Dent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir dent (homonymie).
Détail d'une molaire humaine.
1-dent 2-émail dentaire 3-dentine 4-pulpe dentaire 5- 6- 7-cément 8-couronne 9-cuspide 10-sillon 11-collet 12-racines 13-furcation radiculaire 14-apex 15-foramen apical 16-sulcus gingivae 17-parodonte 18-gencive 19-gencive libre 20- 21-gencive attachée 22-ligament alvéolo-dentaire 23-os alvéolaire 24-vaisseaux et nerf… 25-…dentaires 26-…paradontaux 27-canal alvéolaire

La dent humaine est un organe dur, couleur ivoire, composé d'une couronne et d'une ou plusieurs racines implantées dans l'os alvéolaire des os maxillaires (maxillaire et mandibule) de la cavité buccale, et destiné à couper et à broyer les aliments. On distingue les incisives, les canines, les prémolaires et les molaires. Les dents se forment au cours de la dentition et leur nombre total est en principe de 20 ou 32 selon qu'il s'agisse de la denture temporaire ou définitive, respectivement.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Teeth by David Shankbone.jpg

Issu du latin dens de même sens, provenant d'une racine indoeuropéenne (reconstruite) °d-, °ed, °denk ou °dent (mordre, mâcher)[1], d'où sont aussi issus, entre autres, les mots odontos (grec ancien), tand (néerlandais).

Par analogie et par dérivation, le mot dent désigne des éléments pointus ou découpés :

Généralité[modifier | modifier le code]

Anatomie d'une dent[modifier | modifier le code]

La dent est formée de 3 parties distinctes : la couronne visible en bouche, la racine implantée dans l'os et le ligament alvéolo-dentaire ou desmodonte qui relie la racine à l'os.

La couronne est formée de 3 couches :

  • l'émail forme la couche externe. Ce tissu est minéralisé à 97 % par l'hydroxyapatite. Les 3 % restants constituent la trame organique, composée essentiellement de collagène et d'eau. Tissu le plus dur du corps humain, il sert ainsi à l'identification en médecine médico-légale. L'émail est moins épais sur les dents temporaires que sur les dents définitives ;
  • la dentine constitue la couche intermédiaire. Ce tissu est minéralisé à 70 % par l'hydroxyapatite. Les 30 % restants (dont 12 % d'eau) constituent la trame organique, composée essentiellement de collagène. La dentine est perforée de micro-tubes ou tubulis dentinaires. Ceux-ci contiennent les prolongements des cellules dentaires, les odontoblastes ;
  • la chambre pulpaire est située tout au centre de la couronne et assure l'innervation et la vascularisation en provenance des racines dentaires. Les odontoblastes en tapissent la périphérie et envoient leurs prolongements dans les tubulis dentinaires. Elles synthétisent la dentine secondaire tout au long de la vie, de manière centripète, et à un rythme très lent. En réponse à une agression carieuse ou traumatique, elles peuvent sécréter à un rythme plus rapide de la dentine réactionnelle aussi appelée dentine tertiaire.

La racine est constituée de 3 parties :

  • le cément recouvre la surface externe des racines. Les fibres collagèniques et élastiques du ligament alvéolo-dentaire s'y enracinent ;
  • la dentine constitue la couche intermédiaire ;
  • le canal pulpaire est situé tout au centre de la racine et assure l'innervation et la vascularisation en provenance des apex.

Le ligament alvéolo-dentaire ou desmodonte constitue avec l'os une véritable articulation et renferme des cellules de régénération osseuse, ligamentaire et cémentaire. Il est richement innervé par des récepteurs mécaniques, propriocepteurs, qui renseignent le système nerveux central sur la position exacte des dents et la pression exercée par les muscles masticateurs.

La dent est implantée dans l'os alvéolaire par une à trois racines (parfois plus). Les racines dentaires se terminent par un apex dont l'ouverture de moins de 1 mm permet la vascularisation et l'innervation de la dent.

Les différents types de dents[modifier | modifier le code]

Radiographie panoramique permettant de voir l'ensemble de la denture (carie en distal de la dent no 35)
Denture humaine définitive. Mandibule droite (vue supérieure).

