Guerres de la Révolution française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guerres de la Révolution française
Description de cette image, également commentée ci-après
Combat de Varoux, 27 novembre 1792. Peinture de Victor Adam, commandée par le roi Louis-Philippe pour le musée de Versailles.
Informations générales
Date
(10 ans, 1 mois et 5 jours)
Lieu Europe, Égypte, Moyen-Orient, océan Atlantique, Caraïbes
Issue

Victoires françaises

Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France (1791-1792)
Drapeau de la France République française (1792-1802)
Républiques sœurs Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne (1796-1802)
Green harp flag of Ireland 17th century.svg Les Irlandais Unis (1796-1798)
Flag of the Habsburg Monarchy.svg Monarchie de Habsbourg(1792-1797 et 1798-1801)

Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse (1792-1795)
Union flag 1606 (Kings Colors).svg Empire britannique (1793-1802)

Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies (1792-1795)
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne (1793-1795)
Drapeau du Royaume du Portugal Royaume de Portugal (1793-1801)
Drapeau du Royaume de Naples Royaume de Naples
Bandiera del Regno di Sicilia 4.svg Royaume de Sicile
Royaume de Sardaigne Royaume de Sardaigne (1792-1796)
Drapeau de l'Empire russe Empire russe (1798-1801)
Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman (1798-1801)

Drapeau du Grand-duché de Toscane Grand-duché de Toscane
Drapeau du Duché de Modène Duché de Modène
Drapeau du Duché de Parme Duché de Parme
Drapeau de la République de Venise République de Venise (1797)
Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux (1793-1797)
Royal Standard of the King of France.svg Royalistes français

Blanc croix rouge.svg Paysans belges insurgés (1798)


Early Swiss cross.svg Confédération des XIII cantons (1798)


Drapeau des États-Unis États-Unis (1798-1800)


Flag of Haiti (1803-1804).svg Rebelles haïtiens (1802-1803)
Commandants
Forces en présence

1 200 000 à 1 500 000 hommes[1],[2],[3]
(1791-1799)
Union flag 1606 (Kings Colors).svg
500 000 hommes[4]
Pertes

450 000 à 500 000 morts[5],[2],[6]
(1791-1799)

Green harp flag of Ireland 17th century.svg
10 000 morts[7] (civils inclus)
Union flag 1606 (Kings Colors).svg
210 000 morts[4]

Drapeau armée vendéenne 2.jpg
~ 170 000 morts[8] (civils inclus)

Blanc croix rouge.svg
5 000 morts[9]

Guerres de Coalitions

Batailles

Révolution haïtienne


Guerre de la Première Coalition


Guerre de Vendée


Chouannerie


Insurrections royalistes et fédéralistes


Invasion française de la Suisse de 1798


Guerre des Paysans


Rébellion irlandaise de 1798


Guerre de la Deuxième Coalition


Quasi-guerre

Les guerres de la Révolution française sont les conflits qui ont impliqué la France révolutionnaire contre d'autres pays européens, souvent coalisés, durant la période comprise entre 1792 (guerre contre le Saint-Empire et les royaumes de Bohême et de Hongrie) et le traité d'Amiens de 1802, première phase des guerres de Coalitions. Une distinction peut être faite entre la période dite de la Première Coalition (17921797) et la Deuxième Coalition (17981801), même si certains pays, et notamment le Royaume-Uni, étaient en guerre continue contre la France de 1793 à 1802.

Caractérisées par une ferveur révolutionnaire et des innovations militaires, ces multiples campagnes sauvèrent le régime révolutionnaire français, pourtant confronté à une sérieuse opposition européenne. De surcroît, les victoires qui s'ensuivirent contribuèrent à étendre de façon significative l'emprise territoriale de la France.

Terminologie[modifier | modifier le code]

On distingue en France les guerres de la Révolution française (1792 – 1802) des guerres napoléoniennes (1803 – 1815), qui font partie des guerres de Coalitions (1792 – 1815), séparées par la paix d'Amiens.

Origines[modifier | modifier le code]

Dès 1791, les monarchies d'Europe assistent avec préoccupation à la Révolution française et ses bouleversements et se demandent si elles doivent intervenir, soit pour aider Louis XVI, soit pour profiter du chaos en France. Le personnage clé de la situation était l'empereur Léopold II, frère de la reine Marie-Antoinette, la femme de Louis XVI. Léopold avait d'abord regardé la Révolution avec sérénité mais il devient de plus en plus inquiet lorsque la Révolution se radicalise. Le , Léopold II et le roi Frédéric-Guillaume II de Prusse, après avoir reçu en consultation des nobles émigrés français, publièrent la déclaration de Pillnitz qui déclarait l'intérêt des monarques d'Europe au bien-être de Louis XVI et de sa famille et menaçait de graves mais vagues conséquences quiconque les agresserait. Bien que Léopold II ait considéré la déclaration de Pillnitz comme un geste évasif pour apaiser les monarchistes français, la déclaration fut considérée en France comme une menace sérieuse et dénoncée par les dirigeants révolutionnaires.

En plus de différences idéologiques entre la France et les puissances monarchiques d'Europe, des disputes incessantes étaient provoquées par le statut des biens impériaux en Alsace. Les Français étaient par ailleurs préoccupés par l'agitation des nobles émigrés à l'étranger, en particulier dans les Pays-Bas autrichiens et les États d'Allemagne.

Première Coalition (1792-1797)[modifier | modifier le code]

Campagne de 1792[modifier | modifier le code]

L'Assemblée, sur une proposition du roi Louis XVI, déclare la guerre au « roi de Bohême et de Hongrie », cette expression désignant l'empereur du Saint-Empire et ses États, lors du vote du après que le ministre des Affaires étrangères, Dumouriez, lui ait présenté une longue liste de griefs. Dumouriez prépara une invasion immédiate des Pays-Bas autrichiens où il espérait un soulèvement populaire contre la domination de la maison d'Autriche. Cependant, la Révolution avait profondément désorganisé l'armée et les forces réunies furent insuffisantes pour tenter une invasion. À la suite de la déclaration de guerre, les soldats français désertèrent en masse et, même dans un cas, assassinèrent leur général.

Alors que le gouvernement révolutionnaire lève d'importantes troupes fraîches et réorganise ses armées, qui étaient minées par les désertions et l'émigration, mal instruites et mal disciplinées, une armée alliée, composée de 112 000 hommes (60 000 Prussiens, 32 000 Impériaux, 8 000 Hessois et 12 000 Émigrés[10]), commandée par Charles-Guillaume-Ferdinand, duc de Brunswick, se rassembla à Coblence sur le Rhin.

Au moment de l'invasion, le général Dumouriez secondé par les généraux Beurnonville, Moreton et Duval dispose de 30 000 hommes dans les camps de Maulde, de Maubeuge et de Lille et 23 000 dans celui de Sedan tandis que le maréchal Luckner avait sous ses ordres le général Biron à Strasbourg avec 20 000 hommes, le général Custine à Landau avec 15 000 hommes et le général Kellermann à Metz avec 20 000 hommes.

En juillet, l'invasion prussienne commence et l'armée de Brunswick prend facilement les forteresses de Longwy le 13 août et de Verdun le 30 août. Le duc avait signé quelques semaines plus tôt le manifeste de Brunswick — rédigé par un noble français de l'émigration, le chevalier de Limon — qui faisait part de la volonté des Alliés de restaurer le roi à son poste, de lui rendre les pleins pouvoirs et de traiter toute personne ou ville qui s'y opposerait comme rebelles passible de la peine de mort par la loi martiale. Cela n'eut pour effet que de renforcer la détermination de l'armée révolutionnaire et le gouvernement de s'y opposer par tous les moyens nécessaires. Le , la foule prit d'assaut le palais des Tuileries où séjournaient Louis XVI et sa famille.

L'invasion continue, mais à la bataille de Valmy, le 20 septembre, les alliés reculent face à l'armée française menée par Dumouriez et Kellermann. Bien que le résultat de la bataille fut nul tactiquement, il donne un coup de fouet au moral français. En outre, les Prussiens, constatant que la campagne est plus longue et plus coûteuse que prévu, décident que le coût et le risque de poursuite des combats sont trop grands et se retirent de France pour préserver leur armée. Le lendemain, la monarchie est officiellement abolie et remplacée par la Première République.

Cette campagne de 1792 s’achève sur une dynamique des armées révolutionnaires. Les Français remportent des succès sur plusieurs autres fronts, occupant la Savoie et Nice, alors dans le Royaume de Sardaigne.

Au nord le général Custine à la tête de l’armée des Vosges envahit le Palatinat et même l'Allemagne. Il occupe en septembre et octobre plusieurs villes le long du Rhin (Worms, Spire), tandis que les places fortes perdues en août sont reprises (Verdun le 14 octobre, Longwy le 22 octobre, levée du siège de Thionville dès le 16 octobre…) par Kellerman. Ainsi la place stratégique et de toute première importance qu’est Mayence tombe le 21 octobre aux mains des français commandés par Houchard et le demeure pour neuf mois. Custine arrive jusqu'à Francfort-sur-le-Main le lendemain (22 octobre), ses troupes franchissant le fleuve pour la première fois d’une longue série. En effet sept franchissements du Rhin (hors Provinces Unies) entre 1792 et 1800 vont se succéder pour les armées révolutionnaires avec des succès variés. Malgré des combats victorieux du côté de Limbourg le 9 novembre, Custine est néanmoins repoussé d’Allemagne par les Prussiens dès début décembre. A la différence de Dumouriez, il recule et repasse sur la rive gauche du Rhin sans parvenir à vraiment consolider ses positions sur cette dernière. Les premières opérations en Allemagne n’auront duré que 5 semaines.

