Domestication du cheval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Cet article traite de la domestication et de l'utilisation du cheval durant la Préhistoire et la protohistoire. L'article « Cheval dans l'Antiquité » est un complément encyclopédique à ce sujet.
Cheval de Heck, reconstitution d'un Tarpan en Allemagne, que l'on croit phénotypiquement proche de l'ancêtre du cheval domestique.

La domestication du cheval est l'ensemble des processus de domestication qui conduit l'homme à maîtriser puis à utiliser l'espèce Equus caballus (le cheval) à son profit grâce au contrôle des naissances et à l'élevage de ces animaux pour la consommation, la guerre, le travail et le transport. De nombreuses théories sont proposées, tant en termes d'époque, de nombre de foyers de domestication, que de types, espèces ou sous-espèces de chevaux domestiqués. Plus tardive que pour les espèces animales alimentaires, la domestication du cheval est difficile à dater avec précision. Les premiers apprivoisements pourraient remonter à la fin du Paléolithique supérieur, 8 000 ans avant notre ère. La première preuve archéologique d'une domestication remonte à 4500 av. J.-C. dans les steppes au nord du Kazakhstan, dans la culture Botaï. D'autres éléments en évoquent indépendamment dans la péninsule Ibérique et peut-être la péninsule Arabique. Les recherches précédentes se sont longtemps focalisées sur les steppes d'Asie centrale, vers 4000 à 3500 av. J.-C..

Jusqu'aux années 2000, l'origine du cheval domestique est étudiée par synapomorphie, en comparant des fossiles et squelettes. Les progrès de la génétique permettent désormais une autre approche, le nombre de gènes entre les différentes espèces d'équidés étant variable. La différenciation entre les espèces d’Equus laisse à penser que cette domestication est récente, et qu'elle concerne un nombre restreint d'étalons pour un grand nombre de juments, capturées à l'état sauvage afin de repeupler les élevages domestiques. Peu à peu, l'élevage sélectif entraîne une distinction des chevaux selon leur usage, la traction ou la selle, et un accroissement de la variété des robes du cheval domestique.

Les hommes de la culture Botaï ont vraisemblablement domestiqué les chevaux pour l'équitation de chasse et la traite des juments pour leur lait. Les chevaux sont gardés comme « réserves de viande » et la domestication s'effectue par « degrés », un contrôle humain s'établissant sur les naissances, ce qui peut être détecté sur les squelettes déterrés grâce aux changements dans la taille. L'attelage et l'utilisation militaire arrivent plus tard, laissant des preuves sur le squelette et les dents. La présence d'armes, d'art, d'artefacts et de pratiques spirituelles en lien avec les chevaux prouvent l'influence de cet animal sur le mode de vie des sociétés humaines. À la fin de l'époque préhistorique, la possession d'un cheval est indissociable d'une notion de pouvoir. Elle entraîne une modification dans l'art et les rites humains, ainsi qu'une manifestation de supériorité chez les peuples qui le maîtrisent. L'utilisation de chevaux se répand rapidement à travers l'Eurasie pour le transport, les travaux agricoles et la guerre. L'utilisation du cheval influence considérablement l'histoire et les progrès de l'humanité, en permettant l'essor des civilisations et du commerce sur de vastes territoires.

Sommaire

Précurseurs[modifier | modifier le code]

Les peintures pariétales de la grotte Chauvet donnent de précieuses indications sur le type de cheval sauvage que chassaient et côtoyaient les hommes préhistoriques.

Le cheval connaît une longue évolution, qui le voit s'adapter aux terrains de type steppe et aux prairies. Les hommes préhistoriques côtoient ces animaux, très abondants durant la dernière période glaciaire qui prend fin il y a environ 12 000 ans : ils sont chassés, consommés, peints et présents dans les cultes humains avant toute domestication. Le cheval se raréfie avec la disparition des prairies au profit des forêts, induite par le radoucissement global conduisant au climat actuel.

Origine génétique et histoire évolutive[modifier | modifier le code]

Article connexe : Génomique de la domestication.

Une étude sur l'ADN mitochondrial (ADNmt) des équidés, effectuée sur des fossiles vieux de 53 000 ans jusqu'aux chevaux contemporains[1], place tous les équidés en un seul clade, ou groupe descendant d'un ancêtre commun, et comportant trois espèces génétiquement divergentes : l'Hippidion, l’Equus francisci, et le « cheval vrai ». Ce dernier se rencontre de l'Europe occidentale jusqu'à l'est du détroit de Béring, incluant les chevaux préhistoriques et le cheval de Przewalski, ainsi que l'ancêtre du cheval domestique, appartenant à une seule espèce holarctique[1]. Une analyse plus détaillée des chevaux vrais les regroupe en deux clades majeurs. L'un de ces clades, qui semble limité à l'Amérique du Nord, est maintenant éteint. L'autre clade gagne un vaste territoire allant de l'Amérique du Nord à l'Europe centrale, au nord et au sud des calottes glaciaires du Pléistocène[1].

Au début de l'Holocène, il y a environ 10 000 ans, le climat mondial se réchauffe et les forêts remplacent les prairies, ce qui tend à réduire l'habitat des chevaux[2]. Bon nombre de sous-espèces chevalines supposées disparaissent au cours de ces changements climatiques rapides, associés à la fin de la dernière période glaciaire, ou alors sont chassées par les humains, en particulier en Amérique du Nord où le cheval s'éteint complètement[3]. Il disparaît de la région de Béring voici 14 200 ans, et dans le reste du continent américain voici environ 10 000 ans[4],[5]. Ce clade survit en Eurasie, tous les chevaux domestiques semblent en être issus[1]. Tous les équidés ayant disparu du continent américain, une question est de savoir pourquoi et comment ils ont évité ce sort sur le continent eurasien. La domestication de l'espèce l'a peut-être sauvée de l'extinction[6]. Les conditions environnementales sont un peu plus favorables à la survie des équidés en Eurasie qu'en Amérique, mais des facteurs de stress conduisent à l'extinction du mammouth et ont un effet sur les chevaux. Quelque 8000 ans avant notre ère, date approximative d'extinction des équidés dans les Amériques, l'homme d'Eurasie peut avoir commencé à garder et élever des chevaux en tant que source de nourriture. En les gardant ainsi en captivité, il pourrait avoir contribué à préserver l'espèce[6].

Les chevaux montrent peu de structure phylogéographique, ce qui reflète probablement leur degré élevé de mobilité et d'adaptabilité[1]. Leur morphologie évolue pour s'adapter à leur environnement : ils gagnent ou perdent en taille selon que les conditions climatiques sont favorables ou défavorables, ont des sabots plus étroits si le sol est dur, le museau court si le climat est froid, des os légers si le climat est sec, etc[7]. Des conditions climatiques similaires tendent à donner des chevaux semblables[8].

Interactions avec les humains[modifier | modifier le code]

Tête de cheval du magdalénien.

La domestication du cheval n'est pas la première réalisée par l'homme, celle-ci intervenant plus tard que chez le chien, le mouton, l'âne, le porc ou encore le bœuf[9]. Une opinion populaire tend à la placer dans un foyer unique des steppes d’Asie centrale il y a 10 000 ans. Elle est vraisemblablement plus tardive, et issue de différents foyers[10].

Chasse[modifier | modifier le code]

Les chevaux sauvages de l'ère glaciaire, très abondants grâce à la présence de vastes prairies dégagées, sont chassés en Europe, dans les steppes eurasiennes et en Amérique du Nord par les premiers humains modernes. Ils sont ensuite consommés, comme source de protéines. Ce rapport proie-prédateur marque la plus grande partie de l'histoire commune de l'homme et du cheval[11],[12]. Attestée dès le Paléolithique inférieur, l'hippophagie est l'un des premiers modes d'alimentation carnée de l'homme[13]. Le cheval est très consommé au Paléolithique supérieur, la découverte d'ossements sur de nombreux sites archéologiques (en Palestine par exemple) le prouve. Par ailleurs, les peintures pariétales en Europe indiquent à quoi ces animaux ressemblent[14].

Culture préhistorique[modifier | modifier le code]

Les équidés sont représentés et privilégiés dès les débuts de l'art il y a près de 35 000 ans, bien avant leur domestication[15], en particulier dans le Sud-Ouest de l'Europe[16]. Ils sont présents dans les pratiques les plus diverses, du culte des morts aux peintures de la grotte Chauvet, de Lascaux ou d'Altamira[17]. Ces représentations témoignent d'une bonne connaissance anatomique des animaux, et d'une habitude de les observer. Le cheval pourrait de ce fait avoir eu très tôt une place symbolique de premier plan, puisqu'il est l'un des animaux les plus représentés dans l'art préhistorique[18]. Représenter le cheval davantage que d'autres animaux tout aussi, sinon plus abondants, est un choix, mais en l'absence de preuves pour en connaître les raisons, bon nombre d'interprétations sont proposées[19], dont celle d'un rituel de chasse et celle de représentations chamaniques (selon la théorie de Jean Clottes reprise par Marc-André Wagner[20]). Quoi qu'il en soit, les chevaux revêtent déjà probablement une « fonction métaphysique ou symbolique », André Leroi-Gourhan évoquant une possible expression de dualisme sexuel, le cheval étant vu comme un animal masculin car il est vif et rapide. Annette Laming-Emperaire y voit au contraire un animal féminin[16].

Apprivoisement et proto-élevage[modifier | modifier le code]

Poneys Konik en liberté, vraisemblablement proches des chevaux côtoyés par les hommes préhistoriques européens.

Les peuples traditionnels du type chasseurs-cueilleurs ont systématiquement apprivoisé des animaux issus d'espèces sauvages, généralement en élevant un bébé animal dont les parents ont été tués. Ces animaux ne sont pas nécessairement « domestiqués ». La domestication du cheval, selon la définition qu'en donne le musée départemental de Préhistoire d'Île-de-France, comprend la protection des animaux contre les rigueurs du climat et leurs prédateurs, leur nourrissage (qui les sociabilise), et le contrôle sur leur reproduction par la sélection des géniteurs. Les peuples des steppes ont vraisemblablement acquis de solides connaissances du comportement de cette espèce[21], cette longue cohabitation entre hommes et chevaux a pu aboutir à une prise de conscience de leur intérêt économique[22]. Celle-ci pourrait résulter d'une rencontre entre chasseurs-cueilleurs des steppes et colons à la recherche de nouvelles terres[23]. Vers 5500-5000 av. J.-C., des colons maîtrisant l'agriculture et l'élevage (en particulier celui des bovins) se déplacent depuis les actuelles Moravie et Slovaquie en adoptant certaines pratiques des peuples indigènes qu'ils rencontrent[24]. Ils croisent des peuples forestiers (biotope dont le cheval est absent), puis auraient rencontré des chasseurs de chevaux dans la steppe, ce qui réunit des conditions favorables à la domestication d'une nouvelle espèce[25].

Datation des premiers apprivoisements[modifier | modifier le code]

Un différend existe parmi les spécialistes au sujet de la définition de la domestication, une théorie suggérant qu'elle doit inclure des changements physiologiques associés à un élevage sélectif en captivité, et pas seulement un « apprivoisement ». James Downs distingue l'apprivoisement « pet keeping » (qu'il voit comme une pratique universelle) et la domestication (qui ne pourrait selon lui apparaître que dans certaines sociétés), tandis que Jean-Pierre Digard, parmi d'autres, voit dans la domestication la continuité logique de l'apprivoisement, ajoutant que certaines sociétés s'arrêtent à l'apprivoisement, tandis que d'autres poussent vers les plus hauts degrés de la domestication[26].

D'après les ouvrages de vulgarisation, les chevaux sont réellement apprivoisés 6000 ans avant notre ère[27], un « proto-élevage » a peut-être existé dès la fin du Paléolithique, ce qui expliquerait la fréquence de représentation des chevaux dans l'art[28].

Raisons de la domestication[modifier | modifier le code]

Troupeau de Sorraia, race portugaise dont le type primitif est également proche des premiers chevaux domestiques.

Les raisons de la domestication du cheval sont mal définies. L'alimentation est longtemps citée comme le principal, sinon l'unique motif. Jean-Pierre Digard met l'accent sur « la volonté de contrôler la nature et les êtres qui la peuplent »[22]. Le jeu, la religion ou le totémisme, le prestige et l’intérêt militaire et utilitaire sont également cités[21]. Les ossements de chevaux retrouvés lors de fouilles permettent de distinguer deux grands rôles qui leur sont dévolus durant les premiers temps de la domestication : la consommation (l'homme garde des chevaux comme source de nourriture) et la réalisation de rituels incluant un sacrifice (il leur réserve une place centrale)[29].

Les qualités du cheval lui permettent une rapide reconnaissance et une forte diffusion dans les sociétés humaines : deux fois plus rapide qu'un bœuf au pas et dix fois plus qu'un homme à pied[30], il est bâti pour la course[31] et sa morphologie se révèle particulièrement adaptée à la mise en place d'un système de contrôle avec des lanières et un mors. C'est, de plus, un animal grégaire respectant un rapport dominant-dominé, son cavalier ou cocher peut donc prendre, dans sa perception[Note 1], la place du dominant. Enfin, il est particulièrement énergique et généreux dans l'effort[32]. Un autre avantage du cheval sur d'autres animaux domestiqués comme montures, tels que le renne, réside dans l'absence de migration saisonnière des troupeaux[17].

Équitation de travail et de chasse[modifier | modifier le code]

Les découvertes les plus récentes autour de la culture Botaï témoignent d'une possible maîtrise précoce de l'équitation de chasse, les chevaux étant peut-être montés afin de poursuivre des herbivores rapides et d'autres chevaux à la chasse[21]. D'autres animaux consommables sont domestiqués avant le cheval (chèvres, moutons, porcs et bœufs), l’intérêt de la domestication pour obtenir des ressources alimentaires est donc déjà connu. Les populations humaines ayant accès à de la viande, du lait, de la laine et des animaux de trait ne ressentent pas forcément la nécessité d'apprivoiser des chevaux en plus[33]. De ce fait, l'équitation de travail (gardiennage de troupeaux de bovins et d'ovins)[22] et la chasse sont de possible facteurs de motivation à domestiquer les chevaux.

Viande et lait[modifier | modifier le code]

Article connexe : Hippophagie.

Les chevaux gardés en captivité constituent une réserve de viande facilement accessible pour les hommes, aussi la volonté d'obtenir une source de nourriture est-elle longtemps citée comme le principal motif amenant à leur domestication[34]. Les chevaux ont peut-être été considérés comme « du gibier noble », à moins que la consommation de leur viande ait revêtu une signification rituelle, celle d'une transmission des vertus de l'animal à qui en consomme, en lien avec le chamanisme. Des croyances religieuses vivaces, dont une preuve de pérennité est la présence de très nombreux cultes « païens » autour de la viande de cheval, en attestent[28]. Le lait de jument est vraisemblablement consommé lui aussi[29].

Victoire symbolique[modifier | modifier le code]

Jacques Bril dans Lilith, ou La mère obscure

La grande victoire que représente la domestication du cheval, au fond, n'est pas une victoire sur l'animal ; elle est victoire sur la terreur qu'il a, du fond des âges, inspirée à l'homme[35].

L'aspect symbolique du cheval permet aussi de fournir une piste de réponse aux raisons de sa domestication. Les bœufs, domestiqués avant lui, sont alors au centre de cultes et de symbolismes. En raison de leurs similitudes (taille, vie grégaire, régime herbivore, vitesse de course…), le cheval a pu être crédité des mêmes qualités, ce qui aurait poussé les hommes à tenter de le domestiquer[25].

Sophie Bridier note le grand nombre de mythes et de légendes qui associent le cheval à la mort et au cauchemar, elle suppose que sa domestication est une manière de vaincre les peurs face à un grand animal imprévisible, rapide et au hennissement puissant, d'où peut-être l'expression de « plus belle conquête de l'homme »[36]. Le doctorant en littérature grecque Jacques Desautels rejoint cet avis puisqu'il note que les chevaux violents et nerveux sont qualifiés par les anciens Grecs de gorgos, soit « terrifiants, inquiétants, dont les yeux reflètent un éclat diabolique ». La violence et la puissance dont ces animaux peuvent faire preuve avant d'être parfaitement domestiqués inquiète. Le mythe grec de Pégase renvoie ainsi à l'apaisement par la domestication d'un animal sauvage, terrifiant et violent[37].

Socialisation des animaux[modifier | modifier le code]

Un poulain de race konik.

Certains poulains ont pu être gardés comme des animaux domestiques, tandis que les chevaux adultes auraient été abattus pour leur viande. Les poulains sont relativement petits et faciles à manipuler. Grégaires, ils ont besoin de compagnie pour prospérer. Les données historiques et modernes montrent que les poulains peuvent se rapprocher des humains et d'autres animaux domestiques pour répondre à leurs besoins sociaux. Ainsi, la domestication a peut-être commencé avec de jeunes chevaux gardés comme animaux de compagnie sur une période de quelques années, précédant la grande découverte que ces animaux peuvent être montés et mis au travail. Les chevaux répondent aux six critères de Jared Diamond concernant le bétail domestiqué : ils ont une alimentation flexible, un taux de croissance raisonnablement rapide, la capacité à se reproduire en captivité, une disposition agréable, sont peu enclins à la panique et ont une hiérarchie sociale modifiable. On pourrait faire valoir qu'ils ont volontairement choisi de vivre en étroite proximité avec les humains[38]. Enfin, ils sont naturellement gourmands et curieux malgré leur nature d'herbivores craintifs, ce qui permet aux hommes de les approcher[32].


Preuves archéologiques[modifier | modifier le code]

Les artefacts anciens retrouvés lors de fouilles (ici, un mors en bronze daté du Ve siècle av. J.-C. et retrouvé à Deve Huyuk) attestent de la domestication du cheval.

La date de 4000 av. J.-C. est reconnue comme la plus vraisemblable pour parler d'une véritable « domestication » du cheval, comprenant l'apparition d'usures dentaires liées au port du mors, des changements dans les pratiques d'abattage, dans l'économie humaine et les types de peuplement, des représentations de chevaux en tant que symboles de pouvoir grâce aux artefacts, et l'apparition d'ossements équins dans des tombes[39]. Les changements mesurables dans la taille et l'augmentation de la variabilité associés à la domestication se produisent plus tard, vers 2500 à 2000 av. J.-C., comme le prouvent les vestiges découverts sur le site de Csepel-Haros, en Hongrie, parmi la culture campaniforme[40].

Les preuves archéologiques de la domestication des chevaux consistent essentiellement en des vestiges d'animaux dans des tombes humaines, des changements dans l'âge et le sexe des chevaux abattus, l'apparition de corrals, d'équipements tels que le mors ou autres types de harnachements, des animaux enterrés avec un équipement qui leur est destiné (tel qu'un char), des représentations de chevaux montés, attelés ou mis au travail, ainsi qu'un symbolisme d'animal de pouvoir.

Chars et chariots[modifier | modifier le code]

Article connexe : Culture d'Andronovo.

L'une des moins anciennes, mais aussi des plus évidentes preuves de domestication provient de sites de fouilles d'où les ossements équins sont mêlés à des restes de chariots. Seize tombes de ce type appartiennent aux cultures de Sintashta et de Petrovka, dans les steppes près de l'Oural (une région partagée désormais entre le Sud de la Russie et le Nord du Kazakhstan). Le site de Petrovka est plus tardif que Sintashta, dont il est vraisemblablement issu. Les deux ensembles remontent à 2100-1700 ans avant notre ère[39],[41]. Quelques-unes de ces tombes contiennent les restes de huit chevaux sacrifiés, placés dans, au-dessus et à côté de la tombe. Des traces d'utilisation de chariots funéraires se retrouvent dans la culture d'Andronovo, vers le IIe millénaire av. J.‑C.[42].

Modifications du squelette[modifier | modifier le code]

Squelette d'un cheval domestique.

Certains chercheurs ne considèrent pas un animal comme « domestiqué » avant qu'il ne montre des changements physiques associés à l'élevage sélectif, ou du moins avant qu'il ne soit né et ne grandisse entièrement en captivité : les animaux pris à l'état sauvage sont considérés comme « apprivoisés ».

Les premiers changements visibles sur les os équins remontent à 2 500 ans av. J.-C., dans l'Est de la Hongrie, et plus tard à l'âge du bronze sur différents sites de steppes russes, en Espagne et en Europe de l'Est[40],[43]. Une augmentation de la variabilité s'observe, témoignant de soins humains prodigués à des chevaux plus grands ou plus petits que ceux qui vivent à l'état sauvage, ainsi qu'une diminution de la taille moyenne, reflétant sans doutes des restrictions alimentaires. Les populations de chevaux qui montrent cette combinaison de changements squelettiques sont probablement domestiquées. La plupart des données suggèrent que le contrôle humain se renforce nettement sur les chevaux environ 2500 ans avant notre ère. Toutefois, plus récemment, des restes retrouvés dans un site du Kazakhstan présentent des membres plus minces, caractéristiques d'animaux parqués, à la date de 3500 ans avant notre ère[44].

Usure des dents[modifier | modifier le code]

La présence d'usure des dents suggère qu'un cheval a été monté ou conduit à la main en portant un mors. La première preuve provient d'un site du Kazakhstan, remontant à 3500 ans avant notre ère[44]. Mais les chevaux peuvent aussi être montés et contrôlés sans mors, en utilisant une muserolle ou un hackamore, outils encore utilisés de nos jours. L'absence d'usure des dents du cheval n'est donc pas une preuve contre la domestication, ces matériaux ne produisent pas de changements physiologiques significatifs et ne sont pas susceptibles d'être conservés pendant des millénaires.

L'utilisation régulière d'un mors pour contrôler le cheval peut créer des facettes d'usure ou des biseaux sur les coins antérieurs des prémolaires[32]. La forme de la bouche du cheval fait que le mors est porté dans la « barre », un espace interdentaire entre les incisives (et éventuelles canines atrophiées pour les étalons) et les prémolaires. Le mors doit être manipulé par un humain, le cheval peut aussi le déplacer avec sa langue, touchant ainsi ses dents. Ce port cause l'abrasion du bord antérieur des prémolaires si le cheval fait bouger le mors entre ses dents[45],[46], ou en raison de pressions de la part de l'homme qui tient l'animal en main.

Des expériences modernes ont montré que les mors organiques, de corde ou de cuir, peuvent créer des usures importantes, et que les facettes de 3 mm de profondeur ou plus ne figurent pas sur les prémolaires des chevaux sauvages[47]. D'autres chercheurs nuancent toutefois ces résultats[48].

Tombes et rites mortuaires[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Culture de Khvalynsk et culture de Samara.

Le plus ancien indicateur archéologique possible d'un changement de relations entre les chevaux et les humains est l'apparition vers 4800 à 4400 av. J.-C. d'os de chevaux et d'images sculptées dans les tombes de la culture chalcolithique de Khvalynsk, et de la culture de Samara, dans la région centrale de la Volga en Russie. Le cimetière de Khvalynsk recèle les restes de sacrifices d'animaux domestiques[49]. Dix tombes contiennent des parties inférieures de jambes chevalines, deux d'entre elles contiennent aussi les os de bovins et de moutons domestiques. Au moins 52 brebis ou chèvres domestiques, 23 bovins domestiques, et 11 chevaux ont été sacrifiés à Khvalynsk. L'inclusion des chevaux avec des bovins et des ovins et l'exclusion des animaux sauvages suggère de toute évidence que les chevaux sont classés symboliquement parmi les animaux domestiques[50].

Au S'yezzhe, un cimetière contemporain de la culture de Samara, les restes de deux chevaux ont été placés au-dessus d'un groupe de tombes humaines. La paire de chevaux est représentée par la tête et les sabots, probablement à l'origine attachés aux cuirs. Le rituel même utilise la peau de la tête et les os de la jambe comme un symbole pour l'ensemble des animaux, il a été employé pour de nombreux bovins domestiques et des sacrifices de moutons à Khvalynsk. Des représentations de chevaux sculptées dans des os sont placées au-dessus du sol du dépôt d'ocre de S'yezzhe, et le phénomène se reproduit sur plusieurs autres sites de la même période, dans la région de la Volga. Ensemble, ces indices archéologiques suggèrent que les chevaux ont une importance symbolique dans les cultures Khvalynsk et Samara, et qu'ils sont associés au bétail et aux moutons domestiques[50]. Dans les Carpates, des pieds de chevaux donnés en offrande ont été retrouvés dans des tombes[51]. Un autre site d'importance est celui de Dereivka, dans l'actuelle Ukraine, au début du IVe millénaire av. J.‑C., des animaux y sont inhumés sous des tumuli[52].

Corrals et enclos[modifier | modifier le code]

Sandra Olsen, du Carnegie Museum of Natural History, a trouvé des couches de crottin de cheval jetées dans des fosses inutilisées[53]. La collecte et l'élimination du crottin de cheval laissent à penser que les animaux ont été confinés dans un corral ou autre enclos. Un corral, daté de 3000-3500 avant notre ère, a été identifié à Krasnyi Yar par un motif de trous dans des poteaux doublé d'une clôture circulaire, le sol à l'intérieur de la clôture recelant dix fois plus de phosphore que les sols extérieurs. Le phosphore peut indiquer des restes de fumier[54].

Harnachement[modifier | modifier le code]

Le harnachement (ici, un licol moderne) est nécessaire pour contrôler un cheval domestiqué.

Des objets perforés en corne animale, découverts à Dereivka et autres sites contemporains de Suvorovo, ont été identifiés comme faisant partie d'un mors[55]. Cette identification n'est plus largement acceptée, les objets en question n'ayant pas été retrouvés associés à des ossements de chevaux[56]. Cependant, grâce à des études d'usure microscopique, il a été établi que la plupart des outils en os retrouvés à Botaï ont été utilisés pour des lanières en cuir brut lisses. Des lanières de cuir brut auraient été utilisées pour la fabrication de cordons en cuir brut et de cordes, utiles pour le harnachement des chevaux[57]. Des objets similaires sont connus dans de nombreux foyers de la steppe, mais la façon dont ces lanières ont été utilisées reste peu claire. Les plus anciens artefacts clairement identifiés comme étant des mors pour chevaux sont des bois de cervidés liés à l'invention du char, sur le site de Sintashta-Petrovka. Au Chalcolithique, des mors en bois de cerf sont employés dans la nécropole d'Ostorf, en Allemagne[58].

Premiers foyers de domestication[modifier | modifier le code]

Longtemps, les chevaux domestiques sont supposés originaires d'un unique foyer de domestication[59]. La Mongolie est citée au XIXe siècle, en raison des traditions cavalières très anciennes des Mongols, et de la présence du cheval de Przewalski. L'Orient l'est également du fait que les plus anciennes domestications de chèvres et de moutons y sont attestées, et en raison des traditions cavalières arabes. Avec les découvertes sur les cultures indo-européennes, de nouvelles hypothèses s'orientent vers les Kourganes, qui emploient l'animal en 2500 av. J.-C.[59]. Franz Hančar attribue au cheval domestique une origine européenne, en 1955[60].

Les multiples découvertes de nouveaux foyers de domestication, ainsi que les recherches génétiques de l'Université d'Exeter et de celle de Bristol, publiées sur Science et qui montrent la grande diversité génétique des chevaux actuels, suggèrent l'existence d'au moins trois foyers de domestication anciens[61], de types ou de sous-espèces de chevaux différentes, ou les deux. La domestication s'est vite répandue mais d'après Jared Diamond, elle a pu commencer chez une seule culture ayant transmis ses techniques et ses méthodes d'élevage aux autres[38]. Une étude d'ADN publiée en 2012 suggère que la domestication du cheval provienne de la partie occidentale des steppes eurasiennes[62]. La question de savoir si le cheval a été domestiqué en un unique lieu avant de voir son utilisation se répandre, où s'il l'a été indépendamment par différents peuples en différents lieux, est en partie résolue[63].

Sur une très longue période, les chevaux sauvages côtoient des animaux domestiqués. Les variations de l'ADN mitochondrial déterminent ce qu'on appelle l'haplogroupe, soit un groupe étroitement lié d'haplotypes qui partagent le même ancêtre commun. Chez les chevaux, sept haplogroupes principaux sont reconnus (AG), chacun avec plusieurs sous-groupes. Plusieurs haplogroupes sont inégaux dans leur distribution, ce qui indique l'ajout de juments locales sauvages au cheptel domestiqué[64],[63],[65],[66],[67]. L'un de ces haplotypes (Lusitanien groupe C) est exclusif à la péninsule Ibérique, conduisant à l'hypothèse que la péninsule ibérique ou l'Afrique du Nord ont connu une domestication du cheval indépendante[65].

Culture Botaï[modifier | modifier le code]

Les steppes aux alentours de Kokchetaou, au Kazakhstan, où la culture Botaï s'établit à l'époque de la domestication du cheval.
Article connexe : Culture Botaï.

La théorie la plus récente et la plus largement reconnue concernant le premier foyer de domestication du cheval le place à Akmola dans le Nord de l'actuel Kazakhstan, au sein des chasseurs-cueilleurs de la culture Botaï, vers 4500 av. J.-C.[68],[69]. Vers la fin du IVe millénaire av. J.‑C., le climat des steppes d'Asie centrale se fait plus humide et la végétation se diversifie. Selon les paléogéographes et pédologues, l'herbe atteint alors une hauteur de deux mètres, les steppes abritent des millions de chevaux.

Pour les chasser, les capturer et les garder, il est indispensable à l'homme de les monter[57],[70]. Cette nécessité explique une différence morphologique entre les chevaux sauvages et domestiqués : selon le chercheur américain David Anthony, 10 % des dents de chevaux examinées portent des traces de mors en os ou en crin[71],[72]. La découverte, en 2006, de vestiges d'enclos renforce l’hypothèse. Autre preuve d'élevage, des traces de kumiz (lait de jument fermenté) sur des fragments de poterie vieux de 5600 ans environ[72].

Les sites de la culture Botaï n'ont pas révélé de présence de bétail ou de moutons, le seul autre animal domestiqué, en plus du cheval, est le chien. Les colonies comptent entre 50 et 150 maisons semi-souterraines, les dépôts d'ordures contiennent 65 à 99 % de restes de chevaux[44]. Des troupeaux entiers sont abattus par les chasseurs Botaï, apparemment grâce à l'adoption de l'équitation, ce qui expliquerait des techniques de chasse spécialisées et de plus vastes foyers de peuplement. Les chevaux domestiqués ont pu être adoptés à partir de sociétés de pasteurs voisines, dans les steppes à l'ouest de l'Oural. La culture Khvalynsk avait des troupeaux de bovins et d'ovins, et peut-être aussi des chevaux domestiqués, 4800 ans avant notre ère[70].

D'autres chercheurs contredisent cette domestication, notant que les zoologues n'ont révélé aucun changement de squelette entre les chevaux sauvages et les présumés domestiqués[40], mais aussi que la structure par âge des chevaux abattus à Botaï représente un profil démographique naturel pour des animaux chassés, qui n'est pas le schéma attendu s'ils sont domestiqués et sélectionnés pour l'abattage[48]. Toutefois, ces arguments ont été publiés avant la découverte d'un corral à Krasnyi Yar, et celle d'un tapis de crottin de cheval sur deux autres sites.

Culture de Sredny Stog et hypothèse kourgane[modifier | modifier le code]

La culture de Sredny Stog, en Ukraine, a elle aussi maîtrisé le cheval. Les vestiges sont ceux de Dereivka, un site chalcolithique, daté de 4000 av. J.-C.[73],[74], et incluant restes alimentaires, mors présumés en bois de cerf, traces d'usure des dents des chevaux et sépultures rituelles[2]. Une datation au spectromètre de masse, couplée à un accélérateur de particules, a cependant montré que les os d'un étalon dont les dents portaient des traces de port du mors dataient en réalité de l’âge du fer scythique[75], mais d'autres indices penchent en faveur d'une domestication dans les steppes eurasiennes vers 4000-3500 av. J.-C.[76],[77],[44].

L'hypothèse kourgane suppute, depuis le milieu du XXe siècle, que la première domestication des chevaux a eu lieu en Ukraine, vers le IVe millénaire av. J.‑C.[59]. Elle a été la plus largement admise, jusqu'à la découverte des sites de la culture Botaï et les résultats des études génétiques.

Al-Maqar[modifier | modifier le code]

Paysages montagneux et désertiques de la province d'Asir actuelle.

Ce qui semble être des traces de bride découvertes en 2011 sur une représentation d'équidé a vu la naissance d'une théorie de domestication 7 000 ans av. J.-C. dans l'actuelle Arabie saoudite, près d’Abha dans la province d'Asir[78]. D'après les archéologues saoudiens, la civilisation al-Maqar serait très avancée durant la période néolithique, notamment par son artisanat et ses représentations artistiques, incluant un buste d'équidé haut d'un mètre[79],[80]. La région est verdoyante à l'époque, grâce à la présence d'un fleuve au lit asséché depuis[81]. Ali al-Ghabban, vice-président du département des musées et antiquités, indique également que cette civilisation savait embaumer les morts[82]. Cette découverte, médiatisée mais à laquelle les spécialistes accordent peu de crédit, demande de sérieuses études complémentaires.

Foyers de la péninsule ibérique[modifier | modifier le code]

Représentation pariétale de la grotte de La Pasiega (es) sur le mont Castillo.

La péninsule Ibérique recèle plusieurs foyers de domestication, une découverte génétique récente y atteste d'une possible domestication indépendante de celle qui a eu lieu dans les steppes eurasiennes[65], au IIIe millénaire av. J.‑C.[83]. Le portugais Ruy d'Andrade défend déjà cette idée[84] et le vulgarisateur anglais Elwyn Hartley Edwards note la présence de ce qui semble être un harnais peint sur un cheval, dans une peinture pariétale espagnole datée de 15 000 ans avant notre ère, découverte à la grotte du Castillo à Puente Viesgo dans l'actuelle Cantabrie. Il suppose qu'à cette époque, le cheval est déjà employé à divers travaux[17], mais sa théorie, peu crédible, n'est pas reprise par la communauté scientifique[Note 2].

Un foyer daté de la culture campaniforme a été retrouvé dans le Sud de l'Espagne, un autre au centre du Portugal actuels. Les chevaux y présentent une diminution de stature et une augmentation de la diversité génétique[85]. Ces foyers sont proches de l'habitat ancestral des pottokak, l'une des plus anciennes populations chevalines européennes.

Espèce ou sous-espèces domestiquées[modifier | modifier le code]

Tarpan des steppes (Equus ferus gmelini), l'un des ancêtres supposés des chevaux domestiques.

Les origines exactes des chevaux domestiques sont peu connues en raison du manque de restes retrouvés et de l'absence de modifications sur le squelette durant les premières phases de la domestication. Une autre difficulté réside dans la proximité entre chevaux domestiques et sauvages : ces animaux peuvent s'échapper et se réadapter facilement à la vie en liberté[Note 3]. Il apparaît néanmoins que les chevaux d'Europe sont globalement sauvages jusqu'à la fin de la période néolithique[86].

Le cheval domestique est classé comme Equus caballus ferus. Il n'existe plus aucune population de chevaux sauvages n'ayant jamais été domestiquée, à l'exception du cheval de Przewalski, qui n'est probablement pas l'ancêtre des chevaux actuels. Plusieurs sous-espèces de type Equus semblent avoir existé, et pourraient être les ancêtres des populations domestiques[87].

Mode de sélection[modifier | modifier le code]

Une analyse ADN a été réalisée sur différentes races de chevaux par l'Université d'Uppsala[88], il s'agit d'une étude comparative d'ADN mitochondrial de chevaux fossiles trouvés dans le pergélisol d'Alaska et de chevaux actuels de différentes races (191), dont certaines dites primitives. Elle suggère que des chevaux ont été domestiqués à partir de nombreux spécimens, et sûrement issus de plusieurs lieux différents[89]. La diversité génétique des chevaux est plus grande que pour les autres animaux domestiques, ce qui suggère une proximité avec l'espèce sauvage originale ou un plus grand nombre de spécimens originaires de la domestication. Les différents types de morphologies chevalines sont une combinaison d'élevage sélectif et de traits semi-sauvages, les troupeaux domestiques étant à plusieurs reprises réapprovisionnés en juments sauvages locales, qui se propagent ensuite hors du premier foyer de domestication supposé, dans la partie occidentale des steppes eurasiennes[62]. Les études génétiques pointent toutes un événement de domestication unique pour un nombre limité d'étalons, et un repeuplement répété de juments sauvages dans les troupeaux domestiques[90],[91],[63], soit un minimum de 77 juments ancestrales différentes, divisées en 17 lignées distinctes[64]. Les gènes situés sur le chromosome Y sont hérités du père par sa descendance mâle, ces lignées présentent un degré très réduit de variation génétique chez les chevaux domestiques modernes. Peu d'étalons ont été domestiqués, il est peu probable que les descendants mâles provenant des unions entre étalons domestiques et juments sauvages aient été inclus dans le cheptel reproducteur des débuts de la domestication[91],[90]. Toutes les études génétiques s'accordent aussi sur la présence d'un grand nombre de juments domestiquées[63],[64],[92],[65],[66],[67].

Apparence[modifier | modifier le code]

Cette peinture de Lascaux montre clairement un cheval à la robe sauvage.

Des éléments tels que les peintures rupestres de Lascaux suggèrent que les chevaux que certains chercheurs étiquettent comme « sous-type Tarpan » ressemblent à des Przewalski dans leur aspect général : grosses têtes, robe sauvage, encolure courte et épaisse, crinière raide, courte et poussant verticalement, jambes robustes[93]. Les robes baies, alezanes et noires forment les trois robes présentes dans les premières populations de chevaux sauvages[94], les robes noires et baies sont très répandues chez le cheval 5 700 ans av. J.-C.[95]. Les robes sombres sont peut-être privilégiées par la sélection naturelle, afin de fournir au cheval un camouflage contre ses prédateurs[96]. Les recherches effectuées sur des chevaux domestiques de Tószeg (Hongrie actuelle), à l'âge du bronze ancien, pointent une taille de 1,35 m au garrot[97], celle d'un poney de nos jours. Au Néolithique et durant l'âge du bronze, la taille des chevaux domestiques varie de 1,20 m à 1,35 m, ce qui reste la norme jusqu'au IIIe siècle av. J.-C., époque où les derniers chevaux sauvages semblent disparaître du territoire français[98].

Espèces ou sous-espèces concernées[modifier | modifier le code]

Par le passé et notamment au XXe siècle, de nombreuses théories ont été proposées sur l'origine du cheval domestique et ses différentes races. Deux courants de pensée dominent, celui d'une unique espèce ou sous-espèce sauvage à l'origine des chevaux domestiques, ou bien de multiples espèces, sous-espèces ou types sauvages à l'origine du cheval domestique[93],[99]. Selon Jared Diamond, il est possible aussi que deux sous-espèces « sauvages » soient à l'origine des chevaux domestiques, et que des sous-espèces domestiques aient disparu car les autres se sont révélées plus réceptives au contact avec les humains, l'élevage sélectif ayant donné le cheval domestique moderne[38]. Ces théories, toutes fondées sur le corps et la conformation, avant la disponibilité des études ADN pour la recherche, ont, depuis, été remplacées. Les études modernes suggèrent l'existence d'environ quatre types de chevaux sauvages adaptés à leur environnement avant la domestication. Certains chercheurs y voient des sous-espèces, d'autres suggèrent des manifestations physiquement différentes de la même espèce[93]. Une étude récente indique une espèce sauvage unique, tous les chevaux actuels étant issus de l'élevage sélectif ou de l'adaptation à différents biotopes après la domestication. D'après la théorie la plus courante, toutes les races modernes sont issues (en y ajoutant le sous-type Tarpan) des trois grands « types » de chevaux suivants : Warmblood (ou Equus caballus germanicus / cheval des forêts), type « Trait », et cheval oriental[93].

Théorie d'une sous-espèce unique[modifier | modifier le code]

Les tenants de cette théorie postulent que la domestication du cheval s'est produite en un unique lieu et sur une unique population de chevaux sauvages, de laquelle descendraient tous les chevaux domestiques actuels grâce à la pratique de l'élevage sélectif[99]. L'hypothèse kourgane suppose que les chevaux domestiques dérivent d'une seule espèce issue des steppes d'Asie centrale, domestiquée par le peuple de la culture de Samara. Mais elle est contredite par de récentes découvertes, en particulier celles de la génétique.

Théorie des sous-espèces multiples[modifier | modifier le code]

Les poneys yakoutes sont proposés comme une sous-espèce à l'origine des chevaux actuels, d'après Elwyn Hartley Edwards.

La théorie de James Cossar Ewart (Écosse) et Johann Ulrich Duerst (Allemagne) postule l'existence de trois types de chevaux primitifs, considérés comme sous-espèces d’Equus caballus et ancêtres des races actuelles[100] : le cheval des forêts (Equus caballus germanicus), descendant du « cheval diluvien » Equus caballus silvaticus ; le cheval asiatique sauvage ou cheval de Przewalski (Equus caballus przewalskii przewalskii) et le Tarpan (ou Equus caballus gmelini). À ces trois sous-espèces, Elwyn Hartley Edwards en ajoute une quatrième, le « cheval des toundras », ancêtre supposé du poney yakoute, selon lui largement ignoré des hippologues[100].

Une théorie plus tardive, soutenue par plusieurs érudits européens comme Jimmy Speed, Ruy d'Andrade, Hermann Ebhardt et Edward Skorkowski, postule l'existence de quatre types chevalins morphologiquement différenciés, qui ne peuvent être considérés comme des espèces nommées et distinctes[100] : le premier a une morphologie de poney et provient d'Europe du Nord-Ouest, il résiste au froid et à l'humidité, se révélant proche de l'actuel poney Exmoor. Le second est un type de poney plus grand que le premier, résistant au froid et proche des actuels poney Highland et Fjord. Le troisième est le cheval d'Asie centrale, résistant à la chaleur et la sécheresse, semblable aux actuels Sorraia et Akhal-Téké. Enfin, le dernier est le cheval de l'Ouest de l'Asie, petit et doté d'une ossature fine, résistant à la chaleur, semblable à l'actuel Caspien.

L'Exmoor, qualifié de « poney celte », est proche des chevaux primitifs.

Le paléontologue américain Deb Bennett postule que la forme primitive d’Equus caballus s'est diversifiée en sept sous-espèces, chacune adaptée à un environnement donné[101],[93], dont quatre sont les ancêtres d'une grande majorité des chevaux domestiques, à la fois directement et par l'intermédiaire de croisements entre elles[102]. La première est dite Warmblood, Equus caballus mosbachensis, cheval diluvien ou cheval des forêts, la plus ancienne de ces sous-espèces hypothétiques, ancêtre du cheval letton, du Groningen, de l'Ardennais et des races warmblood[93]. La sous-espèce dite « trait », un petit animal solide et trapu au pelage épais provenant du Nord de l'Europe, est adaptée aux climats froids et humides, ressemblant un peu au Fjord. Il serait l'ancêtre de l'Exmoor, du Shetland, du Suffolk Punch et du trait belge[93]. La sous-espèce orientale, Equus caballus pumpelli ou Equus agilis, un animal plus grand, mince, raffiné et agile provenant de l'Ouest de l'Asie, est adaptée aux climats arides, pensée pour être l'ancêtre du cheval arabe moderne et du Marwari[93],[99]. Le Tarpan, Equus caballus gmelini[103] ou Equus caballus ferus, de robe sauvage, est un animal robuste, de la taille d'un grand poney, adapté aux climats froids et secs du Nord de l'Asie, proposé comme un prédécesseur du Konik, du Viatka, du Huçul et du cheval mongol[93].

Les trois autres sous-espèces proposées sont le cheval de Przewalski (Equus caballus przewalskii), le cheval Lamut (Equus caballus alaskae), et le cheval de l'Amérique glaciaire (Equus caballus laurentius[103] ou Equus caballus midlandensis[93]).

Cas du cheval de Przewalski[modifier | modifier le code]

Les liens du cheval de Przewalski avec le cheval domestique sont discutés.

Seuls deux « groupes » de chevaux sauvages n'ont jamais été domestiqués et ont survécu jusqu'à l'époque moderne : le cheval de Przewalski (Equus ferus przewalskii) et le Tarpan (Equus ferus ferus)[87]. Le Tarpan s'est éteint à la fin du XIXe siècle, et le cheval de Przewalski reste en danger critique d'extinction. Bien que des chercheurs comme Marija Gimbutas aient supposé que les chevaux de la période chalcolithique étaient des Przewalski, les plus récentes études génétiques réfutent cette théorie[87].

Le Przewalski dispose de 66 chromosomes, alors que les chevaux domestiques modernes en ont 64, et leur ADN mitochondrial (ADNmt) forme un groupe génétique distinct. Cela suggère qu'il descend d'un groupe génétique régional distinct, dans la partie orientale des steppes eurasiennes, différent de celui qui a donné les chevaux domestiques modernes[64]. Il possède plusieurs caractéristiques anatomiques plus proches d'autres équidés que du cheval domestique, comme la position de ses yeux vers l'avant. Une récente analyse de leur ADN mitochondrial suggère que le cheval domestique moderne et le Przewalski ont divergé voici 160 000 ans[104].

Les études utilisant l'ADN ont toutefois eu des résultats variés. Une étude moléculaire de 2009, utilisant l'ADN ancien (qui est l'ADN récupéré à partir des découvertes archéologiques comme des os et des dents) place le cheval de Przewalski parmi les chevaux domestiqués[105]. Ces difficultés existent en partie à cause de croisements entre des chevaux domestiques de passage et le cheval de Przewalski, ainsi que la variation génétique limitée présente dans la population fondatrice du cheval de Przewalski moderne[105].

Évolution du phénomène de domestication[modifier | modifier le code]

Représentation préhistorique de cavalier dans la vallée de la Draa, au Maroc.

Quelle que soit la date précise de la première domestication, les chevaux domestiques se répandent à travers l'Eurasie et les utilisations de l'animal se multiplient. L'historien français Daniel Roche voit dans la domestication du cheval un phénomène très progressif qu'il découpe en trois phases, entamées par les apprivoisements en semi-liberté et achevées par l'apparition des cavaleries militaires et du « cheval moteur ». La chasse sélective et le contrôle des troupeaux en captivité intensifient le rapport du cheval aux hommes et sa socialisation dans un premier temps[106]. L'animal permet alors de fournir de la viande, du cuir pour les tentes et les vêtements, du crottin séché pour alimenter les feux, et du lait dont les peuples nomades tirent une boisson, le kumiz[Note 4],[9]. La mise au travail pour le transport d'hommes et de matériaux, les travaux agricoles et la guerre intervient plus tard[107]. La domestication totale du cheval est acquise lorsque ces animaux ne peuvent plus se nourrir, se reproduire ni se défendre contre leurs prédateurs sans l'aide de l'homme[22].

Tous les peuples du monde n'ont pas domestiqué de chevaux. Jean-Pierre Digard met en exergue une différence entre sociétés « domesticatrices » et sociétés « apprivoisatrices ». Certains peuples (d'Afrique, d'Australie et d'Amérique en particulier) n'ont pas tenté de domestiquer les animaux avec lesquels ils sont entrés en contact, tandis que les Eurasiens ont multiplié les expériences de domestications animales[108].

Transformations de l'espèce[modifier | modifier le code]

Le développement de l'agriculture vers 3500 av. J.-C. permet de mieux nourrir les chevaux et leur fait acquérir une meilleure constitution, ce qui correspond aux débuts de l'élevage sélectif[107]. L'espèce se transforme sous l'action de l'homme, changeant de morphologie, de couleur (robe) et de comportement : les animaux les plus proches de l'homme et se reproduisant le plus facilement en captivité sont privilégiés[21].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Le cheval ne subit pas de transformations morphologiques radicales sous l'effet de sa domestication (contrairement au chien ou au cochon par exemple). Il acquiert une face légèrement plus longue et une boîte crânienne plus bombée. Il ne subit pas non plus, à l'inverse d'un très grand nombre d'animaux domestiqués, de diminution du volume de son encéphale[109].

Il n'existe pas de races à viande ou de races laitières chez les chevaux, malgré la consommation de leur viande et de lait de jument sur une très longue période. Une sélection s'effectue sur l'aptitude à être monté ou l'aptitude à la traction, donnant naissance à terme aux types dits cheval carrossier et cheval de trait, au XIXe siècle[9]. Cette même époque voit une tendance à l'accroissement de la taille et de la masse des chevaux qui se traduit, en particulier, par ce que Jean-Pierre Digard nomme la « mastodontification » des races de trait et des sélections sur certaines robes. Elle semble inscrite dans une logique d'identité régionale autant que d'impératif économique. Un phénomène de « miniaturisation », à la même époque, touche les chiens, les gallinacés et les lapins. Elle touche aussi le cheval, avec la création des races de chevaux miniatures du type Falabella et mini-Shetland[110]. Les motivations ne sont vraisemblablement pas à rechercher dans une transformation en animal de compagnie, la diminution de la taille ne rend pas pour autant le cheval adapté à la vie dans un espace réduit ou à l'intérieur d'une habitation humaine[Note 5] : Jean-Pierre Digard l’interprète comme un « désir mégalomaniaque de contrôler la nature »[111].

Différents types morphologiques de chevaux, issus de l'élevage sélectif après la domestication
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Robes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Robe du cheval.

La domestication et l'élevage sélectif accroissent également énormément la variété des robes[112]. Des recherches effectuées en 2009, publiées dans la revue Science, montrent que 12 000 ans avant notre ère, seule la robe baie est présente chez les chevaux sauvages, associée au gène dun, ou gène sauvage, qui se caractérise par la présence d'une raie de mulet et de zébrures sur les membres. À l'holocène, la robe noire fait son apparition (et par conséquent avec elle la robe souris, qui est une robe noire affectée du gène dun). Elle concerne environ un quart des chevaux sauvages. Les robes se diversifient sous l'influence de l'homme, en effet les guerriers préfèrent les chevaux colorés aux animaux ternes d'après une étude sur l’ADN ancien[113]. À l'âge du bronze apparaissent des chevaux gris et pie sabino et tobiano[95], robes qui auraient été éliminées à l'état sauvage par la sélection naturelle. Un autre trait caractéristique de la domestication est la présence de marques blanches sur la tête et les membres[114], à l'instar d'autres espèces animales domestiquées.

Différentes robes de chevaux issues de l'élevage sélectif, après la domestication

Certaines robes sélectionnées par l'homme sont associées à des maladies ou à des handicaps d'origine génétique, tel le syndrome du poulain blanc et la surdité qui touche, en particulier, les animaux aux oreilles blanches[115].


Expansion géographique[modifier | modifier le code]

L'expansion des Indo-européens, présentée sur cette carte, est vraisemblablement en relation avec l'utilisation du cheval.

L'expansion géographique des peuples qui maîtrisent le cheval s'intensifie à l'arrivée de l'âge du bronze, quand les chefs commencent à se déplacer sur son dos[116]. Il reste longtemps absent en dehors de la région des steppes eurasiennes[117] : les os de chevaux sont rares ou absents aux périodes néolithique et chalcolithique à l'Ouest de la Turquie, en Mésopotamie, dans la majeure partie de l'Iran, dans l'Asie centrale et méridionale, et dans une grande partie de l'Europe[118],[119],[120].

Sa présence est attestée au sud du Caucase et en Anatolie environ 4 000 ans av. J.-C.. Il gagne l'Inde, l’Iran et la Grèce 1 500 ans plus tard. Il est étroitement associé aux Indo-européens, peuples cavaliers aidés dans leurs migrations par son utilisation[121], bien que cette association, défendue par Marija Gimbutas, présente des failles et des incertitudes, en particulier concernant l'utilisation et l'impact des chevaux hors des steppes avant la fin du IIIe millénaire av. J.‑C.[122].

Effondrement de la « vieille Europe »[modifier | modifier le code]

Vers 4200-4000 ans avant notre ère, plus de 500 ans avant l'expansion géographique des Indo-européens, des os de chevaux et de nouveaux types de tombes apparaissent vers Suvorovo (en), au nord du delta du Danube, dans les steppes de l'Ukraine côtières, près de Izmail. Ces tombes sont probablement issues de traditions funéraires antérieures dans les steppes autour de la Dniepr. Certaines contiennent des pierres polies en forme de têtes de chevaux, et des perles en dent de cheval[123]. Des tombes plus anciennes de la même région contiennent des masses de pierres polies, certaines sculptées en têtes d'animaux[55]. Les foyers de peuplement des steppes contemporaines de Suvorovo, comme Sredni Stog II et Dereivka, sur le Dniepr, contiennent 12 à 52 % d'os de chevaux[124].

Lorsque les tombes de Suvorovo apparaissent dans les prairies du delta du Danube, des masses en forme de tête de cheval font de même dans quelques villes agricoles des cultures de Tripolye et Hamangia, dans les actuelles Roumanie et Moldavie[125]. Ces cultures agricoles n'avaient jamais utilisé de masses en pierre polie, les os de chevaux étant rares ou absents sur leurs sites de peuplement. Celles-ci ont vraisemblablement été amenées par des immigrés de Suvorovo. Après plusieurs contacts et commerces de métaux sur la période 4200-4000 avant notre ère, 600 villes agricoles, dont certaines étaient occupées depuis 2 000 ans, sont abandonnés dans la région[126], vraisemblablement avec la fin de l'exploitation du cuivre dans les Balkans[127].

