Alexandre Guiraud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexandre Guiraud
Image dans Infobox.
Fonction
Fauteuil 37 de l'Académie française
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
Paris (France)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pierre-Marie-Jeanne-Alexandre-Thérèse GuiraudVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Raymond Guiraud de Saint-Marsal (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction
Alexandre Guiraud, d'après une lithographie de l'époque

Alexandre Guiraud, né le à Limoux et mort le à Paris, est un poète, auteur dramatique et romancier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un riche marchand de draps, Alexandre Guiraud fait des études à l’École de droit de Toulouse où il crée un « Gymnase littéraire ». Il fait de fréquents séjours à Paris, où le succès de ses poésies lui ouvre les portes de l'Académie française à laquelle il est élu contre Lamartine le . Il est nommé baron par Charles X le en récompense de sa contribution à l'opéra Pharamond. Il est l'auteur de nombreuses poésies élégiaques ainsi que de tragédies et de romans.

Il eut un fils, Léonce de Guiraud (1829-1873), qui fut député.

Propriétaire du château de Villemartin, il achète le cloître du couvent des Carmes de Perpignan, détruit au début du XIXe siècle (dont l'Église des Carmes de Perpignan fait partie), et l'y fait remonter sur son domaine. Il y consacre le titre d'une de ses œuvres, Le Cloître de Villemartin, poésie[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Élégies savoyardes, 1822.
  • Les Machabées, ou le Martyre, tragédie en 5 actes, Paris, théâtre de l'Odéon, .
  • Le Comte Julien, ou l'Expiation, tragédie en 5 actes, Paris, théâtre de l'Odéon, .
  • Cadix ou la délivrance de l'Espagne, 1823.
  • Chants hellènes, Byron, Ipsara, 1824.
  • Poèmes et chants élégiaques, enrichis de deux eaux-fortes gravées par Jean-François Pourvoyeur d'après Alexandre Colin, 1824.
  • Pharamond, poème de MM. Ancelot, Guiraud, et Soumet, musique de MM. Boieldieu, Berton et Kreutzer, Paris, Académie royale de musique, .
  • Le Prêtre, 1826.
  • Virginie, tragédie en 5 actes et en vers, Paris, Théâtre-Français, .
  • Césaire, révélation (2 vol.), 1830.
  • La Communion du duc de Bordeaux, 1832.
  • Les Deux Princes, 1832.
  • De la Vérité dans le système représentatif, 1834.
  • Flavien, ou De Rome au désert (3 vol.), 1835.
  • Poésies dédiées à la jeunesse, 1836.
  • Philosophie catholique de l'histoire, ou l'Histoire expliquée ; introduction renfermant l'histoire de la création universelle (3 vol.), 1839-41.
  • Le Cloître de Villemartin, poésie, 1843.
  • Œuvres complètes (4 vol.), 1845.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurence Turetti, « 1342-1842, le poète déménage le cloître », Midi le magazine,‎ , p. 22 à 23