Phosphore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le magazine publié par Bayard presse, voir Phosphore (magazine).
Phosphore
SiliciumPhosphoreSoufre
N
  Structure cristalline monoclinique
 
15
P
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
                                                               
                                   
P
As
Tableau completTableau étendu
Informations générales
Nom, symbole, numéro Phosphore, P, 15
Série chimique non-métal
Groupe, période, bloc 15 (VA), 3, p
Masse volumique 1,82 g·cm-3 (blanc),

2,16 g·cm-3 (rouge),

2,25 à 2,69 g·cm-3 (noir)[1]
Couleur blanchâtre/rouge/noir
No CAS 7723-14-0 (jaune)
29879-37-6 (rouge)
No EINECS 231-768-7
Propriétés atomiques
Masse atomique 30,973761998 ± 0,000000005 u[1]
Rayon atomique (calc) 100 pm (98 pm)
Rayon de covalence 107 ± 3 pm [2]
Rayon de van der Waals 180 pm
Configuration électronique [Ne] 3s2 3p3
Électrons par niveau d’énergie 2, 8, 5
État(s) d’oxydation ±3, 5, 4
Oxyde acide faible
Structure cristalline monoclinique
Propriétés physiques
État ordinaire solide
Point de fusion 44,15 °C (blanc)[1]
Point d’ébullition 280,5 °C [1]
Énergie de fusion 0,657 kJ·mol-1
Énergie de vaporisation 12,4 kJ·mol-1 (1 atm, 280,5 °C);
14,2 kJ·mol-1 (1 atm, 25 °C)[1]
Volume molaire 17,02×10-6 m3·mol-1
Pression de vapeur 20,8 Pa à 20,85 °C[réf. souhaitée]
Divers
Électronégativité (Pauling) 2,19
Chaleur massique 769 J·kg-1·K-1
Conductivité électrique 1,0×10-9 S·m-1
Conductivité thermique 0,235 W·m-1·K-1
Solubilité sol. dans l'ammoniac[3]
Énergies d’ionisation[4]
1re : 10,48669 eV 2e : 19,7695 eV
3e : 30,2027 eV 4e : 51,4439 eV
5e : 65,0251 eV 6e : 220,421 eV
7e : 263,57 eV 8e : 309,60 eV
9e : 372,13 eV 10e : 424,4 eV
11e : 479,46 eV 12e : 560,8 eV
13e : 611,74 eV 14e : 2 816,91 eV
15e : 3 069,842 eV
Isotopes les plus stables
Iso AN Période MD Ed PD
MeV
31P 100 % stable avec 16 neutrons
Précautions
Directive 67/548/EEC[5],[6]
Phosphore blanc :
Très toxique
T+
Corrosif
C
Facilement inflammable
F
Dangereux pour l’environnement
N



Transport[5]
Phosphore blanc :
46
   1381   

446
   2447   
SIMDUT[7],[8]
Phosphore blanc : B4 : Solide inflammableD1A : Matière très toxique ayant des effets immédiats gravesE : Matière corrosive
B4, D1A, E,
Phosphore rouge : B4 : Solide inflammable
B4,
SGH[5],[9],[10]
Phosphore blanc :
SGH02 : InflammableSGH05 : CorrosifSGH06 : ToxiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
Danger
H250, H300, H314, H330, H400,
Phosphore rouge :
SGH02 : Inflammable
Danger
H228, H412, P210, P273,
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le phosphore est un élément chimique de la famille des pnictogènes, de symbole P et de numéro atomique 15.

Le phosphore se présente sous plusieurs formes de couleurs différentes : blanc-jaune, rouge et violet-noir.

Très pur, le phosphore « blanc » est transparent ; plus généralement il est blanc ambré, légèrement malléable avec une faible odeur d'ail. Les formes rouge et noire peuvent se présenter en poudre ou cristallisées.

Le nom dérive du mot grec phosphoros, ce qui signifie "porteur de lumière" et évoque la planète Vénus, l'étoile du berger. Le nom a été attribué au fait que le phosphore blanc émet de la lumière visible dans l'obscurité quand il est exposé à l'air.

