Reproduction du cheval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étalon domestique couvrant une jument
Reproduction chez les chevaux sauvages.

La reproduction du cheval est l'ensemble des cycles permettant à un entier ou à un étalon de se reproduire avec une jument, pour faire naître un poulain.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le mâle reproducteur approuvé est appelé un étalon, le non-approuvé un entier. La femelle jument reproductrice est nommée une poulinière. Tous les deux sont génétiquement importants, car chaque parent fournit la moitié de son patrimoine génétique à sa progéniture, appelée un poulain, ou une pouliche pour la femelle.

Cycle sexuel de la femelle[modifier | modifier le code]

Détection des chaleurs 

La détection des chaleurs se fait le plus souvent par le passage de la barre, en utilisant un étalon souffleur ou boute-en-train. La jument est immobilisée dans la barre de soufflage. La personne qui tient la jument passe la longe dans un anneau et se place de manière à éviter les coups d'antérieurs. L'étalonnier amène l'étalon perpendiculaire à la barre, à hauteur de la tête ou du garrot, en se plaçant entre l'étalon et l'arrière, et à observer les réactions de la jument. Les deux chevaux prennent contact en se flairant, puis l'étalon va mordiller le garrot ou l'encolure de la jument, avant d'aller renifler l'arrière main. Il faut prendre son temps si l'on veut avoir le maximum de chance de détecter toutes les juments, car certaines peuvent être longues à se déclarer. Dans certains cas, il faut mettre le tord nez à la jument pour que les signes de chaleurs apparaissent. Se méfier également des juments suitées, chez laquelle la présence du poulain peut être inhibitrice. Mais il existe d'autres méthodes. La détection des chaleurs peut commencer dès le mois de février si la jument a subi une photo-stimulation. La détection des chaleurs doit être régulières et de préférence avoir lieu tous les 2 ou 3 jours (Un écart de 5 jours semble un maximum). Après la fin des chaleurs, il est conseillé de repasser la jument à la barre au bout de 10 jours pour ne pas être surpris par des juments dont le cycle est raccourci.

Suivie ovarien 

L'échographie permet de suivre la croissance des follicules sur les ovaires, et de prédire en partie la croissance des follicules. Les plus gros follicules ont en général 20 mm de diamètres au début des chaleurs et n'évoluent généralement pas avant d'avoir atteint un diamètre de 35 a 40 mm. Il faut ce rappeler toutefois que :

- En début de saison les follicules grossissent généralement beaucoup plus ;
- Des vagues de croissance folliculaire suivie d'ovulation peut avoir lieu en dehors des chaleurs : il est donc déconseillé d'inséminer à ce moment !

Le suivi ovarien doit être l'occasion d'effectuer un examen de l'ensemble de l'appareil génital, et notamment de l'utérus, afin de noter la présence éventuelle : de kystes utérins, de liquide inflammatoire... Enfin, l'échographie peut permettre de détecter des chaleurs : En effet pendant les chaleurs, l'utérus présente une image particulière dite en "quartier d'orange".

Cycle sexuel du mâle[modifier | modifier le code]

En liberté, le mâle manifeste son activité sexuelle dès l'âge d'un an à dix-huit mois[1]. Son cycle sexuel, comme celui de la jument, est régulé par des hormones. La seule possibilité de contrôle de la reproduction réside dans le type de monte (en liberté, en main, en insémination artificielle...). Il faut veiller à lui apporter une alimentation équilibrée en particulier durant la période de monte (15 février - 15 juillet). Il faut enfin qu'il soit en bonne santé. La qualité de sa semence dépend du pourcentage de spermatozoïdes vivants, normaux, mobiles et fléchants.

Techniques utilisées[modifier | modifier le code]

Monte en liberté[modifier | modifier le code]

La monte en liberté est soit le nom utilisé pour désigner les chevaux qui se reproduisent à l'état semi-sauvage avec un contrôle minimal de l'homme, soit l'introduction d'un étalon reproducteur dans un vaste enclos où se trouvent une ou plusieurs juments en chaleur. Dans tous les cas, la reproduction n'a lieu qu'avec une surveillance humaine minimale.

Monte en main[modifier | modifier le code]

La monte en main consiste à attacher la jument (généralement entravée) et à lui présenter l'étalon tenu en main. Elle nécessite davantage de connaissances que la monte en liberté, il est notamment nécessaire de savoir repérer si la jument est en chaleur. L'étalonnier guide le pénis de l'étalon vers le vagin de la jument.

Insémination artificielle[modifier | modifier le code]

En captivité, la fécondation de la jument se fait de plus en plus souvent par insémination artificielle en sperme congelé. Cette technique permet aux éleveurs de disposer facilement d'un large choix de géniteurs mâles pour leurs poulinières. Pour des raisons économiques, certains éleveurs recherchent une naissance précoce, au début de l'année, et parviennent à déclencher des chaleurs en jouant par exemple sur l'intensité de l'éclairage[2].

Clonage[modifier | modifier le code]

Article connexe : Clonage du cheval.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]