André Morellet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morellet.
André Morellet
André Morellet.jpg

André Morellet

Fonction
Député à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Membre de
Académie française (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Réfutation de l'ouvrage qui a pour titre Dialogues sur le commerce des bleds, 1770

André Morellet, né le à Lyon et mort le à Paris, est un homme d'Église, écrivain, encyclopédiste et traducteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie au sein de l'université de la Sorbonne où il a pour condisciples Loménie de Brienne, Jérôme Champion de Cicé et Turgot et fréquente les salons de Mesdames du Deffand, de Brienne et Necker.

Ami des philosophes, il contribue à l'Encyclopédie en rédigeant six articles de critique littéraire, de théologie et de philosophie, parmi lesquels l'article « foi ». Son esprit mordant lui vaut d'être appelé « l'Abbé Mords-les » par Voltaire[1].

Il est emprisonné pendant deux mois à la Bastille pour avoir écrit un pamphlet insultant[2] contre Les Philosophes, une comédie de Charles Palissot de Montenoy. À la suite des remous suscités par cette affaire, d'Alembert et Voltaire cesseront eux aussi de contribuer à l'Encyclopédie.

Il est élu membre de l'Académie française en 1785 et participe à la rédaction du Dictionnaire. Dans la préface de la cinquième édition de 1798, il écrit : « Le Dictionnaire de l'Académie est un témoin de l'usage qui gouverne la langue française, de celui qui est le plus général parmi les personnes qui parlent correctement et purement. » Pendant la Terreur, il sauve les archives de l'Académie mais perd tous ses bénéfices ; il devra, pour supplémenter ses ressources, se mettre à traduire des ouvrages de l'anglais.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Théorie du paradoxe (1775)
  • Éloges de Madame Geoffrin, contemporaine de Mme Du Deffand, par MM. Morellet, Thomas et d'Alembert, suivis de lettres de Mme Geoffrin et à Mme Geoffrin, et d'un Essai sur la conversation (1818)
  • Mélanges de littérature et de philosophie du XVIIIe siècle (1818)
  • Mémoires de l'abbé Morellet, de l'Académie française, sur le dix-huitième siècle et sur la Révolution (1821). Réédition : Mercure de France, Paris, 1988. Texte en ligne (extraits annotés) : c18.net
  • Lettres inédites de l'abbé Morellet, sur l'histoire politique et littéraire des années 1806 et 1807, pour faire suite à ses Mémoires (1822)

Traductions de l'anglais et de l'italien[modifier | modifier le code]

  • Prière universelle d'Alexander Pope (1760)
  • Manuel des inquisiteurs de Nicolaus Eymericus (1762). Réédition : Abrégé du manuel des inquisiteurs, Jérome Millon, 200.
  • Recherches sur le style de Cesare Beccaria (1771)
  • Legs d'un père à ses filles de John Gregory (1774)
  • Traité des délits et des peines de Cesare Beccaria (1765) V. Ph. Audegean, Genèse et signification des délits et des peines de Beccaria, Archives de philosophie du droit, Dalloz 2010, tome 53, p. 10.
  • Observations sur la Virginie de Thomas Jefferson (1786)
  • L'Italien, ou le Confessional des pénitens noirs d'Ann Radcliffe (1797)
  • Voyage de découverte à l'Océan pacifique du Nord de George Vancouver (1798)
  • Histoire de l'Amérique, livres IX et X contenant l'histoire de la Virginie jusqu'à l'année 1688 et celle de la Nouvelle-Angleterre jusqu'en 1652 de William Robertson (1798)
  • Extrait du sermon prêché en Irlande, le jour de la commémoration de la mort de Charles Ier, en 1725-1726 de Jonathan Swift (1811)
  • Les Enfants de l'abbaye de Regina Maria Roche (1812)
  • Le Moine de Matthew Gregory Lewis (1838)
  • Le Tombeau d'Ann Radcliffe (1850)

Références[modifier | modifier le code]

  1. "L’abbé Morellet" in Biographie universelle ancienne et moderne. 45 tomes. Michaud, J. Fr. et Michaud, Louis Gabriel. (Graz, Austria: Akademische Druck und Verlagsanstalt, 1966-68 [réimpression])
  2. L'abbé insultait Mme de Robecq, maîtresse de Choiseul, et mesdames de Villeroi et du Deffand.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :