Nicolas François de Neufchâteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nicolas François
de Neufchâteau
Illustration.
N. François de Neufchâteau
Membre du Directoire Exécutif.

Gravure de François Bonneville (1797).
Fonctions
Député des Vosges à l'Assemblée législative
Élection
Coalition Majorité réformatrice
Président de l'Assemblée législative
Prédécesseur Pierre-Édouard Lémontey
Successeur Jean Antoine d'Averhoult
Député des Vosges à la Convention nationale

(Refuse le siège)
Élection
Successeur Charles-André Balland
Ministre de l'Intérieur
28 messidor an V ()
Président Directeurs :
Reubell, Barras, La Révellière-Lépeaux, Barthélemy, Carnot
Gouvernement Gouvernement du Directoire
Prédécesseur Pierre Bénézech
Successeur François Sébastien Letourneux
Directeur
23 fructidor an V23 floréal an VI
( - )
Avec Directeurs :
Reubell, Barras, La Révellière-Lépeaux, Merlin de Douai
Gouvernement Gouvernement du Directoire
Prédécesseur François Barthélemy
Successeur Jean-Baptiste Treilhard
Ministre de l'Intérieur
29 prairial an VI4 messidor an VII
( - )
Président Directeurs :
Reubell, Barras, La Révellière-Lépeaux, Merlin de Douai, Treilhard, Sieyès
Gouvernement Gouvernement du Directoire
Prédécesseur François Sébastien Letourneux
Successeur Nicolas-Marie Quinette
Membre du Sénat conservateur
4 nivôse an VIII ()
Président du Sénat conservateur
Successeur Gaspard Monge
Biographie
Nom de naissance Nicolas François
Date de naissance
Lieu de naissance Saffais
Drapeau de la Lorraine Duché de Lorraine
Date de décès (à 77 ans)
Lieu de décès Paris
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Nationalité lorraine
française
Père Nicolas François
Mère Marguerite Gillet
Conjoints Marie-Madeleine Dubus
Marie Pommier
Marie Déard
Julienne Martzen
Enfants Marie-François-Aimé François de Neufchâteau
Profession Poète
Fonctionnaire
Magistrat
Agronome
Résidence n° 319 rue Saint-Honoré (Paris)
Vicherey

Signature de Nicolas Françoisde Neufchâteau

Nicolas François de Neufchâteau Nicolas François de Neufchâteau
Liste des députés des Vosges
Liste des membres de l'Assemblée législative
Liste des présidents de l'Assemblée législative
Liste des membres de la Convention nationale
Liste des ministres français de l'Intérieur
Directeur (Directoire)
Liste des membres du sénat conservateur
Liste des présidents du Sénat français

Nicolas François, dit François de Neufchâteau, puis comte François de Neufchâteau, est un écrivain, homme politique et agronome français, né à Saffais (duché de Lorraine) le et mort à Paris le .

Remarqué à Neufchâteau dès le collège pour ses poèmes précoces, ce qui lui vaut la reconnaissance de plusieurs académies, il suit une carrière juridique pour s'assurer un revenu plus stable que celui de sa plume. Avocat, puis magistrat, il veut voir du pays et devient, entre 1783 et 1787, procureur général auprès du Conseil supérieur du Cap Français, à Saint-Domingue. Après un retour mouvementé assorti d'un naufrage, il est pris dans les tourbillons de la Révolution et commence à avoir des responsabilités locales (dans les Vosges), puis nationales.

Député à l'Assemblée législative entre 1791 et 1792, sa modération le pousse à la prudence sous la Convention. Il est néanmoins emprisonné plusieurs mois sous la Terreur. Par deux fois ministre de l'Intérieur sous le Directoire, il est brièvement l'un des cinq directeurs entre 1797 et 1798. Celui qui se fera qualifier de « girouette » à la Restauration devient sénateur un mois après le coup d'État du 18 Brumaire. Sous l'Empire, il est pendant deux ans (1804-1806) président du Sénat conservateur, assemblée toute dévouée à Napoléon. Sa carrière culmine lorsqu'il est créé comte de l'Empire en 1808. Il parvient à tirer son épingle du jeu lors du retour de Louis XVIII en conservant son fauteuil à l'Académie française.

Administrateur sage et éclairé, c'est pour ses poèmes que François de Neufchâteau pensait pouvoir passer à la postérité. Il n'est toutefois considéré que comme un « habile rimeur », produit par excellence du XVIIIe siècle. Sa passion pour l'agronomie et l'industrie, qui lui fit ressusciter les comices agricoles et instituer la première « exposition publique des produits de l'industrie française », peut être finalement considérée comme sa contribution la plus marquante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Né à Saffais (un village d'une centaine d'habitants au sud-est de Nancy) le , Nicolas François[1] « de Neufchâteau » est le fils de Nicolas François, « régent d'école », et de Marguerite Gillet. Nicolas François père était originaire de Barbonville, tout près de Saffais, où son père était lui aussi maître d'école ; Marguerite Gillet était née à Balléville, à une dizaine de kilomètres à l'est de Neufchâteau, mais sa famille avait des racines dans le Bassigny, où un lointain ancêtre était fondeur de cloches. À la naissance de son fils en 1750, Nicolas François est en fonction à l'école de Saffais, avant d'être transféré deux ans plus tard à Rouceux, un village jouxtant Neufchâteau. Il y reste jusqu'en 1758, date d'un nouveau transfert à Liffol-le-Grand, à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de cette même ville. Vers 1773, Nicolas François père abandonnera son école pour devenir receveur du grenier à sel de Vrécourt, à une vingtaine de kilomètres au sud de Neufchâteau. Il y sera aussi « receveur des traites foraines[2] » et contrôleur des actes à l'église Saint-Martin de Vrécourt[3].

Le déplacement de Nicolas François père à Vrécourt peut s'expliquer par les relations que celui-ci entretient d'une part avec Claude-Antoine Labbé, comte de Morvilliers (le nom porté par Liffol entre 1725 et 1778[4]), baron de Beaufremont et de Vrécourt, et d'autre part avec Pierre d'Alsace-Hénin-Liétard, bailli d'Alsace[5] et commandeur hospitalier de Robécourt, village proche de Vrécourt. Le premier signale au second la précocité qu'il a décelée chez le jeune François, et le bailli d'Alsace, qui réside à Neufchâteau, s'intéresse suffisamment à lui pour le pensionner et le faire admettre en 1764 au collège de la ville[6],[7].

Le jeune poète[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas de Neufchâteau. Le jeune Nicolas s'y est certainement plus d'une fois recueilli pour honorer son saint patron.

Entrant en seconde à l'âge de 14 ans, François est déjà capable de composer des poèmes dignes d'éloges, tel que celui dans lequel il exprime sa reconnaissance à son bienfaiteur[8] :

« ... Mais ma plume est peu faite au langage des dieux,
Ma plume se refuse à ma louable envie,
Permettez cependant que j'ose à tous les yeux
Offrir de vos bontés le tableau précieux... »

— François de Neufchâteau, Poésies diverses (1765)

En 1765, âgé d'à peine 15 ans, il publie son premier recueil de poésie, Poésies diverses, une plaquette de 44 pages. Le bailli d'Alsace produit l'extraordinaire enfant-poète, l'emmenant avec lui au château d'Agey, près de Dijon, puis à Lyon et Marseille. Malgré son jeune âge, les académies de ces trois villes l'accueillent en leur sein[9]. L'année suivante, le triple académicien publie un nouvel ouvrage de poésie, Pièces fugitives, cette fois d'une centaine de pages, où il accole pour la première fois de Neufchâteau à son patronyme[10]. Se payant d'audace, il envoie son livre à Voltaire en l'accompagnant d'une épître de dédicace. La rapide réponse du « patriarche », elle aussi sous forme d'épître, se termine par ces vers flatteurs :

« Il faut bien que l'on me succède
Et j'aime en vous mon héritier. »

— Voltaire, Épître 98 : à Monsieur François de Neufchâteau (1766)[11]

Pour couronner le tout, le , l'« héritier » de Voltaire, qui vient de fêter ses 16 ans, est associé à l'académie fondée par le roi Stanislas à Nancy[12].

