Naves (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Naves.
Naves
Le clocher de l'église
Le clocher de l'église
Blason de Naves
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Cambrai-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Cambrai
Maire
Mandat
Jean-Pierre Dhorme
2014- 2020
Code postal 59161
Code commune 59422
Démographie
Gentilé Navois
Population
municipale
628 hab. (2011)
Densité 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 11″ N 3° 19′ 00″ E / 50.2030555556, 3.31666666667 ()50° 12′ 11″ Nord 3° 19′ 00″ Est / 50.2030555556, 3.31666666667 ()  
Altitude Min. 41 m – Max. 80 m
Superficie 5,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Naves

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Naves

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Naves

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Naves

Naves est une commune française située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Navois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village de Naves est situé à 6,2 km de Cambrai, 22,8 km de Valenciennes, 25 km de Douai et 51 km de Lille, la capitale régionale, à vol d'oiseau[2].

Communes limitrophes de Naves
Thun-Saint-Martin Iwuy
Thun-Saint-Martin Naves Rieux-en-Cambrésis
Escaudœuvres Cagnoncles

Hydrographie, géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol de Naves est un terrain argileux et crayeux. La commune, incluse dans le bassin de l'Escaut, n'est traversée par aucun cours d'eau. L'Erclin, affluent de rive droite de l'Escaut, coule en bordure nord-est du finage.

Climat[modifier | modifier le code]

Naves se trouve dans une zone climatique de type océanique dégradé, ou à tendance continentale. Les données climatiques sont semblables à celles de Cambrai-Épinoy, station météorologique la plus proche située à moins de onze kilomètres.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune de Naves est située sur la route départementale D114 de Cambrai à Le Quesnoy, qui suit le tracé de l'ancienne voie romaine de Cambrai à Bavay, aussi connue sous le nom de « Chaussée Brunehaut ». La commune est également traversée par la route départementale D157 qui relie la RN30 au sud d'Iwuy à la D960 au sud-est de Cambrai.

Naves est desservie par une ligne du réseau Arc en ciel 3, groupement composé de six entreprises de transport locales, vers Cambrai et Haussy via Avesnes-les-Aubert[3].

La gare SNCF la plus proche est à Cambrai.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits du village sont : Les Pâturelles, La Blanche Voie, La Pointe, la Savatte, le Borrobeau, Les Folies, la Tour, Monchy, la Digue, les Boutriaux, Bos Macart, La Planche.

Dans les premières années du XXIe siècle, le village semble s'être totalement développé, de nouvelles maisons ont été construites, notamment rue Jacques-Duclos et sur la route qui sépare Naves de Cagnoncles. La majorité des trottoirs ont été refaits, des espaces fleuris ont été créés.

En 2007, l'église a été restaurée. En 2010, la restauration du clocher de l'église est terminée ainsi que la réfection de la rue du Square-des-Anciens-Combattants.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 264, alors qu'il était de 244 en 1999[a 1].

Parmi ces logements, 92,8 % étaient des résidences principales, 0,4 % des résidences secondaires et 6,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 100 % d'entre eux des maisons individuelles[a 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 83,1 %, en légère baisse par rapport à 1999 (83,7 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 0 % comme en 1999[a 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les origines du nom Naves sont diverses :

  • Nave: marais, prairie marécageuse ;
  • Nava: plaine nue, environnée de bois ;
  • Naveria : lieu resserré dans un fleuve pour y prendre le poisson.

Il pourrait également y avoir une origine celtique ; Nans signifie vallon, raviné torrent ; des ruisseaux à Marquette et à Seclin portent les noms de Navie, de Navette. Ce nom signifie donc petite rivière, vivier, plaine humide, pâturage.

On retrouve Navi, Navia, à l'époque gallo-romaine, Nouvia en 1122 et 1144, Nave en 1326, Navle en 1322.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le territoire correspondant aujourd'hui au Cambrésis était à l'époque gallo-romaine la cité des Nerviens, dont la capitale fut Bavay, puis Cambrai.

L'empereur Auguste établit un poste romain en l'an 42 avant J.-C. sur la rive droite face de l'Escaut face à Cambrai[réf. nécessaire]. Bien plus, il construit une voie romaine entre Cambrai et Bavay[réf. nécessaire]. Le long de celle-ci sont établis des postes distants les uns des autres d'environ trois lieues romaines. C'est ainsi que s'est créé le poste de la Nave (Navia Nave : plaine sans arbres, en latin).

La voie romaine de Cambrai à Bavay ne traversait aucune agglomération. Pourtant, les Romains avaient l'habitude d'établir leurs routes sur le bord des agglomérations[réf. nécessaire].

On pense que Naves a commencé sur la hauteur des Paturelles, là où fut établi le poste romain au nord-est en face de la chapelle Notre-Dame de Hall. Il est peu probable que Naves ait commencé là où il est aujourd'hui car le centre actuel du village était alors marécageux et souvent inondé par le Riot de Carnières, lequel fut détourné en août 1878 pour construire la ligne de chemin de fer[réf. nécessaire].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En l'an 1000, l'évêque de Cambrai est proclamé seigneur de Cambrai par Othon, empereur du Saint-Empire romain germanique, à la condition qu'il se charge des églises, des écoles et des pauvres. L'église Notre-Dame devient propriétaire des biens impériaux[réf. nécessaire].

Philippe Auguste, roi de France, n'a aucune autorité sur le Cambrésis. Il fixe la loi sur les baillis qui est un salarié qui rend justice et perçoit les revenus au nom du roi et seigneur. Les mairies ou mayeurs étaient nommés par le roi ou seigneur et recrutés dans les familles les plus notables. Les charges et les mairies s'achètent. Certaines abbayes achètent les mairies. Les conseillers du mayeur étaient des échevins et les délibérations du conseil municipal appelées actes d'échevinages.

Gui céda en apanage la châtellenie[Quoi ?], ainsi qu'Arleux et Crèvecœur, à son fils Guillaume.

Les seigneurs de Naves sous le règne de Louis VI le Gros[modifier | modifier le code]

[réf. nécessaire]

  • 1120 - Armand de Naves ;
  • 1179 - Gérard de Saint-Aubert puis Geoffroi de Bouchain ;
  • 1164 - Baudoin, comte de Hainaut ;
  • 1179 - Simon de Naves ;
  • 1242 - Sarah de Naves.

Mais le dauphin n'a guère le désir d'habiter le nord de la France, aussi délègue-t-il sa charge à Étienne de Valois. Ce dernier, originaire du Dauphiné, seigneur et châtelain de Cambrai, s'installe à Naves. Le roi de France le fournit en soldats pour tenir la garnison à Cambrai et aux environs, ce qui lui permet de repousser les tentatives d'invasions d'Édouard III.

Mais en 1340, des troupes flamandes ralliées à la cause d'Édouard III occupent le Cambrésis, c'est ainsi que suite au siège de Thun-l'Évêque plus de 12 000 hommes périrent aux environs de Naves et de Tilloy. Tous les villages environnants furent détruits, les populations massacrées. L'expression « tu reviens de Naves ou tu reviens de la Nerve >> serait née de ce massacre. Les gens de Naves qui avaient réussi à s'enfuir avaient l'air hébétés en arrivant à Cambrai[réf. nécessaire].

Marie de Valois, fille d'Étienne de Valois, succède à son père comme seigneur de Naves. Elle épouse Mathieu de Canteleu, lui-même seigneur de Walincourt. Lui succède Jean de Canteleu. Celui-ci épouse Alice de Rincheval. Ensuite succède leur fille Jeanne de Canteleu de Rincheval. Elle épouse Jean de Villers. Elle a deux fils Adrien et Roland. Roland de Villers a un fils, Claude, et une fille, Anne de Villers de Canteleu. En 1439, le Cambrésis est sous la tutelle des comtes de Hainaut et de Flandres. Le comté de Cambrai est cédé à Philippe le Bon (père de Charles le Téméraire) comte de Flandres par Charles VII[réf. nécessaire].

Les ducs de Bourgogne (dont fait partie Charles le Téméraire) sont les vrais maîtres des Pays-Bas.Le duc de Bourgogne est le seigneur dominant,comme comte de Hainaut, il vient en aide à Naves pour la construction de son clocher en 1477. Des grès posés sur la base du clocher, à droite, méritent l'attention : ils portent la singulière inscription qui représenterait le monogramme des ducs de Bourgogne (deux briquets avec la pierre à feu de forme B comme Bourgogne et la croix de Saint André au centre, le patron de la Bourgogne).

