Annette Laming-Emperaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laming et Emperaire.

Annette Laming-Emperaire (22 octobre 1917 – mai 1977) est une archéologue et préhistorienne française.

Annette Laming est née à Pétrograd durant la Révolution russe. Sa famille quitte la Russie et s'installe en France. Elle étudie la philosophie à Paris jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale. Pendant la guerre, Annette Laming participe à la Résistance française[1].

Après la guerre, elle étudie l'archéologie et se spécialise dans l'étude de l'art préhistorique, notamment les représentations pariétales de la grotte de Lascaux. Annette Laming soutient sa thèse de doctorat intitulée La Signification de l’art rupestre paléolithique, sous la direction de son professeur André Leroi-Gourhan. Ce travail est publié en 1962.

Elle se marie avec l'archéologue Joseph Emperaire, qui fut élève de Paul Rivet. Joseph Emperaire soutient la thèse de l'arrivée de l'Homme sur le continent sud-américain par le Sud, avant sa migration par le détroit de Béring et le continent nord-américain. Tous les deux fouillent des sites archéologiques en Argentine, au Brésil et au Chili. Joseph Emperaire est tué lors de l'effondrement d'une paroi pendant une fouille.

Au début des années 1970, Annette Laming-Emperaire retourne au Brésil. Elle étudie en particulier six sites archéologiques dans la région de Lagoa Santa qui furent découverts un siècle plus tôt par l'archéologue danois Peter Wilhelm Lund. Lors de la campagne de fouilles de 1974-1975, elle découvre, sous un abri rocheux appelé Lapa Vermelha, les plus vieux ossements humains fossilisés d'Amérique du Sud, dont celui de Luzia.

En 1977, Annette Laming-Emperaire se tue accidentellement.

Selon Danièle Lavallée, Annette Laming-Emperaire fut « un des esprits les plus riches et les plus féconds de la recherche préhistorique française »[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Annette Laming et Joseph Emperaire, 1956, « Découvertes de peintures rupestres sur les Hauts Plateaux du Paraná », Journal de la Société des Américanistes, t. XLV, p. 165-178.
  • Annette Laming-Emperaire, 1962, La Signification de l’art rupestre paléolithique, Paris, Picard.
  • Annette Laming-Emperaire, 1963, l'Archéologie préhistorique, Collections Microcosme "le Rayon de la science" n°18, Le Seuil, Paris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Annette Laming-Emperaire
  2. Lavallée 1978, p. 224.