Liste des présidents du Sénat français et des chambres assimilées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Président du Sénat.

Cet article dresse la liste des présidents du Sénat français et chambres assimilées.

Les « chambres hautes » antérieures à la Restauration ne sont pas encore répertoriées. Certaines des dates, pourtant trouvées sur un site officiel, sont sujettes à caution (chevauchements de fonctions incompatibles).

Sous la Révolution (1795-1799)[1][modifier | modifier le code]

La Constitution du 5 fructidor An III (22 août 1795) énonce :

Article 61. - Les fonctions de président et de secrétaire ne peuvent excéder la durée d'un mois, ni dans le Conseil des Anciens, ni dans celui des Cinq-Cents.[2]

Présidents du Conseil des Anciens :

Sous le Consulat et l'Empire (1799-1814)[modifier | modifier le code]

Présidents du Sénat conservateur :

Sous le Consulat[modifier | modifier le code]

Lors de la première séance le 4 nivôse an VIII, c'est le plus ancien des premiers membres qui siège en tant que président : Dailly. Le président est ensuite élu par ses pairs.

L'Article 39 de la Constitution du 16 thermidor an X précise que les consuls sont membres du Sénat, et le président.

  1. Jean-Jacques-Régis de Cambacérès
  2. Charles-François Lebrun

Sous l'Empire[modifier | modifier le code]

Le président du Sénat est nommé par l'Empereur et choisi parmi les sénateurs. Ses fonctions durent un an ; mais quand l'Empereur le juge à propos, il préside lui-même ou désigne le titulaire des grandes dignités de l'Empire qui doit présider[3].

Sous la Restauration (1814-1830)[modifier | modifier le code]

Présidents de la Chambre des pairs :

Sous la Monarchie de Juillet (1830-1848)[modifier | modifier le code]

Président de la Chambre des pairs :

Sous le Second Empire (1852-1870)[modifier | modifier le code]

Présidents du Sénat :

Nom Dates du mandat Notes
1 Prince Jérôme Bonaparte
2 Raymond-Théodore Troplong Également Premier président de la Cour de cassation.
3 Adrien Marie Devienne Premier président de la Cour de cassation du 8 mars 1869 au 10 mars 1877.
4 Eugène Rouher

Sous la IIIe République (1870-1940)[modifier | modifier le code]

Présidents du Sénat :

Nom Dates du mandat Notes
1 Gaston d'Audiffret-Pasquier Petit-neveu du Duc Étienne-Denis Pasquier, Membre de l’Académie française depuis 1878 et Ancien Président de l'Assemblée nationale.
2 Louis Martel Démissionne pour raisons de santé.
3 Léon Say Nommé ministre des finances. Élu à l’Académie française en 1886.
4 Philippe Le Royer
5 Jules Ferry Décédé en fonction
6 Paul-Armand Challemel-Lacour Élu à l’Académie française en 1893. Démissionne pour raisons de santé.
7 Émile Loubet Élu président de la République française le 18 février 1899.
8 Armand Fallières Élu président de la République française le 18 février 1906.
9 Antonin Dubost Président du sénat durant 14 ans.
10 Léon Bourgeois Ancien Président de l'Assemblée nationale. Prix Nobel de la Paix de 1920. Démissionne pour raisons de santé.
11 Gaston Doumergue Élu président de la République française le 13 juin 1924.
12 Justin Germain Casimir de Selves
13 Paul Doumer Ancien Président de l'Assemblée nationale. Élu président de la République française le 13 juin 1931.
14 Albert Lebrun Élu président de la République française le 10 mai 1932.
15 Jules Jeanneney Mandat achevé en 1940[6]

Sous la IVe République (1946-1958)[modifier | modifier le code]

Présidents du Conseil de la République :

Nom Dates du mandat Parti Notes
1 Auguste Champetier de Ribes Auguste Champetier de Ribes.jpg MRP Candidat malheureux contre Vincent Auriol lors de l'élection du premier président de la Quatrième République le , il démissionne de la présidence de la Haute Assemblée pour raisons de santé.
2 Gaston Monnerville Gaston Monnerville en 1947.JPG Rad-Soc Il est la première personnalité originaire de l'ancien Empire colonial français à accéder à un tel niveau de responsabilité et le plus jeune président de la haute assemblée (50 ans).

Sous la Ve République (depuis 1958)[modifier | modifier le code]

Fonctions et rôles[modifier | modifier le code]

Article connexe : Président du Sénat français.

Le président du Sénat est élu tous les trois ans, lors de renouvellement du tiers et, depuis 2011, de la moitié du Sénat.

Son rôle est de représenter le Sénat et de diriger les débats de cette assemblée. Il doit être consulté par le président de la République lorsque ce dernier souhaite dissoudre l'Assemblée nationale ou de mise en œuvre des pouvoirs exceptionnels (article 16 de la Constitution). Le président du Sénat assure l'intérim en cas de vacance de la présidence de la République (mais sans le droit de recourir au référendum, de dissoudre l'Assemblée nationale ou de demander une révision de la Constitution). Cela est arrivé deux fois, lors de la démission du général de Gaulle (1969) et lors de la mort de Georges Pompidou (1974), les deux fois cet intérim a été assuré par Alain Poher. De par cette attribution, le président du Sénat est protocolairement le troisième personnage de l'État.

Le président du Sénat désigne trois des neuf membres du Conseil constitutionnel et l'une des trois personnalités qualifiées au Conseil supérieur de la magistrature mais également des membres d'autres autorités de régulation : deux des membres de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes[7] , l'une des trois personnalités qualifiées de l'Autorité des marchés financiers et trois des membres du Conseil supérieur de l'audiovisuel.

Le président dispose du Petit Luxembourg, hôtel particulier contigu au Palais du Luxembourg.

Présidents successifs[modifier | modifier le code]

Nom Dates du mandat Parti Notes
1 Gaston Monnerville Gaston Monnerville en 1947.JPG Rad-Soc Après avoir présidé le Conseil de la République, il est le premier président du Sénat de la Ve République. Il se prononce pour le « non » au référendum de 1962 sur l'élection du président de la République au suffrage universel. Il renonce à se représenter en 1968. Il sera nommé au Conseil constitutionnel en 1974.
2 Alain Poher Alain Poher en 1968.JPG CD,
puis CDS (UDF)
Il détient jusqu'à présent le record de longévité à la présidence du Sénat (24 ans). Candidat contre Georges Pompidou lors de l'élection de 1969. Il est également le seul président du Sénat à avoir assuré l'intérim du président de la République, à deux reprises : en 1969, après la démission de Charles de Gaulle, et en 1974, à la suite du décès de Georges Pompidou. Il ne se représente pas en 1992.
3 René Monory Rmonory01 (cropped).JPG UDF
(CDS, puis FD)
Élu après avoir devancé Charles Pasqua, puis réélu trois ans plus tard, il est candidat à sa propre succession en 1998. À la surprise générale, il est devancé au premier tour par le gaulliste Christian Poncelet. René Monory ne présente pas sa candidature au second tour de scrutin.
4 Christian Poncelet Christian Poncelet (cropped).JPG RPR,
puis UMP
En 2008, alors qu'il arrive au terme de son troisième mandat et qu'on lui prête l'intention de vouloir se maintenir à la présidence du Sénat, plusieurs affaires judiciaires paraissent dans la presse. Il ne brigue finalement pas un quatrième mandat.
5 Gérard Larcher Gérard Larcher Senate of Poland (cropped) (cropped).JPG UMP Sorti vainqueur d'une primaire interne à la droite face à Jean-Pierre Raffarin et Philippe Marini, il est élu président du Sénat. Pendant son mandat, il mène notamment la plus importante réorganisation du Sénat depuis 1958. Gérard Larcher est battu par Jean-Pierre Bel à la suite de la victoire de la gauche au renouvellement de 2011.
6 Jean-Pierre Bel Rafael Correa in Paris, Palais du Luxembourg 05 (cropped).jpg PS Il est le premier président socialiste du Sénat de l'Histoire et le premier président de gauche du Sénat depuis 1968.
7 Gérard Larcher Gérard Larcher Senate of Poland (cropped) (cropped).JPG UMP
puis
Les Républicains
De nouveau vainqueur d'une primaire interne à la droite face à Jean-Pierre Raffarin et Philippe Marini, il est élu président du Sénat pour un deuxième mandat, à la suite de la victoire de la droite au renouvellement de 2014.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rulers.org
  2. voir site de l'Assemblée-Nationale - Histoire et patrimoine - Constitutions
  3. Almanach impérial pour 1813, par Testu, 1813, Paris, en ligne sur le site de Gallica.bnf.fr [1]
  4. Famille Pastoret d'après sa correspondance Par Fernande Bassan - Lettres modernes, Minard, 1969 - 321 pages - p. 16
  5. Estienne Denis Pasquier, chancelier de France, 1767-1862 : souvenirs de son dernier secrétaire Par Louis Favre, 1870 - pp. 97 et avant-propos III
  6. De facto, puisque durant la période de l'Occupation, le parlement ne fut pas dissous, mais Sénat et Chambre des députés furent « ajournés jusqu'à nouvel ordre », seul le chef de l'État pouvant les réunir (voir « Acte constitutionnel no 3 du 11 juillet 1940 », sur le site mjp.univ-perp.fr, consulté le 25 juin 2009). Le Parlement ne se réunit plus durant toute l'Occupation, entérinant dans les faits le caractère autoritaire du régime de Vichy.
  7. Arcep.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]