Web TV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Web TV ou webtélé, est la diffusion et la réception par une interface Web de signaux vidéo, ce qui permet aux internautes de regarder du contenu vidéo (c'est-à-dire télévisuel) à partir d'un navigateur Web.

Une Web TV utilise la technologie de lecture en continu (streaming) ou le téléchargement progressif pour diffuser ses contenus sur le Web. Les clients (utilisateurs) appellent un flux vidéo qu'ils regardent à partir de leur navigateur ou d'un lecteur multimédia.

Parmi les formats utilisés pour la diffusion de vidéos en streaming, on peut citer : Windows Media Video (Microsoft), QuickTime (Apple), RealVideo (RealNetworks), Shoutcast (Nullsoft / AOL), Ogg Theora (Xiph.org), Flash Vidéo (Adobe) et des variantes en Flash comme Livestream, Ustream, Wowza Media Server, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le principe[modifier | modifier le code]

On désigne généralement par webtélé tout site web dont les contenus sont à dominante vidéo. Ces contenus doivent avoir un minimum de récurrence et être catalogués. Elles sont à distinguer de l’IPTV, technique de diffusion des télévisions classiques via ADSL.

Le terme « webtélé » est encore grandement discuté et ne devrait pas être considéré comme un terme officiel. Aux États-Unis, Web TV désigne un thin client qui utilise la télévision (appareil) pour afficher les pages Web. Cette technologie fut originalement développée par WebTV Networks, puis acquise par Microsoft en 1997.

Origine[modifier | modifier le code]

Les premières webtélés sont apparues aux États-Unis, dès qu'il a été facile de diffuser de la vidéo sur Internet, c'est-à-dire lorsque la société Real Networks, fondée en 1993, a mis gratuitement son logiciel de streaming à disposition des internautes. La firme, pionnière dans le développement de cette technologie, s'appelait à l'origine Progressive Networks.

Les logiciels de Real Networks ont d'abord été utilisés pour faire de la radio en ligne. La première diffusion radio a eu lieu en 1995[réf. nécessaire]. L'opérateur le plus connu du grand public[réf. nécessaire] a été créé la même année aux États-Unis par des Californiens fous de basket-ball qui habitaient le Texas et voulaient suivre les matches de leur équipe de la côte Ouest. C'est ainsi qu'Audionet est né. En juillet 1999, la société rebaptisée Broadcast.com se vendait à Yahoo! pour la valeur de 5,7 milliards USD (en actions Yahoo!).

Le logiciel RealVideo permettant de visualiser de la vidéo en ligne est sorti en février 1997 et a été immédiatement utilisé par la société new-yorkaise Pseudo, fondée par Joshua Harris qui diffusait des émissions de radio thématiques, et qui les a déclinées en vidéo.

En juin 1996, en France, Thomas Daubresse et Emmanuel Faure d'Imaginet ont retransmis en direct (son direct avec RealAudio + une webcam et un logiciel maison pour les images) avec une machine baptisée l'Internet Video Mobile une rave partie à Étampes réunissant 7 000 personnes, la connexion était assurée grâce à une ligne téléphonique se trouvant dans une cabane et 50 m de câble enterrés sous le plancher de danse, le tout a été filmé par Arte et le reportage diffusé lors d'une soirée théma Kiss the Future[1]. Ils ont remis ça en octobre 1996 en diffusant en direct la première vente aux enchères d'une œuvre virtuelle de Fred Forest à la salle des ventes Drouot, cette fois-ci la connexion au serveur se faisant grâce à une ligne Numéris. Ils ont ensuite diffusé en 1997 et 1998 divers concerts et événements dès que le logiciel RealVideo est apparu. Le 21 juin 1997, Gil Machac organise l'évènement Solstice sur l'esplanade du château de Vincennes à Paris et retransmet l'intégralité de l'évènement avec trois caméra reliées à des encodeurs fournis par Digital Equipement (constructeur informatique) et diffuse via des lignes Numeris et le réseau de France telecom. De cette expérience nait la société The House Corporation fondée par Gil Machac et qui propose le premier service de webcasting live intégré. (retransmission de compétition de golf, d'assemblée générale d'actionnaires avec la société de Jean-Louis Amblard Cyperus, de défilés de mode, de salon). Gil Machac met au point avec les équipes de Digital Equipement, cybercastman, permettant de retransmettre sans fil à partir d'un ordinateur portable et une caméra un flux vidéo live avec un opérateur en mouvement.

En France, les premières utilisations de la vidéo sur Internet ont été professionnelles. Progress-image, spécialisée dans les émissions médicales, comme des opérations filmées en direct pour une audience de médecins et de la formation continue, fut la première chaîne créée par Jean-François Réveillard dans le domaine, avec des programmes réguliers dès juin 1997 avec la société Olympus, et la retransmission des Journées d'endoscopie et de radiologie digestive et opératoires (JERDO) dirigées par Claude Ligory. Une diffusion vidéo en direct sur Internet en Europe eu lieu également en septembre 1997 lors du congrès mondial d'endocardiologie à Sienne, en Italie, avec les moyens techniques de ISDNET et Empreinte.com, société fondée par François Caron.