En raison du fait qu'il soit indispensable à la vie et d'une consommation mondiale qui pourrait dépasser les ressources disponibles avant une centaine d'années, l'ONU et divers scientifiques le classent comme matière première minérale critique qu'il faudrait apprendre à économiser et mieux recycler.

Histoire[modifier | modifier le code]

Phosphore en poudre dans l'obscurité.

La découverte de cet élément est attribuée à Hennig Brandt en 1669 en Allemagne à partir de l'urine. Il obtint un matériau blanc qui luisait dans l'obscurité, et brûlait en produisant une lumière éclatante.

Au cours de ses recherches de la pierre philosophale, c'est-à-dire l'art de convertir les métaux vils ou imparfaits en or et en argent, Brandt s'était imaginé qu'en ajoutant de l'extrait d'urine aux métaux dont il voulait opérer la transmutation, il réussirait plus sûrement dans son entreprise. Mais au lieu d'obtenir ce qu'il cherchait avec tant d'ardeur, il obtint un corps nouveau, lumineux par lui-même, brûlant avec une énergie sans exemple : c'était le phosphore. Surpris de l'apparition de ce corps, il en envoya un échantillon à Kunkel, chimiste allemand, qui s'empressa de le montrer à son ami Kraft de Dresde. Celui-ci le trouva si merveilleux, qu'il se rendit immédiatement à Hambourg dans l'intention d'acheter le secret de sa préparation, et sous la condition qu'il ne le révélerait à personne. Mais Kunkel désirant vivement le connaître, et voyant que Kraft ne pouvait le lui confier, résolut de le découvrir par la voie de l'expérience, et y parvint en 1674, après beaucoup de tentatives infructueuses. Cependant la préparation du phosphore demeura cachée jusqu'en 1737 alors qu'un apothicaire londonien (Godfrey Hankwitz), d'après la recette d'un autre Anglais (Boyle) en produisait pour toute l'Europe, sous le nom de « Phosphore d'Angleterre » [11]).
À cette époque, un étranger, s'étant rendu à Paris, l'exécuta en présence de quatre commissaires nommés par l'Académie, Jean Hellot, DufTay, Geoffroy et Duhamel. Ce fut alors que la recette fut rendue publique. Hellot la décrivit avec détail dans les Mémoires de l'Académie pour l'année 1737, et Rouelle la répéta dans ses Cours de Chimie de la même année : elle consistait à faire évaporer à siccité l'urine putréfiée, et à chauffer ensuite fortement le résidu dans une cornue de grès dont le col, par une allonge, plongeait dans l'eau. Il était moulé en cylindres et stocké dans de l'eau préalablement bouillie et à l'abri de la lumière[11]. C'est ainsi que, pendant longtemps, le phosphore fut préparé, si ce n'est que, par le conseil de Margrall, l'on ajouta, quelques années après, un sel de plomb (nitrate de plomb[11]) à l'urine épaissie par évaporation. Malgré cette utile addition, ce corps était toujours si rare qu'il continuait à passer pour l'un des objets les plus curieux et les plus précieux qu'il fût possible de voir : aussi ne se trouvait-il que dans les laboratoires des principaux chimistes, et les cabinets de quelques gens riches, amateurs de nouveautés. Enfin Gahn, l'ayant découvert dans la poudre d'os calcinée puis décomposée par l'acide sulfurique en 1769, il ne tarda point à publier, avec Scheele, un procédé qui lui permit de s'en procurer des quantités assez considérables. C'est même ce procédé légèrement modifié que l'on suit encore aujourd'hui. On note que combiné à l'hydrogène, il produit un gaz inflammable. Cela peut expliquer les feux-follets causés par la décomposition de matières riches en phosphore dans les marais[11]. On comprend aussi que c'est sa présence qui fait luire dans le noir certaines matières organiques telles que la laitance et les œufs de poissons, la chair de certains mollusques (huitres), certains squelettes frais de poissons, la substance cérébrale ou le foie de certains animaux. On lui attribue aussi (à tort parfois) la phosphorescence de certains organismes marins et « des eaux mêmes de la mer, dans quelques cas au moins »[11].

