Cantabrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cantabrique.
Cantabrie
Cantabria (es)
Blason de Cantabrie
Héraldique
Drapeau de Cantabrie
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Capitale Escudo de Santander.svg Santander
Statut d'autonomie 11 janvier 1982
Sièges au Parlement 5 députés
5 (4 élus et 1 désigné) sénateurs
Président Ignacio Diego (PP)
ISO 3166-2:ES ES-CB
Démographie
Gentilé Cantabre (en français)
Cántabro/a, montañés/esa, cantábrico/a. (en espagnol)
Population 593 121 hab. (2012)
Densité 111 hab./km2
Rang 16e rang (1,3 %)
Géographie
Coordonnées 43° 20′ N 4° 00′ O / 43.333333333333, -443° 20′ Nord 4° 00′ Ouest / 43.333333333333, -4  
Superficie 532 600 ha = 5 326 km2
Rang 15e rang (1,05 %)
Divers
Devise aucune
Localisation
Localisation de Cantabrie
Liens
Site web http://www.cantabria.es

La Cantabrie (Cantabria en espagnol) est une communauté historique et une communauté autonome monoprovinciale espagnole. Elle est délimitée à l'Est par la Communauté autonome du Pays basque (province de Biscaye), au Sud par la Castille-et-León (provinces de León, de Palencia et de Burgos), à l'Ouest par les Asturies et au Nord par la mer Cantabrique. Santander en est la capitale et la commune la plus peuplée.

La communauté est mentionnée pour la première fois en 195 av. J.-C., lorsque Caton l'Ancien parle, dans Les origines, de la naissance de l'Èbre dans le pays des cantabres.

La Cantabrie appartient à la corniche cantabrique, nom qui désigne la bande de terre, entre la mer Cantabrique et la cordillère Cantabrique, située au Nord de la péninsule Ibérique. Elle possède un climat océanique humide qui se caractérise par des températures modérées et est fortement influencé par les vents de l’océan Atlantique qui se brisent contre les montagnes. Les précipitations moyennes, de l’ordre de 1 200 mm, favorisent la croissance végétale.

Il s'agit de la plus riche communauté au monde en gisements archéologiques du Paléolithique supérieur. Les premiers signes de l'occupation humaine datent cependant du Paléolithique inférieur, même si cette période n'est pas aussi bien représentée dans la région. La grotte d'Altamira, dont les peintures datent entre 16 000 et 9 000 av. J.-C., a été déclarée patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO avec neuf autres grottes de Cantabrie.

La province de Cantabrie a été constituée le 28 juillet 1778. La Loi organique du Statut d'autonomie de la Cantabrie a été adoptée le 30 décembre 1981, dotant ainsi la communauté autonome d'institutions et d'organismes d'autogouvernement. Son président actuel est, depuis 2011, le conservateur Ignacio Diego.

Étymologie[modifier | modifier le code]

De nombreux auteurs ont émis des hypothèses sur l'origine étymologique du mot Cantabria (Isidore de Séville, Julio Caro Baroja, Aureliano Fernández-Guerra, Joaquín González Echegaray, Adolf Schulten). Même s'il n’existe pas de consensus parmi les experts, l'opinion la plus répandue est que ce mot dérive de la racine cant-, d'origine celte ou ligure et signifiant « roche » ou « pierre », et du suffixe -abr, utilisé dans beaucoup de régions celtes. On peut donc en déduire que cántabro signifie « habiter dans les pierres », en référence au territoire montagneux de la Cantabrie.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Carte physique de la Cantabrie.
Paysage de collines et aber typiques de la frange côtière.

La Cantabrie s'étend sur 5 321 et possède 284 km de côtes. Son point le plus septentrional est le cap d'Ajo (43° 30′ 40″ N 3° 35′ 10″ O / 43.5111, -3.5861). La communauté comprend trois grands ensembles géographiques : la côte (La Marina), la montagne (La Montaña), et les vallées du sud (Campoo y los valles del sur) qui appartiennent aux bassins versants de l'Èbre et du Douro. La prédominance des zones montagneuses et le relief accidenté expliquent que la région entière soit souvent désignée comme La Montaña.

Relief[modifier | modifier le code]

La Cantabrie est une communauté à la fois montagneuse et côtière qui possède un patrimoine naturel important. 40 % de sa superficie se situe au-dessus des 700 m d'altitude et un tiers de la région présente une inclinaison de plus de 30 %. Trois aires morphologiques peuvent être différenciées :

  • La côte. C'est une frange côtière formée de vallées basses, vastes, aux formes douces, d'une dizaine de kilomètres de large et dont l'altitude ne dépasse généralement pas les 500 m. La transition vers la mer est assurée par des falaises abruptes interrompues par les embouchures de rivières qui ont donné naissance à des rias et à des plages. La baie de Santander fait partie de cet ensemble bordé au sud par la zone montagneuse.
  • La montagne. Il s'agit d'une longue barrière de montagnes abruptes parallèles à la mer et qui appartiennent à la cordillère Cantabrique. Majoritairement composée de roche calcaire affectée par des phénomènes karstiques, la montagne couvre la plus grande partie de la région. Orientées nord-sud, les profondes vallées sont percées par de courts torrents au fort pouvoir érosif. Les vallées et les cordons montagneux délimitent bien les différentes zones naturelles : Liébana, Nansa, Saja, Besaya, Pas-Pisueña, Miera, Asón-Gándara, Campoo. La Sierra del Escudo de Cabuérniga, massif montagneux dont l'altitude varie entre 600 et 1 000 m, est parallèle à la cote occidentale de la Cantabrie. À mesure que l'on de se déplace vers le sud, apparaissent des montagnes plus hautes qui délimitent les vallées et les bassins hydrographiques des fleuves Èbre et Douro ainsi que des rivières qui se jettent dans la mer Cantabrique. La plupart de ces sommets dépassent 1 500 m d'altitude, depuis le col de San Glorio, à l'ouest, jusqu'à celui de Los Tornos à l'est : Peña Labra, col de Sejos, col de l'Escudo, Castro Valnera et La Sía. Formés par des glaciers, les grands massifs calcaires des pics d'Europe sont situés au sud-ouest de la région. Leurs sommets dépassent pour la plupart 2 500 m. Le point culminant de la Cantabrie est le pic de Torre Blanca (2 619 m), situé à la limite de la Cantabrie et de la province de León, mais la tradition veut que ce soit Peña Vieja (2 617 m) car celui-ci est entièrement situé en territoire cantabre.
  • Les vallées du sud. La troisième zone naturelle qu'il convient de distinguer est située à l'extrémité méridionale de la Cantabrie. Le climat plus continental permet le développement du chêne tauzin dont l'extension est facilitée par l'abandon de terres agricoles. Des pins sylvestres ont été réimplantés sur les pentes douces de la zone.
À mesure que l'on se déplace vers le sud, le relief modéré de la côte devient plus abrupt jusqu'à atteindre les hautes montagnes de la cordillère Cantabrique.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le Gulf Stream explique que la Cantabrie ait, comme toute la Cordillère Cantabrique, des températures beaucoup plus douces que celles qui correspondent à sa latitude, similaire à celle du New Hampshire ou de Hokkaido. La région connaît un climat océanique humide caractérisé par des étés et des hivers doux. Les précipitations annuelles se situent autour de 1 200 mm sur la côte mais s’élèvent jusqu'à 1 600 mm dans les zones montagneuses, ce qui range la Cantabrie dans ce qui est appelée l’Espagne humide ou l'Espagne verte.

Panorama du col d'Alises avec les sommets enneigés.

La température moyenne est de 14°C environ. Les chutes de neige sont fréquentes sur les hauteurs d’octobre à mars. Les mois les plus secs sont juillet et août mais il n’existe pas de sécheresse à la fois parce qu’il y a toujours un minimum de précipitations et parce que les températures ne sont pas très élevées. Dans certaines zones des Pics d'Europe situées au-dessus de 2 500 m et avec un climat de haute montagne, les névés se maintiennent toute l’année.

Cependant, les différences entre comarques peuvent être significatives. Ainsi, les plus éloignées du littoral, telle que Liébana et Campoo, présentent un climat méditerranéen avec des influences continentales. Dans le premier cas, il s’agit d’un microclimat spécifique et dans le second cela est dû à la proximité de la Meseta.

Le relief montagneux a une grande incidence sur le climat et est à l’origine de phénomènes atmosphériques particuliers tels que les suradas, vents forts et secs favorisés par l’effet de foehn. Le vent du sud, fort et sec, fait progressivement monter les températures à mesure que la côte approche et provoque une diminution de l’humidité de l’air ainsi qu'une absence de précipitations. Ces conditions contrastent avec celles du versant sud de la cordillère où le vent est frais, humide et peut amener la pluie.

Les zones côtières sont soumises a des vents constants venus de l’océan qui peuvent être forts. En avril-mai et septembre-octobre, les vents de l’ouest peuvent atteindre l’ampleur de la galerne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Naissance de la rivière Asón.

Les rivières de Cantabrie sont courtes, rapides et ont un faible débit. Leurs parcours sont généralement perpendiculaires à la côte, exception faite de l’Èbre, et ils possèdent un lit plus ou moins persistant tout au long de l’année grâce à la constance des précipitations. La rapidité des eaux, provoquée par les pentes importantes qui se trouvent sur leur parcours, leur donnent un grand pouvoir érosif qui donne aux vallées une forme en V caractéristique de la corniche cantabrique. L’activité humaine exerce une forte pression sur ces rivières.

