Caudry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caudry
Le musée de la dentelle.
Le musée de la dentelle.
Blason de Caudry
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Clary
Intercommunalité Communauté de communes du Caudrésis - Catésis
Maire
Mandat
Guy Bricout
2014-2020
Code postal 59540
Code commune 59139
Démographie
Gentilé Caudrésiens
Population
municipale
14 582 hab. (2011)
Densité 1 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 33″ N 3° 24′ 45″ E / 50.1258333333, 3.412550° 07′ 33″ Nord 3° 24′ 45″ Est / 50.1258333333, 3.4125  
Altitude Min. 103 m – Max. 138 m
Superficie 12,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Caudry

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Caudry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caudry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caudry
Liens
Site web caudry.fr

Caudry est une commune française d'environ 14 000 habitants située dans le sud du département du Nord et de la région Nord-Pas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Caudrésiens.

Caudry est longtemps resté un village que rien ne distinguait de ses voisins et qui n'occupe pas une position stratégique. Son activité, comme celle des autres villages du Cambrésis, se partageait entre l'agriculture et le tissage. Au début du XIXe siècle, des tisserands se lancent dans la fabrication de tulle à l'aide de métiers importés en fraude d'Angleterre. Après des débuts difficiles, l'industrie textile métamorphose Caudry en quelques décennies de village en petite ville industrielle : fabrication du tulle, de la dentelle mécanique « Leavers », dont la qualité est couronnée à l'exposition internationale de Bruxelles de 1910, à quoi s'ajoute la broderie mécanique.

Bien que les effectifs de l'industrie textile aient beaucoup diminué au XXe siècle à Caudry comme dans le Cambrésis, la ville s'efforce, dans les dernières décennies du XXe siècle et le début du XXIe siècle, de conserver sa vocation industrielle tout en la diversifiant. Elle partage avec Calais le titre de capitale mondiale de la « dentelle de Calais », destinée à la haute-couture et au prêt-à-porter de luxe et a reçu en 1995 le label « Ville et Métiers d'Art ».

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Paysage au nord de Caudry
Paysage au nord de Caudry.

Caudry est située dans la région Nord-Pas-de-Calais, dans le sud du département du Nord. À vol d'oiseau, la ville est à 9,5 km du Cateau-Cambrésis, 13,5 km de Cambrai, 27,6 km de Valenciennes et 31,7 km de Saint-Quentin. La capitale régionale, Lille, est à 61,8 km[Note 1].

Caudry est située approximativement au centre du Cambrésis, région historique et naturelle qui borde le Bassin parisien au nord, entre les collines de l'Artois à l'ouest et la Thiérache à l'est. Autour de Caudry s'étendent des paysages d'openfield parsemés d'un réseau dense de gros villages. Les terres labourables sont consacrées principalement aux céréales, aux cultures fourragères et à la betterave[1]. Caudry est à une dizaine de kilomètres à l'ouest du Parc naturel régional de l'Avesnois.

Communes limitrophes de Caudry
Beauvois-en-Cambrésis Béthencourt Béthencourt
Beaumont-en-Cambrésis
Fontaine-au-Pire Caudry Beaumont-en-Cambrésis
Ligny-en-Cambrésis Montigny-en-Cambrésis
Bertry
Troisvilles

Hydrographie, géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune de Caudry est située dans le bassin de l'Escaut. La ville n'est traversée par aucun cours d'eau, même si deux ruisseaux coulent en partie sur le territoire communal : au sud le « riot Mauby » se dirige, sous des appellations différentes (« le riot des Morts », « la Warnelle », « le torrent d'Esnes »), vers l'ouest et rejoint l'Escaut à Crèvecœur-sur-l'Escaut ; à l'ouest de la ville le « riot de Caudry » s'écoule vers le nord-ouest et rejoint l'Erclin, affluent de rive droite de l'Escaut, à Rieux-en-Cambrésis[2]. Les vallées de ces deux cours d'eau, en aval de Caudry, sont classées « espaces à renaturer »[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Le climat est de type océanique tempéré dans ce département ayant une façade maritime, située à un peu moins de 150 km du territoire communal. Du fait de cette distance, le climat local est légèrement plus continental que celui de la côte. Les amplitudes thermiques sont modérées (un peu plus grandes que sur le littoral) et les hivers sont doux avec un temps instable. Il pleut en moyenne environ 600 mm de pluie par an. Les précipitations sont de 637 mm à Cambrai, station météorologique la plus proche à environ 15 km[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'ancienne « gare du Cambrésis »
L'ancienne « gare du Cambrésis ».
Le boulevard de contournement est
Le boulevard de contournement est.

Réseau ferré[modifier | modifier le code]

Caudry est sur la ligne des TER Nord-Pas-de-Calais no 22 et TER Picardie no 3 (Lille - Douai - Cambrai - Saint-Quentin - Laon - Reims) et des trains intercités Cambrai - Paris. Elle est desservie par des trains directs à destination de Cambrai, Lille, Paris, Reims et Chauny.

Jusqu'en 1960, date de fermeture de la dernière ligne, Caudry était au centre du réseau local de la Société des Chemins de fer du Cambrésis qui reliait la ville à Cambrai, Denain, Le Cateau et Catillon, et Saint-Quentin.

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Caudry est située immédiatement au sud de la route départementale 643 (anciennement route nationale 39, puis route nationale 43) qui relie Cambrai à l'ouest à Charleville-Mézières à l'est. Les routes départementales D16, D16a, D45, D115 et D115a traversent également le territoire communal.

Un contournement routier de 2,5 km, qui doit relier par l'ouest de la ville la RD 643 au nord au pôle de la gare au sud en desservant la future piscine intercommunale et le centre de formation des apprentis, est inscrit depuis 2008 parmi les projets prioritaires du conseil général[5].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Caudry est desservie par huit lignes du réseau CambrésiX, groupement composé de six entreprises de transport locales, vers Cambrai, Le Cateau-Cambrésis, Villers-Outréaux, Avesnes-les-Aubert et Valenciennes[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Territoire de Caudry 1914 - 2000
Territoire de Caudry (en vert), bâti en 1914 (hachuré) et en 2000 (en rose). Les lignes tiretées représentent, en bleu foncé la ligne de chemin de fer actuelle Busigny-Somain, et en bleu pâle l'ancien tracé des lignes de la Société des Chemins de fer du Cambrésis

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Vue générale de Caudry en 1929
Vue générale de Caudry en 1929
Une rue de Caudry en 2010
Une rue de Caudry en 2010

Caudry s'est développée entre la route départementale 643, au nord, et la voie de chemin de fer Busigny - Somain, au sud.

La croissance industrielle et démographique, au XIXe siècle, a résulté en une juxtaposition de logements et d'ateliers sans plan d'ensemble. Certains quartiers, comme le Transvaal, se créent autour d'une usine[d 1]. Cependant la ville se dote d'équipements urbains dès la fin du siècle, avec un hôtel de ville, un abattoir, la reconstruction de l'église, la mise en place d'un service des eaux[d 2]. Il fallut ensuite attendre la seconde moité du XXe siècle pour que la ville se modernise à nouveau, avec la construction d'un stade nautique en 1951, d'une salle des fêtes en 1953, de lotissements individuels et collectifs, d'une zone industrielle au début des années 1970 et enfin dans les années 1990 d'une base de loisirs, d'un cinéma et d'un théâtre municipaux[d 2],[d 3].

Les voies principales qui traversent la ville (rue de Saint-Quentin, rue du Maréchal-Leclerc, rue Henri-Barbusse…), ne sont que les anciennes routes qui reliaient autrefois Caudry aux villages voisins : Béthencourt, Ligny-en-Cambrésis, Beauvois-en-Cambrésis. Elles sont souvent étroites, parfois sinueuses et peu adaptées à la circulation automobile urbaine. Ceci explique la construction dans les années 1980 d'un boulevard qui contourne la ville par l'est et relie le quartier de la gare et la zone industrielle au sud à la zone commerciale et à la route départementale 643 au nord. Un second contournement est prévu à l'ouest[7].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2007, Caudry comptait 5 692 résidences principales, auxquelles s'ajoutaient 517 logements vacants, soit 7,7 % du total, et un faible nombre de résidences secondaires. Les maisons représentaient 81,3 % des résidences individuelles, pourcentage en augmentation par rapport au recensement de 1999 (78,5 %) et supérieur à celui observé dans le département du Nord (68,8 %).

La part de résidences principales datant d'avant 1949 s'élevait à 49,4 %. Pour les constructions plus récentes, 28,4 % des logements dataient d'entre 1949 et 1974 et 22,2 % d'après 1975[8].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Les projets d'aménagements, en cours ou à l'étude, concernent :

  • la revitalisation du centre ville ; le projet de rénovation urbaine du quartier Maupassant et du centre ville lancé en 2004 a abouti à la signature d'une convention le 5 février 2010, l’ensemble des opérations devant démarrer avant le 31 décembre 2013. Le projet prévoit notamment la démolition et la reconstruction de 120 logements locatifs sociaux en centre ville et dans le quartier Maupassant, la rénovation et la résidentialisation de 268 logements en centre ville et une OPAH concernant 280 logements en 5 ans[9]. Il s'agit aussi de redynamiser une galerie marchande de centre ville actuellement à l'état de friche partielle[10] ;
  • le développement autour de l'hypermarché E.Leclerc de la zone commerciale longeant la RD 643, destinée à renforcer l'attractivité commerciale de la ville. La municipalité attend la création de 200 emplois de cette zone achevée pour l'essentiel en 2010[11];
  • la construction d'une piscine intercommunale.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Caudry est mentionné dès le XIe siècle sous la forme Calderiacum, puis Calderiaco, et, aux XIIe et XIVe siècles, comme Caudri, Cauderi ou Caudry. Le mot est formé d'un nom de personne *Caldarius ou *Caldarus et du suffixe d'origine celtique -(i)-ACU, très répandu dans toute la Gaule. Caudry serait donc « le domaine de *Caldarius »[12],[13].

Le [k] initial s'explique par la situation de Caudry au nord de la ligne Joret. Il a pour équivalent au sud Chaudrey (Aube, Calderiacum 1209) et en nord occitan Chaudeyrac (Lozère, Caldeyracum 1337).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Un gisement moustérien découvert en 1877 à Busigny, à une dizaine de kilomètres au sud-est de Caudry, et fouillé à nouveau en 1972, atteste d'une présence humaine dès le paléolithique moyen[14]. Par ailleurs, des fouilles réalisées en 1997 au lieu-dit « Les Bois Blancs » à Caudry ont permis de conclure à la possibilité d'une occupation humaine au néolithique, des éclats de silex nombreux ayant été recueillis sans toutefois que des structures datant de cette époque aient été identifiées[d 4].

Sur le même site a été mise au jour une exploitation agricole du Haut-Empire romain (Ie siècle av. J.-C.) dont l'emplacement était déjà occupé à l'époque gauloise[d 5]. Du reste d'autres villas ont été identifiées par la photographie aérienne dans le Cambrésis[d 6]. À l'époque romaine le territoire de Caudry était en Gaule belgique, dans la cité des Nerviens dont la capitale fut d'abord Bavay, puis Cambrai sous le Bas-Empire.

Histoire médiévale et moderne[modifier | modifier le code]

Maxellende[modifier | modifier le code]

Si les origines de Caudry ne sont pas précisément connues, elles semblent remonter au moins à l'ère mérovingienne, puisque c'est à cette époque que les nombreux récits qui en ont été faits situent le martyre de Maxellende[a 1]. Le principal est une biographie du Xe siècle provenant sans doute du monastère Saint-Martin de Cambrai[d 7].

Selon ce récit Maxellende, issue d'une famille de l'aristocratie foncière, était née à Villa Calderiacensis, aujourd'hui Caudry. Elle avait été promise par son père Humlinus à Harduin d'Amerval, fils du seigneur de Solesmes. Ayant décidé de consacrer sa vie à Dieu, Maxellende repoussa ce mariage. Lorsque Harduin tenta de l'enlever, elle s'échappa, lui résista, et il la tua d'un coup de poignard. Il perdit la vue aussitôt. La tradition place cet évènement le 13 novembre 670, sous l'épiscopat de Vindicien, évêque d'Arras et de Cambrai. La dépouille de Maxellende fut inhumée dans le village de Saint-Souplet. En 673, comme on rapportait en cortège les ossements de Maxellende à Caudry, Harduin d'Amerval se repentit sur son passage et recouvra la vue. À la suite de ce qui fut considéré comme un miracle, Vindicien proclama la sainteté de Maxellende, et un pèlerinage fut établi à Caudry. Au VIIIe siècle les reliques de la sainte furent transportées à l'abbaye Saint Martin de Cambrai. C'est au Xe siècle que l'évêque Rothard fit installer la châsse dans la cathédrale de Cambrai et que Maxellende devint, avec Saint Géry, la patronne secondaire du diocèse[a 2]. Enfin, au XIe siècle, les reliques furent données par l'évêque Gérard à l'abbaye Saint-André du Cateau qu'il avait fondée. Elles ne revinrent à Caudry que pendant la révolution, en 1791[d 8].

Du Moyen Âge à la Révolution française[modifier | modifier le code]

Caudry sur la carte de Cassini
Caudry sur la carte de Cassini (1758).

Modeste village jusqu'à son industrialisation au XIXe siècle, Caudry n'a pas un passé comparable à celui des villes voisines de Cambrai ou Le Cateau-Cambrésis[c 1]. Son histoire suivit celle du Cambrésis, dont la suzeraineté fut donnée en 1007 à l'évêque de Cambrai par l'empereur Henri II[b 1]. Le territoire de Caudry se trouva à cette date divisé en deux parties : tandis que Bourneville et Le Coquelet dépendaient du comté de Cambrésis, la plus grande partie avec Frenèches, La Guisette, Potelle et Tabeaumez formait une enclave du comté de Hainaut dans le Cambrésis[c 2]. Le village voisin d'Audencourt, commune rattachée à Caudry en 1964, était quant à lui l'une des douze pairies du Cambrésis. Les seigneurs de Caudry sont rarement cités dans les récits anciens, contrairement à ceux des villages environnants[c 3]. Un seigneur Almaric de Caudry est mentionné en 1007. Un autre Almaricus de Calderiaco est présent en 1096 au tournoi d'Anchin. En 1184, le châtelain est Nicolas de Caudry, l'un des six pairs de Valenciennes[c 3].

Caudry fut annexé par le royaume de France avec l'ensemble du Cambrésis par le traité de Nimègue signé en 1678, après la prise de Cambrai par Louis XIV en 1677.

Le dernier seigneur de Caudry fut Charles Cordier, conseiller au parlement de Flandres, qui réunit entre ses mains les terres dépendant de Caudry-Hainaut et de Caudry-Cambrésis. Ses biens furent confisqués à la Révolution[c 3].

Lors de la création des départements en 1793, Caudry fut rattaché au canton d'Estourmel (et à partir de 1810 au canton de Clary) et au district de Cambrai dans le département du Nord.

En 1794, une armée de la Convention commandée par le général René-Bernard Chapuis tentait de dégager Landrecies assiégée par des coalisés austro-anglais[15]. Le 26 avril, les colonnes françaises rencontrèrent l'ennemi au sud-est de Caudry, entre Audencourt et le Tronquoy, et furent sévèrement battues. Les combats furent si meurtriers que le ruisseau qui coule à cet endroit a gardé le nom de « riot des Morts »[c 4].

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

L'industrialisation au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Métier Jacquard
Métier Jacquard, Musée des arts et métiers, Paris
Métier à dentelle avec ses bandes perforées Jacquard
Métier à dentelle avec ses bandes perforées jacquard, début du XXe siècle
Les origines[modifier | modifier le code]

Valenciennes, et surtout Cambrai, étaient, sous l'Ancien Régime, les centres d'une industrie prospère des « toilettes » ou « batistes »[c 5]. Cette production migra peu à peu dans les campagnes, si bien que le tissage à domicile était devenu l'activité principale de l'ensemble des villages du Cambrésis : à la fin du XVIIIe siècle plus de 10 000 métiers, dans le Hainaut et le Cambrésis, tissaient des toiles fines[16]; au début du XIXe siècle certains villages du Cambrésis comptaient jusqu'à 400 ou 500 métiers[c 6]. Cette activité avait commencé à décliner dès le règne de Louis XIV pour de multiples raisons. La Révolution française, les guerres qui suivirent, et le blocus continental accentuèrent encore ce déclin[c 7]. Cette situation explique, au moins en partie, l’implantation dans la région au XIXe siècle d’une industrie des tulles et dentelles mécaniques, bénéficiant d'une part d’une main d’œuvre déjà formée et offrant d'autre part aux tisserands des campagnes la possibilité de trouver une activité de substitution[c 8],[c 9].

Les métiers à tulle furent inventés en Angleterre au début du siècle : à Nottingham en 1809, John Heathcoat fit breveter son invention d'un métier à pédales qui produisait mille treilles de tulle à la minute, tandis qu'au fuseau les dentellières en faisaient cinq ou six[c 10]. Dans les années suivantes, de nombreux perfectionnements virent le jour, jusqu'à l'utilisation de la vapeur en 1822 qui permit l'installation de métiers en usines[c 11]. Le métier à dentelles fut mis au point en France quelques années plus tard. À Lyon, en 1824, Colas et Delompré adaptèrent au métier à tulle Mechlin le système Jacquard de cartes perforées permettant de « programmer » la sélection des fils de chaîne et d'obtenir des dessins[c 12]. En 1838 à Cambrai, Ferguson et Jourdan appliquèrent le système Jacquard au métier Leavers, créant une imitation de la dentelle de Chantilly, qui prit le nom de « dentelle de Cambrai »[c 13].

Des premiers métiers à la prospérité[modifier | modifier le code]

Dès 1815 le premier métier à tulle anglais fut installé en France, à Valenciennes[c 14]. L'Angleterre exportait son tulle en France mais interdisait l'exportation des machines pour tenter d'en conserver le monopole. En Angleterre même, le brevet déposé par Heathcoat et Lacey limitait les possibilités des autres inventeurs ou mécaniciens, tentés dès lors de s'établir à l'étranger[c 15]. Enfin en France la lutte contre l'importation des marchandises étrangères était telle qu'elle provoqua en 1826 le mécontentement des industriels, des agriculteurs et des commerçants[c 16]. Ces différents facteurs expliquent que de nombreux mécaniciens anglais introduisirent dans le nord de la France, pièce par pièce et en fraude, des métiers à tulle[c 17].

C'est en 1823 ou 1825 que Germain Carpriau installe le premier métier à tulle dans le Cambrésis, à Beauvois[c 18]. En 1826, Placide Gabet installe le premier métier à Caudry. Dès 1833 l'Annuaire statistique du département du Nord signale à Caudry 20 fabriques de tissu de coton, 7 fabriques de tulle et une fabrique de métiers à tulle[c 19]. Toutefois les débuts sont difficiles, car l'industrie française du tulle souffre de la concurrence des produits anglais, plus compétitifs[c 20]. En 1826, l'Angleterre dispose de 15 000 machines totalisant 375 000 chevaux-vapeur, contre respectivement 525 et 9 000 en France[c 21].

La fabrique du Transvaal
La fabrique Preux & Carpentier, dite « Transvaal »

Mais au début des années 1830, lors de la Monarchie de Juillet, la lutte contre l'importation en fraude de tulle anglais s'intensifie, ce qui aide l'industrie à se développer. En 1838, Théophile Tofflin commence la fabrication du tulle fantaisie[c 19], et à partir de cette époque la situation de l'industrie du tulle s'améliore. En 1850 plus de 25 000 personnes, hommes, femmes et enfants, travaillent aux métiers à tisser à domicile, dans les cantons qui entourent Caudry : Solesmes, Le Cateau, Carnières, Clary[17]. À partir de 1850 apparaissent des métiers mus par la vapeur. Le premier métier à guipure est installé en 1865[18].

Cependant le traité de libre échange entre la France et l'Angleterre, signé en 1860, eut un effet désastreux sur l'industrie du Cambrésis, dont l'équipement en machines restait très inférieur à celui de l'Angleterre. Des pétitions adressées à l'Empereur Napoléon III par les fabricants, puis par les ouvriers, restèrent sans effet[c 22]. De 350 en 1860, le nombre de métiers en activité passa à 147 sept ans plus tard et on comptait 300 indigents à Caudry[d 9].

La prospérité vient enfin à partir des années 1880 : l'essor industriel de la France, le goût du luxe, l'engouement pour la dentelle dans la mode féminine favorisent l'industrie caudrésienne[c 23]. Entre 1881 et 1901 la population double presque[c 24]. De 1 926 habitants en 1804, Caudry passe à 13 360 en 1911 et devient une ville où se juxtaposent encore aujourd'hui corons ouvriers, maisons de maître et ateliers et usines textiles. On compte à cette époque à Caudry 120 fabricants et une dizaine de grandes usines disposant de matériel moderne : 650 métiers à dentelles, 400 métiers à tulle, 150 machines à broder[c 25],[c 26]. Des maisons de commission anglaises et allemandes s'installent à Caudry, ainsi qu'un consulat américain[d 10]. Cet essor est brutalement arrêté par la Première Guerre mondiale.

Syndicats ouvriers et socialisme[modifier | modifier le code]
Le monument à Eugène Fiévet
Le monument à Eugène Fiévet, maire socialiste de Caudry de 1900 à 1910

Le développement de l'industrie s'accompagna d'une forte progression du syndicalisme et des idées socialistes, notamment sous l'influence de Jules Guesde, dont le Parti Ouvrier Français, fondé en 1882, s'appuyait sur de nombreux groupes socialistes et syndicats ouvriers dans la région de Lille, le bassin minier, le Cambrésis et le bassin de la Sambre[19].

Si la Confédération générale du travail fut constituée à Limoges en 1895, les ouvriers caudrésiens n'y adhérèrent pas aussitôt, préférant se regrouper sous la forme de sociétés d'assistance, de jeux ou de secours mutuels[c 27]. La première association ouvrière de Caudry date de 1883, quand fut fondé le « syndicat à casquettes » ou « clique à chariots »[Note 2], association amicale sans action revendicative, transformée l'année suivante en société de secours mutuel sous le nom d'« Union des ouvriers tullistes »[c 27]. Le premier véritable syndicat fut fondé en 1890 à l'instigation d'Eugène Fiévet secondé par Ernest Plet, ouvriers tullistes, sous le nom de « Syndicat des tullistes et similaires »[c 28]. Les ouvriers étaient alors payés différemment par leurs employeurs, certains travaux n'étaient pas rémunérés, et le temps de travail n'était pas limité. Aussi ce syndicat chercha-t-il à obtenir une tarification homogène du travail. L'échec des négociations entraîna la première grève à Caudry, en 1891. Elle opposa, parfois violemment, grévistes et « moutons noirs », et fut finalement brisée par les gendarmes et la troupe[c 29].

L'échec de cette grève amena une désaffection pour le syndicat. Cependant vers 1893 Eugène Fiévet en fonda un nouveau, réservé aux dentelliers pour plus de cohésion, tandis que les autres professions restèrent longtemps sans organisation syndicale. Un tarif fut finalement accepté par le patronat en 1897, mais dénoncé dès l'année suivante : ceci conduisit à une deuxième grève, en 1898, qui fut victorieuse pour les syndicats ouvriers. En 1904, puis en 1907, les différents syndicats de la ville s'unirent en une « Union locale des chambres syndicales ouvrières de Caudry et environs »[d 11]. D'autres grèves eurent lieu en 1911, à cause de la hausse des prix des produits agricoles, en 1914 pour des hausses de salaire[c 29]. L'activité syndicale favorisa également la création en 1902 d'une coopérative de consommation, « La Caudrésienne », qui par étapes devint en 1931 « Les Coopérateurs d'Escaut et Sambre », société dont l'activité couvrait le Cambrésis et le Vermandois[d 12].