En 1477, Marie de Bourgogne , en épousant Maximilien d'Autriche, fait passer ces cinq États[Quoi ?] (Bourgogne, Hollande…) dans la maison d'Autriche. Le traité de Nimègue en 1678 rattache le pays au royaume de France. À cette époque, Naves est administré par les seigneurs fonciers, l'archevêque de Cambrai, l'abbaye de Saint-Aubert qui touche une partie des revenus de la paroisse de Naves.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1526, Robert Blocquel était bailli de la mairie de Naves[Quoi ?] et l'abbaye de Saint-Aubert. En 1545, Pierre de Saint-Waast était bailli à Naves.

En 1569, Charles IX confisque le comté et le rend à l'évêque. Roland de Villers succède à son beau-père Pierre de Berry, époux d’Anne de Villers, comme seigneur de Naves, son successeur sera Jacques de Berry, son fils. En 1580, le duc de Parme Alexandre Farnèse s'établit autour de Cambrai[Quoi ?] et construit un fort sur les hauteurs de Naves. Autres forts existants : Escaudœuvres, Marcoing, Crèvecœur, Vaucelles[réf. nécessaire].

Les métiers d'autrefois à Naves au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Comme tous les villages, Naves avait de nombreux métiers d'artisans (des maçons aux charpentiers, ainsi que les couvreurs) et de ceux qui contribuent à entretenir les mobiliers (des menuisiers aux rempailleurs de chaises), les tailleurs, les artisans du vêtement et des petites mains, draps, mouchoirs, étoffes, lingeries fines.

Il y avait beaucoup de commerces locaux vers le XXe siècle : brasseurs, cafés-tabacs, commerces alimentaires, magasins locaux, services tertiaires tels que gendarmerie, poste, coiffeur et mairie; forgerons et maréchaux-ferrants, charrons, « fermes » (pour les fabriques de beurre et de fromages) dont 45 censes à Naves qui cultivaient la terre, et artisans réparateurs (vélos, machines à coudre et autres), et un apiculteur. Les ouvriers travaillaient à Usinor-Denain, dans la métallurgie.

Avant la première guerre, il y avait dans le village, vingt-six cabarets ; en 1927, il n'en restait plus que quatorze. À l'heure actuelle, il n'existe plus qu'un seul café qui appartient depuis quatre, voire cinq générations, à la famille Lemaire Lefebvre.

La gare au XXe siècle[modifier | modifier le code]

La gare du petit Cambrésis se trouvait à la sortie de Naves. Partant vers Cambrai, la gare, par elle-même, se trouvait sur le côté pair de la chaussée Brunehaut. La ligne de chemin de fer arrivait de Rieux-en-Cambrésis, sur le champ les Dix-les vingt rattrapant les champs ; de Bomacart à la digue de Cagnoncles et qui se rattrapait sur le champ de Chambeau, pour partir vers Escaudœuvres et rejoindre Cambrai.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 habitants et 1 500 habitants, le nombre de conseillers municipaux est de quinze[4].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 en cours
(au 3 avril 2014)
Jean-Pierre Dhorme   Rééélu pour le mandat 2014-2020[5]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2012, les quatre candidats arrivés en tête à Naves sont François Hollande (PS, 31,60 %), Nicolas Sarkozy (UMP, 23,82 %), Marine Le Pen (FN, 18,87 %), et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche, 10,38 %) avec un taux de participation de 84,11 %. Au deuxième tour François Hollande arrive en tête avec 52,21 % des voix, pour un taux de participation de 82,95 %[6].

Au deuxième tour des élections régionales de 2010[7], 54,01 % des suffrages exprimés sont allés à la liste conduite par Daniel Percheron (PS), 25,55 % à celle de Valérie Létard (UMP), et 20,44 % à la liste FN de Marine Le Pen, pour un taux de participation de 55,81 %.

Aux élections européennes de 2009[8], les deux meilleurs scores à Naves étaient ceux de la liste du Parti socialiste conduite par Gilles Pargneaux, qui a obtenu 45 suffrages soit 21,03 % des suffrages exprimés (département du Nord 19,55 %), et de la liste de la majorité présidentielle conduite par Dominique Riquet, qui a obtenu 28 suffrages soit 13,08 % des suffrages exprimés (département du Nord 24,57 %) pour un taux de participation de 44,23 %.

Au deuxième tour de l'élection présidentielle de 2007[9], 51,59 % des électeurs ont voté pour Nicolas Sarkozy (UMP), et 48,41 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 93,28 %.

Au deuxième tour des élections législatives de 2007[10], 50,29 % des électeurs de Naves ont voté pour François-Xavier Villain (UMP) (57,45 % dans la 18e circonscription du Nord), 49,71 % pour Brigitte Douay (PS) (42,55 % dans la circonscription), avec un taux de participation de 70,61 % à Naves et de 60,08 % dans la circonscription.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune de Naves est dans le ressort de la cour d'appel de Douai, du tribunal d'instance, du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants et du conseil de prud'hommes de Cambrai, du tribunal de commerce et de la cour administrative d'appel de Lille[11].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La protection et la mise en valeur de l'environnement font partie des compétences optionnelles de la communauté d'agglomération de Cambrai à laquelle appartient Naves[12].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 1er avril 2013, Naves n'est jumelée avec aucune autre commune[13].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 628 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 830 914 385 972 989 1 000 981 814
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
858 876 907 891 901 868 897 814 742
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
767 792 729 644 621 634 588 588 599
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
626 657 605 607 639 627 618 618 605
2011 - - - - - - - -
628 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Naves en 2007 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
4,4 
75 à 89 ans
7,3 
13,6 
60 à 74 ans
14,0 
20,5 
45 à 59 ans
21,3 
23,0 
30 à 44 ans
23,9 
14,2 
15 à 29 ans
16,9 
24,3 
0 à 14 ans
15,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Photographie montrant le groupe scolaire des Deux Saules
Le groupe scolaire des Deux Saules

Naves appartient à l'académie de Lille. La commune gère l'école maternelle et élémentaire des Deux Saules[18].

En 1867 est créée une école de filles à l'angle de la rue d'Aloeil et de la Chaussée Brunehaut. En 1878, le maire de l'époque, Hippolyte Lemaire, crée une école de garçons à l'emplacement de la mairie actuelle (aujourd'hui la « Salle des Associations ») : une plaque y sera apposée. Enfin en 1963 est créée l'école maternelle. En 2012 l'école est rénovée[19]. L'établissement aura une nouvelle garderie péri-scolaire pour mieux accueillir les nouveaux élèves dans des conditions d'hygiène encore plus favorables.

Sports[modifier | modifier le code]

Les intervenants du Hockey Club d’Escaudœuvres viennent pour les jeunes recrues à la salle de sport « La Grange » à Naves selon la disponibilité des associations. Les intervenants assurent jusqu'à fin juin pour les cours privés, durant l'année scolaire et pour les faire évoluer dans un but régional.

Une fois par semaine, un intervenant du judo ju-jitsu d'Escaudœuvres ou de Cambrai accompagne les jeunes judokas pour évoluer dans le milieu sportif régional.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Navois disposent de deux lieux de culte catholique, l'église de la Conversion-de-Saint-Paul et la chapelle Notre-Dame-de-Hal, rattachées à la paroisse Saint-Joseph-en-Cambrésis dans le diocèse de Cambrai[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 35 311 €, ce qui plaçait Naves au 7 384e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[21].

Emploi[modifier | modifier le code]

Naves se trouve dans le bassin d'emploi du Cambrésis. L'agence Pôle emploi pour la recherche d'emploi la plus proche est localisée à Cambrai.

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 391 personnes, parmi lesquelles on comptait 75,8 % d'actifs dont 66,0 % ayant un emploi et 9,8 % de chômeurs[a 4].

On comptait 99 emplois dans la zone d'emploi, contre 98 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 259, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 3] est de 38,2 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus d'un emploi pour trois habitants actifs[a 5].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Naves comptait 46 établissements : 13 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 3 dans l'industrie, 5 dans la construction, 22 dans le commerce-transports-services divers et 3 étaient relatifs au secteur administratif[a 6].