Les principales rivières qui divisent la région en autant de bassins hydrographiques sont l'Agüera, l'Asón, le Besaya, le Deba, l'Escudo, le Miera, le Nansa, le Pas, le Pisueñaet le Saja pour le bassin nord (ils débouchent dans la mer Cantabrique) ; le Híjar et l'Èbre pour le bassin de l'Èbre (ils débouchent dans la Mer Méditerranée) ; le Camesa pour le bassin du Douro (il débouche dans l'océan Atlantique).

Le Pico Tres Mares (2 175 m) sépare les trois bassins versants. Dans ses flancs, naissent les rivières Híjar, Pisuerga et Nansa qui se jettent respectivement dans la mer Méditerranée, l’océan Atlantique et la mer Cantabrique. La Cantabrie est ainsi, avec la Castille-et-León, la seule communauté autonome dont les rivières débouchent dans chacune des trois mers qui entourent la péninsule Ibérique.

Démographie[modifier | modifier le code]

Pyramide démographique de la Cantabrie en 2006. Le bleu représente les hommes, le rose les femmes.

En 2009, la population de la Cantabrie s'élevait à 589 235 habitants selon l'Institut national espagnol de la statistique, ce qui représente 1,26 % de la population espagnole.

En terme démographique, la Cantabrie possède une seule communauté autonome. En ce qui concerne les provinces, la Cantabrie occupe le 28e rang des 50 provinces espagnoles.

La densité s'élève à 109,65 habitants/km2 et l'espérance de vie à 75 ans pour les hommes et 83 ans pour les femmes.

Si on la compare à d'autres régions espagnoles, la Cantabrie n'a pas une population étrangère très importante : 5,7 % de la population en 2007 contre 11 % au niveau national. Les principaux pays d'origine sont, dans l'ordre décroissant, la Colombie, la Roumanie, l'Équateur, le Pérou, la Moldavie et le Maroc.

Carte démographique de la Cantabrie. Habitants par noyau de population en 2005.

La majeure partie de la population cantabre se trouve sur la zone littorale avec notamment la capitale, Santander, et ses 183 466 habitants et Torrelavega, le second pôle urbain et industriel de Cantabrie avec ses 55 910 habitants. Ces deux villes forment l'aire métropolitaine de Santander-Torrelavega.

Les municipalités les plus importantes au niveau démographique (plus de 10 000 habitants, chiffres de 2007) sont les suivantes :
1. Santander (183 466 habitants).
2. Torrelavega (55 910 hab.).
3. Camargo (31 086 hab.).
4. Castro-Urdiales (30 814 hab.).
5. Piélagos (20 130 hab.).
6. El Astillero (17 632 hab.).
7. Laredo (12 835 hab.).
8. Santoña (11 574 hab.).
9. Los Corrales de Buelna (11 223 hab.).
10. Santa Cruz de Bezana (10 463 hab.).
11. Reinosa (10 220 hab.).

Enfin, le taux de délinquance est très bas par rapport à la moyenne espagnole : 27,1 infractions pénales pour mille habitants en 2007 contre environ 50 en Espagne et 55 dans l'Union européenne.

Politique[modifier | modifier le code]

La Cantabrie est une communauté autonome, régie par le statut d'autonomie du 30 décembre 1981. Elle dispose donc d'un gouvernement régional (Gobierno de Cantabria), d'un Parlement (Parlamento) et d'un tribunal supérieur de justice (Tribunal Superior de Justicia), qui dépend de l'État espagnol.

Le président de la communauté autonome (Presidente de Cantabria), est depuis 2011 Ignacio Diego, du Parti populaire (PP), qui succède à Miguel Ángel Revilla, du Parti régionaliste de Cantabrie (PRC).

Communes[modifier | modifier le code]

Voir Liste des communes de Cantabrie.

Économie[modifier | modifier le code]

PNB (2002): 8 911 500 000 €.

Cantabres illustres[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La langue[modifier | modifier le code]

L'espagnol est la langue officielle de Cantabrie.

Le cantabrique est également reconnu comme langue minoritaire dans le cadre de l'Union européenne. Originaire de la montagne, elle est principalement située dans la moitié ouest et dans les vallées de Pas et Soba situées dans les montagnes de l'Est. Il s'agit d'une variante d'astur-léonais, proche du castillan.

Monuments et musées[modifier | modifier le code]

Université[modifier | modifier le code]

Foires et festivals[modifier | modifier le code]

La Cantabrie est le lieu de nombreuses célébrations, foires ou festivals d'origine commerciale ou d'origine païenne plus ou moins en lien avec le folklore traditionnel. Les festivités organisées dans la plupart des communes sont pour la Saint Jean et pour la Saint Michel.

Le second dimanche d'août se tient à Cabezón de la Sal la fête de la Cantabrie, l'occasion de pratiquer des activités traditionnelles telles que le bowling, la traction de bœuf, les marchés d'artisanat et des représentations de danse et de musique de Cantabrie. Cette fête est également considérée d'intérêt touristique national.

En outre, le 28 juillet est célébré la Journée des institutions de Cantabrie à Puente San Miguel (Reocín).

La Cantabrie en images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]