Saint-Benin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Benin
Vue générale du village
Vue générale du village
Blason de Saint-Benin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Le Cateau-Cambrésis
Intercommunalité Communauté de communes du Caudrésis - Catésis
Maire
Mandat
Véronique Nicaise
2014-2020
Code postal 59360
Code commune 59531
Démographie
Gentilé Saint-Beninois, Saint-Beninoises
Population
municipale
350 hab. (2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 39″ N 3° 31′ 45″ E / 50.0775, 3.5291666666750° 04′ 39″ Nord 3° 31′ 45″ Est / 50.0775, 3.52916666667  
Altitude Min. 97 m – Max. 153 m
Superficie 4,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Saint-Benin

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Saint-Benin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Benin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Benin

Saint-Benin est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Les habitants se nomment les Béninois(e)". Le nom jeté des habitants de Saint-Benin est les Bafious (qui bavent, qui parlent à tort et à travers)[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village se trouve dans la vallée de la Selle, en amont du Cateau-Cambrésis.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Benin
Le Cateau-Cambrésis
Honnechy Saint-Benin
Saint-Souplet

Communications[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'ancien régime, la majeure partie des terres appartient à l'Église. En raison de sa proximité avec le Cateau, Saint Benin pâtit des attaques dirigées contre la ville. Le village fut pillé pendant la prise du Cateau en 1637 par les français.

À partir de la seconde moitié du XIXe siècle la population de Saint Benin habituée à un dur labeur trouve à s'embaucher dans les usines du Cateau. Soit dans l'usine de céramique, fondée en 1868 par Felix Simons, natif de Saint Benin, soit dans l'émaillerie Dupont qui fabrique des baignoires en fonte émaillée.

Pendant la seconde guerre mondiale, le village révèle toute l'importance stratégique de son viaduc ferroviaire, constamment gardé par un poste de surveillance allemand.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Saint-Benin (59) Nord-France.svg

Les armes de Saint-Benin se blasonnent ainsi : « De gueules à une rose tigée et feuillée d'argent[2]. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Véronique Nicaise    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 350 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305 367 311 374 484 550 600 655 656
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
650 722 708 673 740 730 743 786 821
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
828 792 771 569 575 573 474 466 447
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
470 448 369 374 366 389 361 356 350
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Saint-Benin en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
1,1 
90 ans ou +
0,6 
4,5 
75 à 89 ans
8,5 
13,4 
60 à 74 ans
13,6 
24,6 
45 à 59 ans
22,6 
16,2 
30 à 44 ans
16,9 
25,7 
15 à 29 ans
19,2 
14,5 
0 à 14 ans
18,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Viaduc ferroviaire de Saint-Benin

Le viaduc permet à la ligne ferroviaire qui relie Busigny à Aulnoye de franchir la vallée de la Selle. Il a été construit en 1855 et détruit trois fois[7].

Le moulin Chamberlin (ancien moulin Vatin) a eu une importance considérable dans l'économie locale. Vendu comme bien national, il est reconstruit en 1842 et comporte à cette époque quatre paires de meules plates. En 1890, les bâtiments sont rehaussés et l'outillage remis à neuf. Durant les deux Guerres mondiales, il est réquisitionné par les Allemands puis reconstruit en 1921. La production est alors de 80 quintaux de farine par jour. Il produit de la farine Moulin de Saint-Bénin, mais aussi la Fleur du Cambrésis. La production s'élève à 400 quintaux par jour en 1970. Sa fermeture intervient en 1987.

Le Moulin Milon-Duval est le plus ancien moulin de Saint-Benin. Il est placé dans une situation favorable, sur le cours supérieur de la Selle, à la jonction des deux vallées. Lors de la Révolution, vendu comme bien du clergé, il connaît plusieurs propriétaires successifs. La famille Milon en fait l'acquisition en 1870. Lors de la première Guerre Mondiale, il est entièrement détruit, tout comme la maison d'habitation. Il est reconstruit en 1921. La minoterie Duval, à la suite du mariage d'Édouard Duval avec une fille Milon, poursuit ses activités jusqu'en 1955. En 1967, une tornade détruit l'étage supérieur. L'ensemble des machines (cylindres, élévateurs et vis d'Archimède, trémie, nettoyeurs, ensacheurs, plansichter (sorte de tamis), etc.) a été préservé dans ce qui reste du bâtiment qui fait partie d'une propriété agricole.

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Autres références[modifier | modifier le code]