Grotte du Castillo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 17′ 32″ N 3° 57′ 56″ O / 43.2923, -3.9655

Plan de la grotte du Castillo et des grottes voisines
Entrée actuelle de la grotte du Castillo

La grotte du Castillo comprend un gisement archéologique et une grotte ornée situés sur le monte Castillo à Puente Viesgo (Cantabrie, Espagne). Elle se trouve à proximité des cavités ornées de Las Chimeneas, La Pasiega et Las Monedas. Elle a été inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco en juillet 2008 au sein d'un ensemble appelé « Grotte d'Altamira et art pariétal paléolithique du Nord de l'Espagne ».

Historique des recherches[modifier | modifier le code]

La grotte fut découverte en 1903 par Hermilio Alcalde del Río qui, le premier, en recensa les motifs. Les figures pariétales furent ensuite étudiées et relevées par Henri Breuil qui y dénombra environ 220 motifs peints et gravés. Outre les relevés qu’il y fit, Breuil mit au point dans cette grotte ornée sa célèbre méthode de « stratigraphie pariétale », qui lui permit de préciser les étapes de l’évolution de l’art du Paléolithique supérieur.

La grotte fut fouillée de 1910 à 1914 par H. Obermaier, P. Wernert, H. Breuil et J. Bouyssonnie puis à partir de 1980 sous la direction de V. Cabrera Valdés.

Localisation et description[modifier | modifier le code]

La grotte du Castillo est située sur le versant nord-est de la montagne du même nom, sur la commune de Puente Viesgo (Santander, Cantabrie). Elle figure sur la carte au 1:50 000 de l’Institut géographique et cadastral, feuillet no 58 (Corrales de Buelna). Ses coordonnées sont : longitude 0° 16’ 3’’ ouest, latitude 43° 17’ 34’’ nord. Son développement actuel est de 759 m. L’entrée de la grotte se trouve à 195 m d’altitude. Le réseau comprend une série de salles et de couloirs de dimensions et de volume très variables, aisément accessibles, formant autant d’espaces relativement distincts.

Principales découvertes[modifier | modifier le code]

L'entrée de la grotte a livré une séquence stratigraphique de 20 m de puissance. Elle a fourni des indices d'occupations qui s'étendent sur près de 120 000 ans, de l’Acheuléen supérieur à l’Épipaléolithique et jusqu’à un niveau superficiel de l’âge du bronze.

L'étude de l'art pariétal a été reprise en 2003 par Marc Groenen et son équipe. En l'état actuel des recherches, près de 2 900 unités graphiques peintes, dessinées, gravées, figuratives et non figuratives, ont été recensées, avec notamment 82 mains négatives, 406 figures animales, 20 humains (dont 18 sont protohistoriques), 182 tracés complexes et 802 tracés élémentaires, 565 traces noires et environ 120 "dépôts" (objets fichés en parois, déposés dans des niches, au sol, etc.).