Enfin Dumouriez passe à l'offensive en Belgique, remportant une grande victoire sur les Impériaux à Jemappes le 6 novembre et occupant la totalité des Pays-Bas autrichiens au début de l'hiver. Ainsi Charleroi, Bruxelles le 14 novembre, Liège, Anvers le 30 novembre, Namur le lendemain et enfin Aix la Chapelle le 8 décembre tombent successivement aux mains des troupes révolutionnaires.

Campagne de 1793[modifier | modifier le code]

Le , Louis XVI est exécuté. L'Espagne et le Portugal rejoignent la coalition anti-française en et, le 1er février, la France déclare la guerre à la Grande-Bretagne et aux Provinces-Unies.

La France décrète une nouvelle levée de trois cent mille hommes, commençant une politique de levée en masse pour pouvoir déployer plus de soldats que les États aristocratiques et se montrer offensive afin de récupérer le matériel de guerre de l'ennemi. Les Alliés lancent une campagne déterminée pour envahir la France avec la campagne de Flandres.

Après l’invasion de la Hollande par Dumouriez en février avec la prise de Breda puis de Mont Sainte Gertrude, la France subit rapidement de graves revers en ce début de 1793. Elle est chassée de Belgique à la suite de la lourde défaite de Dumouriez à Neerwinden en mars, puis à son passage chez l’ennemi autrichien début avril.

Les défaites s’enchaînent en Belgique comme dans le Palatinat notamment pour Custine à Bingen en mars, Rixheim en mai et surtout Mayence perdue après plus de quatre mois de siège. De même la France commence à être à nouveau envahie en mai avec la défaite de Famars puis la chute des places de Condé et Valenciennes.

En outre le Directoire doit faire face à des révoltes internes dans l'Ouest et le Sud du pays. L'une d'entre elles, à Toulon, prépara le terrain pour un capitaine d'artillerie jusque-là inconnu du nom de Napoléon Bonaparte. Sa contribution à la planification du siège victorieux de la ville et de son port grâce à des batteries d'artillerie bien placées fut l'étincelle de sa fulgurante ascension ultérieure.

À la fin de l'année, la levée de nouvelles armées et la Terreur, politique interne de répression féroce avec des exécutions de masse, permettent de repousser les invasions grâce aux victoires de Jourdan à Hondschoote et Wattignies en septembre et octobre 1793 mais aussi de réprimer les révoltes intérieures. Hoche, Desaix et Pichegru parviennent à l’emporter en Alsace du côté de Wissembourg et Woerth en décembre, s’emparant de Spire, même si Mayence (tenue par Kléber et tombée en juillet) ne peut être reprise. Il en est de même pour les places fortes du Quesnoy, de Condé et Valenciennes toujours tenues par les autrichiens (à la différence des forteresses de Maubeuge et Landrecies).

L'année se termine avec les forces françaises ayant l'ascendant mais toujours en guerre à proximité de ses frontières.

Guerre de Vendée[modifier | modifier le code]

La guerre de Vendée est le nom donné à la guerre civile qui opposa, dans l'Ouest de la France, les républicains (bleus) aux royalistes (blancs), entre l'an I et l'an IV (1793 et 1796) pendant la Révolution française.

Elle fut étroitement liée à la Chouannerie, l'ensemble de ces deux conflits étant parfois désigné sous le nom de « guerres de l'Ouest ». La Chouannerie se déroula sur la rive droite de la Loire, tandis que le soulèvement vendéen eut lieu sur la rive gauche. Le terme Vendée militaire désigne d'ailleurs le territoire insurgé au sud du fleuve.

Comme partout en France, la Vendée a connu des manifestations paysannes entre 1789 et 1792. Mais c'est au moment de la levée en masse de 1793, que la révolte ou rébellion vendéenne, aussi appelée insurrection vendéenne, s'est déclenchée, dans un premier temps comme une jacquerie paysanne classique, avant de prendre la forme d'un mouvement contre-révolutionnaire.

Étalée sur trois années, la guerre a connu plusieurs phases, avec une brève période de paix au printemps 1795. Elle s'est terminée au début de l'année 1796, après avoir fait plus de 200 000 morts et causé de nombreuses destructions.

Campagnes de 1794-1795[modifier | modifier le code]

L'année 1794 voit un succès accru des armées révolutionnaires et même décisif sur le front nord.

Plus au sud bien que l'invasion du Piémont ait échoué, la France chasse les armées espagnoles au cours de la guerre du Roussillon lors de la victoire des généraux Dugommier et Augereau au Boulou le 1er mai 1794 et pénètre en Catalogne. L’armée des Pyrénées poursuit jusqu’à la victoire de la Sierra Negra le 20 novembre 1794.

