Montay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montay
La Selle à Montay
La Selle à Montay
Blason de Montay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Le Cateau-Cambrésis
Intercommunalité Communauté de communes du Caudrésis - Catésis
Maire
Mandat
Laurence Ribes
2014-2020
Code postal 59360
Code commune 59412
Démographie
Gentilé Montagnards
Population
municipale
343 hab. (2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 11″ N 3° 32′ 29″ E / 50.1197222222, 3.54138888889 ()50° 07′ 11″ Nord 3° 32′ 29″ Est / 50.1197222222, 3.54138888889 ()  
Altitude 109 m (min. : 77 m) (max. : 146 m)
Superficie 5,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Montay

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Montay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montay

Montay est une commune française située dans le département du Nord et la région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Petite commune du canton du Cateau-Cambrésis (59360), aux limites du Cambrésis et de l'Avesnois, bâtie sur la Chaussée Brunehaut, ancienne voie romaine, au creux de la vallée de la Selle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montay
Neuvilly Forest-en-Cambrésis
Montay
Le Cateau-Cambrésis

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine de « Montay-sur-Selle », premier nom connu du village, n'est pas connue avec certitude. Étymologie : nom dû à sa situation sur une petite émergence près de la Selle.

Évolution du nom de la commune :

  • 1139 : MONTALI, titre de Sainte-Croix ;
  • 1158 : MONTOYE, titre de Saint-Aubert ;
  • 1266 : MONTAY.

Histoire[modifier | modifier le code]

Occupation romaine et gallo-romaine[modifier | modifier le code]

La Chaussée Brunehaut, voie romaine aménagée vers l'an 50 après J.-C .sous l'empereur Claude, qui traverse le village affecte au niveau de Montay, le seul parcours sinueux entre Bellenglise et Bavay. Plusieurs hypothèses sur la destination du lieu à cette époque sont possibles quand on sait que les modifications de trajectoire pratiquées par les Romains se limitaient aux lieux de culte et aux cités déjà existantes et pacifiées par l'Empire.
Par ailleurs, la mise à jour de nombreuses sépultures des IVe siècle et Ve siècle en 1895 lors des travaux de mise en place de la voie ferrée Valenciennes - Le Cateau-Cambrésis attestent l'importance de cette station gallo-romaine.

Époque mérovingienne[modifier | modifier le code]

Une élégante pierre tombale provenant d'un sarcophage du VIIIe siècle est visible sur le parvis de l'église du village.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au début du XIIe siècle une importante seigneurie était la propriété de Raoul de Montay. La cense de la Feuillée en fut le centre de la vie communautaire jusqu'à la fin du XVIIIe siècle et on trouve trace à partir de 1311 de la fondation du monastère de Saint-Lazare de Chasteau-en-Cambrésis (Le Cateau-Cambrésis) qui desservait une léproserie (maladrerie Saint-Ladre, attestée par un acte de 1405).

Guerres de religion[modifier | modifier le code]

En 1566, le monastère fut ravagé par les Huguenots du Chasteau mais survécut jusqu'à la Révolution française.

Époque révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Le 16 avril 1794, l'Empereur François Ier d'Autriche, après avoir infligé une défaite sanglante aux armées révolutionnaires françaises, passa en revue toute la grande armée des alliés sur les hauteurs de Montay en direction de Forest.

Ère industrielle et époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Les années 1850-1870 marquent l'entrée de Montay dans l’ère industrielle. Une partie de la population quitte le village et ses cultures agricoles pour travailler dans les complexes industriels nouvellement installés au Cateau (peignages, filatures, tissages, ...). Dans le même temps, Montay se dote de petites unités de production : scierie, brasserie, sucrerie, savonnerie, unités d'extraction de phosphate, de chaux et de marne sur les berges de la Selle. Un moulin à huile s'installe également sur la rivière pour le traitement des oléagineux (colza). Ce tordoir est transformé en savonnerie puis affecté au début du XXe siècle au traitement du manganèse. Un second moulin situé en aval du premier aura quant à lui une destination plus classique (meunerie).
Comme en témoignent les trois cimetières britanniques et leurs 618 tombes[1],Montay fut le lieu de deux terribles batailles de la guerre 1914-1918. La première, en août 1914, opposant d'une part les soldats anglais, français et écossais aux soldats allemands d'autre part stoppa la percée de ces derniers et permit aux alliés de se regrouper sur la Marne. La seconde en novembre 1918 brisa une des dernières résistances allemandes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Montay (59) Nord-France.svg

Les armes de Montay se blasonnent ainsi : « Échiqueté d'argent et d'azur, au lambel à six pendants de gueule[2]. »

La mairie et le monument aux morts

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 mars 1977 Robert Caillaux    
         
mars 2001 mars 2008 Jean-Marie Claisse    
mars 2008 avril 2014 Pierre Leblon    
5 avril 2014[3] en cours
(au 10 avril 2014)
Laurence Ribes    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 343 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
301 246 341 333 314 348 369 426 395
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
415 461 526 540 529 543 510 506 514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
504 507 470 353 393 397 409 375 377
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
383 381 367 332 324 339 350 352 343
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Montay en 2007 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
0,0 
4,2 
75 à 89 ans
7,6 
13,2 
60 à 74 ans
9,2 
20,4 
45 à 59 ans
18,9 
20,4 
30 à 44 ans
20,5 
19,2 
15 à 29 ans
21,6 
22,2 
0 à 14 ans
22,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean-Baptiste[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste, patron de la paroisse, contient :

  • un coffret contenant les reliques du saint
  • une pierre tombale provenant d'un sarcophage du VIIIe siècle
  • une stèle commémorant la mémoire de deux prêtres de Montay guillotinés sous la Révolution pour refus de serment

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle « Notre-Dame-du-mont-Carmel » ex-« Chapelle du diable »
  • Calvaire qui, d'après la légende, fut l'endroit où s'arrêta une épidémie de choléra épargnant ainsi la population du village.
  • Chapelle « Notre-Dame-de-Lourdes »
  • Source de la Cavée et la fontaine municipale aux eaux pures très recherchées (9 sources au total à Montay)
  • Moulin dit « du Tordoir » au confluent de la Selle et du Ruisseau Saint-Maurice[8].
  • Ferme de la Feuillée[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Caillaux, Balade montagnarde

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Montay-Neuvilly Road Cemetery sur www.inmemories.com, Montay Britsh Cemetery sur www.inmemories.com , Cimetière communal sur www.inmemories.com
  2. Source: L'armorial du Cambrésis
  3. « Laurence Ribes, nouvelle maire », L'Observateur du Cambrésis, no 1332,‎ 10 avril 2014, p. 39
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Montay en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 juillet 2010)
  8. « Moulin du Tordoir », sur le site de Tourisme en Cambrésis (consulté le 9 mars 2012)
  9. « Ferme de la Feuillée », sur le site de Tourisme en Cambrésis (consulté le 9 mars 2012)