Le phosphore étant devenu plus commun, les chimistes purent plus facilement en étudier les propriétés. Les travaux les plus remarquables qui aient été faits sur ce corps sont dus à ;

Les premières allumettes utilisaient du phosphore blanc dans leur composition, la toxicité du phosphore les rendait d'ailleurs assez dangereuses : leur usage entraîna des meurtres, des suicides et des empoisonnements accidentels.

De plus, l'inhalation des vapeurs de phosphore entraînait, chez les ouvriers des fabriques d'allumettes, une nécrose des os de la mâchoire, connue sous le nom de nécrose phosphorée.

Lorsque le « phosphore rouge » fut découvert, son inflammabilité et sa toxicité plus faibles poussèrent à son adoption comme une alternative moins dangereuse pour la fabrication des allumettes.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Les phosphores blanc et rouge ont une structure quadratique.

Il existe un « phosphore noir » allotrope, ayant une structure similaire à celle du graphite : les atomes sont arrangés en couches hexagonales, et il est conducteur électrique.

Le phosphore blanc est constitué de molécules tétraédriques P4. C'est un corps toxique qui s'oxyde lentement à l'air à température ambiante. On le conserve toujours sous l'eau. Le phosphore blanc se transforme en phosphore rouge sous l'influence de la lumière.

Le phosphore rouge est constitué de molécules de longueur indéterminée, mais très grande. On peut lui donner à titre d'exemple la formule P2000. Il n'est ni toxique ni facilement inflammable. Le phosphore rouge se transforme en phosphore blanc (gazeux) sous l'influence de la chaleur, soit 280 °C.

Gisements[modifier | modifier le code]

Les phosphates sont des minéraux assez fréquents en quantité faible et dispersée, dont la concentration a généralement une origine animale (guano d'oiseaux ou de chauve-souris accumulés durant des milliers ou millions d'années sur des sites dortoirs ou de reproduction).

Le phosphore provient de roche phosphatée transformée chimiquement. Entre 120 et 170 millions de tonnes de roches sont extraites chaque année depuis les 30 dernières années, correspondant à 20 à 30 millions de tonnes de phosphore purifié par an[13].

Les roches phosphatées exploitables se concentrent cependant en peu d'endroits : Maroc (plus du tiers des réserves mondiales), Chine (un peu plus du quart des réserves mondiales), Afrique du Sud, États-Unis. De plus ces réserves pourraient être épuisées avant un siècle[14]. Les ressources prouvées sont de 71 milliards de tonnes en 2012 selon l'USGS[15] et la production annuelle est d'environ 191 millions de tonnes extraites en 2011[15].

Aliments à forte teneur en phosphore[modifier | modifier le code]

Selon une idée reçue, le poisson serait bon pour la mémoire car il contiendrait beaucoup de phosphore. Cette idée reçue est fausse[16].

Dans l'organisme humain, le phosphore est présent dans les cellules où il sert de support à l'énergie (adénosine triphosphate).

Un excès de phosphore alimentaire déclenche une hyperphosphatémie appelée aussi l'hyperphosphorémie temporaire qui inhibe la synthèse de vitamine D.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Phosphore[modifier | modifier le code]

  • Allumettes et pyrotechnie : le phosphore sous sa forme rouge est l'élément igniteur des allumettes et d'un grand nombre de dispositifs pyrotechniques.
  • Alliage : involontaire dans l'acier, car étant présent dans les minerais de fer, il provoque un effondrement des caractéristiques mécaniques, en particulier de la résilience à basse température, et parfois un alliage volontaire est réalisé avec le bronze, où il permet une usinabilité améliorée. Par contre les pièces en bronze phosphoreux soudées ou brasées donnent une très mauvaise tenue mécanique.

Phosphate[modifier | modifier le code]

De loin l'utilisation la plus répandue du phosphore :

  • Engrais minéraux : Élément essentiel entrant dans la composition des engrais minéraux (NPK), sous forme monohydrogénophosphate CaHPO4 ou dihydrogénophosphate Ca(H2PO4)2. Cette utilisation du phosphore représenterait à elle seule 80% de l'utilisation totale[13].
  • Pâte dentifrice : agent polisseur sous forme de dihydrogénophosphate et comme apporteur de fluor Na2PO3F
  • Additif stabilisant (E339, E340) : des phosphates de sodium ou de potassium, substances « tampons » ont un effet stabilisateur dans des compositions alimentaires.
  • Le phosphore entre dans la composition de l’ATP et de l’ADP et de certaines protéines telles que les lécithines. Il participe à la mise à fruit.

Acide phosphorique : H3PO4[modifier | modifier le code]

L'acide phosphorique a de nombreuses applications :

  • Détartrants : On utilise une solution d'acide phosphorique comme détartrant pour les appareils sanitaires et ménagers, tels les cafetières électriques.
  • Additif alimentaire (E 338) : agent acidifiant dans les boissons gazeuses
  • Nutriment : Dans le traitement des eaux, le phosphore est ajouté à un réacteur biologique pour assurer la survie et la croissance des bactéries.
  • Protection contre la corrosion des aciers par trempage des pièces dans cet acide (opération dite de phosphatation). Il en résulte une pellicule noire, fine, stable et poreuse qui est une excellente base dans l'accrochage des peintures anti-rouille.

Usages militaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : phosphore blanc.

Les bombes, obus et grenades incendiaires au phosphore ont été largement utilisées pendant et depuis la Seconde Guerre mondiale, par exemple lors du bombardement de Dresde.

Le protocole III de la Convention sur certaines armes classiques (CCWC), entré en vigueur en 1983, interdit les armes incendiaires contre des civils, et même contre des bases militaires situées « à l’intérieur d’une concentration de civils ».

L'armée américaine aurait cependant utilisé du phosphore blanc lors de l'attaque contre Falloujah, le 8 mars 2004[17],[18]. Cependant, le Département de la Défense des États-Unis se défend de s'être servi de Willie Pete[19] pour des usages incendiaires. Si les États-Unis sont signataires de ce protocole additionnel aux Conventions de Genève, ils n'ont par contre pas signé le protocole III de la convention de 1983 régissant l'usage des armes conventionnelles, dont Willie Pete - le phosphore blanc peut aussi bien être utilisé comme éclairage que comme arme incendiaire et chimique. Mais, en raison de cette ambiguïté, il reste classé dans les armes conventionnelles.

Explosion d'un obus au phosphore (Première Guerre mondiale). Explosion d'un obus au phosphore (Première Guerre mondiale).
Explosion d'un obus au phosphore (Première Guerre mondiale).
L'USS Alabama (BB-8) touché par une bombe incendiaire au phosphore, septembre 1921.


Dosage[modifier | modifier le code]

Un protocole de dosage a été validé en France par l'AFNOR[20]

Écologie et phosphore[modifier | modifier le code]

Le cycle naturel du phosphore. Le phosphore tend à être lessivé vers les mers sous l'action du lessivage par les pluies, du haut du bassin versant vers la mer. L'érosion éolienne peut transporter des quantités significatives de phosphore vers des zones très éloignées (dont du Sahara jusqu'en Amazonie, via des aérosols visibles de satellite). Autrefois, c'étaient surtout les migrations d'oiseaux marins ou piscivores (via leurs fientes enrichies en phosphore) et plus encore les migrations de saumons qui constituaient le mécanisme principal de « retour à la terre » du phosphore. Après leur phase de croissance en mer et leur remontée, en mourant par dizaines de millions dans les rivières des hauts de bassin versant après y avoir pondu, les saumons remontaient et libéraient des quantités importantes de phosphore recyclées dans les écosystèmes situés en amont des bassins versants, via leurs squelettes et cadavres particulièrement riches en phosphore, et via les urines et excréments des animaux qui chassaient ou pêchaient les saumons lors de leur remontée (ours en particulier). Aujourd'hui les saumons ont fortement régressé ou ont disparu sur une grande partie de leur ancienne aire de répartition, et l'agriculture intensive se fournit en phosphates de guano ou de synthèse, importés.

Article détaillé : Cycle du phosphore.

Toxicologie, écotoxicologie[modifier | modifier le code]

Le phosphore est un oligoélément indispensable - sous forme de sels - pour de nombreux organismes vivants, et sous forme de phosphate notamment pour les plantes. Sous formes solubles et solubilisées notamment, le phosphore a servi de médicament (extrait de l'urine humaine jusqu'en 1774). Mais quand il est pur, et sous certaines de ses formes, c'est un puisant toxique et corrosif de l'organisme. On le sait depuis longtemps.
Il a néanmoins été utilisé dans des expériences de "physique amusante" ou de magie en causant des blessures parfois sérieuses chez les expérimentateurs ;
Puis certains médecins lui ont attribué des vertus médicales merveilleuses, notamment administré sous forme de « Pilules lumineuses » contenant une poudre de phosphore finement divisée associée à d'autres ingrédients, dont Kunckel semble avoir eu l'idée ; il était réputé prolonger la vieillesse, revigorer l'organisme, « "rallumer, pour ainsi dire le flambeau de la vie ». On l'a prétendu fébrifuge, anti-rhumatismal, anti-goutteux, anti-chlorolique, et semble-t-il parfois efficace contre des « fièvres intermittentes », certaines « fièvres graves », « malignes », « fièvres asthéniques », « fièvre pétéchiale » ou « bilieuses », etc., mais sa toxicité a rapidement été manifeste chez l'Homme (1/8ème de grain suffit parfois à déterminer des « accidents funestes » (Observation de M Loebelstein-Loebel, d'Iéna. On se demanda ensuite si ces effets médicaux sont vraiment dus au phosphore, où à ses sels, ou aux synergies avec d'autres ingrédients ; Ainsi en 1798, la société de médecine de Paris questionne « les propriétés médicamenteuses du phosphore, des acides phosphoriques et phosphoreux » (question restée sans réponse). (...) « Du système nerveux dont il exalte d'abord la sensibilité, il parait répandre son action sur les principaux systèmes de l'économie, accélérer ainsi la circulation, augmenter la chaleur, accroître au plus haut degré l'irritabilité musculaire, d'après les expériences de Fr. Pilger (Ann. clin, de Montp., XXXVII, 360); enfin agir souvent aussi sur les exhalants cutanés, la sécrétion urinaire, dont le produit devient quelquefois phosphorescent, peut exhaler l'odeur du soufre ou de la violette, enfin et surtout, exciter puissamment l'appareil génital. Ce dernier phénomène, qui peut aller jusqu'au priapisme, est le plus constant et le plus remarquable de ses effets physiologiques : A. Leroy et M. le docteur Bouttatz l'ont eux-mêmes éprouvé ; M. Boudet (Il l’avait observé chez un vieillard ; B. Pelletier l'avait vu chez les canards, dont le mâle n'a cessé qu'à la mort de couvrir ses femelles) nous assure que le contact prolongé de la peau avec le phosphore suffit pour le faire naître : aussi a-t-on cru pouvoir rapporter à la présence du phosphore dans les poissons la vertu aphrodisiaque qu'on leur attribue »[11].

F.V. Mérat, et A. J. de Lens, dans leur Dictionnaire universel de matière médicale et de thérapeutique (Volume 3[11] rappellent qu'après que le phosphore ait été découvert dans l'urine, puis utilisé comme médicament, sa toxicité a été largement observée chez l'Homme et confirmée expérimentalement chez l'animal par M. Lœbelstein-Lœbel sur des chiens, M. Bouttatz sur des chats, des cochons d'Inde, des poules et des pigeons, des jeunes coqs et des grenouilles, enfin MM. Orfila, Brera, Mugetti, Worbe et Bogros sur des chiens, prouvent, la plupart, que le phosphore agit à la manière des poisons corrosifs ; que les accidents une fois développés ne peuvent que difficilement être entravés par les secours de l'art. (...)Dissous ou divisé dans l'huile, et aussi à l'état de fusion dans l'eau chaude (M. Worbe), la combustion, qui en est rapide produit, semble-t-il, de l'acide phosphorique ; l'inflammation est alors des plus vives, les douleurs atroces, les vomissements opiniâtres, et la mort arrive au milieu des mouvements convulsifs les plus horribles. Injectée dans les veines ou dans la plèvre, cette même huile phosphorée donne lieu, dans l'espace de quelques minutes, à des flots de vapeurs blanches chargées d'acide phosphatique, qui à chaque expiration s'échappent de la gueule de l'animal (Magendie, Além. pour servira Phi* t. de la transpiration pulmonaire; Bibl. méd., XXXII, 19) : la mort dans ce cas a lieu par asphyxie et résulte de l'inflammation subite des poumons[11].