Chez l'Homme, deux dentitions se succèdent :

1. Les dents temporaires ou dents de lait ou dents lactéales : elles commencent à pousser vers 6 mois, tombent vers 6 ans pour laisser la place aux dents définitives et sont au nombre de 20.

Par mâchoire :

  • les incisives de lait : au nombre de 4 sont monoradiculées : 2 incisives centrales et 2 incisives latérales ;
  • les canines de lait : sont 2 et ont une unique et longue racine. Elles sont considérées comme les piliers de l'occlusion et sont souvent les dernières dents qui subsistent au 3e âge ;
  • les molaires de lait : sont 4. Elles ont plusieurs racines, normalement 2 ou 3.

2. Les dents permanentes ou dents définitives : la première à sortir en bouche est la première molaire, vers 6 ans, suivies des incisives. Ensuite l'ordre est variable. Les deuxièmes molaires définitives se mettent en place vers 12 ans. Quant aux troisièmes molaires ou dents de sagesse, elles font éruption entre 17 et 35 ans. La dentition est considérée complète avec 28 dents lorsque les deuxièmes molaires sont toutes en bouche. La présence des 4 dents de sagesse porte ce nombre à 32.

Par mâchoire :

  • les incisives, au nombre de 4 sont monoradiculées : 2 incisives centrales et 2 incisives latérales ;
  • les canines sont 2 et ont une unique et longue racine. Elles sont considérées comme les piliers de l'occlusion et sont souvent les dernières dents qui subsistent au 3e âge ;
  • les prémolaires sont 4, elles ont une ou deux racines ;
  • les molaires, de 4 à 6. Ce sont les dents de la mastication, elles ont plusieurs racines, normalement 2 ou 3.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Numérotation[modifier | modifier le code]

Pour simplifier la communication, la Fédération Dentaire Internationale attribue à chaque dent un numéro :

  • pour le chiffre des unités : on numérote les dents en partant du centre vers le fond,
    • 1 l'incisive centrale,
    • 2 l'incisive latérale,
    • 3 la canine,
    • 4 la première prémolaire (la première molaire pour la dentition primaire),
    • 5 la deuxième prémolaire (la deuxième molaire pour la dentition primaire),
    • 6 la première molaire,
    • 7 la deuxième molaire,
    • 8 la dent de sagesse ou troisième molaire,
  • le chiffre des dizaines est déterminé par la partie d'un quadrant imaginaire, correspondant à une hémi-arcade dentaire, dans lequel se trouve la dent. En regardant la personne en face, 1 est en haut à gauche (à la droite de la personne), 2 en haut à droite (à la gauche de la personne), 3 en bas à droite (à la gauche de la personne), 4 en bas à gauche (à la droite de la personne) ;
  • pour les dents temporaires (dents de lait), le chiffre des dizaines est de 5 à 8 selon le même quadrant, dans le sens des aiguilles d'une montre.

Exemples : 23 est la canine supérieure gauche ; 74 est la première molaire temporaire mandibulaire gauche.

Notation à deux chiffres de la FDI, pour une personne dont on regarderait la mâchoire de face. Les indications «gauche» et «droite» du tableau, en revanche, s'entendent du point de vue du patient.
Dents définitives
en haut à droite en haut à gauche
18 17 16 15 14 13 12 11 21 22 23 24 25 26 27 28
48 47 46 45 44 43 42 41 31 32 33 34 35 36 37 38
en bas à droite en bas à gauche
Dents de lait
en haut à droite en haut à gauche
55 54 53 52 51 61 62 63 64 65
85 84 83 82 81 71 72 73 74 75
en bas à droite en bas à gauche

Anatomie[modifier | modifier le code]

L'anatomie de la couronne en émail des dents est divisée en cinq faces :

  • face occlusale, ou face masticatoire (triturante) : c'est la face sur laquelle on mord. Cette face est constituée de cuspides (bosses) et de fosses, sillons. Elle permet l'occlusion avec son homologue de l'arcade dentaire opposée. Ce phénomène, statique ou dynamique, est d'origine réflexe ou volontaire : il est étudié dans la science de l'occlusion dentaire ;
  • face vestibulaire : c'est la face se trouvant à l'extérieur, contre la joue ;
  • face palatine (pour les dents supérieures) : c'est la face à l'intérieur, en haut et orientée vers le palais ;
  • face linguale (pour les dents inférieures) : c'est la face à l'intérieur, en bas, que la langue effleure habituellement ;
  • face mésiale : c'est la face cachée entre deux dents et la plus proche de l'axe médian de l'arcade;
  • face distale : c'est la face cachée entre deux dents et la plus éloignée de l'axe médian de l'arcade.