En 2011, 2 entreprises ont été créées à Naves[a 7], dont 1 dans le secteur de la construction et 1 dans le secteur des commerces-transports et services divers[a 8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Photographie montrant l'église
L'église

L'église Saint-Paul : Naves n'eut d'abord qu'une simple chapelle dépendant de Cagnoncles, puis fut érigée en paroisse. La dime de Naves appartenait au chapitre de Saint Géry de Cambrai, lequel fut contraint[Quand ?] par le parlement[Lequel ?] à rebâtir le chœur de l'église en ruine[réf. nécessaire].

Le clocher-porche datant de 1757 est l'élément le plus ancien de l'église actuelle. La nef et le chœur furent reconstruits après la Première Guerre mondiale, en 1925. L'influence du style art-déco est perceptible dans la décoration intérieure[22].

La chapelle est située sur la départementale 114, partant vers Cambrai.

Naves Communal Cemetery Extension est une extension du cimetière communal gérée par la Commonwealth War Graves Commission et créée par la 49th (West Riding) Division après la reprise du village, le 10 octobre 1918. Après l'armistice, d'autres tombes provenant des environs y furent regroupées, dont celles de soldats tombés en août 1914. Le cimetière contient près de 450 tombes, dont plus d'un quart non identifiées[23].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Au niveau culturel, une bibliothèque se situe derrière la mairie. Elle a été rénovée, il y a quelques années, afin d'améliorer et séparer les deux bâtiments, qui sont bien distincts. Les enfants des écoles, Les Deux Saules, y vont régulièrement afin de parfaire leur éducation littéraire.

L’association Histoire et Culture[modifier | modifier le code]

En 1990 est créée une association ayant pour but de valoriser le patrimoine. L’association Histoire et Culture, dont le but est de faire découvrir la géante de la commune ainsi que de promouvoir quelques spectacles, est fondée en 1995. En 2000, la géante « La Reine Brunehaut » était née. Elle fut baptisée la même année, et c'est en juillet qu'elle fut mariée avec « Sigebert Ier », géant de Lambres-les-Douai. Tous les ans, « La Reine Brunehaut » est de sortie pour les défilés communaux, régionaux et nationaux et devient l'ambassadrice du village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de Naves se blasonnent ainsi : « De gueules à la bande d'argent ».

Il s'agit du blason de la famille de Montenac, qui possédait la terre de Naves au XIVe siècle.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. EMP T5 - Emploi et activité.
  6. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  7. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  8. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants des communes françaises », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 12 février 2012).
  2. Calcul de l'orthodromie pour Lille, Valenciennes, Cambrai, Douai.
  3. « page d'accueil », sur le site du réseau Arc-en-ciel3 (consulté le 11 février 2012).
  4. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  5. A.F., « Un maire et trois adjoints sont élus », L'Observateur du Cambresis, no 1331,‎ 3 avril 2014, p. 9
  6. « Les résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 18 mai 2012).
  7. « Résultats de l’élection régionale 2010 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le 16 avril 2012).
  8. « Résultats de l’élection européenne de 2009 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le 16 avril 2012).
  9. « Les résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 16 avril 2012).
  10. « Les résultats des élections législatives 2007 », sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le 16 avril 2012).
  11. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 6 mai 2012).
  12. « Présentation de l'institution », sur le site de la communauté d'Agglomération de Cambrai (consulté le 6 janvier 2012).
  13. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des Affaires étrangères (consulté le 1er avril 2012).
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  16. « Évolution et structure de la population à Naves en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010).
  17. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010).
  18. « Naves », sur le site « Les Écoles » (consulté le 16 avril 2012).
  19. « Aux vœux du maire : des travaux d'isolation à l'école communale et une fête romaine », sur le site du quotidien « La Voix du Nord » (consulté le 16 avril 2012).
  20. « Naves Eglise Conversion Saint Paul », sur le site du diocèse de Cambrai (consulté le 1er avril 2012).
  21. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  22. « Eglise Saint-Paul de Naves », sur le site de Tourisme en Cambrésis (consulté le 22 février 2012).
  23. « Naves communal cemetery extension », sur le site de la Commonwealth War Graves Commission (consulté le 28 mars 2012).