Les combats en Italie ne permettent par contre aucune percée majeure vers la péninsule. Malgré les victoires de Saorge le 28 avril et de Dego le 21 septembre 1794, les troupes françaises dirigées par Kellerman, épaulé par Masséna, reviennent à leurs bases de départ vers Nice.

Au nord, après des débuts difficiles (chute de Landrecies le 30 avril, prise de Kaiserslautern le 23 mai par les prussiens), les armées révolutionnaires et notamment Jourdan remportent le 26 juin une victoire décisive à Fleurus. Ce triomphe permet à la France d'occuper toute la Belgique et la Rhénanie en suivant, et ce jusqu’en 1814. Tandis que Pichegru (épaulé par Moreau et Mac Donald) protège l’aile gauche remontant vers le nord et les Pays-Bas (prise d'Ostende et de Gand début juillet) et ce jusqu’à Nimègue qui tombe le 8 novembre ; Jourdan à la tête de l’armée de Sambre et Meuse et épaulé notamment par Marceau, Bernadotte, Lefebvre et Kléber poursuit sur sa lancée.

En premier lieu, il confie à Schérer la libération des places fortes de Landrecies en juillet puis Valenciennes, Condé, Le Quesnoy qui tombent en août. Jourdan investit Mons et Bruxelles le 10 juillet où il opère la jonction avec l’aile gauche confiée à Pichegru. Puis il descend la vallée de la Meuse vers Namur (17 juillet) puis Liège (27 juillet) avant de prendre la direction d’Aix la Chapelle, de la Roer et du Rhin.

La poussée est généralisée en Belgique, en Rhénanie et même dans le Palatinat. Ainsi sur la Moselle, Trêves est prise le 9 août 1794 par l’armée de Moselle commandée par Moreaux qui fera sa jonction en aval avec l’armée de Sambre et Meuse début novembre du côté de Coblence. Les victoires de Jourdan de Sprimont le 18 septembre puis Aldenhoven le 12 octobre assurent la conquête de la rive gauche du Rhin. Les villes de Cologne, Bonn, Worms, Coblence tombent successivement en octobre 1794. La prise de Maastricht par Kléber est effective 4 novembre.

Cette campagne victorieuse de 1794 ouvre la voie à l’annexion de la Belgique l’année suivante et même au rattachement de facto de la Rhénanie à la France (république cisrhénane de 1797) pour vingt ans.

En mer, au cours de la bataille du 13 prairial an II, la flotte de l'Atlantique française réussit à faire échouer une tentative britannique d'interdire l'arrivée d'un convoi essentiel de céréales en provenance des États-Unis mais au prix de la perte d'un quart de ses forces.

En 1795, après une attaque surprise des Pays-Bas par Pichegru lors d’un hiver particulièrement rude, la France crée la République batave en février. L’offensive éclair lancée en décembre 1794 permet d’occuper toute la Hollande (prise d’Amsterdam le 18 janvier) et de s’emparer de la flotte ennemie de Texel prise dans les glaces du Helder le 23 janvier.

La Prusse et l'Espagne décident alors de faire la paix signent le traité de Bâle le 5 avril 1795 (avec la Prusse) et le (avec l’Espagne) qui donne la rive gauche du Rhin à la France et provoque le retrait des armées françaises d'au-delà des Pyrénées. Cela met fin à la période de crise de la Révolution et la France put se sentir libre de toute menace d'invasion pour de nombreuses années. Néanmoins l’Autriche refuse tout armistice ou traité de paix malgré la perte de la Belgique et de la Rhénanie (chute de la forteresse de Luxembourg le 7 juin 1795) et la défection de l’allié prussien.

La Grande-Bretagne tente de soutenir les rebelles vendéens mais échoue et, à Paris, une tentative royaliste de renverser le gouvernement par la force fut mise en échec par la garnison menée par Bonaparte le 13 vendémiaire (octobre 1795), conduisant à l'établissement du Directoire.

Sur la frontière du Rhin, une première campagne d’Allemagne contre l’Autriche débute en septembre 1795 avec un double franchissement du fleuve par les deux armées révolutionnaires (Sambre et Meuse de Jourdan et Rhin et Moselle avec Pichegru nommé à sa tête en avril). Les troupes autrichiennes sont dirigées par Wurmser et Clerfayt, épaulé par Latour.

Cette nouvelle campagne, qui durera moins de trois mois, vise à faire céder l’Autriche, en vue d’un abandon autrichien de la rive gauche du Rhin. Ceci sera obtenu deux ans plus tard lors du traité de Campo-Formio d’octobre 1797 grâce aux victoires italiennes de Bonaparte.

