Noyelles-sur-Escaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noyelles.
Noyelles-sur-Escaut
L'ancien moulin sur l'Escaut
L'ancien moulin sur l'Escaut
Blason de Noyelles-sur-Escaut
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Marcoing
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Cambrai
Maire
Mandat
Philippe Loyez
2014-2020
Code postal 59159
Code commune 59438
Démographie
Gentilé Noyellois
Population
municipale
765 hab. (2011)
Densité 159 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 08′ 20″ N 3° 10′ 59″ E / 50.1388888889, 3.1830555555650° 08′ 20″ Nord 3° 10′ 59″ Est / 50.1388888889, 3.18305555556  
Altitude Min. 47 m – Max. 92 m
Superficie 4,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Noyelles-sur-Escaut

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Noyelles-sur-Escaut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noyelles-sur-Escaut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noyelles-sur-Escaut
Liens
Site web www.noyelles-sur-escaut.fr

Noyelles-sur-Escaut est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Noyellois[1].

Petit village du Haut-Escaut, proche de Cambrai, Noyelles fut pendant plusieurs siècles sur la frontière qui séparait la France du Saint-Empire, ce qui lui valut de multiples destructions et pillages. L'ouverture du canal de Saint-Quentin en 1810 n'a pas notablement modifié l'activité du village. Il a conservé son caractère rural et mis en valeur son patrimoine, tout en connaissant un début de périurbanisation par la construction de lotissements pavillonnaires.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Noyelles-sur-Escaut est située à 6 km au sud-est de Cambrai. Arras est à 33,9 km et Lille, la capitale régionale, à 55,3 km à vol d'oiseau[2],[3].

Communes limitrophes de Noyelles-sur-Escaut
Cantaing-sur-Escaut Proville
Cantaing-sur-Escaut Noyelles-sur-Escaut Marcoing
Flesquières Marcoing Marcoing

Hydrographie, géologie et relief[modifier | modifier le code]

Photographie montrant l'écluse de Noyelles sur le canal de Saint-Quentin
L'écluse de Noyelles sur le canal de Saint-Quentin

Noyelles-sur-Escaut est située, comme son nom l'indique, sur l'Escaut, dont le débit à cet endroit est encore modeste. Le village s'étend sur la rive gauche. Le canal de Saint-Quentin longe l'Escaut à une distance de deux cent à trois cent mètres à l'est, passant au-dessus du fleuve par un pont-canal à quelques centaines de mètres au nord du village.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans une zone climatique de type océanique dégradé, ou à tendance continentale. Les données climatiques sont comparables à celles de Cambrai-Épinoy, station météorologique la plus proche.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Noyelles-sur-Escaut est au carrefour des routes départementales D29 de Cambrai à Marcoing et Ribécourt-la-Tour, et D142 de Séranvillers-Forenville à Cattenières[3].

La commune est desservie par une ligne du réseau CambrésiX, groupement composé de six entreprises de transport locales, vers Cambrai et Gouzeaucourt[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le vieux village est installé entre l'Escaut et la route départementale D29. Des lotissements pavillonnaires plus récents (« Les Hauts de Noyelles », « le Quartier du roi ») se sont construits à l'est de cette route[5]. Début 2012, la construction d'un nouveau lotissement est prévue au nord du village[6].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2008, Noyelles-sur-Escaut comptait 282 résidences principales, auxquelles s'ajoutaient 27 logements vacants, soit 8,4 % du total, et un faible nombre de résidences secondaires. Les maisons représentaient 93,5 % de l'ensemble des logements, pourcentage en augmentation par rapport au recensement de 1999 (92,5 %) et nettement supérieur à celui observé dans le département du Nord (68,6 %).

La part de résidences principales datant d'avant 1949 s'élevait à 38,7 %. Pour les constructions plus récentes, 11,8 % des logements dataient d'entre 1949 et 1974 et 49,5 % d'après 1975[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve Noyelles mentionnée sous les noms de Nigella en 1064, 1109 et à la fin du XIIs siècle, Noella en 1139, Noela en 1221, Noiella en 1250, Noyelle en 1362 et Noiielle en 1391[8]. En 1793 la commune est connue sous le nom de Noyelles sur Escaut, en 1801 de Noyelles-sur-l'Escaut. Le 28 janvier 1968, Noyelles-sur-l'Escaut est redevenu Noyelles-sur-Escaut[9].

Une première hypothèse concernant l'origine du nom le fait dériver du latin nigella (nielle des blés), plante à fruits noirs et toxiques fréquente autrefois dans les céréales. Guy Souillet, dans sa Chronique de toponymie[8], conteste cette explication. Il recense vingt noms de lieux en « Noyelle », sans compter les diminutifs et les noms apparentés comme « Nielle » ou « Mielle », « Nesle », « Néel », « Noyal » ou « Noal ». Le nom se rencontre principalement dans la France du Nord (Nord-Pas-de-Calais et Picardie, Normandie, Bretagne) et dérive selon lui du celtique Nigella, qui désigne une « dépression humide entre les dunes », un « lieu marécageux », ce qui s'applique parfaitement à Noyelles-sur-Escaut, construit dans une vallée marécageuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la période gallo-romaine, le territoire était peuplé par les Nerviens, dont les chefs-lieux furent Bavay puis Cambrai.

Une prospection effectuée en 1986 a révélé au lieu-dit « Le Quartier du Roi », au sud du village, un site gallo-romain dominant l'Escaut d'un vingtaine de mètres et datant du Ie siècle, occupé jusqu'au IVs siècle. La tradition veut qu'on y ait extrait au XIs siècle la pierre qui servit à la construction de l'église Notre-Dame de Cambrai. Un moulin appartenant à l'abbaye de Saint-Sépulcre est mentionné dès 1064[10].

À la suite du traité de Verdun de 843 qui partageait l'empire de Charlemagne, l'Escaut devint pour huit siècles la frontière du royaume de France et de l'Empire. La position frontalière de Noyelles l'exposa à plusieurs reprises aux destructions et aux pillages de troupes françaises, bourguignonnes ou espagnoles[10].

Noyelles possédait un château fort qui fut brûlé en 1153 par l'évêque de Cambrai Nicolas de Chièvres.

Le 9 août 1533 le village fut incendié par les troupes françaises. L'armée espagnole installa son camp à deux reprises près du village, en 1580 et 1595. En 1649 et en 1677, lors de sièges de la ville de Cambrai, le village fut victime de nouveaux pillages. En 1711 les troupes du maréchal de Villars furent cantonnées au lieu qui prendra le nom de « Quartier du Roy »[10].

Lors de la création des départements pendant la Révolution française, Noyelles fut rattachée au canton de Ribécourt (puis de Marcoing en 1801), dans le district de Cambrai et le département du Nord.

La zone rouge au niveau de l'Artois durant la Première Guerre mondiale.

L'activité du village, surtout agricole, comprenait aussi deux moulins, à farine et à huile, sur l'Escaut, une brasserie et une sucrerie[10]. Le canal de Saint-Quentin fut inauguré par Napoléon Ier en 1810.

Pendant la Première Guerre mondiale, Noyelles est occupé par les Allemands et se trouve derrière la ligne Hindenburg. Le village est capturé par les troupes britanniques le 21 novembre 1917, lors de la Bataille de Cambrai. Il est repris dès le 29 novembre à la suite de la contre-offensive allemande, et subit d'importantes destructions[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Photographie montrant la mairie de Noyelles
La mairie de Noyelles

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2012[11], les quatre candidats arrivés en tête à Noyelles-sur-Escaut sont Marine Le Pen (FN, 28,36 %), François Hollande (PS, 27,94 %), Nicolas Sarkozy (UMP, 24,79 %) et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche, 7,14 %), avec un taux de participation de 87,93 %.

Au deuxième tour des élections régionales de 2010[12] 48,30 % des suffrages exprimés sont allés à la liste conduite par Daniel Percheron (PS), 26,93 % à celle de Valérie Létard (UMP), et 24,77 % à la liste FN de Marine Le Pen, pour un taux de participation de 59,01 %.

Aux élections européennes de 2009[13], les deux meilleurs scores à Noyelles-sur-Escaut étaient ceux de la liste du Parti socialiste conduite par Gilles Pargneaux, qui a obtenu 58 suffrages soit 24,68 % des suffrages exprimés (département du Nord 19,55 %), et de la majorité présidentielle conduite par Dominique Riquet, qui a obtenu 49 suffrages soit 20,85 % des suffrages exprimés (département du Nord 24,57 %), pour un taux de participation de 46,25 %.

Au deuxième tour de l'élection présidentielle de 2007[14], 54,43 % des électeurs noyellois ont voté pour Nicolas Sarkozy (UMP), et 45,57 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 89,08 %.

Au deuxième tour des élections législatives de 2007[15], 53,97 % des électeurs de Noyelles-sur-Escaut ont voté pour François-Xavier Villain (UMP) (57,45 % dans la 18e circonscription du Nord), et 46,03 % pour Brigitte Douay (PS) (42,55 % dans la circonscription), avec un taux de participation de 68,19 % à Noyelles-sur-Escaut et de 60,08 % dans la circonscription.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Noyelles-sur-Escaut est membre de la Communauté d'agglomération de Cambrai. La commune ayant entre 500 à 1 500 habitants le nombre de conseillers municipaux est de 15[16]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 1989 juin 2010 Léon Masset PS Décédé en fonction[17]
Juin 2010 en cours
(au 3 avril 2014)
Philippe Loyer UDI Réélu pour le mandat 2014-2020[18]
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune de Noyelles-sur-Escaut est dans le ressort de la cour d'appel de Douai, du tribunal de grande instance, du tribunal d'instance et du conseil de prud'hommes de Cambrai, et à la suite de la réforme de la carte judiciaire engagée en 2007, du tribunal de commerce de Douai.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La protection et la mise en valeur de l'environnement font partie des compétences optionnelles de la communauté d'agglomération de Cambrai à laquelle appartient Noyelles-sur-Escaut[19].

Jumelages[modifier | modifier le code]

En février 2012, Noyelles-sur-Escaut n'est jumelée avec aucune autre commune[20].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 765 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
453 495 560 497 571 584 589 588 597
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
624 651 665 667 710 794 740 766 716
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
727 709 693 553 618 592 600 520 545
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
524 526 478 629 660 655 739 751 765
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2004[22].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Noyelles sur Escaut en 2007 en pourcentage[23].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
3,4 
75 à 89 ans
6,7 
10,1 
60 à 74 ans
11,0 
22,8 
45 à 59 ans
25,2 
21,4 
30 à 44 ans
21,7 
19,0 
15 à 29 ans
14,7 
23,3 
0 à 14 ans
20,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[24].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune gère l'école maternelle et primaire Henri-Matisse, qui en 2012 compte trois classes et scolarise 70 enfants[25].

Les établissements d'enseignement secondaire les plus proches sont à Masnières et Cambrai.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Photographie montrant l'église de la Nativité-de-la-Vierge
L'église de la Nativité-de-la-Vierge

L’association « Les Scènes du Haut-Escaut » est membre du Réseau départemental de diffusion culturelle en milieu rural, financé par le Conseil général du Nord. Elle propose la diffusion de spectacles vivants, des résidences d’artistes et des ateliers de pratiques artistiques dans la vingtaine de communes adhérentes[26].

Santé[modifier | modifier le code]

En 2012 Noyelles-sur-Escaut ne compte aucun professionnel de la santé[27]. Les établissements de soins les plus proches sont ceux de Cambrai.

Sports[modifier | modifier le code]

Noyelles-sur-Escaut compte quelques associations sportives, notamment de pêche, autour de l'étang de Noyelles, de gym, de ji-paï kung-fu, et de chasse. Le judo club de Noyelles-sur-Escaut compte 50 licenciés en 2011. Les très jeunes peuvent s'y entraîner dès l'âge de 4 ans.

L'association EDEN (« Energies DE Noyelles ») se donne pour objectif l'animation sportive et culturelle du village. Ses activités incluent le badminton, le jogging, la pétanque, le futsal et la marche[28].

En 2011 la commune a inauguré l'« espace Daniel Leclercq », terrain de football synthétique.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Noyellois disposent d'un lieu de culte catholique, l'église de la Nativité-de-la-Vierge, qui fait partie de la paroisse Saint-Paul-du-Haut-Escaut dans le diocèse de Cambrai[29].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 19 219 €, ce qui plaçait Noyelles-sur-Escaut au 8 949e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[30].

Emploi[modifier | modifier le code]

Noyelles-sur-Escaut se trouve dans le bassin d'emploi du Cambrésis. L'agence Pôle emploi pour la recherche d'emploi la plus proche est localisée à Cambrai.

En 2008, la population de Noyelles-sur-Escaut se répartissait ainsi : 74,6 % d'actifs, ce qui est supérieur au 71,6 % d'actifs de la moyenne nationale et 8,9 % de retraités, un chiffre légèrement supérieur au taux national de 8,5 %. Le taux de chômage était de 5,1 % contre 10,7 % en 1999[7].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2009, Noyelles-sur-Escaut comptait 46 établissements[7].

Répartition des établissements par domaines d'activité au 31 décembre 2009

  Ensemble Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Nombre d'établissements 46 9 4 4 21 8
% 100 % 19,6 % 8,7 % 8,7 % 45,7 % 7,4 %
Sources des données : INSEE[7]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Photographie montrant l'ancienne malterie, aujourd'hui bibliothèque municipale
L'ancienne malterie, aujourd'hui bibliothèque municipale
Photographie montrant le cimetière britannique, extension du cimtière municipal
Le cimetière britannique, extension du cimetière municipal

La ventellerie[Note 3] du moulin à farine est bâtie sur quatre niveaux au bord de l'Escaut. Le moulin, propriété jusqu'à la Révolution du seigneur du lieu[10], cessa son activité en 1960. En 1991 il devint propriété de la commune qui fit démolir des constructions en béton pour dégager l'église voisine. En 2003, le moulin a été converti en immeuble d'habitation[31].

La malterie est le seul bâtiment subsistant de la brasserie Solau, fermée en 1969. Datant du XVIIIe siècle et construit en pierre blanche et en brique, il a été restauré pour abriter la bibliothèque municipale[10].

