Fontaine-au-Pire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontaine.
Fontaine-au-Pire
Église de Fontaine-au-Pire
Église de Fontaine-au-Pire
Blason de Fontaine-au-Pire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Carnières
Intercommunalité Communauté de communes du Caudrésis - Catésis
Maire
Mandat
Jean-Claude Gérard
2014-2020
Code postal 59157
Code commune 59243
Démographie
Gentilé Fontenois, Fontenoises
Population
municipale
1 194 hab. (2011)
Densité 158 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 50″ N 3° 22′ 32″ E / 50.1305555556, 3.37555555556 ()50° 07′ 50″ Nord 3° 22′ 32″ Est / 50.1305555556, 3.37555555556 ()  
Altitude Min. 87 m – Max. 129 m
Superficie 7,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Fontaine-au-Pire

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Fontaine-au-Pire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontaine-au-Pire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontaine-au-Pire

Fontaine-au-Pire est une commune française située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village se situe dans le canton de Carnières, dans l'arrondissement de Cambrai.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fontaine-au-Pire
Carnières Beauvois-en-Cambrésis
Cattenières Fontaine-au-Pire Caudry
Haucourt-en-Cambrésis Ligny-en-Cambrésis

Histoire[modifier | modifier le code]

Fontaine au Pire existe depuis plus de 1200 ans. Une paroisse y était déjà installée en l'an 878. Des sites de l'époque du silex (haches en silex), du temps des romains et des mérovingiens ont été découverts.

Un seigneur du nom de Wicart y fit construire son château et le village prit tout d'abord le nom de Wicart de la Fontaine (1065) puis Fontaine Oleri (1164), Fontaine Gobert (1238) et finalement Fontaine au Pire (dite le Wambres) à partir de 1608. La route empierrée qui mène de Cambrai au Cateau passait encore à Fontaine au début du XVIIIe. Cette rue s'appelle encore la rue du Pire (Lamartine).

Fontaine se situait sur le trajet d'un chemin très ancien menant de Saint-Quentin à Valenciennes. Le nom de Pire semble en garder le souvenir (pire sigifiant : pierre, chemin empierré).

L'emplacement de l'ancienne ferme Bezin, qui n'existe plus depuis longtemps, a dû être occupé par les Romains. Il y fut en effet découvert des aqueducs romains en ciment, d'anciens puits, d'anciens tombeaux, des médailles romaines en or et des monnaies datant du règne de Diocletien (284-305).

Plus près de nous, le 15 août 1793, le village fut pillé par les troupes d'occupation autrichienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1964 mars 2008 Jean-Marie Lemaire Divers droite Ancien conseiller général du canton de Carnières
Mars 2014 en cours Jean Claude Gérard DVD  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 194 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
806 740 758 996 1 116 1 198 1 182 1 243 1 174
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 266 1 380 1 456 1 445 1 646 1 934 2 050 2 240 2 337
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 379 2 460 2 486 1 895 1 837 1 749 1 682 1 477 1 505
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 374 1 331 1 260 1 217 1 127 1 111 1 174 1 194 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Fontaine-au-Pire en 2007 en pourcentage[3].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
3,0 
7,0 
75 à 89 ans
11,6 
11,9 
60 à 74 ans
14,0 
21,7 
45 à 59 ans
18,4 
22,7 
30 à 44 ans
20,3 
18,9 
15 à 29 ans
14,6 
17,7 
0 à 14 ans
18,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Vie associative[modifier | modifier le code]

- Club cyclotouriste avec section randonneurs - Star Club - Moto Club - Société de Chasse - Country Dance Connexion - Les Passionnés des jeux d'adresses - A Fon't la Fête - Société Colombophile Beauvois-Fontaine-Carnières - Groupement des Travailleurs Retraités - Comité d'Expansion - Amicale Laïque - Harmonie Mutualiste Beauvois-Fontaine - Gymanstique Volontaire Féminine - Section UNC.AFN - Le Clocher

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fontaine-au-Pire dans les arts[modifier | modifier le code]

Fontaine-au-Pire est citée (orthographiée « Fointaine-au-Pire »)[5] dans le poème d’Aragon, Le conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Fernand Basquin victime de la déportation à l'âge de 22 ans.

Désiré Lenotte membre des FTPF abattu par les nazis le 9 septembre 1944.

Jean-Marie Lemaire, maire de 1964 à 2008, Chevalier de la Légion d'Honneur en mars 2007, président du Comité d'expansion

  • Depuis janvier 2010, la Commune a intégré la Communauté de Communes du Caudrésis et du Catésis
  • Le contrat enfant-jeunesse comprenant l'accueil péri-scolaire et l'accueil de loisirs s'est étoffé, en 2010, par l'ouverture d'un Lalp pour adolescents de 11 à 17 ans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Fontaine-au-Pire (59) Nord-France.svg

Les armes de Fontaine-au-Pire se blasonnent ainsi :"D'azur à une étoile à cinq rais d'or, accompagnée en chef d'un lambel à trois pendants du même."

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. « Évolution et structure de la population à Fontaine-au-Pire en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  4. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  5. Probablement une erreur typographique dans le recueil de Pierre Seghers. L'édition originale de La Diane Française orthographie correctement Fontaine-au-Pire
  6. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375