Son usage s'est ensuite fortement réduit, mais il a été utilisé dans les armes chimiques et munitions incendiaires, et son isotope radioactif a été utilisé comme « radiotraceur », dans des éléments solides (métal ou alliage par exemple[21]) ou chez des espèces vivantes (pour le suivi de la pollinisation par exemple, via des pollens marqués au soufre ou au phosphore radioactif[22], pour le suivi de microbes ou virus dans l'organisme[23]) ou encore pour le suivi de mouches afin d'étudier leurs rôle épidémiologique (1957)[24]. On a aussi tenté de l'utiliser comme médicament dans les années 1950, aux débuts de la médecine nucléaire, par exemple contre la leucose chronique (1955)[25] ou pour traiter des tissus calcifiés (1958)[26] ou pour détecter des néoplasmes intraoculaires[27], comprendre ou traiter des cancers [28], ou pour l'étude de certaines maladies (ex : maladie de Vaquez (1967)[29] ou de cancers (1946)[30]).

Mutagénicité : Un autre problème environnemental est posé par la radioactivité de certains isotopes du phosphore.

  • Les terrils ou crassiers de phosphogypse découlant de la production industrielle d'engrais contiennent des éléments radioactifs, et que les engrais phosphatés sont aussi une source de cadmium toxique qui s'accumule dans les champs ou pollue l'environnement.
  • L'isotope radioactif stable du phosphate est sous certaines formes (phosphates) très bioassimilable (il est notamment incorporé dans l'adénosine triphosphate[31]) ; il est mutagène[32].

Le phosphore en excès a aussi des effets écotoxiques en tant qu'eutrophisant (voir ci-dessous)

Eutrophisation[modifier | modifier le code]

Le phosphore, abondamment gaspillé par l'Agriculture intensive et certaines unités de traitements des eaux usées, et fortement présent dans les lessives notamment dans les années 1980 est avec le nitrate un des grands responsables de l'eutrophisation.

En France, depuis les années 1970, l'amélioration des pratiques culturales a permis de réduire significativement les apports en engrais minéraux phosphatés par unité de surface. Malgré cela, les teneurs en phosphore des sols agricoles augmentent globalement, bien que de manière inégale selon les régions : augmentation en Bretagne, Pays de la Loire, Champagne-Ardenne et Aquitaine, et diminution au nord, au centre et à l'ouest. En Bretagne, par exemple, cette hausse est causée par l'emploi des effluents issus de l'élevage intensif pour la fertilisation des sols[33].

Son mécanisme entrophisant est complexe. Il varie selon les environnement et diffère de celui des nitrates. Selon une étude faite dans de vrais lacs et dans des lacs expérimentaux, la charge du milieu en phosphore n'est un bon prédicteur de l'eutrophisation que si l'on introduit un facteur de correction tenant bien compte du renouvellement de l'eau, alors que la correction selon le sédiment a un rôle mineur[34].

Une future pénurie ?[modifier | modifier le code]

26 éléments du Tableau de Mendeleïev seraient en voie de raréfaction, comme le cuivre, l'or, le zinc le platine, l'uranium, le phosphore…[35]. "Sans phosphore, pas de vie sur Terre !"

« Il suffit de penser que cet élément forme la structure même de l'ADN, qu'il pilote la respiration - ainsi que la photosynthèse chez les plantes - ou encore le métabolisme cellulaire. C'est pourquoi chaque être humain en réclame à peu près deux grammes par jour.[...] Au vu de la consommation actuelle couplée à l'épuisement des gisements de qualité à travers le monde, les chercheurs de l' Institute for sustainable futures (Australie) annoncent un pic de production du phosphore au milieu des années 2030, et estiment les réserves à 340 ans. Cette prévision, quoique controversée, suscite néanmoins une vive angoisse : pourra-t-on extraire assez de phosphore pour nourrir les 9 milliards d'habitants prévus en 2050 ? De plus, avertit Jean-Claude Fardeau, de l'Institut national de la recherche agronomique, "il n'y a aucun substitut possible au phosphore, véritable facteur limitant du vivant." Indispensable à l'homme et surtout à l'agriculture, "ignorer ce problème [celui d'une future pénurie en phosphore] pourrait mettre en péril la sécurité alimentaire mondiale" conclut Andrea Ulrich, de l' Institute for Environment Decisions (École polytechnique fédérale de Zurich). Car, si les ressources s'épuisent, il est bien certain que la demande en phosphore ne disparaîtra jamais[35]... »