En septembre 1997, Jacques Rosselin, créateur de Courrier international, lance une lettre d'information bimensuelle baptisée Canalweb, en association avec arboreal (Romain Gires et Patrick Vallée), il crée CanalWeb.net et recrute Christian Van Der Borght pour mettre en place le premier studio rue Cognacq-Jay, CanalWeb devient un opérateur de télévision sur Internet en 1998 après une levée de fonds faite auprès de Pierre Bergé et Alain Minc entre autres. Jacques Rosselin recrute Gil Machac pour mettre en place les premiers programmes de canalweb : JVTV (jeux vidéo) avec Sébastien Lubrano, chasses aux trésors avec Pol Wens, smooth jazz avec Richard Benhaïm, la cuisine de TopTapasTV avec Carmen Gresa, musique des Antilles avec Charlie, country avec George Lang, érotisme avec Brigitte Lahaie, international avec Le Monde diplomatique, des talks shows avec Pierre Botton, Stéphane de Rosnay (directeur de l'information et animateur de l'émission La Grand-Messe, quotidienne de Canalweb ou encore TéléCrash 2000 avec Laurent-Laurent (qui fit la une du Wall Street Journal Europe grâce à son émission !).

À partir de 1999, Gil Machac quitte CanalWeb pour fonder Streampower menant les premières expériences de contenu multimédia et rich media, entre autres les premières émissions de télé réalité (Loft Story, Star Academy 1 à 5). Streampower est cédé au groupe Bolloré en 2001.

Dès 1998, Emmanuel Collobert crée ToutélaTV sur Canalweb, la première Web TV de petites annonces personnalisées qui sera diffusé aussi sur TF1.fr, yahoo, Excite, Lycos et autres grands annuaires de l'Internet du moment. Après l’éclatement de la bulle Internet en 2001, Canalweb peine à trouver un modèle économique. Elle dépose le bilan en septembre 2001, met la clé sous la porte en avril 2002 ; sa plate-forme étant reprise par la société Westcast, elle-même intégrée à la société Iwedia, en janvier 2005, elle sera finalement démantelée en 2009. D'autres sociétés ont été pionnières sur ce créneau grand public : Nouvo.com (Éric Clin) et alatele.com (Michel Field). Progress-TV, fondée par Jean-François Réveillard, qui avait également fait évoluer son modèle éditorial vers l'offre de chaînes thématiques et fera appel à Ludovic Dazin et son équipe, pour créer et diriger l'antenne et les programmes de ses thématiques comme cinema-tv.com avec François Alquier, musique-tv.com avec Olivier Franco, tourisme-tv.com, ledoc.com avec Christian Spitz (dit le Doc). Après avoir construit le plus grand plateau de web à la Plaine-Saint-Denis, et assuré la retransmission mondiale sur le web des studios Disney de Marne-la-Vallée, Progress-Tv subira le même sort suite au désistement de ses actionnaires du a l'explosion de la bulle internet trois mois avant son entrée prévue en bourse, on retrouve son fondateur actuellement Jean-François Réveillard sur Second Life via son projet DBC-tv.net déclinant une toute nouvelle forme de télévision interactive virtuelle. Seule la plate-forme OC-TV.net (Jacme & Patricia Gaudas) créée en 1999 est encore en ligne.

La situation actuelle[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, presque toutes les chaînes de télévision classiques des nations développées sont accessibles en ligne, en direct et en vidéo à la demande. Mais depuis cette époque pionnière, les chaînes originales sur le net sont plus rares et si la webtélé connaît aujourd'hui un fort regain d'intérêt, en France et dans le monde, c'est surtout grâce au développement accéléré avec les sites de vidéo participatifs : YouTube aux États-Unis, Dailymotion en France. Les chaînes originales sur le web sont par contre souvent très complètes et offrent un contenu riche et varié aux internautes. Entre autres, la chaîne 33mag.tv offre aux internautes de nombreuses émissions de toutes sortes que ceux-ci peuvent regarder quand ils le sentent, ou la chaîne Kazados TV, qui produit des programmes destinés aux jeunes.

Vternet TV, créée en mai 2005 par l'écrivain Internet et ancien chef d'entreprise Guillaume Thuillet, s'est faite principalement connaître en 2008 avec son émission consacrée au programme Web Bot et diffuse depuis début 2010 des web-émissions produites en interne animées par des présentateurs virtuels.

Depuis maintenant trois ans, de très nombreuses entreprises ont lancé leur webtélé, à l'image d'IBM, Adobe (Adobewebtv.com), Vertbaudet, le RC Lens ou encore Rothschild, spécialisée dans les WebTV corporative.

De très nombreux sites proposent également leur chaîne de télévision, comme par exemple le magazine télévisé Espace francophone, diffusé depuis 1982 sur plus de 35 chaînes de télévisions nationales francophones dont France 3 et France Ô, tout comme ceux des candidats à l'élection présidentielle, et on assiste aux premières tentatives de chaînes de télévision grand public, uniquement diffusées sur le net, comme par exemple LaTéléLibre, fondée par John-Paul Lepers en utilisant la technologie de vpod.tv.

Les administrations et organisations étatiques développent aussi de tel médias tel NATO TV Channel pour l'OTAN. En France, les grandes institutions publiques utilisent également ce média en association avec leur portail internet, à l'instar des Web TV de l'Assemblée nationale, de la Mairie de Paris ou du CEA, opérées par les solutions de la société IWEDIA Services, ou des chaines WebTV de Dassault Aviation, Bureau Veritas, Rueil TV, Téléssonne, Ligue contre le cancer, opérées avec les solutions de la société EMPREINTE.COM

Il existe aussi des solutions de diffusions simples comme Livestream et WMaker ainsi que des projets open source comme Devolia TV.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Logiciels 

Lien externe[modifier | modifier le code]