Tartre dentaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaque de tartre

Le tartre dentaire est de la plaque dentaire minéralisée.

Contrairement à la plaque dentaire, qui doit être éliminée régulièrement avec une bonne hygiène bucco-dentaire, le tartre ne peut plus être enlevé avec une brosse à dents. Il est enlevé chez le dentiste par un détartrage aux ultrasons ou à la curette, en supra et en sous-gingival.

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Le tartre est responsable des maladies parodontales : gingivite puis parodontite.

Des affections aussi variées que les maladies cardiovasculaires (hypertension artérielle systolique[1], infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébrauxetc.), les diabètes de type I comme de type II, les accouchements prématurés et les petits poids de naissance, des affections bronchopulmonaires (pneumonies, broncho-pneumopathie chronique obstructive) seraient liées au tartre dentaire. Les mécanismes afférents ne sont toutefois pas encore déterminés[2].

Formation[modifier | modifier le code]

Le tartre se forme prioritairement au niveau de la face linguale (du côté de la langue) des incisives inférieures, en effet, la salive de la glande submandibulaire contient une concentration importante en calcium, facilitant la minéralisation. On peut l'observer sur la face vestibulaire (du côté de la joue) des premières molaires supérieures. Il se dépose plus rarement ailleurs, mais on peut parfois en observer sur toutes les dents en cas de mauvaise hygiène bucco-dentaire.

Il se forme plus ou moins vite selon les individus, en fonction de différents facteurs :

  • qualité du brossage : mieux la plaque dentaire est éliminée, moins le tartre pourra se former ;
  • salive : selon les variations de pH, le pouvoir tampon, la quantité, etc.
  • facteurs exogènes : le tabac, les radiations ou certains médicaments induisent une diminution ou une suppression du flux salivaire et donc un risque accru de développement de la plaque bactérienne et donc du tartre.

Le tartre, normalement clair, peut être coloré par la consommation de produits comme le thé, le café ou le tabac, et atteindre des teintes de brun foncé. On peut observer ce genre de colorations au niveau des caries ou des caries stoppées.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le tartre peut se déposer sur toute la surface des dents. On distingue :

  • le tartre supra-gingival : c'est celui qu'on peut voir à l'œil nu. Il est généralement de couleur blanchâtre ;
  • le tartre sous-gingival : c'est le tartre qui s'est déposé sur la racine de la dent, à l'abri de la gencive, au niveau des poches parodontales. Il est souvent beaucoup plus foncé. Ce tartre est le plus dommageable : les bactéries sont protégées à l'intérieur de la poche, et progressivement la flore aérobie se transforme en flore anaérobie, plus pathogène. Par ailleurs, comme on ne le voit pas, on ne s'en rend pas compte.

Prophylaxie[modifier | modifier le code]

Le meilleur moyen d'éviter la formation de tartre est d'avoir une bonne hygiène bucco-dentaire (brossage doux, de deux minutes minimum, 2 fois par jour), et de faire une visite dentaire au moins une fois par an (2 fois de préférence). Un détartrage régulier chez le dentiste est également préconisé. Il convient de ne pas seulement brosser les dents mais également la gencive, par exemple avec une brosse à dent aux poils plus souples. L'usage de fil dentaire est fortement recommandé pour éliminer la plaque entre les dents, le tartre se développant facilement dans les espaces exigus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Francesco D'Aiuto, Mohamed Parkar, Luigi Nibali, Jean Suvan, Jan Lessem, Maurizio S. Tonetti, « Periodontal infections cause changes in traditional and novel cardiovascular risk factors: Results from a randomized controlled clinical trial », American Heart Journal, vol. 151, no 5,‎ mai 2006, p. 977-984 (ISSN 00028703, PMID 16644317, DOI 10.1016/j.ahj.2005.06.018, résumé)
  2. (en) Amir Azarpazhooh et Howard C Tenenbaum, « Separating fact from fiction: use of high-level evidence from research syntheses to identify diseases and disorders associated with periodontal disease », Journal (Canadian Dental Association), vol. 78,‎ 2012, c25 (ISSN 1488-2159, PMID 22436432, lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]