Les nombreux objets d'art mobilier trouvés en stratigraphie et une vingtaine de datations directes C14 AMS réalisées sur des motifs pariétaux démontrent que les manifestations esthétiques de la grotte du Castillo s'étendent à toutes les périodes du Paléolithique supérieur, de l'Aurignacien au Magdalénien, et au-delà (avec les figures humaines schématiques) à l'âge du bronze.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alcalde del Rio H. (1906). Las pinturas y grabados de las cavernas prehistoricas de la provincia de Santander: Altamira, Covalanas, Hornos de la Peña, Castillo, Santander, Blanchard & Arce, 90 p.
  • Alcalde del Rio H., Breuil H. & Sierra L. (1912). Les cavernes de la région cantabrique, Monaco, Vve A. Chêne, 265 p.
  • Breuil, H. et Obermaier, H. (1914) - « Travaux en Espagne - Fouilles du "Castillo", à Puente-Viesgo (Santander) », L'Anthropologie, t. XXV, p. 233-234.
  • Cabrera Valdès, V. (1984) - El yacimiento de la cueva de "El Castillo" (Puente Viesgo, Santander), Madrid, Bibliotheca Praehistorica Hispana, vol. XXII, 485 p.
  • Fernandez Vega P., Garcia Diez M., Hurel A. (2010) - La cavernas de la region cantabrica, Santander, Consejeria de Cultura, Turismo y Delporte del Gobierno de Cantabria, 2010, 108 p.
  • González Echegaray, J. et Freeman, L.G. (1998) - Le Paléolithique inférieur et moyen en Espagne, J. Millon Ed., Collection L'Homme des origines, Série "Préhistoire d'Europe" no 6, 510 p.
  • Groenen M. (2000). Sombra y luz en el arte paleolítico, Barcelona, Editorial Ariel, 135 p.
  • Groenen M. (2006). La grotte d’El Castillo (Puente Viesgo, Cantabrie, Espagne), dans : L’archéologie à l’Université Libre de Bruxelles (2001-2005). Matériaux pour une histoire des milieux et des pratiques humaines, Bruxelles, CReA, p. 153-161 (coll. Études d’archéologie, 1).
  • Groenen M. (2007). Principios de lectura del arte parietal en las cuevas decoradas del Monte del Castillo, in J.M. Maillo & E. Baquedano (ed.), Miscelánea en Homenaje a Victoria Cabrera, vol. 2, Alcala de Henares, Museo Arqueológico Regional, p. 42-53.
  • Groenen M. (2007). Voir l’image préhistorique : bilan des travaux dans la grotte ornée d’El Castillo (Cantabrie, Espagne), dans : J. Évin (dir.), Un siècle de construction du discours scientifique en préhistoire, vol. III. «… aux conceptions d’aujourd’hui ». Actes du Congrès du Centenaire de la Société préhistorique française (Avignon, 21-25 septembre 2004), Paris, S.P.F., p. 307-321 (XXVIe Congrès préhistorique de France).
  • Groenen M. (2008). La imagen en el arte de las cuevas del Monte del Castillo, dans : S. Ripoll (dir.), Espacio, tiempo y forma. Prehistoria y arqueologia, Homenaje al profesor Eduardo Ripoll Perelló, série 1, t. 1, p. 105-112.
  • Groenen M., Groenen M.C., Ceballos J.M. & Gonzalez Echegaray J. (2010-2011). Bilan de 7 années de recherche dans la grotte ornée d’El Castillo (Cantabrie, Espagne), dans : J. Clottes (dir.), L’art pléistocène dans le monde, Actes du Congrès IFRAO (International Federation of Rock Art Organisations) (Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010). Numéro spécial de Préhistoire, Art et Sociétés, BSPA, 65-66, synthèse p. 44-45 et article CD p. 145-163.
  • Groenen M. (2012). Recorridos por la cueva de El Castillo. En busca de la mirada del Paleolítico, dans : VV.AA., Arte sin artistas. Una mirada al Paleolítico [Catálogo exposición], Alcalá de Henares (Madrid), Museo Arqueológico de la Comunidad de Madrid, p. 372-393.
  • Groenen M. (2014). Présences humaines dans la grotte ornée d’El Castillo (Cantabrie, Espagne) : dépôts, prélèvements et traces de passage, dans : P. Paillet (dir.), Les arts de la préhistoire : micro-analyses, mises en contexte et conservation. Actes du Colloque Micro-analyses et datations de l’art préhistorique dans son contexte archéologique. MADAPCA (Paris, 16-18 novembre 2011), Paleo, numéro spécial, p. 195-210.
  • Maíllo Fernández, J. M., Cabrera-Valdès, V. et Bernaldo de Quirós, F. (2004) - « Le débitage lamellaire dans le Moustérien final de Cantabrie (Espagne) : le cas de El Castillo et Cueva Morin », L'Anthropologie, 108, p. 367–393.
  • Mingo Alvarez A., Los signos rupestres del Paleolitico: la cueva de El Castillo (Puente Viesgo, Cantabria), Santander, Gobierno de Cantabria, 2010, 359 p. + DVD.
  • Rink, W. J., Schwarcz, H. P., Lee, H. K., Cabrera Valdés, V., Bernaldo de Quirós, F. et Hoyos, M. (1997) - « ESR dating of Mousterian levels at El Castillo Cave, Cantabria, Spain », Journal of Archaeological Science, 24, p. 593-600.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]