Les traditions culturelles de ces villes agricoles ont disparu. Cet effondrement de la « vieille Europe » est attribué à l'immigration des guerriers indo-européens[128]. L'effondrement pourrait avoir été causé par une guerre, aggravée par des raids montés. Les masses à tête de cheval ont été interprétées comme indiquant l'introduction de chevaux domestiqués et de l'équitation juste avant l'effondrement. Cependant, les raids montés sont juste une explication possible de cet événement complexe. La dégradation de l'environnement, la dégradation écologique due à des millénaires d'agriculture, et l'épuisement des minerais de cuivre sont également cités comme facteurs de causalité[39],[126].

Diffusion du cheval en Europe[modifier | modifier le code]

La diffusion de l'utilisation du cheval se produit plus rapidement vers l'Est de l'Eurasie que vers l'Ouest et le Moyen-Orient, des restes équins datés de 3 000 ans av. J.-C. sont retrouvés à Chalain, dans le Jura actuel[2], ils ont servi de nourriture mais rien n'atteste d'une domestication[129]. En Charente, la domestication du cheval est acquise à l'âge du bronze moyen, la présence de harnachements en bois de cerf et d'un montant de mors dans la grotte des Perrats en atteste[130].

Les chevaux sauvages européens chassés représentent jusqu'à 10 % des os d'animaux dans une poignée de colonies du Mésolithique et du Néolithique, dispersées à travers l'Espagne, la France, et les marais du Nord de l'Allemagne. Dans beaucoup d'autres parties de l'Europe, y compris la Grèce, les Balkans, les îles Britanniques et une grande partie de l'Europe centrale, les os de cheval se retrouvent très rarement au Mésolithique, au Néolithique ou sur des sites chalcolithiques. En revanche, les os de chevaux sauvages dépassent les 40 % des os d'animaux identifiés dans les camps du Mésolithique et du Néolithique dans les steppes eurasiennes, à l'ouest de l'Oural[118],[131],[132].

Environ 3500-3000 av. J.-C., les os de chevaux commencent à apparaître plus fréquemment dans les sites archéologiques au-delà des steppes eurasiennes, soit au centre de l'Europe, dans la vallée du Danube, le nord du Caucase et la Transcaucasie. Le nombre de chevaux augmente et ils sont de plus grande taille. Cette expansion est contemporaine de la culture Botaï. Cela ne signifie pas nécessairement que les chevaux ont été domestiqués dans les steppes, mais les chasseurs de ces régions optent certainement pour l'emploi du cheval plus facilement que dans d'autres zones géographiques. Cette expansion est interprétée par de nombreux zoologistes comme le début de la propagation des chevaux domestiqués[43],[118],[119].

Au Proche-Orient[modifier | modifier le code]

Écuyer conduisant des chevaux, bas-relief Dur-Sharrukin (Assyrie), VIIIe siècle av. J.-C..

Alors que les os de chevaux sont identifiés dans les sites néolithiques du centre de la Turquie, tous les équidés totalisent moins de 3 % des os d'animaux. Parmi ces 3 %, les chevaux représentent moins de 10 %, avec 90 % ou plus d'équidés de type onagre et hydrontin (maintenant éteint)[133]. Les onagres, chassés en Syrie, Anatolie, Mésopotamie, Iran et Asie centrale, sont les équidés les plus communs du Proche-Orient. L'âne domestique est importé en Mésopotamie depuis l’Égypte probablement, mais les chevaux sauvages semblent absents de la région[134].

Les chevaux domestiques commencent à apparaître dans les représentations artistiques de Mésopotamie au cours de la période akkadienne, 2300-2100 ans avant notre ère[134].

En Chine[modifier | modifier le code]

Une nouvelle expansion se produit dans les plaines du Proche-Orient et le Nord-Ouest de la Chine, autour de 2000 avant notre ère et en liaison avec le char. Bien que les ossements d'espèces incertaines se trouvent dans des sites néolithiques tardifs en Chine avant cette date, des os apparaissent dans plusieurs sites et en nombre significatif, parmi la culture de Qijia et la culture Siba, 2000-1600 av. J.-C., en Gansu et dans les provinces du Nord-Ouest de la Chine[135].

Mise au travail[modifier | modifier le code]

Le chariot de Ramsès II.
Articles connexes : Équitation et traction hippomobile.

La datation des premières mises au travail du cheval est complexe, il est également difficile de savoir si l'animal est d'abord monté ou attelé, en particulier sur la période qui va du IVe millénaire av. J.‑C. au IIIe millénaire av. J.‑C., en raison de datations imprécises et de manque de preuves. Le processus occupe vraisemblablement une longue période de temps, nécessaire à un dressage complexe. L'hypothèse kourgane de Marija Gimbutas (désormais partiellement remise en cause[136]) évoque l'infiltration de riches éleveurs d'Europe centrale par les peuples des steppes à la hiérarchie sociale organisée, qui auraient ensuite généralisé l'équitation, le sacrifice du cheval et l'usage de la langue indo-européenne, comme le point de départ de cette mise au travail. Une hypothèse plus récente pointe l'emprunt de techniques aux communautés éleveuses de chevaux par d'autres communautés dont la société se complexifie au même moment[117]. Le milieu du IVe millénaire av. J.‑C. est retenu comme le début de l'utilisation du cheval pour le transport[83].

Lorsque le cheval est mis au travail, devenant une monture et un animal d'attelage, sa viande est consommée dans des proportions plus modestes[137].

Chronologie de la mise au travail[modifier | modifier le code]

Propagation de l'usage du char.
Propagation du char[modifier | modifier le code]

L'utilisation du char à roues pleines se généralise au Proche-Orient en 3500 av. J.-C.[107], mais ils sont longtemps tractés par des bœufs en raison de leur poids important, tout comme l'araire[117]. En Mésopotamie, il est possible que des essais de traction aient eu lieu avec le cheval et pris de l'importance dans le cadre du développement agraire plutôt que comme technologies de guerre. Les chevaux et mulets agricoles sont équipés d'un harnais ou d'un joug, plus appropriés pour le bœuf, ce qui limite leur efficacité[138],[139]. Ce n'est qu'au IIIe millénaire av. J.‑C., avec l'apparition des roues à rayon, que l'utilisation du cheval à la traction (en particulier militaire) se développe[117] au détriment de celle des bovins. Le char léger et rapide devient une redoutable arme de guerre adoptée par un grand nombre de civilisations[83]. Le nombre de chars augmente en particulier à l'âge du bronze, dès l'âge du bronze ancien, les chevaux domestiques gagnent toute l'Europe centrale[97].

Organisation dans les steppes et en orient[modifier | modifier le code]

La deuxième phase de la domestication du cheval survient avec l'expansion du nomadisme, l'apparition du mors, le perfectionnement des techniques de portage et de traction, soit sa véritable mise au travail. Bât, selle, bricole, joug, collier, sangle et autres matériaux se diffusent. Le trait, la plus importante de ces nouvelles utilisations, connaît de multiples applications pour l'agriculture et la guerre[106]. Les premières cavaleries montées apparaissent chez les Hittites au début de l'âge du fer[97]. En Mésopotamie, la cavalerie légère monte en puissance, en particulier grâce aux tactiques des archers à cheval, comme les Parthes. Le char de guerre devient alors obsolète et l'équitation se généralise pour l'usage militaire. L'Antiquité gréco-romaine voit peu d'innovations, Grecs et Romains ignorent la ferrure connue dans les steppes, mais généralisent l'emploi des chars. Ils ignorent aussi la selle et les étriers, dont on connaît ailleurs les premiers essais. Leur cavalerie est militairement retardataire par rapport à l'infanterie, en face des cavaliers barbares nomades. Ces derniers exercent une pression sur les frontières, délaissent chars et voitures, mêlent cavalerie lourde et légère, et terrorisent les Occidentaux. Ils créent une véritable civilisation équestre, celle des peuples cavaliers où le cheval est partout et à tous, où élevage, dressage, travail et usage militaire sont présents en permanence. La domestication du cheval s'y achève par un élevage très extensif sur de grands espaces, une équitation efficace et un dressage sévère[106].

Organisation en occident[modifier | modifier le code]

Face à l'Orient cavalier, l'Occident gréco-latin et le monde médiéval entrent dans la troisième phase de domestication, qui mobilise définitivement les équidés au service des hommes. La société européenne des écuyers réserve l'usage des chevaux à l'État et à l'élite sociale en s'appuyant sur des catégories rurales et urbaines spécialisées pour la production, l'élevage, le dressage et le commerce. Le cheval y devient l'emblème d'une classe sociale. Dans l'économie agricole et les transports, c'est aussi un facteur de progrès. La géographie contrastée de sa présence se met définitivement en place : l'élevage trouve ses implantations favorables sous l'impulsion des ordres monastiques, des aristocraties et des nobles. Les territoires pauvres et les landes y trouvent souvent une activité rentable et le cheval accompagne la croissance et la grande culture comme l'ouverture des terroirs[106].

Antériorité de l'équitation[modifier | modifier le code]

Bien que l'utilisation de chevaux à la traction de chars de guerre soit prouvée au IIIe millénaire av. J.‑C., il existe des preuves solides, mais indirectes, que l'équitation est apparue la première, en particulier parmi la culture Botaï, pour la chasse[57]. Denis Bogros penche également en faveur de l'antériorité de l'équitation de chasse[140]. Une autre preuve est l'existence de communautés pastorales au IVe millénaire av. J.‑C., comme la culture de Yamnaya, parmi lesquelles l'équitation de travail a pu naître, un berger à cheval pouvant garder un bien plus grand nombre de moutons qu'à pied[83]. La plus ancienne représentation connue d'un cavalier est un bas-relief de Crète, daté du IIe millénaire av. J.‑C.. L'homme, vraisemblablement un militaire, porte un javelot et un bouclier[140]. D'autres, datées de la même époque, apparaissent en Mésopotamie[97].

Les traces d'usure des dents par le mors peuvent renvoyer à l'équitation, cependant les chevaux peuvent être montés sans mors ou contrôlés à partir du sol avec un mors pour la traction, l'usure des dents n'est donc pas un indicateur permettant de trancher le débat. Certains matériaux nécessaires à l'équitation (hackamores ou couvertures) ne survivent pas comme les artefacts type chariot. L'usure des dents par le mors, les modifications du squelette ne sont pas toujours notables. Les preuves directes que les chevaux ont été attelés sont plus flagrantes[141],[117].

Conséquences sur l'histoire de l'humanité[modifier | modifier le code]

Bas-relief commémorant la victoire de la cavalerie athénienne, IVe siècle av. J.-C..

Avec sa domestication, le cheval devient, « de tous les animaux, celui qui sans doute marque le plus l'histoire et les progrès de l'humanité ». Il entraîne des modifications profondes dans le mode de vie des sociétés humaines, pour l'agriculture, le transport et la guerre. Sa place fondamentale dans l'histoire en fait « un archétype des mentalités occidentales et orientales »[36]. Il permet le contrôle d'un vaste territoire et modifie le rapport à l'espace, diminuant le temps de transport des hommes qui le montent ou qui l’attellent.

Son utilisation militaire et utilitaire perdure de nos jours, bien qu'elle ait fortement diminué au profit des sports et du loisir (pratique de la randonnée équestre, de l'équitation en centre équestre, des sports équestres ou hippiques).

Cette section traite de l'impact de la domestication du cheval sur les sociétés humaines durant la Préhistoire et la protohistoire. Les articles « Cheval dans l'Antiquité », « Cheval au Moyen Âge » et « Cheval à la Renaissance » sont des compléments encyclopédiques.

Supériorité militaire et inégalités sociales[modifier | modifier le code]

La généralisation du char militaire entraîne en Europe « barbare » l'émergence d'une classe de guerriers d'élite privilégiés, spécialisés dans le dressage, l'entraînement, la nourriture et l'abreuvement des chevaux, la création et la réparation des chars. L'usage du cheval leur est longtemps réservé, cette organisation préfigure celle de la Chevalerie du Moyen Âge[142]. Le cheval devient, durant toute la protohistoire, un animal réservé à une élite militaire ou religieuse[143], c'est pourquoi il est également un facteur d'inégalités sociales.

La maîtrise du cheval semble déterminante dans les victoires de nombreux peuples, comme les indo-européens des steppes, les Indo-aryens qui participent à la création du Mitanni, les Kassites[144], et plus tard les peuples voisins de la Chine (Xiongnu). Tous ont souvent pour dénominateur commun d'être des passeurs des techniques d'élevage du cheval pour un usage guerrier[réf. souhaitée].

Propagation de la langue et de la culture indo-européenne[modifier | modifier le code]

Certains indices suggèrent que le mot proto-indo-européen pour « cheval », *ekwos, signifie « cheval domestiqué », du fait que tous les documents désignant l'animal se réfèrent à des chevaux domestiques, et en raison de l'existence de cultes, de croyances et de patronymes similaires : avant la dispersion des Indo-européens, il est donc fort probable que cet animal domestique leur soit très familier[121], voire que les cavaliers des steppes, ayant les premiers domestiqué les chevaux, soient le peuple indo-européen originel[145]. Les historiens, en particulier Marija Gimbutas, insistent aussi sur le rôle indirectement joué par le cheval dans la propagation des langues indo-européennes et de la culture associée : parce que leurs locuteurs se déplacent bien plus vite que les peuples non-cavaliers, leur langue et leur culture se répandent sur un vaste territoire[116].

Cultes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Culte du cheval.

