Dehéries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dehéries
L'église Sainte-Anne de Dehéries
L'église Sainte-Anne de Dehéries
Blason de Dehéries
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Clary
Intercommunalité Communauté de communes du Caudrésis - Catésis
Maire
Mandat
Gilles Pelletier
2014-2020
Code postal 59127
Code commune 59171
Démographie
Gentilé Dehérisiens
Population
municipale
43 hab. (2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 03′ 09″ N 3° 20′ 29″ E / 50.0525, 3.3413888888950° 03′ 09″ Nord 3° 20′ 29″ Est / 50.0525, 3.34138888889  
Altitude Min. 125 m – Max. 151 m
Superficie 1,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Dehéries

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Dehéries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dehéries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dehéries

Dehéries est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Dehérisiens[1]. Avec 43 habitants en 2010, la commune a la particularité d'être la plus petite du département du Nord par sa population, et l'une des plus petites par sa superficie de 1,87 km2.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village est situé entre dans le sud du département du Nord, à 15,8 km au sud-est de Cambrai et 10,7 km de Bohain-en-Vermandois à vol d'oiseau[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par la route départementale D960, qui relie Cambrai à Guise, dans l'Aisne. Il n'est desservi par aucune ligne de transport en commun.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Déhéries
Walincourt-Selvigny
Malincourt Déhéries Élincourt

Hydrographie, géologie et relief[modifier | modifier le code]

Dehéries est installée sur des couches de calcaire du crétacé recouvertes de lœss et de limons accumulés par les vents, qui rendent le sol très fertile. C'est une terre à blé et à betteraves. Le paysage de la commune est dominé par l'openfield mais bordé au nord par les bois du Moulin et du Gard, qui entourent le village de Walincourt.

La commune, située dans le bassin de l'Escaut, n'est traversée par aucun cours d'eau.

Climat[modifier | modifier le code]

Dehéries se trouve dans une zone climatique de type océanique dégradé, ou à tendance continentale. Les données climatiques sont comparables à celles de Cambrai-Épinoy, station météorologique la plus proche.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2008, Dehéries comptait 14 résidences principales et aucun logement vacant ni résidence secondaire. Les maisons représentaient 100 % de l'ensemble des logements, pourcentage inchangé par rapport au recensement de 1999 et nettement supérieur à celui observé dans le département du Nord (68,6 %).

La part de résidences principales datant d'avant 1949 s'élevait à 62,9 %. Pour les constructions plus récentes, 7,7 % des logements dataient d'entre 1949 et 1974 et 23,1 % d'après 1975, aucun logement n'ayant été construit après 1990[3]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient de la famille Sohier, seigneurs de la Hérie[Note 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dehéries a appartenu à la famille Sohier de la Hérie, apparentée aux comtes de Vermandois. Les traces d'un château du XIe siècle, quadrangulaire et entouré de fossés, se distinguent encore à l’est du village.

En 1081, le chapelain de l'évêque Gérard Ier de Cambrai fit don de ses droits sur l'autel de Dehéries à la cathédrale de Cambrai.

Avant la Révolution, Dehéries appartenait à la famille Bourdon et était rattaché à la paroisse de Walincourt. En 1790, les habitants décidèrent de se séparer de Walincourt et de se constituer en commune distincte[4],[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les consultations électorales récentes dans cette petite commune montrent une préférence marquée pour la droite et l’extrême-droite.

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2012[6], les trois candidats arrivés en tête à Dehéries sont Marine Le Pen (FN, 35,48 %), Nicolas Sarkozy (UMP, 29,07 %) et François Hollande (PS, 16,13 %), avec un taux de participation de 96,88 %.

Au deuxième tour des élections régionales de 2010[7], 10 des 24 suffrages exprimés sont allés à la liste conduite par Valérie Létard (UMP), 9 à la liste Front National de Marine Le Pen, et 5 à celle de Daniel Percheron (PS), pour un taux de participation de 83,87 %.

Aux élections européennes de 2009[8], les deux meilleurs scores à Dehéries étaient ceux de la liste du Front National conduite par Marine Le Pen, qui a obtenu 5 suffrages soit 25 % des suffrages exprimés (département du Nord 19,55 %), et de la liste de la majorité présidentielle conduite par Dominique Riquet, qui a obtenu 4 suffrages soit 20 % des suffrages exprimés (département du Nord 24,57 %), pour un taux de participation de 72,41 %.

Au deuxième tour de l'élection présidentielle de 2007[9], 65,38 % des électeurs ont voté pour Nicolas Sarkozy (UMP), et 34,62 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 100 %.

Au deuxième tour des élections législatives de 2007[10], 71,43 % des électeurs de Dehéries ont voté pour François-Xavier Villain (UMP) (57,45 % dans la 18e circonscription du Nord), et 28,57 % pour Brigitte Douay (PS) (42,55 % dans la circonscription), avec un taux de participation de 100 % à Dehéries et de 60,08 % dans la circonscription.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Dehéries est membre de la communauté de communes du Caudrésis - Catésis, qui regroupe 46 communes et plus de 64 000 habitants.

La commune ayant moins de 100 habitants, son conseil municipal est composé de neuf membres. Depuis 2008 le maire est Robert Hennebelle.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Christian Besnier    
mars 2008 en cours Robert Hennebelle    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune de Dehéries est dans le ressort de la cour d'appel de Douai, du tribunal de grande instance, du tribunal d'instance et du conseil de prud'hommes de Cambrai, et à la suite de la réforme de la carte judiciaire engagée en 2007, du tribunal de commerce de Douai.

