Bai (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir bai.
Ce clydesdale est bai, bien que ses balzanes blanches cachent les extrémités des membres.
Les chevaux bais peuvent présenter une raie de mulet bien visible

Dans le domaine de l'hippologie, le bai est l'une des couleurs de robes les plus fréquentes chez le cheval. Le pelage est dans les tons roux, marron à chocolat. La crinière, la queue, le contour des oreilles et le bas des membres sont noirs, c'est essentiellement ce qui différencie les chevaux bais des alezans. La peau de ces chevaux est sombre, excepté sous leurs marques blanches (listes, balzanes...) où elle est rose. On trouve des bais parmi quasiment toutes les races de chevaux. La robe baie est classée différemment par la génétique et les Haras nationaux français. Le gène responsable de la robe baie, nommé « Agouti », est encore en cours d'identification.

Identification[modifier | modifier le code]

La gamme des robes baies va de la couleur noisette a une variante très proche du noir. Les chevaux bais ont des poils qui vont du brun clair au brun presque noir. Le bout de leur nez, leurs jambes, leur crinière et leur queue, c'est-à-dire les extrémités, sont toujours noirs. Ils peuvent avoir des balzanes et des marques en tête. Ainsi, parmi les robes baies, on distingue[1] :

  • Bai clair: le fond de robe est marron clair, les crins et le bas des membres sont noirs.
  • Bai cerise : le fond de robe est roux ou d'un marron tendant vers le rouge, les crins et le bas des membres sont noirs.
  • Bai brun : le fond de robe est marron foncé, jusque dans les tons chocolat, les crins et le bas des membres sont noirs.
  • Bai pangaré : le patron de couleur pangaré est encore en discussion. Les chevaux bais porteurs du gène pangaré (ou sauvage) ont le bout du nez, le contour des yeux, le ventre et l'intérieur des membres plus clairs que le reste de leur robe. Les crins et le bas des membres restent noirs.

Apparition de la robe bai[modifier | modifier le code]

La domestication du cheval a énormément accru la variété de ses robes, mais le bai est l'une des trois qui soient présentes chez les premières populations d'animaux sauvages, avec l'alezan et le noir, afin de fournir un camouflage contre les prédateurs. Parmi ces robes de base, le bai est dominant sur le noir et les deux sont épistatiques avec l'alezan[2].

Classification[modifier | modifier le code]

La robe baie est classée dans le groupe des robes baies, avec l'isabelle et le souris. Elle est décrite comme une robe où le pelage dans les tons marron, roux à chocolat et les crins ainsi que le bas des membres sont noirs.

Génétique[modifier | modifier le code]

Les robes baies seraient dues au gène agouti, et de nombreux gènes de robes ont été découverts ces dernières années, compliquant l'identification des robes des chevaux. Tous les chevaux possèdent deux pigments de robe : la phaéomélanine est un pigment marron que (presque) tous les chevaux possèdent et l’eumélanine, un pigment noir que seuls certains d'entre eux possèdent. Les chevaux bais et noirs produisent du pigment noir, ils sont donc E, le gène est dominant et ils peuvent être EE ou Ee. La différence entre les robes réside dans la disposition des poils marrons et noir, qui est déterminée par le gène Agouti. « A » indique qu’il y a des poils marron sur le corps, et « a » qu’il y a des poils noirs. Un cheval bai est donc E ?AA et un cheval bai-brun, E ?Aa.

Noir réglisse[modifier | modifier le code]

Les chevaux noir « réglisse » sont classés parmi les bais bien que l'origine génétique de leur robe soit différente puisque ce sont des chevaux noirs porteurs du gène crème, qui peuvent s’éclaircir et ressembler à des bai brun. En anglais, on appelle ces chevaux « smoky black »

Chocolat[modifier | modifier le code]

Chocolat est un terme utilisé pour désigner des chevaux dont on ne peut déterminer s'ils sont bai-brun foncé ou alezan brûlé. Génétiquement, ils sont noirs avec des pigments marron (E ?aabb). Ils produisent de l’eumélanine qui, au lieu d'être noire, est marron foncé.

Bai Sooty[modifier | modifier le code]

Jument Oldenbours à la robe baie sooty

Les chevaux « sooty » ont une robe dont l’encolure et le dessus du dos sont plus foncés, et présentent des pommelures, c'est-à-dire de petites taches rondes très généralement sur les flancs. Le gène sooty (« charbonné » en français) est présumé faire foncer le corps du cheval, les alezans deviennent ainsi des alezan brûlé et les bais des bai brun, mais reste assez peu connu. Ce gène fait foncer la robe un peu plus à chaque mue, le cheval naît avec sa couleur de base puis devient de plus en plus foncé à chaque saison, jusqu’à devenir un bai brun presque noir. Les poils noirs sont surtout visibles le long de l’encolure et sur la ligne du dos, où il fait des pommelures. Le ventre, le grasset et le coude restent généralement d'une couleur plus claire plus longtemps. À terme, seule une analyse génétique peut permettre de différencier un cheval bai sooty d'un noir pangaré[3].

Races de chevaux bais[modifier | modifier le code]

  • Le Bai de Cleveland, une race de carrossiers britanniques, ne présente que la robe baie. Cette particularité est due à une sélection pour favoriser l'harmonisation des robes en attelage.
  • La robe baie est également majoritaire chez tous les chevaux ayant un fort pourcentage de sang pur-sang anglais.

Chevaux bais célèbres[modifier | modifier le code]

  • Bayard, cheval bai légendaire capable de porter les quatre fils Aymon en même temps.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les robes », Cheval magazine, no 267,‎ février 1994
  2. Thiruvenkadan, Kandasamya et Panneerselvama 2008, p. résumé
  3. « Gène sooty », sur http://robes-et-genetique.e-monsite.com/ (consulté le 18 décembre 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Article principal
Races et variétés
Sous-articles associés

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) A.K. Thiruvenkadan, N. Kandasamya et S. Panneerselvama, « Coat colour inheritance in horses », Livestock Science, vol. 117,‎ septembre 2008, p. 109-129 (DOI 10.1016)