Le culte du taureau précède celui du cheval, les bovins sont déjà domestiqués et employés à la traction quand les chevaux sont à peine apprivoisés. Bœufs et taureaux sont fréquemment présents dans l'art et les cultes, au IVe millénaire av. J.‑C. en particulier[145]. Le cheval envahit peu à peu la culture matérielle et symbolique des peuples cavaliers des steppes dans un premier temps[145]. Il constitue un gibier valorisant les aptitudes des guerriers, et un bien consolidant le statut des chefs[106]. Son culte semble remplacer celui de l'âne dans la partie orientale de la méditerranée[146], et celui des bovins dans d'autres régions. La large diffusion de l'association symbolique eau/cheval en Eurasie, de la Méditerranée au Japon, pourrait remonter à des cultes de la fertilité et aux premières sociétés agricoles, où l'animal de l'eau était au départ le taureau, le cheval se substituant à ce dernier avec l'expansion de son usage[147]. Le sacrifice du cheval dans l'eau est pratiqué par bon nombre de peuples indo-européens, généralement dans le cadre de rites de fécondité ou de royauté.

Le sacrifice équin peut avoir d'autres motivations, puisque les tombes à char retrouvées un peu partout en Eurasie rendent hommage à un chef et à ses chevaux, témoignant de leur statut aristocratique. La culture d'Andronovo a laissé notamment cinq tombes à char avec des chevaux sacrifiés et dont la peau a été disposée selon un rite qui représente une marque de prestige[148]. Certains artefacts retrouvés lors de fouilles, comme le char solaire de Trundholm, laissent entrevoir une place mythologique centrale très tôt attribuée au cheval, celle d'un animal chargé (l'oiseau le remplaçant parfois dans ce rôle) de tracter le soleil[149]. Il devient, de ce fait, l'animal qui transporte les divinités dans leur char, aussi bien dans la mythologie grecque (Apollon, Hélios) qu'en Biélorussie[150].

Marronnage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Marronnage des animaux.

Comme de nombreux autres animaux, le cheval domestique peut retourner à l'état sauvage et former des troupeaux. Le cas s'est produit sur les cinq continents, avec les Mustangs dans les Amériques, les Brumbies en Australie ou encore le cheval de Namibie. Si ces animaux retrouvent rapidement le mode de vie typique du cheval sauvage, ils n’en retrouvent pas pour autant le phénotype et la morphologie, puisque les Mustangs présentent encore un grand nombre de robes pies et un type raffiné proche du cheval colonial espagnol quarante générations après leur retour à la vie sauvage, phénomène peut-être dû à l’absence de prédateurs et donc de sélection naturelle dans les Amériques[151].

Domestication du cheval dans l'art et la culture[modifier | modifier le code]

Article connexe : Symbolique du cheval.

Mythes et légendes[modifier | modifier le code]

Le mythe de Bellérophon et Pégase (ici, sur une illustration de Walter Crane) renvoie à la domestication du cheval par les anciens Grecs.
Mythe des Indiens lacandons

Attachez vos chevaux et vos vaches, vos chiens et vos chats ; enfermez vos porcs, vos dindons et vos poules. Au bout de cinq jours relâchez-les, libérez vos animaux ; ils ne s'en iront pas, ils seront devenus domestiques[152].

L'existence de nombreux mythes et légendes équestres avant l'époque chrétienne chez tous les peuples indo-européens atteste aussi de l'importance prise par le cheval, et de son rôle dans l'Histoire[107]. Certains racontent comment une divinité, ou un héros, permet à un peuple de domestiquer le cheval ; parallèlement, cette domestication entraîne une modification de la perception symbolique des animaux. En particulier, le cheval est dès lors considéré comme « un animal sacré garant de la royauté » chez les Grecs et les Celtes[146].

Mythologie grecque[modifier | modifier le code]

Dans la mythologie grecque, le dieu Poséidon créé le premier cheval à Athènes pendant un affrontement avec Athéna, ou en Thessalie après avoir éjaculé sur Gaïa[153]. Il est aussi crédité de la domestication de l'animal à Athènes où un culte est rendu à « Poséidon Hippios », dieu du cheval. Toutefois, Athéna est considérée comme à l'origine de l'utilisation de l'animal, à Corinthe en particulier[154]. D'après Jacques Desautels, tout le mythe de Bellérophon (à qui est voué un culte héroïque), dans lequel intervient la déesse Athéna, créditée de l'invention du mors, a un rapport étroit avec ce passage de l'histoire de l'humanité, via le don à Bellérophon par Athéna d'un mors en or, permettant de dompter Pégase[155]. Les juments anthropophages du roi de Thrace Diomède sont également à mettre en rapport avec des animaux nécessitant une domestication, selon Raymond Bloch[156].

Textes religieux[modifier | modifier le code]

Si la Bible, et en particulier l'Ancien Testament, présente peu de références au cheval[Note 6], le Coran insiste tout particulièrement sur le don de cet animal aux hommes par Allah[158]. Un proverbe arabe[159] dit d'ailleurs que : « Le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme ».

Art[modifier | modifier le code]

Article connexe : Dompteurs de chevaux.

Le thème de la domestication du cheval est exploité dans l'art. Le sculpteur Phidias représente au Ve siècle av. J.-C. des chevaux sur les frises du Parthénon, peut-être pour célébrer la victoire de Marathon, en témoignant de la maîtrise de l'homme sur l'animal. À la même époque, une amphore en bronze découverte à Tchertomlyk met en scène un dressage et des interactions entre cavaliers et chevaux des steppes[22]. Les multiples statues du type Dompteurs de chevaux, au Quirinal et au Capitole, représentent symboliquement la domestication et ont par exemple inspiré les Chevaux de Marly[160] :

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Jean M. Auel (ici, en 1990) imagine la domestication du cheval 30 000 ans avant notre ère dans sa saga Les Enfants de la terre.

« Fatigué de sa liberté, il accepta d’être sellé et bridé et, pour sa peine, fut monté jusqu’à la mort »

— Malcolm Lowry, Under the Volcano

Parmi les auteurs qui laissent courir leur imagination sur la domestication, Jean de La Fontaine raconte dans la fable intitulée Le Cheval s'étant voulu venger du Cerf, comment un cheval vient prier l'homme de l'aider à réparer l'affront qu'un cerf lui a fait, sans savoir que l'homme, qui l'a sellé, bridé et lui a bâti une écurie, refusera ensuite de lui rendre sa liberté[161].

Beaucoup plus récemment, Jean M. Auel raconte dans La Vallée des chevaux, second tome de la saga Les Enfants de la terre, comment Ayla parvient à apprivoiser une pouliche qu'elle nomme Whinney, 30 000 ans avant notre ère[162]. C'est bien trop tôt d'après les découvertes scientifiques, même à l'époque de la rédaction du roman. D'après Henri Heinemann, en présentant la très rapide domestication d'une jument montée à califourchon, La Vallée des chevaux « outrepasse le droit du romancier à l'imagination et à l'invraisemblance »[163].

La saga pour la jeunesse de Florence Reynaud, Yona, fille de la Préhistoire, met également ce passage en scène dans le douzième tome, Le Dieu cheval, quelques 20 000 ans avant notre ère[164]. 10 000 de Roland Emmerich (censé se dérouler 10 000 ans avant notre ère) montre des chevaux domestiqués et montés par un peuple rappelant les Égyptiens, lesquels tiendraient leurs connaissances avancées d'un Atlante[Note 7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une légende tenace veut que le cheval obéisse à l'homme parce qu'il le voit sept fois plus gros qu'il n'est en réalité : elle est fausse, les chercheurs n'ayant trouvé aucun « grossissement » particulier dans la vision du cheval.
  2. Les représentations supposées de harnais ne forment pas une preuve archéologique fiable, en particulier lorsque la date de la peinture pariétale est à ce point éloignée des premières traces archéologiques de domestication.
  3. D'où l'existence de milliers de mustangs dans les Amériques.
  4. Des traces de kumiz ont été retrouvées parmi la culture Botaï
  5. Le cheval est totalement incapable de contrôler ses sphincters, ce qui ne lui permet de vivre qu'à l'extérieur.
  6. Le peuple des hébreux se distingue par l'utilisation de l'âne, qu'il préfère culturellement au cheval[157].
  7. 10 000 a été plusieurs fois critiqué pour son absence de rigueur historique, et Roland Emmerich met souvent en scène des théories dites « conspirationnistes » dans ses films.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Weinstock et al. 2005, p. e241
  2. a, b et c Vera Eisenmann dans Leroi-Gourhan 1994, p. 242
  3. (en) Ross D. E. MacPhee (ed.), Extinctions in Near Time: Causes, Contexts, and Consequences, New York, Kluwer Press,‎ 1999 (ISBN 0-306-46092-0)
  4. (en) Cristina Luís et et al., « Iberian Origins of New World Horse Breeds », Journal of Heredity, vol. 97, no 2,‎ 2006, p. 107–113 (PMID 16489143, DOI 10.1093/jhered/esj020, lire en ligne)
  5. (en) Caitlin E. Buck et Edouard Bard, « A calendar chronology for Pleistocene mammoth and horse extinction in North America based on Bayesian radiocarbon calibration », Quaternary Science Reviews, vol. 26, no 17-18,‎ 2007, p. 2031 (DOI 10.1016/j.quascirev.2007.06.013)
  6. a et b (en) Stephen Budiansky, The Nature of Horses, New York, Free Press,‎ 1997 (ISBN 0-684-82768-9)
  7. Eisenmann 1997, p. 83-34
  8. Eisenmann 1997, p. 84
  9. a, b et c Guillaume 2010, p. 203
  10. Encyclopaedia universalis France, 2002, p. 93
  11. (en) Melinda A. Zeder, Documenting Domestication, University of California Press,‎ 2006 (ISBN 0520246381, lire en ligne), p. 257, 258, 265.
  12. Anthony 2007, p. 199, 220
  13. (en) Marsha A. Levine, « Eating horses: the evolutionary significance of hippophagy », Antiquity, Colchester, Portland Press, vol. 72, no 275,‎ 1998, p. 90-100 (ISSN 0003-598X)
  14. Olsen 1996
  15. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001
  16. a et b Praneuf 2002, p. 136
  17. a, b et c Edwards 2006, p. 12
  18. Marc-André Wagner, Le cheval dans les croyances germaniques : paganisme, christianisme et traditions, vol. 73 : Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, Champion,‎ 2005, 974 p. (ISBN 9782745312167, présentation en ligne), p. 49
  19. Pigeaud 2001
  20. Marc-André Wagner, Dictionnaire mythologique et historique du cheval, Éditions du Rocher, coll. « Cheval chevaux »,‎ 2006, 201 p. (ISBN 9782268059969), p. 182
  21. a, b, c et d Pierre-François Puech et Bernard Puech, « Le cheval et l'histoire humaine » dans encyclopédie Larousse, 24 novembre 2011 [lire en ligne]
  22. a, b, c, d et e Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 52
  23. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 42
  24. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 44
  25. a et b Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 45
  26. Digard 2009, p. 201
  27. Daniel Lacotte, Le Pourquoi du comment, Volume 3, Albin Michel, 2008, (ISBN 2226196838 et 9782226196835), p. « Les chevaux dorment-ils vraiment debout ? »
  28. a et b Guillaume 2010, p. 192-193
  29. a et b Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 47
  30. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 49
  31. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 50
  32. a, b et c Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 51
  33. (en) S. Bokonyi, « The Earliest Waves of domestic Horses in East Europe », J.I.E.S., 1978, p. 17-76
  34. (en) Frédéric J. Simoons, Eat not this Flesh, Food Avoidances from Prehistory to Present, University of Wisconsin Press,‎ 1994, 550 p. (ISBN 9780299142544, lire en ligne), p. 168-169
  35. Jacques Bril, Lilith, ou, La mère obscure, volume 65 de Bibliothèque scientifique, Payot, 1981, p. 107
  36. a et b Sophie Bridier, « Le cheval : Étude d'une figure mythique », dans Le cauchemar, Presses Paris Sorbonne, coll. « Traditions et croyances »,‎ 2002 (ISBN 9782840502029, présentation en ligne), p. 74-82
  37. Jacques Desautels, Dieux et mythes de la Grèce ancienne : la mythologie gréco-romaine, Presses Universitaires de Laval,‎ 1988, 648 p. (ISBN 9782763771533, lire en ligne), p. 275, 407
  38. a, b et c Jared Diamond, Guns, Germs and Steel: The Fates of Human Societies, New York, W. W. Norton,‎ 1997 (ISBN 0-393-03891-2)
  39. a, b et c Anthony 2007
  40. a, b et c (en) Norbert Nenecke, « Horse exploitation in the Kazakh steppes during the Eneolithic and Bronze Age » dans Levine, Renfrew et Boyle 2003, p. 69-82
  41. (en) P. F. Kuznetsov, « The emergence of Bronze Age chariots in eastern Europe », Antiquity, vol. 80,‎ 2006, p. 638&ndash645 (lire en ligne)
  42. (en) Nicola Di Cosmo, « The Northern Frontier in Pre-Imperial China », dans Michael Loewe et Edward L. Shaughnessy, The Cambridge History of Ancient China: From the Origins of Civilization to 221 BC, Cambridge University Press, 1999, (ISBN 0521470307 et 9780521470308), p. 903-904
  43. a et b Bökönyi 1978, p. 17-76
  44. a, b, c et d (en) « Horsey-aeology, Binary Black Holes, Tracking Red Tides, Fish Re-evolution, Walk Like a Man, Fact or Fiction », Quirks and Quarks Podcast with Bob Macdonald, CBC Radio,‎ 2009-03-07 (lire en ligne)
  45. Brown et Anthony 1998, p. 331–347
  46. Bendry 2007, p. 1036–1050
  47. Anthony, Brown et George 2006, p. 137-156
  48. a et b Levine 1999, p. 5-58
  49. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 48
  50. a et b Anthony 2007, p. 188-191
  51. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 56
  52. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 46
  53. (en) Charly French, « Geomorphological and micromorphological investigations of paleosols, valley sediments, and a sunken-floored dwelling at Botai, Kazakstan » dans Levine, Renfrew et Boyle 2003, p. 105-114
  54. (en) Sandra L. Olsen, « Geochemical evidence of possible horse domestication at the Copper Age Botai settlement of Krasnyi Yar, Kazakhstan », conférence de la Geological Society of America Annual Meeting, 23 octobre 2006
  55. a et b (en) E. E. Kuzmina, « Origins of pastoralism in the Eurasian steppes » dans Levine, Renfrew et Boyle 2003, p. 203-232
  56. (de) Ute Luise Dietz, « Zur Frage vorbronzezeitlicher Trensenbelege in Europa », Germania, vol. 70, no 1,‎ 1992, p. 17–36 (ISSN 0016-8874)
  57. a, b et c (en) Sandra L. Olsen, « The exploitation of horses at Botai, Kazakhstan » dans Levine, Renfrew et Boyle 2003, p. 83-104
  58. Bulletin du Musée d'anthropologie préhistorique de Monaco, Numéro 49, Impr. nationale de Monaco., 2009, p. 91-96
  59. a, b et c Guillaume 2010, p. 71
  60. (de) Franz Hančar, Das Pferd in prähistorischer und früher historischer Zeit, Vienna-Munich, 1955.
  61. Arbogast 2002, p. présentation éditeur
  62. a et b (en) Vera Warmuth, Anders Eriksson, Mim Ann Bower, Graeme Barker, Elizabeth Barrett, Bryan Kent Hanks, Shuicheng Li, David Lomitashvili, Maria Ochir-Goryaeva, Grigory V. Sizonov, Vasiliy Soyonov et Andrea Manica, « Reconstructing the origin and spread of horse domestication in the Eurasian steppe », Francisco Mauro Salzano, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Porto Alegre, Brazil, 30 mars 2012, PNAS Direct Submission. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America [lire en ligne]
  63. a, b, c et d Vilà 2001, p. 474-477
  64. a, b, c et d Jansen 2002, p. 10905-10910
  65. a, b, c et d (en) Lira et et al., « Ancient DNA reveals traces of Iberian Neolithic and Bronze Age lineages in modern Iberian horses », Molecular Ecology, vol. 19, no 1,‎ 2010, p. 64–78 (PMID 19943892, DOI 10.1111/j.1365-294X.2009.04430.x, lire en ligne)
  66. a et b (en) K. Priskin, K. Szabo, G. Tomory, E. Bogacsi-Szabo, B. Csanyi, R. Eordogh, C. S. Downes et I. Rasko, « Mitochondrial sequence variation in ancient horses from the Carpathian Basin and possible modern relatives », Genetica, vol. 138, no 2,‎ 2010, p. 211–218 (PMID 19789983, DOI 10.1007/s10709-009-9411-x)
  67. a et b (en) D. W. Cai, Z. W. Tang, L. Han, C. F. Speller, D. Y. Y. Yang, X. L. Ma, J. E. Cao, H. Zhu et H. Zhou, « Ancient DNA provides new insights into the origin of the Chinese domestic horse », Journal of Archaeological Science, vol. 36, no 3,‎ 2009, p. 835–842 (DOI 10.1016/j.jas.2008.11.006, lire en ligne)
  68. Outram 2009
  69. (en) « Horses tamed earlier than thought », BBC News,‎ 5 mars 2009
  70. a et b Anthony 2000, p. 75-86
  71. Seibert 2005, p. 161-163
  72. a et b D’après Jean-Denis Vigne et Robin Bendrey, « Les plus anciennes traces archéologiques de la domestication du cheval », CNRS,‎ mars 2009.
  73. Olsen 1996, p. 72-75
  74. Eisenmann 1997, p. 80
  75. Anthony et Brown 1991, p. 22-38
  76. (en) Mary kilbourne Matossian, Shaping World History: Breakthroughs in Ecology, Technology, Science, and Politics (Sources and Studies in World), M E Sharpe Inc, mai 1997, p. 43, (ISBN 978-0765600622)
  77. (en) « What We Theorize – When and Where Did Domestication Occur », International Museum of the Horse (consulté le 12 décembre 2010)
  78. saoudite-_NG_-2011-08-25-703326 « Une civilisation vieille de 9 000 ans exhumée en Arabie saoudite », La Croix,‎ 25 août 2011
  79. (en) « Saudis 'find evidence of early horse domestication' », BBC News,‎ 24 août 2011 (consulté le 30 aout 2011)
  80. « Arabie : découverte des traces d'une civilisation vieille de 9000 ans », RTBF infos,‎ 25 août 2011
  81. « Une ancienne civilisation exhumée », Arcinfo.ch,‎ 27 août 2011
  82. AFP, « Arabie: une civilisation découverte », Le Figaro,‎ 25 août 2011
  83. a, b, c et d Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 58
  84. Elisabeth Della Santa, Les figures humaines du Paléolithique supérieur eurasiatique, De Sikkel, 1947, p. 76
  85. Arbogast 2002, p. 23
  86. Patrice Méniel, « Les origines incertaines du cheval domestique » dans Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 45
  87. a, b et c Groves 1986, p. 11-65
  88. (en) Helen Briggs, « Origins of domestic horse revealed », BBC News Online,‎ 16 juillet 2002 (consulté le 21 juillet 2009)
  89. Vilà 2001
  90. a et b Lindgren 2004, p. 335-336
  91. a et b Lau et al. 2009, p. 199–208
  92. (en) M. C. Cozzi, M. G. Strillacci, P. Valiati, B. Bighignoli, M. Cancedda et M. Zanotti, « Mitochondrial D-loop sequence variation among Italian horse breeds » dans Genetics Selection Evolution no 36, 2004, p. 663-672
  93. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Bennett 1998, p. 6-8
  94. (en) Dan Phillip Sponenberg, Equine color genetics, Wiley-Blackwell,‎ 2003, 215 p. (ISBN 081380759X et 9780813807591), p. 16
  95. a et b Ludwig et al. 2009, p. 485
  96. (en) A.K. Thiruvenkadan, N. Kandasamya et S. Panneerselvama, « Coat colour inheritance in horses », Livestock Science, vol. 117,‎ septembre 2008, p. 111 (DOI 10.1016/j.livsci.2008.05.008)
  97. a, b, c et d Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 60
  98. Patrice Méniel, « Les petits chevaux de la Protohistoire » dans Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 61
  99. a, b et c (en) Gladys Brown Edwards, The Arabian: War Horse to Show Horse, Rich Publishing,‎ 1973, p. 1, 3
  100. a, b et c Edwards 1994, p. 14–15, 22–23
  101. Bennett 1998, p. 5-6
  102. Bennett 1998, p. 7
  103. a et b (en) James Warren Evans, Horse breeding and management, World Animal Science C7, 1992, Amsterdam ; New York: Elsevier Health Sciences, (ISBN 9780444882820), [lire en ligne]
  104. (en) O. A. Ryder, A. R. Fisher, B. Schultz, S. Kosakovsky Pond, A. Nekrutenko, K. D. Makova, « A massively parallel sequencing approach uncovers ancient origins and high genetic variability of endangered Przewalski's horses », Genome Biology and Evolution, 2011
  105. a et b (en) Dawei Cai, « Ancient DNA provides new insights into the origin of the Chinese domestic horse », Journal of Archaeological Science, vol. 36, no 3,‎ 2009, p. 835–842 (DOI 10.1016/j.jas.2008.11.006)
  106. a, b, c, d et e Roche 2009, p. 56-59
  107. a, b, c et d Edwards 2006, p. 13
  108. Digard 2009, p. 202
  109. Guillaume 2010, p. 190
  110. Digard 2009, p. Section 18
  111. Digard 2009, p. Section 22
  112. (en) A.K. Thiruvenkadan, N. Kandasamya et S. Panneerselvama, « Coat colour inheritance in horses », Livestock Science, vol. 117,‎ septembre 2008, p. 109 (DOI 10.1016/j.livsci.2008.05.008)
  113. Pruvost M. et al., 2010, 11e conférence internationale de l’ICAZ, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris
  114. Voir par exemple cette étude réalisée sur la race Franches-montagnes : (en) Stefan Rieder, Christian Hagger, Gabriela Obexer-Ruff, Tosso Leeb et Pierre-André Poncet, « Genetic Analysis of White Facial and Leg Markings in the Swiss Franches-Montagnes Horse Breed », Journal of Heredity, vol. 99,‎ 2007, p. 130-136 (lire en ligne)
  115. (en) Malte M. Harland, Allison J. Stewart, Arvle E. Marshall et Ellen B. Belknap, « Diagnosis of deafness in a horse by brainstem auditory evoked potential », Canadian Veterinary Journal, vol. 47,‎ 2006, p. 151–4
  116. a et b Guillaume 2010, p. 230
  117. a, b, c, d et e Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 53
  118. a, b et c (de) Norbert Benecke, Archäozoologische Studien zur Entwicklung der Haustierhaltung in Mitteleuropa und Südskandinavien von Anfängen bis zum ausgehenden Mittelalter, vol. 46, Berlin, Akademie Verlag, coll. « Schriften zur Ur– und Frühgeschichte »,‎ 1994 (ISBN 3-05-002415-1)
  119. a et b (en) Sándor Bökönyi, « Late Chalcolithic horses in Anatolia », dans Equids in the Ancient World, vol. 19, Wiesbaden, Ludwig Reichert Verlag, coll. « Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients: Reihe A (Naturwissenschaften) »,‎ 1991, 123–131 p.
  120. (en) Richard H. Meadow et Ajita Patel, « A comment on ‘Horse Remains from Surkotada’ by Sándor Bökönyi », South Asian Studies, vol. 13,‎ 1997, p. 308–315 (ISSN 0085-6401)
  121. a et b Unesco, Histoire de l'humanité : 3000 à 700 av. J.-C, collection histoire plurielle, 2001, (ISBN 9232028115 et 9789232028112), p. 229
  122. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 55
  123. (en) Valentin Dergachev, « Cultural-historical dialogue between the Balkans and Eastern Europe, Neolithic-Bronze Age », Thraco-Dacica (Bucureşti), vol. 20, no 1-2,‎ 1999, p. 33-78 (ISSN 0259-1081)
  124. Telegin 1986
  125. (en) Valentin A. Dergachev, « Two studies in defense of the migration concept (« Deux études pour la défense de la notion de migration ») », dans Ancient Interactions: East and West in Eurasia, Cambridge, McDonald Institute Monographs,‎ 2002 (ISBN 1-902937-19-8), p. 93-112
  126. a et b (en) Henrietta Todorova, « The Neolithic, Eneolithic, and Transitional in Bulgarian Prehistory », dans Prehistoric Bulgaria, vol. 22, Madison, WI, Prehistoric Press, coll. « Monographs in World Archaeology »,‎ 1995 (ISBN 1-881094-11-1), p. 79-98
  127. (en) Ernst Pernicka et al., « Prehistoric copper in Bulgaria », Eurasia Antiqua, vol. 3,‎ 1997, p. 41–179 (ISSN 0949-0434)
  128. (en) Marija Gimbutas, The Civilization of the Goddess, San Francisco, Harper,‎ 1991 (ISBN 0-06-250368-5)
  129. Vera Eisenmann et R. M. Arbogast, « Le cheval néolithique de Chalain » dans Les Sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-Lacs et de Chalain (Jura) : 3200-2900 av. J.-C, volume3, Éditions MSH, 1997, p. 699, (ISBN 9782735106875)
  130. Jean Combes et Gilles Bernard, Histoire du Poitou et des pays charentais : Deux-Sèvres, Vienne, Charente, Charente-Maritime, collection « Histoire des régions françaises », Éditions de Borée, 2001, (ISBN 2844940846 et 9782844940841), p. 49
  131. (en) Norbert Benecke, « Archaeozoological studies on the transition from the Mesolithic to the Neolithic in the North Pontic region », Anthropozoologica, vol. 25–26,‎ 1997, p. 631–641 (ISSN 0761-3032)
  132. Uerpmann 1990, p. 109–153
  133. (en) Nerissa Russell et Louise Martin, « Çatalhöyük Mammal Remains », dans Inhabiting Çatalhöyük: Reports From the 1995-1999 Seasons, vol. 4, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research,‎ 2005, 33–98 p.
  134. a et b (en) Joan Oates, « A note on the early evidence for horse and the riding of equids in Western Asia » dans Levine, Renfrew et Boyle 2003, p. 115-125
  135. (en) Katheryn M. Linduff, « A walk on the wild side: late Shang appropriation of horses in China » dans Levine, Renfrew et Boyle 2003, p. 139-162
  136. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 54
  137. Baratay 2003, p. 128
  138. (en) Joseph Needham, Science and Civilization in China; Volume 4, Physics and Physical Technology, Part 2, Mechanical Engineering, Taipei, Caves Books,‎ 1986
  139. Clutton-Brock 1992, p. 138
  140. a et b Bogros 1989, p. Chapitre II. Recherches iconographiques dans l'Antiquité. Les débuts du couple homme-cheval. La Chasse et la Guerre.
  141. (en) « Early Attempts at Riding: The Soft Bit and Bridle », International Museum of the Horse (consulté le 26 octobre 2007)
  142. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 62
  143. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 71
  144. Roman Ghirshman et Tania Ghirshman, L'Iran des origines à l'Islam, Albin Michel, 1976, (ISBN 2226002987 et 9782226002983), p. 60
  145. a, b et c Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 57
  146. a et b Praneuf 2002, p. 135
  147. (en) Ishida Eiichiro, « The kappa legend. A Comparative Ethnological Study on the Japanese Water-Spirit Kappa and Its Habit of Trying to Lure Horses into the Water », Folklore Studies, 9, 1950, p. 1-152 [lire en ligne]
  148. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 61
  149. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 66-68
  150. Musée de Préhistoire d’Île-de-France 2001, p. 69
  151. Roland Jussiau, Louis Montméas et Jean-Claude Parot, L'élevage en France 10 000 ans d'histoire, Educagri Editions,‎ 1999 (ISBN 2844440665 et 9782844440662, lire en ligne), p. 53
  152. Didier Boremanse, Contes et mythologie des indiens lacandons, volume 3 de Connaissance des Hommes, Editions L'Harmattan, 1986, (ISBN 2858027021 et 9782858027026), p. 35
  153. Scholie, vers IV, 246 des Pythiques de Pindare.
  154. Natacha Lubtchansky, Le cavalier tyrrhénien, bibliothèque des Écoles Françaises d'Athènes et de Rome, École Française de Rome, 2005, (ISBN 2728307202 et 9782728307203), p. 27-28, 89
  155. Jacques Desautels, Dieux et mythes de la Grèce ancienne : la mythologie gréco-romaine, Presses Universitaires de Laval,‎ 1988, 648 p. (ISBN 9782763771533, lire en ligne), p. 407
  156. Raymond Bloch, Héraklès à Poséidon : Mythologie et protohistoire (d'), Librairie Droz, 1985, (ISBN 2600033432 et 9782600033435) p. 59
  157. Théodore Monod, Les déserts, Horizons de France,‎ 1973, 42 p.
  158. Guillaume 2010, p. 25
  159. Salim Jay, Dictionnaire des écrivains marocains, Eddif, 2005, (ISBN 2842722272 et 9782842722272), p. 48
  160. Musée du Louvre et Adrien Goetz, Au Louvre: les arts face à face, Hazan, 2003, p. 135 : « Sauvagerie et domestication »
  161. Jean de La Fontaine, Le Cheval s'étant voulu venger du Cerf (sur Wikisource)
  162. Jean M. Auel, La vallée des chevaux, Presses de la Cité, 2002, (ISBN 2266122134 et 9782266122139)
  163. Henri Heinemann, L’Éternité pliée - Dialectique de l'instant : Journal 1984-1986, Volume 4, Éditions L'Harmattan, 2011, (ISBN 2296471323 et 9782296471320), p. 33
  164. Florence Reynaud, Le dieu cheval, volume 12 de Yona : fille de la Préhistoire, Pocket, 2010, (ISBN 2266195204 et 9782266195201), 112 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages à intérêt historique[modifier | modifier le code]

