Georges-Adrien Crapelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crapelet.
Georges-Adrien Crapelet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
NiceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Autres informations
Archives conservées par
Archives nationales (F/18/1750)Voir et modifier les données sur Wikidata

Georges-Adrien Crapelet, né le à Paris, décédé le à Nice[1], est un imprimeur à Paris et écrivain, fils de Charles Crapelet.

Biographie[modifier | modifier le code]

À la mort de son père en 1809, il prend d'abord avec sa mère, ensuite seul, la succession de l’imprimerie. Il est breveté imprimeur le (brevet renouvelé le ) et libraire le . Membre de la Société de l'Histoire de France ; président de la Société royale des antiquaires de France[2].

Il traduisit en vers les Noces de Thétis et Pelée de Catulle (1809), fit connaître à la France les recherches bibliographiques de Thomas Frognall Dibdin, et publia lui-même d'intéressantes Études sur la typographie, ainsi qu'une histoire Des progrès de l'Imprimerie en France et en Italie au XVe siècle (1836)[3]. Il est l'éditeur scientifique de la Collection des anciens Monumens de l'histoire et de la langue française, série auquel il a contribué comme auteur. Dans cette série, il a travaillé avec M. Méon à l'édition d'un poème du XVe siècle sur le Combat des Trente qu'il fit paraitre sous le titre Le combat de trente bretons contre trente anglois en 1827.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

C'est à lui qu'on doit le fameux aphorisme : « Un livre sans faute est une chimère ». On trouve cela à la page 222 de Études pratiques et littéraires sur la typographie (1837).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]