Armand de Roquelaure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roquelaure.
Jean-Armand de Bessuéjouls Roquelaure
Biographie
Naissance
Lassouts
Décès
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Dernier titre ou fonction Archevêque de Malines
Archevêque de Malines
Précédent Jean-Henri de Frankenberg Dominique Dufour de Pradt Suivant
Évêque de Senlis
Précédent François Firmin Trudaine Suppression du siège Suivant
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de Saint-Germer-de-Fly, chanoine du chapitre royal de Saint-Denis,
Fonction laïque
commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit officier de la Légion d'honneur, Membre de l'Académie française.

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Armand de Roquelaure, connu aussi sous le nom de Jean-Armand de Bessuéjouls Roquelaure (24 février 1721 à Lassouts - 23 avril 1818 à Paris), est un évêque français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en théologie en 1747, conseiller d'état, abbé de Saint-Germer-de-Fly, premier aumônier de Louis XV et de Louis XVI, commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit et officier de la Légion d'honneur.il est le dernier évêque de Senlis de 1754 à 1801 consacré par Christophe de Beaumont du Repaire l'archevêque de Paris. Il prononce les oraisons funèbres de Marie-Amélie de Saxe en 1761 et de Louis XV en 1774, et il est l'auteur d'une Histoire poétique tirée des poètes français publiée en 1763 et il est élu membre de l'Académie française en 1771.

Pendant la Révolution française et la suppression de son diocèse il quitte son palais épiscopal mais n'émigre pas et réside à Grespy en Picardie. Après avoir été incarcéré à Arras sous la Terreur, il pontifie à Senlis en août 1797 mais se démet de son siège lors de la signature du Concordat de 1801 et il est nommé en 1802 archevêque de Malines archidiocèse constitué par le département de la Dyle et le département des Deux-Nèthes pendant la période où la Belgique fait partie de l'Empire français.Il se démet en 1808 et devient chanoine du chapitre royal de Saint-Denis. Il meurt à Paris mais il est inhumé dans le caveau de l'église paroissiale de Senlis le 8 juin 1818[1]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Bessuejouls de Roquelaure.svg Armes sous l'Ancien Régime

Écartelé : aux I et IV, d'argent à deux lions de gueules affrontés contre-rampants sur le fût d'un arbre terrassé de sinople ; aux II et III, d'azur à trois rocs d'échiquier d'or, qui est de Roquelaure ancien.[2]

Ornements extérieurs Comtes Archevêques de l'Empire français.svg
Blason à dessiner.svg
Armes du comte de Roquelaure et de l'Empire

Écartelé : au I, du quartier des Comtes-Archevêques de l'Empire ; aux II et III, d'azur à trois rocs d'échiquier d'or, qui est de Roquelaure ancien ; au IV, d'argent à deux lions de gueules affrontés contre-rampants sur le fût d'un arbre terrassé de sinople.[3]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Armand Jean, Les Évêques et les archevêques de France depuis 1682 jusqu'à 1801, Paris et Mamers, 1891, p. 330-331.
  2. Source : www.heraldique-europeenne.org
  3. Alcide Georgel, Armorial de l'Empire français : L'Institut, L'Université, Les Écoles publiques,‎ 1870 (lire en ligne)