Rumilly-en-Cambrésis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rumilly-en-Cambrésis
La mairie
La mairie
Blason de Rumilly-en-Cambrésis
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Marcoing
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Cambrai
Maire
Mandat
Michel Lienard
2008-2014
Code postal 59281
Code commune 59520
Démographie
Population
municipale
1 449 hab. (2011)
Densité 214 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 39″ N 3° 13′ 15″ E / 50.1275, 3.22083333333 ()50° 07′ 39″ Nord 3° 13′ 15″ Est / 50.1275, 3.22083333333 ()  
Altitude Min. 64 m – Max. 106 m
Superficie 6,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Rumilly-en-Cambrésis

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Rumilly-en-Cambrésis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rumilly-en-Cambrésis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rumilly-en-Cambrésis
Liens
Site web mairiederumillyencambresis.fr

Rumilly-en-Cambrésis est une commune française, située dans le département du Nord en région Nord-Pas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Rumillions[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rumilly est située dans la région Nord-Pas-de-Calais, le département du Nord et l'arrondissement de Cambrai, à environ 6 km au sud de Cambrai et 31 km au nord de Saint-Quentin à vol d'oiseau[Note 1]. Le bâti de la commune est contigu, le long de la RD 644, à celui de Masnières, située au sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rumilly-en-Cambrésis
Proville Cambrai Niergnies
Marcoing Rumilly-en-Cambrésis Crèvecœur-sur-l'Escaut
Masnières Masnières Crèvecœur-sur-l'Escaut

Hydrographie, géologie et relief[modifier | modifier le code]

Effondrement de la chaussée causé par la présence de vides dans le sous-sol consécutifs à l'exploitation de la pierre calcaire. Les récents travaux de réfection de la voirie ont certainement joué un rôle important dans cet effondrement…[réf. nécessaire]

La commune est située dans une boucle de l'Escaut et du canal de Saint-Quentin, qui la contournent par le sud et l'ouest. Aucun cours d'eau notable ne traverse le territoire communal.

Le sous-sol de la commune, riche en pierre calcaire propre à la construction, contient de nombreuses cavités ou « catiches » laissées par l'extraction de la pierre au cours des siècles. Ces cavités étaient aussi utilisées comme refuges en cas d'invasion. Elles sont parfois la cause d'effondrements localisés, comme en décembre 2013.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans une zone climatique de type océanique dégradé, ou à tendance continentale. Les données climatiques sont comparables à celles de Cambrai-Épinoy, station météorologique la plus proche.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Rumilly est située sur la route départementale 644 (ancienne RN 44) qui relie Cambrai à Saint-Quentin. La commune est à un peu plus de 8 km au nord de l'échangeur no 9 de l'autoroute A26.

La commune est desservie par une ligne vers Cambrai et Honnecourt-sur-Escaut du réseau CambrésiX, groupement composé de six entreprises de transport locales[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Photographie montrant la rue Pierre-Curie à Rumilly
La rue Pierre-Curie à Rumilly

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 620, alors qu'il était de 585 en 1999[a 1].

Parmi ces logements, 91,9 % étaient des résidences principales, 1 % des résidences secondaires et 7,1 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 99,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0,6 % des appartements[a 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 81,8 %, en légère augmentation par rapport à 1999 (78,7 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 2,5 % contre 3,1 % en 1999[a 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Entre 1096 et 1349 on trouve les noms Rumel(l)i ou Rumil(l)i, et Rumelliacum en 1200. Selon Eugène Mannier le nom viendrait du latin Romulius, un propriétaire des lieux[3]. Cependant selon Louis Boniface, presque tous les noms commençant en Rum- désignent des localités situées sur un cours d'eau ou une voie romaine[4], ce qui est le cas de Rumilly, sur la voie romaine de Cambrai à Vermand.

Le nom Cambrésis a été ajouté à celui du village en 1933.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Peulvan d’Hermès, la voie d’Hermène et un tumulus sont des témoignages probables de l'occupation du territoire, antérieurement à l'époque romaine, par un peuple celtique[5].

À l'époque gallo-romaine, le lieu appartenait à la cité des Nerviens, dont la première capitale, Bavay, fut remplacée par Cambrai au IVe siècle. La voie romaine de Cambrai à Vermand, aujourd'hui route départementale 644, passait à proximité du village actuel, sur le plateau qui domine l'Escaut à l'est.

Des fouilles archéologiques réalisées à l'occasion de la construction du contournement sud de Cambrai ont révélé la présence d'un village mérovingien au nord du village actuel[5].

En 983, Arnould II, comte de Cambrésis, fait du fief de Rumilly l'une des douze pairies du Cambrésis[6].

Le village, qui relevait jusqu'alors de Masnières, fut érigé en paroisse en 1217 par l'évêque de Cambrai Jean de Béthune, avec pour patron Saint Nicolas[3].

Rumilly dut subir à plusieurs reprises occupations et dévastations, notamment en 1339 lors du siège de Cambrai par le roi Edouard III d'Angleterre et en 1677, lorsque le maréchal de Luxembourg s'installa à Rumilly, Louis XIV ayant mis le siège devant Cambrai pour la prendre aux Espagnols. En 1871 encore, les Prussiens occupent le village pendant une courte durée, jusqu'à la capitulation de la France[5].

