Barthélemy (apôtre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Barthélémy et Saint-Barthélémy.
Le martyre de Barthélemy par Giambattista Tiepolo

Barthélemy est un des douze apôtres de Jésus-Christ. Son nom figure dans les listes d'apôtres des trois évangiles synoptiques (en Mt 10:2-3; Mc 3:16-19 et Lc 6:13-16) et du livre des Actes des Apôtres (en Ac 1:13). La tradition chrétienne l'a longtemps identifié au disciple Nathanaël mentionné dans l'évangile selon Jean mais cette assimilation est rejetée par l'exégèse contemporaine[1].

C'est un saint chrétien fêté le 24 août en Occident et le 25 août ou le 11 juin (avec Barnabé) en Orient.

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

Saint Barthélemy, apôtre, basilique saint Jean de Latran, Rome, Italie.

Le préfixe Bar signifiant « fils » en araméen, on le retrouve dans les Évangiles synoptiques dans Bartimée, fils de Timée[2], ou dans bar Tolmay un des apôtres d'après les églises orientales. Dans la tradition chrétienne il est identifié à l'apôtre Nathanaël[3]. Dans les sources en syriaque il est appelé aussi bien Barthélemy que Nathanaël bar Tolmay ou Nathanaël Barthélemy[4].

Il aurait évangélisé l’Arabie, la Perse et peut-être l'ouest de l'Inde en collaboration avec l'apôtre Thomas[5]. Trois traditions anciennes indépendantes, la tradition alexandrine (avec Eusèbe de Césarée et Saint Jérôme), les martyrologes anciens, et la « Passion » de saint Barthélemy associent l'apostolat de l'apôtre Barthélemy avec l'Inde (India felix). Il est aussi qualifié d'apôtre des Araméens[4].

Selon Eusèbe de Césarée, lorsque Pantène d'Alexandrie se rendit en Inde, « il trouva précédant sa venue, l'Évangile selon Matthieu, chez certains qui là-bas reconnaissaient le Christ (probablement les Chrétiens de saint Thomas), auxquels Barthélemy avait prêché et avait laissé l'écrit de Matthieu en caractères hébreux »[6]. Jérôme de Stridon reprend la même information en précisant que Pantène revint à Alexandrie avec un exemplaire de ce livre[7]. Il pourrait s'agir de l'écrit de Matthieu « en langue hébraïque » qui semble n'avoir contenu que des paroles de Jésus et dont parle Papias d'Hiérapolis.

D'après la tradition chrétienne, il est à l'origine, avec Thomas et Jude Thaddée, de la prédication en Arménie[8]. Barthélemy ayant reçut Albanopolis comme région à évangéliser[8]. Il aurait été mis à mort à Albanopolis qui est soit la ville de petite Arménie, soit la ville de même nom située au sud de la chaîne du Caucase[9]. Ces traditions sont reprises par l'Église apostolique arménienne.

Représentation[modifier | modifier le code]

Attribut : la dépouille de sa propre peau. Bien que certaines traditions affirment qu’il fut crucifié, noyé ou décapité, Barthélemy porte la dépouille de sa propre peau parce qu’il fut aussi écorché vif. Quelquefois, il tient en main le grand couteau qui servit à ce supplice. Jacques de Voragine dans La Légende dorée rapporte les trois hypothèses : « Sur le genre exact du martyre de saint Barthélémy les avis diffèrent : car saint Dorothée affirme expressément qu'il a été crucifié. Et il ajoute que son supplice eut lieu dans une ville d'Arménie nommée Albane, comme aussi qu'il fut crucifié la tête en bas. D'autre part, saint Théodore assure que l'apôtre a été écorché vif ; et il y a encore d'autres historiens qui prétendent qu'il a eu la tête tranchée. Mais, au fait, cette contradiction n'est qu'apparente : car rien n'empêche de penser que le saint a d'abord été mis en croix, puis, pour plus de souffrances, écorché vif, et enfin décapité. »

Culte[modifier | modifier le code]

Des reliques de l'apôtre sont préservées sous l'autel principal de la basilique Saint-Barthélemy-en-l'Île, sur l'île tiberine, à Rome.

Saint Barthélemy tenant le couteau de son martyre et sa peau écorchée (le visage pourrait être celui de Michel-Ange), détail de la fresque du Jugement Dernier de la Chapelle Sixtine, peinte par Michel-Ange.

Saint Barthélemy, patron des bouchers, des tanneurs et des relieurs, est fêté le 24 août en Occident et le 25 août en Orient. Ces deux dates correspondent vraisemblablement au transfert de ses reliques dans l'île de Lipari en 580.

L'anniversaire de son martyre est célébré le 11 juin[Qui ?], une commémoration qui a subsisté dans le calendrier de l'église orientale.

Représentation dans les arts[modifier | modifier le code]

Attributs[modifier | modifier le code]

  • le poignard
  • peau écorchée
  • le livre

Exemple : Saint Barthélemy du Pérugin

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard R. Losch, All the People in the Bible : An A-Z Guide to the Saints, Scoundrels, and Other Characters in Scripture, éd. Wm. B. Eerdmans Publishing, 2008, p. 58
  2. Évangile selon Marc, 10, 46-52.
  3. (en) Joel B. Green, Scot McKnight, I. Howard Marshall, Dictionary of Jesus and the Gospels, InterVarsity Press,‎ 1992 (ISBN 0-8308-1777-8), p. 180
  4. a et b Don Régis Moreau, Thomas en Chine : les sources in L'apôtre Thomas et le christianisme en Asie, éd. AED, Paris, 2013, p. 41.
  5. Ilaria ramelli, L'arrivée de l'Évangile en Inde et la tradition sur saint Thomas in L'apôtre Thomas et le christianisme en Asie, éd. AED, Paris, 2013, p. 67-69.
  6. Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, V, 10, 3, cité par Ilaria ramelli, L'arrivée de l'Évangile en Inde et la tradition sur saint Thomas in L'apôtre Thomas et le christianisme en Asie, éd. AED, Paris, 2013, p. 65.
  7. Ilaria ramelli, L'arrivée de l'Évangile en Inde et la tradition sur saint Thomas in L'apôtre Thomas et le christianisme en Asie, éd. AED, Paris, 2013, p. 66.
  8. a et b Maxime Yevadian, Le catholicos arménien Sahak III Dzoroporetsi et l'Église de Chine in L'apôtre Thomas et le christianisme en Asie, éd. AED, Paris, 2013, p. 129.
  9. Maxime Yevadian, Le catholicos arménien Sahak III Dzoroporetsi et l'Église de Chine in L'apôtre Thomas et le christianisme en Asie, éd. AED, Paris, 2013, p. 130.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :