Edgar Bourloton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edgar Bourloton
Edgar+Camille B.jpg

Edgar et Camille Bourloton

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ArcachonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Edgar

Edgar Bourloton, né le à Fontenay-le-Comte (Vendée), mort le à Arcachon, est un auteur et un éditeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edgar Bourloton est le fils de Julie Zoé Rivet (1820-1871) et Louis Bourloton (1810-1888), professeur de rhétorique au collège de Fontenay-le-Comte et auteur d'ouvrages scolaires. Dès sa petite enfance, il lie des liens très étroits avec sa mère. Il étudie le droit jusqu'à l'obtention de son diplôme d'avocat, dont il ne se servira d'ailleurs jamais.

Il se distingue par ses opinions républicaines dans un milieu familial aux attaches catholiques.

À la mort de sa mère, Edgar fait construire pour elle un tombeau au cimetière Notre-Dame à Fontenay, la représentant en gisant; c'est d'ailleurs le seul gisant de ce cimetière. La sépulture est toujours présente.

À la déclaration de guerre de 1870, Edgar s'engage dans le régiment de zouaves de la Garde Impériale, régiment d'élite de Napoléon III. Fait prisonnier à la bataille de Sedan, il passe sa captivité à Erfurt. Un riche banquier juif le sort de cette situation, peut-être dans le but de servir de précepteur à son fils. La guerre finie, Edgar part avec ce jeune allemand pour un grand voyage en Italie.

Durant sa captivité en Allemagne, il accumule les observations qui lui serviront plus tard dans son ouvrage L'Allemagne contemporaine. En Allemagne, il rencontre également Edmond Robert (préfet de Vendée), avec qui, en 1873, il publiera La Commune et ses idées à travers l'histoire.

Quand il revient en France en 1872, il décide d'acheter l'abbaye de Maillezais, site, entre autres, de la cathédrale Saint-Pierre de Maillezais. Celle-ci, en vente depuis le décès, quatre ans plus tôt, de Mme Pouey d'Avant, se dégradait progressivement. En effet, depuis la Révolution française, les matériaux ayant servi à sa construction avaient été progressivement vendus. On en retrouve d'ailleurs dans les bâtiments de la région. Avec l'héritage de leur mère, Edgar et Camille Bourloton (1848-1884), membre des Zouaves pontificaux, décident de sauver ces bâtiments qu'ils jugent d'importance historique. Le futur leur donnera d'ailleurs raison. Après leur mort, l'abbaye sera classée monument historique le .

Ils achètent conjointement l'abbaye avec cinq hectares de terre autour. Les bâtiments conventuels sont pour Camille et le reste du palais episcopal pour Edgar, qui décide de faire bâtir la maison actuelle, toute inspirée de ses souvenirs italiens. C'est surtout son père, Louis Bourloton, qui va l'habiter jusqu'à sa mort en 1888. Il paraît que, sa chambre ayant quatre mètres de haut, était entièrement tapissée de livres. Le catalogue de ces ouvrages est à la bibliothèque municipale de Fontenay-le-Comte.

À partir de 1888, il participe à la Revue du Bas-Poitou, une publication trimestrielle dirigée par René Valette. Il est également l'éditeur du Dictionnaire des parlementaires français dirigé par Adolphe Robert et Gaston Cougny (1889-1891). Cet ouvrage est d'ailleurs toujours prisé des historiens et collectionneurs.

Edgar habite sporadiquement Maillezais, dont il est élu conseiller municipal dans les années 1880. Il se marie avec Marguerite Rossignol, dont le père est notaire à Vouillé, dans la Vienne. De cette union vont naître en 1884 Pierre, en 1885 Marguerite et en 1897 Marie. Toute la famille habite Paris au 46, rue de Vaugirard, tout près du Sénat.

Il occupe, en outre, les fonctions de gérant et d'éditeur du Bulletin Hebdomadaire de Statistique Municipale de la ville de Paris dirigé par Jacques Bertillon et distribué par la librairie Masson.