L'anatomie de chaque dent est unique. Cependant certains traits reviennent à une fréquence plus ou moins élevée, qui peuvent faire ressortir une « norme », avec toujours des variations individuelles.

  • Les incisives
    Elles ont une seule racine. On distingue une face vestibulaire, une face palatine ou linguale, un bord libre. La face palatine porte généralement un cingulum.
  • Les canines
    La couronne est en pointe, ou dent du lion. Une seule racine, très longue. C'est aussi la dent de l'œil : une infection à son extrémité se transmet vite à l'œil, via le canal lacrymal.
  • Les prémolaires
    Les prémolaires inférieures ont généralement une racine, la première prémolaire supérieure a deux racines, la deuxième une seule. Elles ont deux cuspides, souvent très marquées.
  • Les molaires
    Les molaires supérieures ont généralement trois racines, les molaires inférieures deux. Elles ont généralement quatre cuspides, sauf la première molaire inférieure qui en a cinq. Les dents de sagesse ont une anatomie plus variable.

Odontogénèse[modifier | modifier le code]

Origine et évolution des dents[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire évolutive des dents.

Les dents sont apparues chez l'ancêtre des Gnathostomes il y a environ 450 millions d'années. Elles sont issues de structures dermo-épidermiques (les odontodes) qui étaient disposés régulièrement sur l'ensemble de la surface du corps des Ostracodermes. Ces structures auraient migré à l'intérieur de la bouche chez les Gnathostomes.

Ces structures ont ensuite évolué de diverses manières dans les différentes lignées, souvent en relation avec le régime alimentaire. On peut ainsi observer une spécialisation des dents des Mammifères selon l'axe antéro-postérieur, avec l'apparition d'incisives, de canines, de prémolaires et de molaires. La forme des dents, et notamment des dents jugales (molaires et prémolaires), présente aussi une grande spécialisation chez les Mammifères, avec l'évolution d'une occlusion des dents supérieures et inférieures, c'est-à-dire une complémentarité de forme entre les dents supérieures et inférieures permettant une augmentation de la surface et de l'efficacité du broyage lors de la mastication.

L'évolution des dents chez les Vertébrés est aussi marquée par de nombreuses régressions. Chez les Mammifères, on observe une diminution du nombre de génération dentaire: la polyphyodontie (nombreux remplacements des dents), caractère ancestral que l'on retrouve par exemple chez les Gnathostomes comme le requin, est remplacé par une diphyodontie (un seul remplacement dentaire, donc seulement deux générations de dents (dents de lait et dents adultes)), voire par une monophyodontie (pas de remplacement dentaire) chez certains groupes. On note aussi une tendance générale à la réduction du nombre de dents (notamment des dents jugales) chez les Mammifères. Cette tendance est exagérée chez les Monotrèmes qui ont perdu les incisives et les canines, et ont un nombre de molaires et de prémolaires très réduit. La régression des dents est même totale chez les Oiseaux, qui n'ont plus de dents du tout, mais chez lesquels on peut encore observer au cours du développement des bourgeons de dent qui avortent par la suite.

Rôles[modifier | modifier le code]

Les dents ont plusieurs rôles importants :

  • alimentation : les incisives permettent de sectionner les aliments (ou autre chose) ; les molaires et prémolaires permettent la mastication, le broyage des aliments ; les canines permettent de déchiqueter les aliments comme la viande (voir les carnivores et leurs canines) ;
  • phonétique : les dents, en association avec la langue et les lèvres, permettent de prononcer de nombreux phonèmes ;
  • esthétique : elles soutiennent les tissus mous qui les entourent (lèvres, joues) et participent au sourire.
    Quand elles sont absentes, on assiste à l'affaissement de l'étage inférieur de la face (la mandibule « remonte » et s'avance, les lèvres s'enfoncent) : c'est le profil du vieillard édenté. Ce phénomène est accentué par la disparition de l'os alvéolaire. Cet os existe par et pour la dent, et « fond » progressivement lorsque, avec la dent, la stimulation mécanique disparaît. Certaines espèces ont des dents qui dépassent hors de la bouche ;
  • attaque et défense, pour de nombreux animaux : il s'agit d'armes. Les dents des serpents venimeux, tels le crotale, sont percées de canaux à venin. En revanche, les cétacés mysticètes, comme les baleines grises, n'ont pas de dents : leurs fanons qui servent de filtres sont des structures kératinisées plus proches des griffes ou des ongles.