Au nord Kléber traverse le fleuve sur un pont flottant au niveau de Düsseldorf le 6 septembre 1795. Les premiers combats de Jourdan sont victorieux avec l’appui des généraux Kléber, Marceau, Bernadotte, Lefebvre, Soult, Championnet. En face de Coblence, Marceau mène le siège de la forteresse de Ehrenbreitstein jusqu’au 18 octobre. Après sa victoire à Hennef le 15 septembre, Championnet et Lefebvre obtiennent la reddition de la garnison bavaroise de Düsseldorf le 21 septembre.

Plus au sud, Pichegru (épaulé par les généraux Gouvion Saint Cyr, Davout et Desaix) passe sur la rive droite au niveau de Mannheim (qui est prise le 20 septembre) et de la Neckar sans réelle coordination avec Jourdan. Il rate l’opportunité de s’emparer de la base de ravitaillement de Clerfayt à proximité de Heidelberg.

Le général Pichegru, négociant secrètement avec Condé et les royalistes en exil, trahit de fait son armée via ses tergiversations, ce qui entraîne alors les défaites de Handschuhsheim dès le 24 septembre, de Höchst le 12 octobre, de Monbach le 29 octobre, de Pfeddersheim le 10 novembre, de Frankenthal le 13 novembre, l’évacuation de Mannheim le 22 novembre (10 000 prisonniers français) et l'échec du blocus de Mayence par Jourdan. Quelques combats remportés par Marceau seront néanmoins victorieux. Envoyé par Jourdan pour protéger l’aile gauche de Pichegru et éviter tout risque d’enveloppement, Marceau obtient quelques succès le 10 novembre dans le Hunsrück (gorges de Stromberg et Kreuznach) puis du côté de Sulzbach le 17 décembre juste avant la proposition d’armistice des autrichiens.

Les armées françaises repassent sur la rive gauche sans gain politique ou territorial. Hormis la conquête de la Hollande en début d’année, l’éviction des prussiens de la Première Coalition en avril et la chute de la place de Luxembourg en juin, l’année 1795 s’achève sur un statu quo entre l’Autriche et la France. Un armistice est alors signé fin décembre avec les autrichiens et clôt l’année 1795.

Il en va de même en Italie du côté du Piémont. Malgré la victoire de Loano le 24 novembre 1795, les troupes françaises commandées par Schérer (qui avait remplacé Kellerman) et épaulé par les généraux Masséna, Joubert, Sérurier, Augereau…) n’ont pu progresser de manière décisive et ce pour la deuxième année consécutive.

Guerre en Italie (1793-1795)[modifier | modifier le code]

Campagne d'Italie de Bonaparte (1796-1797)[modifier | modifier le code]

Campagne d'Allemagne (1796-1797)[modifier | modifier le code]

La campagne d’Allemagne est une campagne militaire menée du 31 mai 1796 au 5 février 1797 par les généraux français Jourdan et Moreau en Allemagne (Bavière, Wurtemberg…) au-delà du Rhin, la rive gauche ayant été très largement conquise lors des campagnes précédentes en 1794-1795. Pendant plus de huit mois, elle oppose les armées de Sambre et Meuse (dirigée par le général Jourdan) et Rhin et Moselle (dirigée par le général Moreau) de la République française aux forces du Saint-Empire romain germanique dirigées par l’Archiduc autrichien Charles.

La campagne d’Allemagne, conçue comme prioritaire, est combinée avec la campagne d’Italie menée par Bonaparte débutant fin mars 1796 et qui se poursuivra jusqu’en avril 1797. Lors de la conception du plan stratégique par le Directoire sous l’égide de Lazare Carnot[11],[12], l’Italie est perçue comme une diversion et un théâtre d’opérations secondaire permettant une division des forces autrichiennes.

Une fois l'armistice du 31 décembre 1795 dénoncé, la campagne commence avec le passage du Rhin le 31 mai 1796[13] du coté de Düsseldorf par Kléber et le 10 juin vers Neuwied par Jourdan (général en chef épaulé par les généraux Kléber, Marceau, Bernadotte, Lefebvre, Championnet, Soult, Ney...), et se renforce le 23 juin par Moreau (épaulé par les généraux Desaix, Ferino, Gouvion-Saint-Cyr, Vandamme, Sainte-Suzanne, Delmas…) qui franchit le fleuve au niveau de Kehl[14]. Ferino fait de même au niveau de Huningue. Les deux armées mal coordonnées mèneront l’offensive en direction de Vienne (sans la menacer, les avant-gardes s’arrêtant à plus de 400 km de la capitale autrichienne) et de la Bohème ; pour l’armée de Sambre et Meuse jusqu’à Amberg, à l’est de Nuremberg et pour l’armée de Rhin et Moselle jusqu’à Mainbourg (sud de Ratisbonne) et les abords de Munich avant de devoir battre en retraite.

L'offensive menée par l'armée de Sambre et Meuse[15] composée de 78 000 hommes fut au départ une succession de combats victorieux (hormis les défaites de Uckerath et de Wetzlar le 15 juin) : Siegburg, Altenkirchen, Neuwied, Francfort sur le Main, Bamberg, Altendorf, Forchheim et enfin Sulzbach. L'échec de Neumarkt et d'Amberg le 24 août précipita la retraite, la défaite de Wurzburg et le retour sur la rive gauche du Rhin fin septembre.

L'offensive de l'armée Rhin et Moselle composée de 79 500 hommes connut davantage de succès[16], avec les victoires successives de Freudenstadt, de Rastatt, Alpersbach, Ettlingen, Stuttgart, Aalen, Neresheim, Friedberg, Geissenfeld et enfin Mainbourg. Le retour sur le Rhin s'imposa à compter du 10 septembre du fait de l'isolement et des risques engendrés sur le flanc nord et les arrières par la retraite de Jourdan. Malgré la victoire de Biberach le 2 octobre qui sécurisa la retraite, les défaites de Emmendingen puis Schleingen obligèrent Moreau à quitter la rive droite le 26 octobre. Sa proposition d’armistice ayant été refusée, il laissa les places-fortes de Kehl et Huningue encerclées et soumises à un siège de plusieurs mois.

La contre-offensive de l'Archiduc Charles (qui dirigeait l'ensemble des forces autrichiennes soit 150 000 hommes et qui était épaulé par Baillet-Latour, Kray, Wartensleben...) menée à partir du 22-24 août depuis Amberg correspond à une tactique napoléonienne classique, à savoir : concentration de ses propres forces, attaques distinctes d'adversaires séparés, poursuite des retraitants pour éviter tout rétablissement[17]... Largement concentrée sur l'armée de Sambre et Meuse, elle eut pour effet direct d'obliger Jourdan à reculer de près de 400 kilomètres en quatre semaines, s’appuyant sur Marceau pour d'ultimes combats d'arrière-garde à Limburg et Altenkirchen ; et pour effet indirect d'amener Moreau à retraverser la Forêt-Noire sous pression.

La campagne d'Allemagne de 1796 n’a donc pas eu l’impact escompté, à la différence de la campagne d’Italie, malgré les traités de paix avec le Wurtemberg (qui cède Montbéliard, Héricourt et Riquewihr) puis le Bade (qui cède Huningue et Kehl) signés en août 1796. À l’instar de la tentative similaire de septembre-novembre 1795 menée par les généraux Jourdan et Pichegru, l’absence de réelle coordination et la division des forces en deux armées sur deux axes distincts (vallée du Main et vallée du Danube) entrainèrent un échec patent. Il demeurera limité sur le plan des pertes grâce aux retraites opérées, particulièrement celle de Moreau au travers des défilés de la Forêt Noire comme le « Val d’Enfer » qui fut perçue comme un modèle du genre[18].

L’échec de la campagne aboutit au remplacement de Jourdan par Beurnonville puis Hoche, à la mort de Marceau (21 septembre 1796), à la démission de Kléber (26 décembre 1796) et à la chute des places fortes de Kehl et Huningue (9 janvier et 5 février 1797). Il facilite également l’envoi en renfort pour la deuxième fois de forces autrichiennes en Italie via le Tyrol fin 1796 (Wurmser avait été dépêché vers le front d'Italie dès juin 1796 avec près de 25 000 hommes). Ces renforts n’empêchèrent pas la défaite de Rivoli et la chute de Mantoue. Parallèlement deux divisions (Bernadotte et Delmas) fortes de 17 000 hommes quittèrent le front du Rhin pour rejoindre en février 1797 Bonaparte en Italie.

Une troisième campagne d’Allemagne fut donc nécessaire et lancée par les généraux Hoche et Moreau avec -à nouveau comme en septembre 1795 et juin 1796- un double franchissement du Rhin les 18 et 22 avril 1797. Elle fut stoppée rapidement malgré des succès initiaux (Altenkirchen puis Neuwied, Diersheim et défilé de la Dill) à la suite de l’armistice de Leoben, prélude au traité de Campo-Formio d’octobre 1797 qui consacrera l’abandon de la rive gauche du Rhin par les Autrichiens.

Guerre de la Deuxième Coalition (1798-1800)[modifier | modifier le code]

Campagne d'Égypte (1798-1800)[modifier | modifier le code]

Campagne de Hollande de 1799[modifier | modifier le code]

L'Invasion anglo-russe de la Hollande, également connue sous le nom de « Campagne de Hollande » s'est déroulée du au , et est marquée par l'invasion de la région de Hollande (République batave) par une coalition composée de forces britanniques et russes. La campagne a pour double objectif de neutraliser la flotte batave et de favoriser un soulèvement des partisans de l'ancien stathouder Guillaume V contre le gouvernement batave, favorable aux Français. Une coalition entre des armées française et batave de puissance équivalente s'oppose à cette invasion.

Le conflit est dans un premier temps favorable aux Anglo-Russes, vainqueurs lors de la bataille de Callantsoog puis du combat du Zyp. Les batailles suivantes sont cependant favorables aux Franco-Bataves, qui remportent un succès stratégique à Bergen malgré leur infériorité numérique, et parviennent à affaiblir les forces anglo-russes en tirant profit du terrain malgré la défaite d'Alkmaar. La dernière bataille, livrée à Castricum, inflige de lourdes pertes aux deux camps, mais constitue une victoire décisive pour le camp républicain. À la suite de cette dernière, le chef de l'état-major britannique, Frederick d'York, comte d'Ulster et duc d'York et Albany, ordonne un repli de ses troupes au niveau de la tête de pont initiale, située à l'extrême nord de la péninsule. La Convention d'Alkmaar, négociée le avec le général en chef des troupes franco-bataves, le général Guillaume Brune, met fin aux hostilités, en permettant aux troupes britanniques et russes de quitter la zone sans violence.

Campagne de 1800 (dont campagne d'Italie (1800))[modifier | modifier le code]

Traité de Lunéville (1801)[modifier | modifier le code]

Batailles navales (1793-1802)[modifier | modifier le code]

Traité d'Amiens (1802)[modifier | modifier le code]

Le traité d'Amiens marque la fin des hostilités. Pour les conflits ultérieurs, consulter l'article sur les guerres napoléoniennes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frank Attar, Aux armes, citoyens ! : naissance et fonctions du bellicisme révolutionnaire, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L'univers historique », , 394 p. (ISBN 978-2-02-088891-2).
  • Marc Belissa, « Du droit des gens à la guerre de conquête (septembre 92-vendémiaire an IV) », dans Michel Vovelle (dir.), Révolution et République : l'exception française, Paris, Kimé, , 699 p. (ISBN 2-908212-70-6), p. 457-466.
  • Marc Belissa (préf. Domenico Losurdo), Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795) : les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, coll. « Le sens de l'histoire », , 462 p. (ISBN 2-84174-107-9, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • David A. Bell (trad. de l'anglais par Christophe Jaquet), La première guerre totale : l'Europe de Napoléon et la naissance de la guerre moderne [« The First Total War: Napoleon's Europe and the birth of warfare as we know it »], Seyssel, Champ Vallon, coll. « La chose publique », , 401 p. (ISBN 978-2-87673-539-2, présentation en ligne).
  • Allain Bernède, « Les guerres de la Révolution et leur enseignement à l'École supérieure de guerre », dans Michel Vovelle (dir.), Révolution et République : l'exception française, Paris, Kimé, , 699 p. (ISBN 2-908212-70-6), p. 438-451.
  • Jean-Paul Bertaud, La Révolution armée : les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, Robert Laffont, coll. « Les Hommes et l'histoire », , 379 p. (ISBN 2-221-00364-0, présentation en ligne).
  • Jean-Paul Bertaud, La Vie quotidienne des soldats de la Révolution, 1789-1799, Paris, Hachette, coll. « La Vie quotidienne », , 326 p. (ISBN 2-01-009044-6).
  • Jean-Paul Bertaud (dir.) et Daniel Reichel (dir.), L'Armée et la guerre, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), coll. « Atlas de la Révolution française » (no 3), , 79 p. (ISBN 2-7132-0927-7, présentation en ligne).
  • (en) Timothy Charles William Blanning, The Origins of the French Revolutionary Wars, Londres / New York, Longman, coll. « Origins of Modern Wars », , X-226 p. (ISBN 0-582-49051-0).
  • (en) Timothy Charles William Blanning, The French Revolutionary Wars, 1787-1802, Londres, Arnold, , 286 p. (ISBN 978-0-34064-533-8, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Laurent Brassart, « Conduire la guerre à l'époque de la Révolution », dans Benjamin Deruelle et Arnaud Guinier (dir.), La construction du militaire, vol. 2 : Cultures et identités combattantes en Europe de la guerre de Cent Ans à l'entre-deux guerres, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Guerre et paix », 2017, 360 p., (ISBN 978-2-85944-997-1).
  • Annie Crépin, « Le mythe de Valmy », dans Michel Vovelle (dir.), Révolution et République : l'exception française, Paris, Kimé, , 699 p. (ISBN 2-908212-70-6), p. 467-478.
  • Annie Crépin, Défendre la France : les Français, la guerre et le service militaire, de la guerre de Sept Ans à Verdun, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 431 p. (ISBN 978-2-75350-070-9, lire en ligne).