Entre 1767 et 1770, on le retrouve à Paris, où il se passionne pour le théâtre. Il tombe même amoureux de Sophie Arnould qu'il considère comme « la plus grande actrice de l'Europe[13] ». Celle-ci est cependant très courtisée, en particulier par le prince d'Hénin[14], un parent de Pierre d'Alsace, le protecteur de François, et elle s'amuse probablement des soupirs du jeune poète.

Peut-être par dépit amoureux, François se retire un temps à Moselly, charmante demeure que l'évêque de Toul a construite à Chaudeney, sur les rives de la Moselle[15]. En novembre 1770, il est nommé « professeur d'éloquence » au collège Saint-Claude, fondé l'année précédente par l'évêque[16], mais s'en trouve congédié au bout de quelques mois[17]. Il s'ensuit une période mouvementée au cours de laquelle François fréquente à Strasbourg la faculté de droit en y faisant « des études légères » l'espace d'un printemps, puis revient à Toul pour l'été, cette fois au séminaire. Mais, s'y estimant persécuté, et accusé d'y avoir introduit l'esprit de l'abbaye de Thélème, il abandonne vite l'état ecclésiastique[18].

L'homme de loi[modifier | modifier le code]

De retour à Paris à l'automne 1771, il se fait recevoir docteur en droit à Reims « sans examen et sans finance » l'année suivante sur la recommandation du chancelier Maupeou. Ce grade lui permet de se faire inscrire comme avocat au parlement de Paris, puis d'acquérir en mai 1773 la modeste charge d'avocat du roi au très petit bailliage de Vézelise, à une vingtaine de kilomètres au sud de Nancy. Mais François connaît de grandes difficultés avec l'ordre des avocats, en ébullition à la suite de la « réforme Maupeou ». Cette réforme est abandonnée à l'avènement de Louis XVI en 1774. En juillet 1775, l'ordre reproche à François ses liens avec Simon Linguet et Ignace de Mirbeck, deux avocats de ses amis favorables à la réforme ; on lui fait aussi grief de son goût pour la poésie, faisant par là allusion à son Ode sur les parlements parue quatre ans auparavant. Mais c'est probablement son projet de mariage avec la fille d'un danseur, considéré comme une mésalliance par ses confrères, qui le fait rayer peu après du barreau de Paris[19].

Le , il épouse Marie-Madeleine Dubus, âgée de 17 ans, fille de feu Nicolas Dubus, ancien danseur de l'Opéra. Sa jeune épouse meurt malheureusement trois mois après, « perdue en cinq jours [...] [d']une fièvre putride ». Dans le même temps, il sollicite sa belle-mère pour acheter fort cher (40 000 livres, soit l'équivalent de 700 000 euros) la charge de lieutenant général civil et criminel du présidial de Mirecourt. Désormais domicilié dans les Vosges, il n'en rompt pas pour autant avec Paris. Il y fréquente les salons, et s'attache aussi à la fameuse loge maçonnique des Neuf Sœurs qui vient d'y être créée[20]. Au cours de ses voyages entre la capitale et Mirecourt, il se lie avec le docteur Pierre Thouvenel[21], inspecteur des eaux minérales de Contrexéville, qui vient de publier un mémoire sur leurs vertus. C'est François qui appelle l'attention d'une brillante clientèle sur les sources de Contrexéville, contribuant ainsi à l'essor de la station[22].

Malgré de belles apparences, François est dans une situation financière très instable, et il cherche à revendre sa charge de lieutenant général. Il se fait héberger, à partir de décembre 1780, par le prince de Condé et s'attaque à la traduction en vers de l'Orlando furioso de l'Arioste, remis à la mode par Voltaire[23]. Fin 1782, il se remarie à Mirecourt avec Marie Pommier, une veuve de 42 ans qui lui apporte en dot 36 000 livres : « Je crois avoir fait une fort bonne affaire », écrit-il assez cyniquement début 1783 à l'un de ses correspondants[24]. Pourtant, dès avant son mariage, François méditait de quitter la ville pour de lointains pays.

Aventures caraïbes[modifier | modifier le code]

Plan de la ville du Cap, à la côte septentrionale de Saint-Domingue. François passera trois ans et demi dans cette ancienne capitale de l'île, dont la partie occidentale était alors colonie française.
Gravure de Jacques-Nicolas Bellin (vers 1728).

Le , ses vœux sont exaucés : le maréchal de Castries, secrétaire d'État de la Marine, le nomme procureur général au Conseil supérieur du Cap Français, à Saint-Domingue. Mais son voyage pour rejoindre son poste est très accidenté : sa voiture se brise non loin de Châtellerault ; à Angoulême, il s'empoisonne avec des champignons, et il tombe dangereusement malade à Bordeaux[25]. Arrivé au Cap Français en décembre 1783, il y connaît bien des déboires : le climat ne lui convient pas ; ses émoluments lui paraissent insuffisants ; il se trouve mal logé. Il accable le ministère de réclamations obsédantes, tandis qu'en Lorraine Mme François se morfond dans sa solitude. Dès novembre 1784, il tombe malade[26]. Il occupe ses loisirs non seulement en progressant dans sa traduction de l'Orlando furioso, mais encore, après avoir étudié l'économie de cette colonie et les moyens de la développer, en publiant quelques opuscules dont l'un (Mémoire sur les moyens de rendre la colonie de Saint-Domingue florissante) sera, dit-on[25], plus d'une fois consulté par Bonaparte.

Le , après avoir notifié au ministre la nécessité où il est de prendre un congé, il embarque sur une frégate pour rentrer en France. Le navire fait malheureusement naufrage un jour plus tard, et s'échoue sur les « rochers de Mogane[27] », au nord de Saint-Domingue. François raconte avoir passé plus de quatre heures dans sa cabine à demi-noyée, « au milieu des craquemens [sic] convulsifs du bateau couché sur le roc et dans lequel l'eau de la mer s'engouffrait de tous côtés ». Ses compagnons et lui restent sept jours dans le plus grand danger, « sans boire et sans manger, et les nuits couchés sur la dure, en proie aux légions d'insectes que le climat produit ». Un caboteur anglais ramène les naufragés au Cap, où François arrive « presque nu, brûlé par trois coups de soleil ». Dans le naufrage, il perd non seulement tout son bagage et sa fortune, mais encore sa traduction de 18 chants de l'Orlando furioso en plus de quarante mille vers décasyllabiques. Ce n'est qu'en juin 1787 qu'il obtient l'autorisation de définitivement quitter le Cap, avec une gratification de 3 000 livres[28] pour le dédommager de son naufrage[29].

De retour en Lorraine, il se retire à Vicherey, à une vingtaine de kilomètres à l'est de Neufchâteau, où sa femme possède des biens de son premier mari. Sans emploi, il vit en campagnard, occupant ses loisirs à faire des vers et de l'agriculture. Lors d'un voyage à Paris en mai 1788, il y compose Paméla ou la Vertu récompensée, une comédie en cinq actes s'inspirant des pièces de Carlo Goldoni plus que du roman éponyme de Samuel Richardson[30].