Rumilly est inclus dans la zone rouge après la Première Guerre mondiale.

Pendant le conflit de la Première Guerre mondiale le village était proche de la ligne Hindenburg, construite par les Allemands à partir de l'hiver 1916, à la suite de la bataille de la Somme. Une tranchée arrière couverte, vestige de ce système fortifié, a d'ailleurs été découverte sur les hauteurs de Rumilly, le long du chemin de la Barrière, en 1978. En novembre 1917 l'armée britannique déclenche la Bataille de Cambrai dans l'espoir de briser cette ligne de défense et de reconquérir la ville de Cambrai. Le régiment d'infanterie de Terre-Neuve, Newfoundlands Regiment parvient à un point situé entre les communes de Masnières et de Rumilly, aujourd'hui marqué par le monument dit du caribou. Lors de la bataille le village fut détruit à 80 %. Il ne subsiste aujourd'hui que quelques pans de murs datant d'avant cette époque[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2012[7], les quatre candidats arrivés en tête à Rumilly sont François Hollande (PS, 27,07 %), Nicolas Sarkozy (UMP, 21,27 %), Marine Le Pen (FN, 25,10 %), et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche, 14,93 %), avec un taux de participation de 81,98 %.

Au deuxième tour des élections régionales de 2010[8], 59,36 % des suffrages exprimés sont allés à la liste conduite par Daniel Percheron (PS), 24,92 % à celle de Valérie Létard (UMP), et 15,72 % à la liste FN de Marine Le Pen, pour un taux de participation de 53,10 %.

Aux élections européennes de 2009[9], les deux meilleurs scores à Rumilly étaient ceux de la liste de la majorité présidentielle conduite par Dominique Riquet, qui a obtenu 101 suffrages soit 21,44 % des suffrages exprimés (département du Nord 24,57 %), et de la liste du Parti socialiste conduite par Gilles Pargneaux, qui a obtenu 97 suffrages soit 20,59 % des suffrages exprimés (département du Nord 19,55 %), pour un taux de participation de 42,06 %.

Au deuxième tour des élections législatives de 2007[10], 48,59 % des électeurs de Rumilly ont voté pour François-Xavier Villain (UMP) (57,45 % dans la 18e circonscription du Nord), et 51,41 % pour Brigitte Douay (PS) (42,55 % dans la circonscription), avec un taux de participation de 59,66 % à Rumilly et de 60,08 % dans la circonscription.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Rumilly-en-Cambrésis est membre de la communauté d'agglomération de Cambrai qui regroupe 33 communes et 67846 habitants.

Le nombre d'habitants de la commune au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le conseil municipal compte 15 membres[11].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Gérard Domont PS  
mars 2008 en cours Michel Lienard    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune de Rumilly-en-Cambrésis est dans le ressort de la cour d'appel de Douai, du tribunal de grande instance, du tribunal d'instance et du conseil de prud'hommes de Cambrai, et à la suite de la réforme de la carte judiciaire engagée en 2007, du tribunal de commerce de Douai.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La protection et la mise en valeur de l'environnement font partie des compétences optionnelles de la communauté d'agglomération de Cambrai à laquelle appartient Rumilly-en-Cambrésis[12].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 6 décembre 2013, Rumilly n'est jumelée avec aucune autre commune[13].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 449 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 019 1 025 1 014 1 399 1 579 1 790 1 818 1 885 1 815
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 814 1 890 1 930 2 005 2 077 2 016 2 117 2 197 2 225
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 186 2 163 2 062 1 186 1 509 1 544 1 495 1 383 1 337
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 399 1 409 1 413 1 388 1 590 1 509 1 544 1 528 1 458
2011 - - - - - - - -
1 449 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Rumilly-en-Cambrésis en 2007 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
4,6 
75 à 89 ans
7,6 
14,6 
60 à 74 ans
15,0 
21,2 
45 à 59 ans
22,2 
21,7 
30 à 44 ans
19,5 
17,9 
15 à 29 ans
15,8 
20,0 
0 à 14 ans
19,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Rumilly est rattachée à la circonscription de Cambrai-sud de l'inspection académique du Nord dans l'académie de Lille.

La commune gère l'école Jules-Ferry[18].

Le collège le plus proche est le collège Jacques-Prévert à Masnières[19].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Les professions de la santé sont représentées à Rumilly par cinq médecins, un dentiste, trois infirmières ou infirmiers, un kinésithérapeute et une pharmacie[20].

L'hôpital le plus proche est à Cambrai.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un club de foot faisant partie du district de l'Escaut[21] et possède une salle polyvalente.

Cultes[modifier | modifier le code]

Photographie montrant l'église de Rumilly-en-Cambrésis
L'église

Les Rumillions disposent d'un lieu de culte catholique : l'église Saint Nicolas. Cette église dépend de la paroisse « Saint-Paul du Haut-Escaut » rattachée à l'archidiocèse de Cambrai[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 29 378 €, ce qui plaçait Rumilly-en-Cambrésis au 16 986e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[23].

En 2009, 50,5 % des foyers fiscaux étaient imposables[a 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

Rumilly se trouve dans le bassin d'emploi du Cambrésis. L'agence Pôle emploi pour la recherche d'emploi la plus proche est localisée à Cambrai.

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 948 personnes, parmi lesquelles on comptait 70,3 % d'actifs dont 61,8 % ayant un emploi et 8,4 % de chômeurs[a 5].

On comptait 166 emplois dans la zone d'emploi, contre 145 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 591, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 4] est de 28,1 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre moins d'un emploi pour trois habitants actifs[a 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Rumilly comptait 64 établissements : 13 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 3 dans l'industrie, 6 dans la construction, 28 dans le commerce-transports-services divers et 14 étaient relatifs au secteur administratif[a 7].

En 2011, 6 entreprises ont été créées à Rumilly[a 8], dont 4 dans le secteur du commerce, transports et services divers[a 9].

Parmi les entreprises installées à Rumilly on compte l'entreprise de distribution GLE et l'entreprise de travaux publics Carré[24].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le « Peulvan d'Hermès », pierre de grès du Landénien, a été découvert en 1971 au lieu-dit « la Montagne Blanche » à l'occasion du remembrement. Ce serait un monument sacré érigé par les Celtes avant la conquête romaine au bord de la « voie d'Hermène », reliant Cambrai à Vermand[5],[25].

Le chœur de l'église Saint Nicolas renferme une toile marouflée du peintre Lucien Jonas, classée à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques et restaurée[5].

Le patrimoine religieux comporte également un calvaire et deux chapelles : du Saint-Esprit et de Notre-Dame de Fatima Saint-Roch.

Comme dans d'autres communes du Cambrésis, le sous-sol de Rumilly comporte des carrières ou « boves », dont l'origine n'est pas précisément datée mais qui doivent leur existence à l'extraction de pierre calcaire[5].

Le sentier balisé du Val d'Escaut relie sur une quinzaine de kilomètres Rumilly à Noyelles-sur-Escaut, Masnières et Crèvecœur-sur-l'Escaut en logeant le canal de Saint-Quentin sur une partie de son tracé[26].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Rumilly-en-Cambrésis (59) Nord-France.svg

Les armes de Rumilly-en-Cambrésis se blasonnent ainsi : "D'or à trois croissants de gueules."

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 1er décembre 2013).
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  4. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants des communes françaises, », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 5 décembre 2013).
  2. « Carte réseau CambrésiX - Lignes de Bus », sur le site du réseau Arc-en-ciel 3 (consulté le 1er décembre 2013).
  3. a et b Eugène Mannier, Études étymologiques, historiques et comparatives sur les noms des villes, bourgs et villages du département du Nord, Paris, Auguste Aubry, Libraire-Éditeur,‎ 1861 (lire en ligne).
  4. Louis Boniface, Etude sur la signification des noms topographiques de l'arrondissement de Cambrai, Valenciennes, Impr. Louis Henry,‎ 1866 (lire en ligne), p.275-276
  5. a, b, c, d, e, f et g « Culture », sur le site officiel de la mairie de Rumilly-en-Cambrésis (consulté le 7 décembre 2013).
  6. « Rumilly-en-Cambrésis », sur le site de l'office de tourisme du Cambrésis (consulté le 7 décembre 2013).
  7. « Les résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 13 décembre 2013).
  8. « Résultats de l’élection régionale 2010 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le 13 décembre 2013).
  9. « Résultats de l’élection européenne de 2009 », sur le site du ministère de l’Intérieur (consulté le 13 décembre 2013).
  10. « Les résultats des élections législatives 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 13 décembre 2013).
  11. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  12. « Présentation de l'institution », sur le site de la communauté d'Agglomération de Cambrai (consulté le 6 janvier 2012)
  13. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des Affaires étrangères (consulté le 6 décembre 2013).
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  16. « Évolution et structure de la population à Rumilly-en-Cambrésis en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010).
  17. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010).
  18. « Les écoles du département », sur le site de l'inspection académique du Nord (consulté le 4 décembre 2013).
  19. « Les écoles du département : Masnières », sur le site de l'inspection académique du Nord (consulté le 31 décembre 2011).
  20. « Professions médicales », sur le site de la mairie de Rumilly-en-Cambrésis (consulté le 14 décembre 2013).
  21. « Page d'accueil », sur Le site de l'Union Sportif Rumilly (consulté le 14 décembre 2013).
  22. « Paroisse Saint-Paul du Haut-Escaut », sur le site de l'archidiocèse de Cambrai (consulté le 5 décembre 2013).
  23. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  24. « Activités », sur le site officiel de la mairie de Rumilly-en-Cambrésis (consulté le 6 décembre 2013).
  25. « Le Peulvan d'Hermès », sur le site de l'office de tourisme du Cambrésis (consulté le 6 décembre 2013).
  26. « Sentier du Val d'Escaut », sur le site de l'office de tourisme du Cambrésis (consulté le 6 décembre 2013).
  27. Source: Cambrésis terre d'histoire