Aux élections municipales de 1892, Caudry, avec Roubaix, fut conquise par les socialistes du Parti Ouvrier Français[b 2]. En 1900 Eugène Fiévet devint maire de Caudry, et député du Nord en 1906. En 1903 Jean Jaurès se rendit dans le Nord à l'occasion de la grande grève des tisseurs[b 3]. Son passage à Caudry le 25 octobre marqua un temps fort dans la vie locale. Il devait revenir en 1911 pour l'inauguration du monument à Eugène Fiévet, mort en 1910.

De la Première à la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La mairie transformée en Kommandantur
La mairie transformée en Kommandantur
Le monument aux morts
Le monument aux morts

Durant la Première Guerre mondiale, Caudry et le Cambrésis furent occupés par les troupes allemandes pendant presque toute la durée du conflit[20]. Les troupes allemandes entrèrent dans la ville le 27 août 1914 au matin[c 30]. La mairie servit de Kommandantur à l'armée d'occupation. À Caudry comme ailleurs dans le Nord, l'occupation par les troupes allemandes fut lourde : jusqu'à 20 000 soldats furent hébergés dans la ville, pour 12 000 habitants qui y étaient restés[b 4]. Les réquisitions furent nombreuses, et le matériel des usines fut pillé, notamment pour le cuivre, le plomb, l'étain dont manquaient les Allemands[c 31]. La ville fut libérée par la 37e division anglaise le 10 octobre 1918[c 31].

En 1920, le conseil municipal décida d'élever un monument à la mémoire des 445 Caudrésiens morts pendant la guerre. Œuvre du statuaire Paul Theunissen, le monument aux morts représente l'Humanité reconnaissante, sous les traits d'une jeune fille parée d'une couronne de fleurs, qui reçoit dans son bras gauche un poilu expirant. Sur les faces latérales du monument sont représentés quatre bas-reliefs en bronze évoquant le poilu dans sa tranchée pensant à sa ville natale, l'évacuation en octobre 1918, la libération de la cité et la visite aux tombes. Le monument fut inauguré le 1er octobre 1922.

La remise en route de l'industrie textile après la guerre fut lente et difficile en raison des destructions, du manque de matières premières, de transports et d'énergie, et de la concurrence nouvelle de la Suisse[c 32]. Après 1922 l'activité reprit, les métiers endommagés ou détruits pendant la guerre furent remplacés par du matériel moderne, de nouvelles usines furent construites[c 33]. Cependant la crise économique de 1929 frappa durement Caudry : en 1933, la production de tulle était presque entièrement arrêtée[b 5]. Un rapport de la Chambre de Commerce de Cambrai donnait 26 millions de chiffre d'affaires dans les tulles et dentelles en 1935, contre 320 millions en 1930[c 34]. On compta jusqu'à 2 000 chômeurs à Caudry. Des métiers furent vendus comme ferraille ou expédiés en Belgique, en Italie ou en Espagne[c 35].

La guerre, en septembre 1939, vint mettre un nouveau coup d'arrêt à la reprise économique de la fin des années 1930. La ville subit une nouvelle occupation allemande dès le 18 mai 1940. Au printemps de 1942 un petit groupe de résistants se constitua à Caudry autour de Gaston Dassonville. Il aidait les réfractaires et les aviateurs alliés abattus et mena des actions de renseignement et de sabotage[d 13]. La 5e division blindée américaine entra dans Caudry le 3 septembre 1944[c 36].

Reconversion industrielle[modifier | modifier le code]

Le fronton d'une ancienne fabrique de tulle et de dentelle
Le fronton d'une ancienne fabrique de tulle et de dentelle

Malgré la reprise de la fabrication des tulles, dentelles et broderies après les deux guerres, 60 % des entreprises existant en 1914 avaient disparu en 1953[c 37].

La dentelle demeure le fondement du tissu industriel local avec douze dentelliers qui emploient encore 800 personnes[21].

Cependant l'activité économique repose désormais largement sur la diversification des activités. Ainsi, depuis le début des années 1970, des secteurs tels que l'agroalimentaire, les cosmétiques ou encore l'imprimerie se sont implantés sur la zone industrielle de plus de 100 hectares, qui accueille une trentaine d'entreprises employant 1 500 personnes.

Par ailleurs, une zone artisanale et commerciale achevée en 2010 en bordure de la route départementale 643 contribue à l'activité économique de la ville.

Les nouvelles structures (norme HQE du lycée Jacquard) et la rénovation du centre ville contribuent également à une modernisation de la cité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Caudry est située dans le canton de Clary, l'arrondissement de Cambrai, le département du Nord et la région Nord-Pas-de-Calais.

La ville fait également partie de la dix-huitième circonscription du Nord.

Caudry appartient à la communauté de communes du Caudrésis - Catésis, qui regroupe 46 communes depuis le 1er janvier 2012.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Caudry est historiquement une ville « de gauche » et cette tendance semble confirmée par la plupart des consultations électorales récentes, même si les élections municipales de 2008 et les élections législatives de 2007 ont vu la victoire de candidats de droite.

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2012[22], les quatre candidats arrivés en tête à Caudry sont François Hollande (PS, 32,55 %), Marine Le Pen (FN, 23,87 %), Nicolas Sarkozy (UMP, 20,02 %) et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche, 11,98 %) avec un taux de participation de 71,72 %.

Au deuxième tour des élections régionales de 2010[23], 55,57 % des suffrages exprimés sont allés à la liste conduite par Daniel Percheron (PS), 22,51 % à celle de Valérie Létard (UMP), et 21,92 % à la liste FN de Marine Le Pen, pour un taux de participation de 43,90 %.

Aux élections européennes de 2009[24], les deux meilleurs scores à Caudry étaient ceux de la liste du Parti socialiste conduite par Gilles Pargneaux, qui a obtenu 786 suffrages soit 25,43 % des suffrages exprimés (département du Nord 19,55 %), et de la liste de la majorité présidentielle conduite par Dominique Riquet, qui a obtenu 619 suffrages soit 20,03 % des suffrages exprimés (département du Nord 24,57 %), pour un taux de participation de 32,97 %.

Aux élections municipales de 2008 la liste « Ensemble pour Caudry » de Guy Bricout (Majorité présidentielle) a obtenu 68,20 % des suffrages, la liste « Caudry pour tous » de Christiane Marande Podevin (PS) 24,68 % et la liste « Gestion plus adroite » de Mélanie Disdier (Front national) 7,12 %, pour un taux de participation de 61,98 %[25].

Au deuxième tour de l'élection présidentielle de 2007[26], 44,63 % des électeurs caudrésiens ont voté pour Nicolas Sarkozy (UMP), et 55,37 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 76,32 %.

Au deuxième tour des élections législatives de 2007[27], 54,12 % des électeurs de Caudry ont voté pour François-Xavier Villain (Sans étiquette) (57,45 % dans la 18e circonscription du Nord), 45,88 % pour Brigitte Douay (PS) (42,55 % dans la circonscription), avec un taux de participation de 57,46 % à Caudry et de 60,08 % dans la circonscription.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie de Caudry
La mairie de Caudry

La ville appartient à la communauté de communes du Caudrésis - Catésis, elle-même membre du Syndicat Mixte du « pays de Cambrésis », ainsi qu'aux structures intercommunales suivantes :

  • le syndicat de l'énergie du Cambrésis (SIDEC) ;
  • le syndicat intercommunal pour l'aménagement du val du Riot qui associe Caudry et Beauvois-en-Cambrésis ;
  • le S.I.V.U. « Scènes mitoyennes Cambrai Caudry ».

La population de la commune étant comprise entre 10 000 et 20 000 habitants, le conseil municipal comprend 33 membres.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Depuis 1945, six maires se sont succédé à Caudry.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
19 mai 1945 octobre 1947 Maurice Lefebvre SFIO puis PS  
26 octobre 1947 mars 1965 Albert Dhélin   Comptable
28 mars 1965 mars 1983 Henri Lefebvre   Professeur, principal de collège
Conseiller général du Canton de Clary
20 mars 1983 mars 1989 Paul Moreau   Inspecteur central des PTT
Conseiller régional, député de la dix-septième circonscription du Nord
18 mars 1989 mars 1995 Jacques Warin PS Inspecteur général de la Jeunesse et des Sports
Conseiller général du Canton de Clary
18 juin 1995 en cours
(au 5 juin 2014)
Guy Bricout DVD Conseiller général du Canton de Clary
Suppléant de François-Xavier Villain, député (non-inscrit) de la dix-huitième circonscription du Nord
Président de la Communauté de communes du Caudrésis - Catésis
Réélu pour le mandat 2014-2020[28]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La ville de Caudry est dans le ressort de la cour d'appel de Douai, du tribunal de grande instance, du tribunal d'instance et du conseil de prud'hommes de Cambrai, et à la suite de la réforme de la carte judiciaire engagée en 2007, du tribunal de commerce de Douai.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Caudry pratique le tri sélectif et gère une déchèterie depuis le 1er mars 1992.

La protection et la mise en valeur de l’environnement font partie des compétences de la communauté de communes du Caudrésis - Catésis. Ses « brigades vertes » interviennent sur le territoire de l'ensemble des communes pour la création et l'entretien des espaces verts, l'aménagement de l'espace rural, les plantations et l'abattage d'arbres.

La communauté de communes a également décidé, début 2009, d'ajouter à ses compétences la diversification des sources d'énergie. Un cabinet d'études a retenu cinq zones potentielles pour l'implantation d'éoliennes.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Caudry est jumelée[29] avec

En juillet 1964, une équipe de bénévoles de l'Amicale laïque de Caudry placée sous la direction de Pierre Bazin accueille le Jugendmusikkorps de Wedel. Des liens d'amitié se nouent entre les deux villes et les échanges s'intensifient. Le jumelage est officialisé à Wedel le 8 juin 1985 et à Caudry le 25 octobre 1986. Depuis, un comité assure la pérennité des relations entre Wedel et Caudry.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Caudry se classe par sa population au deuxième rang dans l'arrondissement de Cambrai. Le nombre d'habitants augmente rapidement à la fin du XIXe siècle avec le développement de l'industrie textile, culminant à 13 390 habitants en 1911. Après les baisses dues aux deux guerres mondiales, la croissance démographique reprend lentement et la population de la ville est de 14 311 habitants au recensement de 2009.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 14 582 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 015 1 902 2 045 2 646 3 343 3 193 3 318 3 549 3 685
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 003 4 421 4 421 4 365 4 752 5 334 7 389 8 045 9 460
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9 934 11 066 13 390 12 336 12 458 13 056 13 031 12 163 12 173
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
13 207 13 328 13 579 14 095 13 579 13 469 13 605 14 582 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2004[31].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53 %) est supérieur au taux national (51,6 %). La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 21,6 %, 30 à 44 ans = 19,6 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 15,9 %) ;
  • 53 % de femmes (0 à 14 ans = 18,3 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 24,1 %).
Pyramide des âges à Caudry en 2007 en pourcentage[32]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,8 
75 à 89 ans
9,3 
10,9 
60 à 74 ans
14,1 
21,6 
45 à 59 ans
20,6 
19,6 
30 à 44 ans
18,5 
21,6 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[33]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le lycée polyvalent Jacquard
Lycée polyvalent Jacquard - norme HQE

Caudry est rattachée à la circonscription de Cambrai-sud de l'inspection académique du Nord dans l'académie de Lille.

La commune gère quatre écoles maternelles (Batisse-et-Laïte, Jean-Lebas, Jules-Ferry et Françoise-Dolto) et quatre écoles élémentaires (Paul-Bert, Condorcet, Jean-Macé et Janssoone)[34]. L'école Sainte Maxellende (depuis 09/2013), ex école Saint-Michel, est un établissement privé[35].

Le département du Nord gère deux collèges : le collège Jean-Monnet[36] et le collège Jacques-Prévert[37].

La région Nord-Pas-de-Calais gère le lycée polyvalent public Joseph-Marie-Jacquard[38], qui est l'un des premiers de France (le second après celui de Calais) à avoir intégré l'approche HQE, avec des toitures végétalisées, des matériaux sains, une climatisation par puits canadien, puits de lumière, récupération ou filtration/épuration des eaux pluviales, repas bio, etc[39].

Santé[modifier | modifier le code]

Caudry compte environ trente médecins généralistes et spécialistes. La ville dispose également de deux dispensaires médicaux : le centre d'action médico-sociale précoce (CAMSP) et le centre médico-scolaire, d'un centre médico-psychologique, d'une maison de retraite avec service de moyen séjour, l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes Léonce-Bajart[40] et d'une maison de retraite privée, La Dentellière, ouverte en 2011[41].

Les centres hospitaliers les plus proches sont ceux du Cateau-Cambrésis, de Cambrai et de Valenciennes.

Sports[modifier | modifier le code]

La base de loisirs
La base de loisirs
La salle des fêtes
La salle des fêtes

Il existe plus de quarante associations sportives à Caudry[42].

Caudry a deux piscines : le stade nautique et la piscine « Tournesol », ainsi que plusieurs salles de sport : la salle Pierre-de-Coubertin, construite en 1980 et rénovée en 2005, la salle Secrétin, la salle Paul-Bert, les courts de tennis de la rue Henri-Barbusse, la salle de Danse, la salle des Tullistes (avec mur d'escalade), la salle de Tir, la salle Paul-Sautière et le Palais des Sports, construit entre 2003 et 2005. Cet équipement offre trois salles, dont une grande avec tribunes de 500 places.

Les terrains de sports incluent le stade Louis-Sandras (avec « Skate–Roller Park »), le stade Jean-Brac, le stade Jacques-Prévert, deux plateaux multisports, le boulodrome municipal. Caudry a trois terrains de jeux et de sports de quartiers : Maupassant, Négrier et Fénelon[43].

La base de loisirs du « val du Riot » d’une superficie de 12 hectares, exploitée par un syndicat intercommunal réunissant Caudry et Beauvois-en-Cambrésis, permet notamment la pratique de la pêche dans ses trois étangs, ainsi que du javelot, du tir à l'arc. Elle possède aussi un terrain de « beach-volley », des murs d'escalade, deux terrains de « boule et pétanque »[44].

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour le Cambrésis. L'Observateur du Cambrésis est un hebdomadaire d'informations locales et d'annonces.

Les programmes de Radio BLC, station de radio associative, sont émis depuis Caudry. Les habitants de Caudry reçoivent également, outre certaines stations de radio nationales, les programmes de France Bleu Nord, de Chérie FM Cambrai et de RFM Nord[45].

La ville est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais et les chaînes nationales de la TNT. Elle reçoit également la chaîne régionale Wéo. Oxygen TV est une web TV « 100 % Cambrésis » consacrée aux informations locales[46].

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église d'Audencourt
L'église Saint Barthélémy à Audencourt.

Les Caudrésiens disposent de deux lieux de culte catholique : la basilique Sainte Maxellende et l'église Saint Barthélémy à Audencourt. Ces églises dépendent de la paroisse « Sainte Maxellende en Cambrésis » rattachée à l'archidiocèse de Cambrai[47].

Un temple antoiniste situé rue de Denain a été construit en 1922[48]. Depuis sa fondation, huit desservants se sont succédé dans le temple.