Assemblée législative[modifier | modifier le code]

Il salue avec enthousiasme les prémices de la Révolution, et rédige en 1789 le cahier de doléances de Vicherey, qui sert de modèle à celui du bailliage de Toul dont le village dépend. Il échoue de peu pour se faire élire député aux États généraux, mais, à son instigation, 45 délégués du Toulois se réunissent le pour s'entretenir des différents problèmes se posant dans la partie rurale du bailliage. Le lieutenant de roi de Toul fait intervenir la maréchaussée pour interdire la réunion, et quatre personnes, dont François, sont brièvement arrêtées. Conduites à la prison de Metz pour y être incarcérées, elles sont libérées en chemin par le marquis de Bouillé, commandant de la province[31]. Élu pour quelques mois maire de Vicherey au début de 1790, il devient aussi, en milieu d'année, membre du conseil du département des Vosges nouvellement créé, et, quatre mois plus tard, juge de paix du canton de Vicherey[32]. Vexé cependant de n'avoir pas été élu à l'Assemblée constituante, François ronge son frein.

Vue de l'Assemblée législative siégeant dans la salle du Manège le .
Estampe de Louis-Joseph Masquelier.

À l'issue d'une semaine de débats et de votes, l'assemblée électorale d'Épinal désigne François le comme le 8e et dernier député du département des Vosges[33] à l'Assemblée législative[34].

Nommé le premier des six secrétaires de l'Assemblée le [35], il se signale par son hostilité envers les prêtres réfractaires et l'Église catholique romaine en général, qu'il souhaite subordonner à l'État laïc, proposant la vente des édifices qui ne seraient point affectés au culte salarié et la suppression de la messe de minuit. Il provoque, le suivant, l'adoption de mesures de rigueur contre les prêtres insermentés qui suscitent des troubles dans les départements de l'Ouest. Il dit dans son rapport : « Il ne s'agit pas ici de contraindre les dissidents à reconnaître les prêtres citoyens et à entrer dans leurs églises, il s'agit de faire respecter la souveraineté nationale, de rendre hommage à l'ordre public. » Répondant à une objection, il ajoute que « seuls les prêtres de la religion catholique étaient et devaient être l'objet de mesures exceptionnelles, parce que leur état de célibat les mettait hors du commun des hommes, parce qu'ils disposaient de moyens extraordinaires pour influencer les esprits, et parce que enfin leur organisation était si solide qu'elle pouvait mettre en hostilité ouverte leur propre cause et celle du public[25]. »

Les massacres de Septembre à la prison de l'Abbaye.
Aquarelle de Jules-Adolphe Chauvet, musée Carnavalet, XIXe siècle.

Ce discours très applaudi lui vaut, quelques jours plus tard (26 décembre), la présidence de l'Assemblée, qu'il conserve jusqu'au [36]. Il fait encore, durant cette session, quelques apparitions à la tribune, notamment pour demander l'ajournement indéfini d'un projet sur la façon de constater l'état civil, et pour proposer de simplifier le régime des élections[25]. La fin de la Législative, marquée par les massacres de Septembre, est assez rude pour François, qui est malmené le alors qu'avec une délégation parlementaire il cherche à calmer la foule. Traîné dans les fossés de la prison de l'Abbaye, il est ramené chez lui[37] sans connaissance[38].

Censure jacobine[modifier | modifier le code]

Le , le département des Vosges l'élit, 2e sur 8 députés, à la Convention nationale[39] ; prétextant des raisons de santé, il préfère ne pas y siéger et donne immédiatement sa démission, tout comme il refusera le mois suivant le portefeuille de la Justice auquel il sera désigné à l'issue d'un vote pourtant très favorable[38]. Il a cependant l'honneur, par délégation spéciale, de remettre, le [40], les pouvoirs de la Législative à la Convention[38]. Probablement échaudé par les violences subies le 2 septembre, il paraît dès lors vouloir prudemment se tenir à l'écart de la politique nationale.

Reprenant ses fonctions de juge de paix à Vicherey, il ne peut refuser en décembre 1792 la présidence de l'administration du département des Vosges[41]. Il se livre à la poésie, compose des fables « pour orner la mémoire des petits sans-culottes », et a la très mauvaise idée de faire jouer, au théâtre de la Nation (le futur théâtre de l'Odéon, où se produit alors la troupe des Comédiens-Français), la pièce qu'il a écrite 5 ans plus tôt, Paméla ou la Vertu récompensée. La première a lieu le , et la pièce est un vif succès. Mademoiselle Lange y triomphe dans le rôle de Paméla et met à la mode le chapeau de paille dit « à la Paméla »[25].

La façade du théâtre de la Nation (le futur théâtre de l'Odéon) sous la Révolution.

Mais certains passages de la pièce, pourtant écrits avant la Révolution, font douter de son patriotisme. Des corrections lui sont demandées ; il obtempère, mais cela s'avère insuffisant. À la huitième représentation, le [42], les deux vers :

« Ah ! les persécuteurs sont les seuls condamnables.
Et les plus tolérants sont les seuls raisonnables. »

— François de Neufchâteau, Paméla ou la Vertu récompensée (1788)

sont applaudis à outrance, avant qu'un patriote en uniforme ne se lève du balcon et ne s’écrie, indigné : « Pas de tolérance politique ! C’est un crime ! » Le public redouble de bravos, tandis qu'on chasse le perturbateur. Mais le lendemain matin, le théâtre est fermé sur ordre du Comité de salut public, et les comédiens emprisonnés[43]. François, apparemment malade, n'est incarcéré que le 25 brumaire an II () à la prison du Luxembourg, où il passe de longs mois en pensant bien être un jour guillotiné. Il n'est remis en liberté que le 18 thermidor an II (), quelques jours après la chute de Robespierre[44].

Directoire[modifier | modifier le code]

N. François de Neufchâteau.
Gravure de Jean Nicolas Laugier (1812), d'après une peinture de Jean-Baptiste Isabey datée de 1798, alors que François était ministre de l'Intérieur.

Le séjour en prison pendant la Terreur est pour François un certificat de bonne conduite. Ainsi, dès le 11 nivôse an III () est-il nommé membre du Tribunal de cassation, puis, fin , « commissaire du Directoire exécutif près l'administration centrale du département des Vosges[45] ». Quand ses activités administratives lui en laissent le loisir, François publie des brochures sur l'agriculture, mais il continue surtout à se livrer à la poésie. Le 25 pluviôse an V (), il devient correspondant de la classe de littérature et beaux-arts (section de grammaire) à l'Institut de France[46].

S'ensuivent alors, entre la mi 1797 et la mi 1799, deux années très mouvementées où François reprend un rôle au niveau national. Ses fonctions y sont parfois brèves (quelques mois, voire quelques semaines, comme le voulait l'époque) : ministre de l'Intérieur le 28 messidor an V () ; membre du Directoire exécutif du 23 fructidor an V () au 4 floréal an VI (), Directoire dans lequel il joue un rôle assez effacé, et qu'il quitte après le tirage au sort d'[47] ; ministre plénipotentiaire à Seltz en prairial an VI (mai-juin 1798) pour y rencontrer, en lieu et place de Bonaparte parti en Égypte, l'ambassadeur d'Autriche Cobenzl ; à nouveau ministre de l'Intérieur du 29 messidor an VI () au 4 messidor an VII ()[48].