Soins des dents[modifier | modifier le code]

Les dents étant minéralisées, elles peuvent se déminéraliser à la suite de la production d'acide par les bactéries buccales : c'est ce qu'on appelle la carie. Elles peuvent aussi perdre progressivement leur attache aux mâchoires à la suite d'une réaction inflammatoire causée par les bactéries buccales : c'est la maladie parodontale.

Il est particulièrement important de bien les nettoyer, par un brossage régulier et adapté ainsi que par le passage de fils dentaire, brossette ou bâtonnet entre les dents.

Image d'une prémolaire reconstituée.

En cas de pathologie, il faut consulter un dentiste. La médecine dentaire peut se subdiviser en plusieurs parties :

  • odontologie conservatrice - soins sur la couronne dentaire : traitement des caries, hyperesthésie dentinaireetc.
  • endodontie - soins à l'intérieur des racines dentaires : traitement endodontiques…
  • endodontie chirurgicale - chirurgie de l'extrémité des racines dentaires : exérèse de granulomes et kystesetc.
  • occlusodontie ou science de l'occlusion dentaire, dont la gnathologie, l'occlusion neuromusculaire et l'occlusodontologie : le rôle de la dent et de tous les tissus qui l'entourent dans la fonction manducatrice du complexe stomatognathique. Les fonctions occlusales réflexes, innées ou acquises, conditionnent la bonne marche de l'appareil manducateur, face à la gravité terrestre, aux disciplines scientifiques et aux spécialités médicales. Traitement des problèmes de contacts dentaires, de douleurs, de craquements de l'articulation temporo-mandibulaire et des tensions au niveau des muscles masticateurs et cervicaux ;
  • odontologie chirurgicale - chirurgie en rapport avec les dents : avulsion de dents de sagesse, canines incluses, etc.
  • prothèse - tout ce qui concerne la reconstitution des pertes de substance des dents ou le remplacement des dents absentes : couronnes, bridges, prothèses amovibles…
  • parodontologie ou parodontie : traitement des maladies parodontales (pathologies des tissus entourant les dents) ;
  • chirurgie : avulsion (extraction) de dents de sagesse ou de canines incluses ou enclavées ou de tout organe dentaire trop délabré pour être restauré ;
  • implantologie : remplacement des dents absentes par des « racines » artificielles en titane, fixées dans l'os ;
  • orthodontie, ou orthopédie dento-faciale : traitement de l'alignement des dents et de l'engrènement des mâchoires ;
  • pédodontie, ou odontologie pédiatrique : soins dentaires chez les enfants ;
  • gérodontologie : soins dentaires de la personne très âgée.

Traumatisme dentaire[modifier | modifier le code]

En France: procédure en cas de dommage accidentel aux dents

Un dommage accidentel aux dents lié à un choc entraîne une dent endommagée, déplacée voire perdue, et nécessite une consultation d'urgence chez un dentiste.

  • Contusion dentaire
  • Fracture dentaire, avec ou sans lésion de la pulpe
  • Luxation dentaire, partielle ou complète
  • Fracture de l'os alvéolaire

Anomalies dentaires[modifier | modifier le code]

Les anomalies dentaires sont très variables car l'odontogenèse dure longtemps (plusieurs années) et est très sensible aux différentes agressions. Par ailleurs certaines anomalies sont héréditaires.