  • Charles Alexandre Piétrement, Les origines du cheval domestique d'après la paléontologie, la zoologie, l'histoire et la philologie, E. Donnaud,‎ 1870, 487 p. (lire en ligne)
  • Charles Alexandre Piétrement, Les chevaux dans les temps préhistoriques et historiques, Paris, Bailliere,‎ 1883, 776 p.

Articles scientifiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Sándor Bökönyi, « The earliest waves of domestic horses in east Europe », Journal of Indo-European Studies, vol. 6,‎ 1978, p. 17-76
  • (de) Hans-Peter Uerpmann, « Die Domestikation des Pferdes im Chalcolithikum West und Mitteleuropas », Madrider Mitteilungen, vol. 31,‎ 1990, p. 109–153 (ISSN 0418-9744)
  • (en) David I. Owen, « The first equestrian: an Ur III glyptic scene », Acta Sumerologica, vol. 13,‎ 1991, p. 259–273 (ISSN 0387-8082)
  • (en) David W. Anthony et Dorcas R. Brown, « Dereivka (Ukraine) : The origins of horseback riding », Antiquity, no 65,‎ 1991, p. 22-38 (lire en ligne)
  • (de) S. Bökönyi, « Pferdedomestikation, Haustierhaltung und Ernährung », Archaeoloingua Alapítvány, Archaeological Institute of the Hungarian Academy of Sciences, Budapest,‎ 1993 (ISBN 963-7391-65-7, ISSN 1216-6847)
  • Vera Eisenmann, « La domestication du cheval : nouvelles découvertes, nouvelle approche », Journée de la recherche équine, CEREOPA,‎ 27 janvier 1997 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Dorcas Brown et David W. Anthony, « Bit Wear, Horseback Riding and the Botai site in Kazakstan », Journal of Archaeological Science, vol. 25, no 4,‎ 1998, p. 331–347 (DOI 10.1006/jasc.1997.0242)
  • (en) M. Levine, « Botai and the origins of horse domestication », Journal of Anthropological Archaeology, no 18,‎ 1999, p. 29-78
  • (en) David W. Anthony, « Eneolithic horse exploitation in the Eurasian steppes: diet, ritual and riding », Antiquity, vol. 74,‎ 2000, p. 75-86
  • (en) Carles Vilà et al., « Widespread origins of domestic horse lineages », Science, vol. 291,‎ 2001, p. 474-477 (PMID 11161199, DOI 10.1126/science.291.5503.474)
  • (en) Thomas Jansen et al., « Mitochondrial DNA and the origins of the domestic horse », PNAS, vol. 99, no 16,‎ 2002, p. 10905-10910 (PMID 12130666, PMCID 125071)
  • (en) M. Levine, « Exploring the criteria for early horse domestication », dans Martin Jones (éd.), Traces of ancestry: studies in honour of Colin Renfrew, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research,‎ 2004
  • (en) Gabriella Lindgren, « Limited number of patrilines in horse domestication », Nature Genetics, vol. 36, no 4,‎ 2004, p. 335-336 (PMID 15034578, DOI 10.1038/ng1326)
  • (ru) V. F. Seibert, Историко-культурное значение поселения Ботай. Археологиялык зерттеулер жайлы есеп. Алматы,‎ 2005 (ISBN 9965957520)
  • (en) J. Weinstock et al., « Evolution, systematics, and phylogeography of Pleistocene horses in the New World: a molecular perspective », PLoS Biology, vol. 3,‎ 2005, e241 (PMID 15974804, PMCID 1159165, DOI 10.1371/journal.pbio.0030241, lire en ligne)
  • (en) Robin Bendry, « New methods for the identification of evidence for bitting on horse remains from archaeological sites », Journal of Archaeological Science, vol. 34, no 7,‎ 2007, p. 1036–1050 (DOI 10.1016/j.jas.2006.09.010)
  • (en) Alan K. Outram, « The Earliest Horse Harnessing and Milking », Science, Université d'Exeter,‎ 6 mars 2009 (lire en ligne)
  • (en) A. N. Lau, L. Peng, H. Goto, L. Chemnick, O. A. Ryder et K. D. Makova, « Horse Domestication and Conservation Genetics of Przewalski's Horse Inferred from Sex Chromosomal and Autosomal Sequences », Molecular Biology and Evolution, vol. 26, no 1,‎ 2009, p. 199–208 (PMID 18931383, DOI 10.1093/molbev/msn239)
  • (en) Arne Ludwig, Melanie Pruvost, Monika Reissmann, Norbert Benecke, Gudrun A. Brockmann, Pedro Castaños, Michael Cieslak, Sebastian Lippold, Laura Llorente, Anna-Sapfo Malaspinas, Montgomery Slatkin et Michael Hofreiter, « Coat Color Variation at the Beginning of Horse Domestication », Science, vol. 324, no 5926,‎ 24 avril 2009, p. 485 (DOI 10.1126)

Articles de vulgarisation[modifier | modifier le code]

  • Romain Pigeaud, « Dans l'Europe préhistorique : Réalité et symbolisme du cheval », Archeologia, Dijon, Faton, no 379,‎ 2001, p. 16-22 (ISSN 0570-6270)
  • Daniel Roche, « Comment on a domestiqué le cheval », L'Histoire, no 338,‎ janvier 2009, p. 56-59
  • Amélie Tsaag Valren, « Les origines de la relation homme/cheval (I) L’apparence des premiers chevaux domestiques », Cheval Savoir,‎ octobre 2012
  • Amélie Tsaag Valren, « Les origines de la relation homme/cheval (II) L’apprivoiser : pourquoi et comment ? », Cheval Savoir,‎ novembre 2012 (lire en ligne)

Ouvrages scientifiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Dmitriy Yakolevich Telegin, Dereivka: a Settlement and Cemetery of Copper Age Horse Keepers on the Middle Dnieper, vol. 287, Oxford, British Archaeological Reports, coll. « British Archaeological Reports International Series »,‎ 1986, 186 p. (ISBN 0-86054-369-2)
  • (en) Colin Groves, « The taxonomy, distribution, and adaptations of recent Equids », dans Equids in the Ancient World, vol. 19, Wiesbaden, Ludwig Reichert Verlag, coll. « Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients: Reihe A (Naturwissenschaften) »,‎ 1986, 11-65 p.
  • (en) Juliet Clutton-Brock, Horse Power: A History of the Horse and the Donkey in Human Societies, Cambridge, MA, Harvard University Press,‎ 1992 (ISBN 0-674-40646-X)
  • Marsha A. Levine, The Origins of Horse Husbandry on the Eurasian Steppe, Cambridge, McDonald Institute Monographs,‎ 1999, 5–58 p. (ISBN 1-902937-03-1)
  • (en) Marsha Ann Levine, Colin Renfrew et Katherine V. Boyle, Prehistoric steppe adaptation and the horse, McDonald Institute for Archaeological Research, coll. « McDonald Institute monographs »,‎ 2003, 428 p. (ISBN 1902937090 et 9781902937090)
  • (en) Robert Drews, Early Riders: The beginnings of mounted warfare in Asia and Europe, Londres, Routledge,‎ 2004 (ISBN 0-415-32624-9)
  • (en) David W. Anthony, Dorcas R. Brown et Christian George, « Early horseback riding and warfare: the importance of the magpie around the neck », dans Horses and Humans: The Evolution of the Equine-Human Relationship, vol. 1560, Oxford, Archaeopress, coll. « British Archaeological Reports International Series »,‎ 2006, 137-156 p. (ISBN 1-84171-990-0)
  • (en) David W. Anthony, The Horse, the Wheel, and Language: How Bronze Age Riders from the Eurasian Steppes Shaped the Modern World, Princeton, NJ, Princeton University Press,‎ 2007 (ISBN 978-0-691-05887-0)

Ouvrages de vulgarisation[modifier | modifier le code]

  • Denis Bogros, Des hommes, des chevaux, des équitations : Petite histoire des équitations pour aider à comprendre l'Équitation, Caracole, Favre,‎ 1989, 180 p. (ISBN 9782828904548)
  • André Leroi-Gourhan (dir.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1994 (lire en ligne).
  • (en) Elwyn Hartley Edwards, The Encyclopedia of the Horse, Londres, Dorling Kindersley,‎ 1994 (ISBN 0751301159)
  • (en) Sandra L. Olsen, « Horse Hunters of the Ice Age », dans Horses Through Time, Boulder, CO, Roberts Rinehart Publishers,‎ 1996 (ISBN 1-57098-060-8)
  • (en) Sandra L. Olsen, « Bridling Horse Power: The Domestication of the Horse », dans Horses Through Time, Boulder, CO, Roberts Rinehart Publishers,‎ 1996, 57-82 p. (ISBN 1-57098-060-8)
  • (en) Deb Bennett, Conquerors: The Roots of New World Horsemanship, Amigo Publications Inc,‎ 1998 (ISBN 0-9658533-0-6)
  • Musée de Préhistoire d’Île-de-France, Le cheval, symbole de pouvoirs dans l’Europe préhistorique, Nemours,‎ 2001, 104 p. (ISBN 9782913853027, lire en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
    Exposition du 31 mars au 12 novembre 2001
  • Michel Praneuf, Bestiaire ethno-linguistique des peuples d'Europe : Ethnographie d'un bestiaire familier, L'Harmattan,‎ 2002 (ISBN 2296287425 et 9782296287426) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Rose-Marie Arbogast, Archéologie du cheval : des origines à la période moderne en France, Errance, coll. « des Hespérides »,‎ 2002, 127 p. (ISBN 2877722112 et 9782877722117)
  • Éric Baratay, Et l'homme créa l'animal : histoire d'une condition, Odile Jacob, coll. « Sciences humaines »,‎ 2003, 376 p. (ISBN 9782738112477) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Elwyn Hartley Edwards, « La domestication », dans Les chevaux, éditions de Borée, coll. « L’œil nature »,‎ 2006, 12-13 p. (ISBN 2844944493 et 9782844944498) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Pierre Digard, L'Homme et les animaux domestiques: Anthropologie d'une passion : Nouvelle édition augmentée, Fayard, coll. « Temps des sciences »,‎ 2009, 328 p. (ISBN 221365817X et 9782213658179) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean Guillaume, Ils ont domestiqué plantes et animaux : Prélude à la civilisation, Éditions Quae,‎ 2010, 480 p. (ISBN 2759208923 et 9782759208920) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 30 septembre 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.