Son départ du ministère de l'Intérieur à l'été 1799 a lieu alors que le régime est proche de sombrer : les élections du printemps ont amené un flot de Jacobins au Corps législatif[49], et le Directoire sanctionne François pour leur mauvaise organisation, et pour la répression dont il a fait preuve lors des événements du 30 Prairial. Destitué et renvoyé sans retraite, François est même contraint pour un temps de se cacher dans Paris[50]. Pendant son passage à l'Intérieur, il se signale cependant comme un véritable administrateur. Il contribue ainsi à la fondation des archives et des bibliothèques départementales, et du Dépôt général des cartes ; il institue les concours des collèges et des lycées ; il donne une grande solennité à la réception des objets d'art et des tableaux envoyés par Bonaparte en France lors de la Campagne d'Italie, et préside à la réouverture du Louvre, dont la principale galerie vient d'être rénovée[25].

Il favorise aussi la renaissance des sociétés d'agriculture[51], et cherche à protéger efficacement l'industrie française en organisant la première « Exposition publique des produits de l'industrie française » qui se tient du 18 au sur le Champ-de-Mars. Destinée à encourager les innovations tout en suscitant l'émulation entre les acteurs économiques, cette exposition se renouvellera annuellement jusqu'en 1849, avant l'ouverture de la première exposition universelle en 1851[25]. Mettant en pratique certaines de ses idées, il généralise l'usage des statistiques en transformant l'engouement pour celles-ci en « méthode de gouvernement »[52]. Il est aussi à l'origine de l'« enquête de l'an VII sur les écoles centrales[53] », qui vise à défendre ces écoles contre les critiques qui leur sont adressées[52].

Consulat et Empire[modifier | modifier le code]

Napoléon Ier reçoit au Palais Royal de Berlin les députés du Sénat français, le 19 novembre 1806.
Les trois « députés[54] » sont les sénateurs d'Arenberg, François de Neufchâteau et Colchen, faisant face à l'Empereur et reconnaissables à leurs bas blancs et leurs jabots de dentelle.
Huile sur toile de René Théodore Berthon (1808), Musée de l'Histoire de France (Versailles).

Quand survient le coup d'État du 18 Brumaire (), François est sans fonction publique. Il est l'un des premiers à se rallier à Bonaparte, et cette promptitude à réagir lui vaut, sur la recommandation du consul Sieyès qu'il connaît de longue date, d'être désigné pour le nouveau Sénat le 1er nivôse an VIII ()[55]. Mieux : il devient l'année suivante secrétaire de cette assemblée[56], avant d'en être pour deux ans le président (29 floréal an XII ()). Depuis quelque temps, les honneurs affluent : légionnaire dès le 9 vendémiaire an XII (), il est appelé aux fonctions de grand trésorier de la Légion d'honneur le , quelques jours avant de devenir grand officier[25].

Depuis son élection à la Législative, François vivait séparé de sa femme qui lui reprochait — selon lui — son engagement révolutionnaire ; celle-ci avait fini par demander la séparation de biens, qui eut lieu à l'été 1800. Mais, le 18 thermidor an XII (), des malfaiteurs s'introduisent dans sa maison de Vicherey pour la voler : elle meurt étranglée[57]. « Chagriné [...] de l'effroyable catastrophe », il s'empresse de se remarier trois semaines après avec Marie Déard, qui lui avait déjà donné un enfant près de cinq ans avant[58]. Il adoptera le jeune garçon en 1811, peu de temps avant la mort de Marie Déard l'année suivante[59].

C'est François, en tant que président du Sénat conservateur, qui harangue Napoléon Ier le lors du sacre de l'Empereur. Le , il harangue à nouveau l'Empereur au nom du Sénat à l'occasion de la bataille d'Austerlitz. Au mois de juillet suivant, il échange la sénatorerie de Dijon, dont il était pourvu depuis le 2 prairial an XII (), contre celle de Bruxelles, et, en novembre de la même année, il se rend à Berlin féliciter Napoléon de ses nouvelles victoires et rapporter les trophées pris à l'ennemi.

Le , il est créé comte de l'Empire[60]. Il devient cette même année président de la Société centrale d'agriculture, faisant un rapport sur le concours ouvert pour le perfectionnement de la charrue et appelant l’attention des habitants de la campagne sur l’art de multiplier les grains et sur la culture du maïs. Il conservera cette présidence jusqu'à sa mort, donnant tous ses soins aux réunions de cultivateurs, et promouvant activement les comices agricoles.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Affecté par la mort précoce de sa troisième femme en [61], Neufchâteau se remarie trois ans plus tard avec Julienne Martzen, sa gouvernante[62]. Entre-temps, il s'est sagement retiré de la vie publique après l'abdication de Napoléon ().

Même s'il a aussi occupé ses années de sénateur à publier des essais politiques et historiques, telle son Histoire de l'occupation de la Bavière par les Autrichiens parue en 1805, c'est vers la poésie qu'il revient inlassablement. En , peu de temps avant que Napoléon ne débarque à Golfe-Juan, Neufchâteau présente ses Fables et contes en vers à Louis XVIII. Il a eu toutefois la décence de ne pas mettre dans ce recueil la fable écrite en 1792 où il assimilait la famille royale à une famille de fauves : Dom Porc (Louis XVI) y était uni à dame Panthère (Marie-Antoinette). Il n'en est pas à une palinodie près, ce qui lui fait mériter de figurer dans le Dictionnaire des girouettes[63] qui paraît la même année[64].

Cela lui vaut en tout cas d'être compris dans la réorganisation de l'Académie française de en conservant son fauteuil no 2. Il publie encore, l'année suivante un essai sur la langue française, où il commente certaines œuvres de Pascal. Dans l'hiver 1818, il loue les services du jeune Victor Hugo pour préparer une notice sur le Gil Blas de Le Sage qu'il lit ensuite effrontément à l'Académie en la faisant passer pour sienne[65]. Hugo ne lui en tiendra pas rigueur, allant même jusqu'à citer Neufchâteau au début des Misérables pour sa marotte concernant la pomme de terre qu'il voulait baptiser parmentière en hommage à son promoteur[66]. Mais, quelque 1 000 pages plus loin, toujours dans Les Misérables, Hugo ne pourra s'empêcher de rappeler ce plagiat en transposant sa mésaventure sur le personnage de Marius, preuve qu'il en gardait finalement un amer souvenir[67].

Tombe de Nicolas François de Neufchâteau au cimetière du Père-Lachaise.

De nouveau veuf depuis , Neufchâteau termine ses jours entouré de sa nièce, Mme Perrin, et de l'intendante de sa maison[68], mais se plaignant continuellement de ses soucis financiers :

« Dans un autre pays, un ancien ministre qui aurait fait ce que j'ai fait ne courrait pas le risque d'être sans asile sur ses vieux jours : la nation payerait ses dettes. »

— Nicolas François de Neufchâteau, Lettre à l'imprimeur Crapelet ()

Le , à l'âge de soixante-dix-sept ans, Neufchâteau meurt de la goutte, une maladie dont il est atteint depuis longtemps[69] et qui le cloue dans un fauteuil depuis déjà plusieurs années. Il repose au cimetière du Père-Lachaise, dans la tombe correspondant à la concession no 28-1828,[réf. nécessaire] XIe division, 2e ligne. Surmontant une simple dalle, une colonne d'un mètre de haut porte l'inscription : françois / de neufchateau / décédé le / 10 janvier 1828 / a l'age de / 77 ans / regrets éternels / de tous ses amis[70].

Œuvres[modifier | modifier le code]

On doit à François de Neufchâteau un grand nombre de publications poétiques, politiques, littéraires et agronomiques. L'opinion générale est que ses poèmes « manquent de force et d'originalité, comme une large part de la production de son époque[25] ». Ses quatrains à visée éducative lui valurent même d'être surnommé ironiquement le « nouveau Pibrac » par Écouchard-Lebrun. Une large part de ses œuvres politiques recouvre la période où il fut par deux fois ministre de l'Intérieur, sous le Directoire. Ses travaux de critique littéraire — notamment ses éditions des Provinciales et des Pensées de Pascal, et du Gil Blas de Le Sage — ont été estimés en leur temps. Ses écrits pédagogiques, par exemple celui relatif à l'apprentissage de la lecture, sont d'une grande originalité pour l'époque. Il fait la preuve d'un encyclopédisme confirmé avec ses travaux agronomiques, notamment avec les deux tomes de plus de 400 pages chacun consacrés à « l'art de multiplier les grains ».

  • 1765 : Poésies diverses, Neufchâteau, Monnoyer, 44 p. (lire en ligne)
  • 1766 : Pièces fugitives, Neufchâteau, Monnoyer, 96 p.
  • 1766 : Lettre de Charles Ier, roi d'Angleterre, de la maison de Stuart, à son fils le prince de Galles, retiré en France, Neufchâteau, Monnoyer, 8 p. (lire en ligne)
  • 1768 : Poésies diverses de deux amis, ou Pièces fugitives (avec Jean-Baptiste Mailly), Amsterdam, VIII-143 p. (lire en ligne)
  • 1770 : Ode sur la distribution solennelle des prix du séminaire épiscopal de Saint-Claude, en forme de collège et de pensionnat, fondé en 1769 par M. Drouas, évêque-comte de Toul, Toul, Joseph Carez, 7 p.
  • 1770 : Épître à Madame la comtesse d'Alsace sur l'éducation de son fils, Neufchâteau, Monnoyer, 64 p.
  • 1771 : Ode sur les parlements créés en 1771
  • 1774 : Lettre à M. l'abbé Drouas, à l'occasion des bruits répandus contre le séminaire de Toul, Paris, Moutard, 56 p. (lire en ligne)
  • 1774 : Le Mois d'Auguste, épître à Monsieur de Voltaire, Paris, Valade, 8 p. (lire en ligne)
  • 1774 : Ode sur le prix de l'Académie de Marseille, en 1774, Paris, Valade, 8 p. (lire en ligne)
  • 1775 : Discours sur la manière de lire les vers, Paris, Valade, 18 p. (lire en ligne)
  • 1775 : Mémoire pour le Sieur Rubit l'aîné, marchand mercier, premier tailleur du roi, contre le maréchal duc de Richelieu, Paris, Valade, 44 p. (lire en ligne)
  • 1776 : Nouveaux contes moraux, par un arrière-neveu de Guillaume Vadé, Genève, 78 p.
  • 1778 : Le Désintéressement de Phocion, dialogue en vers, Nancy, Claude Lamort, VIII-13 p. (lire en ligne)
  • 1784 : Anthologie morale, ou Choix de quatrains et de distiques pour exercer la mémoire, pour orner l'esprit et former le cœur des jeunes gens, Paris, Cailleau, VIII-148 p.
  • 1784 : Recueil authentique des anciennes ordonnances de Lorraine, Nancy, Claude Lamort, XXVIII-248 p. (lire en ligne)
  • 1786 : Les Études du magistrat, Cap-Français, XIX-100 p. (lire en ligne)
  • 1788 : Mémoire en forme de discours sur la disette du numéraire à Saint-Domingue et sur les moyens d'y remédier, Metz, Claude Lamort, VI-178 p. (lire en ligne)
  • 1789 : Compte rendu à l'assemblée des communes du bailliage de Toul de l'outrage fait aux communes du bailliage en la personne de quatre de leurs députés, 50 p. (lire en ligne)
  • 1790 : Essai sur les moyens de tirer le parti le plus avantageux de l’exploitation d’un domaine borné, ou Système d’agriculture pour les petits propriétaires
  • 1790 : Les Lectures du citoyen, ou Suite de mémoires sur des objets de bien public, Toul, Joseph Carez, 51 p.
  • 1791 : L'Origine ancienne des principes modernes, ou les Décrets constitutionnels conférés avec les maximes des sages de l'Antiquité, Paris, Imprimerie nationale, 57 p. (lire en ligne)
  • 1791 : Rapport, fait au nom du comité de législation, d'un article additionnel au décret sur les troubles excités sous prétexte de religion, Paris, Imprimerie nationale, 22 p. (lire en ligne)
  • 1792 : Fable nouvelle pour orner la mémoire des petits sans-culottes, Paris, 2 p. (lire en ligne)
  • 1793 : N. François (de Neufchâteau) à la Convention nationale, Paris, C.-F. Patris, 53 p.
  • 1794 : « Au citoyen B***, l'un de ceux qui ont proposé de rendre (20 thermidor) à l'auteur sa liberté », Almanach des Muses,‎ an iii, p. 20 (lire en ligne)
  • 1794 : Dix épis de blé au lieu d'un, ou la Pierre philosophale de la République française, Paris, Crapelet, 16 p.
  • 1795 : Paméla, ou la Vertu récompensée : comédie en cinq actes en vers, Paris, Barba, VIII-88 p. (lire en ligne)
  • 1795 : Épître au ci-devant C***, député, sur son voyage de Paris à Neufchâteau, Paris, 7 p.
  • 1796 : Les Vosges, poème, Saint-Dié, Thomas fils, II-33 p. (lire en ligne)
  • 1797 : Des améliorations dont la paix doit être l'époque. N° 1er : Moyen d'encourager l’agriculture dans les départements où les propriétés sont éparses et morcelées, et de doubler le prix de ces propriétés en procédant à leur réunion sur un plan régulier, Épinal, Hæner, 89 p. (lire en ligne)
  • 1798 : L'Institution des enfants, ou Conseils d'un père à son fils, Paris, Henri Agasse, 16 p. (lire en ligne)
  • 1799 : Méthode pratique de lecture, Paris, P. Didot l'Aîné, XII-180 p. (lire en ligne)
  • 1799 : Recueil des lettres circulaires, instructions, programmes, discours et autres actes publics émanés du Citoyen François (de Neufchâteau) pendant ses deux exercices du ministère de l'Intérieur, Paris, Imprimerie de la République, 2 t. : C-458 p. et 448 p. (lire en ligne)
  • 1800 : Le Conservateur, ou Recueil de morceaux inédits d'histoire, de politique, de littérature et de philosophie, Paris, Crapelet, 2 t. : XXX-416 p. et VI-448 p. t. 1 : [lire en ligne] ; t. 2 : [lire en ligne]
  • 1800 : Rapport sur le perfectionnement des charrues, Paris, Bossange, Masson et Bresson, 72 p.
  • 1801 : Essai sur la nécessité et les moyens de faire entrer dans l'instruction publique l'enseignement de l'agriculture, Paris, Mme Huzard, 113 p.
  • 1802 : « Analyse des annuaires statistiques du département du Bas-Rhin pour les années VII, VIII et IX », Annales de statistique, no 2,‎ an x, p. 227-360 (lire en ligne)
  • 1803 : Lettre sur le Robinier, connu sous le nom impropre de Faux Acacia, Paris, Meurant, 315 p. (lire en ligne)
  • 1804 : Tableau des vues que se propose la politique anglaise dans toutes les parties du monde, Paris, Baudouin, 130 p. (lire en ligne)
  • 1804 : Résultat des expériences sur la Carotte et le Panais cultivés en plein champ, Paris, Bossange, Masson et Bresson, coll. « Répertoire universel et raisonné d'agriculture / A », XXIV-249 p. (lire en ligne)
  • 1805 : Histoire de l'occupation de la Bavière par les Autrichiens en 1778 et 1779, Paris, Imprimerie impériale, XVI-307 p. (lire en ligne)
  • 1806 : Voyages agronomiques dans la sénatorerie de Dijon, Paris, Mme Huzard, XII-260 p. (lire en ligne)
  • 1807 : Les Quatre Dynasties, ou l'Histoire de France ; ode à Clio, Paris, Levrault, 23 p. (lire en ligne)
  • 1809 : L'Art de multiplier les grains, ou Tableau des expériences qui ont eu pour objet d'améliorer la culture des plantes céréales, d'en choisir les espèces et d'en augmenter le produit, Paris, Mme Huzard, 2 t. : VIII-435 p. et 439 p. t. 1 : [lire en ligne] ; t. 2 : [lire en ligne]
  • 1811 : Coup d'œil sur l'influence que la Société d'agriculture du département de la Seine a exercée sur l'amélioration de l'agriculture, Paris, Mme Huzard, 24 p.
  • 1813 : Mémoire sur les pruneaux et autres fruits secs, et principalement des pruneaux du Midi, Paris, D. Colas, 20 p. (lire en ligne)
  • 1814 : Fables et contes en vers, suivis des poèmes de la Lupiade et de la Vulpéide, dédiés à Ésope, Paris, P. Didot l'Aîné, 2 t. : XVI-294 p. et 360 p. t. 1 : [lire en ligne] ; t. 2 : [lire en ligne]
  • 1816 : Mémoire sur le plan que l'on pourrait suivre pour parvenir à tracer le tableau des besoins et des ressources de l'agriculture française, Paris, Mme Huzard, 124 p. (lire en ligne)
  • 1817 : Les Tropes, ou les Figures de mots, poème en quatre chants, Paris, Delaunay, XIV-187 p. (lire en ligne)
  • 1817 : Lettre à M. Suard, secrétaire perpétuel de l'Académie française, sur la nouvelle édition de sa traduction de l'Histoire de Charles-Quint, et sur quelques oublis de M. Robertson, Paris, Le Normant, 34 p. (lire en ligne)
  • 1817 : Supplément au mémoire de M. Parmentier sur le Maïs (ou plutôt Maïz), Paris, Mme Huzard, 420 p. (lire en ligne)
  • 1818 : Essai sur la langue française, et particulièrement sur les « Provinciales » et sur les « Pensées » de Pascal, précédé d'une lettre à l'Académie française, Paris, Crapelet
  • 1818 : Le Jubilé académique, ou la Cinquantième Année d'une association littéraire, Lyon, J. Roger, 15 p. (lire en ligne)
  • 1818 : Rapport à la Société royale et centrale d'agriculture sur l'agriculture et la civilisation du Ban de la Roche, Paris, Mme Huzard, 46 p. (lire en ligne)
  • 1818 : Lettre à M. Joyant, collaborateur de M. Maugard et éditeur du « Cours de langue française et de langue latine comparées », Paris, A. Béraud, 8 p.
  • 1819 : Les Trois Nuits d'un goutteux, poème en trois chants, Paris, Crapelet, 20 p. (lire en ligne)
  • 1819 : L'Esprit du grand Corneille, ou Extrait raisonné de ceux des ouvrages de Pierre Corneille qui ne font pas partie du recueil de ses chefs-d'œuvre dramatiques, Paris, Pierre Didot l'Aîné, 464 p.
  • 1821 : Épître à M. le comte Amédée de Rochefort d’Ally, à sa campagne de Vandœuvre, en lui adressant l’épître à M. Viennet sur l’avenir de l’agriculture en France, Paris, A. Boucher, 8 p.
  • 1827 : Mémoire sur la manière d'étudier et d'enseigner l'agriculture, et sur les diverses propositions qui ont été faites pour établir en France une grande école d’économie rurale, Blois, Aucher-Éloy, 111 p. (lire en ligne)

Honneurs, hommages, mentions[modifier | modifier le code]

N. François de Neufchâteau, comte de l'Empire.
Gravure de Vilyn (entre 1810 et 1815), d'après un portrait de Marie-Thérèse de Noireterre.

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext comte sénateur de l'Empire GOLH.svg
Blason Nicolas François de Neufchâteau (1750-1828).svg
Armes du comte François de Neufchâteau et de l'Empire

De sinople, au cygne d'argent, surmonté de trois épis d'or (rangés en fasce, à sénestre du chef) ; franc quartier des comtes-sénateurs.[60],[72],[73],[74],[75]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De nombreuses sources mentionnent à tort les prénoms « Nicolas Louis », mais son acte de baptême (Actes de baptême Saffais 1663-1792, Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, cote 5 Mi 467/R 1, , vue 192), l'acte de son deuxième mariage (Actes de mariage Mirecourt 1782-1783, Archives départementales des Vosges, cote Edpt309/GG_43-48404, , vue 18 consulter en ligne), et son acte de décès (Actes de décès Paris 10e 10 au 12/01/1828, Archives de Paris, cote 5Mi1 1222, , acte reconstitué le , vue 38) n'indiquent que Nicolas comme prénom. (Les actes de ses autres mariages et des décès de ses épouses ont disparu dans l'incendie des Archives de Paris, en mai 1871.) Saffais n'est situé qu'à une demi-douzaine de kilomètres de Saint-Nicolas-de-Port, où Nicolas de Myre est vénéré comme saint patron de la Lorraine. Il était autrefois très fréquent dans la région de faire porter son nom aux garçons pour les mettre sous sa protection.
  2. Officier encaissant les droits de passage des marchands lors des foires.
  3. Marot 1966, p. 17-18.
  4. Paul Marichal, Dictionnaire topographique du département des Vosges comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, 1941, 553 p.
  5. Pour Pierre Marot (Marot 1966, p. 19-20), Pierre d'Alsace appartenait à « une branche de l'illustre famille flamande [des Hénin-Liétard], qui [...] jouait sur le nom d'Alsace, en vérité localité de la Flandre française, pour se prétendre issue de Thierry d'Alsace », un croisé flamand du xiie siècle qui, lui non plus, n'avait guère fréquenté l'Alsace...
  6. Marot 1966, p. 24.
  7. Cet établissement est parfois désigné à tort comme un collège de Jésuites. Pierre Richelet (Abeille des Vosges, ) fait justement observer que les Jésuites n'ont jamais tenu de collège à Neufchâteau. L'ambiguïté semble venir du fait qu'un des régents du collège, Nicolas Vintrignier, a probablement appartenu à la Compagnie de Jésus (Marot 1966, p. 24, n. 3).
  8. Marot 1966, p. 26.
  9. Marot 1966, p. 30-33.
  10. Cette modification de patronyme ne se fera pas sans mal : bien que le garde des sceaux l'ait autorisé en 1776 à continuer à prendre le surnom de Neufchâteau sans qu'il ait besoin de lettres patentes, le parlement de Nancy reviendra sur cette décision en 1777 et François devra à grand peine se justifier (Marot 1966, p. 36, n. 1). Pendant la Révolution, François signera prudemment François (de Neufchâteau), pour éviter de se faire prendre pour un ci-devant ; et lorsque, sous la Terreur, le toponyme « féodal » Neufchâteau sera remplacé pour un temps par Mouzon-Meuse, il reviendra même temporairement à François. Jusqu'aux premières années de l'Empire, il continuera ensuite à signer François (de Neufchâteau), et ce n'est qu'en 1808, quand il sera créé comte de l'Empire, qu'il signera comte François de Neufchâteau, sans les parenthèses (Marot 1966, p. 226, n. 1).
  11. [texte intégral des Épîtres de Voltaire (page consultée le 30 août 2022)].
  12. Marot 1966, p. 35.
  13. Marot 1966, p. 42.
  14. L'infortuné Charles-Alexandre d'Hénin-Liétard d'Alsace (1744–1794), alors amant en titre de Sophie Arnould, sera guillotiné en 1794 pour complot contre-révolutionnaire. On prête à Sophie Arnould autant de liaisons avec des femmes qu'avec des hommes, et la princesse d'Hénin fit aussi partie de ses amantes (Michel Larivière, Dictionnaire historique des homosexuel-le-s célèbres, La Musardine, 2017).
  15. Marot 1966, p. 49.
  16. Le collège Saint-Claude avait été fondé en 1769 par l'évêque Claude Drouas pour remplacer le collège Saint-Léon qui périclitait. Le terrain choisi par l'évêque était contigu à l'abbaye et au collège Saint-Léon, et les bâtiments des deux collèges se trouvent dans la rue du Collège, dans le centre de Toul (emplacement de l'actuel collège Amiral-de-Rigny). Une rue adjacente porte malencontreusement le nom de rue du collège Saint-Claude (« Études touloises » sur les noms de rues du vieux Toul (lire en ligne [PDF])).
  17. Marot (Marot 1966, p. 52) rapporte que François « avait laissé fuser des éclats de rire peu décents en assistant aux vêpres » et « publiquement « levé les épaules » en entendant un sermon dirigé contre les déistes ». François expliquera plus tard que son renvoi « était dû au mécontentement de Mgr Drouas pour « l'obstination à vouloir passer quelques jours hors de son collège » manifestée par le jeune professeur. »
  18. Marot 1966, p. 52 et 54.
  19. Marot 1966, p. 56, 61 et 69.
  20. Marot 1966, p. 70-72, 76 et 80.
  21. Natif de Sauville, à seulement 2 km de Vrécourt, où Nicolas François père venait de s'installer. Sauville ne se trouve qu'à 11 km de Contrexéville.
  22. Marot 1966, p. 87-88.
  23. Marot 1966, p. 106-107 et 110.
  24. Marot 1966, p. 116 et 118.
  25. a b c d e f g h et i « François de Neufchâteau (Nicolas-Louis, comte) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, t. 3, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] (lire en ligne), p. 58-59 [texte sur Sycomore]
  26. Marot 1966, p. 124-125. Il est soigné à l'hôpital de la Charité du Cap par un religieux, le père Merdier [sic].
  27. Ancien nom de Mayaguana, la plus orientale des îles Bahamas, à l'époque inhabitée. Les naufrages y étaient très fréquents.
  28. Soit 50 000 euros.
  29. Marot 1966, p. 129-131.
  30. Marot 1966, p. 134 et 138.
  31. Bouillé avait été « gouverneur général des colonies françaises des îles sous le Vent » juste avant que François n'arrive à Saint-Domingue ; ils se connaissaient donc.
  32. Marot 1966, p. 142, 145, 152-153, 172 et 177.
  33. Le département n'a actuellement que 4 députés à l'Assemblée nationale.
  34. Marot 1966, p. 206.
  35. Marot 1966, p. 208.
  36. La présidence de l'Assemblée était à l'époque renouvelée tous les 15 jours.
  37. Au 319 de la rue Saint-Honoré (Marot 1966, p. 208).
  38. a b et c Marot 1966, p. 218.
  39. Avec 413 voix sur 433 votants.
  40. Le 1er vendémiaire de l'an I...
  41. Marot 1966, p. 219.
  42. Décidément, les 2-Septembre ne portent pas chance à François...
