Rejet-de-Beaulieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rejet-de-Beaulieu
Le centre du village et l'église
Le centre du village et l'église
Blason de Rejet-de-Beaulieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Cambrai
Canton Le Cateau-Cambrésis
Intercommunalité Communauté de communes du Caudrésis - Catésis
Maire
Mandat
Augustine Noirmain
2014-2020
Code postal 59360
Code commune 59496
Démographie
Gentilé Rejetois
Population
municipale
247 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 02′ 35″ N 3° 37′ 57″ E / 50.0430555556, 3.632550° 02′ 35″ Nord 3° 37′ 57″ Est / 50.0430555556, 3.6325  
Altitude Min. 134 m – Max. 158 m
Superficie 6,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Rejet-de-Beaulieu

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Rejet-de-Beaulieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rejet-de-Beaulieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rejet-de-Beaulieu

Rejet-de-Beaulieu est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Le nom jeté des habitants de Rejet-de-Beaulieu est les Longs Pieds[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur les bords du canal de la Sambre à l'Oise, aux confins du Cambrésis et de la Thiérache, son territoire s'étend entre Catillon-sur-Sambre et le département de l'Aisne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rejet-de-Beaulieu
Catillon-sur-Sambre
Mazinghien Rejet-de-Beaulieu Fesmy-le-Sart
Oisy

Histoire[modifier | modifier le code]

Rejet-de-Beaulieu fut le résultat de la fusion de quatre hameaux, La Laurette, le Petit-Cambrésis, La Louvière et Rejet-de-Beaulieu qui fut séparé de Catillon-sur-Sambre par les anciennes friches Les Enveaux qui se situaient sur le bois de l'Abbaye et a donné son nom à la nouvelle commune érigée par une loi du 23 juin 1896, eu égard à l'importance de sa population qui était alors de 700 habitants.

Les conflits contemporains marquent également de leur empreinte le village.L'offensive britannique du 4 novembre 1918,sur les bords du canal de la Sambre à l'Oise,provoque indirectement d'importantes destructions. En mai 1940, les tirailleurs marocains font preuve d'une résistance acharnée et d'un grand esprit de sacrifice.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Rejet-de-Beaulieu2 (Nord).svg

Les armes de Rejet-de-Beaulieu se blasonnent ainsi : « De sinople à une tour d'argent, chargé sur sa porte d'un huchet d'or. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1945 Georges Démaret    
1945 1953 Ernest Hennequart    
1953 1959 Philippe Decossin    
1959 1965 Philippe Decossin    
1965 mars 1971 Philippe Decossin    
mars 1971 mars 1977 Gérard Stévance    
mars 1977 1981 Ernest Hennequart    
1981 mars 1983 André Hiboux    
mars 1983 mars 1989 André Hiboux    
mars 1989 juin 1995 Clément Druesne    
juin 1995 mars 2001 Clément Druesne    
mars 2001 mars 2008 Clément Druesne    
mars 2008 en cours Augustine Noirmain    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 247 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1896. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
670 550 538 498 365 344 309 314 368
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006
369 378 328 273 215 221 237 227 221
2009 2011 - - - - - - -
240 247 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Rejet-de-Beaulieu en 2007 en pourcentage[4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
4,7 
75 à 89 ans
7,1 
12,5 
60 à 74 ans
13,4 
23,5 
45 à 59 ans
20,5 
19,5 
30 à 44 ans
20,5 
18,7 
15 à 29 ans
18,7 
21,1 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Écluse du Bois de l'Abbaye

La Chapelle de Saint Hubert située au hameau du Petit Cambrésis, érigée en 1734 et dédiée à Saint Hubert ou Hubert de Liège, saint évêque chrétien, patron de la paroisse.

L'écluse du Bois de l'Abbaye est envisagée par Vauban en 1698 et devient réalité en février 1839 lors de la canalisation de la Sambre à l'Oise.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Autres références[modifier | modifier le code]