L'église de la Nativité-de-la-Vierge date de 1930 et fut construite en remplacement de la précédente, datant de 1828 et détruite pendant les combats de la Première Guerre mondiale. Elle est bâtie en briques et en ciment[31] .

Le pont-canal fut construit entre 1802 et 1810. Le canal de Saint-Quentin, en amont de Cambrai, longe le cours de l'Escaut. Il le franchit sur un pont en aval de Noyelles, passant de la rive droite à la rive gauche. Cet ouvrage d'art est dû aux ingénieurs des Ponts et Chaussées Antoine-Nicolas Gayant et Barnabé Brisson[10].

Quatre casemates fermées de grille se voient encore sur la route de Cantaing-sur-Escaut à la sortie du village. Elles servirent d'abris à munitions pour la ligne Hindenburg[10].

Noyelles-sur-L'Escaut Communal Cemetery Extension est un cimetière militaire britannique géré par la Commonwealth War Graves Commission. Le village fut pris par la 6e division britannique les 20 et 21 novembre 1917 lors de la première bataille de Cambrai, perdu en décembre, et repris le 19 octobre 1918 lors de la deuxième bataille de Cambrai par les Écossais du 7th Argyll and Sutherland Highlanders. Le cimetière contient les tombes de plus de 110 soldats tués en septembre et octobre 1918[32].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de Noyelles sur Escaut

Les armes de Noyelles sur Escaut se blasonnent ainsi : "Burelé d'argent et d'azur de douze pièces."

Les armoiries de la commune sont celle de la famille de Montigny de Glarges, seigneurs aux XIIe siècle et XIIIe siècle[33]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. Un ouvrage de bois ou de maçonnerie destiné à soutenir une retenue d’eau et muni d'une ou plusieurs ouvertures que l’on ferme avec des vannes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants des communes françaises, », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 15 février 2012)
  2. Calcul de l'orthodromie pour Lille, Arras, Cambrai.
  3. a et b Voir la carte de l'IGN sur Géoportail.
  4. « Les plans du réseau », sur le site du réseau Arc-en-ciel (consulté le 14 février 2012)
  5. Voir la carte IGN sur Géoportail.
  6. « LOTISSEMENT RUE DE CANTAING », sur le site de la mairie de Noyelles-sur-Escaut (consulté le 20 février 2012)
  7. a, b, c et d [PDF] « Commune de Noyelles-sur-Escaut (59438) », sur le site de l'Insee (consulté le 15 février 2012)
  8. a et b « Chronique de Toponymie », sur Noyelles et Noyal (consulté le 15 février 2012)
  9. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 16 février 2012)
  10. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Noyelles-sur-Escaut », sur le site de Tourisme en Cambrésis (consulté le 16 février 2012)
  11. « Les résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 6 mai 2012).
  12. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16 février 2012.
  13. Résultats de l’élection européenne de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16 février 2012.
  14. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16 février 2012.
  15. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16 février 2012.
  16. « Le conseil municipal », sur le site officiel de la mairie de Noyelles-sur-Escaut,‎ février 2010 (consulté le 17 février 2012)
  17. Gaëlle Caron, « Noyelles-sur-Escaut : le maire doute moins de son bilan que de sa candidature », La Voix du Nord,‎ 13 septembre 2013 (lire en ligne)
  18. « NOYELLES- SUR- ESCAUT Quatre adjoints pour soutenir Philippe Loyez », L'Observateur du Cambresis, no 1331,‎ 3 avril 2014, p. 20
  19. « Présentation de l'institution », sur le site de la communauté d'agglomération de Cambrai (consulté le 17 février 2012)
  20. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 17 février 2012)
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  23. « Évolution et structure de la population à Noyelles-sur-Escaut en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  24. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  25. « Présentation de l'école », sur le site officiel de la mairie de Noyelles-sur-Escaut (consulté le 18 février 2012)
  26. « Page d'accueil », sur le site de Scènes du Haut-Escaut (consulté le 22 février 2012)
  27. « Nord », sur site de ALLO-MEDECINS.FR,‎ 2010-2012 (consulté le 20 février 2012)
  28. « Page d'accueil », sur le site officiel de la mairie de Noyelles-sur-Escaut (consulté le 21 février 2012)
  29. « Paroisse Saint-Paul-du-Haut-Escaut », sur le site du diocèse de Cambrai (consulté le 19 février 2012)
  30. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 28 février 2012)
  31. a et b « Présentation du village », sur le site officiel de la mairie de Noyelles-sur-Escaut (consulté le 20 février 2012)
  32. « NOYELLES-SUR-L'ESCAUT COMMUNAL CEMETERY EXTENSION », sur le site de la Commonwealth War Graves Commission (consulté le 20 février 2012)
  33. Source: Cambrésie terre d'histoire