À la suite de la mort de Mme Rossignol mère en 1911, Edgar se sépare de sa famille et va habiter Bourg-la-Reine, tandis que sa femme et sa fille Marie vont habiter au Breuil l'Abbesse, à côté de Poitiers, demeure appartenant et probablement construite par les grands parents Rossignol. Le grand-père, Alexandre Rossignol (1816-1897), y fut d'ailleurs notaire puis juge de paix à Poitiers.

De Bourg-la-Reine, Edgar part à Arcachon, où il décède en 1914. Il est inhumé le 19 mars.

La rue Edgar Bourloton, à Maillezais, a été baptisée en son honneur.

Les ruines contemporaines de la cathédrale Saint-Pierre de Maillezais

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Allemagne contemporaine, par Edgar Bourloton, engagé volontaire de 1870 aux zouaves de la Garde, Germer Baillière, 1873, VIII-284 p.
  • La Commune et ses idées à travers l'histoire (en collaboration avec Edmond Robert), G. Baillière, 1873, 244 pages.
  • L'Histoire de Maillezais, 1875 (resté à l'état de manuscrit, qui se trouve à la bibliothèque municipale de Poitiers, mais il a été édité en 2008 aux éditions Le Thabor)
  • Les Impressions de voyage en Bas-Poitou du citoyen La Vallée, an III de la République, 1888
  • Dictionnaire des Parlementaires avec Adolphe Robert et Gaston Cougny, 5 volumes, 1889-1891
  • Maillezais pendant la Révolution, 1889
  • Contribution à l'histoire de Fontenay-le-Comte, 1891
  • Doléances des notaires de Fontenay-le-Comte en 1564, 1892
  • Comment finirent les régicides, 1892
  • Une grève des nourrices à Niort en 1781, 1893
  • Nicolas Rapin d'après des documents inédits, Lafolye, 1893
  • L'Évolution syndicale, 1893
  • Francois Ambroise Rodriguez, évêque constitutionnel de la Vendée, 1894
  • Le Clergé de Fontenay pendant la Révolution, 1894
  • Le Pontificat d'Étienne Loyseau, évêque de Lucon, 1895
  • Les Jansénistes, 1895
  • La croisade prêchée dans le diocèse de Maillezais en 1517 et 1518, 1895
  • La longévité des Parlementaires, 1896
  • M. Goupilleau, curé de Fenouiller: 1788-1822 : souvenirs de la Révolution, Lafolye, 1897
  • De l'origine de l'imprimerie à Poitiers, 1897
  • Le Clergé de la Vendée pendant la Révolution, 1898
  • L'Inscription gallo-romaine de Civray, près de Maillezais, 1900
  • Les Anciennes seigneuries du Bas-Poitou: la seigneurie de Vouvant, 1901
  • Le Portus Secor et les fouilles de La Gachère, 1901
  • Les Anciennes Seigneuries du Bas-Poitou, 1902
  • La Seigneurie de Fontenay-le-Comte, 1902
  • Les Riverains du Lay en 1705, 1902
  • La Taille a-t-elle diminuée en Bas-Poitou ?, 1902
  • Nos morts : M. Charles Farcinet, 1903
  • Frédéric, cardinal de Saint-Séverin, évêque de Maillezais, 1905

Autres œuvres (informations incomplètes)[modifier | modifier le code]

  • La Cocarde obligatoire en 1798
  • Les Députés et les sénateurs de la Vendée de 1789 à 1902
  • Le Pont des Moutiers sur le Lay en 1624
  • La Chambre de lecture de Saint-Gilles-sur-Vie
  • La Nomination des évêques au XVe siècle
  • La Vendée au salon de 1902, 1903, 1904 et 1905

Sources partielles[modifier | modifier le code]

  • Monique Trichereau, Francoise André, Geneviève Désiré, petites-filles d'Edgar Bourloton
  • Frédéric et Pascal André, arrière-petit-fils d'Edgar Bourloton
  • Hervé Fayat et Nathalie Bayon, « Le Robert et Cougny et l’invention des parlementaires », Revue d'histoire du XIXe siècle, 33/2006 Lire en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]