  • Harry T. Dickinson et Pascal Dupuy, Le temps des cannibales : La Révolution française vue des îles britanniques, Éditions Vendémiaire, , 455 p. (ISBN 978-2363583376). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Alan Forrest, « L'impact du jacobinisme dans l'armée de l'an II », dans Michel Vovelle (dir.), Révolution et République : l'exception française, Paris, Kimé, , 699 p. (ISBN 2-908212-70-6), p. 418-427.
  • Bernard Gainot, « Révolutionner la gloire : acculturation nationale et valeurs militaires en l'an II », dans Benjamin Deruelle et Arnaud Guinier (dir.), La construction du militaire, vol. 2 : Cultures et identités combattantes en Europe de la guerre de Cent Ans à l'entre-deux guerres, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Guerre et paix », 2017, 360 p., (ISBN 978-2-85944-997-1).
  • (en) Jordan R. Hayworth, « Evolution or Revolution on the Battlefield ? The Army of the Sambre and Meuse in 1794 », War in History, vol. 21, no 2,‎ , p. 170-192 (JSTOR 26098306).
  • (en) Jordan R. Hayworth, Revolutionary France's War of Conquest in the Rhineland : Conquering the Natural Frontier, 1792-1797, Cambridge / New York, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Military Histories », , XVIII-340 p. (ISBN 978-1-10849-745-9, présentation en ligne).
  • Jacques Hussenet (dir.), « Détruisez la Vendée ! » Regards croisés sur les victimes et destructions de la guerre de Vendée, La Roche-sur-Yon, Centre vendéen de recherches historiques, , 634 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Hugues Marquis, « Les violences de guerre pendant la campagne de 1792 sur la frontière du Nord », Revue du Nord, t. 91, no 379,‎ , p. 123-143 (DOI 10.3917/rdn.379.0123, lire en ligne).
  • Jean-Clément Martin, Nouvelle histoire de la Révolution française, Perrin, coll. « Pour l'Histoire », , 636 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean-Louis Roche, Le Mythe de la guerre révolutionnaire de Robespierre à Lénine, Éditions du pavé, 2005.
  • Thierry Roquincourt, « Le mythe du « Vengeur » », dans Michel Vovelle (dir.), Révolution et République : l'exception française, Paris, Kimé, , 699 p. (ISBN 2-908212-70-6), p. 479-495.
  • (en) Gunther E. Rothenberg, « The Origins, Causes, and Extension of the Wars of the French Revolution and Napoleon », Journal of Interdisciplinary History, vol. 18, no 4 « The Origin and Prevention of Major Wars »,‎ , p. 771–793 (DOI 10.2307/204824, JSTOR 204824).
  • Samuel F. Scott, « L'armée royale et la première République », dans Michel Vovelle (dir.), Révolution et République : l'exception française, Paris, Kimé, , 699 p. (ISBN 2-908212-70-6), p. 428-437.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. A. Forrest, Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l'Empire, Paris, 1988, 327 p.
  2. a et b P. Contant, Étude de la morbidité dans les hôpitaux militaires français pendant la Révolution française durant la période du 20 avril 1792 au 19 brumaire an VIII, Thèse de doctorat d'histoire, Université de Paris IV, 1992, 687 p.
  3. A. Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, PUF, 1989.
  4. a et b Dickinson et Dupuy 2019, p. 177.
  5. J. Houdaille, Les armées de la Révolution d'après les registres matricules, Population, juillet-octobre 1983, p. 842-849.
  6. J.-P. Bertaud, La vie quotidienne des soldats au temps de la Révolution, 1789-1799, Paris, 1985, 331 p.
  7. Dickinson et Dupuy 2019, p. 251-253.
  8. Hussenet 2007, p. 148.
  9. Martin 2012, p. 559.
  10. Abel Hugo, France militaire, Tome 1, page 1.
  11. Dhombres, Jean G., Lazare Carnot, Fayard, (ISBN 978-2-213-02579-7 et 2-213-02579-7, OCLC 803682703, lire en ligne)
  12. Décret du Directoire du 6 janvier 1796 signé par Lazare Carnot
  13. Frédéric Hulot, Le Maréchal Jourdan, Paris, Pygmalion,
  14. Frederic Hulot, Le Général Moreau, Pygmalion,
  15. Jean Baptiste Jourdan, Mémoires pour servir a l'histoire de la campagne de 1796, Paris, Anselin,
  16. Christophe Guillaume de Koch et F. Schoell, Histoire abrégée des traités de paix, Bruxelles, Meline Cans et Compagnie,
  17. Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des français de 1792 à 1815, Paris, C.L.F. Panckoucke,
  18. Emile LAMBIN, Moreau, Général en chef des armées de la République, Paris, Aug. Lefrançois, , 32 p., page 8