Le risque de manque de phosphore est confirmé[36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, CRC Press Inc,‎ 2009, 90e éd., Relié, 2804 p. (ISBN 978-1-420-09084-0)
  2. (en) Beatriz Cordero, Verónica Gómez, Ana E. Platero-Prats, Marc Revés, Jorge Echeverría, Eduard Cremades, Flavia Barragán et Santiago Alvarez, « Covalent radii revisited », Dalton Transactions,‎ 2008, p. 2832 - 2838 (DOI 10.1039/b801115j)
  3. (en) T.A. Czuppon et al., Kirk-Othmer encyclopedia of chemical technology 4th ed. : Ammonia, vol. 2, John Wiley & Sons.
  4. (en) David R. Lide, CRC Handbook of Chemistry and Physics, TF-CRC,‎ 2006, 87e éd. (ISBN 0849304873), p. 10-202
  5. a, b et c Entrée de « White phosphorus » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 28 novembre 2008 (JavaScript nécessaire)
  6. « phosphore » sur ESIS, consulté le 11 février 2009
  7. « Phosphore jaune » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  8. « Phosphore rouge » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  9. Numéro index 015-002-00-7 dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)
  10. SIGMA-ALDRICH
  11. a, b, c, d, e, f, g et h F.V. Mérat, A. J. de Lens, Dictionnaire universel de matière médicale et de thérapeutique (Volume 3), Société Belge de Librairie (Bruselas) (Lien via Google Livre)
  12. a, b, c et d Dans Louis Jacques Thénard (Barón.) "Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique, suivi d'un essai sur la philosophie chimique et d'un précis sur l'analyse". Louis Hauman et Compagnie, 1836. Livre numérique Google
  13. a et b Commission européenne: Utilisation du phosphore
  14. Vaccari D, http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/f/fiche-article-phosphore-une-crise-imminente-23913.php Phosphore : une crise imminente], Pour la Science, janvier 2010, p. 36-41
  15. a et b USGS, "Phosphate Rock" , consulté 2012-05-13.
  16. Idée reçue fausse : Manger du poisson ne participe pas forcément au développement de la mémoire.
  17. Utilisation d'armes chimiques par le Pentagone, article paru sur humanite.presse.fr
  18. Utilisation d'armes chimiques par le Pentagone, article paru sur monde.diplomatique.fr
  19. comme on l'appelle aussi
  20. AFNOR, 1990. Dosage des orthophosphates, des phosphates et du phosphore total. In: AFNOR (Ed.), Eaux Méthodes d’essais. Paris, p. 87–97.
  21. Schuehmacher, J. J., & Guiraldenq, P. (1983). Étude comparée de l'autodiffusion du fer et du phosphore dans l'alliage amorphe Fe40 Ni40 P14 B6 a l'aide de radiotraceurs (< sup> 59 Fe-< sup> 32 P). Acta Metallurgica, 31(12), 2043-2049.
  22. Charrier A. (1971) Étude de le pollinisation des caféiers cultive sur la côte-Est malgache par marquage du pollen au phosphore et au soufre radioactifs. In L'énergie nucléaire et ses applications biologiques à Madagascar : colloque mai 1971... (No. 12, p. 229). École nationale supérieure agronomique.
  23. Colimon, R., & Mazeron, M. C. (1984) Méthodes de diagnostic direct appliquées à la mise en évidence du cytomégalovirus dans le sang. Revue Française de Transfusion et Immuno-hématologie, 27(3), 323-329
  24. Chura-Bura, B. L. (1957). Emploi des isotopes radioactifs dans l'étude du rôle épidémiologique des mouches. Journal of Hygiene, Epidemiology, Microbiology, and Immunology, 249.
  25. Degand, C. E. (1955). Étude de l'action du phosphore radio-actif sur 75 cas de leucoses chroniques (Thèse de doctorat)
  26. Dallemagne, M. J., & FABRY, C. (1958). Etude critique de l'emploi des isotopes radioactifs dans le problème des tissus calcifiés. Orca, 169.
  27. Thomas CI, Stroraasli JP, & Friedell HL (1965). Radioactive phosphorus in the detection of intraocular neoplasms : A report of 150 cases. American Journal of Roentgenology, 95(4), 935-941.
  28. Rivier, J. (1957). Valeur clinique de la rétention phosphorée chez les cancéreux. Oncology, 10(1), 29-53.
  29. Koulischer, L., Frühling, J., & Henry, J. (1967). Observations cytogénétiques dans la maladie de Vaquez. European Journal of Cancer (1965), 3(3), 193-201.
  30. Forssberg, A. (1946). A study of the distribution of radioactive phosphorus in three cases of cancer. Acta Radiologica [Old Series], 27(1), 88-92.
  31. Poulaert, G., & Chantrenne, H. (1952) Introduction de phosphore radio-actif dans l'acide adénosinetriphosphorique. Archives Of Physiology And Biochemistry, 60(4), 550-551.
  32. De Loose R. (1963). L'action mutagène du Phosphore radio-actif (32P) chez Dactylis glomerata Lemba RvP (*). Revue de l'agriculture, 947.
  33. Commissariat général au développement durable, Le phosphore dans les sols, nécessité agronomique, préoccupation environnementale, juin 2009
  34. Schindler, D. W., Fee, E. J., & Ruszczynski, T. (1978). Phosphorus input and its consequences for phytoplankton standing crop and production in the Experimental Lakes Area and in similar lakes. Journal of the Fisheries Board of Canada, 35(2), 190-196 (résumé)
  35. a et b Sciences&Vie, no 1136, mai 2012, "Alerte à la pénurie", page 62
  36. Phosphore : une crise imminente Pour la Science.fr, janvier 2010, p. 36-41. David Vaccari directeur du Département d'ingénierie civile, environnementale et océanographique de l'Institut de technologie Stevens (New Jersey, USA)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  s1 s2 g f1 f2 f3 f4 f5 f6 f7 f8 f9 f10 f11 f12 f13 f14 d1 d2 d3 d4 d5 d6 d7 d8 d9 d10 p1 p2 p3 p4 p5 p6
1 H He
2 Li Be B C N O F Ne
3 Na Mg Al Si P S Cl Ar
4 K Ca Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5 Rb Sr Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6 Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7 Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Uut Fl Uup Lv Uus Uuo
8 Uue Ubn * Ute Uqn Uqu Uqb Uqt Uqq Uqp Uqh Uqs Uqo Uqe Upn Upu Upb Upt Upq Upp Uph Ups Upo Upe Uhn Uhu Uhb Uht Uhq Uhp Uhh Uhs Uho
   
  g1 g2 g3 g4 g5 g6 g7 g8 g9 g10 g11 g12 g13 g14 g15 g16 g17 g18  
  * Ubu Ubb Ubt Ubq Ubp Ubh Ubs Ubo Ube Utn Utu Utb Utt Utq Utp Uth Uts Uto  


Métalloïdes Non-métaux Halogènes Gaz rares
Métaux alcalins  Métaux alcalino-terreux  Métaux de transition Métaux pauvres
Lanthanides Actinides Superactinides Éléments non classés