Un temple de l'Église Réformée de France rattaché à la paroisse de Caudry et au consistoire Hainaut-Picardie[49] fut construit sur un terrain acheté par la ville en janvier 1892 rue de la Paix. La première pierre fut posée le 25 avril 1892 et le conseil municipal approuva le procès-verbal de réception définitive des travaux le 25 avril 1894.

L'Association chrétienne pour l’étude de la bible (Témoins de Jéhovah) dispose également d'un lieu de culte à Caudry[50].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 13 735 €, ce qui plaçait Caudry au 29 605e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[51].

Population active[modifier | modifier le code]

La population âgée de 15 à 64 ans s'élevait en 2007 à 8 903 personnes (8 597 en 1999), parmi lesquelles on comptait 66,1 % d'actifs dont 52,7 % ayant un emploi et 13,4 % de chômeurs[52]. En 2007, 53,3 % des actifs ayant un emploi et résidant dans la commune travaillaient à Caudry, 42,2 % dans une autre commune du département du Nord et 3,3 % dans une autre région, c'est-à-dire en Picardie[53].

La répartition par catégories socioprofessionnelles de la population active de Caudry[Note 5] fait apparaître, par rapport à la moyenne de la France métropolitaine, une sous-représentation de toutes les catégories à l'exception de celle des « ouvriers », ce qui confirme la persistance de l'activité industrielle de la ville.

Répartition de la population active par catégories socioprofessionnelles (recensement de 2007)

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Caudry 0,07 % 4,24 % 4,38 % 16,67 % 22,64 % 44,63 %
Moyenne nationale 1,78 % 5,52 % 14,62 % 23,90 % 29,09 % 24,13 %
Sources des données : INSEE[52]

Emploi[modifier | modifier le code]

La commune de Caudry fait partie de la zone d’emploi du Cambrésis[54] et dispose d'une agence ANPE pour la recherche d'emploi.

En 2007 on comptait 6 475 emplois dans la commune, contre 6 283 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 4 717, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 6] est de 137,3 %, ce qui signifie que la commune offre approximativement un peu plus de quatre emplois pour trois Caudrésiens actifs. Cet indicateur était de 138,4 % en 1999[52].

La répartition par secteurs d'activité des emplois à Caudry fait apparaître le fort poids relatif du secteur industriel. L'emploi tertiaire (commerce, services, administrations) représente environ 60 % du total à Caudry, contre plus de 75 % en France métropolitaine.

Répartition des emplois par domaines d'activité (recensement de 2007)

  Agriculture Industrie Construction Commerce,
transports,
services divers
Administration publique,
enseignement,
santé, action sociale
Caudry 0,1 % 37,3 % 5,5 % 33,7 % 23,4 %
Moyenne nationale 3,1 % 14,8 % 6,8 % 45,1 % 30,3 %
Sources des données : INSEE[52]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Dentelle de Caudry sur la robe de Kate Middleton
Dentelle de Caudry sur la robe de Kate Middleton

L'industrie textile reste bien représentée à Caudry avec une petite trentaine d'entreprises, notamment dans les textiles n.c.a., l'ennoblissement textile, la fabrication d'étoffes à mailles, de linge de maison et d'articles d'ameublement, de non-tissés. Les entreprises : Dentelle Sophie Hallette, Carpentier et Preux, Solstiss (fruit d'un regroupement, en 1974, de quatre entreprises[55]) ainsi qu'une teinturerie spécialisée dans l'ennoblissement des dentelles les plus raffinées, La Caudresienne, comptent parmi les plus importantes dans ce secteur. Caudry est, avec Calais, le centre mondial de la dentelle mécanique « Leavers » et exporte plus de 80 % d'un produit raffiné, porté par exemple par Grace Kelly en 1956 et Kate Middleton en 2011 lors de leur mariage[56], ou par Michelle Obama en 2009[57]. Le label « Ville et Métiers d'Art » est venu couronner cette tradition de qualité en 1995[58].

Le paysage industriel s'est diversifié avec l'implantation en 1970 des parfums Sicos (groupe L'Oréal, qui est le premier employeur industriel du Cambrésis) et en 1982 de la Société des Produits Alimentaires de Caudry (SPAC) du groupe Nestlé (pizzas et produits surgelés Buitoni). Parmi les autres employeurs importants de la ville on compte également l'imprimerie Lenglet (offset et héliogravure pour magazines), les plastiques NP Nord, les emballages plastiques Chrystal Plastic, le centre Leclerc, et la société de transports par autocars Les Chemins de fer du Cambrésis[59],[60].

La zone d'activités de la Vallée d'Hérie, au sud-est de Caudry, créée à la fin des années 1960, offre plus de 30 hectares, tandis que les implantations commerciales se concentrent dans la zone commerciale qui borde la RD 643.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Entrée de la coopérative d'Escaut-et-Sambre
Entrée de la coopérative d'Escaut-et-Sambre

Caudry compte trois monuments inscrits à l'inventaire des monuments historiques :

  • la brasserie l'Union des Coopérateurs du Cambrésis, (puis brasserie coopérative d'Escaut et Sambre), rue Charles-Gide[61];
  • la brasserie-malterie Lemaire et Defossez (puis Defossez), rue de Saint-Quentin[62];
  • la maison d'industriel dite maison Dumont, construite en 1947 par l'architecte Charles Vollery, rue Émile-Salembier[63].

Le Musée de la dentelle[modifier | modifier le code]

Le « Musée caudrésien des dentelles et broderies » est installé dans la fabrique de dentelle Théophile et Jean-Baptiste Carpentier, dont les bâtiments de briques datant de 1898, restaurés et modernisés par l'adjonction d'une verrière, sont typiques de l'architecture industrielle du siècle dernier.

À travers ses collections, le musée retrace l'histoire de la fabrication des tulles, des dentelles et des broderies mécaniques dans la région de Caudry. Il organise également des expositions temporaires et des ateliers pédagogiques pour les enfants[64].

Les souterrains[modifier | modifier le code]

Caudry possède un souterrain creusé dans la craie, probablement vers le Xe siècle, destiné à abriter la population ou le bétail lors des invasions[c 38]. Resté ignoré jusqu'en 1847, il fut rendu accessible à la suite d'un effondrement et restauré par Jean-Adolphe Prioux, le maire de l'époque[c 38]. Ce souterrain partait dans trois directions. La partie du souterrain située sous la rue de la Paix comportait 14 chambres de part et d'autre d'une galerie principale située à 13 mètres de profondeur sur une longueur de 74 mètres. Cette galerie était large de 1,40 mètre et haute de 2,10 mètres. En 1916-1917, des affaissements de terrain sur la place ont permis aux Allemands de redécouvrir une grande partie du souterrain qui fut déblayé et étayé. Le tout fut utilisé comme dépôt de munitions[c 38]. Lors de leur retraite en 1918, les Allemands firent sauter l'entrée et une partie de la cavité.

Un souterrain existait à Aulicourt, dépendance de Béthencourt, que la tradition faisait aboutir dans la chapelle Sainte-Maxellende de l'église de Caudry, et qui aurait été emprunté par Maxellende elle-même, mais il s'agit là d'une légende[c 38].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Basilique Sainte-Maxellende : le clocher
Basilique Sainte-Maxellende : le clocher
Basilique Sainte-Maxellende : le chevet
Basilique Sainte-Maxellende : le chevet

La paroisse de Caudry est mentionnée dès 1181. L'église de la paroisse est la basilique Sainte Maxellende, dont la construction résulta de la forte croissance démographique dans la seconde moitié du XIXe siècle. L'ancienne église, située à l'extrémité est de l'actuelle place des Mantilles, était devenue trop petite et tombait en ruines. La décision de construire une nouvelle église à un autre emplacement fut prise en 1885. On fit appel à Louis Marie Cordonnier, un architecte de renom. La première pierre fut posée le 14 août 1887 et la consécration de l'édifice par Mgr Thibaudier, archevêque de Cambrai, eut lieu le 7 avril 1890. L'église fut élevée au rang de basilique mineure par un bref pontifical du 3 septembre 1991[a 3].