Anomalies de nombre[modifier | modifier le code]

  • Diminution :
    • hypodontie : manque de certaines dents à la suite d'agénésies. Origine héréditaire. Rare en denture temporaire,
    • oligodontie : absence de nombreuses dents ; souvent les quelques dents présentes sont plus petites. Souvent associé à un syndrome ectodermique (syndrome de Christ-Siemens-Touraine),
    • anodontie : aucune dent n'est formée.
  • Augmentation
    • hyperdontie = polydontie : dents surnuméraires, trop nombreuses (plus rare que hypodontie). La dent surnuméraire est une anomalie de nombre plus fréquente en denture permanente qu’en denture temporaire. Elle se situe la plupart du temps, dans la région incisive du maxillaire supérieur[2],
    • mésiodens : dent supplémentaire entre les deux incisives centrales maxillaires,
    • dédoublement = dents jumelles = doublon surnuméraire : soit une quatrième molaire, soit une troisième prémolaire. Ces dents restent généralement incluses,
    • hyperdontie syndromique : dans la dysostose cléïdo-crânienne ou le syndrome de Garner,
  • Polyphilodontie. Normalement l'homme est diphyodonte : deux dentures se succèdent. Exceptionnellement on peut voir trois dentures successives :
    • dentition pré-déciduelle : dent rudimentaire sans racine présente à la naissance ; va tomber pendant la première semaine néo-natale,
    • dentition post-permanente.

Anomalies de taille[modifier | modifier le code]

  • Microdontie : dent plus petite que la normale. Aussi appelée « dent en grain de riz ». Concerne souvent les incisives latérales supérieures ou les dents de sagesse supérieures ;
  • macrodontie : dent plus grosse que la normale. Peut être liée à un gigantisme hypophysaire.

Dysmorphies : anomalies de forme[modifier | modifier le code]

  • Anomalies de toute la dent :
    • gémination : le germe s'est divisé en partie ; la dent est plus volumineuse. (ou : une dent normale est collée à une dent surnuméraire),
    • fusion : union avec interpénétration tissulaire de deux germes, durant leur formation,
    • dédoublement : stade ultime de la gémination. Impliqué dans l'étiopathogénie des dents surnuméraires,
    • dent invaginée = dens in dente : il y a comme une seconde dent à l'intérieur de la dent principale (essentiellement sur les dents monoradiculées),
    • taurodontisme : chambre pulpaire anormalement grande ; furcation plus apicale,
    • dilacération : un traumatisme durant la formation de la dent a entraîné un dommage du germe,
  • anomalies de la couronne :
    • dent conique en grain de riz. Concerne surtout les incisives latérales,
    • dent évaginée = coulée d'émail : sorte de grosse cuspide supplémentaire. Tubercule de Carabelli, tubercule de Bolk, tubercule de Leong, cingulum disproportionné. Il faut les éliminer en cas de gêne de l'occlusion,
  • anomalies de racines :
    • taille : anormale si la longueur est inférieure ou égale à celle de la couronne,
    • direction : axe plus ou moins coudé, en baïonnette, torsadé… Ces courbures peuvent être dues à des obstacles durant la croissance,
    • nombre : variable, surtout sur la troisième molaire : de une à sept racines,
    • concrescence = concrétion : les racines de deux dents sont entrées en contact au cours du développement et ont fusionné.

Dystopies[modifier | modifier le code]

  • Inclusion ; la dent reste incluse dans l'os sans faire son éruption :
    • inclusions habituelles : dent de sagesse, canines maxillaires, deuxième prémolaire maxillaire,
    • inclusion avec ectopie ou malposition : dent de sagesse dans la branche montante de la mandibule ; dent dans le sinus maxillaire,
  • enclavement et ankylose : une dent temporaire qui ne tombe pas empêche la dent permanente de pousser ;
  • ectopie : canine supérieure palatine ; incisive latérale inférieure près de la deuxième molaire lactéale ; dent de sagesse peut sortir au niveau du rebord basilaire, sous le condyle mandibulaire…
  • transposition : inversion de place entre deux dents ;
  • anastrophie : inversion du sens d'éruption du germe.

Dysplasies : anomalies de structure[modifier | modifier le code]

  • Dysplasies de cause générale  :
    • hypoplasie simple : modification légère de la morphologie de l'émail, sans altération de la dent ;
    • hypoplasie complexe : modification de la structure et des caractères généraux de la dent. Dent de Hutchinson (incisive centrale maxillaire en tour de vis) ; dent de Mozer (première molaire supérieure conique) ;
    • fluorose dentaire : défaut de minéralisation à la suite d'une ingestion excessive de fluor pendant la formation des dents,
  • dysplasies de cause locale :
    • hypoplasie traumatique,
    • hypoplasie d'origine infectieuse : dent de Turner,
  • odontodysplasie régionale = dent fantôme. Touche l'émail plus la dentine. Plutôt chez les filles, les dents temporaires antérieures. Elles sont appelées ainsi car on les distingue à peine à la radiographie ;
  • dent en écaille : due à un arrêt de croissance de la papille ecto-mésenchymateuse et une incapacité pour la pulpe à former de la dentine normale ;
  • dysplasies héréditaires :
    • amélogenèse imparfaite : l'émail ne se constitue pas correctement. On distingue les amélogenèses imparfaites hypoplasique, hypomature, hypominéralisée,
    • dentinogenèse imparfaite : la dentine ne se forme pas correctement. On distingue : le type 1 : dans l'ostéogenèse imparfaite ; le type 2 : dentine opalescente héréditaire ; le type 3 : dentinogenèse imparfaite de BrandyWine.

Dyschromies[modifier | modifier le code]

  • Dyschromies primitives = dyschromies intrinsèques : certains produits ingérés lors de la formation des dents peuvent les colorer dans la masse. La coloration est définitive :
    • érythrodontie : coloration rose-brun. C'est un symptôme de la porphyrie congénitale,
    • dent verte : due à un ictère néo-natal,
    • dent brun-jaune = coloration à la tétracycline (un antibiotique),
    • fluorose dentaire : un apport excessif de fluor peut colorer les dents. Dans les formes modérées : fines lignes blanches horizontales et parallèles. Dans les formes plus avancées : tâches blanchâtres s'étendant progressivement. Dans les formes sévères : tâches jaunâtres ou brunâtres avec zones d'érosions. La fluorose dentaire apparaît dès prise orale régulière de 2 mg par jour de fluor,
    • coloration verdâtre lors de traitement par ciprofloxacine chez les nourrissons,
  • dyschromies acquises = dyschromies extrinsèques : certains produits peuvent entraîner des colorations plus ou moins superficielles des dents. La coloration s'élimine par brossage, détartrage, polissage ou autres :
    • sels métalliques : fer brun, cuivre vert, zinc noir, argent ardoise,
    • produits chimiques : mercure, goudron (dans le tabac), vapeurs nitreuses,
    • médicaments : chlorhexidine (brun). La chlorexidine est présente dans de nombreux bains de bouche. Son utilisation au long cours est à proscrire,
    • bactéries : certaines bactéries ou champignons sont chromogènes (vert, orangé, noir),
    • causes iatrogènes : un amalgame peut donner à la dent une coloration noirâtre,
    • aliments : café, thé, vin, myrtilles… Ces colorations sont généralement réversibles,
  • dyschromies d'origine interne (après éruption de la dent) :
    • traumatisme : un choc violent provoque la nécrose de la pulpe, qui va entraîner une coloration brunâtre ou rosâtre de la dent,
    • granulome interne.

Dents des animaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dent animale.

Art et culture[modifier | modifier le code]

Expressions[modifier | modifier le code]

  • « Faire ses dents » : avoir les dents qui percent, chez un jeune enfant. Par extension il s'agit d'une personne qui apprend quelque chose par l'expérience.
  • « Avoir une dent contre quelqu'un » : avoir des griefs, en vouloir à quelqu'un.
  • « Avoir la dent dure » : manquer d'indulgence dans des attaques verbales.
  • « Avoir les dents longues » : avoir beaucoup d'ambition, donc d'appétit. Par exagération, on peut dire de quelqu'un : il a les dents qui rayent le parquet.
  • « Œil pour œil, dent pour dent » (loi du Talion) : par vengeance, infliger à quelqu'un les mêmes dommages qu'il vous a infligés.
  • « Mentir comme un arracheur de dents » : mentir sans scrupule. Vient de la réputation des barbiers-chirurgiens du Moyen Âge, qui vantaient nombre de panacées douteuses depuis leurs étals.
  • « Se casser les dents sur quelque chose » : subir un échec cuisant.
  • « Croquer la vie à pleines dents » : avoir un appétit de vivre pleinement, profiter de la vie (dans la même idée : soif de vivre).
  • « Prendre le mors aux dents » : s'emballer.
  • « En dents de scie » : irrégulier, hérissé de pointes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Robert, dictionnaire historique de la langue française, Paris 1998
  2. Dents surnuméraires : Aspects cliniques et approches thérapeutiques

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :