pour les coupes d'Europe. En 1983, le club a organisé un centenaire tournoi. Les Girondins remportent la demi-finale contre le FC Barcelone et sont battus en finale par le VfB Stuttgart[13].

Les Girondins réalisent deux bonnes campagnes européennes. En 1985, ils sont battus en demi-finale de la Coupe des champions par la Juventus de Michel Platini, défaite 3-0 au match aller joué au Stadio Comunale et vainqueurs 2-0 au retour au terme d'un match joué devant 40 211 spectateurs, record d'affluence au stade Lescure qui n'a pas encore été battu à ce jour[4]. En 1987, les Girondins sont cette fois-ci éliminés en demi-finale de la Coupe des Coupes, par le Lokomotive Leipzig. Battus 0-1 à l'aller à Lescure, les Girondins s'imposent à Leipzig sur le même score et sont finalement éliminés lors de la séance des tirs au but[4].

Le 30 avril 1986, les Girondins remportent la Coupe de France de football après cinq finales perdues. Face à l'Olympique de Marseille, Bordeaux s'impose 2-1 après prolongation grâce à un somptueux but de Giresse sur Joseph-Antoine Bell[5]. À la suite de cette victoire, Giresse et Lacombe vont parcourir le trajet Bordeaux-Lourdes à vélo pour tenir la promesse qu'ils avaient faite[4]. L'année suivante, Bordeaux remporte son premier et seul doublé en devançant Marseille de quatre points en Championnat et dominant les mêmes Marseillais (2-0) en finale de la Coupe de France.

Pendant ces années fastes, Bordeaux fournit aussi à l'équipe de France l'ossature de l'équipe vainqueur de l'Euro 1984 et demi-finaliste des Coupes du Monde 1982 et 1986.

1990-2005, rétrogradation et renouveau[modifier | modifier le code]

Zinedine Zidane, joueur de 1992 à 1996
Elie Baup, entraîneur de 1998 à 2003

Au terme de la saison 1990-1991 où le club finit dixième (mais manquant d'un rien une qualification en Coupe d'Europe lors du dernier match perdu 1-0 à Lyon), la DNCG décide de reléguer administrativement les Girondins de Bordeaux en D2 en raison de leur déficit budgétaire (environ 45 millions d'euros)[14].

La remontée est immédiate (Champion de D2) et les Girondins, appuyés par une série de partenaires solides (Alain Afflelou puis M6), se rétablissent rapidement à un bon niveau, retrouvant fréquemment l'Europe avec l'arrivée de Rolland Courbis, juste après la saison en D2, il finit 4e du championnat à trois reprises (1993, 1994 et 1997). Mais c'est sans Courbis que les Girondins réalisent leur belle performance en Coupe UEFA .

La saison commence tôt pour les Girondins avec la coupe Intertoto débutant le 1er juillet. Autant cette saison, les Girondins vont franchir tous les paliers un par un de l'Intertoto puis de la coupe UEFA pour finalement arriver en finale, autant au point de vue national, le bilan est moyen pour l'équipe entraînée en début de saison par Slavo Muslin, l'équipe finit 16e à quelques petits points du premier relégable. Un des moment fort de la saison se déroule le 19 mars lors du match retour contre le Milan AC. Alors que les Milanais s'étaient imposés chez eux lors du match aller sur le score de 2 à 0, et étaient par conséquent largement favoris pour la qualification en demi-finale, les Bordelais dirigés par Gernot Rohr et menés par Christophe Dugarry, Bixente Lizarazu et Zinédine Zidane vont finalement renverser la vapeur pour gagner le match retour 3 à 0. Par la suite, ils battent également le Slavia Prague mais tombent lors de la finale contre le Bayern Munich. À la suite de cette défaite, les Girondins finiront doucement la saison et de nombreux départs seront à déplorer lors de l'intersaison. Ainsi, parmi les joueurs ayant joué la finale de la coupe de l'UEFA, Lizarazu, Zidane, Dugarry, Huard, Dogon, Friis Hansen, Witschge, Lucas, Dutuel et Bancarel vont tous quitter le club et il ne reste alors que Tholot, Grenet et Croci comme base pour reconstruire les Girondins.

1999 est également un moment fort des années 1990 pour les Girondins. L'équipe qui débute la saison 1998-99 est dirigée par Élie Baup et va lutter toute la saison pour la première place avec l'Olympique de Marseille… de Rolland Courbis. Pour la dernière journée du championnat, les deux équipes sont à 69 et 68 points avec l'avantage pour les Girondins. L'OM se déplace à Nantes tandis que les Bordelais doivent ramener la victoire du Parc des Princes de Paris. Alors que l'OM ouvre le score à la 38e minute par Robert Pirès[15], Bordelais et Parisiens sont à égalité 2 buts partout quand Baup fait rentrer Pascal Feindouno qui vient battre Bernard Lama à la 89e minute, offrant le premier titre en douze saisons aux Girondins[16],[17].

En 2002, les Girondins vont remporter la Coupe de la Ligue grâce à une victoire au Stade de France sur le FC Lorient sur le score de 3 buts à 0[18].

2005-2007, deux saisons de transition[modifier | modifier le code]

Pour le détail des saisons voir : 2005-2006 et 2006-2007.
Entrée des joueurs lors de la finale de la Coupe de la Ligue 2007

Après une phase de deux années difficiles, les Girondins renouent avec les victoires durant la saison 2005-06 en terminant deuxième de la Ligue 1 derrière l'Olympique lyonnais. Les Bordelais retrouvent la Ligue des champions — leur deuxième participation à la compétition-phare européenne depuis la saison 1999-2000 — après deux ans d'absence en coupe d'Europe. Pour essayer de bien figurer dans cette compétition, les dirigeants girondins recrutent l'international français et ancien Bordelais, Johan Micoud, en provenance du Werder Brême. Mais la faiblesse financière de Bordeaux dans le football moderne, avec un budget qui avoisine 65 millions d'euros, limite les ambitions.

Après une saison 2006-2007 mitigée en championnat et en Ligue des champions, où elle n'a pu passer le premier tour, l'équipe des Girondins renoue avec le succès en remportant, le 31 mars 2007, la Coupe de la Ligue pour la deuxième fois de son histoire contre l'Olympique lyonnais grâce à un but du défenseur Henrique sur un corner de Johan Micoud à la 89e minute de la rencontre. C'est le premier trophée de Bordeaux depuis 2002 et il leur permet d'assurer la qualification pour la Coupe UEFA pour la saison 2007-2008.

Lors de cette édition, avec quatre victoires en autant de rencontres, Bordeaux termine premier du groupe H (Helsingborgs IF, Galatasaray, Paniónios GSS, FK Austria Vienne) et se qualifie donc très facilement pour les seizièmes de finale de la Coupe de l'UEFA. D’ailleurs, en regardant le classement de chaque poule, on constate que Bordeaux s'impose, en compagnie d'Everton, comme la meilleure équipe de la compétition avec 12 points devant les grosses écuries du Vieux Continent comme l'Atlético Madrid (10 points), Villareal (10 points), le Bayern Munich (8 points), la Fiorentina (8 points) ou encore Tottenham (7 points). Les deux meilleurs buteurs girondins sont Fernando Cavenaghi et Marouane Chamakh avec trois buts à leur compteur personnel.

Finalement, les Girondins de Bordeaux s'inclinent contre Anderlecht en 1/16 de finale (2-1 à l'aller/1-1 au retour).

2007-2010, Bordeaux retrouve la gloire[modifier | modifier le code]

Yoann Gourcuff en 2009
Pour le détail des saisons voir : 2007-2008, 2008-2009 et 2009-2010.

En juin 2007, le Président Jean-Louis Triaud décide de confier les rênes de l'équipe professionnelle à un entraîneur inexpérimenté mais ayant un passé de joueur exceptionnel : Laurent Blanc. Véritable coup de poker en début de saison, Laurent Blanc emmène son groupe à la deuxième place au terme d'une saison aux talons de l'Olympique lyonnais. Les Girondins battent ainsi le nombre de record de points du club avec 75 points et sont qualifiés pour l'édition 2008-2009 de la Ligue des champions.

Lors de la saison 2008-2009, Bordeaux gagne le Trophée des champions en battant Lyon aux tirs au but. Grâce à ce succès, les Girondins deviennent le quatrième club français à avoir remporté au moins une fois tous les trophées nationaux — Championnat de France, Coupe de France, Coupe de la Ligue et Trophée des Champions —, après l’Olympique lyonnais, l’AS Monaco et le Paris Saint-Germain. La même saison, le club remporte sa troisième Coupe de la Ligue face à Vannes, devenant le club ayant le plus de victoires dans cette compétition, à égalité avec le Paris Saint-Germain. À la lutte avec Marseille, le club termine sa saison de Ligue 1 avec une série de onze victoires d'affilée, nouveau record national. Le précédent record de dix victoires consécutives était également codétenu par Bordeaux. Le club devient champion le 30 mai 2009 sur le terrain de Caen et remporte son 6e trophée de Champion de France de son histoire.

Match de ligue des champions face à Anderlecht

Lors de la saison 2009-2010, les Girondins remportent pour la seconde année consécutive le Trophée des champions en battant l'EA Guingamp 2-0 au stade olympique de Montréal devant 34 068 spectateurs. Le 30 août 2009, Marseille met fin à la série de victoires consécutives des Girondins de Bordeaux après un match nul 0-0 au Stade Vélodrome. Ce record s'établit donc à quatorze succès d'affilée soit le quatrième européen derrière l'Inter Milan (17), le FC Barcelone (16) et le Bayern Munich (15). Le samedi 3 octobre 2009, les Girondins s'inclinent (3-1) face à Saint-Étienne, stoppant ainsi leur série à 18 matchs sans défaite. Ils étaient invaincus en championnat depuis le 7 mars 2009. Mais au soir de la douzième journée de championnat, Bordeaux poursuit néanmoins sa série de victoires consécutives au stade Chaban-Delmas qui compte désormais 13 unités. C'est Valenciennes qui mettra fin à l'invincibilité à domicile des Girondins (39 matchs sans défaite) en les battant 1-0 le 21 novembre.

La saison 2009-2010 est la meilleure des Girondins en Ligue des champions. L'équipe de Laurent Blanc réussit notamment à battre la Juventus, le Bayern Munich (à l'aller comme au retour) et termine première de sa poule, et invaincue. Après avoir battu l'Olympiakos le Pirée en huitièmes de finale (1-0 à l'aller et 2-1 au retour), les Bordelais totalisent sept victoires consécutives, record pour une équipe française en Ligue des champions. Privés de leur capitaine Alou Diarra pour le match aller à la suite de son exclusion en huitième de finale, les Bordelais se font éliminer en quarts par l'Olympique lyonnais de Hugo Lloris sur le score cumulé de trois buts à deux (3-1 / 0-1). La fin de saison se passe mal. Les Girondins perdent en finale de la Coupe de Ligue contre l'OM et terminent la saison 2009/2010 à la sixième place du Championnat les privant de compétition européenne pour la saison suivante.

2010-2011, Bordeaux rentre dans le rang[modifier | modifier le code]

Pour le détail des saisons voir : 2010-2011.

La saison 2010-2011 est marquée par plusieurs changements majeurs : Laurent Blanc quitte le club et rejoint la sélection nationale, Marouane Chamakh et Yoann Gourcuff rejoignent respectivement Arsenal et l'Olympique lyonnais. Jean Tigana est nommé entraineur des Girondins avec Michel Pavon en adjoint.

L'équipe s'impose en amical contre Osasuna 2-0 mais continue de perdre en championnat et se retrouve relégable avant de battre l'Olympique lyonnais qui était lui aussi dans la zone rouge. Après cette victoire, Bordeaux prend 7 points en 3 matchs en battant Lorient et Auxerre ainsi qu'un match nul contre Caen. Après cette série de bons résultats, Bordeaux se fait battre par le leader Brest 2-0 à domicile. Les Girondins attendront trois journées pour s'imposer contre Nancy 2-1 sur un but accordé de manière litigieuse. Grâce à un triplé d'Anthony Modeste, les marines et blancs s'imposent 4-2 contre le dernier du championnat Arles-Avignon.

Les mauvaises prestations de l'équipe girondine s'enchaînent et la trêve hivernale arrive. Les Girondins font miraculeusement match nul à domicile (2-2) face au RC Lens. La crise couve. Le niveau de jeu de l'équipe est en chute libre et les bordelais se retrouvent au fond du gouffre à la mi-saison. Jean Tigana perd peu à peu le contrôle du vestiaire et des rumeurs persistantes le disent partant. On évoque notamment le nom de Rolland Courbis pour le remplacer. Il choisit finalement de rester malgré la pression des supporters qui souhaitaient voir un "grand entraineur" sur le banc et du "beau jeu". Le recrutement inopportun de joueurs méconnus comme André illustre bien le désarroi dans lequel se trouve le club.

Nicolas de Tavernost, président d'M6, propriétaire des Girondins de Bordeaux évoque ses craintes dans la presse locale et déclare que le club ne pourra pas conserver un effectif de ligue des champions si le FCGB ne se qualifie pas pour la prestigieuse Coupe d'Europe. On annonce des cadres partant comme Alou Diarra ou Cédric Carrasso.

La fin de saison s'annonce pour le moins difficile. Les Girondins de Bordeaux sont éliminés par Angers en 1/16es de finale de la Coupe de France. Les Girondins subissent une lourde défaite (5-1) à Lorient. Les tensions entre Jean Tigana et son adjoint Michel Pavon éclatent au grand jour au terme de la rencontre. Michel Pavon sera écarté par le Président Triaud le 24 février 2011 en raison des tensions entre Pavon et Tigana.

Après une défaite 4 à 0 à domicile contre Sochaux, Jean Tigana présente sa démission, démission acceptée par le Président Jean-Louis Triaud. Éric Bedouet, préparateur physique mais détenteur des diplômes d'entraineur, prend la relève pour la fin de la saison en compagnie de Franck Mantaux (l'entraineur des gardiens qui assure l'intérim de Dominique Dropsy atteint d'une leucémie depuis avril 2010), de Philippe Lucas (entraineur des moins de 19 ans des Girondins de Bordeaux et ancien joueur du Club) et de Lilian Laslandes qui s'occupera spécifiquement des attaquants.

Après une défaite contre le Racing Club de Lens (1-0), Éric Bedouet et les Girondins s'imposent face au Paris Saint Germain (1-0) avec notamment une grosse prestation de Cédric Carrasso. Après une nouvelle défaite sur le terrain de Toulouse (2-0), les Girondins l'emportent (2-0) lors de leur dernier match à domicile face à Montpellier. Le Président Jean-Louis Triaud annonce le 29 mai 2011 avant le match, la prolongation de deux années supplémentaires du contrat de Cédric Carrasso sur la chaine officielle du club, Girondins TV.

Pour le dernier match de la saison, Ulrich Ramé est titulaire dans les buts bordelais et capitaine pour son dernier match sous les couleurs girondines. Il sort à la 55e minute sous les ovations de Chaban Delmas. Il a porté les couleurs des Girondins pendant quatorze ans et disputé 525 matchs officiels[19] (compétitions nationales et internationales confondues). Les Girondins de Bordeaux terminent septième du championnat et enchainent donc une deuxième saison consécutive sans Coupe d'Europe. C'est la seconde saison consécutive que les Girondins terminent à une place de la Coupe d'Europe.

2011-2014 Bordeaux retrouve l'Europe et gagne la coupe de France[modifier | modifier le code]

Pour le détail des saisons voir : 2011-2012, 2012-2013 et 2013-2014.

Le 6 juin 2011, lors d'une conférence de presse au Haillan, le président Jean-Louis Triaud annonce officiellement l'arrivée de Francis Gillot pour un contrat de 2 saisons en tant qu'entraineur des Girondins de Bordeaux. Après la prolongation de contrat de Cédric Carrasso, c'est au tour de Jaroslav Plašil, Cheick Diabaté et Florian Marange de prolonger. Alou Diarra quitte le club et rejoint l'OM tandis que Fernando Menegazzo et Wendel décident de partir respectivement pour le Qatar et l'Arabie saoudite. Côté arrivées, Landry Nguemo et Nicolas Maurice Belay rejoignent la Gironde lors du mercato estival marqué par les faiblesses financières des Girondins.

La première partie de championnat n'est guère réjouissante. Les Girondins connaissent un début de saison poussif (marqué notamment par une élimination précoce en 1/16e de finale de la Coupe de Ligue) malgré une amélioration des résultats à l'approche de la trêve hivernale. Avant la reprise des compétitions, Mariano, brésilien évoluant à Fluminense (Brésil) rejoint les Girondins de Bordeaux pour 3 ans et demi pour 3M d'euros. Le lillois Ludovic Obraniak, à qui il ne restait que 6 mois de contrat, est recruté contre 1 million d'euros par les Girondins afin de renforcer le secteur offensif.

Après une qualification face à l'AS Saint-Étienne en Coupe de France au stade des 1/32e de finale, les Girondins voient leur parcours se terminer en huitièmes de finale où ils sont éliminés par Lyon sur le score de 3-1 après prolongations. Le trophée échappe une fois encore aux Girondins qui n'ont plus remporté la compétition depuis 1987.

Après un beau mois de février durant lequel les Girondins battent successivement Toulouse, Lille et Lyon, les Girondins connaissent un parcours plus mitigé en mars qui les éloignent à nouveau des places européennes. Lors de la 33e journée, les Girondins préservent tout de même leur série d'invincibilité à domicile face à Marseille en s'imposant sur le score de 2-1. Cela fait maintenant 35 ans que Marseille n'a pas gagné à Chaban Delmas.

En 2012, après une série de 6 victoires consécutives en fin de saison, Bordeaux termine à la 5e place du championnat et se qualifie pour les barrages de la Ligue Europa. Les Girondins retrouvent l'Europe, deux ans après leur dernière apparition en 2010.