De style néo-gothique, elle est construite en brique sur un soubassement de pierre blanche. Elle mesure 72 mètres de longueur totale et 36 mètres de largeur au transept. Le clocher culmine à 75 mètres. Il comporte un carillon de trois cloches : Vox Dei, pesant deux tonnes, sonne le Do ; Pax, 1 700 kg, sonne le  ; Maxellende, 1 500 kg, sonne le Fa. Ces cloches bénies en 1920 et 1922 remplacent celles emportées par les Allemands en 1918.

Dans la tribune, au-dessus de l'entrée, est installé le grand orgue construit en 1913 par Charles Mutin de la maison Cavaillé-Coll.

À l'intérieur, la grande nef culmine à 20 mètres de haut sous la clef de voûte et les deux bas-côtés à 8 mètres. Le transept se termine par deux chapelles, celle de gauche dédiée à Notre-Dame du Rosaire, celle de droite à Maxellende avec la châsse de la sainte, pièce d'orfèvrerie gothique de la deuxième moitié du XIVe siècle en cuivre doré et argent repoussé, remaniée aux XVIIIe et XIXe siècles[a 4] et classée à l'inventaire des monuments historiques[65]. Le transept est éclairé par deux rosaces comportant chacune 4 600 pièces de verre posées vers 1921, résultat d'un vœu de la population caudrésienne pendant la Première Guerre mondiale[a 5].

Manifestation culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de villes du Nord, Caudry a ses géants, « Batisse » (Baptiste) et « Laïte » (Adelaïde), créés en 1921 par Léonce Bajart en illustration de la tradition industrielle textile de la ville. Endommagés lors de la Seconde Guerre mondiale, ils furent restaurés en 1951. Batisse est tulliste et porte à l'oreille le crochet qui sert à « renfiler ». Laïte est raccommodeuse, elle tient à la main un coupon de dentelle. Le couple est au centre du carnaval d'été qui se déroule dans la ville[66]. Hauts de cinq mètres, ce sont des géants portés mais munis de roulettes pour les déplacements courts[67].

Caudry est une ville verte (deux étoiles au label des villes et villages fleuris) qui s'efforce de maintenir vivante sa culture locale, dont un parler, le picard, qui reste apprécié notamment grâce à « La Caudriole », revue littéraire de l'office municipal de la culture[68].

Personnalités liées à Caudry[modifier | modifier le code]

  • Eugène Fiévet (1867-1910) - Homme politique français, maire de Caudry, conseiller général et député du Nord, né et mort à Caudry.
  • Gaston Pigot (1885-1969) - Boxeur français, né à Caudry.
  • Léonce Bajart (1888-1983) - Résistant et personnalité caudrésienne, mort à Caudry.
  • Lucienne Bogaert (1892-1983) - De son vrai nom Lucienne Jeanne Gabrielle Lefebvre, actrice française née à Caudry.
  • Arthur Ramette (1897-1988) - Militant du Parti communiste français, député et sénateur du Nord de 1932 à 1973, né à Caudry.
  • Lucien Janssoone (1898-1944) - Résistant français, directeur des cours complémentaires de garçons à Caudry à partir d'octobre 1933, fusillé en 1944.
  • André Piettre (1906-1994) - Économiste français, né à Caudry.
  • Jules Deloffre (1885-1963) - Cycliste français né à Caudry.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason Caudry 59.svg

La connaissance des armoiries de Caudry date d'un manuscrit du XVe siècle, conservé à la bibliothèque municipale de Cambrai.

Les armoiries, qui portent « d'argent à trois feuilles de vivier de gueules », sont celles de la famille seigneuriale datant du XIVe siècle[69].

Selon d'autres sources on trouve aussi les armoiries ainsi blasonnées : « D'argent à trois feuilles de vivier de sable »[70].

blason
Logo Caudry.png

Le logotype de la ville, adopté en 1999, est une stylisation du chariot des métiers de dentelle[d 14].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • André Flament et Patrick Raguet, Histoire de Caudry : Caudry d'hier et d'aujourd'hui, Nord Patrimoine Éditions,‎ 2001, 247 p. (ISBN 2-912-96118-1) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Roger Caron, Jean Lefebvre, Denise Leprêtre et Patrick Raguet, Sainte Maxellende, Caudry, Comité du Centenaire de la Basilique Sainte Maxellende de Caudry,‎ 15 septembre 1997, 48 p. (ISBN 2-951-17080-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean-Pierre Wytteman (dir.) (préf. Bernard Derosier), Le Nord : de la Préhistoire à nos jours, Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents »,‎ 1988, 381 p. (ISBN 2-903-50428-8) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Léonce Bajart, Caudry : vu par Léonce Bajart, Les Amis du Caudrésis,‎ 1987 (ISBN 29501771 (édité erroné), notice BnF no FRBNF34931546) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Pierre Pierrard, Histoire du Nord : Flandre, Artois, Hainaut, Picardie, Hachette,‎ 1er novembre 1978 (ISBN 2-010-20306-2) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Pierre Pierrard, La vie quotidienne dans le Nord au XIXe siècle : Artois-Flandre-Hainaut-Picardie, Hachette,‎ 1976, 255 p. (ISBN 2-010-02861-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 15 avril 2011)
  2. Ses membres ornant leur casquette d'une broderie de chariot de métier à tulle
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  5. Y compris les actifs sans emploi
  6. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Profil environnemental Nord-Pas-de-Camais - Tome 2 : territoires », sur le site de la direction régionale de l'environnement Nord-Pas-de-Calais (consulté le 20 août 2010)
  2. « Caudry », sur le site Géoportail - le portail des territoires et des citoyens (consulté le 20 août 2010)
  3. « Carte Nature et Paysages », sur le site d'accompagnement CARMEN, l'un des serveurs cartographiques du Ministère chargé de l’écologie,‎ 14 juin 2010 (consulté le 20 août 2010)
  4. Thibaud Varnier, « Climat du Nord », Météoclimat,‎ 2008 (consulté le 8 octobre 2011)
  5. « Contournement sud de Caudry : Le projet en bonne voie », sur le site du journal « L'Observateur du Cambrésis »,‎ 30 décembre 2008 (consulté le 6 mai 2011)
  6. « Carte réseau CambrésiX - Lignes de Bus », sur le site du réseau Arc-en-ciel CambrésiX (consulté le 12 octobre 2013)
  7. [PDF] « Arrêt de projet - Partie 2 Projet d'aménagement et de développement durable », sur le site du syndicat mixte du pays du Cambrésis,‎ 6 janvier 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  8. « Résultats du recensement de la population 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 avril 2011)
  9. « La convention pour le projet de rénovation urbaine de CAUDRY signée le 5 février 2010 », sur le site de la DDTM du Nord,‎ 23 février 2010 (consulté le 6 septembre 2010)
  10. « Caudry - Marché couvert », sur le site d'Epareca (consulté le 6 septembre 2010)
  11. « Caudry : plus de 200 emplois créés », sur le site de l'Observateur du Cambrésis,‎ 9 décembre 2009 (consulté le 5 septembre 2010)
  12. Eugène Mannier, « Études étymologiques, historiques et comparatives sur les noms des villes, bourgs et villages du département du Nord », Auguste Aubry, Libraire-Éditeur, Paris,‎ 1861 (consulté le 3 septembre 2010), p. 270
  13. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6). p. 156.
  14. A. Tuffreau, J. Vaillant, « La station moustérienne de Busigny (Nord). Nouvelles recherches », sur Persée, Revues scientifiques, Bulletin de la Société préhistorique française (consulté le 4 mai 2011)
  15. (en) Tony Jaques, Dictionary of Battles and Sieges : A-E,‎ 2007 (lire en ligne), p. 120
  16. Pierrard 1978, p. 239
  17. Pierre Pierrard, La vie quotidienne dans le Nord au XIXe siècle : Artois-Flandre-Hainaut-Picardie, Hachette,‎ 1976, 255 p. (ISBN 2010028619), p. 132
  18. « L'essor industriel », sur le site de la ville de Caudry (consulté le 18 avril 2011)
  19. Pierrard 1978, p. 326
  20. Pierrard 1978, p. 367
  21. « Des dentelles de Caudry sur la robe de [[Kate Middleton]] ! », sur le site du journal quotidien La Voix du Nord (consulté le 29 avril 2011)
  22. « Les résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 30 avril 2012).
  23. « Résultats de l’élection régionale 2010 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le 29 mai 2011)
  24. « Résultats de l’élection européenne de 2009 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le 29 mai 2011)
  25. « Élection municipale (mars 2008) Caudry », sur le site internaute.com de la société Benchmark Group (consulté le 6 mai 2011)
  26. « Les résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 6 mai 2011)
  27. « Les résultats des élections législatives 2007 », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 6 mai 2011)
  28. « Le futur ex- patron de Buitoni reçoit la médaille de la Ville : Il n’est pas courant de remettre la médaille de la Ville à un chef d’entreprise. Felipe Gonzales, le futur ex- patron de Buitoni à Caudry, vient pourtant de bénéficier de cet honneur des mains du maire Guy Bricout, son ami. L’homme est ingénieur industriel et compte 22 années au service du groupe Nestlé », L'Observateur du Cambrésis, no 1340,‎ 5 juin 2014, p. 21
  29. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 22 août 2010)
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  32. « Évolution et structure de la population à Caudry en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 avril 2010)
  33. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 avril 2010)
  34. « Les écoles du département : Caudry », sur le site de l'inspection académique du Nord (consulté le 6 mai 2011)
  35. http://www.lavoixdunord.fr/region/caudry-l-ecole-sainte-maxellende-ressuscitee-ia14b0n1872183
  36. « Page d'accueil », sur le site du collège Jean Monnet (consulté le 20 août 2010)
  37. « Page d'accueil », sur le site du collège Jacques Prévert (consulté le 20 août 2010)
  38. « Page d'accueil », sur le site du lycée Jacquard (consulté le 20 août 2010)
  39. « Lycée HQE de Caudry (59) », sur le site du bureau d'études TRIBU (consulté le 20 août 2010)
  40. « Spécialités médicales disponibles à Caudry (59540) », sur allo-medecins.fr (consulté le 6 mai 2011)
  41. « À Caudry, La Dentellière n'attend plus que ses premiers pensionnaires », sur La Voix du Nord (consulté le 13 juin 2011)
  42. « Vie associative : Associations sportives », sur le site de la ville de Caudry (consulté le 31 août 2010)
  43. « Les équipements : équipements sportifs », sur le site de la ville de Caudry (consulté le 31 août 2010)
  44. « Tourisme et culture : la base de loisirs », sur le site de la ville de Caudry (consulté le 31 août 2010)
  45. « Liste des fréquences radio », sur le site du Conseil supérieur de l'audiovisuel (consulté le 6 mai 2011)
  46. « page d'accueil », sur le site de la web TV « Oxygen TV » (consulté le 6 mai 2011)
  47. « Sainte Maxellende en Cambrésis », sur le site du diocèse de Cambrai (consulté le 20 août 2010)
  48. « Temples en France », sur le site de culte antoiniste,‎ 1er décembre 2009 (consulté le 20 août 2010)
  49. « Région Nord Normandie », sur le site de l'Église Réformée de France (consulté le 20 août 2010)
  50. « Vie pratique », sur le site de la mairie de Caudry (consulté le 20 août 2010)
  51. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2010)
  52. a, b, c et d « Résultats du recensement de la population - 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 4 novembre 2010)
  53. « Résultats du recensement de la population - 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 4 novembre 2010)
  54. « Cartes des zones d'emploi du Nord-Pas-de-Calais », sur le site de l'Insee (consulté le 25 août 2010)
  55. « Qui sommes-nous? », sur le site de la société Solstiss (consulté le 18 avril 2011)
  56. Marine Rabreau, « Les dentelles de la robe de Kate sont françaises », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 29 avril 2011 (consulté le 6 mai 2011)
  57. Maelle Fouquenet, « Michelle Obama habillée en dentelle de Caudry », sur le site du journal « L'Observateur du Cambrésis »,‎ 28 avril 2009 (consulté le 6 mai 2011)
  58. « Villes du réseau VMA : Caudry », sur le site de l'association « Ville et Métiers d'Art » (consulté le 6 mai 2011)
  59. « Entreprises de CAUDRY », sur le site bilans.net de la société Audivox éditions (consulté le 6 mai 2011)
  60. « Caudry », sur le site « le trésor des régions », site personnel de Roger Brunet (consulté le 6 mai 2011)
  61. « Notice no IA59000102 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  62. « Notice no IA59000103 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  63. « Notice no PA59000067 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  64. « Une ville née de l'industrie dentellière », sur le site du musée de la dentelle de Caudry (consulté le 5 septembre 2010)
  65. « Notice no PM59000301 », base Palissy, ministère français de la Culture
  66. « Les géants caudrésiens », sur le site de la mairie de Caudry (consulté le 4 septembre 2010)
  67. « Batisse et Laïte », sur le site officiel de l'office de tourisme du Cambrésis (consulté le 6 mai 2011)
  68. « Page d'accueil », sur le site de « La Caudriole » (consulté le 19 septembre 2010)
  69. « Les armoiries », sur le site de la ville de Caudry (consulté le 19 août 2010)
  70. « L'Armorial du Cambrésis », sur le site de l'association « Cambrésis Terre d'Histoire » (consulté le 19 août 2010)
  • André Flament et Patrick Raguet, Histoire de Caudry, Nord Patrimoine Editions,‎ 2001 (ISBN 2-912-96118-1)
  1. p. 59
  2. a et b p. 60
  3. p. 217
  4. p. 25
  5. p. 22-23
  6. p. 22
  7. p. 27
  8. p. 29
  9. p. 47
  10. p. 52
  11. p. 58
  12. p. 138
  13. p. 70-72
  14. p. 17
  • Léonce Bajart, Caudry : vu par Léonce Bajart, Les Amis du Caudrésis,‎ 1987 (ISBN 29501771 (édité erroné), notice BnF no FRBNF34931546)
  1. p. 24
  2. p. 22
  3. a, b et c p. 30
  4. p. 41-42
  5. p. 145
  6. p. 147
  7. p. 150-153
  8. p. 48
  9. p. 154
  10. p. 49
  11. p. 125-126
  12. p. 129
  13. p. 130-131
  14. p. 136
  15. p. 156-157
  16. p. 164
  17. p. 157
  18. p. 158
  19. a et b p. 162
  20. p. 164-165
  21. p. 164
  22. p. 191-199
  23. p. 211
  24. p. 219
  25. p. 51
  26. p. 237
  27. a et b p. 289-290
  28. p. 289
  29. a et b p. 291-294
  30. p. 43
  31. a et b p. 44
  32. p. 243
  33. p. 244
  34. p. 264
  35. p. 256
  36. p. 268
  37. p. 276
  38. a, b, c et d p. 33
  • Roger Caron, Jean Lefebvre, Denise Leprêtre et Patrick Raguet, Sainte Maxellende, Caudry, Comité du Centenaire de la Basilique Sainte Maxellende de Caudry,‎ 15 septembre 1997, 48 p. (ISBN 2-951-17080-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  1. p. 5
  2. p. 13-15
  3. p. 27-33
  4. p. 16-17
  5. p. 37
  • Jean-Pierre Wytteman (dir.) (préf. Bernard Derosier), Le Nord : de la Préhistoire à nos jours, Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents »,‎ 1988, 381 p. (ISBN 2-903-50428-8)
  1. p. 83
  2. p. 279
  3. p. 263
  4. p. 292
  5. p. 311
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 10 juin 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.