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Au 6 mars 2012, Dehéries n'est jumelée avec aucune autre commune[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 43 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
57 62 66 79 61 52 50 67 65
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
67 65 74 57 99 100 72 66 75
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
82 68 70 61 63 60 62 38 48
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
44 28 31 37 33 37 41 43 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (18,6 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 35 %, 45 à 59 ans = 15 %, plus de 60 ans = 15 %) ;
  • 51,2 % de femmes (0 à 14 ans = 38,1 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 14,3 %, plus de 60 ans = 14,3 %).
Pyramide des âges à Dehéries en 2008 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
5,0 
75 à 89 ans
0,0 
10,0 
60 à 74 ans
14,3 
15,0 
45 à 59 ans
14,3 
35,0 
30 à 44 ans
19,0 
15,0 
15 à 29 ans
14,3 
20,0 
0 à 14 ans
38,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2008 en pourcentage[15].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,7 
4,8 
75 à 89 ans
8,5 
10,7 
60 à 74 ans
12,1 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
20,7 
30 à 44 ans
19,6 
22,3 
15 à 29 ans
20,7 
21,4 
0 à 14 ans
18,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas d'établissements scolaires à Dehéries. Les écoles maternelles et primaires les plus proches sont dans les villages voisins de Malincourt, Walincourt-Selvigny et Élincourt. Les collèges les plus proches sont ceux de Walincourt-Selvigny et de Villers-Outréaux.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de professionnels de la santé à Dehéries[16].

Sports[modifier | modifier le code]

Dehéries a vu passer la quatrième étape du Tour de France en 2010[17].

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Dehérisiens disposent d'un lieu de culte catholique, l'église Sainte-Anne, qui fait partie de la paroisse Sainte-Anne-en Cambrésis dans le diocèse de Cambrai[4].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Dehéries comptant moins de 50 ménages, les données relatives aux revenus fiscaux ne sont pas diffusées par l'Insee pour respecter le secret statistique[3].

Emploi[modifier | modifier le code]

Dehéries se trouve dans le bassin d'emploi du Cambrésis. L'agence Pôle emploi pour la recherche d'emploi la plus proche sont celles de Caudry et Cambrai.

En 2008, la population de Dehéries se répartissait ainsi : 82,6 % d'actifs, ce qui est supérieur aux 71,6 % d'actifs de la moyenne nationale, et auncun retraité. Le pourcentage de chômeurs était de 8,7 % contre 0 % en 1999[3].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2009, Dehéries comptait 5 établissements[3].

Répartition des établissements par domaines d'activité

  Ensemble Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Nombre d'établissements 5 3 0 0 1 1
% 100 % 60 % 0 % 0 % 20 % 20 %
Sources des données : INSEE[3]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le moulin Brunet

Bien qu'il soit connu comme « le moulin de Dehéries » (ou « moulin Brunet », du nom du dernier meunier), le moulin est en fait situé sur le territoire de la commune de Walincourt-Selvigny, qui est propriétaire du site, à la limite entre les deux communes[4].

Le pigeonnier, construit selon la technique dite des « rouges barres », alternance de lits de briques rouges et de pierres blanches, est la reconstitution récente, menée par l’« association pour la valorisation du patrimoine de Dehéries », d'un pigeonnier du XVIIIe siècle qui se situait dans le village voisin d'Esnes et a disparu en 1993[18].

L'église Sainte-Anne a pour origine une chapelle édifiée en 1835, à laquelle a été ajouté un clocher en 1870-1871. Des travaux d'entretien y ont été faits au début du XXIe siècle[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Blériot (1872 - 1936), premier pilote à traverser la Manche en avion. Son lieu de naissance est souvent situé à Dehéries, bien que son acte de naissance (reconstitué en 1928) indique Cambrai[19].

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de Déhéries se blasonnent ainsi :"De gueules à une étoile à cinq rais d'argent."[20]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les graphies varient entre le et la Hérie(s)
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants des communes françaises, Dehéries », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 5 mars 2012)
  2. Calcul de l'orthodromie pour Cambrai, Bohain-en-Vermandois
  3. a, b, c, d et e [PDF] « Résultats du recensement de la population 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 mars 2012)
  4. a, b et c « Dehéries », sur le site de la paroisse Sainte-Anne-en-Cambrésis (consulté le 5 mars 2012)
  5. a et b « L'église Sainte-Anne, à Dehéries, garde une part de mystères », sur le site du quotidien La Voix du Nord (consulté le 6 mars 2012)
  6. « Les résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 5 mai 2012).
  7. « Résultats de l’élection régionale 2010 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le 6 mars 2012)
  8. « Résultats de l’élection européenne de 2009 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le 6 mars 2012)
  9. « Les résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 6 mars 2012)
  10. « Résultats de l’élection législative 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 6 mars 2012)
  11. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 6 mars 2012)
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  14. « Évolution et structure de la population à Dehéries en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 mars 2012)
  15. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 mars 2012)
  16. « Nord », sur site de ALLO-MEDECINS.FR,‎ 2010-2012 (consulté le 6 mars 2012)
  17. « Dehéries, 45 habitants, a réussi un beau Tour de magie », sur le site du quotidien La Voix du Nord,‎ 8 juillet 2010 (consulté le 6 mars 2012)
  18. « Pigeonnier de Dehéries », sur le site de l'office de tourisme du Cambrésis (consulté le 6 mars 2012)
  19. « Acte de naissance », sur le site « Louis Blériot 1909 - 2009 » (consulté le 6 mars 2012)
  20. Le généalogiste fou