  43. Ernest Legouvé, « Études et souvenirs de théâtre, un conseiller dramatique », Académie française,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. Marot 1966, p. 222-223 et 285-286. Les conditions de l'incarcération de François restent floues. Selon Marot (p. 222), François a été incarcéré à la prison de La Force, puis au Luxembourg. Mais, dans une note au bas de la même page, il précise que François, malade, a été laissé un moment en état d'arrestation chez Mirbeck (un de ses amis avocats) sous la garde d'un gendarme, comme le prouve la lettre qu'il écrivit à la Commune de Paris le . Dans sa lettre ouverte à la Convention écrite le lendemain, François indique être privé de liberté depuis le , et n'avoir pu faire lever les scellés — apposés sur ses papiers, chez Mirbeck, ce même — que le . À cette date, il semblait bien toujours chez Mirbeck. La date du 25 brumaire an II () donnée par Marot pour l'incarcération de François au Luxembourg est fondée sur le récit que ce dernier avait fait de ces événements à l'un de ses amis : il aurait été conduit au Luxembourg « au moment du dîner et dans l'instant où il finissait l'hymne pour l'inauguration du Temple de la Liberté qui devait se faire le lendemain, section de l'Observatoire [son quartier] » (Marot 1966, p. 285-286). Cela semble indiquer que François avait été arrêté à son domicile, et qu'il avait alors toute liberté de mouvements puisqu'il s'apprêtait à prononcer un discours le lendemain. Pourtant, une note de Marot au bas de la p. 223 est troublante : François, vers la fin de sa captivité, écrit une lettre adressée depuis le Luxembourg le 27 messidor an II () où il mentionne en être au « 326e jour de [s]a captivité », ce qui signifierait qu'il aurait été arrêté à la fin du mois d'août 1793... François était-il brouillé avec les chiffres ?
  45. Marot 1966, p. 225 et 229. La fonction de commissaire du Directoire exécutif près l'administration d'un département préfigurait celle de préfet.
  46. En 1803, il deviendra, dans ce même Institut de France, membre de la classe de langue et littérature françaises, la future Académie française que Louis XVIII réinstallera en 1816.
  47. Chaque année, un tirage au sort décidait du nom du Directeur qui allait être renouvelé.
  48. Marot 1966, p. 250 et 258.
  49. Un tiers des deux chambres basse et haute (Conseil des Cinq-Cents et Conseil des Anciens) était à renouveler.
  50. Marot 1966, p. 258.
  51. Il est l'un des membres fondateurs de la Société d'agriculture, en 1798.
  52. a et b Caroline Ehrhardt et Renaud d’Enfert, « La statistique éducative, outil de gouvernement et de mobilisation des enseignants ? Le cas de l'enquête de l'an VII sur les écoles centrales », Histoire & mesure, vol. XXIX, no 1,‎ , p. 9-40 (lire en ligne, consulté le ).
  53. Fondées sous la Convention, les écoles centrales assuraient l'enseignement secondaire en France, en remplacement des collèges et lycées majoritairement religieux. Il en existait dans presque chaque département.
  54. Le Sénat conservateur avait délibéré, le , qu'une députation de trois de ses membres se rendrait auprès de l'Empereur à Berlin, pour lui offrir l'hommage du dévouement du Sénat. Le , l'Empereur les reçut au retour de la parade : François de Neufchâteau porta la parole au nom du Sénat. L'Empereur, en répondant qu'il remerciait le Sénat de sa démarche, chargea la députation de rapporter à Paris les 340 drapeaux et étendards pris au cours de la campagne de Prusse. L'Empereur fit aussi remettre à la députation l'épée, l'écharpe, le hausse-col et le cordon de Frédéric le Grand, pour être transportés aux Invalides. Dans la toile de Berthon, l'Empereur est accompagné des maréchaux de l'Empire ; deux chambellans tiennent sur un coussin les objets ayant appartenu à Frédéric le Grand.
  55. Marot 1966, p. 259.
  56. Qui avait un rôle analogue à celui de l'actuel Conseil constitutionnel.
  57. Marot 1966, p. 339-340 et 342.
  58. Barras, dans ses Mémoires, parle de la vie très libre que François aurait menée du temps où il était directeur (Marot 1966, p. 342).
  59. Marot 1966, p. 341-345.
  60. a b c et d « BB/29/974 page 74. », Titre de comte accordé à Nicolas François de Neufchâteau. Bayonne ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le )
  61. Marot 1966, p. 346.
  62. Leur union sera de courte durée, Julienne décédant trois ans plus tard (Marot 1966, p. 347).
  63. César de Proisy d'Eppe (en collaboration avec Pierre-Joseph Charrin, Alexis Eymery, René Perrin et Joseph Tastu), Dictionnaire des girouettes : nos contemporains peints d'après eux-mêmes … par une société de girouettes, Paris, Alexis Eymery, , 444 p. (lire en ligne).
  64. Marot 1966, p. 317 et 319-320.
  65. Marot 1966, p. 361.
  66. Hugo cite Neufchâteau dans une interminable énumération des événements qui se sont produits en 1817 : « M. François de Neufchâteau, louable cultivateur de la mémoire de Parmentier, faisait mille efforts pour que pomme de terre fût prononcée parmentière, et n'y réussissait point. » (Les Misérables, 1re partie, livre 3e, chap. 1 : En l'an 1817)
  67. « Elle ne pourrait cependant, pensait-il [= Marius], s’empêcher d’avoir de l’estime et de la considération pour moi si elle savait que c’est moi qui suis le véritable auteur de la dissertation sur Marcos Obregon de la Ronda que monsieur François de Neufchâteau a mise, comme étant de lui, en tête de son édition de Gil Blas ! » (Les Misérables, 3e partie, livre 6e, chap. 4 : Commencement d’une grande maladie)
  68. Marot 1966, p. 347.
  69. Selon Marot (Marot 1966, p. 133), Neufchâteau souffrait déjà de la goutte bien avant son départ pour Saint-Domingue.
  70. À la fin de son livre, Marot (Marot 1966, p. 357) relève une inscription sensiblement différente, sur une colonne « surmontée d'une urne classique » ne semblant plus exister actuellement : comte de neufchateau / a l'age de / 77 ans / avec les regrets éternels / de tous ses amis. Cela suggérerait que la colonne a été remplacée après le passage de Marot (donc à la fin du XXe siècle), et expliquerait pourquoi la tombe est enregistrée sous le nom de comte de neufchateau auprès du service de conservation du cimetière.
  71. « Cote LH/1028/52 », base Léonore, ministère français de la Culture
  72. Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc..., Encyclopédie Roret, , 340 p. (lire en ligne)
  73. Alcide Georgel, Armorial de l'Empire français : L'Institut, L'Université, Les Écoles publiques, (lire en ligne)
  74. Source : www.heraldique-europeenne.org
  75. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. 1 et 2, Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie chronologique[modifier | modifier le code]

Certaines notices biographiques, en particulier celles rédigées du vivant de François de Neufchâteau, comportent de nombreuses erreurs, progressivement corrigées par les ouvrages plus récents.

  • Antoine-Vincent Arnault, Antoine Jay, Étienne de Jouy, Jacques de Norvins et al., Biographie nouvelle des contemporains, ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la Révolution française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers, vol. 7, Paris, Librairie historique, , 470 p. (lire en ligne), p. 303-308
  • Augustin-François de Silvestre, Notice biographique sur M. le Comte François de Neufchâteau, Grand-Officier de la Légion-d’Honneur, Membre de l’Académie française, de la Société royale et centrale d’Agriculture, et de plusieurs autres Sociétés savantes ou littéraires, françaises et étrangères ; Lue à la Société royale et centrale d'Agriculture, le 15 Avril 1828, Paris, Rosalie Huzard, , 32 p.
  • Hippolyte Bonnelier, Mémoires sur François de Neufchâteau, Paris, 1828 ou 1829.
    Cet ouvrage abondamment cité, écrit par le beau-fils de François (le fils de Julienne Martzen), semble être la collection de plusieurs notices nécrologiques rédigées par Bonnelier dans différentes revues ; ce qui expliquerait d'ailleurs le pluriel dans le titre (« Mémoires ») et la date incertaine.
  • Jean-Baptiste-Justin Lamoureux, Notice historique et littéraire sur la vie et les écrits du comte François de Neufchâteau, Paris, Techener, , IV-74 p. (lire en ligne)
  • Jean-Baptiste-Justin Lamoureux, « François de Neufchâteau (Nicolas-Louis) », dans Biographie universelle (Michaud) ancienne et moderne, ou Histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actes, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes. Nouvelle édition, vol. 14, Paris, Madame C. Desplaces, (1re éd. 1811), 694 p. (lire en ligne), p. 680-688
  • Édouard Meaume, Étude historique et biographique sur les Lorrains révolutionnaires : Palissot, Grégoire, François de Neufchâteau, Nancy, René Wiener, , 55 p.
  • Charles Simian, François de Neufchâteau et les expositions, Paris, Auguste Ghio, , 99 p.
  • Jean Lhomer, Un homme politique lorrain : François de Neufchâteau (1750-1828), d'après des documents inédits, Paris, Berger-Levrault, , 229 p.
  • Jean Boulaine, « Poète, agronome et ministre : François de Neufchâteau (1750-1828), homme d’État à l’époque révolutionnaire », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie d’agriculture de France (Paris), vol. 77, no 1,‎ , p. 147-157.
  • Maurice Bouvet, « Le sénateur comte François de Neufchâteau, parrain de la « parmentière » », Revue d’histoire de la pharmacie, vol. XIII, no 154,‎ , p. 152-153.
  • Henri Lacape, Notice sur François de Neufchâteau (1750-1828), Bordeaux, Taffard, , 20 p. (lire en ligne [PDF])
  • Arlette Lions, François de Neufchâteau et l’agriculture (thèse de doctorat en droit), Paris, , 262 p.
  • Pierre Marot, Recherches sur la vie de François de Neufchâteau à propos de ses lettres à son ami Poullain-Grandprey, Nancy, Berger-Levrault, , 440 p.
  • Dominique Margairaz, « François de Neufchâteau en Révolution ou les figures de la ville », dans Ville et Révolution française - Actes du colloque international (Lyon, mars 1993), Lyon, Presses universitaires de Lyon, , p. 257-272.
  • Jean Boulaine, Histoire de l'Agronomie en France, Paris, Lavoisier, coll. « Technique et Documentation » (réimpr. 1996) (1re éd. 1992), 437 p.
  • Dominique Margairaz, « La figure de l'exécutif pendant les deux ministères Neufchâteau », Annales historiques de la Révolution Française, no 332,‎ , p. 81-99 (lire en ligne, consulté le ).
  • Florian Reynaud, Les bêtes à cornes dans la littérature agronomique de 1700 à 1850 (thèse de doctorat en histoire), Caen, , 1287 p.
  • Jack Chollet, La Franc-Maçonnerie à Mirecourt du 18e siècle à nos jours, Haroué, Gérard Louis, , 293 p. (EAN 9782357630468)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]