Pour son tour de barrage, Bordeaux hérite de l'équipe serbe de l'Étoile Rouge de Belgrade. Le 23 août, les Girondins concèdent le match nul 0-0 à l'extérieur au stade Marakana. Le 30 août, date du match retour à Chaban-Delmas, les Girondins l'emportent 3 buts à 2 sur le fil, grâce à un penalty transformé par Yoan Gouffran dans les arrêts de jeu; Bordeaux est donc qualifié pour les phases de poule de la Ligue Europa 2012-2013. Lors des phases de poule de la Ligue Europa 2012-2013, la formation Girondine termine première de son groupe avec 13 points devant les Anglais de Newcastle, les Portugais du Maritimo Funchal et les Belges de Bruges. Ensuite, les Girondins affrontent en 16e de finale les Ukrainiens du Dynamo Kiev. Après un match nul (1-1) obtenu en Ukraine, les Girondins se qualifient grâce à une victoire 1-0 au match retour au Stade Jacques-Chaban-Delmas. En huitième de finale les Bordelais ont affronté les Portugais du SL Benfica. Après avoir été défaits à l'aller au Estádio da Luz sur le score de 1 à 0, les Marine et Blancs ont également perdu 3-2 au stade Jacques-Chaban-Delmas.

Le 31 mai 2013, les Girondins de Bordeaux remportent leur 4e coupe de France grâce à un doublé de Cheick Diabaté (39e minute et 89e minute) et un but de Henri Saivet (54e minute) face à Évian, juste après que les jeunes du club ont remporté la Coupe Gambardella. Les Girondins de Bordeaux se qualifient ainsi pour la Ligue Europa 2013-2014[20].

Lors de la saison 2013-2014, les Girondins terminent la phase aller en championnat à la 4ème place du classement de Ligue 1. Leur parcours en Europa League est beaucoup moins glorieux que l'année passée avec une seule victoire en six matchs. Ils sont éliminés avant les phases finales de la petite coupe d'Europe. L'aventure en Coupe de la Ligue se termine par une défaite 3-1 à domicile face au PSG au stade des quarts de finale. En Coupe de France, les Girondins, tenants du titre, sont défaits sur le terrain de l'Île-Rousse Monticello aux tirs buts en seizièmes de finale de la compétition.

La seconde partie de championnat s'avère compliquée. Malgré l'arrivée de Guillaume Hoarau au mercato d'hiver, les Girondins n'enchaînent pas les bonnes performances. L'équipe ne s'est imposée qu'une seule fois à l'extérieur en 2014 (contre Valenciennes sur le score de 0-1) et les résultats à domicile sont peu glorieux. La fin de saison est agitée par le de départ de l'entraîneur Francis Gillot, la non-qualification pour une Coupe d'Europe pour la saison suivante et les rumeurs d'arrivée comme nouvel entraîneur Zinédine Zidane. Le 2 mai 2014, Carlos Henrique annonce son départ du club à l'issue de la saison après neuf années passées aux Girondins pour raisons familiales.

2014- : Un nouvel entraîneur pour un nouveau stade[modifier | modifier le code]

Lors de la saison saison 2014-2015, les Girondins ne disputeront pas de Coupe d'Europe puisqu'ils terminent à la 7e place de la Ligue 1 la saison passée.

Willy Sagnol devient entraîneur du club à partir de juin 2014, il enchaîne une série de 3 victoires consécutives lors des trois premières journées de Ligue 1, à Montpellier (0-1), à Lescure face à Monaco (4-1) et à Nice (1-3).

Wahbi Khazri rejoint les Girondins en provenance du SC Bastia tout comme Nicolas Pallois en provenance de Niort. Cette saison est également marquée par le départ de plusieurs joueurs comme Kévin Olimpa, Mathieu Chalmé, David Bellion, Landry N'Guemo etc.. laissés libres. À noter aussi l'arrivée du latéral gauche Diego Contento, en provenance du Bayern Munich et celle de Tiago Ilori arrivant de Liverpool.

Enfin, les Girondins joueront leur dernier match de leur histoire à Lescure contre Nantes lors de la 36ème journée avant d'entrer dans le Nouveau Stade de Bordeaux lors de la 38ème journée face à Montpellier.

Couleurs et logos[modifier | modifier le code]

Historique des couleurs[modifier | modifier le code]

Les premières couleurs du club de Bordeaux lui viennent de l'Argus Sport lors de la fusion de la section Girondins Guyenne Sport et de l'Argus en 1919[4]. Les couleurs de l'équipe sont alors le bleu marine et le blanc. Dès 1939, selon une mode de l'époque, le blanc devient la couleur du scapulaire du maillot. Au cours des décennies suivantes, le dessin du se fige avec quelques variantes de taille ou une inversion des couleurs (en 1960 par exemple)[21].

Le premier commanditaire apparaissant sur le maillot est Café de Côte d'Ivoire en 1974 alors que six ans plus tard, le maillot de Bordeaux perd pour la première fois son scapulaire sous l'impulsion du sponsor Malardeau. Le scapulaire représente la vallée de la Garonne où se trouve le club. Dans le même temps, le logo du club fait son apparition sur la poitrine du maillot[22].

Lors de la descente en seconde division, l'équipe abandonne ses couleurs traditionnelles. Ils évolueront en maillot bordeaux avec un scapulaire jaune orangé (comme l'AS Roma) avant d'opter pour le bordeaux et le blanc, le scapulaire étant de retour depuis une saison[23].

Les Girondins ne passent qu'une saison en seconde division mais, lors de la remontée, ne reprennent pas pour autant les couleurs traditionnelles. Il faut attendre la fin de la saison 1995-96 et l'épopée des Girondins en UEFA (menée avec un maillot à rayures verticales marines et bordeaux sans scapulaire) pour voir les couleurs marine et blanc réapparaître.

Depuis, les Girondins jouent à domicile avec un ensemble à dominantes marine et à détails blanc et en couleurs inversées lors des matchs à l'extérieur.

Depuis quelques années, la direction du club a sorti dans un but commercial un troisième maillot (maillot third) pour certaines occasions spéciales. Décriés par les supporters, ces maillots ne sont pas aux couleurs traditionnelles de l'équipe mais répondent surtout à des attentes créatives et commerciales. Ainsi, le maillot third de Bordeaux a été couleur vert kaki pendant deux saisons, gris, ou bien bordeaux et marine. En 2007-08, le maillot était couleur or et bleu marine. En 2008-2009, afin de disputer la Ligue des champions, il sera bleu marine avec un bande verticale (au milieu) et un scapulaire rose, répondant ainsi à des critères de mode. En 2009-2010, le maillot des Girondins pour la Ligue des champions est de couleur rouge bordeaux, rappelant celles de l'épopée girondine de 1995-1996 en UEFA avec toutefois un scapulaire peu apparent et de larges rayures verticales blanches ce qui donne un petit côté Atlético de Madrid au maillot.

Maillots des Girondins depuis la saison 2006/2007
Saison Maillot domicile Maillot extérieur 3e maillot
2014/2015
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
3
2013/2014
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
3
2012/2013
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
3
2011/2012
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
3
2010/2011
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
3
2009/2010
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
3
2008/2009
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
3
Saison Maillot domicile Maillot extérieur
2007/2008
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2
2006/2007
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2
Maillots historiques des Girondins
Saison Maillot domicile
1991/1992 Maillot FCGB - 1992.jpg
1990/1991 Maillot FCGB - 1990.jpg
1985/1986 Maillot FCGB - 1985.jpg
1981/1982 Maillot FCGB - 1981.jpg

[modifier | modifier le code]

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Le FC Girondins de Bordeaux est l'un des clubs les plus anciens du football français. À l'issue de la saison 2012-2013, Le FC Girondins de Bordeaux totalise 60 participations au championnat de France de première division et 8 participations au championnat de deuxième division nationale. Bordeaux est 3e au classement toutes saisons confondues de première division, derrière l'Olympique de Marseille et le FC Sochaux-Montbéliard. Signe de leur grande régularité au plus haut niveau, les Girondins sont à ce jour la deuxième équipe française ayant disputé le plus de matchs de Coupe d'Europe avec 180 matchs (derrière l'Olympique lyonnais avec 182 matchs) : 90 victoires, 38 nuls et 52 défaites (258 buts pour, 205 contre)[24] .Il est également le premier club français en termes de campagnes européennes (31 participations) devant l'Olympique de Marseille et l'Olympique lyonnais (28 participations)[25],[26].

Le tableau ci-dessous récapitule les matchs disputés par le FC Girondins de Bordeaux dans les différentes compétitions nationales et européennes de 1881 à aujourd'hui :

Championnats, coupes nationales et Coupes d'Europe Saisons Titres Joués Victoires Nuls Défaites Buts marqués Buts encaissés Différence Meilleure performance
Ligue 1 [27] 62 6 2253 980 606 667 3394 2708 +686 Vainqueur
6 fois
Ligue 2 [28] 8 1 298 152 73 73 573 358 +215 Vainqueur
1 fois
Bilan Championnat Professionnel 70 7 2551 1132 679 740 3908 3066 +901
Coupe de France[29] 76 4 284 162 45 77 563 326 +237 Vainqueur
4 fois
Coupe de la Ligue[30] 19 3 47 27 7 13 74 46 +28 Vainqueur
3 fois
Bilan Coupes Nationales 95 7 331 189 52 90 637 372 +265
Coupe d'Europe des Clubs Champions/Ligue des champions[26] 7 0 50 21 16 13 54 54 0 Demi-finaliste (1985)
Coupe de l'UEFA/Ligue Europa[25] 17 0 100 53 19 28 153 112 +41 Finaliste (1996)
Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe[25] 2 0 10 6 1 3 14 10 +4 Demi-finaliste (1987)
Coupe des villes de foires[25] 5 0 14 5 1 8 19 28 -9 Deuxième tour
Bilan Européen 31 0 174 85 37 52 240 204 +36

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances du FC Girondins de Bordeaux dans les diverses compétitions françaises et européennes.

Le club a réalisé le doublé Championnat/Coupe de France en 1987, le triplé Trophée des Champions/Championnat/Coupe de la Ligue en 2009 et le doublé Coupe de France/Coupe Gambardella en 2013.

Palmarès de l'équipe première du FC Girondins de Bordeaux
Compétitions nationales Compétitions internationales

Anciennes compétitions

Anciennes compétitions

Compétitions régionales
  • Championnat DH Sud-Ouest :
  • Championnat Aquitaine :
  • Championnat de Gironde :
    • Meilleur classement - 3e en 1928.
  • Championnat de Bordeaux :
    • Champion (1) - 1926.
Distinctions et trophées divers 
Palmarès des autres équipes du FC Girondins de Bordeaux
Équipes réserves Équipes de jeunes
  • Championnat DH Sud-Ouest :
    • Vainqueur (2) - 1970 et 1987
  • Coupe d'Aquitaine :
    • Vainqueur (21) - 1935, de 1951 à 1957, 1959, 1962, 1965, 1966, 1969, 1971, 1989, 1993, 1994, 1995, 1997, 2001 et 2007
  • Coupe des 18 ans - Challenge Gaston Sarraute :
    • Vainqueur (15) - 1956, 1957, 1960, 1962, 1964, 1967, 1974, 1975, 1976, 1982, 1985, 1988, 1998, 2000 et 2001
  • Coupe Fouchy des 15 ans :
    • Vainqueur (9) - 1983, 1989, 1993, 1994, 2003, 2004, 2005 et 2007
  • Tournoi de Montaigu :
    • Vainqueur (7) - 1984, 1986, 1987, 1989, 2001, 2005, 2012
      • Finaliste (2) - 1985, 2011
        • Troisième (3) - 1993, 2003, 2004
  • U19 Régionaux - Division Honneur :
    • Vainqueur (5) - 1985, 1988, 1998, 1999 et 2001
  • U17 Régionaux - Division Honneur :
    • Vainqueur (15) - 1985, 1991, 1992, 1993, 1994, 1995, 1998, 1999, 2001, 2003, 2004, 2007, 2008, 2009 et 2010
  • U15 Régionaux - Division Honneur :
    • Vainqueur (13) - 1985, 1987, 1988, 1989, 1990, 1993, 1994, 1995, 1996, 1999, 2001, 2005 et 2010
  • U15 Régionaux - Promotion Honneur :
    • Vainqueur (2) - 1992 et 1996

Records[modifier | modifier le code]

Longévité[31] et buteurs[32]
Joueurs Matchs joués
Drapeau : France Alain Giresse 587
Drapeau : France Ulrich Ramé 525
Drapeau : France Jean-Christophe Thouvenel 490
Drapeau : France Guy Calléja 441
Drapeau : Allemagne Gernot Rohr 430
Drapeau : France René Gallice 390
Drapeau : France Marc Planus 361
Drapeau : Pologne Edouard Kargulewicz 341
Drapeau : France Jean Tigana 326
Drapeau : France Christophe Dugarry 324
Joueurs Buts
Drapeau : France Alain Giresse 182
Drapeau : Pologne Edouard Kargulewicz 151
Drapeau : France Bernard Lacombe 138
Drapeau : France Laurent Robuschi 130
Drapeau : Portugal Pauleta 91
Drapeau : Pays-Bas Johannes Lambertus de Harder 90
Drapeau : France Didier Couécou 89
Drapeau : Maroc Marouane Chamakh 76
Drapeau : Argentine Hector De Bourgoing 72
Drapeau : France Lilian Laslandes 70

Le FC Girondins de Bordeaux détient plusieurs records nationaux :

  • Plus grand nombre de victoires consécutives dans une seule saison : 11 victoires en 2008-2009
  • Plus longue invincibilité pour un gardien : Gaëtan Huard (1176 minutes lors de la saison 1992-93)[33]

De plus le FC Girondins de Bordeaux est la seule équipe à avoir gagné la Coupe de France (2013) en ayant joué tous ses matchs à l'extérieur.

Personnalités historiques[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Marouane Chamakh avec Bordeaux.

Dans les premières années des Girondins, les attaquants, Johannes Lambertus de Harder et Édouard Kargu (recordman du nombre de buts inscrits sur une saison pour les Girondins avec 29 réalisations) étaient les meilleurs joueurs de l'équipe et à la fin de leur carrière ils totalisent 105 et 76 buts respectivement et auront joué ensemble de 1949 à 1956.

Alain Giresse est le joueur des Girondins qui aura joué le plus de matchs avec l'équipe avec 587 matchs toutes compétitions confondues. Au cours de ces 587 matchs, il remporte deux titres de champions de France en 1984 et 1985 et a marqué 182 buts, ce qui fait de lui le meilleur buteur et le plus grand joueur de l'histoire du club[34]. Il se classe 2e au classement du ballon d'or en 1982.

Jean Tigana, membre du fameux carré magique en équipe de France comme Alain Giresse, a joué aux girondins de 1981 à 1989. Il est l'un des plus grands joueurs de l'histoire du club où il a gagné 3 titres de champion de France et 2 coupes de France durant les années 1980, la période la plus faste de l'histoire du club. Il se classe 2e au classement du ballon d'or en 1984. Patrick Battiston, Marius Trésor, Dominique Dropsy, Bernard Lacombe sont également les joueurs marquants de cette époque glorieuse ponctuée par 2 demi-finales de coupe d'Europe. Ce dernier est le troisième meilleur buteur de l'histoire du club avec 138 buts.

Ulrich Ramé, gardien historique des Girondins de Bordeaux, est au Club depuis 14 ans. Il a disputé 524 matchs toutes compétitions confondues avec les Girondins. Personnalité très appréciée par les supporters, il quitte le Club en fin de saison 2010/2011 afin d'aller tenter un nouveau défi.

Le meilleur buteur de l'histoire récente des Girondins est Pauleta, quatrième meilleur buteur de l'histoire, qui commence en Ligue 1 avec Bordeaux. Lors de son premier match dans ce nouveau championnat, il inscrit un coup du chapeau contre le FC Nantes alors qu'il vient tout juste d'arriver en France. Il gagne par la suite avec les Girondins la Coupe de la Ligue de football 2002 ainsi que deux titres de meilleur joueur lors de la cérémonie de remise des trophée UNFP du football en 2002 et 2003[35].

Autre vainqueur de ce trophée, Zinédine Zidane a réellement explosé au sein des Girondins avec notamment l'épopée des Girondins en coupe de l'UEFA 1996. Il côtoie alors ces années là, deux joueurs formés au club et futurs internationaux A, Bixente Lizarazu et Christophe Dugarry.

On remarquera également Johan Micoud, véritable leader charismatique, Sylvain Wiltord encore Ali Benarbia tous trois champions de France en 1999.

Pour sa première saison aux Girondins de Bordeaux, Yoann Gourcuff a marqué le club en 2009 avec notamment le titre de champion de France et le trophée de meilleur joueur du championnat. Marouane Chamakh a connu des débuts difficiles aux Girondins avant de s'imposer et de devenir l'un des symboles du Club.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Aimé Jacquet, entraîneur de 1980 à 1989
Laurent Blanc, entraîneur de 2007 à 2010

André Gérard, ancien joueur des Girondins (gardien de but), est l'entraîneur qui a dirigé le plus de matchs de l'histoire des Girondins de Bordeaux. Entre 1947 et 1955 puis entre 1970 et 1972, il a disputé 462 matchs officiels sur le banc des Girondins de Bordeaux. Il remporte le 7 mai 1950 le Championnat de France de football de D1, le premier de l'histoire des Girondins de Bordeaux. Les Girondins de Bordeaux sont sacrés avec 6 points d'avance sur Lille douze mois après leur promotion parmi l'élite : c'est la première équipe à réaliser un tel exploit [36].

Aimé Jacquet est l'entraîneur le plus titré de l'histoire des Girondins de Bordeaux. Il a dirigé les Girondins pendant 9 années (1980 - 1989) et 420 matchs officiels. Il remportera trois fois le Championnat de France de football en 1984, 1985 et 1987, deux Coupes de France en 1986 et 1987, le Trophée des champions en 1987. Sur le plan européen, il mène le club jusqu'en demi-finale de la Coupe d'Europe des clubs champions 1985 et en demi-finale de la Coupe des coupes 1987.

D'autres entraîneurs laisseront également des traces indélébiles de leur passage au club : Gernot Rohr qui fait remonter le club de la D2 en 1992 et qui mène le club en finale de la Coupe de l'UEFA en 1996, Rolland Courbis, Élie Baup qui remporte le titre de Champion de France en 1999, Ricardo vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2007, ou encore Laurent Blanc qui remporte un triplé historique en 2009 : le Trophée des champions, la Coupe de la Ligue et le 6e titre de champion de France de l'histoire des Girondins de Bordeaux. Il mène le club jusqu'en quarts de finale de la Ligue des champions 2010.

Entraîneurs du FC Girondins de Bordeaux
Rang Nom Période
1 Drapeau : Seconde République espagnole Benito Díaz Iraola 1937-1943
2 Drapeau : Espagne Santiago Urtizberea 1943
3 Drapeau : Angleterre Eugen Stern 1943
4 Drapeau : Espagne Oscar Saggiero 1943-1945
5 Drapeau : Angleterre Maurice Bunyan 1945-1947
6 Drapeau : France André Gérard 1947-1955
7 Drapeau : Espagne Santiago Urtizberea 1957
8 Drapeau : Luxembourg Camille Libar 1957-1960
9 Drapeau : Espagne Salvador Artigas 1960-1967
10 Drapeau : France Jean-Pierre Bakrim 1967-1969
11 Drapeau : France Pierre Danzelle 1969-1970
12 Drapeau : France André Gérard 1970-1972
13 Drapeau : France Pierre Phelipon 1972-1974
Rang Nom Période
14 Drapeau : France André Menaut 1974-1976
15 Drapeau : France Christian Montes 1976-1978
16 Drapeau : Argentine Luis Carniglia 1978-1980
17 Drapeau : Belgique Raymond Goethals 1980
18 Drapeau : France Aimé Jacquet 1980-1989
19 Drapeau : France Didier Couécou 1989
20 Drapeau : Belgique Raymond Goethals 1989-1990
21 Drapeau : Allemagne Gernot Rohr 1990-1990
22 Drapeau : France Gérard Gili 1990-1991
23 Drapeau : Allemagne Gernot Rohr 1991-1992
24 Drapeau : France Rolland Courbis 1992-1994
25 Drapeau : Portugal Toni 1994-1995
26 Drapeau : France Éric Guérit 1995-1995
Rang Nom Période
27 Drapeau : Serbie Slavoljub Muslin 1995-février 1996
28 Drapeau : Allemagne Gernot Rohr fév.-mai 1996
29 Drapeau : France Rolland Courbis 1996-1997
30 Drapeau : France Guy Stéphan 1997-1998
31 Drapeau : France Élie Baup 1998-2003
32 Drapeau : France Michel Pavon 2003-mai 2005
33 Drapeau : France Éric Bedouet mai-juin 2005
34 Drapeau : Brésil Ricardo 2005-2007
35 Drapeau : France Laurent Blanc 2007-2010
36 Drapeau : France Jean Tigana 2010-mai 2011
37 Drapeau : France Éric Bedouet mai-juin 2011
38 Drapeau : France Francis Gillot juin 2011-mai 2014
39 Drapeau : France Willy Sagnol juin 2014-

Présidents[modifier | modifier le code]

Présidents des Girondins de Bordeaux
Rang Nom Période
1 Drapeau : France Henri Descombes 1910-1911,
1919-1923
2 Drapeau : France Georges Boubes 1923-1924
3 Drapeau : France André Goutille 1924-1934
4 Drapeau : France Olivier Lhoste-Clos 1934-1945
5 Drapeau : France Jean Humarau 1945-1957
6 Drapeau : France Jean Michard-Pelissier 1957-1961
7 Drapeau : France Henri Martin 1961-1971
8 Drapeau : France Emile Laurent 1971-1972
9 Drapeau : France André Sicard/Jean Roureau 1972-1979
10 Drapeau : France Claude Bez 1979-1990
11 Drapeau : France Afflelou et Lange 1990-1996
12 Drapeau : France Triaud et Lange 1996-1999
13 Drapeau : France Jean-Louis Triaud dep. 1999

La première équipe de football de l'omnisports, qui est alors dénommée Société de gymnastique et de tir des Girondins, est créée en 1910 sous la présidence de Henri Descombes. Celui-ci est en poste de 1891 à 1923 et est le septième président de l'omnisports après André Chavoix (1881-1887), Jean-Henry Lartigue (1887-1888), Henry Fruges (1888), Édouard Bertin (1888-1889), André Chavoix (1889) et Jean Bretenet (1889-1891).

Le président du club de football est celui de l'omnisports jusqu'à la séparation entre la section football et l'omnisports par convention en date du 14 novembre 1981[37].

De tous les présidents de l'histoire des Girondins de Bordeaux, Claude Bez est certainement le plus illustre [38]. Souvent présenté comme colérique et orgueilleux, Claude Bez se taille une réputation à la hauteur de son talent. L'histoire retiendra ses fameux échanges avec Bernard Tapie, le président de l'OM à la même époque. Sous sa présidence, Bordeaux connaît ses plus belles heures avec trois titres de champion de France (1984, 1985, 1987), deux Coupe de France (1986 et 1987), ainsi qu'un beau parcours en Coupe d'Europe (demi-finaliste de la C1 en 1985). Pour l'anecdote, Claude Bez circulait dans une Bentley bleu marine à toit blanc, immatriculée 11 GB 33. L'histoire retiendra également la fin tragique de ce président hors norme (différentes affaires éclatent et le club est rétrogradé en D2) qui s'est toujours battu pour son club.

L'actuel président du FC Girondins de Bordeaux, Jean-Louis Triaud est en poste depuis décembre 2002. Il a été coprésident entre 1996 et 1999 puis Président entre 1999 et 2002. Sous sa présidence, les Girondins remportent deux titres de Champions de France en 1999 et en 2009, trois Coupes de la Ligue en 2002, 2007 et 2009, une Coupe de France en 2013 et deux Trophées des champions en 2008 et 2009. Depuis 1999, les Girondins de Bordeaux ont participé à 6 reprises à la Coupe UEFA et à 4 reprises à la Ligue des champions[39].

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

Le premier tableau liste l'effectif professionnel des Girondins de Bordeaux pour la saison 2014-2015. Le second recense les prêts effectués par le club lors de cette même saison.

Effectif de la saison 2014-2015 au 29 août 2014
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 1] Nom Date de naissance Sélection[Note 2] Club précédent Contrat
1 G Drapeau de la Slovénie Jug, AžbeAžbe Jug 3/3/1992 (22 ans) Slovénie espoirs NK Interblock 2011-2015
16 G Drapeau de la France Carrasso, CédricCédric Carrasso 30/12/1981 (32 ans) France Toulouse FC 2009-2017
30 G Drapeau de la France Prior, JérômeJérôme Prior 8/8/1995 (19 ans)
0 Formé au club
2 D Drapeau du Brésil , MarianoMariano 23/6/1986 (28 ans)
Fluminense 2012-2016
3 D Drapeau de l'Allemagne Contento, DiegoDiego Contento 1/5/1990 (24 ans) Allemagne espoirs FC Bayern München 2014-2018
4 D Drapeau du Portugal flèche vers la droite Ilori, TiagoTiago Ilori 26/2/1993 (21 ans) Portugal espoirs Liverpool FC 2014-2015
5 D Drapeau de la France Pallois, NicolasNicolas Pallois 19/9/1987 (26 ans)
Chamois niortais 2014-2018
6 D Drapeau : Sénégal Sané, LudovicLudovic Sané Capitaine 22/3/1987 (27 ans) Sénégal 0 Formé au club 2009-2017
22 D Drapeau de la France Faubert, JulienJulien Faubert 1/8/1983 (31 ans) France Elazığspor 2013-2015
27 D Drapeau de la France Planus, MarcMarc Planus 7/3/1982 (32 ans) France 0 Formé au club 2002-2015
29 D Drapeau de la France Poundjé, MaximeMaxime Poundjé 16/8/1992 (22 ans) France U19 0 Formé au club 2011-2017
4 M Drapeau de l’Argentine Vada, ValentinValentin Vada 6/3/1996 (18 ans)
0 Formé au club 2014-2017
7 M Drapeau du Mali Traoré, AbdouAbdou Traoré 17/1/1988 (26 ans) Mali 0 Formé au club 2008-2015
8 M Drapeau de la France Sertic, GrégoryGrégory Sertic 5/8/1989 (25 ans)
0 Formé au club 2008-2017
15 M Drapeau de la France Kaabouni, YounèsYounès Kaabouni 23/5/1995 (19 ans) France U20 0 Formé au club 2013-2016
17 M Drapeau du Gabon André Poko, André Poko 1/1/1993 (21 ans) Gabon US Bitam 2011-2017
18 M Drapeau de la République tchèque Jaroslav Plašil, Jaroslav Plašil 5/1/1982 (32 ans) République tchèque Calcio Catania 2009-2015
19 M Drapeau de la France Maurice-Belay, NicolasNicolas Maurice-Belay 19/4/1985 (29 ans)
FC Sochaux-Montbéliard 2011-2017
21 M Drapeau de la France Badin, ClémentClément Badin 26/5/1993 (21 ans)
0 Formé au club 2014-2015
24 M Drapeau de la Tunisie Khazri, WahbiWahbi Khazri 8/2/1991 (23 ans) Tunisie SC Bastia 2014-2018
9 A Drapeau de l'Uruguay Rolán, DiegoDiego Rolán 24/3/1993 (21 ans) Uruguay U20 Defensor 2013-2017
10 A Drapeau : Sénégal Saivet, HenriHenri Saivet 26/10/1990 (23 ans) Sénégal 0 Formé au club 2007-2017
11 A Drapeau de l’Argentine Sala, EmilianoEmiliano Sala 31/10/1990 (23 ans)
0 Formé au club 2011-2015
13 A Drapeau de la France Touré, ThomasThomas Touré 27/12/1993 (20 ans)
0 Formé au club 2014-2015
14 A Drapeau du Mali Diabaté, CheickCheick Diabaté 25/4/1988 (26 ans) Mali 0 Formé au club 2008-2016
20 A Drapeau du Brésil Jussiê, Jussiê une croix 19/7/1983 (31 ans)
RC Lens 2007-2016
28 A Drapeau du Bénin Djigla, DavidDavid Djigla 23/8/1995 (19 ans) Bénin 0 Formé au club 2014-2016
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
Entraîneur(s) des gardiens
Médecin(s)
  • Drapeau : France Serge Dubeau



Légende

Consultez la documentation du modèle


Joueurs prêtés
P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt
M Drapeau : Argentine Rodrigo Castro 11 juin 1993 (21 ans) - Red Star FC (National

Structures[modifier | modifier le code]

Stade[modifier | modifier le code]

Stade des Chartrons[modifier | modifier le code]

Le stade est inauguré le 18 septembre 1938 face a Dunkerque[40], dans le quartier des Chartrons. Il est ensuite utilisé en alternance avec le stade Jacques-Chaban-Delmas.

Stade Jacques Chaban Delmas (ex-Parc Lescure)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade Jacques-Chaban-Delmas.

Le FC Girondins de Bordeaux est le club résident de ce Stade depuis 1938.

D'une capacité de 34 614 places (32 500 en configuration UEFA), le stade Jacques Chaban Delmas a été inauguré en 1938. Le record d'affluence pour un match du FC Girondins de Bordeaux a été établi le 24 avril 1985 à l'occasion du match opposant les Girondins de Bordeaux à la Juventus.

Le stade Jacques-Chaban-Delmas possède le plus long tunnel des joueurs d'Europe avec une longueur de 120 mètres.

Quelques chiffres :

  • Date d’inauguration du stade : 1938.
  • Capacité : 34 263 places (32 500 en configuration UEFA).
  • Record d’affluence : 40 200 spectateurs contre la Juventus le 24 avril 1985.
  • Dimensions du terrain : 105 x 65 m.
  • Projecteurs : 1 400 lux.
  • Tunnel des joueurs : 120 mètres (plus long d'Europe).

À noter :

  • Propriétaire : Ville de Bordeaux
  • Parking public à proximité : « Portes de Bordeaux »
  • Desservi par la tramway et le bus
Stade Jacques Chaban-Delmas

Un nouveau stade en cours[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand stade de Bordeaux.

Un nouveau stade est en construction dans le quartier du Lac au nord de Bordeaux. D'une capacité de 42 000 places [41], il devrait disposer de toutes les normes requises par l'UEFA et pourrait accueillir en plus des matchs des Girondins de Bordeaux, des concerts et des matchs internationaux, en particulier dans l'optique du championnat d'Europe de football que la France organisera en 2016.

Le 18 juillet 2011, Alain Juppé annonce que la construction du stade a été confiée au groupe Vinci et aux architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron[42], déjà auteurs de l'Allianz Arena de Munich et du stade national de Pékin.


Centre d'entraînement du Haillan[modifier | modifier le code]

Centre International du FC Girondins de Bordeaux[modifier | modifier le code]

Remplaçants de Bordeaux issus du centre de formation

Le Centre International du FC Girondins de Bordeaux, qui se situe au Haillan, comprend non seulement des terrains d'entrainement pour les différentes équipes des Girondins mais aussi les studios de Girondins TV et le centre administratif du club.

Le centre Pro est constitué des terrains d’entraînement dévolus à l’équipe première avec un accès direct, d’un côté, vers le terrain synthétique et, de l’autre, vers le terrain gazonné. Ce bâtiment lumineux et vitré favorise l’intégration des Pros dans leur environnement. L’organisation du complexe permet au public présent aux entraînements de se disposer aux abords des terrains et à la presse d’avoir les contacts qui lui sont indispensables. La présence des administratifs et commerciaux, des équipes rattachées au Club, la proximité avec le Centre de formation, favorisent le maintien d’un « Esprit Club » auquel les Girondins demeurent très attachés.

Le centre de formation des Girondins de Bordeaux est réputé comme l'un des meilleurs de France. Il a révélé beaucoup de grands joueurs qui auront fait carrière plus tard en équipe de France comme Alain Giresse, Christophe Dugarry ou Bixente Lizarazu, ou dans d'autres sélections nationales comme Marouane Chamakh. Récemment des joueurs prometteurs issus du centre de formation et toujours dans l'équipe fanion sont promis à une grande carrière comme Marc Planus.

Patrick Battiston et Marius Trésor sont les responsables du centre de formation ainsi que les entraîneurs de l'équipe réserve. Sans oublier Pierre Labat (Pierrot) qui fut la cheville ouvrière du centre de formation et le père de substitution de tous ces jeunes joueurs éloignés de leur famille.

Château Bel Air[modifier | modifier le code]

Le Château du Haillan est situé au cœur du site exceptionnel de la Plaine du Haillan. C’est le siège administratif du FC Girondins de Bordeaux.

Pendant la guerre de cent ans le domaine, alors appelé propriété Lanneblanque, fut un lieu de bataille important entre Anglais et Français.

Jusqu’au XIXe siècle, la propriété changea plusieurs fois de propriétaire. C’est en 1845 que le nouvel acquéreur de Lanneblanque, M. Francisco Antonio de Los Heros changea le nom de la propriété en Château de Bel Air.

Le 23 août 1944, tout le bois de la propriété fut déchiqueté par l’explosion des munitions allemandes entreposées sur le domaine. Au départ des allemands, la propriété a été pillée.

En 1963, devant la difficulté de trouver des ouvriers agricoles, la propriété est devenue inexploitable et la ville en acheta une grande partie pour y installer divers services : vastes terrains de sports, école d’horticulture, serre des jardins de Bordeaux… La ville devient ainsi le dernier et l’actuel propriétaire du château de Bel Air.

En 1986, sous l’époque Bez, le projet de création d’un centre International de football fut adopté par le Conseil Municipal. Le FC Girondins de Bordeaux devint le maître d’œuvre et quitta ainsi le domaine de Rocquevielle à Mérignac.

Actuellement, les commodités du château permettent de créer un lieu agréable pour les partenaires, les administratifs et les invités. Le centre professionnel, de nombreux terrains gazonnés et le centre de formation font également de cette propriété un domaine exceptionnel pour un club de football.

Boutiques officielles[modifier | modifier le code]

Le FC Girondins de Bordeaux dispose de plusieurs boutiques officielles : au Centre d'entraînement du Haillan, dans la rue Sainte Catherine, à Bordeaux-Lac et au stade Jacques-Chaban-Delmas (celle-ci est la plus importante).

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Le FC Girondins de Bordeaux est une société anonyme sportive professionnelle (SASP). Cette société est liée par convention à l'association loi de 1901 de l'Association FC Girondins de Bordeaux qui gère le centre de formation et les équipes amateurs du club. L'association est titulaire du numéro d'affiliation de la Fédération française de football, la SASP possède 100 % du capital. Le groupe M6 détient, via sa filiale M6 foot, 99,00 % du capital du FC Girondins de Bordeaux. L'association FC Girondins de Bordeaux détient les 1 % restants[43].

Organigramme[modifier | modifier le code]

Le FC Girondins de Bordeaux est dirigé par un conseil d'administration dont le président actuel est Jean-Louis Triaud depuis le mois de décembre 2002.

L'organigramme s'établit comme suit depuis le 6 juin 2011[44] :

Direction Administratif Équipe première Réserve et formation
Président : Jean-Louis Triaud
Directeur Général délégué : Alain Deveseleer
Directeur général adjoint commercial et financier : Vincent Repoux
Directeur administratif et financier : Catherine Steva
Directeur Recrutement Professionnel et Supervision : Jérôme Bonnissel
Superviseurs équipe 1 : Thierry Bonalair, Paul Marchioni[45]
Responsable sécurité : David Lafarge
Attachées de presse : Aurélie Carrey et Margaux Anglade
Entraîneur : Francis Gillot
Entraîneurs adjoints : Alain Bénédet et René Lobello
Entraîneurs des gardiens : Dominique Dropsy, Franck Mantaux
Préparateur physique : Éric Bedouet
Médecin : Serge Dubeau
Kinés : David Das Neves, Marc Vernet et Jacques Thébault
Entraîneurs Réserve : Patrick Battiston, Marius Trésor
Directeur du centre de formation : Patrick Battiston
Entraîneur des gardiens du centre de formation : Franck Mantaux
Responsable de l'École de foot : Claude Petyt
Entraîneur U19 : Philippe Lucas

Éléments comptables[modifier | modifier le code]

Le budget prévisionnel du FC Girondins de Bordeaux pour la saison 2012-2013 de Ligue 1 est de 75 millions d'euros ; c'est le cinquième budget de Ligue 1[46].

Le budget prévisionnel du club a connu plusieurs hausses au fil des saisons en Ligue 1 et des participations régulières aux coupes d'Europe pour être aujourd'hui l'un des plus gros budgets du Championnat. Depuis 2010, le budget prévisionnel du Club est en baisse en raison de la non-qualification des Girondins en Coupe d'Europe depuis deux saisons.

Budget prévisionnel du FC Girondins de Bordeaux

Saison 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014
Budget 55 M€ 71M€ 100 M€ 85 M€[47] 70 M€[47] 75M€ [48] 58 M€
Légende : M€ = millions d'euros.

Le FC Girondins de Bordeaux a réalisé un bénéfice de 2,2 M€ en 2009-2010[49]. Il doit cet excédent à son parcours en Ligue des champions (quart de finaliste en 2009/2010) qui a engendré des recettes télévisuelles supplémentaires ainsi que des recettes de billetterie. Le FCGB est fortement dépendant comme les autres clubs de Ligue 1 des droits audiovisuels qui représentent 57 % des ressources (65,3 M€). Le poste sponsoring et publicité avec 11,8 M€ soit 10 % du total. Les recettes liées aux matchs contribuent à hauteur de 15 M€, soit 13 %. Le club reçoit d'autres produits à hauteur de 23 M€. En 2009/2010, malgré une 6e place en Championnat et une non-qualification européenne, le FC Girondins de Bordeaux présente un solde excédentaire de 2,2 M€.

La situation financière des Girondins se dégrade fortement lors des saisons 2010/2011 et 2011/2012 du fait de la non-qualification du club en Ligue des champions. Les recettes billetterie et merchandising se contractent fortement alors que le club continue d'avoir un train de vie élevé en raison d'une masse salariale importante malgré une diminution notable entre 2010 et 2011. Le club enregistre au terme de l'exercice 2010/2011, un déficit de près de 20 millions d'euros que les transferts réalisés lors du mercato estival 2010 ramèneront aux alentours de 7 millions d'euros[50].

Extrait du compte de résultat du FC Girondins de Bordeaux en millions d'euros

Saison Championnat Produits[Note 3] Charges[Note 4] Rés. expl.
[Note 5]
Mutation
[Note 6]
Rés. net
[Note 7]
Matchs Spons. Subv. TV Merch. Total Rémun. Total
2004-2005[51] Ligue 1 5,6 7,7 1,2 12,3 10,2 44,1 20,2 46,9 - 2,8 + 4,9 - 1,2
2005-2006[52] Ligue 1 6,2 8,2 1,3 34,6 2,8 59,4 27,4 63,1 - 3,7 + 6,6 + 2,5
2006-2007[53] Ligue 1 9,4 9,4 1,2 46,1 2,3 76 29,1 66,2 + 9,8 + 0,4 + 11
2007-2008[54] Ligue 1 7,3 9,6 1,2 40,6 3 67,8 35,8 79,9 - 12,1 + 18 + 4,2
2008-2009[55] Ligue 1 10,9 11,4 nc 62,2 nc 99,8 55,9 100 - 0,2 + 6,5 + 4,1
2009-2010[56] Ligue 1 15,1 11,9 nc 65,3 23,4 115,8 61,9 106,4 + 9,4 - 1,4 + 2,2
2010-2011[50] Ligue 1 7,5 11 nc 34,8 12,5 66,03 52,4 86,09 - 20,05 + 12,4 - 7,04
2011-2012[57] Ligue 1 5,9 10,6 nc 37,05 11,4 65,12 55,2 82,9 - 17,89 + 3,72 - 14,73

Légende : Matchs = recettes matchs avec billetterie, Spons. = sponsors et publicités, Subv. = subventions des collectivités, TV = droits audiovisuels, Merch. = merchandising, Rémun. = rémunérations du personnel, Rés. expl. = résultat d'exploitation, Mutation = résultat exceptionnel (indemnités de mutation), Rés. net = résultat net.

Sponsors et équipementiers[modifier | modifier le code]

Le FC Girondins de Bordeaux change régulièrement d’équipementier au cours de son histoire. Le coq sportif équipe le club de 1970 à 1980 et de 1996 à 1999, puis Adidas de 1980 à 1988, Uhlsport de 1988 à 1991, ASICS de 1991 à 1996[22]. Adidas redevient équipementier de 2000 à 2004. Puma est l'actuel équipementier du club depuis 2004[58].

De nombreux « sponsors maillot » ont posé leurs marques sur la tunique girondine : Café de Côte d'Ivoire en 1974, Merlin Aquitaine en 1976 et 1977, Malardeau, Sud Radio, Opel dans les années 1980, Shop Saloon, Panzani, Alain Afflelou, Waïti dans les années 1990. depuis 2000, GTA Unicom, M6, Siemens et Motorola se sont succédé sur le maillot girondin [22].

Les sponsors maillot actuels sont : Kia depuis 2006, Groupama depuis 2011, Groupe Pichet, Cdiscount depuis 2005[22].

Par ailleurs, la Ville de Bordeaux, le Conseil Général de Gironde et le Conseil régional d'Aquitaine sont les partenaires institutionnels du club[22].

Soutien et image[modifier | modifier le code]

Supporters[modifier | modifier le code]

Logo des Ultramarines 1987 pour fêter leur 20 ans

Tribune "Virage Sud"[modifier | modifier le code]

Les premiers groupes de supporters organisés s'inspirant du modèle italien apparaissent à Lescure au milieu des années 1980 et en août 1986 dont les Ultramarines que l'on voit pour la première fois lors d'un match contre le FC Metz[59].

Au début des années 1990, un nouveau groupe voit le jour, les Blue Devils. Avec la descente en deuxième division en 1991, les Girondins abandonnent les couleurs "marine et blanc" et les groupes changent de nom: les Ultras Bordeaux 1987 et les Devils Bordeaux. En 1994, les deux groupes associent leurs efforts au sein du Collectif Virage Sud (CVS) pour faciliter leurs activités (ils partagent même en commun un local). Deux ans plus tard, avec le retour aux couleurs "Marine et Blanc" les Ultras redeviennent les Ultramarines.

Au début des années 2000, les groupes fêtent leurs anniversaires: 15 ans pour les Ultramarines en 2002, 10 ans pour le CVS en 2004 et 15 pour les Devils en 2005. En novembre 2006, les Devils Bordeaux sont dissous laissant les Ultramarines seuls en bas du virage sud alors qu'en haut du virage se forment 2 groupes constitués à l'origine par des Ultramarines de la première génération : les Piranhas et les Irréductibles.

Les Ultramarines ont des sections ultras un peu partout en France (les plus connues sont la Dordogne, la Charente, la Vienne, la Haute Savoie et l'Ile de France). Une nouvelle section située à Reims La Champagne bordelaise voit le jour en 2007 et une autre en 2008 en Franche-Comté[60]. Ces sections permettent de fédérer des supporters de tout l'hexagone qui supportent le club à domicile et en déplacement.

Tribune "Virage Nord"[modifier | modifier le code]

De nombreux groupes de supporters se sont succédé dans le virage nord mais sans grand succès.

Le Bordeaux Kop Nord est le premier groupe organisé, il réalise le plus grand drapeau d’Europe sorti régulièrement lors de la saison de D2 en 1992/1993. Puis viennent les Rouges et Blancs également en virage bas et ensuite les Vikings (en virage Centre). En 1999, après le titre de champion de France, les Alliés Nord, créaient le 3 décembre 1999, occupent le virage centre avec les Kop Marines. De la fusion de ces deux groupes naît (lors de la saison 2001-2002) le groupe des Partisans 33 Bordeaux.

En début de saison 2004/2005, le groupe des Alliés Nord est reformé au coté des Partisans 33[61] et les Alliés Nord[62], tous deux dissous depuis.

En 2009 est créé le groupe des Oceanics Nords Bordeu, rapidement dissous.

Rivalités entre supporters[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, deux présidents charismatiques aux ambitions démesurées font naître une rivalité: le Bordeaux de Claude Bez et le Marseille de Bernard Tapie. Cette opposition se prolonge en 1998/99 et 2008/09 avec deux duels gagné au bénéfice des Girondins qui deviennent Champions de France.

Au niveau régional la rivalité historique est celle avec le FC Nantes pour le derby de l'Atlantique. Une rivalité régionale plus récente existe aussi avec Toulouse: le Derby de la Garonne.

D'autres rivalités suivies d'incidents existent (ou ont existé) avec Paris, Lyon, Nice, Strasbourg, Montpellier, Lille, Cannes, Toulon, Metz et Caen.

Affluence[modifier | modifier le code]

Avec une affluence de 500 000 personnes par saison, les matchs sont le 1er spectacle en Aquitaine.

Pour la 1re fois depuis 5 ans, l’affluence du stade Chaban-Delmas a baissé. Bordeaux avait une moyenne de 29 267 spectateurs lors de la saison 2009-2010, elle est de 24 967 spectateurs pour l’année 2010-2011. Cela représente une baisse de 14,7 %. Le tableau ci-dessous recense les moyennes d’affluence sur les 10 dernières saisons et les évolutions en termes de pourcentage.

Tableau des affluences du Stade Chaban-Delmas depuis 2001
Saison Affluence moyenne Évolution en %
2001-2002 27 870 spectateurs n.c
2002-2003 27 023 spectateurs - 3,04 %
2003-2004 23 490 spectateurs - 13,08 %
2004-2005 23 474 spectateurs - 0,07 %
2005-2006 24 247 spectateurs + 3,29 %
2006-2007 24 901 spectateurs + 2,70 %
2007-2008 25 490 spectateurs + 2,90 %
2008-2009 26 953 spectateurs + 5,74 %
2009-2010 29 267 spectateurs + 8,58 %
2010-2011 24 967 spectateurs - 14,70 %
2011-2012 20 712 spectateurs [63] - 17,02 %
2012-2013 19 403 spectateurs - 6,32 %
2013-2014 18 833 spectateurs - 2,93 %

[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Le site officiel du club Girondins.com relaie depuis 2002 les informations du club. La rédaction du site partage celle de Girondins mag, qui se situe au Haillan.

Le site webgirondins.com est aussi tres riche d'actualités, reportages et interviews. Il a l'avantage d'être indépendant et relaie des analyses différentes à celles du club.

Web TV et magazine officiel[modifier | modifier le code]

À l'orée de la saison 2007-2008, une web TV est inauguré sous le nom de GdBWebTV. Elle retransmet tous les matchs des Girondins à partir de minuit, mais diffuse également reportages, interviews et autres matchs de légende. Le concept sera toutefois délaissé pour une nouvelle chaine consacrée exclusivement aux Girondins. En effet, la chaîne Girondins TV est inaugurée le 14 août 2008 sur les réseaux Canalsat et Orange. Le journaliste de M6 Jean-Philippe Doux, apparu dans d'autres émissions relatives au ballon rond comme 100 % Foot, est l'un des présentateurs de la chaîne (93 sur Canal Satellite)[64].

Le club dispose de son magazine mensuel, officiel, Girondins mag, créé en interne par le club. Durant la saison, le magazine sort à chaque début de mois, à l'exception du mois de juillet où il ne parait pas pour cause de trêve estivale. Il est vendu partout en France au prix unique de 3 € 50. La rédaction se situe au sein même du club, au château du Haillan, rue Joliot Curie.

Radio[modifier | modifier le code]

Gold FM est la radio officielle du club, elle a vu le jour en septembre 2007. Plusieurs émissions radiophoniques évoquent les Girondins de Bordeaux telles que Soir de foot (avec Alain BAUDERON et JULIEN BÉE) sur Gold FM (103.3FM) (tous les soirs du lundi au vendredi - 18h-19h) et Girondins Analyse sur R.I.G (90.7FM) (tous les lundi et vendredi 21h-23h), une émission animée par 6 supporters des Girondins de Bordeaux. Analyses, débats, informations exclusives sont au programme de cette émission 100 % supporters.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  2. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  3. Les produits correspondent au total des produits récurrents d’exploitation incluant les recettes et les subventions.
  4. Les charges correspondent au total des charges récurrentes d’exploitation du compte de résultat.
  5. Le résultat d'exploitation correspond aux produits (recettes et subventions) moins les charges récurrentes d’exploitation, hors cessions et acquisitions de joueurs.
  6. Les indemnités de mutation incluent les cessions et acquisitions de joueurs.
  7. Le résultat net correspond à l'addition du résultat d'exploitation, du résultat financier et du résultat exceptionnel, qui inclut notamment les indemnités de mutation versées à l'occasion des transferts.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dont 519 en Ligue 1
  2. Dont 158 en Ligue 1
  3. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Sud Ouest, L'album des girondins, Sud Ouest, 2006 (ISSN 0999-4173)
  5. a et b « 1986, Bordeaux second cru classé », article sur http://www.fff.fr/.
  6. Historique des Girondins sur le site officiel 1940-45.
  7. Liste des meilleurs buteurs des girondins, http://www.cs.umu.se.
  8. « 1964 - Lyon est de retour », article sur la finale de la Coupe de France de 1964 sur http://www.fff.fr/.
  9. « 1968 - Coup double pour Rachid Mekhloufi et Albert Batteux », article sur la finale de la Coupe de France de 1968 sur http://www.fff.fr
  10. « 1969 - Année Olympique », article sur la finale de la Coupe de France de 1969 sur http://www.fff.fr
  11. Historique des Girondins sur le site officiel 1955-1980.
  12. Historique des Girondins sur le site officiel 1980-90.
  13. (en) « Centenary of Girondins de Bordeaux 1983 », rsssf.com (consulté le 31 mars 2012)
  14. Grandes dates des Girondins sur http://www.webgirondins.com.
  15. Fiche de FCNA-OM de 1999 sur http://www.om-passion.com/.
  16. Historique des girondins sur http://www.girondins.com/ 1995-99.
  17. « Bordeaux vit son 12 juillet », article sur http://www.humanite.fr.
  18. Résultat de la finale sur http://www.lfp.fr
  19. http://www.lalegendedesgirondins.com/tout-les-joueurs-des-girondins.html
  20. http://www.lequipe.fr/Football/RES_CF.html
  21. [flash] Animation présentant les maillots entre 1937 et 1990 sur http://www.scapulaire.com/.
  22. a, b, c, d et e http://www.scapulaire.com/Seasons.php?Page=maillotscap
  23. Les maillots de Bordeaux dans les années 1990 sur http://membres.lycos.fr/fanfoot51/.
  24. Les chiffres clés et records surwww.girondins.com. Consulté le 05 janvier 2012.
  25. a, b, c et d http://www.lfp.fr/autresCompetitions/bilanClubs?competCode=uel
  26. a et b http://www.lfp.fr/autresCompetitions/bilanClubs?competCode=ucl
  27. http://www.lfp.fr/ligue1/bilanClubs
  28. http://www.lfp.fr/ligue2/bilanClubs
  29. http://www.scapulaire.com/Seasons.php?Page=Results&Bilan=2&Comp=CDF&AllSeasons=1
  30. http://www.lfp.fr/coupeLigue/bilanClubs
  31. « Les meilleures longévités aux girondins de Bordeaux », sur http://www.lalegendedesgirondins.com (consulté le 11 juin 2013)
  32. « Les meilleures buteurs », sur http://www.lalegendedesgirondins.com (consulté le 11 juin 2013)
  33. http://www.iffhs.de/?b4a390f03be4ac07cda14b45fdcdc3bfcdc0aec7cded13
  34. Les meilleurs buteurs des Girondins sur http://lalegendedesgirondins.com/.
  35. L'Équipe du 31 juillet 2007, « Les meilleurs buteurs de Bordeaux ».
  36. (fr) Historique des Girondins sur le site officiel 1940-45.
  37. « Histoire du Club », sur www.les-girondins.com, Girondins de Bordeaux Omnisports (consulté le 6 mai 2011)
  38. http://www.girondinsanalyse.com/?Claude-Bez-un-President-haut-en
  39. http://www.girondins.com/records.html
  40. [1]
  41. http://www.bordeaux.fr/ebx/pgPresStand8.psml?_nfpb=true&_pageLabel=pgPresStand8&classofcontent=presentationStandard&id=54031
  42. http://www.girondinsanalyse.com/?Grand-Stade-Le-constructeur-est
  43. http://www.girondins.com/curriculum-vitae
  44. « Staff des Girondins cette saison », sur girondins.com (consulté le 8 juin 2011)
  45. http://www.sudouest.fr/2011/11/07/le-president-triaud-repond-a-dugarry-546565-8.php
  46. « Bordeaux, 5e budget de Ligue 1 en 2012/2013 », sur girondinsanalyse.com (consulté le 30 juillet 2012)
  47. a et b http://www.girondins.com/triaud-3-une-saison-transition.html
  48. http://www.girondinsanalyse.com/?Bordeaux-5eme-budget-de-Ligue-1-en
  49. « OL et PSG, clubs les moins rentables de Ligue 1 ! », sur sportune.fr (consulté le 5 mars 2011)
  50. a et b DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2010-2011,‎ 2012 (lire en ligne), p. 16 et 17
  51. DNCG, Comptes des clubs professionnels - Saison 2004-2005,‎ 2006 (lire en ligne), p. 66
  52. DNCG, Comptes des clubs professionnels - Saison 2005-2006,‎ 2007 (lire en ligne), p. 78
  53. DNCG, Comptes des clubs professionnels - Saison 2006-2007,‎ 2008 (lire en ligne), p. 82
  54. DNCG, Comptes des clubs professionnels - Saison 2007-2008,‎ 2009 (lire en ligne), p. 86
  55. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2008-2009,‎ 2010 (lire en ligne), p. 14 et 15
  56. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2009-2010,‎ 2011 (lire en ligne), p. 16 et 17
  57. DNCG, Comptes individuels des clubs - Saison 2011-2012,‎ 2012 (lire en ligne), p. 16 et 17
  58. http://www.girondins.com/sponsors.html
  59. Historique des Ultramarines sur http://ultramarines.free.fr.
  60. Forum des Marines et blanc Franche-Comté
  61. Site internet des Partisans 33, http://partisans33.free.fr/
  62. Site internet des Alliés Nord, http://www.alliesnord.org/
  63. http://www.girondins.com/bilan-%E2%80%93-affluences.html
  64. GirondinsTV lancement immédiat, (girondins.com)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Album des Girondins 1936-2006, Sud-Ouest, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bon thème
20 articles
            Championnat de France de football masculin - les clubs champions
Ligue1 trophy.svg


Cet article a été reconnu comme « article coup de cœur de la saison 2011-2012 » par les membres du Projet:Football.
Pour toute information complémentaire, consulter le vote l’ayant promu.